Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques et autoformation

 | 
Gérald Grunberg
, 
Thierry Grognet
, 
Philippe Carré
, 
et al.

Actes du colloque Bibliothèques et autoformation

Ouverture

Gérald Grunberg

Texte intégral

1Je suis très heureux de vous accueillir aujourd’hui au Centre Pompidou pour cette journée consacrée à l’autoformation. Je voudrais commencer par remercier tout particulièrement Élisabeth Lasabatie et le service Sons, langues et logiciels de la Bpi qui ont souhaité cette journée et qui en ont assuré pour une très large part l’organisation, avec la passion que ces collègues mettent de manière générale à leur domaine d’activité, comme chacun pourra s’en rendre compte tout au long de la journée et en visitant la Bpi pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait.

2Donc, merci beaucoup d’avoir pris l’initiative de cette journée de réflexion sur l’autoformation en bibliothèque, qui vient fort à propos pour faire le point sur un secteur d’activité en pleine expansion notamment dans les bibliothèques publiques.

3La Bpi, dans ce domaine, peut évidemment faire état d’une riche pratique qui la désignait pour proposer à ses partenaires l’organisation de cette journée. Vous savez que, dès sa création, notre jeune collègue de l’époque, Jean-Pierre Seguin, avait eu cette intuition très forte que ce que l’on appelait alors « la formation permanente » prendrait une part de plus en plus importante dans nos sociétés et que la bibliothèque publique devait en être un des lieux de proposition et de déclinaison. Il avait eu d’ailleurs, ce faisant, l’initiative de conjuguer pour notre pays la tradition française de la transmission et de la médiation, classique dans la conception de la bibliothèque publique, avec un autre volet des bibliothèques publiques, beaucoup plus développé par nos collègues et amis anglo-saxons, à savoir la bibliothèque publique comme centre de ressources et de services proposés à l’autonomie de l’usager et lui permettant de développer cette autonomie. Cela s’appelait, à l’ouverture de la bibliothèque, la « médiathèque de langues », puis cela s’est enrichi comme vous le savez des didacticiels, puis des logiciels de toutes sortes. Et ma collègue Martine Blanc-Montmayeur, chargée de la restructuration de la bibliothèque, à l’occasion des travaux qui ont eu lieu dans le Centre Pompidou de 1997 à 2000, a souhaité, avec les équipes, donner une importance nouvelle à ce secteur, ce qui a conduit à une offre démultipliée qui vous sera rappelée dans la journée et qui connaît un succès croissant.

4Nous n’avons fait depuis qu’accentuer cette tendance. Le projet d’établissement dont la bibliothèque s’est dotée en 2003 confirme qu’il faut renforcer le rôle de la Bpi en matière d’intégration sociale et de développement personnel. C’est l’un des axes majeurs des programmes d’action de ce projet d’établissement. Enfin, la « formation tout au long de la vie », selon l’expression désormais consacrée, figure comme l’une des orientations très fortes qui éclaire la charte documentaire que la Bpi a actualisée ces deux dernières années et dont elle a publié la version la plus récente au printemps dernier.

5D’un côté, cette activité croissante de la bibliothèque ne suscite aucune réserve parce qu’elle correspond à un besoin social, économique, culturel, auquel la bibliothèque publique comme espace public doit répondre, mais, de l’autre, ce développement pose de redoutables questions. Premièrement, comment organiser la complémentarité – et nous aurons, au long de cette journée, plusieurs exemples très éclairants à ce sujet – entre les bibliothèques et les organismes spécialisés ?

6Deuxièmement, une question qui divise : aujourd’hui, la bibliothèque peut-elle aller jusqu’à devenir un lieu de validation des acquis, comme le souhaiteraient certains utilisateurs ?

7Et troisièmement, enfin, comment concilier la logique économique des prestataires de formation, qu’ils soient privés ou publics, avec l’accès de tous au service public d’information qu’est la bibliothèque publique ?

8Ce sont quelques-unes des questions qui vont être débattues au cours de cette journée qui, je l’espère – et c’est en tout cas ainsi qu’elle a été conçue –, devrait nous permettre d’avancer vers de nouveaux développements.

9Je voudrais remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué à l’organisation de cette journée ou qui vont, d’une manière ou d’une autre, par leur apport, d’ici ce soir, enrichir nos réflexions. Évidemment, je vais en oublier, et je demande donc, par avance, votre indulgence. Mais je voudrais au moins remercier d’abord la Direction du livre et de la lecture, représentée ici à mes côtés par Thierry Grognet, pour le soutien constant qu’elle apporte à la Bpi et qu’elle a confirmé d’emblée pour l’organisation de cette journée ; M. Philippe Carré, professeur en sciences de l’éducation à Paris X-Nanterre, un des grands spécialistes en France de l’autodidaxie et que je remercie très vivement pour le précieux conseil scientifique dont il a accompagné l’organisation de cette journée ; notre collègue britannique Brian Gambles, directeur de la Central Library de Birmingham, qui est pour nous tous un exemple vivant de ce qui peut se faire de mieux aujourd’hui en matière d’offres de services, sur place et à distance, pour un public très large et très diversifié ; Bernard Blandin, du Centre d’études supérieures industrielles (cesi), qui assurera la synthèse de cette journée, et puis, bien sûr, tous les organismes, toutes les institutions et toutes les bibliothèques qui sont présents aujourd’hui et dont certains représentants vont intervenir. Je citerai la médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie, mais aussi toutes les bibliothèques publiques dont vous êtes les représentants dans la salle.

10Je citerai enfin l’Association pour le développement des documents numériques en bibliothèque, dont le concours a été particulièrement précieux.

11À tous, je souhaite une très bonne journée et je passe la parole à Thierry Grognet.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search