Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques et autoformation

 | 
Gérald Grunberg
, 
Thierry Grognet
, 
Philippe Carré
, 
et al.

Actes du colloque Bibliothèques et autoformation

Historique de deux espaces pionniers : I. La médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie

Joëlle Muller et Reza Ebrahimi

Texte intégral

Bref historique des didacthèques de la Cité des sciences et de l’industrie (Joëlle Muller)

1Je ne vous ferai ici que l’historique des dix premières années de ce que nous avons appelé « didacthèque », qui a démarré en 1986. Il s’agit finalement d’une histoire très récente. La didacthèque de la Cité des sciences a été créée en même temps que la médiathèque de la Cité des sciences et a donc été intégrée à la médiathèque et à la Cité des sciences. La mission générale de la Cité des sciences était une mission de vulgarisation scientifique et technique. Dans ce cadre, il y avait également un partenariat très fort avec l’Éducation nationale : dans la Cité des sciences, il y avait des « classes Villette » et le partenariat avec l’Éducation nationale se concrétisait aussi dans les espaces de la médiathèque et notamment avec la médiathèque des enfants et avec la didacthèque. Cette première didacthèque était au départ une didacthèque entièrement destinée à la jeunesse puisqu’il n’existait pas d’édition de logiciels de formation pour les adultes à l’époque. Il existait des logiciels d’autoformation pour adultes, mais à l’intérieur des grandes entreprises. Il n’y avait, à la didacthèque, que des logiciels pour les enfants.

2Tout cela est à relier avec ce que l’on a appelé à l’époque « le plan informatique pour tous » qui était un plan d’informatisation des écoles primaires, collèges et lycées, lancé en 1985 par l’Éducation nationale et dont nous étions partenaires. Le « plan informatique pour tous » explique vraiment la genèse de ces premières logithèques-didacthèques dans les bibliothèques publiques. Le principe général du « plan informatique pour tous » était d’intégrer l’outil informatique comme moyen pédagogique dans les écoles : de la même manière qu’il y avait eu des audiovisuels, dès que sont apparus des logiciels, on a introduit de la formation initiale, de l’accompagnement et de la formation continue. Ce n’était pas de l’autoformation, mais plutôt des exercices d’entraînement, de découverte. Les écoles ont donc été dotées de « salles informatiques », avec du matériel et des moyens financiers pour développer des produits logiciels. Ces salles devaient au départ être aussi ouvertes au grand public, notamment le mercredi et le samedi. Elles auraient pu fonctionner avec des formateurs ou des médiateurs externes qui seraient venus dans les écoles pour former le grand public et les adultes. Mais il y avait en fait très peu de logiciels pour les adultes et peu d’écoles ont utilisé cette possibilité de faire de ces salles informatiques un lieu d’apprentissage pour les adultes.

3Il a fallu aussi former les enseignants. Mais les matériels, les logiciels ont été achetés avant de former les enseignants à leur utilisation pédagogique… On peut dire que les débuts du « plan informatique pour tous », ont présenté un vaste ratage, avec un certain nombre d’ordinateurs qui sont restés dans les cartons sans avoir même jamais été déballés. Tout cela a mis du temps à se mettre en place mais a quand même fini par émerger. Le matériel retenu à l’époque était des mo5 et to7 de Thomson, ce qu’on appelait un « nanoréseau ». Quand je relis ces informations, j’ai l’impression que cela se passait il y a très longtemps, mais en fait ce n’est pas si vieux. Ce matériel avait été retenu à l’époque parce que Thomson était français et ibm était américain… Tout ce matériel est devenu obsolète au bout de deux ou trois ans et la didacthèque a donc été créée avec du matériel qui est devenu très rapidement périmé. Les supports – à l’époque les cédéroms n’existaient pas – ont d’abord été des disquettes cinq pouces, puis les petites disquettes trois pouces que certains d’entre vous connaissent quand même encore, parce que cela ne fait pas très longtemps qu’elles ont disparu. Voici donc brossé rapidement le cadre, le contexte dans lequel ont été créées cette didacthèque et un certain nombre d’autres logithèques en France.

4La didacthèque de la Cité des sciences a donc utilisé les logiciels éducatifs de l’Éducation nationale qui avaient été développés par l’Éducation nationale et notamment le cndp (Centre national de documentation pédagogique). Très rapidement, le besoin s’est fait sentir de proposer aussi des logiciels d’autoformation pour les adultes. Et, comme il n’existait pas d’édition, nous nous sommes tournés vers des grandes entreprises qui avaient des centres de ressources multimédias et qui avaient développé des logiciels d’autoformation, notamment pour la remise à niveau. À la Cité des sciences, il n’y en avait pas pour l’apprentissage du français, mais il y en avait en mathématiques, mécanique, énergie, etc. Et notamment des logiciels développés par un certain nombre de grosses entreprises comme Renault, Air France, edf… Ces entreprises avaient développé des logiciels qui n’étaient pas seulement conçus pour des ingénieurs – ceux-là, nous ne les prenions évidemment pas – mais pour le grand public. edf, par exemple, avait créé un logiciel très intéressant sur l’énergie électrique et un autre sur le fonctionnement des écluses. Mais l’offre était insuffisante et il a été très difficile de constituer un fonds de logiciels éducatifs pour des adultes. Et, très vite, à peu près deux ans plus tard, le nanoréseau a été remplacé par des compatibles PC qui sont arrivés sur le marché.

5Cet espace, qui était au départ uniquement dévolu aux enfants, avec une trentaine de postes maximum, a ensuite évolué. On a séparé l’espace adultes de celui des enfants : c’était un choix volontaire parce que les enfants prenaient littéralement d’assaut tous les ordinateurs et que lorsque les adultes voulaient aller sur un ordinateur, ils n’avaient plus de place. On a donc décidé de consacrer une didacthèque aux adultes, réservée aux plus de douze ans, tandis que les enfants avaient leur didacthèque qui était intégrée à la médiathèque des enfants, dans un autre espace. Cependant, le fait que les adultes soient ensemble avec les enfants était aussi très intéressant car c’étaient souvent les enfants qui montraient aux adultes comment se servir de l’ordinateur. Il ne faut pas oublier que c’était il y a une vingtaine d’années et qu’à ce moment-là il y avait très peu d’équipements informatiques dans les foyers.

6Nous avons ensuite créé la didacthèque professionnelle, à partir de la reprise d’un fonds didactique géré par le cesta, le Centre d’études des systèmes et des technologies avancées et de partenariats avec les éditeurs : une sorte de dépôt volontaire, le dépôt légal des logiciels n’existant pas à l’époque. En contrepartie de ce dépôt volontaire des produits à la didacthèque des professionnels, nous pouvions continuer à remplir en partie le rôle du cesta, c’est-à-dire à proposer ces produits en visionnement à des professionnels de la formation. Cette didacthèque n’était donc pas ouverte au grand public, mais uniquement aux formateurs, aux enseignants, aux concepteurs de produits multimédias. En 1991, la didacthèque proposait environ 1 000 didacticiels sur l’ensemble de ces didacthèques, répartis essentiellement sur des PC.

7En ce qui concerne les usages, il y a eu des évolutions, mais, globalement, les grandes catégories se retrouvent. Ces usages consistaient en une consultation individuelle sur place sans réservation. Il n’y avait pas de prêt pour ces documents. Il y avait également l’accueil des « classes Villette », donc de groupes, l’organisation de tournois, de jeux didactiques du type « À vos maths, prêts, partez… » (on utilisait des logiciels qui étaient en réseau sur l’apprentissage des maths et on faisait faire des jeux, des concours à des enfants sur un certain nombre de logiciels). C’étaient des animations sur ces logiciels. On a aussi, dès le début, organisé des journées de démonstrations où la présentation des produits par les éditeurs était suivie d’un débat. Il y a également eu des conférences sur ce que l’on appelait à l’époque l’eao, c’est-à-dire l’enseignement assisté par ordinateur. Depuis, de nombreux termes sont apparus : les formations ouvertes, les formations à distance, les formations par Internet… Mais, à cette époque, on parlait d’enseignement assisté par ordinateur. Nous avons également accueilli des groupes en formation avec des partenaires, notamment les app (Ateliers pédagogiques personnalisés) de la région parisienne. Je n’insiste pas sur cette activité puisqu’elle va vous être développée par un autre intervenant qui a mené un partenariat à Lille entre app et bibliothèque, mais c’était un peu le même principe. Nous avons aussi mené des actions de formations de bibliothécaires parce que nous étions des pionniers en la matière. Les autres bibliothèques qui souhaitaient réaliser ce type d’espaces nous demandaient donc des aides à la formation et à l’implantation de ce type d’espaces. Voilà, rapidement, les usages développés dans les didacthèques de la Cité des sciences.

8Sur le public accueilli, les grands chiffres de l’enquête de public que nous avions menée en 1991 recoupent des éléments développés par Pascaline Blandin, avec une plus grande présence masculine à l’époque. Alors que le public des bibliothèques est généralement très féminin, dès qu’il s’agissait de technologie et de machines, d’audiovisuels, de logiciels, on constatait une plus grande fréquentation masculine. Un public très jeune puisqu’environ 84 % de la population fréquentant la didacthèque avait entre quatorze et quarante ans. Les scolaires représentaient une part importante : 35 %, les actifs : 45 % et les inactifs : 20 %. Précisons que les inactifs n’étaient pas des retraités, parce que, à l’époque, les retraités ne se précipitaient pas encore sur les micro-ordinateurs. Et donc, quand on parle de 20 % d’inactifs, cela signifiait facilement 16 % de chômeurs, ce qui était très important, puisque sur l’ensemble de la médiathèque il n’y avait que 4 % de chômeurs. Dès le départ, l’appropriation s’est donc faite par une population qui avait le temps et le désir de se remettre à niveau.

9Ensuite, la didacthèque s’est beaucoup développée en intégrant des cédéroms et Intranet. Cette évolution est développée par Reza Ebrahimi.

L’Autoform@tion au Carrefour numérique de la Cité des sciences et de l’industrie : un espace d’apprentissage en autonomie (Reza Ebrahimi)

10L’Autoform@tion issue de la fusion de la didacthèque publique (un dispositif d’autoformation dans les domaines scientifiques et techniques créé en 1986) et de la didacthèque des professionnels de la formation (un espace créé en 1991 dédié aux professionnels de la formation souhaitant consulter et évaluer des multimédias d’autoformation) est aujourd’hui l’un des espaces du Carrefour numérique, qui a ouvert ses portes le 15 février 2005.

Le Carrefour numérique

11Le Carrefour numérique est l’un des pôles de la médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie labellisé Cyber-base et ecm (espace Culture multimédia). Il occupe une surface de mille deux cent mètres carrés. La vocation du Carrefour numérique est de favoriser l’accès pour tous aux nouvelles technologies afin de « réduire la fracture numérique ». Cet objectif se concrétise par des offres multiples et complémentaires dans des espaces du carrefour numérique identifiés :

  • l’Autoform@tion : centre de ressources multimédias permettant un apprentissage en autonomie (voir le chapitre suivant) ;

  • le Kiosque Internet : lieu équipé de vingt-quatre postes, réservé aux abonnés de la Cité des sciences et de l’industrie pour accéder à Internet, effectuer des recherches ou réaliser un projet personnel ;

  • l’Atelier : lieu dédié aux ateliers d’initiation ou de perfectionnement aux 45 techniques et aux outils de l’information (découverte souris-clavier, Word, Photoshop, flash, courrier électronique, naviguer sur le web, ou encore créer son blog). Le contenu des ateliers est accessible à tous les publics à partir de douze ans. La participation aux séances se fait sur inscription ;

  • le Studio : lieu de création pour les porteurs de projets multimédias. Ils y trouvent des outils numériques et des compétences nécessaires pour réaliser leurs projets ;

  • la Classe numérique : espace réservé à l’accueil des classes et des enseignants autour des projets scolaires multimédias ;

  • l’Agora : espace d’animations, rencontres, débats et conférences dédié à l’actualité du multimédia, aux créations numériques et aux initiatives locales ;

  • la Galerie : espace central de circulation du Carrefour numérique consacré aux événements thématiques et aux expositions de créations multimédias (culturelle et éducative) ;

  • la salle Louis-Braille : espace situé dans la médiathèque ouest de la csi, permet aux personnes privées de la vue et aux malvoyants de lire, scanner imprimer en braille et naviguer sur le web.

12Depuis son ouverture, il y a neuf mois, le Carrefour numérique attire un public de plus en plus nombreux. On comptabilise entre trois cents à quatre cents personnes par jour.

L’espace Autoform@tion

13L’espace Autoform@tion est situé à l’entrée du Carrefour numérique au niveau-1 de la Cité des sciences. Trente-six ordinateurs installés en réseau sont répartis sur une surface de deux cent quatre-vingt mètres carrés offrant actuellement quatre cent treize ressources multimédias pédagogiques, cédéroms et sites. La situation privilégiée de l’Autoform@tion, à proximité de l’accueil général du Carrefour Numérique, permet de prendre en charge l’usager dès son arrivée pour le renseigner, le conseiller ou l’orienter.

Le fonctionnement

14L’accès aux ressources se fait sur inscription à la banque d’accueil via la carte Carrefour numérique gratuite, valable cinq ans. L’usager se connecte au poste avec son login et son mot de passe, il peut alors naviguer dans le catalogue de l’Autoform@tion et rechercher le titre qu’il souhaite consulter. La durée de consultation est limitée à deux heures en cas d’affluence. Un (e) médiathécaire est présent (e) sur l’espace tous les jours de 14 heures à 17 heures, son rôle consiste à conseiller les publics et à les orienter, selon leur niveau de maîtrise de l’outil informatique, vers les ressources les mieux adaptées à leur besoin.

L’offre

15L’espace propose une offre en trois parties : le corps du fonds, les parcours et un fonds événementiel. Nous avons décidé d’abandonner une logique d’accès thématique ou disciplinaire et nous avons préféré privilégier les accès par centre d’intérêt de nos publics. Ainsi, les didacticiels et les sites disponibles dans l’Autoform@tion abordent les ressources selon trois axes principaux :

  • la culture numérique : dans laquelle sont regroupées les différentes utilisations d’un ordinateur (initiation, bureautique, Internet, création de documents multimédias, programmation) : cinquante-deux titres ;

  • les savoirs de base : pour les adultes, en français et en mathématiques, pour les scolaires à partir de la 6e dans des matières scientifiques et techniques et des titres ludo-éducatifs pour tous : quatre-vingt-deux titres ;

  • les connaissances professionnelles : la recherche d’emploi, l’entreprise, l’enrichissement des savoir-faire techniques (différents secteurs d’activités comme le BTP, le commerce, la communication, l’hôtellerie ou la santé) : soixante-treize titres.

16Pour faciliter l’utilisation de ces ressources et valoriser l’ensemble des activités du Carrefour numérique, nous avons créé des parcours fondés sur des questionnements récurrents de nos publics. Par exemple, le parcours intitulé Maîtriser le clavier et la souris, recense six ressources disponibles à l’Autoform@tion, recommande de suivre l’atelier du même nom et propose une sélection d’ouvrages à emprunter à la médiathèque.

17Dans le cadre des manifestations thématiques organisées par le Carrefour numérique, l’Autoform@tion propose enfin une sélection de sites et de cédéroms relative à la thématique, regroupée sur huit postes à l’entrée de l’espace et en accès libre.

18En outre, nous avons mis en place un fonds consacré à l’autoformation, disponible à la médiathèque d’histoire des sciences, dans le secteur « Didactique ».

Les publics et les usages

19L’offre répond à deux types de demande : se former en autonomie ou évaluer et tester des ressources multimédias en tant que professionnel. Elle s’adresse d’une part au grand public et aux plus jeunes à partir de douze ans pour s’initier, se perfectionner ou s’entraîner en toute autonomie. D’autre part aux professionnels : enseignants, formateurs, animateurs et responsables de centres de ressources, bibliothécaires…

20À ce jour, nous avons constaté sans surprise que les usages étaient tournés principalement autour de l’apprentissage de l’outil informatique pour une catégorie d’âge variant de quarante à plus de soixante ans. Les ressources les plus consultées sont celles qui concernent la bureautique, la création de documents multimédias (Illustrator, Photoshop), la remise à niveau en français, et le ludo-éducatif. La moitié des personnes qui fréquentent l’espace ont besoin d’une médiation forte. Il s’agit tout à la fois de les soutenir dans leur projet, de les conseiller dans le choix des ressources et de les rassurer sur leur capacité d’apprentissage tout en dédramatisant l’utilisation de l’outil informatique.

Quelques projets…

21Dans le cadre du développement de l’activité de l’Autoform@tion et la valorisation de son fonds auprès des publics, nous envisageons de mettre en place des nouveaux projets. À titre d’exemples :

  • présentation collective des ressources : des séances de présentation des ressources d’Autoform@tion en complémentarité de certains ateliers permanents (Word, Excel, Windows, Internet…) du carrefour numérique ;

  • soutien scolaire : mise en place de séances de soutien scolaire à l’Autoform@tion en mathématiques pour les classes secondaires à l’aide des outils informatiques ;

  • partenariat : mise en place de partenariats avec les acteurs et les organismes sociaux en vue d’échanger des compétences, d’enrichir les ressources d’Autoform@tion et de créer un nouveau rayonnement autour de ses activités et de son fonds.

22Pour conclure, l’objectif des bibliothèques publiques est d’aider les personnes dans leur démarche d’apprentissage et de recherche d’informations. Aujourd’hui, la pression exercée par l’environnement technologique au quotidien oblige tout un chacun à maîtriser l’informatique pour ne pas être exclu de la société. Les espaces d’autoformation peuvent faciliter cette appropriation par la diversité et la pertinence de leurs ressources en permettant l’accès au plus grand nombre. Mettons les savoirs à la portée de tous en assurant la promotion de « l’autoformation tout au long de la vie » et « apprenons en vieillissant » comme le disait Solon !

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search