Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques et autoformation

 | 
Gérald Grunberg
, 
Thierry Grognet
, 
Philippe Carré
, 
et al.

Actes du colloque Bibliothèques et autoformation

Lille : APP et médiathèque, l’odyssée d’un partenariat

Pierre Verbeke et Chérif Lounici

Texte intégral

Pierre Verbeke

1Nous allons essayer d’être brefs parce que je crois que le temps nous est compté. Nous allons essayer, avec Chérif Lounici à mes côtés, de vous présenter le partenariat que nous avons développé à Lomme.

2Où se trouve Lomme ? Lomme est une commune de l’agglomération de la métropole lilloise, trente mille habitants. La métropole lilloise totalise un peu plus d’un million d’habitants situés à peu près à dix kilomètres de Lille. Et nous sommes à peu près à quinze kilomètres de la frontière belge. Notre exposé sera très pratique, nous essaierons de ne pas être trop théoriques. Ce matin, ont été passés en revue de gros équipements, la Bpi, la Cité des sciences et de l’industrie. Là, nous vous montrerons que nous sommes une bibliothèque moyenne, une médiathèque à taille humaine, dirons-nous, assez récente, et qui a développé un partenariat intéressant dans le domaine de la formation avec l’Institut lillois de l’éducation permanent (ilep) et les Ateliers de pédagogie personnalisée (app) représentés par Chérif Lounici.

3Je vais vous présenter rapidement l’équipement de la médiathèque de Lomme, afin que vous puissiez mieux la situer. Notre présentation est habituellement également traduite en flamand, car je vous rappelle que Lille est la capitale des Flandres. Nous ne sommes pas très loin de la Belgique et nous avons développé un partenariat frontalier avec des médiathèques belges comme Courtrai, Gand et quelques villes frontalières du Nord-Pas-de-Calais. La médiathèque de Lomme est située sur un tronçon très passant, avec une bouche de métro juste à côté. 2 400 m ² sur trois niveaux, vingt-six postes informatiques en tout. Le personnel est constitué de vingt et une personnes, un peu plus maintenant. La médiathèque est gratuite pour les habitants de Lomme, Lille et Hellemmes, parce que ce sont des communes associées. C’est un type d’intercommunalité que l’on appelle la « fusion association » de communes, très peu répandue – il n’y en a que quelques-unes en France. La médiathèque est donc gratuite pour ces habitants et le tarif est de cinquante euros pour les autres habitants. La carte d’adhésion est valable un an et coûte vint-cinq euros pour les moins de dix-huit ans. La médiathèque est récente, elle a ouvert ses portes en septembre 2002. Nous avons donc un peu plus de trois ans d’existence. Elle possède à peu près soixante-dix mille documents. Le classement est thématique avec un mélange des supports. Le service Accueil Inscription Orientation renseigne sur les différents services présents à la médiathèque. Le prêt est centralisé.

4Ouverte sur deux niveaux, elle est composée de différents secteurs que je vais passer en revue rapidement. Les collections pour adultes, la littérature, au rez-de-chaussée. Le secteur des tout-petits avec les albums, la musique, la presse pour les petits, un rayon parents-enfants et un espace de motricité. Le secteur Actualité Vie citoyenne va nous intéresser de plus près puisqu’il regroupe tout ce qui concerne la formation, l’orientation scolaire, les méthodes de langues, l’emploi, l’informatique, droit et vie pratique. C’est un secteur que nous avons voulu aménager un peu à l’image du concept de bibliothèques citoyennes. Pour ma part, j’ai eu l’occasion, puisque nous ne sommes pas très loin non plus, de visiter quelques bibliothèques anglaises – malheureusement pas celle de Birmingham –, des médiathèques qui se trouvent proches de la région Nord-Pas-de-Calais, dans le Kent exactement. Je suis notamment allé à Douvres. Nous avons voulu calquer un peu un modèle anglo-saxon sans le reproduire totalement, d’où ce secteur que nous avons nommé Actualité Vie citoyenne et qui regroupe énormément de documents qui vont aider les personnes dans le cadre de la recherche d’emploi, beaucoup de fiches pratiques. On peut y retrouver des annuaires, des horaires, des plans pour prendre le bus, les transports en commun, beaucoup de choses très pratiques que l’on retrouve également dans les bibliothèques anglaises. Un autre secteur s’intéresse aux sciences et civilisations. On retrouve tous les documentaires pour les adultes à l’étage. Enfin, le secteur Musique et Arts du spectacle est assez classique.

5La médiathèque est donc gratuite. Nous avions quinze mille deux cent trente-trois usagers inscrits en 2004. Nous sommes actuellement à peu près à vingt mille. Ce sont des chiffres assez impressionnants parce qu’il est vrai que la moyenne nationale tourne autour de 18 %. Mais nous sommes conscients de manger notre pain blanc : nous n’avons que trois ans d’existence et nous nous attendons à une chute des inscriptions. Ce sera à nous d’adapter nos collections par la suite.

6Notre public est en majorité un public jeune.

7Nous éditons nous-mêmes un programme mensuel d’activités culturelles que nous proposons aux lecteurs.

8Quelques actions en cours pour fin 2005-2006 : notamment, la labellisation en espace Culture multimédia ; un fonds régional qui doit être étendu ; la coopération transfrontalière avec la Belgique ; des actions classiques comme la refonte du guide du lecteur ; l’amélioration du site web de la médiathèque au sein du portail de la ville…

9Voilà pour cette rapide présentation de la médiathèque.

10Dans ce concept de bibliothèque citoyenne que nous avons voulu mettre en place à Lomme, nous avons donc voulu insister sur le volet formation qui, dans cette notion, tient une place très importante, notamment si l’on se réfère à ce qui se fait en Scandinavie et dans les pays anglo-saxons, par exemple. Nous nous sommes appuyés sur un texte très simple et que vous connaissez certainement, la charte du Conseil supérieur des bibliothèques de 1991. Dans cette charte, on relève trois maîtres mots : informer, former, divertir. C’est le mot « former » que nous avons essayé de mettre en valeur chez nous. Je vais ici laisser la parole à Chérif Lounici qui va vous expliquer comment s’articulent les formations dans notre médiathèque, en sachant que chaque semaine, nous accueillons des stagiaires, autrement dit des publics. En tant que bibliothécaires, nous ne sommes pas prescripteurs, mais nous accueillons des publics spécifiques les mardis, jeudis, vendredis matin, en dehors des heures d’ouverture traditionnelle. Cela favorise l’accès aux ressources documentaires. Si des espaces leur sont réservés, avec la mise à disposition de locaux spécifiques – une salle et du mobilier leur sont destinés –, ils ont également la totalité de la médiathèque à leur disposition. Le personnel aussi est à leur disposition, même s’il est physiquement dans les bureaux en dehors des heures d’ouverture pour effectuer le travail habituel que vous connaissez, catalogage, etc. Je vais laisser maintenant Chérif Lounici vous laisser expliquer le partenariat.

Chérif Lounici

11Merci. Avant d’expliquer ce partenariat, je vais peut-être vous préciser ce que sont les app que tout le monde ne connaît peut-être pas. Les app sont donc les Ateliers de pédagogie personnalisée. Il y en a quatre cent soixante en France qui représentent deux cent mille personnes formées par an avec douze millions d’heures de formation réalisées par an, soit en moyenne vint huit mille heures par app et quatre-vingt heures par stagiaire au niveau national. Les app sont regroupés en un réseau national, mais aussi en réseaux régionaux et réseaux locaux. Dans le Nord-Pas-de-Calais, il y a quarante-cinq sites app et quatre cents personnes qui y travaillent. Et pour le site de Lille, nous réalisons à peu près cent cinquante mille heures par an, ce qui représente à peu près neuf cents personnes, pour vous donner une idée. En termes de logistique, il existe un app central au centre-ville de Lille qui peut accueillir quatre-vingt personnes à un instant T. Nous avons un plateau multimédia où nous travaillons sur les nouvelles technologies, qui se situe aussi au centre de Lille. Et à la périphérie de Lille, nous avons trois relais app dont le premier créé est situé dans un quartier qui s’appelle Fives et qui est installé au sein d’un centre social. Nous avons installé le second en septembre 2002, à la médiathèque de Lomme et le troisième à Saint-André, commune périphérique de Lille, au sein d’une Maison de la jeunesse et de la culture. L’idée que nous développons à Lille, mais que nous essayons de proposer à d’autres régions par l’intermédiaire des réseaux régionaux et nationaux, c’est d’essayer d’irriguer le plus possible le territoire pour toucher les personnes les plus habituellement éloignées de la formation. C’est le principe qui a prévalu pour notre action avec la médiathèque de Lomme.

12L’autoformation, pour nous, est quelque chose d’extrêmement structuré, qui demande un très lourd dispositif pédagogico-administratif, avec un suivi très soutenu. Nous sommes une équipe de dix-neuf personnes et toute l’équipe se réunit à raison de six heures par semaine pour que cet accompagnement de l’autoformation puisse être possible. C’est-à-dire que tous les stagiaires sont passés en revue toutes les semaines, en plus des systèmes de formateurs référents, etc. Je vous précise tout cela pour vous expliquer comment nous sommes arrivés à une collaboration avec la médiathèque.

13Je vais vous décrire maintenant un peu la manière dont nous sommes structurés, les conditions dans lesquelles les publics viennent chez nous et les conditions de leur accueil. Chaque semaine, une vingtaine de personnes est conviée à une réunion d’information. On leur explique le fonctionnement de l’app, ses finalités, le fait que toutes les personnes doivent avoir un projet à exprimer. Ensuite, ces personnes sont évaluées par un positionnement. Le positionnement contient ce que nous appelons « À la découverte de l’autoformation ». Ce test prend la forme d’un document contenant des indications d’orientation au sein de l’app ainsi qu’une série d’exercices dont la réalisation requiert l’utilisation des ressources matérielles, livresques, numériques ou spécifiques du point de vue pédagogique, présentes dans la structure. Un rendez-vous est pris pour établir le contrat avec la personne – on parle alors d’individualisation. Lors de cet entretien on tiendra compte de toutes les contraintes de la personne et de son projet pour déterminer les matières qu’elle suivra, les objectifs qu’elle se fixe, en quoi on pourra l’aider, en quoi on pourra lui démontrer que l’objectif est trop loin, etc. ? Ensuite, un rendez-vous est organisé avec le formateur de chaque matière pour établir un plan de formation très précis qui sera suivi tout au long du passage en formation de la personne. Le plan de formation une fois établi, on procède à un débriefing et à une analyse des tests de positionnement par rapport à l’autoformation où la personne est censée évaluer elle-même les compétences transversales qu’elle pourrait posséder lors du module d’entrée en autoformation. À la sortie de ce module, les personnes bénéficient d’un droit de tirage de rendez-vous individuel, que la personne peut solliciter ou peut se voir prescrire à l’occasion d’une séance de « suivi des stagiaires », avec un formateur méthodologue. Durant ces rendez-vous, le formateur mesure la progression de l’apprenant en lui faisant verbaliser le processus mental suivi, sur la base de situations pédagogiques vécues par la personne, situations positives ou négatives. Ensuite, la formation démarre et s’instaure ce suivi dont je vous ai parlé, qui réunit toute l’équipe de l’app six heures par semaine.

  • 1 Le niveau III correspond a un niveau bac + 2, le niveau IV au bac, le niveau V au CAP, le niveau VI (...)

14Il faut savoir que les app sont régis par un cahier des charges national, édicté par l’État et validé par la région, qui nous indique de former les personnes jusqu’au niveau iv. Or la majorité de notre public est de niveau v, voire vi1. Pour rebondir un peu sur certaines remarques que j’ai relevées ce matin, nos tests de positionnement nous permettent de détecter les personnes qui relèvent du « français langue étrangère », de l’alphabétisation, de la lutte contre l’illettrisme. Nous avons en effet pris conscience, par différentes nuances, que certaines personnes pouvaient ne pas être à l’aise dans l’app. Et nous avons donc, dans notre partenariat, établi des articulations avec les réseaux d’alphabétisation de lutte contre l’illettrisme. Nous nous sommes alors mis d’accord sur des tests de positionnement communs. Grâce à ces filtres, les personnes arrivées chez nous trouvent obligatoirement, si elles ne relèvent pas des services de l’app, une orientation vers des organismes de lutte contre l’illettrisme. Il y a toujours une solution parce que le maître mot est le partenariat et que nous allons chercher les compétences que nous n’avons pas chez nos partenaires.

15Pierre Verbeke : Je rebondis sur ce que Chérif vient de dire sur l’intérêt du partenariat pour répondre à la question de tout à l’heure : nous sommes bibliothécaires documentalistes, et donc pourquoi faire de la formation ? Sommes-nous formés pour ? La réponse, à une échelle moyenne, est justement celle-ci : développer un partenariat dès que cela est possible. Cela permet justement de pouvoir « déléguer » un peu, ce qui ne veut pas dire non plus être complètement délesté de cette charge. En sachant que cela demande une implication à la fois des organismes de formation et des bibliothécaires. Il m’arrive, par exemple, en tant que bibliothécaire, de participer aux réunions ou comités de pilotage en dehors de la bibliothèque, des dispositifs APP à Lille ou ailleurs. Cela nécessite donc une implication du bibliothécaire, mais qui ne va pas jusqu’à l’offre de formation en elle-même sur le terrain. Je ne forme pas de public. Il faut être clair là-dessus.

16Chérif Lounici : Une de nos démarches communes est de bien identifier les missions et les champs de compétence de chacun. Et notre travail, c’est de nous articuler entre nous là où chacun est pertinent, mais sans chercher à couvrir tout le champ des termes informer, former, divertir. Par exemple, nous bénéficions complètement du fonds de la médiathèque pour la formation des personnes qui viennent au relais app et qui sont donc a priori les personnes les plus éloignées de l’information. Je vous disais que dans l’app central, on reçoit quatre-vingt personnes à l’instant T, tandis que dans un relais, l’accueil est limité à douze places. Les personnes les plus éloignées de la formation sont souvent captives de leur quartier et les structures qu’elles fréquentent sont les centres sociaux, les mjc, les médiathèques, les bibliothèques ; mais vraiment de proximité. Nous allons donc les y chercher et formons le relais app dans le lieu qu’elles fréquentent de façon à ce qu’elles s’y sentent à l’aise, en l’occurence, en petits groupes.

17Pierre Verbeke : Nous, notre rôle consiste en quelque sorte à recenser les besoins des stagiaires qui sont formés dans ces app. Nous entrons donc régulièrement, en tant que bibliothécaires, en contact avec les formateurs, avec les responsables de formation et essayons d’adapter nos collections aux besoins des stagiaires. Par exemple, de nombreuses personnes sont en réinsertion professionnelle ou en préparation de concours d’entrée dans la fonction publique. Nous devrons donc adapter nos collections, étoffer les documents pour la préparation des concours et examens, les cibler au plus près des stagiaires. Nous considérons que ces stagiaires app sont des usagers à part entière. D’ailleurs, notre réussite, en tant que bibliothécaires, est de revoir ces stagiaires à la médiathèque après leur parcours d’autonomie, de les voir seuls, devenir adhérents et adhérents réguliers à notre équipement et cela arrive souvent.

18Chérif Lounici : Pour rebondir sur ce mot d’autonomie que nous avons entendu aussi ce matin, si l’on va chercher les gens les plus éloignés de la formation, l’idée et la démarche que nous avons en commun est, bien entendu, de faire grandir les personnes en autonomie. On ne se contente pas de le souhaiter, cela requiert aussi un lourd dispositif pédagogique et administratif. Il faut que les personnes qui sont dans les relais puissent être formées par des formateurs et des formatrices qu’ils rencontrent dans les relais. Et nous avons limité – c’est un peu imagé ce que je dis – le niveau des exercices. À l’ilep et à l’app, nous avons appelé cela arbitrairement le niveau I. Le parcours possible en app est de trois cents heures sur une année, à raison de vingt heures par semaine, c’est-à-dire trois mois. L’objectif est donc que les personnes dans le relais soient encadrées dans le relais par certains formateurs à raison de 70 % de leur temps, et qu’ils viennent à l’app central avec ces mêmes formateurs les 30 % restants. Nous essayons de leur fournir des repères humains. Pour les faire venir, nous proposons de nombreuses activités culturelles, des ateliers d’écriture, des ateliers de lecture, de littérature, des ateliers d’actualité, etc. Ce sont des activités plutôt ludiques qui ne demandent pas un travail pédagogique important. Par exemple, dans le Nord-Pas-de-Calais, nous avons un programme qui s’appelle Team-Pass, avec un système de chéquiers donnant accès à une initiation à l’informatique. Et les personnes glissent petit à petit vers l’app central en gardant comme repères des formateurs qu’ils ont connus dans le relais, lors de ces activités ludiques. Cela leur permet de découvrir l’app central et de commencer à s’habituer à aller d’un point à un autre. À un moment donné, lorsque le niveau I est épuisé, on leur explique qu’ils ont achevé tous les exercices qu’il y avait à faire au niveau du relais et on leur demande d’aller à l’app central pour pouvoir continuer de progresser. Cela nous permet de les faire « translater » et on mesure de cette manière la capacité qu’ils ont à bouger de leur quartier.

19Olivier Chourrot : Je vous remercie. Je note une évolution du discours par rapport aux premières interventions. Nous étions face à des bibliothécaires qui se posaient la question de leur offre de médiation dans un cadre d’autoformation, alors que dans le discours que vous tenez, c’est davantage « à chacun son métier » finalement. Je pense que cela peut donner lieu à un débat. Je souhaiterais vous poser une question sur la fécondation croisée entre vos deux activités. Avez-vous des chiffres ? Savez-vous par exemple combien de gens inscrits à l’app sont devenus des lecteurs réguliers de la médiathèque et, à l’inverse, si des lecteurs de la médiathèque ont rejoint les circuits traditionnels de formation grâce à ce partenariat ?

20Pierre Verbeke : Non, nous n’avons pas de statistiques sur la fréquentation des app, parce que cela les concerne. Je n’ai donc pas le pourcentage de stagiaires app inscrits à la médiathèque. Nous n’avons pas été jusque-là encore.

21Chérif Lounici : Je peux répondre sur le nombre de personnes qui fréquentent le relais. Nous avons une capacité de quatre-vint personnes par an sur le relais et nous en recevons environ entre cinquante et soixante. Ce n’est pas encore un rythme effréné. Mais nous ne l’avons pas réellement quantifié.

22Pierre Verbeke : Le partenariat est quand même assez récent, cela fait tout juste trois ans. Ce qui a été difficile dans la mise en place, à l’origine, c’était de convaincre tout le personnel des bibliothèques que des organismes de formation, notamment dans les app, pouvaient investir nos locaux du jour au lendemain et que formateurs et stagiaires côtoieraient nos collègues. Cela a parfois été mal accepté par certains agents. Parce que les stagiaires aussi prennent des pauses en salle de pause dans nos locaux, par exemple. Le mélange de personnes a été difficile au début pour certains. Et puis, maintenant, avec le temps, cela a pris un rythme de croisière et cela se passe très bien. Mais je vous incite vraiment, dans le cadre d’une véritable volonté politique au niveau des communes, à développer ce genre de partenariat qui, à mon avis, peut répondre à pas mal d’interrogations concernant notre métier de bibliothécaire. Est-on bibliothécaire, formateur ? Jusqu’où allons-nous ? C’est intéressant.

23Je parlais tout à l’heure des stagiaires app qui s’inscrivaient par la suite à la médiathèque, apprenaient à être complètement autonomes et devenaient des lecteurs traditionnels. Ce qui nous réjouit aussi, c’est qu’ils participent à nos activités culturelles. Notamment au prix du Marais, un prix littéraire que nous organisons à la médiathèque de Lomme. Et voir des gens qui ont suivi des parcours d’alphabétisation se retrouver dans des ateliers d’écriture est un vrai plaisir.

24Olivier Chourrot : Nous vous remercions beaucoup pour cet exemple actif de partenariat.

Notes

1 Le niveau III correspond a un niveau bac + 2, le niveau IV au bac, le niveau V au CAP, le niveau VI à un niveau de 3e.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search