Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la bibliothèque au droit de cité

 | 
Michèle Petit
, 
Chantal Balley
, 
Raymonde Ladefroux
, 
et al.

Six terrains d’enquête

Chantal Balley

Texte intégral

1Déchiffrer les interactions entre jeunes et bibliothèques municipales, faire « remonter à la surface » les échos de leurs expériences par rapport aux bibliothèques qu’ils fréquentent habituellement, cela nécessitait de choisir comme terrains d’étude des sites où il était possible d’observer non seulement les usages que les jeunes font des bibliothèques, mais aussi les effets des actions engagées par les équipes de bibliothécaires auprès de ce type de public. L’ancienneté de la participation de la bibliothèque à la lutte contre l’exclusion et l’engagement du personnel dans des actions auprès de publics « défavorisés » sont donc apparus comme des conditions déterminantes pour le sujet qui nous importait et pour le bon déroulement des enquêtes. Les directeurs des bibliothèques et leurs collaborateurs devaient être de précieux relais, aussi bien pour la constitution du corpus de jeunes auprès desquels les entretiens seraient effectués que pour la connaissance de la bibliothèque elle-même, de son personnel, de son histoire et ses interventions dans la ville.

2Par ailleurs, si l’objet de l’étude n’impliquait pas de comparer les données recueillies, et si le type de méthodologie choisi l’interdisait, il a semblé indispensable de rechercher des sites dans des contextes socio-spatiaux qui reflètent – autant qu’il est possible dans la limite de six sites – la diversité des milieux géographiques de la France. La pauvreté et les politiques menées pour la combattre ne se déclinent pas de la même façon selon qu’il s’agit d’une zone urbaine ou rurale, d’une commune de banlieue construite à la hâte pour répondre en priorité aux besoins en logement ou d’une petite ville de province bousculée par l’arrivée de ruraux ou d’immigrés en quête d’emploi, d’une région anciennement industrialisée en voie de complète restructuration (par exemple les régions minières qui ont pris leur essor à la fin du siècle dernier), du Midi tertiaire peu favorable à l’emploi, ou de régions récemment vivantes du fait d’activités agricoles mais à présent socialement resserrées. L’attitude des élus municipaux vis-à-vis de l’application des politiques nationales, les particularités des contextes locaux influent sur les décisions prises à l’échelle de la commune. Il était intéressant d’observer le positionnement des bibliothèques et les modes d’action des bibliothécaires vis-à-vis de populations et de quartiers urbains spécifiés.

3Nous avons donc retenu six villes, qui font l’objet dans ce chapitre d’une rapide présentation. Tout en présentant des valeurs élevées pour les paramètres significatifs de pauvreté, elles ont eu des histoires différentes et connaissent actuellement des situations non similaires. Trois d’entre elles sont situées en banlieue : Bobigny au sein de l’agglomération parisienne, Bron dans l’agglomération lyonnaise, Hérouville-Saint-Clair à proximité de Caen ; des banlieues qui se démarquent les unes des autres du fait de la grande inégalité de taille de la ville-centre de l’agglomération, et de leur position dans des histoires régionales distinctes. Deux autres villes, Mulhouse et Auxerre, font plutôt figure, dans le réseau urbain français, de pôles pour leur région environnante, assurant des fonctions centrales – Mulhouse est sous-préfecture du Haut-Rhin, Auxerre, préfecture de l’Yonne –, et desservant un espace proche à dominante anciennement industrielle et en reconversion dans le cas de Mulhouse, à dominante rurale dans le cas d’Auxerre. Enfin, un bourg, Nyons, dans la Drôme, représente le dernier échelon de la hiérarchie des villes, celui qui est en contact direct avec les petites communes rurales qui l’entourent.

Bobigny, la ville « rouge » devenue préfecture

  • 1 Anne-Marie Fourcaut, Bobigny, banlieue rouge, Paris, Éditions ouvrières/Presses de la Fondation nat (...)

4Bobigny a derrière elle tout un passé de vie sociale et urbaine fortement marqué par la présence d’élus communistes au pouvoir communal, depuis 1920. Par la priorité donnée à la gestion locale, ils ont constitué, aux marges de la capitale, un ensemble urbain en « symbiose avec une société ouvrière1 » et ont mis en place les éléments structurants d’une vie collective forte. C’est au travers de formes de sociabilité qui s’exprimaient notamment dans le cadre de multiples associations qu’une identité s’est progressivement forgée. Bobigny était, dans l’entre-deux-guerres, l’un des bastions de la « banlieue rouge » qui ceinturait Paris.

5Sa vie fut bousculée, au cours de la décennie cinquante, par la croissance rapide de l’agglomération parisienne qui nécessita de construire des logements en grand nombre. C’est alors que démarra, sur des terrains agricoles de plaine aux limites de la commune, la mise en chantier, par l’Office public des HLM de la Seine, de trois cités : celle de l’Abreuvoir, qui est présentée avec plus de détails ci-dessous, celles du Pont-de-Pierre et de l’Étoile. Cette première phase de réalisation de grands immeubles fut ralentie au début des années soixante pour faire place à des travaux de rénovation urbaine. La construction reprend lorsque Bobigny est désignée comme siège de la préfecture de Seine-Saint-Denis (1965) et retenue comme l’un des pôles de structuration de la banlieue. La réalisation de nouveaux immeubles d’habitat collectif fait disparaître progressivement les terrains maraîchers : 10 000 logements sont construits sur six cités de 1965 à 1969, tandis que le centre reçoit les bâtiments symbolisant la nouvelle fonction administrative de la ville : Préfecture, Archives départementales, Bourse du travail, Palais de justice, Hôtel du département...

  • 2 Colette Therry, Bobigny (1954-1969), un nouveau type d’urbanisation : l’habitat collectif et ses in (...)

6La population a doublé de 1954 (18 520 habitants) à 1962 (37 010) ; elle est alors essentiellement composée de familles avec enfants, à revenus modestes ; les moins de 20 ans représentaient 30,6 % de la population en 1954, 38,6 % en 1962. Près de la moitié des nouveaux habitants venaient de Paris, 16 % étaient des étrangers et les autres des provinciaux2. Puis la croissance a ralenti ; la population stagne depuis 1975 : 44 660 habitants en 1990.

  • 3 Les données chiffrées d’un certain nombre d’indicateurs sont tirées du recensement de 1990. Bien qu (...)

7Bobigny, commune ouvrière : cette réalité, nettement affirmée par la prépondérance des ouvriers dans le profil de la population active de la ville, commence à évoluer avec la baisse de leur représentation à partir du début des années cinquante : 58,6 % en 1954, 54 % en 1968, 36,7 % en 19903. Parallèlement, la catégorie des employés prend de l’importance : 37 % au dernier recensement. La chute rapide des emplois ouvriers est à l’origine de la hausse du chômage dont les valeurs sont nettement supérieures aux moyennes françaises, qu’il s’agisse du taux global (13,6 % contre 10,9 % pour la France en 1990) ou de celui des femmes (16,2 % contre 14,4 %). La faiblesse des revenus est révélée par quelques indicateurs : la ville de Bobigny est en tête du département pour le taux de familles non imposables, 68 % des résidences principales sont en location et dans plus du tiers d’entre elles, les ménages n’ont pas de voiture.

8Un certain nombre de contraintes fortes handicapent l’aménagement du territoire communal de Bobigny et contribuent à tenir à distance du centre plusieurs quartiers périphériques : son étirement d’est en ouest, l’emprise de l’hôpital Avicenne et du parc départemental des sports au nord-ouest qui isolent deux quartiers l’un de l’autre d’une part, et du centre ville d’autre part ; la traversée côte à côte de deux voies routières à grande circulation, la RN186 et l’autoroute A86, qui coupent la commune en deux, séparant les quartiers pavillonnaires et, au-delà, les cités de l’Abreuvoir, du Pont-de-Pierre et de l’Étoile du reste de la ville, où se trouvent notamment un grand centre commercial et tous les équipements publics communs (hôtel de ville, théâtre MC93, conservatoire de musique, bibliothèque...).

9La cité de l’Abreuvoir (1 200 logements HLM en location), dont une petite partie est située sur la commune voisine de Drancy, fait l’objet, depuis plusieurs années, d’actions de développement social urbain. Pourtant, à l’origine, son concepteur, l’architecte Émile Aillaud, grand prix de Rome, a voulu réagir face à « la monotonie et l’affligeante banalité des grands ensembles » en introduisant de la diversité dans les lignes et l’agencement des volumes. « La construction d’une ville, disait-il, est avant tout un événement humain. » De fait, la cité n’est pas un grand ensemble mais au fil du temps elle s’est dégradée et elle abrite à présent une population qui se différencie de celle du reste de la ville : elle est plus jeune (39,6 % de moins de 20 ans contre 32 % pour l’ensemble de la ville) ; la proportion de ménages de six personnes et plus y est nettement plus forte (16,2 % contre 7,4 %) ; une famille sur quatre est monoparentale (15,3 % pour l’ensemble de la ville) ; la population étrangère est un peu plus importante (25,2 % contre 21,5 %) ; plus de la moitié de la population occupe le même logement qu’au recensement précédent (54,9 % contre 47,9 %). Mais les différences les plus significatives se trouvent dans les chiffres du chômage : 25,3 % dans le quartier de l’Abreuvoir (13,6 % pour l’ensemble de la ville), 42,8 % pour les moins de 25 ans (contre 24,7 %), 25,2 % pour les étrangers (contre 18,5 %). Enfin, deux autres traits singularisent le quartier : les fortes proportions d’ouvriers – 47,6 % des actifs (contre 36,7 %) – et de personnes de plus de quatorze ans sans diplôme – 48,8 % (contre 37 %). Ce quartier a fait l’objet d’une procédure de développement social des quartiers (DSQ) et son aménagement est maintenant inclus dans le contrat de ville signé en mai 1994 entre le maire Georges Valbon (Pc) et l’État.

10Dans le domaine culturel, la municipalité a une politique offensive visant à la démocratisation de la culture et à la rencontre de tous les publics. Son action s’est concrétisée notamment avec l’ouverture de la maison de la culture (« MC93 », 1985) suivie de celle de la bibliothèque (1986). Située en centre ville, en plein quartier d’habitation, largement ouverte sur l’extérieur par ses grandes baies vitrées, celle-ci est organisée de façon à répondre aux besoins de la consultation sur place et de la desserte des populations éloignées ; un bibliobus se rend dans les quartiers périphériques. De plus, du fait de son implantation dans la ville-préfecture, elle exerce une fonction de relais de la politique départementale du livre et de la lecture. La municipalité de Bobigny a poursuivi son effort en faveur du livre en ouvrant un autre chantier dans le nord de la commune. Depuis mai 1995, une annexe de grande qualité architecturale et particulièrement étudiée quant à l’agencement intérieur, dessert le quartier de l’Abreuvoir.

11Le livre est considéré par les responsables de la bibliothèque comme un axe prioritaire du développement culturel pour toutes les catégories de la population. Les lieux eux-mêmes doivent être attractifs ; une petite équipe se charge de créer un environnement artistiquement composé et changeant, qui retienne l’attention de l’usager dès son entrée dans la bibliothèque : par une décoration qui accroche le regard sur un événement (une exposition, un thème de lecture, une conférence...), par le souci du détail apporté à la disposition des éléments à l’intérieur de la bibliothèque (sièges, organisation des étagères...).

  • 4 Marie-Isabelle Merlet, « L’expérience de la bibliothèque de Bobigny : les tout petits et les livres (...)

12Avant même l’installation de la bibliothèque dans ses nouveaux locaux en 1986, l’équipe de bibliothécaires avait défini les grandes orientations à suivre dans la durée, et notamment l’éveil des enfants et des jeunes à la lecture par la promotion de la fiction. En 1981-1982 débuta une importante opération concernant les enfants de moins de six ans : Je ne sais pas lire ! Qu’est-ce que je peux lire ? « Les bibliothécaires de Bobigny ont voulu joindre les adultes qui s’occupent de la petite enfance, là où ils se trouvent4. » L’opération se poursuit en 1996 par un travail hebdomadaire avec le personnel des crèches et par des réunions avec les parents. À l’intention des 8-12 ans, c’est l’opération Bobigneries, lancée en 1983, qui est renouvelée chaque année. Les jeunes sont introduits au cœur des textes par la lecture d’auteurs et de livres de qualité. Le journal Bobigneries, distribué aux élèves du CE2 à la 5e par le biais de l’école, présente une sélection annuelle de romans, un choix de titres autour d’un thème, un jeu-concours sur les romans. Le dixième anniversaire du journal a été fêté avec les écrivains « qui avaient fait escale » à la bibliothèque, et Daniel Pennac comme invité d’honneur. En plus de cette activité, un jury d’enfants décerne chaque année un prix littéraire, le Prix des lecteurs de Bobigneries, à un roman français paru dans l’année.

  • 5 Le livre retenu est celui de François Bon. Dans la ville invisible.

13Les adolescents font aussi, depuis 1982, l’objet d’une attention particulière. Dans la perspective clairement tracée de « sensibiliser les jeunes à la lecture d’œuvres romanesques », ils sont invités à faire connaissance avec des livres et des auteurs sur un thème différent chaque année, et à s’exprimer sur les romans qu’ils ont lus par la rédaction d’articles dans leur journal La Fureur de lire. Pour 1995-1996, le projet envisage un travail en profondeur et des réalisations variées autour de cinq romans contemporains (expositions, production audiovisuelle, travail journalistique, débats...). Il a été intégré dans l’opération financée par le ministère de la Culture Un livre, une ville, dont l’objectif est de « réunir les jeunes autour d’un livre5 et les inviter à en assurer la promotion dans la ville ». Pour les bibliothécaires, la lecture est acte de plaisir dans la mesure où les jeunes se sentent partie prenante de quelque chose.

14D’autres manifestations jalonnent le parcours de la bibliothèque. Depuis 1986, une série d’expositions est consacrée aux illustrateurs, dans le cadre du partenariat entre la bibliothèque de Bobigny et le Salon du livre de jeunesse. L’année 1990 a été marquée par la promotion de la littérature soviétique de 1953 à nos jours. En 1991, la langue française a été à l’honneur. Un ensemble de réalisations ont célébré L’Or de la langue : chants, débats, ateliers d’expression, jeux littéraires et même un dictionnaire fantaisiste « où se côtoient pêle-mêle une sélection de livres sur l’histoire, les origines de la langue, les expressions françaises, l’argot, les jeux de mots, les jeux littéraires, la francophonie et des textes d’écrivains ». En 1994, à l’occasion du cinquantenaire de la libération des camps, une exposition « contre l’oubli », La Shoah, a rassemblé livres et films.

15L’année 1996 est celle du dixième anniversaire de l’ouverture de la bibliothèque Elsa Triolet. C’est le moment choisi par l’équipe de bibliothécaires pour « initier un travail de regard et de questionnement sur l’institution... permettre un échange entre le public... et les créateurs. La bibliothèque comme lieu de mémoire, de communication, de médiation et de rencontre ». Les manifestations organisées à la fin de l’année, notamment les expositions, symbolisent ce désir de relier le passé à l’avenir.

Bron, une commune tranquille devenue ville sensible

16Le choix d’un site dans l’agglomération lyonnaise s’imposait, eu égard à l’importance qu’y a connu le mouvement beur dans les années quatre-vingt, et au développement, aujourd’hui, des associations de réislamisation. Ne souhaitant pas retenir des communes aussi marquées par leur passé récent que Vénissieux ou Vaulx-en-Velin, nous avons recherché une ville au profil moins typé mais où l’ouverture en direction des populations défavorisées est manifeste, notamment à travers la politique socio-culturelle de la municipalité et l’action de la bibliothèque. Le choix de Bron a été fait.

17La position de cette commune par rapport à la ville de Lyon, qu’elle jouxte sur sa partie orientale, diffère nettement de celle de Bobigny par rapport à Paris, ne serait-ce que du fait de la taille et du rôle historique de la ville-centre. Lyon n’a pas connu la sur-concentration d’emplois qui fut celle de Paris, et les communes qui l’environnaient ont pu davantage fonder leur développement sur des activités propres. Ainsi à Bron, l’activité économique a tourné pendant longtemps en partie autour de l’aéroport avant qu’il ne soit remplacé par celui de Satolas.

  • 6 Le Monde du 4 décembre 1990.

18Dans la période récente, la croissance de Lyon s’est faite en implantant sur les communes périphériques ce qui ne trouvait pas place dans les limites de la ville ou ce qui n’y était pas souhaité. Le territoire communal de Bron, de surface réduite, est grevé d’emprises au sol très importantes par des équipements et services d’intérêt régional ou national : un complexe hospitalier au nord-ouest, un fort et l’école du Service de santé des armées à l’est, l’hippodrome et l’université Lumière-Lyon 2 à l’extrême sud-est. De plus, la commune est traversée par deux axes autoroutiers de très grande importance qui morcellent l’espace : 1’A43 qui conduit de Lyon à Grenoble en passant à travers le grand ensemble de Parilly, « une autoroute plantée dans le cœur6 », et le boulevard périphérique de direction nord-sud isolent le quartier des Essarts au sud-ouest, celui des Genêts au nord. Deux autres voies assurant la communication entre Lyon et l’Est lyonnais traversent également la ville.

19Sociologiquement, Bron est une ville de contrastes : banlieue « chic » de l’est lyonnais avec ses pavillons individuels implantés au centre de la commune, quartiers beaucoup plus diversifiés de part et d’autre avec une dominante de populations pauvres et d’origine étrangère : grand ensemble de Parilly au sud-sud-ouest, quartier des Genêts au nord, quartier de Terraillon au nord-est.

  • 7 Propos de René Gagès rapportés dans Le Monde du 4 décembre 1990.

20Comme à Bobigny, la croissance rapide de la ville a démarré dans les années cinquante. La population a triplé entre 1954 (14 195 habitants) et 1968 (41 620 habitants). Depuis 1975 elle régresse : 39 700 habitants en 1990. 87 % des logements actuels ont été construits depuis 1949. Cette croissance s’est faite par quartier, selon la disponibilité en terrains. Le grand ensemble de Parilly (2 650 logements), où la bibliothèque s’implique depuis une quinzaine d’années, a été construit à partir de 1958 sur les plans de René Gagès, élève de Le Corbusier. À l’époque, cet ensemble apparaissait comme un exemple de la modernité des conceptions architecturales de l’après-guerre, « une cité de l’an 2000 ». « Pour la première fois depuis des décennies, le logement, et surtout le logement social, était au centre de l’acte de construire... La modernité, c’était réinventer l’organisation sociale. Tout remettre en cause... imaginer un nouveau type d’habitat pour le logement social, qui donne droit à la vue, au dégagement. Nous pensions que le bien-être, c’était donner de l’espace7 ». Pour la première fois aussi, des procédés de fabrication industrielle en série étaient utilisés. Le résultat, c’est un ensemble de huit « unités de construction », sous forme de tours et de barres d’une centaine de mètres de long encadrant de vastes espaces verts ou bétonnés.

21Mais cet ensemble n’a pas répondu aux promesses de vie heureuse annoncée. Les travaux d’entretien n’ont pas suivi, qui auraient permis de pallier certains des dysfonctionnements. Beaucoup des premiers occupants sont partis et ont été remplacés par des familles plus pauvres ou « défavorisées ». La proportion d’étrangers augmenta. Aujourd’hui, plus de cinquante nationalités cohabitent à Parilly. Le quartier fait l’objet, depuis quelques années, d’opérations de requalification d’envergure. Une grande partie des investissements réalisés à Bron au titre de la politique de la ville l’a été à Parilly où la presque totalité des logements appartient au parc locatif public. Une vie associative dynamique a permis que les opérations de reprise du cadre de vie soient discutées avec les habitants : réhabilitation des logements, nouvelle implantation de commerces, localisation de services publics (Poste) et d’un pôle « Emploi-formation » (ANPE, mission locale), création d’un mur anti-bruit le long de l’autoroute.

22Dans le quartier du Terraillon (4 800 habitants), la situation est toute différente. Les immeubles ont été érigés par des promoteurs privés (1960) qui louent les logements ; cela rend plus difficile une intervention des pouvoirs publics pour des opérations d’aménagement. La population qui vit là est plus jeune que la moyenne de la ville, les familles nombreuses sont plus fréquentes, la proportion d’étrangers y est plus élevée. Depuis deux ans, des Turcs s’installent dans ce quartier précédemment habité essentiellement par des Maghrébins et des Français. L’intégration du quartier dans la ville se fait sur un mode conflictuel entre le pouvoir municipal et une partie des habitants qui refusent l’immixtion des élus dans la gestion de ce qu’ils considèrent comme leur territoire. Néanmoins des travaux de restructuration du quartier ont été entrepris, notamment sa traversée par une voie communale.

23La municipalité de Bron a engagé depuis plusieurs années déjà la lutte contre l’exclusion ; en 1985, ont été créés le Conseil communal de prévention de la délinquance et le Groupe d’analyse et de suivi de l’intégration. La politique de la ville fut d’ailleurs officiellement lancée à Bron et la ville tira parti des nouvelles procédures. Les quartiers de Parilly et du Terraillon ont fait l’objet de conventions de développement social des quartiers. En 1992, le maire, Jean-Jack Queyranne (PS) lança un plan intercommunal d’insertion financé à 45 % par le Fonds social européen, associant les communes du bassin d’emploi, l’État et les entreprises. Deux ans plus tard, 2 000 personnes avaient suivi des formations de réinsertion, dont la moitié avait moins de 25 ans. Le quart de ces jeunes ont trouvé un emploi.

24La bibliothèque municipale Jean Prévost a ouvert ses portes en mars 1974 ; c’est un quadrilatère de béton d’un étage seulement, sans signe distinctif particulier, situé en retrait de la rue principale qui traverse le centre-ville, et donnant sur un petit jardin public. De larges baies vitrées, et pas de bâtiment en vis-à-vis direct. Elle fonctionne depuis ses débuts en liaison avec l’annexe des Genêts ouverte en 1975. L’augmentation de la fréquentation a nécessité l’extension de la bibliothèque en 1994 dans une partie du bâtiment qui jusqu’alors ne lui était pas destinée, et une réorganisation intérieure des lieux, notamment la dissociation de l’espace consacré aux livres et aux revues par la création d’un kiosque. À cette occasion furent également créés un secteur musique, un service vidéo (sur place), un auditorium-salle d’exposition, et le hall d’accueil fut réaménagé.

  • 8 Voir dans Bron Magazine l’article « Fête du livre : la 10e », consacré au dixième anniversaire de c (...)

25À ses débuts, la bibliothèque était surtout un équipement de prestige pour la ville. Une association, « Lire à Bron », créée en 1979 pour favoriser le rayonnement de cet équipement dans la ville et à l’extérieur, a organisé avec elle, depuis 1986, l’événement annuel qu’est « La Fête du livre8 », qui attire un public venant de la France entière. Mais depuis le début des années quatre-vingt, les responsables de la bibliothèque ont senti la nécessité de mener une ouverture en direction des publics défavorisés, qui ne venaient pas en bibliothèque. Elles se sont rendues dans le quartier de Parilly notamment, puis ont entrepris un travail de réflexion sur l’illettrisme, suivi de premières actions en collaboration avec des instituteurs. À la suite de démarches auprès des chefs de projet mis en place dans les quartiers en difficulté, la bibliothèque est peu à peu devenue un lieu reconnu dans la lutte contre l’exclusion.

  • 9 Un ensemble de ces écrits, ainsi que deux textes d’« adaptation » réalisés par Azouz Begag et Jean- (...)
  • 10 Cf. Voyages en écriture, catalogue d’une exposition itinérante de textes, photos, peintures.
  • 11 Cf. la description du projet faite par Joëlle Guidez, chargée d’en assurer la coordination, documen (...)

26Trois opérations importantes conduites sur Parilly ont été inscrites dans cette perspective. Habiter Parilly : échanges autour du livre et de l’écriture (1990-1991) fut la première. Tout un quartier a vécu pendant deux ans au rythme du livre : rencontres avec des écrivains, spectacles de contes, recueil d’écrits spontanés9. La deuxième opération, Voyages en écriture (1993), a invité les habitants à s’exprimer sur leur quartier par des textes libres, des poèmes, des dessins ou des peintures10. Enfin, un projet soutenu par le ministère de la Culture se déroule en ce moment (1996) : Je t’écris de Bron. C’est le seul, sur les vingt-neuf projets retenus pour cette année, à associer la lecture et l’écriture. Il comprend trois phases : de janvier à juin 1996, Michèle Reverbel, éveilleuse d’écriture, transporte ses plumes d’oie et ses encres de toutes les couleurs de lieu en lieu (bibliothèque, maison de quartier et bibliothèque annexe du quartier des Genêts, Monoprix, la Poste, ANPE, écoles, commerces, cafés...) et recueille les messages et les lettres des habitants. Durant cette même période, l’écrivain Ahmed Kalouaz conduit l’écriture d’un scénario de pièce de théâtre avec dix-sept participants. De juillet à décembre, l’opération se termine avec l’affichage des écrits des habitants : « Les mots envahissent la ville », et avec quatre représentations de la pièce de théâtre par des comédiens et des jeunes données dans le complexe culturel de la ville, l’Espace Albert Camus11. Une bibliothécaire est spécialement chargée d’assurer le déroulement et la coordination de toutes les phases de cette opération.

Hérouville-Saint-Clair, une ville nouvelle à part entière

  • 12 Sur l’histoire de la ville, voir : Lucien Geindre, Il était une fois Hérouville-Saint-Clair, Associ (...)

27Hérouville avait 1 780 habitants en 1954 ; c’était un village rural à la périphérie nord de Caen. Six ans plus tard, on en comptait 9 040, et en 1975, 23 710. Depuis cette date, la population s’est stabilisée : 24 800 habitants en 1990. C’est le type même de ville nouvelle en périphérie urbaine. L’acte de création de la ville, qui a été construite sur des terrains de grande culture céréalière (selon la procédure de Zup), remonte à 1961. Il s’agissait alors d’enrayer l’émigration de jeunes de Basse-Normandie vers le Bassin parisien. En même temps était envisagée l’implantation d’activités industrielles nouvelles dans la partie occidentale de la ville12.

28Le plan de la ville porte la marque de l’état d’esprit qui anime les équipes municipales depuis le début de la construction : créer un ensemble urbain dont les liens seraient forgés dans les échanges culturels. Le centre-ville regroupe donc, outre l’hôtel de ville et l’église, les principaux équipements culturels : théâtre, cinéma, bibliothèque. Il est entouré par les quartiers d’habitation. Mais la réalisation tardive du centre-ville, dont les travaux n’ont commencé qu’en 1984, et la dissociation de la fonction commerciale de la ville – les commerces sont concentrés en limite – de sa fonction culturelle n’ont pas permis à ce jour de faire du centre un lieu réellement attractif. Il est en reprise actuellement : le cinéma est en cours de surélévation et la bibliothèque va s’agrandir.

29La population venue s’installer à partir de 1964 était surtout composée de familles avec enfants. En 1975, la moyenne d’âge est de 30 ans. Pendant plusieurs années, les occupants des premiers logements ont vécu dans la boue et le bruit des chantiers, au rythme de la construction de la ville. L’habitat est essentiellement de type collectif, avec cependant quelques maisons individuelles en bordure de certains quartiers. La plupart des immeubles « anciens » ont fait l’objet d’une réhabilitation haute en couleurs, obtenue en mêlant parois peintes et revêtements divers (parements en pierre rose, briques rouges, tomettes de bois...). Les équipements et services, publics et privés, sont venus progressivement mais tardivement aussi par rapport à la date de mise en service des premiers logements : un réseau d’autobus entre Hérouville et Caen en 1975, le centre commercial en 1974 avec Carrefour et Castorama, la bibliothèque municipale, le centre socioculturel, la maison des jeunes et de la culture en 1978...

30En 1971, un candidat aux élections municipales d’origine lorraine est élu maire : François Geindre (PS). C’est toujours lui qui est aux commandes de la ville. Sous le gouvernement socialiste, il exerça des fonctions au ministère de la Ville ; cette position ne fut pas étrangère à la venue à Hérouville, en 1984, de Jack Lang, ministre de la Culture, et en 1987, de François Mitterrand.

31Hérouville est une ville jeune : en 1990, 31,7 % de moins de 20 ans (France : 26,5), 26 % de 20-29 ans (France : 15 %), où la présence des étrangers est significative, moins par leur nombre : 7,7 % sur l’ensemble de la ville – proportion importante toutefois pour une commune de l’Ouest – que par la très grande diversité des nationalités représentées. 50 % des logements se situent dans le parc des HLM, 26 % seulement des ménages sont propriétaires de leur logement.

32Le profil socioprofessionnel de la population se situe entre celui de Bron et celui de Bobigny : sur-représentation des professions intermédiaires et des employés, très légère pour les ouvriers par rapport à la moyenne française. Tous les taux de chômage ont des valeurs fortes par rapport aux taux régionaux et nationaux, aussi bien le taux global : 15,5 % (qui atteint des valeurs de 17 % à 24 % dans plusieurs quartiers de la ville), que celui des femmes de 20-59 ans (19 %, France : 14,4 %), ou celui des 20-24 ans (25,3 %, France : 19,7 %), ou encore celui des 25-29 ans (16,5 %, France : 13 %). La situation de l’emploi est critique en Basse-Normandie ; l’emploi ouvrier notamment a chuté, suite à la fermeture de plusieurs entreprises dont la Société métallurgique de Normandie.

33La municipalité a engagé une politique de lutte contre l’exclusion, concrétisée par une série d’actions : soutien à une association intermédiaire « Le Défi », promulgation d’une « charte pour le droit au logement »... Un contrat de ville a été signé avec Caen pour une durée de cinq ans, qui concerne principalement trois quartiers de la ville, qui avaient fait l’objet antérieurement de procédures exceptionnelles de développement social urbain. Des structures de soutien et d’encadrement s’adressent spécifiquement aux jeunes : le centre socioculturel (ouvert en 1978), la maison des jeunes qui, depuis 1995, abrite aussi les activités du centre de loisirs éducatifs de la ville (CLEHSC), l’animation quartier-jeunes, la mission locale (ouverte en 1985), l’association « Agnam » d’échanges entre jeunes Sénégalais et jeunes Hérouvillais, une boutique « santé » et une mutuelle « jeunes » confiée à la mission locale...

  • 13 Extrait de l’allocution du maire lors de la visite de François Mitterrand, le 22 juin 1987.

34La politique clairement affichée par la municipalité est de faire d’Hérouville une ville à part entière, vivant et se développant au sein de l’agglomération caennaise : « On lui avait assigné un rôle unique dans l’agglomération : celui de loger les travailleurs nécessaires au développement économique de Caen et de sa région. Assumant fièrement cette fonction, elle a voulu démontrer que, de cité-dortoir, elle pouvait devenir ville13 ». Cette volonté, renforcée par le désir de faire également de la ville « un laboratoire permanent des innovations sociales et culturelles », se traduit par une incitation constante de tous les acteurs à travailler en synergie les uns avec les autres. Dans ce contexte, les équipements culturels ont toute leur place.

35La bibliothèque municipale actuelle, qui comprenait dès l’origine la discothèque, a été inaugurée en avril 1978 et remplaçait plusieurs petits équipements de quartier qui avaient vu le jour en attendant la réalisation d’un équipement public d’importance. L’objectif qui lui était assigné était triple : être un lieu de communication, de connaissance et de réflexion, de création. Les horaires ont été établis pour s’adapter aux temps de loisir des Hérouvillais, d’où notamment l’ouverture le dimanche, très prisée par les familles et les jeunes. Dès les premières années de son fonctionnement, ce qui caractérise l’activité actuelle de la bibliothèque était déjà manifeste : ouverture au public étranger, notamment par la constitution d’un fonds conséquent de livres en langues d’origine (arabe, turc, kurde, portugais, espagnol, langues du Sud-Est asiatique...), création d’un secteur audiovisuel pour enfants, expositions et animations successives (mise en valeur de différents genres littéraires), implication de la bibliothèque dans les activités et manifestations de la ville, notamment la Fête des communautés qui se déroule chaque année au printemps.

  • 14 Les textes ont été rassemblés dans le livre Un poète passe au pays des enfants.

36Dans la période récente, des opérations ont associé la bibliothèque à d’autres partenaires pour des projets dans la durée : ateliers d’écriture à la MJC, accueil de groupes dans le cadre de la lutte contre l’illettrisme, organisation des Rencontres pour lire avec l’association La Voix des femmes. La collaboration avec l’association franco-maghrébine Trait d’Union s’est concrétisée lors de deux manifestations : l’accueil en résidence de l’écrivain Abdellatif Laabi (1993-1994), qui a conduit un atelier d’écriture avec une classe de CE214 et animé plusieurs rencontres dans la ville ; et la réalisation des rencontres « Cultures du Maghreb : Acte 2 » (1995), à laquelle la bibliothèque participa en organisant un colloque sur « la création au féminin » et un débat sur les femmes au Maghreb.

  • 15 Un recueil de textes, dessins et photos a été édité conjointement par le comité d’établissement Sch (...)

37Certaines de ces opérations ont eu un éclat particulier, telle Les mots courent la ville (1992-1993), qui a réuni les habitants volontaires dans des ateliers d’écriture et des ateliers graphiques pendant plusieurs mois, les a invités à des rencontres avec des écrivains et des comédiens, et conviés à une exposition de photos sur le lecteur ; le tout se concluant par l’affichage des mots dans la ville, des récitations de poèmes par des comédiens et la présentation des productions des ateliers. L’opération Portraits de famille : lire et écrire l’entreprise de leurs parents (1995), initiée par le ministère de la Culture à l’occasion du cinquantième anniversaire des comités d’entreprise, a associé l’écrivain Annie Cohen à un groupe d’enfants et à des représentants du comité d’entreprise d’une usine pharmaceutique, dans la découverte du monde du travail et un travail d’écriture15. Au cours de l’année 1996, la bibliothèque participe, aux côtés de la MJC et en collaboration avec un professeur de français, à une opération suscitée par le ministère de la Culture, Mémoire de ville, qui conduit des collégiens d’une section spécialisée à « remonter » dans l’histoire de leur quartier et de leur ville sur trente ans, à partir des témoignages de leurs habitants et de leurs représentations personnelles.

38La collaboration est étroite avec la municipalité pour des interventions dans les écoles : ateliers de lecture en dehors du temps scolaire, aide à la constitution de bibliothèques centres documentaires (BCD) dans les maternelles et les écoles primaires ; et aussi pour la bibliothèque de rue, projet fortement soutenu par l’ancienne adjointe à la culture, qui démarra en 1992-1993.

39L’extension de la bibliothèque, prévue au budget de 1997, est l’occasion d’une réflexion sur l’élargissement des fonctions du service et des publics. L’introduction de nouveaux supports (vidéo, cédérom, CD interactif) est pensée corrélativement à l’accueil de populations défavorisées (chômeurs, jeunes en difficulté, jeunes travailleurs, rmistes, femmes étrangères...) et en relation avec les associations et organismes en contact avec ces différents groupes. Pour les responsables de la bibliothèque, le multimédia doit être saisi comme l’instrument qui facilite l’accès à la connaissance pour tous, et la bibliothèque devenir un espace tous publics.

Mulhouse, une ville à long passé industriel en reconstruction

40C’est la plus grande des villes de l’étude en taille de population : 108 370 en 1990. Et c’est aussi une ville très différente des autres, par son passé – l’industrie s’y est tôt développée au XIXe siècle –, par son histoire récente – une dégradation économique rapidement suivie d’une dégradation générale des conditions de vie –, et par le fait qu’elle est située dans une région, l’Alsace, fortement spécifiée (par sa position frontalière, le droit local, le Concordat, la situation linguistique).

41L’industrie a tellement imprégné la ville que tout ce qui a été construit, décidé depuis plus d’un siècle, encore une grande partie de ce qui se joue actuellement, est en rapport avec son emprise sur la ville et dans les mentalités. Ce passé dans la fabrication, la production, remonte loin. Les fumées des manufactures obscurcissaient le ciel de Mulhouse dans les années 1830, comme le rappellent les observateurs de l’époque. Les enfants y ont travaillé pendant longtemps à une époque où la scolarisation n’était pas obligatoire et où la loi ne faisait que limiter leur emploi.

  • 16 D. Grande et S. Jonas, « Mulhouse Habitat : à la reconquête des quartiers », « Le projet urbain mul (...)

42Un autre trait original caractérise l’histoire de Mulhouse, c’est la capacité des acteurs de la ville à mener conjointement essor économique et évolution socioculturelle. Le mécénat industriel a été très efficace tout au long du siècle dernier. La Société industrielle de Mulhouse, groupement d’industriels mécènes et humanistes, est à l’origine des musées techniques. Dans le domaine social, rappelons que Mulhouse a été la première ville française où ont été construites des cités ouvrières. « La cité de Mulhouse, construite à partir de 1853, est la première réalisation française d’habitations à bon marché. Le patronat mulhousien protestant invente l’accession à la propriété dans l’habitat ouvrier, suivi dans cette voie par le catholicisme social local16. »

  • 17 Danielle Taesch, « Bibliothèque municipale de Mulhouse : étapes d’une création », « Culture et indu (...)

43Dans le domaine du livre et de la lecture, le mécénat a été actif également. Des grands patrons, des responsables municipaux, des gens d’Église, des dirigeants de mouvements populaires, des particuliers, participèrent au mouvement général de développement de la lecture. Instruire, éduquer, moraliser en étaient les finalités. Selon Danielle Taesch, directrice de la bibliothèque municipale, les origines de celle-ci sont très anciennes : « On peut parler en 1840 de l’existence d’une bibliothèque municipale publique, qui commence à jouer son rôle dans la vie intellectuelle de Mulhouse17. »

  • 18 Raymond Oberlé, « Panorama de l’activité culturelle et de son évolution à Mulhouse au cours du sièc (...)

44Les « bibliothèques de fabriques » apparurent en 1848-1849 dans les manufactures textiles. En 1864, à l’initiative de Jean Macé, vingt-sept « bibliothèques populaires » étaient ouvertes aux moins instruits. Les multiples bibliothèques, publiques ou privées, implantées dans les écoles, les fabriques, à la Chambre de commerce, totalisaient en 1876 près de 50 000 volumes18. La bibliothèque populaire fondée en 1863 à Dornach et la première annexe de la bibliothèque municipale créée en 1864 dans les cités ouvrières font aujourd’hui partie du réseau de la bibliothèque municipale de Mulhouse. Il est permis de penser que cette longue tradition de mécénat social associée au dynamisme des associations d’éducation populaire a façonné un mode particulier de traitement social qui perdure de nos jours dans les politiques municipales, lesquelles, quel que soit leur objet, convergent toutes vers une finalité sociale.

  • 19 Ce jeune homme, habitant dans la banlieue lyonnaise, impliqué dans les attentats terroristes de l’é (...)

45Car le maintien de la cohésion sociale est l’un des problèmes majeurs de la ville soumise à des tensions permanentes : manifestations racistes (comme la profanation de tombes de musulmans morts pour la France) ; attitude de rejet vis-à-vis des étrangers et de la population d’origine étrangère ; affrontements de jeunes avec les policiers (à Bourtzwiller en 1994, dans différents quartiers après la mort de Khaled Kelkal19 en 1995) ; insécurité nocturne dans certains quartiers ; enfermement dans les cités (le taux de rotation dans le parc des 8 000 logements de l’OPAC est de 6 % !) ; méfiance inter-ethnique (notamment à Bourtzwiller, quartier marqué par une forte présence maghrébine, dont des harkis, où des Turcs achètent les logements mis en vente par les Mines de potasse d’Alsace, les rénovent et s’installent ; et dans le quartier du Drouot, où la population tzigane sédentarisée dans les immeubles anciens est mal perçue par les Maghrébins qui vivent dans les HLM de la partie nouvelle du quartier). La part des étrangers dans la population mulhousienne est près de trois fois supérieure à la moyenne française (16,9 % contre 6,3 % en 1990). C’est au cours de la période 1962-1975 qu’ils sont arrivés en nombre, des Maghrébins surtout, à l’appel des entreprises mécaniques et chimiques. Leur nombre a alors quadruplé. Plus récemment, des Turcs venant d’Allemagne reconstituent des communautés dans certains quartiers de la ville.

46Dans la période récente, la chute des activités industrielles, et notamment de celles qui avaient contribué à donner à Mulhouse son identité, a entraîné un déclin de la ville dans tous les domaines. Entre 1979 et 1986, le quart des emplois industriels a disparu et au début des années quatre-vingt-dix, Peugeot supprimait 2 500 emplois. Bien que le chômage reste dans les limites des moyennes françaises (en 1990), même chez les jeunes – sans doute grâce à la politique locale de formation qui vise à la professionnalisation de toutes les filières d’enseignement, technique et général, du CAP à bac + 5 –, le profil socioprofessionnel des actifs laisse entrevoir de graves problèmes de reconversion : en 1990, 40,4 % sont ouvriers (France : 29,4 %). La population de la ville, en augmentation de 1954 (99 000 habitants) à 1968 (116 340 habitants), a ensuite stagné avant d’amorcer une décroissance. Cette baisse, qu’on observe dans beaucoup de villes qui sont centres d’agglomération, peut être expliquée dans le cas de Mulhouse par la dégradation du cadre de vie et le grand retard pris en matière de logements depuis la fin des années soixante-dix. Près de la moitié des logements ont été construits avant 1949 ; 42 % environ datent de la période 1950-1975 ; c’est à ce moment-là qu’ont été construits les grands ensembles des quartiers périphériques : Wagner, Victor Hugo, Brossolette au nord, les Coteaux à l’ouest. Seulement 10 % des logements datent des vingt dernières années, la rénovation du centre historique de la ville ayant pris le pas sur la construction de logements sociaux.

47Cette crise urbaine profonde a atteint la ville dans ses fondements et ses ressorts. La nouvelle équipe municipale arrivée en 1989, conduite par Jean-Marie Bockel (PS), a entamé une réflexion sur les réponses à apporter aux nombreux problèmes, à moyen et long terme. Les résultats, sous forme de directions à suivre et d’opérations à envisager, ont été inscrits dans un document, le Projet de ville, adopté par le conseil municipal en décembre 1991. Ce document, édité et diffusé à trois mille exemplaires, est le texte fondamental qui contraint tous les acteurs de la ville, publics et privés, économiques, politiques et sociaux. Il doit être l’instrument qui redonne du sens à la ville. Il est doublé du Projet urbain qui en est la traduction spatiale. La ville est en reconstruction. Elle doit devenir attractive pour les chefs d’entreprise, qui, pour l’instant, la délaissent au profit de Strasbourg, et pour les habitants, grâce à un cadre de vie urbain adapté à la vie moderne.

48La municipalité a joué un rôle moteur pour accélérer la construction de logements et la mise aux normes des logements dégradés. En 1990, 17 % des résidences principales n’ont toujours pas de WC à l’intérieur, ce qui donne une idée de l’état de confort dans l’habitat ancien. Plusieurs organismes ont été créés par la municipalité dans le but de fournir des services aux constructeurs. D’autres ont été réactivés pour assurer le suivi des opérations programmées pour l’amélioration de l’habitat (Opah) et du programme social thématique de rénovation des logements destinés aux ménages en difficulté. L’Opac Mulhouse-Habitat, autre organisme réactivé, a en charge la construction de nouveaux logements et la réhabilitation en profondeur de son patrimoine immobilier dans quatre quartiers de la ville : les Coteaux, Drouot, Wolf, Bourtzwiller. En 1991, 19 % seulement de ce patrimoine avaient été repris alors que la moyenne nationale était de 46 %.

  • 20 P. Freyburger, « Les quartiers dans le projet urbain », « Le projet urbain mulhousien », op. cit.

49La municipalité a élaboré une politique soutenue de lutte contre l’exclusion, en association avec de nombreux partenaires sociaux : création d’un conseil de prévention de la délinquance et de conseils consultatifs de quartier, recrutement de plusieurs dizaines de personnes en contrat emploi-solidarité dans les services municipaux, mise en œuvre d’un plan local d’insertion par l’économique (Plie), ouverture d’un centre d’hébergement de transition pour les personnes sans logement, regroupement dans un même bâtiment (1995) des bureaux de plusieurs organismes spécialisés dans les questions d’emploi et d’insertion. La Charte de développement social urbain (février 1993) prévoit des opérations de reprise de l’habitat dans le parc de logement social et dans le parc privé. La requalification des quartiers et une plus grande insertion des populations en difficulté dans leur environnement sont considérées comme des priorités pour la cohésion sociale. C’est l’axe directeur de toutes les actions prévues au titre du contrat de ville signé en février 1994, qui concerne surtout les quartiers de Bourtzwiller, Wolf-Wagner, les Coteaux et le Péricentre : réhabilitation des logements, renforcement de la qualité urbaine, lutte contre l’échec scolaire, aide aux programmes d’animation en direction des jeunes, soutien à la vie associative, accès aux soins pour les populations fragiles, prévention de la délinquance. « Un habitant sur trois est aujourd’hui concerné par une procédure de développement social urbain20. » En 1996, Mulhouse a reçu une aide européenne destinée à l’amélioration du cadre de vie et à la création d’emplois dans le quartier des Coteaux.

  • 21 Danielle Taesch, « Les bibliothèques de Mulhouse : un réseau, des axes, une organisation transversa (...)

50Le réseau de bibliothèques a toujours eu une place importante dans les différentes politiques de la ville. Dès 1947, le maillage créé au siècle dernier a été développé par l’implantation de nouvelles annexes au cœur des quartiers, près des populations ouvrières. La bibliothèque est la seule structure municipale à avoir essaimé dans les quartiers depuis si longtemps. Actuellement, « aucun Mulhousien n’est éloigné de plus d’un kilomètre d’une bibliothèque et la presque totalité des établissements scolaires en sont situés à moins de 500 mètres21 ». La dernière-née des annexes, celle du quartier Wolf, est due à l’action conjuguée d’enseignants de la zone d’éducation prioritaire et d’associations d’habitants. Son personnel est en partie municipal, en partie associatif.

51Le réseau comprend aujourd’hui, outre la bibliothèque centrale, située en centre-ville et agrandie il y a quelques années, six annexes, dans les quartiers des Coteaux, de Bourtzwiller, Dornach, Drouot, Salvator et Wolf, un bibliobus (qui dessert les quartiers éloignés, des écoles, les maisons de retraite, la prison) et une médiathèque. Celle-ci, ouverte en 1993, est intégrée à l’espace culturel de La Filature, équipement récent installé dans le quartier en construction du Bassin. Tout le fonds audiovisuel anciennement déposé à la bibliothèque centrale y a été transféré, quel que soit le support. Ce fonds, qui comprend notamment 16 400 partitions musicales, est en rapport avec les activités de La Filature : théâtre, musique, danse, cinéma. L’accessibilité de tous ces lieux est renforcée par la gratuité du prêt pour les jeunes jusqu’à 18 ans et de larges plages horaires d’ouverture qui vont de 25 à 50 heures par semaine. La bibliothèque centrale qui a été agrandie (1982) et qui dispose d’un cabinet des estampes, d’une artothèque, d’une documentation régionale et d’un espace langues, remplit des fonctions qui dépassent les limites de la ville.

52Les bibliothèques reçoivent le soutien actif de la municipalité : le taux de dépenses par habitant pour la lecture publique (220 F) est le plus élevé de France ; de nombreuses actions de formation du personnel ont accompagné la réorganisation des services amorcée en 1990. Réciproquement, elles sont étroitement associées aux actions engagées par la municipalité dans le cadre de la politique de développement social urbain. Ceux qui les animent doivent tenir compte, dans la définition de leurs actions, des spécificités de la ville. Des liens très forts les unissent au monde scolaire. Suite à la convention signée en 1990 entre le ministère de l’Éducation et la ville, concernant le développement des bibliothèques centres documentaires (BCD) dans les maternelles et les écoles primaires, les bibliothèques participent au développement de la lecture en milieu scolaire. Depuis 1993, les liens ont été renforcés avec les enseignants et les documentalistes des collèges pour « repenser l’accueil des adolescents ». Des cafés littéraires fonctionnent entre midi et deux heures, une fois par mois, soit dans une bibliothèque, soit dans l’établissement scolaire. Des ateliers-théâtre sont mis en place dans les lycées professionnels et les centres de formation d’apprentis ; il leur est proposé d’écrire un scénario et de le mettre en scène avec des comédiens. Les bibliothèques de quartier sont des supports de la politique de la ville dans ces espaces et les bibliothécaires sont en relation suivie avec des services de protection maternelle et infantile (PMI), des crèches, des associations de lutte contre l’illettrisme... En 1996, la bibliothèque est engagée dans un projet Livre et cinéma, à l’initiative du ministère de la Culture. Des jeunes de 18-25 ans du quartier des Coteaux, très marginalisés, réalisent un film musical sous la conduite de Patrick Raynal et de Paul Vecchiali. Pour que les jeunes des autres quartiers n’aient pas l’impression d’être délaissés, les bibliothécaires organisent des rencontres autour de livres de la Série noire.

Auxerre, une ville coupée en deux

  • 22 Pour des informations détaillées sur la ville d’Auxerre, ses quartiers et les communes du Syndicat (...)

53Auxerre fait partie de ces villes de taille moyenne qui jouent le rôle de relais entre les métropoles et grandes villes régionales d’une part, le milieu à dominante rurale qui les entoure d’autre part. En tant que chef-lieu du département de l’Yonne, et de la Communauté des communes de l’Auxerrois, elle exerce une fonction de pôle dans le développement économique et social de sa région. Malgré des licenciements dans l’industrie et des fermetures de commerces, la situation de l’emploi est moins dégradée qu’en d’autres lieux. Néanmoins, le chômage mesuré au cours du recensement de 1990 reste supérieur aux moyennes françaises, pour l’ensemble des actifs et pour les femmes. Celles-ci ont par ailleurs un taux d’activité très élevé (77 % chez les 20-59 ans, alors que le taux pour la France est de 70 %), qui est à mettre en relation avec la fonction administrative et de services de la ville : 36 % des actifs sont des employés22.

54Mais ces moyennes masquent la réalité dichotomique de la ville créée par l’histoire récente. À partir des années cinquante, le développement d’activités économiques fait venir ruraux et main-d’œuvre étrangère. La vieille ville au passé médiéval, à l’étroit dans ses limites, avec ses magasins, sa grande place-parking, ses rues étroites et sinueuses qui ne peuvent absorber la croissance du trafic automobile, ne pouvait accueillir autant de nouveaux habitants. Aussi est-ce à sa périphérie que furent construites de nouvelles zones d’habitation. La population croît rapidement entre 1954 et 1975, passant de 26 580 habitants à 38 340, chiffre qui a stagné par la suite – 38 800 habitants en 1990. Près de la moitié des logements actuels ont été construits de 1950 à 1975.

  • 23 Cf. R. Jehl, C. Géraud, L. Pawlotsky, Sainte-Geneviève : projet de quartier, 1985.

55La plus grande partie de cette population nouvelle s’est installée dans un quartier surgi de terre, sur la colline Sainte-Geneviève à l’ouest d’Auxerre. Là, un grand terrain rectangulaire, nettement délimité par des voies de circulation, à deux kilomètres du centre-ville, a reçu, de 1964 à 1968, 994 logements sociaux, deux immeubles en copropriété et des pavillons. Les tours, la barre « Ingres » et les autres immeubles d’habitation, tous en contiguïté, donnent un aspect « compact » au quartier. Tout un programme paysager est exécuté pour créer espaces verts et cheminements pour piétons23. Les premiers occupants représentent diverses catégories de la population : cadres, employés, ouvriers, inactifs. Il y a alors un certain brassage social. Le quartier, malgré sa taille réduite et le rôle joué par le marché du dimanche matin qui attire toute la population auxerroise, fait figure de ville nouvelle à côté de l’autre. En 1978, une annexe de la bibliothèque a été ouverte, en plein centre piétonnier, près du mail et des commerces.

56Puis il arriva ce qui s’est passé dans beaucoup d’autres Zup. Au fil des années, le quartier changea de visage et se dissocia peu à peu du reste de la ville. À partir du milieu de la décennie soixante-dix, les familles les plus aisées commencent à partir vers des zones mieux équipées. Les logements libérés sont progressivement occupés par d’autres catégories de population, notamment des travailleurs immigrés portugais et marocains. La configuration sociale du quartier se resserre. En 1984, la situation est préoccupante, tant sur le plan spatial (dégradation des parties intérieures des immeubles, équipements sous-employés...), que social (problèmes de cohabitation interethnique, logements vacants sans repreneurs à cause de la mauvaise image du quartier, 42 % de moins de 20 ans, 27 % d’étrangers, 16,5 % de chômeurs...).

57La municipalité conduite par Jean-Pierre Soisson (Mouvement des réformateurs), ancien ministre du Travail, a mis en œuvre depuis une vingtaine d’années une politique de la ville, marquée par la conclusion avec l’État d’un contrat de développement (1971), par un engagement dans le développement social des quartiers (1985), et récemment par la signature d’un contrat de ville pour 1994-1998. Un plan local d’insertion par l’économique (Plie) est en cours d’élaboration.

58Dans le cadre de cette politique, et notamment d’une convention de développement social des quartiers (DSQ), l’amélioration du cadre de vie et le désenclavement du quartier Sainte-Geneviève sont en cours depuis une dizaine d’années en relation avec l’Office des HLM gestionnaire du parc locatif social : réaménagement des espaces collectifs, réhabilitation des logements, initiatives en faveur de l’insertion économique et sociale, dynamisation des relations entre les diverses populations du quartier et avec les autres habitants d’Auxerre. Cette volonté politique de rapprocher le quartier et la ville a été traduite par la construction, dans le quartier Sainte-Geneviève, d’un bâtiment, « Le Phare », qui regroupe les principaux organismes chargés de répondre aux problèmes d’emploi, de chômage, de formation, d’exclusion, notamment pour les jeunes. Ce lieu, « bras armé de la ville pour lutter contre l’exclusion » selon l’expression du maire, est ouvert aussi bien à la population auxerroise qu’à celle des alentours.

59Dans ce contexte, il a fallu reformuler la mission des équipements culturels, d’autant plus que de nouveaux équipements étaient implantés à la périphérie de la ville. En 1979, la bibliothèque municipale, très ancienne, classée, possédant un riche fonds (notamment 35 000 documents antérieurs à 1810), a été installée dans un nouveau bâtiment, de style mi-traditionnel mi-moderne, proche du centre-ville, au sein d’un quartier en cours de reconstruction et à forte prédominance d’HLM. La nouvelle directrice reçut comme objectif, en 1982, de développer la lecture publique. Elle créa une discothèque et, en collaboration avec l’association « Lecture Jeunesse » qui s’occupe de la promotion de la lecture des adolescents, une section « jeunes adultes » (1984).

60À ses débuts, la nouvelle bibliothèque recevait à peu près autant d’usagers non auxerrois que de la ville même. Proportion qui diminue maintenant avec la mise en place de bibliothèques dans les petites villes entourant Auxerre. Mais son public continue de croître : en 1995, elle compte 12 000 inscrits contre 3 500 il y a douze ans. Public intéressé par le fonds local (qui concerne le département) et le riche fonds patrimonial (ce qui a été publié avant 1810 et qui ne concerne pas le département), beaucoup de jeunes, et, plus récemment, des étudiants – des conventions vont être passées avec l’université.

61La bibliothèque du quartier Sainte-Geneviève a évolué avec le quartier, s’adaptant à ses transformations et aux changements de population. Elle accueille actuellement surtout des enfants et des jeunes des HLM voisines, plus des retraités et des femmes, et compte 700 inscrits. Elle sert de « passerelle » vers la bibliothèque centrale. Depuis cinq ans, des relations ont été établies avec d’autres organismes : la maison de quartier (installée depuis 1977), le centre social de la caisse d’allocations familiales, le collège... Une autre bibliothèque est implantée dans le secteur voisin de Saint-Siméon depuis 1976, mais son intégration au sein d’un espace scolaire l’a tenue à l’écart du quartier.

Nyons, une « ville rurale »

62Cette sous-préfecture, située en Drôme provençale, à l’écart de la vallée du Rhône, au contact d’une zone montagneuse et d’une plaine viticole, a vu sa population augmenter régulièrement depuis les années cinquante : 3 640 habitants en 1954, 6 400 en 1990.

63La vieille ville est située sur la rive droite de l’Aygues. Constructions et activités urbaines se sont développées tout autour. Le centre actuel est légèrement en contrebas de la partie la plus ancienne. Commerces, hôtels, restaurants entourent une place, carrefour routier. L’aspect urbanistique de la ville ne laisse pas entrevoir de planification rigoureuse de l’occupation du territoire communal. Petits immeubles, maisons individuelles, équipements publics s’entremêlent sans qu’il soit possible de lire des tracés préalables à leur installation.

64La réputation du climat de la région, ensoleillée et protégée de la violence du mistral, a favorisé l’installation de plusieurs centres de soins : un hôpital, deux maisons de retraite, un centre climatique pour insuffisance respiratoire qui comprend lui-même un secteur hospitalier, un atelier protégé, un foyer d’hébergement, une maison de retraite. Les activités tertiaires sont dominantes dans la ville, d’autant plus que les autres secteurs, notamment celui des entreprises industrielles, sont en perte de vitesse : fermeture du Mas d’Auge et reprise de Ducros.

65La ville accueille aussi de nombreux retraités, ce qui contribue à expliquer l’extraordinaire gonflement de la pyramide des âges aux âges élevés : 38 % de plus de 60 ans en 1990 ! Les rapports sociaux entre autochtones et « importés » sont parfois difficiles, notamment avec les jeunes qui s’accommodent mal d’une politique peut-être davantage tournée vers le troisième âge et le tourisme.

66Le profil socioprofessionnel de la population active présente à la fois les caractéristiques de tout bourg rural – bonne représentation des commerçants et des artisans –, et les traits d’une ville – représentation des employés peu différente de la moyenne française, forte présence des ouvriers (30,6 %), présence significative des professions intermédiaires (17,4 %, France : 19 %) à relier à la présence de centres médicaux et paramédicaux. En parlant de Nyons, certains disent que c’est « une ville rurale ».

67La part de la population étrangère n’est pas négligeable (8,9 % de la population totale) à l’instar de ce qu’on observe dans bien des petites villes du Midi. La présence étrangère n’est pas récente : Italiens arrivés pendant l’entre-deux guerres, puis Espagnols, Portugais, et à partir des années soixante-dix, Algériens, Tunisiens, Marocains, les plus nombreux, venus pour des travaux saisonniers dans la viticulture ou le bâtiment. Les immigrés européens ont essaimé dans la ville tandis que les Maghrébins se sont regroupés par nationalité et selon leur date d’arrivée. Les Algériens, les plus anciennement installés, occupent les vieux appartements non rénovés de la vieille ville, loués par des bailleurs privés ; les Tunisiens, arrivés après eux, se sont fixés près de l’actuel centre-ville ; les Marocains, dont la venue est plus récente, logent dans trois immeubles collectifs gérés par l’Office départemental de l’habitat (HLM), dans le quartier de Sauve, au sud de la ville. Là, les femmes, analphabètes, ne sortent pas ; ce sont leurs enfants qui font les courses. Cependant plusieurs d’entre elles ont participé à des ateliers d’écriture qui ont eu lieu, sur place, en 1995.

68Le développement socio-culturel de la ville se fait lentement. Il a sans doute été freiné par la difficulté, pour une ville de cette taille, de réaliser des équipements dont la fréquentation ne permettrait pas l’amortissement des investissements. Les deux principales structures d’accueil à l’adresse des jeunes desservent la ville et quatre cantons autour d’elle. L’Université populaire, dans la définition de sa nouvelle ligne d’action, donne la priorité à la lutte contre l’exclusion, aux rencontres intergénérationnelles et aux rencontres interculturelles. Elle abrite dans ses locaux le point Info-jeunesse (Pij), créé en 1993 pour répondre aux besoins d’accueil et d’information des 16-25 ans. La mission locale, créée en 1991 et logée en centre-ville dans le même bâtiment que d’autres services s’occupant d’emploi, travaille essentiellement à l’insertion des jeunes dans la société et à l’amélioration de leur qualité de vie : santé, mobilité, formation, emploi.

69Dans le domaine de la lecture publique, la ville de Nyons offrait jusqu’en 1991 les services d’une ancienne bibliothèque, à l’étroit dans ses locaux. Elle a fait place, en janvier 1992, à la « Médiathèque de la Drôme provençale », conformément au Plan départemental de la lecture publique arrêté en 1982 dans le cadre d’une convention de développement culturel entre l’État et le conseil général. En effet, comme cela se passe dans tous les départements, la desserte des petites villes de moins de 10 000 habitants et des communes rurales est assurée par le service départemental de la lecture publique, généralement au moyen de bibliobus rayonnant à partir d’un équipement central ; celui-ci fait office de dépôt de livres et n’est pas ouvert au public. Les bibliobus effectuent le va-et-vient des livres utilisés dans les petites bibliothèques de communes, le plus souvent tenues par des bénévoles, système original puisqu’il intègre le recours au bénévolat dans l’accomplissement d’un service public. Ce qui est spécifique au département de la Drôme, c’est qu’à côté de l’équipement central, situé à Valence, et pour tenir compte, entre autres choses, des difficultés de circulation dues au relief, trois médiathèques ont été ouvertes, successivement à Die, Saint-Vallier et Nyons, accessibles au public local et desservant les populations environnantes par bibliobus. La médiathèque départementale de Nyons (livres, disques, cassettes vidéo, cédéroms), dont le fonctionnement est assuré à 95 % par le conseil général, est donc ouverte au public de la ville (25 % des habitants y sont inscrits), 25 heures par semaine. Son accessibilité est facilitée par sa situation au cœur de la ville, entre mairie et établissements scolaires. Le fonds peut être consulté à distance sur son minitel personnel 24 heures sur 24. Le prêt est gratuit pour les moins de 16 ans. De là part le bibliobus qui alimente quinze bibliothèques communales et huit relais (mairies ou écoles), sur sept cantons. Les livres restent en dépôt quelques semaines puis sont échangés contre d’autres. Les bénévoles de ces petites bibliothèques sont assurés du soutien du service départemental, dont les responsables ont initié en 1985 un plan de formation qui leur permet de se professionnaliser ; ils sont régulièrement informés de ce qui se passe dans le domaine de la lecture sur le département par le magazine Lire en Drôme à parution mensuelle.

70La médiathèque est par ailleurs dépositaire des archives iconographiques de l’association « Mémoires de la Drôme », qu’on peut consulter par écran tactile, d’une base bibliographique sur les Baronnies et du cédérom Mémoire et actualité de la région Rhône-Alpes. Deux bornes de consultation se trouvent en salle « adultes ».

  • 24 Linda Clermont, Étude de satisfaction du public de la médiathèque départementale Drôme provençale, (...)

71L’un des problèmes majeurs de la ville de Nyons, la cohabitation entre les jeunes et les « vieux », est ressenti à la médiathèque. Depuis l’entrée en service du nouveau bâtiment, situé à proximité immédiate des établissements scolaires (2 000 élèves au total), son « envahissement » par les collégiens et lycéens, qui ne disposent pas d’un véritable centre de documentation et d’information (Cdi) sur place, a progressivement fait s’éloigner un public d’adultes, notamment de retraités. À la suite d’une étude effectuée par des étudiants québécois, une réflexion est en cours à ce sujet24.

72De très nombreuses manifestations ont eu lieu depuis l’ouverture de la médiathèque. Pour la seule année 1994, on compte 15 expositions et 9 animations dans la médiathèque, 9 expositions et 3 animations à l’extérieur. Progressivement, l’habitude se prend de travailler sur des thèmes avec les associations ou institutions concernées. C’est ainsi qu’une exposition a eu lieu à l’automne 1995 sur le racisme en liaison avec le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix (Mrap). Le responsable de la médiathèque participe, aux côtés des directeurs d’école, du proviseur du collège et d’autres directeurs d’organismes, à une réflexion générale engagée par la municipalité sur le thème : Qu’est-ce qu’être citoyen aujourd’hui ? Où se situent les jeunes par rapport à cette question ? En marge de ce débat, les bibliothécaires s’interrogent sur ce que peut apporter la médiathèque en tant qu’équipement structurant.

Le déroulement des entretiens

73Dans une très large mesure, le choix des jeunes avec qui des entretiens ont été réalisés a été effectué avec la coopération active des bibliothécaires, soit qu’eux-mêmes, ou leurs collaborateurs, connaissaient ou avaient gardé le souvenir de quelques jeunes usagers, et évoquaient ce qu’ils pouvaient savoir de leur parcours ; soit qu’ils nous aidaient à trouver d’autres « pistes », par exemple en nous mettant en rapport avec des médiateurs interculturels. À Auxerre et Bobigny, quelques jeunes ont été pressentis directement par nous.

74Les critères définis pour la constitution du corpus étaient a priori simples : avoir entre quinze et une trentaine d’années, être issu d’une famille à revenus modestes, fréquenter ou avoir fréquenté une bibliothèque municipale de façon prolongée. Et pourtant, trouver sur chaque site quinze jeunes présentant des caractéristiques et des parcours suffisamment différenciés n’a pas été de soi, en dépit de la bonne volonté des professionnels qui nous accueillaient. Cela ne veut pas dire que les jeunes issus de milieux peu nantis et ayant vu leur parcours modifié par la fréquentation de la bibliothèque soient peu nombreux. C’est plutôt, semble-t-il, l’expression de la difficulté qu’ont la plupart des professionnels – même s’ils sont très impliqués dans les quartiers où ils se trouvent – à avoir une connaissance approfondie de leurs publics sur le temps long. Souvent, nous suggéraient-ils un nom, ils ignoraient par exemple le pays d’origine exact du jeune qu’ils recommandaient, ou bien le niveau d’études qu’il avait atteint, ou plus encore le type de famille dont il était issu. Pour une part, cette difficulté est imputable au caractère souvent intermittent de la fréquentation des bibliothèques ; elle semble aussi à mettre au compte d’une réserve, ou d’une timidité de la part du personnel des bibliothèques à avoir avec les usagers des échanges plus approfondis. Connaître suffisamment les origines familiales pour savoir s’ils appartenaient à des milieux sociaux « défavorisés » était chose très délicate si le, ou la, bibliothécaire ne le savait pas déjà par des échanges antérieurs avec les jeunes.

75En définitive, on a pu, sur presque tous les sites, atteindre le nombre d’entretiens souhaité, tout en obtenant une diversité de profils et de parcours satisfaisante (voir liste en annexe) : 45 % de garçons, 55 % de filles ; 31 % ayant de 15 à 19 ans, 43 % de 20 à 24 ans, 26 % plus de 25 ans. Quant aux pays d’origine, ils se répartissent sensiblement comme suit : dans 47 % des cas, les jeunes rencontrés – ou leurs parents – sont originaires de l’un des trois pays du Maghreb, 32 % ont des parents nés en France, 5,5 % sont d’origine espagnole ou portugaise, 5,5 % d’origine africaine sub-saharienne, 5 % de Turquie, et 5 % de pays asiatiques. Ceux dont les parents sont nés en France sont sous-représentés dans trois des sites les plus urbains (Bobigny, Bron, Mulhouse). Leur rapport à la bibliothèque n’y est pas le même que celui des jeunes issus de l’immigration, pour qui elle représente souvent une véritable bouée de sauvetage.

76Les entretiens se sont déroulés de mars à juin 1995, d’une durée d’une heure et demie à deux heures et demie chacun. Dans la plupart des cas, les jeunes ont semblé très heureux d’avoir l’opportunité de s’exprimer et d’être écoutés, déplorant que de telles occasions soient si rares (« pour une fois qu’on nous écoute »). Fréquemment, nous avons été frappées par la qualité de l’échange, la vivacité et la maturité de leurs propos. Bien sûr, il s’agissait là, presque toujours, de jeunes qui avaient réussi un parcours auquel aucune facilité, aucune « reproduction » ne les prédisposait. Leur grande intelligence de la situation dans laquelle ils se trouvent est plus sensible chez des jeunes issus de l’immigration. Contrairement à notre attente, les garçons ont été plus fréquemment loquaces que les filles, plus « tenues », plus inhibées, davantage sur la réserve. Par ailleurs on prend plus facilement la parole dans les sites plus urbains. Remarquons enfin la facilité avec laquelle nombre de ces jeunes ont évoqué leur expérience, même intime : plus qu’au talent maïeutique des enquêtrices, elle est peut-être imputable à la généralisation d’une certaine façon de parler de soi, effet des reality-show ou d’émissions du type Bas les masques...

77Dans chacun des sites d’enquêtes, ces entretiens auprès des jeunes usagers ont été complétés d’échanges avec les directrices ou directeurs des bibliothèques et avec plusieurs de leurs collaborateurs (notamment ceux qui sont en charge des « quartiers sensibles » ou des « publics difficiles »). Parallèlement, un travail d’observation a été effectué dans les différentes bibliothèques, portant sur l’agencement, le fonds, les façons de faire. Ont également été rencontrés divers informateurs privilégiés, variant selon les sites : personnes en charge de l’intégration ou de la culture au niveau municipal et/ou régional, chefs de projets dans la politique de quartiers, médiateurs interculturels, animateurs d’associations, responsables de projets culturels.

Les villes de l’enquête : quelques indicateurs

Les villes de l’enquête : quelques indicateurs

* données non disponibles
Source : INSEE, Recensement général de la population, 1990.

Les bibliothèques : quelques informations

Les bibliothèques : quelques informations

Source : Enquête auprès des bibliothèques, 1995-1996.

Notes

1 Anne-Marie Fourcaut, Bobigny, banlieue rouge, Paris, Éditions ouvrières/Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986.

2 Colette Therry, Bobigny (1954-1969), un nouveau type d’urbanisation : l’habitat collectif et ses incidences sur l’organisation de la vie communale, mémoire de maîtrise, Université de Paris-1, 1970.

3 Les données chiffrées d’un certain nombre d’indicateurs sont tirées du recensement de 1990. Bien que déjà ancienne, cette source est la seule qui permette des comparaisons entre les villes.

4 Marie-Isabelle Merlet, « L’expérience de la bibliothèque de Bobigny : les tout petits et les livres », Revue des livres pour enfants, 88, déc. 1982.

5 Le livre retenu est celui de François Bon. Dans la ville invisible.

6 Le Monde du 4 décembre 1990.

7 Propos de René Gagès rapportés dans Le Monde du 4 décembre 1990.

8 Voir dans Bron Magazine l’article « Fête du livre : la 10e », consacré au dixième anniversaire de cet événement.

9 Un ensemble de ces écrits, ainsi que deux textes d’« adaptation » réalisés par Azouz Begag et Jean-Yves Loude ont paru dans un numéro spécial de la revue Aube Magazine, 4e trimestre 1991, sous le titre « Habiter Parilly : quelque part ou la vie ». « Le pari était de montrer que l’écriture peut être parole » écrit Michèle Reverbel dans l’éditorial. « Les mots nous touchent là où les images nous aveuglent » confie Vincent Michel, chef de projet sur Parilly, dans la préface. Plusieurs ateliers d’écriture ont fait suite, dont on trouve des échos dans plusieurs publications : Le Grand tour du quartier, journal réalisé par des élèves et des parents d’élèves des écoles de la zone d’éducation prioritaire (Zep), Lettres à l’autre, textes écrits par des collégiens, Lignes d’espoir, qui rassemble des écrits sur la drogue.

10 Cf. Voyages en écriture, catalogue d’une exposition itinérante de textes, photos, peintures.

11 Cf. la description du projet faite par Joëlle Guidez, chargée d’en assurer la coordination, document de la bibliothèque municipale de Bron.

12 Sur l’histoire de la ville, voir : Lucien Geindre, Il était une fois Hérouville-Saint-Clair, Association pour le développement d’Hérouville-Saint-Clair, 1988 ; Rémi Rouault, « Du village à la ville », Caen, parcours dans l’agglomération, Caen, Paradigme, 1994, pp. 181-190.

13 Extrait de l’allocution du maire lors de la visite de François Mitterrand, le 22 juin 1987.

14 Les textes ont été rassemblés dans le livre Un poète passe au pays des enfants.

15 Un recueil de textes, dessins et photos a été édité conjointement par le comité d’établissement Schering-Plough et la bibliothèque municipale d’Hérouville.

16 D. Grande et S. Jonas, « Mulhouse Habitat : à la reconquête des quartiers », « Le projet urbain mulhousien », Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1993, n° 2.

17 Danielle Taesch, « Bibliothèque municipale de Mulhouse : étapes d’une création », « Culture et industrialisation à Mulhouse au XIXe siècle », Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1993, n°4.

18 Raymond Oberlé, « Panorama de l’activité culturelle et de son évolution à Mulhouse au cours du siècle de l’industrialisation », « Culture et industrialisation à Mulhouse au XIXe siècle », op. cit.

19 Ce jeune homme, habitant dans la banlieue lyonnaise, impliqué dans les attentats terroristes de l’été 1995, avec qui un chercheur allemand avait, quelques années auparavant, réalisé un long entretien. Cf. « Moi, Khaled Kelkal », propos recueillis par Dietmar Loch, Le Monde, 7 octobre 1995, pp. 10-12.

20 P. Freyburger, « Les quartiers dans le projet urbain », « Le projet urbain mulhousien », op. cit.

21 Danielle Taesch, « Les bibliothèques de Mulhouse : un réseau, des axes, une organisation transversale », Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français, 162, 1994, p. 12.

22 Pour des informations détaillées sur la ville d’Auxerre, ses quartiers et les communes du Syndicat intercommunal à vocation multiple (Sivom) de la région d’Auxerre, se reporter au document édité par la direction « urbanisme et foncier » de la ville, Recensement général de la population, 1990 : analyse des principales données, 1994.

23 Cf. R. Jehl, C. Géraud, L. Pawlotsky, Sainte-Geneviève : projet de quartier, 1985.

24 Linda Clermont, Étude de satisfaction du public de la médiathèque départementale Drôme provençale, 1995.

Table des illustrations

Titre Les villes de l’enquête : quelques indicateurs
Légende * données non disponiblesSource : INSEE, Recensement général de la population, 1990.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Les bibliothèques : quelques informations
Légende Source : Enquête auprès des bibliothèques, 1995-1996.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access