Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques et autoformation

 | 
Gérald Grunberg
, 
Thierry Grognet
, 
Philippe Carré
, 
et al.

Actes du colloque Bibliothèques et autoformation

Historique de deux espaces pionniers : II. La Bibliothèque publique d’information

Anne Jay

Texte intégral

De l’espace de langues à l’autoformation ou de l’offre de collections à l’offre de services (Martine Blanc-Montmayeur)

1L’apprentissage des langues en autoformation fait partie du projet initial de la Bpi : présent dès l’ouverture, il fut localisé au sein des collections de littérature, ainsi d’ailleurs que les télévisions du monde. À la fin des années soixante-dix existaient seulement sur le marché des méthodes de langues. La pertinence des choix, la validation pédagogique des méthodes proposées, leur évaluation mais aussi la production par la Bpi de documents d’apprentissage pour certaines langues rares, en relation avec des spécialistes, autant d’objectifs assumés sans faille depuis l’origine. Des statistiques annuelles permettent d’établir sur plus de vingt ans, le palmarès des langues les plus apprises, avec des évolutions rendant compte du poids de telle ou telle langue et des changements survenant à cet effet en France, sans oublier l’impact des vagues successives de migrants.

2En 1987, mais surtout à partir de 1989, fut constituée une logithèque, installée pour des raisons de place dans un autre espace de la Bpi, commençant à offrir des logiciels de bureautique ou de remise à niveau dans les disciplines fondamentales sans oublier le code de la route. Dès lors que les travaux du Centre Georges Pompidou furent devenus un projet affirmé, des groupes de réflexion se constituèrent, à l’initiative de la direction, réunissant une quinzaine de personnes pour élaborer les projets de la future Bpi. Les projets du futur espace de l’autoformation furent discutés au sein de deux groupes de réflexion, l’un s’intéressant à l’offre de services, l’autre aux espaces publics. Huit réunions donnèrent lieu à des comptes rendus entre octobre 1994 et février 1995. Un an plus tard le concept d’autoformation fut affiné au cours de cinq réunions entre novembre 1996 et avril 1997. Le dernier texte de restitution datant du début 1998.

3Ces traces écrites nous permettent, au-delà des souvenirs des uns et des autres, de pointer les préoccupations des bibliothécaires et les étapes de la réflexion sur ce concept difficile de l’autoformation.

4Tout au long de ces années, certaines interrogations reviendront comme un leitmotiv. Elles portent sur la nature des collections : qu’est-ce qu’un document d’autoformation ?

5Une première définition « savoir ou savoir-faire » sera approfondie autour des notions suivantes : concevoir la formation dans le sens d’apprentissages. Acquisition de savoir-faire plutôt que de savoirs purs, par l’entraînement. On souligne l’importance de la répétition, la nécessité d’une confidentialité, d’une autoévaluation, d’une solide motivation.

6On voit que cette définition de l’autoformation est en fait une définition du public qui y a recours. Est proposée la définition de M. Staka de l’université de Brème :

  • 1 Straka (G.), European Views of Self-Directed Learning, Berlin, Waxman, 1997.

« L’apprentissage autodirigé est un processus pendant lequel les individus prennent l’initiative, avec ou sans l’aide d’autrui, de déterminer leurs besoins de formation, de formuler leurs objectifs d’apprentissage, d’identifier les ressources humaines ou matérielles de formation, de choisir et de réaliser des stratégies d’apprentissage appropriées et d’évaluer leurs résultats de la formation1. »

7En 1996, à la reprise des tables rondes, l’autoformation est un espace dont le concept part de l’usager bien plus que des collections présentées puisque la réflexion pose en préalable le profil de l’usager en autoformation, sa démarche : il a une motivation très forte ; il détermine son rythme de travail ; il a besoin de confidentialité ; il a un objectif sur un plus ou moins long terme ; il recherche un travail en liberté, sans compétition, sans jugement.

8Les caractéristiques des documents d’autoformation établies sont : exercices, corrections ; autoévaluation ; médiation d’une machine.

9En ce qui concerne la détermination des caractéristiques des documents imprimés accompagnant cette offre, les discussions seront longues. On optera en définitive pour un choix limité de manuels, de dictionnaires et de livrets d’accompagnements.

10Mais les bibliothécaires savent bien que ce public idéal, s’il existe, ne recouvre pas tout le champ des personnes recourant à l’autoformation. Le problème de l’accueil sera donc au cœur de ces tables rondes :

« La personne à l’accueil devrait pouvoir établir une évaluation informelle du parcours antérieur du futur apprenant, afin de lui proposer la méthode adéquate. Cela implique une grande connaissance des fonds, en particulier des cheminements de chaque méthode. »

11Il faudra donc rédiger des fiches descriptives de chacun des documents et être capable de réorientation. Mais certains souhaitaient pouvoir aller plus loin et prévoir une assistance pédagogique d’intervenants extérieurs. Cette proposition, qui prenait en compte les réelles difficultés d’apprentissage rencontrées par des usagers, ne pourra être retenue dans le fonctionnement général de la Bpi. En mai 1997, une synthèse concluait sur l’esprit de cet espace :

« Cet espace a pour vocation de permettre au public d’accéder à des outils d’autoformation et d’y revenir plusieurs fois. Il ne peut être exclusivement un ensemble de postes de travail, mais doit comporter un espace d’accueil important. Le public doit pouvoir y demander conseil, exposer ses besoins, choisir parmi des produits variés (contenus et supports différents) celui qui répond le mieux à ses attentes.
Les personnes du bureau d’accueil doivent aussi pouvoir se déplacer pour apporter de l’aide intellectuelle et technique aux personnes installées aux postes de travail… »

12Une fois réglés les problèmes de contenu, ainsi que le caractère relativement encyclopédique de l’offre d’autoformation, restaient à résoudre sa localisation, son fonctionnement concret et le nombre de postes de travail ainsi que leurs configurations.

13La localisation a erré au gré du plan de la Bpi, lui-même finalisé fort tard. Mais l’idée d’un espace semi-clos, assez près de l’entrée, a très vite prévalu. Par contre, la répartition des postes entre les langues et les autres logiciels a fait l’objet d’âpres discussions jusqu’aux derniers jours.

14Dans ces débats souvent fort contradictoires, reparaissait une préoccupation forte des bibliothécaires centrée sur l’offre des documents et sur les droits d’usage attribués aux usagers.

15Comment répartir l’offre de cent vingt postes ? Devait-on dédier soixante à quatre-vingt postes aux langues et les autres à tout le reste ? Et comment définir ce reste ? Quelle place donner à la bureautique, aux savoir-faire dans des domaines pratiques dont l’exemple récurrent est : doit-on avoir un logiciel sur la construction d’un escalier ? (La réponse sera non.) Mais sera débattu également le problème de la remise à niveau dans les savoirs de base, dans la préparation aux examens où la Bpi se substituerait aux lieux d’enseignement et s’éloignerait alors de l’autoformation.

16Il s’agissait en fait, en rassemblant dans un même lieu l’ancienne logithèque et le laboratoire de langues, de mêler des publics différents dont l’un était plus connu que l’autre. Or, la prédominance des langues, sensible jusqu’à l’ouverture, était liée à la nature particulière des collections mêlant des cassettes, des vidéos et encore peu de cédéroms. De même, la question des imprimantes a été largement débattue pour conclure par un accord sur la possibilité d’impressions. Il faut se rappeler que dans les années 1998, la mise en réseau existait (ce fut la base de la réinformatisation de la Bpi) mais laissait subsister beaucoup d’inconnues sur les problèmes techniques d’installation et de maintenance.

17Restait à régler le problème des réservations. Sur place ? (Oui, mais la file d’attente ?) À distance ? (Oui, mais aussi la file d’attente ?) Qui les fait ? Y a-t-il un bureau spécial ? Peuvent-elles être automatisées ? Jusqu’où ? En définitive les réservations se feront sur place avec deux options, une borne et une réservation auprès du personnel.

18À travers toutes les discussions a toujours été présente la formation des bibliothécaires ainsi que le désir d’aller visiter d’autres sites d’autoformation, l’envie d’élargir le public et la crainte de générer son mécontentement en cas de trop grand succès, d’où les réserves faites aux impressions, aux possibilités de récupérer son travail. Ce souci d’allier le plus grand service possible avec des contraintes de disponibilité étant d’ailleurs transversal à toutes les tables rondes.

19Je tiens à remercier tous les participants aux tables rondes des années 1994-1998 pour ces efforts de réflexion, de confrontation et de synthèse que j’ai redécouverts avec beaucoup de plaisir à l’occasion de ce colloque.

202000 : l’espace d’autoformation à l’entrée du premier étage retrouve son public et en trouve un autre…

L’espace Autoformation de la Bpi : 2000-2005, évolutions et projets (Anne Jay)

21Au 1er janvier 2000, la Bpi rouvre donc ses portes au public en proposant son nouvel espace Autoformation, « un lieu au cœur de la bibliothèque pour apprendre ou réapprendre seul, à l’aide de documents multimédias, dans tous les domaines de la connaissance ». La ligne directrice, fruit de l’expérience du laboratoire de langues, de l’espace Logiciels et des travaux des tables rondes décrits par Martine Blanc-Montmayeur est toujours la même. On y trouve tous les domaines, tous les supports, tous les niveaux. Il est conçu pour accueillir tous les publics, y compris les moins qualifiés, et le réseau informatique performant, stable et évolutif qui gère strictement le nombre de licences, permet d’accéder à tous les documents de n’importe quel poste de l’espace. Depuis cette date, la collection s’est diversifiée, des nouveaux services ont été mis en place et l’espace Autoformation a trouvé ses publics.

Un dispositif performant

22Situé à l’entrée du niveau 2 de la bibliothèque, l’espace Autoformation offre au public cent vingt cabines isolées visuellement et phoniquement pour préserver autant que possible la discrétion du travail. Trente-six cabines sont consacrées exclusivement aux méthodes de langues sur supports analogiques, cassettes et cd audio, et dvd qui ont remplacé la collection de cassettes vidéo. Les magnétophones sont de type aac (Audio Actif Comparatif) permettant à l’utilisateur de s’enregistrer et d’écouter sa voix. Les quatre-vingt-quatre micro-ordinateurs sont en réseau. Ils ont tous été renouvelés et équipés d’écrans plats à l’occasion du passage sous Windows xp fin 2004 et ils donnent accès à tous les documents. Cinq postes opac pour le choix des documents et deux serveurs d’impression sont à la disposition des usagers ainsi que des catalogues sur papier avec les descriptifs des documents proposés. Un bureau d’accueil et un espace de stockage complètent ce dispositif.

23L’accès est gratuit et anonyme, comme pour l’ensemble des collections de la Bpi, et la seule formalité pour le lecteur est de réserver, à son arrivée, un poste, pour une séance d’une heure, soit auprès du bureau d’accueil, passage obligé pour les documents audio-vidéo, soit à partir des postes opac pour les places informatiques.

De la cassette audio au e-learning

24Les documents proposés répondent toujours aux principes et aux exigences retenus au fil de l’expérience du laboratoire de langues et de la préparation du projet : qualité des contenus pédagogiques, possibilité d’entraînement, forme adaptée aux adultes, association de cours et d’exercices, autoévaluation.

25La multiplicité des supports suit les différentes évolutions technologiques : ainsi les dvd ont remplacé les cassettes vidéo, les cd audio et la formation en ligne ont fait leur apparition. Elle répond aussi à une demande des lecteurs : certains sont encore attachés au support cassette pour l’apprentissage des langues (concentration auditive, possibilité de s’enregistrer, unique support pour certaines langues…), les autres, au contraire, apprécient la liberté de navigation et l’interactivité des cédéroms. L’installation finale reste cependant toujours tributaire des problèmes techniques qui ne peuvent pas toujours être résolus.

26Le développement du e-learning, axe prioritaire du projet d’établissement, est récent. Mis à part des problèmes techniques – l’installation n’est pas toujours plus simple que pour les cédéroms –, le e-learning pose un grave problème de coût pour les bibliothèques. En effet, l’offre de formation en ligne est dans une logique de formation en entreprise, avec un abonnement annuel facturé au nombre d’apprenants qui suivront la formation de A à Z. Cette logique économique ne peut évidemment pas s’appliquer aux bibliothèques qui ne s’adressent pas au même public et n’ont pas le même rôle. De plus, il s’agit principalement, pour le moment, de formations à la gestion et au management, domaines qui restent de toute façon « chers ». Les négociations avec les éditeurs sont donc complexes, mais nous souhaitons les prolonger, dans le cadre du carel (Consortium pour l’acquisition des ressources électroniques en ligne) et avec une aide institutionnelle, pour obtenir des conditions financières favorables qui permettent d’introduire plus largement le e-learning dans les bibliothèques publiques.

Tous les domaines de la connaissance

27La collection est riche et variée, malgré la faiblesse de l’offre éditoriale dans certains domaines et les difficultés techniques d’installation : cent quarante-huit langues et dialectes – de l’afrikaans au zoulou, en passant par l’anglais, le chinois et surtout le français langue étrangère –, vingt-six grands thèmes disciplinaires dont la bureautique, les mathématiques, le management, la recherche d’emploi, la remise à niveau dans les savoirs de base (français et calcul) et la préparation de concours…

28En informatique, bureautique, comme pour les langues, le nombre et la qualité des produits éditoriaux permet de proposer plusieurs titres avec des approches différentes pour un même apprentissage (plus ou moins encadrées, plus ou moins ludiques, plus ou moins approfondies, par exemple). Dans les savoirs de base – révision des règles de grammaire et d’orthographe ou rappel des quatre opérations en mathématiques –, l’offre est beaucoup plus limitée et seul l’éditeur tnt propose des titres vraiment adaptés aux adultes faiblement qualifiés. Dans les autres domaines, il existe quelques titres très pratiques, code de la route, secourisme, savoir répondre au téléphone, rédaction de cv, préparation aux concours… Enfin, dans les domaines scientifiques et techniques, les didacticiels proposés sont en majorité du type accompagnement scolaire, car ce sont souvent les seuls qui existent.

29Dans tous les domaines, l’offre est complétée par une sélection de sites Internet de formation en accès libre sur le web. Nous avons aussi fait le choix de proposer Microsoft Office 2003 pour que nos lecteurs puissent s’exercer à la bureautique dans les conditions réelles.

Accès aux documents : souci de simplicité et de clarté

30Le « lecteur » peut interroger les catalogues informatiques, consulter des catalogues sur papier ou s’adresser au bureau d’information. Sur les postes opac de l’espace, il peut accéder directement au catalogue de la Bpi et, pour les documents informatiques, à différentes listes thématiques extraites de la base de données MédiaView (société ineo) qui gère l’accès technique aux applications : une liste déroulante en langage naturel par grands thèmes qui a la préférence des utilisateurs, une liste des coups de cœur et une liste des nouveautés.

31Ces modes d’accès seront maintenus dans le nouveau portail de la Bpi mis en service en 2006, qui en proposera également de nouveaux : une liste thématique de l’ensemble des documents d’autoformation (analogiques et informatiques), une liste thématique des sites d’autoformation gratuits sélectionnés par la Bpi et une sélection de titres « Apprendre le français ». Cette nouvelle interface permettra aussi de proposer dans le futur des parcours progressifs dans certains domaines.

32Tous les documents catalogués font l’objet d’une fiche d’analyse descriptive accessible en ligne et dans les catalogues sur papier.

Le bibliothécaire, un médiateur ?

33Il y a toujours au moins deux personnes au bureau d’accueil de l’autoformation, le plus souvent trois ou même quatre : deux bibliothécaires venant de différents services de la Bpi et un ou deux vacataires étudiants. Le rôle des permanents de service public est de renseigner, d’aider au choix des documents, de fournir les documents analogiques de langues et surtout de répondre aux questions et aux demandes d’aide.

34La question de la médiation se pose fréquemment, en particulier pour le public du français langue étrangère qui arrive sans connaître un mot de français. Il faut alors accompagner le lecteur non seulement pour le choix du document, mais jusqu’à l’installation dans la cabine. Les autres demandes d’aide, moins fréquentes au bureau d’information, sont très nombreuses dès que le personnel se déplace dans la salle au milieu des cabines. Les demandes peuvent aller d’un renseignement technique sur l’utilisation d’un cédérom à des demandes d’assistance plus théorique sur le contenu des didacticiels, en passant par des questions sur la manière de rédiger un cv ou une lettre administrative et une demande de correction orthographique.

35C’est alors que les professionnels réfléchissent aux limites de leur rôle : où s’arrête le métier de bibliothécaire et où commence celui de formateur ? La limite est laissée à l’appréciation de chacun en fonction des circonstances et de sa propre expérience. Pour l’ensemble des collègues, le bibliothécaire a un rôle de « facilitateur » : simplifier au maximum le choix et l’accès aux documents, y compris pour des utilisateurs qui ne sont pas toujours des habitués des bibliothèques, apporter une aide technique ponctuelle, etc., mais n’a pas un rôle de prescripteur au sens où nous ne proposons pas de parcours personnalisé au lecteur, comme cela peut se faire dans d’autres centres, ni évidemment un rôle de formateur sur le fond des documents.

Nouveaux services

36Depuis 2005, les utilisateurs peuvent créer un espace personnel pour garder sur place à la Bpi ou stocker sur support informatique la mémoire de leur travail sur les logiciels, par exemple le résultat de leurs recherches et surtout la trace de leur cheminement, de leurs scores dans les didacticiels. Ce suivi des scores peut éventuellement être utile pour la validation d’acquis au cours d’un parcours de formation dans le cadre d’un app notamment.

37D’autres nouveautés interviendront avec la mise en place du nouveau portail de la Bpi : un sondage en ligne pour recueillir l’avis des usagers à l’issue de la consultation des didacticiels et aider ainsi à la politique d’acquisition ; l’accès à des écrans animés d’aide à l’utilisation des services de la bibliothèque.

38Enfin, il faudrait reprendre, sous une forme adaptée à la configuration nouvelle des lieux, l’organisation de visites guidées de l’espace, proposées sur annonces sonores, pendant les heures d’ouverture de la Bpi, dont l’expérience antérieure a montré la pertinence.

Autour de l’autoformation

39Depuis longtemps, le service accueille des groupes de français langue étrangère avec leurs formateurs pour une présentation des ressources de l’espace ; la perspective est d’élargir ces actions à des organismes de formation comme les app. 

40Plus récemment, nous avons développé des actions en collaboration avec les bibliothèques et le monde de la formation en organisant régulièrement avec Algora, le cnerta et le Carrefour numérique de la Cité des sciences, cinq journées de présentation par les éditeurs, d’outils multimédias d’autoformation s’adressant à des professionnels de la formation et des bibliothèques et en initiant, avec les mêmes partenaires, une veille documentaire commune en vue de la création d’une base documentaire qualifiée.

Un public motivé et curieux

41Le public est nombreux : sept cent cinquante réservations par jour en moyenne depuis 2000. Jusqu’à l’enquête sociologique menée en 2005 par le service Études et recherche de la Bpi (présentée en seconde partie de cet ouvrage), la connaissance du public de l’espace Autoformation est surtout intuitive. Elle se fonde sur les statistiques de consultation et sur le « ressenti » des bibliothécaires.

42Le français langue étrangère, qui suit les vagues successives de migration, détient la palme de la consultation. Le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur et conforte le rôle intégrateur de la Bpi pour ces populations. L’introduction récente d’une nouvelle méthode de type « bain linguistique » pour grand débutant (il s’agit de la collection Rosetta Stone, de l’éditeur Fairfield Language) permet d’améliorer encore le service pour les primo-arrivants. Dans l’ordre décroissant du nombre de consultations, viennent ensuite la bureautique et l’informatique, soit pour s’initier, soit pour se maintenir à niveau pendant une période d’inactivité ou de reconversion – il s’agit alors d’un public souvent en attente de conseils –, puis les outils pratiques (code de la route, dactylographie) et les sciences et techniques dont la consultation augmente régulièrement. Quant aux savoirs de base, leur consultation est plus faible à l’exception des dictées, sans doute à cause de la difficulté à se remettre seul à ce type d’apprentissage.

43Ces usagers sont en général très motivés et fidèles : des étrangers qui prennent plaisir à montrer leurs progrès, des hommes un peu plus que des femmes, d’âges très divers, des curieux, des retraités et des étudiants, en particulier pour l’anglais-américain. Ils sont le plus souvent hors des circuits de formation et la Bpi est leur seule ressource. L’enquête de 2005 nous apporte de ce point de vue des éléments de réflexion pour l’avenir.

Et maintenant : toucher d’autres publics

44Aujourd’hui, après cinq années de fonctionnement, le succès de l’autoformation a confirmé la pertinence des choix retenus dans le projet et justifié sa nécessité. Le public a investi le nouvel espace, sans état d’âme par rapport à la répartition des collections entre les langues et les autres savoirs, et découvert avec beaucoup d’intérêt les multiples facettes de la collection. Reste aujourd’hui à développer des efforts supplémentaires vers les publics les plus en difficulté.

45Public : Je m’appelle Rachel Briest et je suis responsable de bibliothèque en banlieue parisienne. Je suis extrêmement sensible à ce que les lecteurs nous disent parce que ce sont souvent des gens broyés par la machine industrielle. Nous sommes dans les Yvelines, avec ses grandes usines et une précarité de plus en plus importante. Et si, lorsqu’ils viennent dans nos espaces, les gens disent que « c’est une manière de lutter contre la machine qui nous broie aujourd’hui », il s’agit de personnes qui sont encore dans cette machine. Or, de plus en plus, les gens qui viennent en bibliothèque n’ont même plus cet espoir que l’accès à la culture, à l’information, leur permettrait de s’en sortir dans la vie. Et j’entends également de nombreux enseignants qui soulignent que la difficulté principale à laquelle ils se heurtent réside dans la paupérisation des populations. Les jeunes qui vivent maintenant dans ces banlieues – mais je pense que cela va au-delà du problème de la banlieue – n’ont plus l’envie d’aller se former, d’aller chercher l’information. Et d’ailleurs quelle image la télévision donne-t-elle de l’information ? C’est quoi l’information et ça sert à quoi de se former ? L’école, ça sert à quoi aujourd’hui ? Et nous sommes confrontés tous les jours à cette forme de régression que représente le constat que ces espaces permettent de lutter, mais seulement pour ceux qui sont encore dans le système.

46Anne Jay : Je pense que nous accueillons aussi à la Bpi ces personnes qui ne sont plus dans la « machine ». Et c’est bien à elles qu’il nous faut nous adresser prioritairement. Je ferai juste une petite parenthèse : Martine Blanc-Montmayeur a parlé tout à l’heure de la salle de formation que nous devions avoir pour former le personnel et le public.

47Malheureusement, faute de place, cette salle a dû être utilisée à autre chose. Mais je pense qu’il faudrait trouver une solution pour pouvoir effectivement proposer des initiations au public et notamment à ce public qui est hors des circuits.

48Martine Blanc-Montmayeur : Lorsque l’on reprend les définitions de l’autoformation qui nous ont été données aujourd’hui, il s’agit finalement toujours de personnes capables de se motiver seules. Quelles que soient les périodes, tous ceux qui se sont autoformés étaient donc encore en partie intégrés au système ou, tout au moins, avaient les moyens de l’intégrer. De manière symbolique, il faudrait presque définir maintenant un espace Autoformation en en gardant les caractéristiques, mais en supprimant le mot auto. Si les bibliothèques ou les médiathèques se veulent effectivement ouvertes à tous et non pas réservées à 25 % de la population actuelle, il faut faire un effort énorme sur le vocabulaire. Et ce mot d’espace d’autoformation est finalement contraire au public auquel on sait qu’il devrait aussi pouvoir s’adresser – je caricature un peu, excusez-moi. Toute la lecture publique s’est basée sur le libre accès. Or, je voudrais que l’on organise un jour un colloque sur les méfaits du libre accès. Car le libre accès est toujours pour ceux qui, justement, sont capables d’avoir un libre accès. Et toute la conception des bibliothèques de lecture publique, que ce soit l’autoformation ou le reste, est effectivement basée sur l’autonomie, l’insertion, le savoir savoir, etc. Beaucoup d’idées très généreuses, mais qui se heurtent aux problèmes de la société française actuelle. Il faudrait qu’il n’y ait plus jamais l’expression « autonomie du lecteur » dans les documents de présentation des bibliothèques aujourd’hui. C’est ce que j’essaye, sans grand succès, de faire passer aujourd’hui dans mon nouveau métier…

49Pascaline Blandin : C’est en effet un peu le problème auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. Et nous essayons de permettre aux gens qui n’ont pas cette autonomie mais qui ont envie d’aller vers l’autoformation, de passer le cap, d’acquérir cette autonomie et d’avoir cette petite formation que l’on ne voit pas.

50Public : Je voudrais juste souligner que le processus d’autoformation est un processus volontaire, il n’est pas imposé. La personne qui accepte cette forme d’apprentissage a donc une motivation qui, à mon avis, est de se libérer de la machine, et non d’y rester.

  • 2 Agnès Camus-Vigué, sociologue, service Études et recherche de la Bpi participait au colloque. Son i (...)

51Agnès Camus2 : Beaucoup de gens voient l’espace Autoformation comme un lieu de recours. Ils ont une carte mentale des différents lieux où ils pensent pouvoir trouver quelque chose, des ressources. Ils ne sont pas dans ce processus vraiment volontaire d’autoformation. Ils arrivent et trouvent la bonne ou la mauvaise ressource. Mais si quelqu’un leur permet en plus, justement, dans un processus de transmission, sous la forme d’un petit coup de pouce, d’avoir accès à la ressource, c’est ce qu’il leur faut à ce moment-là. S’ils ne trouvent pas, ils essaient de bricoler comme ils peuvent. Il y a vraiment un type de public différent de celui qui vient avec un vrai projet et c’est un public auquel je pense qu’il faut être attentif.

  • 3 Régine Daval, Bpi, Service Sons, langues et logiciels/section Autoformation.

52Régine Daval3 : Effectivement, il y a une demande récurrente qui concerne l’alphabétisation. Malheureusement, nous n’avons jamais pu y répondre à la Bpi parce que cela demande un accompagnement, que ce n’est plus de l’autoformation. Mais la demande existe et ce public est encore, pour l’instant, exclu, aussi bien dans notre espace qu’à La Villette.

53Isabelle Dussert-Carbone : Avant de conclure cette discussion, il faut mentionner les espaces culturels multimédias qui font également un très gros travail et qui donnent accès à des outils d’autoformation sans s’appeler pour autant espaces autoformation. Souvent, ils travaillent en lien avec les bibliothèques.

54[Fin des débats de la matinée. La deuxième partie du colloque reprend avec Olivier Chourrot, responsable du pôle Accueil des publics à la Bpi, en tant que modérateur.]

55Olivier Chourrot : Je crois que la matinée a soulevé beaucoup de questions auxquelles il n’a pas toujours été possible de répondre. Nous allons essayer d’aborder ces questions cet après-midi. En ce qui me concerne, une chose m’a beaucoup frappé : c’est une sorte de réductionnisme du rôle de la bibliothèque. Nous avons oscillé entre deux conceptions, une conception très généreuse où la bibliothèque est en tant que telle un lieu d’autoformation – cela a été évoqué notamment lorsque Pascaline Blandin a parlé de la biographie de Le Quintrec –, pour arriver à une conception beaucoup plus modeste situant l’autoformation comme un îlot à l’intérieur de la bibliothèque qui reste définie comme un espace culturel, comme une sorte de concession faite par la bibliothèque culturellement définie à l’autoformation et au développement socio-économique. C’est une chose sur laquelle nous reviendrons peut-être.

56Avant de commencer par une première table ronde, nous allons écouter tout d’abord deux témoignages. Un premier témoignage de M. Brian Gambles, directeur de la Birmingham Central Library (Royaume-Uni), qui va nous parler du programme Learning for Life qui a été développé dans sa ville. Le second témoignage sera intéressant à mettre en parallèle avec celui de Birmingham puisqu’ils concernent tous deux des villes industrielles qui ont été confrontées à une reconversion de leurs activités économiques, ce qui pose des problèmes d’autoformation et de formation en général qui me semblent un peu similaires. Nous accueillons donc aussi Pierre Verbeke, de la médiathèque de Lomme et Chérif Lounici qui est formateur app. Vous verrez qu’il y a un atelier de pédagogie personnalisée à l’intérieur de la médiathèque de Lomme et ils nous expliqueront comment ce projet a été développé.

57Je vais passer maintenant la parole à M. Gambles, ce qui me semble particulièrement intéressant à ce stade parce que ce matin nous avons parfois parlé d’accompagnement superflu du bibliothécaire, notamment dans l’espace Autoformation de la Bpi (voir rapport d’enquête, p. 145) et vous allez nous expliquer comment vous êtes passé à un accompagnement indispensable et comment vous avez transformé des bibliothécaires en assistants de formation.

Notes

1 Straka (G.), European Views of Self-Directed Learning, Berlin, Waxman, 1997.

2 Agnès Camus-Vigué, sociologue, service Études et recherche de la Bpi participait au colloque. Son intervention « Nouveaux autodidactes : des usagers très autonomes » a été remplacée par le rapport d’enquête publié en deuxième partie de l’ouvrage.

3 Régine Daval, Bpi, Service Sons, langues et logiciels/section Autoformation.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search