Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Comment est née la Bpi

 | 
Jean-Pierre Seguin

2e partie : La bibliothèque et le « Centre Beaubourg » 1970-1972

Texto completo

1Nous avions espéré trouver aux États-Unis la confirmation du bien fondé de nos espoirs et de notre impatience. Nous fûmes très surpris de constater qu’en réalité, l’esprit pragmatique des Américains les retenait alors, eux qui disposaient de tant de moyens que nous n’avions pas, de se lancer déjà dans une entreprise dont ils discernaient mieux que nous les aspects aventureux ! : « Cela est plus facile à dire qu’à faire », nous déclara le Pr. Locke, du Massachusetts Institute of Technology Libraries. Et nous constatâmes :

2que les Américains ne faisaient que commencer à programmer la gestion automatisée des bibliothèques, et la recherche documentaire,

3qu’ils procédaient par petites étapes, s’assurant à chaque fois qu’ils satisfaisaient ainsi à une demande réelle et précise, et que le coût du service rendu n’excédait pas sa valeur réelle,

4que l’étude des problèmes de gestion précédait celles portant sur l’informatique documentaire, et devait les suivre à chaque pas,

5que cependant, toute grille descriptive devait comporter une ouverture sur cette informatique documentaire,

6que le choix d’un langage naturel ou chiffré, en vue de l’indexation, était un facteur fondamental. Il convenait donc de s’assurer au départ que ce langage était bien adapté à son objet, qu’il permettait à l’utilisateur de poser facilement ses questions, qu’il suscitait des réponses rapides, utiles et obtenues à un prix abordable et qu’enfin, il était compatible avec le plus grand nombre possible d’autres systèmes existants. Moyennant quoi, et bien que formulant toutes ces réserves et prenant toutes ces précautions, nos collègues insistaient aussi sur le fait qu’il fallait absolument persévérer dans la voie de l’automatisation, sous peine de se couper du monde de demain.

1970 Travaux de programmation du Centre. La place faite à la bibliothèque. Le lancement du concours

7Cependant, au commencement de 1970, une priorité absolue devait être accordée à la programmation des espaces de la bibliothèque dans le Centre Beaubourg. Dans la lettre qu’il avait adressée à M. Edmond Michelet, le 15 décembre 1969, M. Pompidou avait invité celui-ci à préparer les données nécessaires à l’ouverture d’un concours pour la réalisation du Centre, « accessible à tout architecte de talent », ces données devant être réduites « au maximum » et se rapporter à « l’utilisation envisagée des lieux », étant entendu que les architectes désignés devraient pouvoir « établir ensuite leurs projets sans avoir à se préoccuper de règlements tels que ceux concernant la limitation de hauteur ». M. Michelet avait chargé de cette tâche M. Sébastien Loste, ancien élève de l’École normale supérieure, assisté notamment par M. François Lombard, architecte et urbaniste, qui traduisait les intentions exprimées dans des programmes et des schémas de fonctionnement destinés à éclairer les futurs concurrents. M. Loste réunit aussitôt et fit siéger ensemble sans désemparer, jusqu’au 14 juillet 1970, les représentants des diverses parties prenantes, et en particulier MM. Jean Leymarie et Blaise Gautier pour le musée et le centre national d’art contemporain, François Mathey, pour un centre de création industrielle, sorte d’avatar « moderne » du musée des Arts décoratifs, et moi-même.

8Animé par une foi ardente dans l’avenir du projet, travailleur acharné, passionné par les idées, mais attachant de l’importance jusqu’aux moindres détails, M. Loste fut pour le petit groupe à la fois un maître à penser, un coordonnateur qui jamais ne se satisfaisait d’à-peu-près, un magister incontournable. Et comme, dans son domaine propre, M. Lombard faisait preuve d’un égal souci d’approfondissement et de perfection, les responsables des diverses activités sortirent de l’épreuve, vers le 14 juillet, pantelants, mais aussi pleinement instruits des modalités de leur insertion dans un Centre qui, dans le « Livre rouge » imprimé à l’intention des participants au concours, se dessinait sans doute avec plus de précision que M. Pompidou n’en avait souhaité à l’origine.

9Pour les représentants du musée et du centre de création industrielle comme pour ceux de la musique, qui travaillaient séparément, la tâche avait été surtout de définir précisément leurs missions et leurs impératifs de fonctionnement. Pour la bibliothèque, elle était principalement de faire reconnaître sa spécificité, de maintenir tous ses objectifs, et de préserver les surfaces prises en considération par l’Éducation nationale en décembre 1967. Ce ne fut pas là une mince entreprise, car pour mes interlocuteurs, la bibliothèque apparaissait dans cette affaire de « Musée » - c’est encore sous ce terme qu’aujourd’hui l’on désigne souvent le Centre - comme un apport allogène, pour le moins inattendu. Et, aux yeux des autres parties prenantes, cette nouvelle venue occupait une place relativement bien importante, comparée à la surface totale disponible. D’autre part, la bibliothèque gênait beaucoup par sa prétention à une mission d’information, de documentation, d’animation et d’une manière générale de « culture » au sens large de mot, qui surprenait mes interlocuteurs et dont ils craignaient qu’elle empiétât sur celles des autres partenaires. Enfin, sans le dire toujours ouvertement, l’on estimait insupportable sa prétention à une gestion autonome, jugée contradictoire avec la mission globale assignée au Centre, dont l’accomplissement supposait, nous disait-on, l’interdépendance des composants, et non pas leur simple juxtaposition.

10Il faut avouer d’ailleurs, que, poussé en cela par M. Dennery, j’avais moi-même suggéré au cours des premières réunions l’idée que l’on pouvait concevoir des constructions contiguës certes, mais différentes, pour les diverses activités - et ce devait être en effet le cas pour l’IRCAM. Cette proposition, l’on s’en doute, déplut fortement, et si, dans le texte du programme, il ne fut pas expressément signifié que l’on ne devait concevoir qu’un bâtiment unique, l’ensemble de la programmation reposait sur l’hypothèse d’une cohabitation de ces activités. Cette orientation prise par M. Loste, avec, à tout le moins, l’accord du ministre des Affaires culturelles, allait contre les objections exprimées par ceux qui, comme M. Bernard Champigneulle (le Figaro du 7 janvier 1970), redoutaient que la cohabitation du musée et de la bibliothèque dans un même bâtiment n’obligeât à augmenter la surface construite et donc à supprimer des espaces verts, ou le plan d’eau proposé par M. Pierre Faucheux et préconisé par M. Capitant, ou bien dépasser la limite de hauteur prescrite par le schéma d’urbanisme du quartier : « Pourquoi, à l’heure où les urbanistes combattent les gratte-ciel, au milieu des villes, pourquoi s’attaquer, par l’irrespect des proportions, à un des quartiers où il serait le plus discordant ? »

11Cependant, dans la quasi-certitude où nous étions de l’éventualité d’une seule construction pour toutes les activités du Centre, l’on tomba assez rapidement d’accord sur l’attribution des surfaces, faite sur une base apparemment claire. La bibliothèque, quant à elle, disposerait pleinement d’espaces propres, ceux de la salle d’actualité, dénommée B1 dans le programme et alors chiffrée à 1 000 m2, et ceux de trois portions de niveaux superposés, réservés à la consultation et à la documentation, d’une surface totale de 15 000 m2 : B7, dans le programme. Tout espace autre que ceux-là, bien qu’individualisé dans le bordereau arrêté par le ministère de l’Éducation nationale en décembre 1967, devait être trouvé soit dans des surfaces mises à la disposition de l’ensemble des usagers, soit, s’il s’agissait de bureaux nécessaires à la gestion, compris dans Bl, qui devait en principe accueillir aussi la bibliothèque des enfants, et dans B7, dont on retrancherait, en outre, à l’ouverture, une travée, afin de la réserver « provisoirement » à des bureaux d’architectes. Disparaissaient ainsi dans une sorte de cagnotte commune, avec un droit théorique de participation, les surfaces prévues naguère pour les diverses activités d’animation, à l’exception des lieux d’exposition, puisque l’on prévoyait un droit d’usage par la bibliothèque de 1 000 m2 sur les 6 800 m2 qui leur étaient affectés. Mais le texte du programme précisait que « si les expositions temporaires constituent un moyen d’expression nécessaire pour chacun des participants du Centre, cette répartition des surfaces n’implique pas forcément une occupation permanente, par chaque participant, de son aire d’exposition ».

12Il n’est pas sans intérêt de citer largement les chapitres du programme consacrés à la description de la salle d’actualité et de la bibliothèque proprement dite, en se souvenant qu’ils ont été rédigés en 1970, six ans avant l’ouverture. On y lit notamment, à propos de la première, qu’« elle offrira à tous les visiteurs et aux habitants du quartier, à leur entrée dans le Centre, des collections destinées à la distraction et aux renseignements, plus qu’à l’étude. Elle permettra de consulter en libre accès les journaux, les périodiques et les livres les plus récents. On y trouvera des collections « de poche » et une bibliothèque fréquemment renouvelée, composée de livres choisis parmi les plus significatifs, les plus utiles ou les plus récréatifs, dans tous les domaines. Des annuaires, des bibliographies et des catalogues de libraires et d’éditeurs constitueront le fonds d’un service léger de renseignements utiles qui permettra aussi de répondre par téléphone aux questions les plus simples. Enfin, la salle d’actualité comportera une section enfantine. Les principaux thèmes de l’actualité feront l’objet de petites expositions, souvent renouvelées, la salle accueillera en outre des expositions fréquentes d’estampes et de photographies contemporaines. On y trouvera des renseignements élémentaires sur les artistes et leurs œuvres et un point de vente de livres, cartes postales, affiches, gravures, etc. La surface de 1 000 m2 prévue sur un seul niveau sera accessible aussi directement que possible aux visiteurs venus de la rue. Sa flexibilité sera totale et ses formes simples... »

13À propos des espaces de B7, parties « les plus spécifiques de la bibliothèque », ayant un double but :

14« - donner aux usagers toute la documentation nécessaire à leur travail ; - dispenser à l’extérieur une information générale d’actualité dans tous les domaines, et créer un réseau d’information avec des organismes de documentation spécialisés », il était précisé que « les surfaces prévues (15 000m 2) formeront à l’intérieur du Centre un ensemble comportant une seule entrée et une seule sortie, situées au même point. Passé ce seuil, les circulations se feront sans contrôle ». On décrivait ensuite les divers secteurs de la bibliothèque :

15Sur quelque 10 000 m 2, une dizaine d’ensembles de consultation, intéressant un ou plusieurs domaines de connaissances. Chaque ensemble comportera des collections de livres, de périodiques, de microfilms, de disques, etc., offerts en libre accès, des catalogues, des bureaux et des tables de travail, des appareils audiovisuels, des appareils de lecture de microfilms, des machines à photocopier. Le personnel sera placé aussi directement que possible au contact du public. Aucune séparation véritable allant du sol au plafond ne viendra isoler complètement les uns des autres les ensembles de consultation. L’importance matérielle de chacun d’entre eux variera en fonction des besoins des usagers. Ils seront articulés de manière à prévoir, soit dans leurs surfaces propres, soit sur des surfaces marginales, des lieux relativement isolés, - ou carrels - des balcons ou des surfaces prévues à l’extérieur peuvent être aussi utilisés à cet effet pendant une partie de l’année. Les surfaces réservées à la consultation devront comporter des hauteurs de plafond permettant l’aménagement de mezzanines. La référence à la lumière naturelle est nécessaire, mais l’éclairage sera surtout artificiel et zénithal.

16Sur 1 500m 2, en donnant la possibilité de superposer des hauteurs de rayonnages de 2,20 mètres chacune environ, la place nécessaire pour les collections conservées dans des magasins clos.

17Sur quelque 3 500 m 2, les services de documentation générale comprenant les catalogues généraux, les bibliographies et les collections iconographiques (sous forme de reproduction). On y trouvera également les appareils modernes nécessaires à la réception et à la diffusion de l’information. Enfin, ces surfaces comporteront, pour une quarantaine de personnes, des bureaux de direction, de catalogage et de documentation, plus ou moins isolés du public... mais sans jamais comporter de séparations véritables et fixes. L’ordinateur trouvera sa place dans le Centre (en B8). Les vestiaires et commodités de toutes sortes... seront répartis de façon à limiter au maximum les déplacements, et, par conséquent, les causes de distraction et de bruit. De même, on pense qu’il y aurait intérêt à distribuer les surfaces de la bibliothèque sur trois niveaux de 5 000 m2 chacun... Il n’est sans doute pas inutile d’insister sur quelques-unes des prescriptions propres aux surfaces de la bibliothèque : les déplacements des quelque 4 000 usagers prévus chaque jour seront si fréquents, entre les trois niveaux, que l’on devra préférer des moyens de circulation de type escalators aux ascenseurs ; pour toutes sortes de raisons, les dénivellations devront être, à l’intérieur d’un même niveau, absolument proscrites ; les façades seront faites d’une alternance de matériaux opaques, permettant, à l’intérieur, d’utiliser les murs, et de parois vitrées, ménageant des vues sur l’extérieur... » Le texte prévoyait enfin les conditions et l’intensité de l’éclairage et précisait les poids de surcharge au sol.

18En résumé, ce nouveau programme maintenait, pour ce qui était des surfaces « spécifiques », les données acquises deux ans auparavant, à cela près que les espaces des « bureaux » s’y trouvaient inclus (c’était là le tribut à payer pour l’obtention de l’autonomie interne) ; préservait l’originalité de la destination et du fonctionnement de la bibliothèque ; maintenait le principe de trois niveaux superposés ; introduirait enfin des éléments nouveaux et intéressants : les escalators, une occupation partielle des coursives extérieures, et des mezzanines. Mais l’on verra que les premiers faillirent ne pas être mis en place, que des raisons de sécurité devaient interdire l’usage des balcons, et que les mezzanines furent sacrifiées en raison du surcroît de dépenses entraîné par le musée. Quoiqu’il en soit, le principal mérite de ce programme fut que les architectes le trouvèrent clair et rationnel, l’adoptèrent d’emblée et s’y tinrent jusqu’à la fin, pour l’essentiel.

19Le 26 août 1970, M. Robert Bordaz, conseiller d’État, qui avait notamment assuré avec succès la construction du pavillon français de l’exposition de Montréal, était nommé par décret délégué à la réalisation du Centre Beaubourg. Cette désignation, qui devait bientôt se révéler comme particulièrement heureuse pour l’avenir du projet, fut dans les premiers temps accueillie avec étonnement et scepticisme par ceux qui avaient pris l’habitude de travailler avec M. Loste. Le 22 octobre, la décision était prise du lancement d’un concours international d’architecture, et un jury comprenant neuf membres était désigné. Pour ma part, j’obtenais qu’y participent deux bibliothécaires de grand renom que j’avais personnellement connus : Sir Franck Francis, directeur honoraire du British Museum et M. Herman Liebaers, directeur de la Bibliothèque royale de Belgique. J’avais d’autre part fait admettre la présence de M. Philip Johnson, l’un des architectes américains les plus représentatifs de l’école moderne à qui l’on devait notamment la construction de l’aile nouvelle de la Bibliothèque publique de Boston. Il m’avait réservé à New York en novembre 1969 un accueil chaleureux, et avait consacré de longues heures à l’étude de notre projet, allant jusqu’à esquisser un dessin figurant le parti qu’il préconisait pour un schéma de fonctionnement qui traduisait à son avis l’idée majeure de notre projet, celle d’une bibliothèque en toutes ses parties vouée à l’accueil. Le temps imparti pour le concours débuta au mois de décembre 1970.

1970 Travail interne. La documentation et l’automatisation. La portée et les résultats de l’expérience GIBUS

20Tout au long de l’année, d’autre part, la petite équipe de la bibliothèque continua de travailler à sa préparation sur le plan interne, s’efforçant de définir plus précisément les critères de choix de collections et les modalités de leur acquisition et d’établir la grille de catalogage. L’on avait persévéré dans la tentative de la prise en charge par la bibliothèque d’une nouvelle édition du Répertoire des bibliothèques d’études et des organismes de documentation, action envisagée l’année précédente et à laquelle en 1970 fut consacré tout le temps de travail d’un conservateur. À cette occasion, de nombreux contacts furent pris dans la perspective plus ambitieuse d’un Inventaire permanent des unités de documentation en sciences humaines, qui intéressait notamment le CNRS, la DGRST et l’IRHT. Excellente en son principe, et souhaitée par tous, cette initiative tourna court, comme tant de celles qui exigent pour aboutir la conjonction parfaite d’idées et de moyens de multiples participants. Plus concrète et porteuse d’avenir fut alors la poursuite des recherches sur l’indexation du contenu des documents. Le voyage entrepris aux États-Unis à la fin de l’année précédente nous avait laissé espérer que la CDU, dont nous avions fait le choix pour les cotes de libre accès, parce qu’elle nous semblait le meilleur système possible pour une bibliothèque telle que la nôtre, pourrait aussi, grâce à sa structure hiérarchique interne, servir à une exploitation des fonds de la bibliothèque aux fins de « recherche documentaire ». Cependant, nous connaissions très mal la CDU, au développement de laquelle la France ne participait guère. Aussi entrâmes-nous en relations suivies à La Haye, avec M.G.A. LLoyd, alors secrétaire général de la Fédération internationale de documentation, et surtout avec M. René Dubuc, délégué français auprès de celle-ci, qui devait pendant un an nous servir de consultant permanent. Nous entreprîmes au mois de mars de nous livrer à une première expérience d’indexation basée sur la CDU, portant sur cent huit ouvrages recensés dans le Bulletin critique du livre français de juin 1969, et notre « conservateur informaticien », M. Roland Beyssac, alla au mois de juin en présenter les résultats à Francfort, dans le cadre d’un séminaire organisé par la FID sur le thème de UDC and Mechanization.

21Dès le mois de janvier 1970, nous avions décidé de nous associer à une expérience lancée à l’initiative de M. Jean Meyriat, à la Fondation nationale des sciences politiques, destinée à tester les résultats obtenus dans le domaine de l’informatique par les membres d’un Groupe informatiste de bibliothèques universitaires et scientifiques, d’où son piquant nom de code de GIBUS. Participaient aussi à cette démonstration des responsables de projets de l’École des mines, de la bibliothèque municipale de Lyon, des bibliothèques universitaires d’Aix-Marseille, section de Luminy, et de Grenoble, section Sciences, du Centre de documentation sciences humaines, de la recherche coopérative sur programme (catalogage des livres anciens) du CNRS, et des services de documentation de la Fondation nationale des sciences politiques. Le but était de montrer qu’à l’ère de l’ordinateur, les bibliothécaires devaient se servir de cette technique non seulement pour faciliter l’accès aux documents, grâce à une gestion plus rapide des catalogues et des prêts, mais également « pour répondre aux besoins qui s’expriment en matière de documentation... et participer eux aussi à l’exploitation des stocks qu’ils ont la charge de constituer... Ainsi disparaîtra la conception dépassée et coûteuse de la bibliothèque-magasin, dont le rôle se borne, quand elle y atteint, à la communication et au prêt. Ceci ne veut pas dire qu’en matière de documentation, les bibliothécaires puissent se substituer aux chercheurs. Cependant, dans ces domaines mêmes, il doit y avoir, et il y aura certainement, la possibilité d’un travail en commun dans le cadre de réseaux d’information structurés ou organisés de telle manière que chacun prenne sa juste part dans une tâche commune qui se trouve d’autant allégée ».

22Ce texte était à nos yeux d’une grande importance, car, pour la première fois, à propos de l’informatique, l’intention était clairement affirmée de la participation des bibliothèques à une mission d’information et de documentation dont elles avaient été jusque-là écartées. Les limites assignées en corollaire à cette nouvelle vocation témoignaient bien d’autre part de notre souci d’éviter que, dans cette perspective, les bibliothécaires ne se laissent entraîner par la tentation de la recherche, transposant l’erreur commise par certains de leurs prédécesseurs, qui, de « catalogueurs » qu’ils devaient être, s’étaient mués en bibliographes spécialisés. Nous pensions que la bonne voie pour la profession pouvait être trouvée dans un travail partagé, en réseaux, entre bibliothécaires et « documentalistes », au sens large, tel que nous l’avions nous-même préconisé dans toutes nos précédentes déclarations d’intentions. L’apport de l’équipe de la bibliothèque des Halles à l’expérience GIBUS consista à produire les notices descriptives et 5 000 indexations faites sur quelque 1 600 ouvrages choisis dans les douze fascicules du Bulletin critique du livre français de 1969. Leur informatisation avait été assurée grâce notamment à l’assistance de l’IRIA et à la collaboration de l’Institut de mathématiques appliquées de Grenoble. Il s’agissait de vérifier l’état d’avancement de la recherche en cours à la bibliothèque sur la conception et la réalisation d’un processus documentaire sur un fonds encyclopédique. Celui-ci devait permettre la formulation des questions par des lecteurs et une recherche des réponses sur fichiers magnétiques. La formulation devait être directe, grâce à des consoles de visualisation utilisées en mode conversationnel. On envisageait que l’usager pourrait soit recourir à un vocabulaire contrôlé ou semi-contrôlé, dont les mots-clés seraient traduits automatiquement en indices CDU, le dialogue entre le lecteur et l’ordinateur permettant de lever des ambiguïtés et, par-là, de préciser la question, soit choisir entre plusieurs notions affichées sur l’écran pour un même concept, ce choix provoquant un nouvel affichage, plus précis. De toute façon, le demandeur n’avait besoin d’aucune connaissance de la CDU, ossature du système, mais utilisée comme code interne, invisible.

23Est-il besoin de dire qu’au cours de ces journées, les insuffisances et les défauts de la préparation des données de l’expérience et d’innombrables « incidents techniques » en tous genres mirent à rude épreuve et la patience d’un public souvent incrédule, voire goguenard, et les nerfs des participants ? Le pire était que nous savions bien qu’en supposant que fussent levées toutes les difficultés inhérentes à un premier essai, le très faible volume de notices et d’indexations mises en jeu ne permettait absolument pas de tester la validité d’un système qui, en fonctionnement normal, atteindrait à des dimensions infiniment plus importantes, et, par-là, à un degré de complexité difficilement imaginable. Déjà, il apparut que nombre des imperfections relevées en cours d’expérimentation, et notamment celles résultant de la traduction des notions de la CDU en langage « naturel » étaient d’importance. Cela s’expliquait en partie par le fait que l’IRIA, dans cette affaire, s’était préoccupé plus de recherche que d’application, et n’avait pas mis à notre disposition un matériel et surtout un personnel suffisants. Aussi décida-t-on, en fin d’année, de faire appel à d’autres ingénieurs, n’appartenant pas à l’IRIA, avec lesquels nous avions déjà occasionnellement travaillé.

1971 Poursuite, en collaboration avec le Centre, du travail de programmation. Problème des 3 niveaux superposés de la bibliothèque. Voyage d’études dans les pays Scandinaves. La salle d’actualité de Stockholm

24En 1971, le lancement du concours d’idées, à la fin de l’année précédente, n’avait pas pour autant interrompu les études préliminaires de programmation, qui constituèrent l’une des activités principales de la Délégation pour la réalisation du Centre Beaubourg, qui siégea d’abord rue de la Bienfaisance. Les principaux responsables en étaient toujours, outre M. Bordaz, M. Loste et M. Lombard, assistés de « chefs de programme » représentants permanents des « utilisateurs », parmi lesquels M. Pierre Pelou, qui venait d’être recruté par la bibliothèque. L’on se préoccupait notamment alors de vérifier si certaines indications proposées dans le programme du concours étaient de simples hypothèses ou satisfaisaient vraiment à des exigences de fonctionnement. Ainsi fallut-il répondre, à plusieurs reprises, et ce jusqu’en 1974, à des questions posées sur la superposition des espaces de lecture et de documentation de la bibliothèque sur trois niveaux d’égale surface, disposition qui représentait évidemment une contrainte pour les architectes, exposer les raisons que nous avions eues, dès janvier 1967, de prévoir cette disposition, et rappeler que le bien fondé en avait été vérifié par nos voyages d’études à l’étranger.

25J’expliquai donc que si, dans l’absolu, on pouvait concevoir que la bibliothèque de consultation s’entendît sur un seul niveau de 15 000 m 2, l’expérience démontrait qu’une surface de cette ampleur, que d’ailleurs l’on n’eût pas trouvée dans le Centre, n’était ni « lisible », ni maîtrisable. D’après nos recherches et nos enquêtes, il apparaissait que 5 000 m2 constituaient la meilleure étendue possible, de là, la proposition faite de trois niveaux de cette dimension, cette disposition étant de nature à faciliter les déplacements des usagers à l’intérieur de la bibliothèque. En effet, même si l’on faisait en sorte que chaque ensemble de lecture comportât le plus grand nombre possible des documents nécessaires à l’information dans le ou les domaines qu’il couvrait, l’interdisciplinarité des connaissances, à propos d’un même sujet, quel qu’il fût, rendait souvent inévitable le recours à des documents classés dans un autre ensemble.

26Et, quelque précaution que l’on prît de faire voisiner dans un même niveau des documents ayant entre eux le plus d’affinités, l’on ne pouvait pas éviter qu’à propos d’une recherche, le lecteur n’eût également besoin d’informations qu’il devrait aller chercher dans un autre niveau : telle maladie, par exemple, soulevait des problèmes d’ordre juridique, ou sociologique. De toute façon, les usagers avaient aussi souvent besoin de consulter, avant ou pendant leur séance de travail, des bibliographies ou des ouvrages généraux, interdisciplinaires, classés, de façon logique, dans le niveau intermédiaire. La superposition des espaces semblait donc bien être le parti le plus commode.

27D’autres précisions, intéressant l’organisation des surfaces, les équipements et le fonctionnement nous étaient d’autre part sans cesse demandées par M. Loste et par les programmateurs de la rue de la Bienfaisance. De là vient que nous nous déterminâmes à entreprendre de nouveaux voyages d’exploration. En Grande-Bretagne d’abord où nous avions déjà visité en décembre 1970 les nouvelles bibliothèques publiques de Birmingham, de Bradford et de Newcastle, nous allâmes au moins d’avril 1971 voir les bâtiments des bibliothèques universitaires. Mais c’est surtout à l’occasion d’un séjour fait en Suède et en Finlande que nous devions recueillir les informations les plus intéressantes. Dans ce dernier pays, nous fûmes à la fois saisis d’admiration pour l’exceptionnelle qualité d’art des constructions de bibliothèques réalisées par les architectes Ervi et Alvar Aalto et confondus de constater à quel point ceux-ci, le second surtout, avaient sacrifié à leurs idées et aux représentations symboliques qu’ils se faisaient des bibliothèques, agissant souvent comme s’ils ignoraient les conditions de leur fonctionnement. Le rapport rédigé au lendemain du voyage insistait lourdement sur ce point, car, précisément, c’était un « concours d’idées » qui avait été lancé par le Centre. J’écrivais donc, dans le préambule de ce rapport : « Les qualités plastiques des constructions d’Aalto à Rovaniemi ou à Jyväskylä n’empêchent pas ces bibliothèques d’être tout à fait inconfortables, pour le personnel comme pour les usagers. L’architecte n’a apporté de solutions bonnes, ou passables, aux problèmes spécifiques que là où le bibliothécaire a mis un frein à la réalisation de son « rêve intérieur ». À Rovaniemi, Aalto a consenti à prendre en considération des demandes d’utilisateurs capables de dialoguer avec lui ; cependant, là encore, on regrette par exemple le parti d’ordre esthétique et idéologique de dénivellations qui rendent les circulations difficiles. On est tenté de conclure qu’à tout prendre, l’association d’architectes médiocres et de bons utilisateurs - ce qui est le cas en Suède - est bien préférable à celle d’architectes pleins de talent et d’utilisateurs qui n’ont pas leur mot à dire, ou qui sont à court d’idées. » Les fiches techniques établies à propos des bibliothèques publiques vues en Suède et notamment de celles de Göteborg et d’Eskilstuna précisaient, à l’intention des programmateurs du Centre, tous les points sur lesquels il paraissait utile d’attirer leur attention en matière de clarté des plans, de facilité des communications, de conditions de travail offertes au personnel et aux lecteurs, de confort des mobiliers et de commodités offertes par l’usage de mezzanines, etc.

28Cependant, la visite la plus intéressante et la plus profitable que nous fîmes au cours de ce voyage fut bien celle de la salle de consultation ouverte en janvier de cette année 1971, au centre de Stockholm, au rez-de-chaussée de la Kulturhuset, un grand bâtiment destiné à faire office de Maison de la culture, et qui devait comporter deux théâtres, un musée, des salles de réunions et d’exposition, etc. Émanant de la bibliothèque municipale, dont elle dépendait, conçue à l’origine à l’intention d’un public qui jusque-là n’avait pas fréquenté de bibliothèques, ni même aucun autre service culturel, cet espace préfigurait presque exactement notre future salle d’actualité. Dans un espace non compartimenté et d’une superficie équivalente, elle offrait à ses visiteurs, en accès libre, un ensemble de livres, journaux, revues, disques, cassettes, documents graphiques, etc., présentant un panorama de la production contemporaine, et un ensemble d’indispensables outils de références : dictionnaires et ouvrages fondamentaux, dans tous les domaines, la vocation des fonds étant encyclopédique. Nous fûmes frappés par la facilité avec laquelle le très nombreux public composite de cette salle : 6 000 entrées par jour entre 9 heures et 22 heures (11 heures et 22 heures, le dimanche), s’orientait et circulait dans cet espace, et par l’ordre qui régnait, en dépit d’une importante proportion de jeunes dont certains, on le savait, venaient aussi là pour d’autres motivations que celles d’ordre culturel, sans que ni la présence d’écrans de surveillance, ni même, à cette époque, la fermeture des toilettes suffisent à les en dissuader.

1971 Juillet, le projet des architectes Piano et Rogers. Les structures mises en place pour sa réalisation

29C’est au lendemain de ce voyage, le 15 juillet 1971, que fut connu le choix fait par le jury du concours, après une session de dix jours, du projet présenté par les architectes Piano, Rogers et Franchini, retenu notamment pour sa simplicité, sa commodité, son adaptation aux besoins exprimés et sa flexibilité. À première vue, le parti architectural adopté nous semblait de nature à permettre une bonne insertion de nos propres espaces, essentiellement les trois niveaux de consultation et de documentation et la salle d’actualité. En outre, les premières lignes de l’Exposé général rédigé par les architectes assignaient à l’ensemble du Centre une mission d’information qui était précisément celle de la bibliothèque et que le plan avancé traduisait bien en effet : « Nous recommandons que le plateau Beaubourg prenne un développement tel qu’il devienne un « Centre vivant d’information » s’étendant à tout Paris et au-delà. Sur le plan local, il faut que ce soit un lieu de rencontre. Ce centre d’informations constamment renouvelées est un compromis entre un Times Squares, qui serait entièrement consacré à l’information et automatisé, et le British Museum, l’accent étant mis sur la communication à double sens qui doit s’établir entre les gens et les activités (ou expositions) du Centre. »

30Désormais, nous allions poursuivre notre tâche de programmation des espaces d’une manière en principe plus efficace, en nous associant au travail des architectes, et notamment à celui de M. Franchini, tantôt en les rencontrant directement et tantôt par l’intermédiaire de M. Pelou. La réalité s’avéra cependant vite tout autre. Ç’avait été une sage décision que de limiter à l’expression d’« idées » l’objectif du concours, tout en évitant, grâce à une avant-première programmation sérieuse, que ces idées se révèlent inapplicables, mais, si considérable qu’ait été le travail des artisans de ce pré-programme, les problèmes soulevés notamment par l’insertion du bâtiment dans le quartier et par l’extraordinaire complexité technique du Centre étaient immenses, et, si la « simplicité » apparente des formes imaginées par les architectes était, en principe, de nature à faciliter leur adéquation aux fonctions, leur originalité affirmée et l’audacieux parti technique proposé pour la construction interdisaient que l’on pût changer beaucoup aux structures proposées. Telles étaient les limites de la « flexibilité » si vantée du bâtiment, et il fallait bien, sauf à changer radicalement les dispositions fondamentales du projet, celles précisément pour lesquelles on l’avait adopté, subordonner dans une certaine mesure nos propres propositions à d’incontournables contraintes. À cela s’ajoutaient d’autres problèmes, et notamment celui du coût prévu pour le financement, dont les architectes s’engageaient à respecter l’enveloppe, et celui de l’échéance fixée pour l’ouverture : 1976. L’on voit qu’il n’était pas aisé de passer d’un programme d’« idées » au programme « définitif » tenant compte des circonstances, et l’on comprend pourquoi les architectes, quoique fortement épaulés par les ingénieurs d’Ove Arup and partners, ne pouvaient trouver que très peu de temps à consacrer directement à chacun des « utilisateurs ».

31Aussi fut-il décidé qu’afin d’assister et de contrôler dans leur travail les architectes et les ingénieurs, l’établissement public du Centre Beaubourg maintiendrait M. Loste dans ses attributions de chargé de mission coordonnateur, et renforcerait en la diversifiant l’équipe de programmation dirigée par M. Lombard. Une autre structure, rendue très forte par les développements qu’elle reçut, se trouvait ainsi mise en place à côté de celle des architectes, qu’elle devait, en principe, accompagner et soutenir pas à pas. Ce qu’elle fit en effet, mais non sans difficultés, car ceux qui la composaient, architectes, ingénieurs et programmateurs ne pouvaient pas toujours se défendre, en raison de leur talent et de leur passion pour l’entreprise, d’être parfois tentés de se substituer, dans leur domaines propres, à des architectes qui défendaient, avec au moins autant de talent et d’acharnement l’essentiel du parti pour lequel on les avait choisis. Face à ces deux appareils considérables, les futurs utilisateurs se trouvaient en position de faiblesse. J’étais encore presque seul, au début, avec Mme Renaudineau, à pouvoir répondre aux questions qui affluaient de toutes parts, généralement transmises par M. Pelou, notre correspondant à la Délégation. En dépit de son titre de « chef de programme », celui-ci se sentait désarmé en face de ses interlocuteurs, souvent tentés pour « faire vite » d’obtenir directement de lui des prises de position qu’il ne pouvait ni ne voulait prendre seul ; aussi devait-il bientôt, abandonner une mission pour le moins inconfortable.

1971 Problèmes budgétaires, la question du statut de la bibliothèque

32Le commencement d’une nouvelle période pour la bibliothèque, celle des débuts concrets de sa préparation posait d’autres problèmes, ceux-là d’ordre budgétaire, dans le cadre de nos rapports avec la Délégation. Dès mai 1970, je m’étais entretenu à l’Élysée avec M. Gally-Dejean des proportions et des conditions dans lesquelles l’Éducation nationale imputerait aux Affaires culturelles les sommes nécessaires à l’acquisition du terrain et à la construction du Centre. L’accord se fit en 1971 sur le principe de la participation de l’Éducation nationale, dans la proportion d’un tiers, non seulement aux charges foncières et à la construction, mais aussi au fonctionnement de la Délégation, aux études et aux honoraires d’architectes. Le budget propre de la bibliothèque pour ses activités spécifiques demeurait du ressort de l’Éducation nationale. Il était encore en 1971 très peu élevé : 370 000 F, prélevés sur les 3 000 000 F de dépenses nouvelles allouées pour l’ensemble des bibliothèques. M. Bordaz et moi-même souhaitions que ce budget fût inscrit au budget général du ministère, et individualisé, de manière qu’il n’obérât plus celui de l’ensemble des bibliothèques, à l’intérieur duquel il risquait vite de peser trop lourdement. En principe claire, la distinction ainsi faite entre les charges respectives des deux ministères laissait sans réponse des questions qui ne pouvaient pas ne pas se poser et par exemple, celle-ci : qui règlerait les dépenses nécessaires à des études entreprises par et pour la bibliothèque, mais intéressant aussi l’ensemble du centre et, surtout, qui financerait l’informatique ?

33C’est pourquoi l’on pensait, au cabinet du ministre de l’Éducation nationale, qu’un tel accord, aux frontières incertaines, ne serait sûr que le jour où la bibliothèque deviendrait un établissement public, pouvant traiter, sinon à égalité, du moins sur des bases assurées, avec l’établissement public du Centre Beaubourg, qui allait être constitué par décret, le 31 décembre 1971. C’est précisément des statuts du Centre que nous nous préoccupâmes d’abord. Au mois de mai, je faisais part à M. Dennery de mes inquiétudes à propos de la première version proposée dont nous avions eu connaissance. J’observais que le texte étendait les compétences du futur président de l’établissement bien au-delà de la maîtrise d’ouvrage, que la personnalité en principe acquise à la bibliothèque par la volonté du Président de la République lui-même risquait d’être de ce fait sérieusement altérée, et que l’on voyait mal en particulier comment pourraient être résolus les problèmes soulevés par sa participation et aux parties et aux activités et aux dépenses communes. Ma position était alors que l’unité du Centre serait d’autant mieux assurée qu’elle serait basée sur la reconnaissance de la personnalité de chacun de ses composants, qui, selon moi, se rallieraient alors volontiers à une normalisation de la gestion et à la conduite d’actions interdisciplinaires. Et il paraît bien qu’aujourd’hui, d’après ce que j’en sais, le président du Centre n’éprouve pas plus de difficultés dans ces domaines avec la bibliothèque et avec l’IRCAM, organismes associés, qu’avec les départements placés sous son autorité. Cependant, MM. Bordaz et Loste ne partageaient pas cette opinion et ne renonçaient pas à l’idée d’un président qui fût aussi directeur et eût la haute main sur tous les composants du Centre. C’est pourquoi, tout en nous efforçant de participer aux travaux d’élaboration du statut de l’EPCB, nous nous préoccupâmes surtout de celui de la bibliothèque, avec l’assistance des conseillers techniques du ministre de l’Éducation nationale, Mme de Montera notamment, qui fut notre interlocuteur privilégié, et de Mme Puybasset. Les premières versions du texte furent rédigées en novembre et en décembre 1971.

34L’établissement prévu était de caractère administratif et placé sous la tutelle du ministre de l’Éducation nationale. Son organisation, son fonctionnement et son régime financier étaient prévus dans les mêmes conditions que ceux des établissements du même type. Une double mission lui était affectée : « D’offrir à tous, et le plus possible en libre accès, un choix constamment tenu à jour de collections françaises et étrangères. Ce choix portera sur des documents d’information générale, imprimés, image et son, intéressant toutes les disciplines ; il tiendra le plus grand compte de l’évolution des supports modernes de l’information ; d’être un centre de recherche documentaire, à vocation nationale et internationale. Ce centre, agissant en liaison avec d’autres établissements et organismes, et plus particulièrement avec les autres bibliothèques publiques, aura pour but d’élaborer et de diffuser une documentation non spécialisée intéressant toutes les disciplines à l’intention de ses visiteurs, mais aussi d’une clientèle extérieure, composée tant d’individus que de collectivités. Ce centre assumera à titre gratuit ou onéreux les services les plus divers : prestations documentaires de toute nature, et notamment publications de répertoires permanents et de listes sélectives périodiques ou établies à la demande. Il utilisera des techniques informatiques pour cette diffusion de l’information. Pour l’accomplissement de ces missions, la bibliothèque pourra passer des contrats avec tous organismes publics ou privés. »

35Ce texte est intéressant en ce qu’il définit bien les objectifs assignés à la bibliothèque en 1971, qu’il affirme la vocation nationale de l’établissement et ses liens avec les autres bibliothèques, notamment celles dites « publiques » et qu’il précise des actions que l’on s’efforçait alors d’entreprendre. Pour ce qui était des relations avec le Centre Beaubourg, et en un temps où l’établissement chargé de sa réalisation n’existait pas encore - en fait, il s’en fallait d’un mois - il était seulement prévu que le directeur de la bibliothèque « nommé par arrêté du ministre de l’Éducation nationale » et, point essentiel, qui sera longtemps controversé, « choisi parmi le personnel scientifique des bibliothèques,... élabore le projet de règlement de la bibliothèque après consultation des autres établissements participant aux activités du Centre Beaubourg ». Il fallait être doté d’un optimisme un peu naïf, pour croire que cette première version avait des chances d’être agréée par toutes les parties concernées, et notamment par l’EPCB, qui freina de tout son poids une initiative considérée à tout le moins comme gênante, et qui ne devait aboutir, que quatre ans plus tard et sous une forme fort différente. Elle eut pourtant le grand mérite de fixer et de rendre parfaitement claire pour notre partenaire l’essentiel de notre position : l’affirmation de l’autonomie interne, qui fut jusqu’au bout réitérée, et qui devait à la fin l’emporter.

1971 Les premières acquisitions. Difficultés du passage aux réalisations concrètes notamment du fait de l’informatique. Les rapports avec le BAB

36L’année 1971 fut aussi celle des premières acquisitions de livres, 1 209 au total, dont le premier, pour la petite histoire, fut une publication Dalloz, les Codes et lois usuels. Ces achats ne portaient que sur des ouvrages utiles au fonctionnement du service et surtout aux études que nous entreprenions alors. Ils permettaient aussi de tester les bons de commandes qu’établissait alors Mme Eva Dora Schroeder, qui avait travaillé à la Deutsche Bibliographie à Francfort avant d’entrer « aux Halles », le 1er décembre 1970. Organisatrice hors pair et travailleuse infatigable, Mme Schroeder devait vite devenir la responsable du service des acquisitions et l’une des colonnes de la bibliothèque ; il n’est pas certain que, sans elle, nous eussions été prêts en temps voulu. Dès le mois de mai, ses bons étaient prêts, chacun d’entre eux se présentant sous la forme d’une liasse d’autant de feuillets que d’usages prévus. Les libellés comportaient les indications utiles aux libraires, à notre comptabilité et aux inventaires. L’on s’était également efforcé de préparer la poursuite du travail par des moyens automatisés, et même de faire en sorte que, dans la limite du possible, les notices des demandes constituent une sorte de précatalogage, ceci dans l’espoir, qui hélas ! se révéla vain, que la reprise de ces notices, après réception des documents, n’apporterait que peu de changements à la première rédaction. Nous ignorions alors, et c’était mieux ainsi, qu’en réalité, ce fichier manuel d’acquisitions demeurerait jusqu’en 1976 le seul moyen pratique dont nous disposerions pour connaître les fonds de la bibliothèque. Dans le même temps, nous travaillions aussi à la préparation du choix des livres par domaines, et à celle des opérations de traitement.

37La brusque élévation du nombre des postes survenue à la fin de 1971 : 19, au lieu de 5 en 1968, 7 en 1969, 9 en 1970, devait permettre de passer l’année suivante de la phase des études théoriques et des expériences au travail concret que celles-ci avaient eu pour but de préparer : l’achat et le catalogage de documents en quantités significatives. Cependant, le commencement envisagé des réalisations supposait que l’on fût prêts aussi à utiliser à toutes fins l’informatique, puisque l’on restait fermement ancrés dans la volonté de réaliser une bibliothèque moderne, et que l’on avait dans ce but conçu un système « intégré », prenant en compte dans une même « chaîne » continue toutes les opérations, et notamment l’ultime, celle de la documentation, considérée comme l’aboutissement normal de toutes les actions de la bibliothèque. De très grands et parfois décisifs progrès avaient été réalisés dans cette voie depuis 1969. L’expérience GIBUS avait permis d’en dresser un bilan partiel et, au cours de l’année 1971, de remédier à certaines des faiblesses alors apparues clairement. Une progression intervint en effet, parce que, parmi les nouveaux personnels, se trouvaient des spécialistes des tâches internes capables d’analyser et de programmer très précisément et minutieusement les opérations nécessaires pour l’automatisation de chacune d’elles, parce que M. Beyssac et ses collaborateurs, comme M. Boisset, étaient progressivement devenus des sortes de « bibliothécaires-informaticiens », aptes à dialoguer vraiment avec les spécialistes de cette technique, et parce qu’enfin M. Dennery avait donné son accord pour que l’on ne travaillât désormais pour la gestion qu’avec le Centre de calcul de l’École des mines, à Fontainebleau, dirigé par M. Bloch, dont on estimait que les prestations seraient plus concrètes que celles de l’IRIA et, pour la recherche documentaire, avec M. Dagand, à Grenoble.

38Il s’en fallut pourtant de peu, au milieu de l’année, que le processus amorcé ne fût à tout le moins freiné, voire remis en cause par l’instauration, au mois de juin, à la Direction des bibliothèques et sous l’égide de la Nationale, d’un Bureau pour l’automatisation des bibliothèques, le BAB, dont la direction fut confiée à M. Boisset. À peine celui-ci était-il mis en place qu’il produisit un Plan pour l’automatisation des bibliothèques dont le préambule ne laissait planer aucun doute sur ses motivations et ses orientations : « ... l’automatisation des bibliothèques ne peut être conçue que comme un tout où chaque établissement tient sa place dans l’ensemble. Les buts sont un catalogue national centralisé, un catalogue collectif national, une politique nationale d’acquisition, des réseaux documentaires. De ce fait en corollaire, elle ne peut être conçue par un seul homme ou une seule équipe : c’est l’affaire de tous les bibliothécaires. Au moment où la Direction des bibliothèques s’engage dans la voie de l’automatisation, où elle s’apprête à investir des sommes importantes, à bouleverser les méthodes et les habitudes d’un grand nombre de personnes, il faut préciser et évaluer ces objectifs, planifier leurs réalisations au plus près des réalités. Cela ne peut se faire que par l’établissement d’un organe ayant notamment un rôle de coordination et chargé : de présenter les analyses et d’évaluer les moyens ; de mener des enquêtes générales ; de pourvoir à la formation de bibliothécaires-analystes ; de soutenir et de faire aboutir les réalisations en cause. » S’en suivait la liste de ces réalisations, dans laquelle l’on trouvait citée en n° 2, après « la mécanisation » de la Bibliographie de la France, « l’automatisation de la gestion technique de la bibliothèque du Centre Beaubourg, à Paris ». En outre, il était indiqué, hors liste, qu’il était de la mission du BAB « d’animer des recherches en rapport avec la mission des bibliothèques, notamment en matière d’information générale (en liaison avec la bibliothèque du Centre Beaubourg) ». Et l’on précisait plus loin, au chapitre Banque de références documentaires, qu’il revenait au BAB de mener avec l’IREP à ce propos des recherches dont l’énoncé correspondait à celles que nous entendions confier au même organisme, à ces différences près que l’on entendait leur donner une portée internationale, que le système d’interrogation envisagé pouvait porter soit sur des mots-clés, soit sur des tables d’équivalence entre le vocabulaire naturel et des indices de classification, que le recours au système DEWEY, depuis l’origine, ou peu s’en faut, exclu par nous, était évoqué comme une des possibilités, et qu’enfin, l’on précisait que la CII serait associée à cette affaire parce que, bien entendu, le BAB devra en outre suivre la politique nationale en faveur de matériel français ». Dans cette affaire, notre bibliothèque n’apparaissait plus que comme un fournisseur de données nécessaires aux études, éventuellement bénéficiaire des résultats de travaux de portée nationale voire internationale.

39Cette manifestation sans fard et sans nuances du génie centralisateur des Français, assénée par celui-là même qui, l’année précédente, avait exalté les vertus de l’initiative d’individualités conjuguant leurs efforts dans le cadre d’un groupe formé à leur initiative, avait de quoi faire réagir l’équipe de la bibliothèque. Le 18 mai, avant même que ne fût connu un plan dont je pressentais les orientations, j’avais écrit à M. Dennery qu’il n’avait pas lieu de craindre que nous négligions de nous intégrer dans un cadre national, et que nous avions au contraire toujours revendiqué cette dimension de la bibliothèque. Et je précisais : « Il est nécessaire qu’existe un service de coordination qui ait connaissance de tous les projets, qui s’assure de leur compatibilité sur le plan national, qui veille à une indispensable normalisation, et qui apporte enfin une aide en matière de financement, de techniques et de personnel. Cependant, ce service ne saurait se substituer aux responsables des divers projets, ni devenir technocratique et lourd, et par là même stérile et stérilisant. » J’ajoutais que, d’après ce que j’en savais, le BAB me semblait avoir aussi tendance, par réaction à de premières expériences qui avaient échoué faute d’un poids suffisant face aux ingénieurs, de bibliothécaires ignorant tout de l’informatique, à considérer désormais, par une réaction corporatiste bien compréhensible, que ces bibliothécaires, désormais mieux instruits de la technique, pourraient à la limite regarder les ingénieurs avec qui ils passeraient des contrats comme de simples fournisseurs. Nous pensions au contraire que ceux-ci devaient être également associés dès leur origine aux travaux de programmation bibliothéconomique préparatoires, car, si l’informatique ne bouleversait pas les données fondamentales de notre métier, elle pouvait leur donner une orientation et des formes nouvelles, que les informaticiens nous aideraient à mieux percevoir.

40Enfin, et surtout, nous avions tout lieu de craindre que notre propre entreprise, si elle se trouvait incluse dans le contexte du plan national esquissé par le BAB, subordonné à de plus vastes objectifs, considérés comme prioritaires, et contrôlée par un lourd appareil de coordination, ne puisse pas aboutir dans les délais qui nous étaient assignés. Cela d’ailleurs nous sauva de ce nouveau péril, car, comme l’on pouvait bien s’y attendre, M. Bordaz intervint afin qu’il fût tenu le plus grand compte de ces délais et qu’une large part de responsabilités nous fût en principe consentie dans ce but. À la fin de l’année, il était entendu que nous traiterions directement pour la gestion avec le Centre de calcul de l’École des mines et que nous recevrions en 1972 le matériel IBM destiné à être connecté avec l’ordinateur de Fontainebleau. En corollaire, nous nous engagions à travailler en liaison étroite avec le BAB. Cet incident de parcours, très révélateur de l’un des problèmes auxquels furent alors confrontés, au cours de la proto-histoire de l’automatisation des bibliothèques, tous ceux qui avaient pris l’initiative d’actions particulières, devait laisser des traces, et durables, dans le climat de nos rapports avec la Nationale, et notamment avec M. Dennery, à qui cependant nous étions tellement redevables. C’était la première fois en effet que l’enfant conçu dans le sein de la vieille Maison manifestait concrètement son besoin d’indépendance, et l’on sait que le géniteur ne s’y résigne pas toujours facilement. Je ressentais moi-même, effectivement, le caractère pénible de cet arrachement et j’en redoutais les conséquences, pressentant bien que ce genre de difficultés se manifesterait en maintes autres occasions, suscitées par notre association avec l’EPCB.

41Cependant, une mission d’enquête entreprise au mois de novembre dans les bibliothèques universitaires de Bochum et de Bielefeld allait fort opportunément nous permettre de nous libérer de ces préoccupations théoriques et nous apporter des informations concrètes sur les conditions de fonctionnement de bibliothèques en cours d’automatisation. À Bochum notamment, le service des acquisitions, qui « entrait » dix à quinze mille ouvrages chaque année, était informatisé depuis le mois de mars 1971, les livres commandés ayant été à 70 % choisis sur bandes magnétiques, et les notices établies à l’intention des éditeurs et des libraires constituaient un pré-catalogage utilisable ensuite sans changements pour le catalogue définitif dans la proportion, considérable, de 52 % des titres. En outre, des travaux préparatoires étaient en cours en vue de la coordination entre le langage naturel et la CDU. Beaucoup d’enseignements pratiques furent d’autre part tirés du système de Bielefed, quoiqu’assez différent dans sa structure interne.

42L’année 1971 fut d’autre part marquée par le lancement du service iconographique. L’on se souvient que dès 1969, il avait été prévu que la bibliothèque des Halles offrirait à ses usagers, un fonds d’images documentaires sous la forme de reproductions, empruntées en particulier aux collections de la Nationale. En juin 1970, j’avais d’autre part envisagé que dans la salle d’actualité et dans les surfaces d’exposition dont nous espérions alors avoir la disposition en permanence, nous ferions une large place à la photographie contemporaine. Des contacts avaient été pris dans cette perspective avec M. Lemagny, responsable de la photographie « moderne » à la Nationale, qui ne disposait encore à ce moment-là que d’une petite salle à cet effet, et avec les concepteurs du musée d’Art moderne. J’avais d’autre part, toujours au mois de juin, participé aux travaux du groupe Information audiovisuelle, dans le cadre de la Commission de la recherche du VIe Plan. Information scientifique, qui préconisait une plus large ouverture des bibliothèques publiques à une politique audiovisuelle.

43Dès son affectation à la bibliothèque des Halles, le 1er septembre 1970, Mme Luce-Marie Albigès, fut par moi chargée de la programmation du secteur des images. Le 3 février 1971, elle me faisait part de ses premières réflexions et propositions. Elle avait alors pu esquisser un panorama de l’état de la documentation iconographique, en France et à l’étranger d’où il ressortait que, chez nous, le grand public n’avait normalement accès à l’image que grâce à des reproductions trouvées dans des livres, tandis qu’à l’étranger, de nombreuses bibliothèques publiques, non spécialisées, offraient à leurs usagers, dans des « bacs documentaires », des séries de reproductions d’images de toute nature. Elle esquissait ensuite la définition d’un fonds iconographique de base pouvant être mis directement à la disposition des usagers de la bibliothèque et qui serait, comme les autres fonds, encyclopédique et orienté vers l’actualité, offrant « une documentation générale dans tous les domaines, soigneusement choisie et identifiée, de façon que le nombre des documents ne soit pas un obstacle à l’information rapide. L’actualité doit... comprendre à la fois des documents rétrospectifs dont la valeur et l’intérêt demeurent de nos jours, et des documents contemporains ». Elle estimait à un million le nombre des documents nécessaires, qui, comme les livres, devraient être constamment tenus à jour en fonction notamment de l’actualité de leur intérêt. Ce fonds, pensait-elle, devait intéresser aussi bien des professionnels qu’un grand public potentiel ignorant encore tout le parti qu’il en pourrait tirer « soit pour sa culture personnelle et ses curiosités, soit pour ses activités professionnelles ». Envisageant enfin la forme de présentation des collections, Mme Albigès ne pouvait que se borner à énoncer les problèmes que celle-ci posait en matière de supports, de stockage, de conservation, de consultation et de reproduction. Elle préconisait qu’on l’autorisât à poursuivre et à développer les études et les enquêtes qui lui avaient permis d’élaborer son premier rapport d’ensemble, lequel laissait sans réponses trop de questions pour que l’on pût imaginer de passer avant 1972 à de premières réalisations concrètes. En mai-juin 1971, elle se rendait aux États-Unis où elle visitait, essentiellement à New York et à Washington, quinze collections, pour la plupart spécialisées. Elle en avait retiré une foule d’enseignements, portant surtout sur leur fonctionnement, les nouveaux supports de reproduction et l’automatisation, car, à ce moment-là déjà, on espérait que l’informatique pourrait prendre en compte l’iconographie dans l’ensemble du système global intégré auquel l’on prétendait.

1971 Recherche d’un nouveau local provisoire

44Pour l’essentiel donc, l’année 1971 fut marquée à la fois par une première approche des conditions dans lesquelles la bibliothèque allait trouver sa place dans le Centre Beaubourg, dans le bâtiment même, dans ses finalités et dans sa gestion, et par un avancement considérable des études d’ordre interne dans la perspective des premières réalisations concrètes. Restait, pour pouvoir aborder cette phase nouvelle, à trouver d’autres locaux que ceux des quelques mètres carrés de la rue de Richelieu, où l’on ne pouvait espérer trouver de place ni pour le personnel attendu, ni pour les acquisitions, ni pour les équipements informatiques. L’établissement public créé pour la construction du Centre se trouvait dans la même situation, rue de la Bienfaisance. À la fin de l’année, M. Bordaz envisageait d’acheter un grand immeuble, celui des « Enfants de la Chapelle », à l’angle des rues Saint-Martin et de Rivoli ; les 5 000 m2 qu’il offrait pouvant être partagés entre les services du Centre et ceux de la bibliothèque, mais la date d’entrée en jouissance envisagée, 1973, ne nous convenait absolument pas. On en revenait donc à la perspective que j’avais envisagée dès le mois de mars d’un bâtiment qui nous fût propre et comportât environ 2 500 m 2, dont 1 700 pour le stockage. Après avoir consacré beaucoup de temps à de vaines recherches, je jugeai sage, le temps pressant, d’arrêter notre choix sur le pavillon 1 des Halles au voisinage de la Chambre de commerce, le dernier en date des pavillons, qui devait être aussi le dernier à disparaître. Grâces soient encore rendues aux services de la Ville pour nous avoir, au mois de novembre, permis d’y trouver un gîte, même si celui-ci ne pouvait être que très provisoire, puisque le rez-de-chaussée restait occupé par « la viande » et que nous devions partager le premier étage avec les professeurs et étudiants de l’Unité pédagogique 8 d’architecture, voisinage sympathique, mais fort incommode, et présentant beaucoup d’inconvénients pour le bruit et la sécurité. Les sept cents mètres carrés ainsi trouvés ne pouvaient pas nous offrir plus d’une année de répit, et cependant leur aménagement, même très sommaire, et leur équipement devaient nous coûter plus de 50 000 F, somme énorme, étant donné l’étroitesse de notre budget. Et encore fallait-il programmer la mise à la disposition des lieux, distribuer les surfaces en vue du fonctionnement et acquérir les mobiliers et matériels. Ces travaux préliminaires furent confiés à Mme Leroy, dès qu’elle fut, le 1er novembre, affectée à la bibliothèque. Elle s’en acquitta avec tant de diligence et de réussite qu’elle devint ensuite et jusqu’à son départ, à la fin de 1977, la spécialiste incontestée des principales activités de programmation dans des domaines très divers, celles menées par la bibliothèque seule, comme celles entreprises en conjugaison avec le Centre.

1972. Installation dans le pavillon I. La programmation du Centre remise en question par les architectes. Rapports avec le Centre

45Le 25 janvier 1972, nous prîmes possession du 1er étage du Pavillon I, ayant dû enjamber au passage des cadavres de chevreuils abattus, produits de l’activité des bouchers, qui continuaient d’utiliser le rez-de-chaussée. Au même moment, l’on commençait à sonder le terrain sur lequel le Centre allait être construit et où les travaux de terrassement débutèrent au mois de mai. De janvier à avril, les architectes et leurs partenaires travaillèrent à la préparation de la deuxième version de l’avant-projet sommaire du Centre, à laquelle nous participâmes étroitement, l’avancement du travail et la conformité de ses résultats avec les besoins exprimés par les diverses parties intéressées étant vérifiés lors des séances périodiques d’un officieux Comité des utilisateurs institué à l’initiative de M. Bordaz. Celui-ci ne devait en principe réunir autour de lui pour la circonstance que les architectes, les chefs de ses services et ceux des « départements », afin que les décisions qui s’imposaient fussent prises par des responsables, et rapidement. En réalité, très vite, ces séances rassemblèrent une assistance de plus en plus nombreuse, et perdirent de ce fait beaucoup de leur efficacité, les véritables partenaires se trouvant confondus dans la masse des présents et éprouvant beaucoup de difficultés à se faire utilement entendre. Ils s’apercevaient d’autre part que le très important appareil administratif et de programmation mis en place par le Centre avait tendance, de par les compétences et l’autorité dont il s’investissait, à prendre aux lieux et place des « utilisateurs » des initiatives sur des points dont ceux-ci n’étaient pas assez informés, et à oublier parfois même de les en avertir. Cependant, il s’agissait alors de rien de moins que la distribution des surfaces, de l’aménagement du rez-de-chaussée et de la configuration de la piazza, des circulations internes et externes, de l’éclairage, de la sécurité, etc.

46Lors de la réunion du comité qui eut lieu le 7 juillet 1972, je fis publiquement part à M. Bordaz de mes préoccupations quant aux finalités et au fonctionnement d’une instance dont il affirmait qu’elle préfigurait la structure de décision qu’il préconisait pour le Centre, après son ouverture. J’insistai sur le fait qu’à mon avis, les responsables des « départements » s’y trouvaient dans la pratique écartés d’une véritable participation et qu’en dehors de cette instance, ils n’avaient pas non plus avec lui assez de rapports directs, car on les renvoyait trop volontiers à d’autres interlocuteurs, dont ils ignoraient parfois les attributions et les responsabilités. Le sentiment de malaise résultant d’une situation sans doute inévitable en période de rodage d’une entreprise aussi considérable, mais que devait perpétuer la précipitation dans laquelle l’opération dut être menée sur tous les plans, était aussi partagé par les architectes. Souvent agacés et troublés par les initiatives des programmateurs du Centre qui, contrairement au vœu exprimé en 1970 par M. Pompidou, leur traçaient des voies contraignantes et tendaient à se substituer à eux dans leur domaine propre, tiraillés par les utilisateurs, éprouvant de surcroît des difficultés à comprendre les méthodes de travail et le langage de leurs interlocuteurs français, ces architectes, lors de la réunion des utilisateurs du 28 avril 1972, avaient porté à notre connaissance le texte d’une déclaration d’humeur dans laquelle, de façon délibérément provocante, ils remettaient en cause le projet tel qu’il se dessinait : « Nous ne devons pas seulement accepter le programme... nous devons résister à la tendance qui consiste à rétrécir et à produire une solution architecturale simpliste... Tous ces beaux et parfaits plans de programmation montrent exactement ce qui se passe dans chaque département, mais qui dit qu’il devrait y avoir des départements ? Pourquoi y aurait-il des murs sauf peut-être pour se protéger de la pluie ou pour des raisons de sécurité ?... Pourquoi les livres d’art seraient-ils dans la bibliothèque, ou seulement les œuvres d’art dans le musée ? Pourquoi avons-nous besoin d’un espace particulier pour l’accueil ? Est-ce que les informations qui y sont normalement proposées ne peuvent être présentées sur la façade, sur les escaliers roulants, dans les galeries par le système de télévision intérieure... ? Même les murs extérieurs peuvent être créés par des rideaux d’air chaud... Nous pensons que des choses passionnantes peuvent se produire quand différentes activités variées se rencontrent. Nous croyons qu’en imbriquant les activités et en offrant la flexibilité, on peut élargir la possibilité d’inter-action au-delà des limites conventionnelles... » En bref, les architectes s’insurgeaient essentiellement contre le fait que les programmateurs avaient tendance à figer le parti de fonctionnement et chacun des utilisateurs à s’approprier sa zone d’activité et à réclamer la matérialisation de frontières délimitant son territoire, les uns et les autres tendant ainsi à dénaturer le parti d’idées initiales : « Notre bâtiment et ce qui l’entoure est un outil ; il ne doit pas être un monument conventionnel et rigide, mais fluide, flexible, facile à changer, plein de ressources techniques à l’intérieur et à l’extérieur... » Cette réaction fut accueillie avec intérêt et sympathie, mais qui a le pouvoir d’aller contre la nature des choses et de changer les mentalités ? L’on vit bien par la suite, par exemple, que quelques œuvres d’art furent exposées par le musée dans la bibliothèque, mais, au rez-de-chaussée, dans la surface d’accueil, la frontière grillagée dressée entre la salle d’actualité et celle de la documentation du CCI, n’a pas été abolie, quoiqu’il s’agit là d’un espace privilégié pour l’expérimentation d’une mixité d’activités dont la conjonction pouvait se révéler très intéressante.

47Quoi qu’il en fût, après cet incident comme avant, la programmation et le travail des architectes se poursuivirent, allant plus ou moins de pair, dans la perspective d’un avant-projet détaillé, préparé entre mai 1972 et février 1973, et ce tandis que chaque jour, une succession ininterrompue de camions évacuait sous les yeux rêveurs des badauds parisiens la terre du plateau Beaubourg, approfondissant ainsi le premier grand trou de l’opération des Halles. C’est alors qu’afin d’être mieux à même de dialoguer avec nos interlocuteurs, nous entreprîmes deux nouveaux voyages. Au mois de juin, nous séjournions au Danemark et en Suède, nous attachant surtout désormais à prêter de l’attention, dans les bibliothèques visitées, aux aménagements intérieurs et aux modalités de l’accueil. Nous observions en particulier l’intérêt des mezzanines qui, outre les commodités qu’elles offraient pour certaines formes de consultation, permettaient aussi aux usagers de mieux percevoir la distribution des surfaces, et nous nous trouvions confirmés dans notre rejet des cloisonnements fixes. Nous constations en outre une fois de plus que les Scandinaves, comme les Américains, ne reculaient pas devant le coût supplémentaire entraîné par le choix d’équipements et de mobiliers de qualité : revêtements des sols et des murs, rideaux, sièges, etc., considérés comme contribuant au confort des usagers. Nous nous attachions enfin à connaître avec précision les effectifs des personnels, leur répartition par catégories de tâches et les conditions dans lesquelles ils assuraient l’accueil du public. Les observations faites alors furent précisées à la fin de l’année par un voyage entrepris en Grande-Bretagne, et notamment à Birmingham, où la nouvelle bibliothèque publique : 27 000 m 2, avait été mise en service au printemps précédent. Nous nous sentions beaucoup plus forts lorsqu’au retour de ces voyages nous pouvions faire part aux architectes des propositions s’appuyant sur des faits observés et remettre aux programmateurs des fiches techniques, dont ils se montraient très friands et qui les intéressaient bien davantage que des propositions d’idées.

48Au commencement de 1972 d’autre part, nos liens avec l’administration de la Délégation, devenue établissement public, se firent plus fréquents et prirent une tournure plus concrète, et pressante. Nous savions déjà, à peine étions-nous entrés dans le pavillon I, que M. Bordaz avait fait le choix de louer un immeuble sis au n° 35 du boulevard de Sébastopol, à proximité immédiate du chantier, et proposait d’y loger, outre ses services, ceux des utilisateurs, et notamment de la bibliothèque. Il demandait à cet effet une participation de l’Éducation nationale aux frais de location et d’occupation dans la proportion d’un tiers. En revanche, à la condition que le ministère couvre également un tiers de son budget général de fonctionnement, il envisageait de prendre en charge à l’avenir les dépenses qu’engagerait la bibliothèque pour ses contrats d’études, les missions et même l’informatique. Autrement dit, la Délégation, constatant comme nous la grande médiocrité du budget de fonctionnement de la bibliothèque, alors encore prélevé sur celui de la Direction des bibliothèques, tendait à considérer qu’il était plus simple que l’EPCB prît ce budget en charge, à partir du moment où l’Éducation nationale lui en déléguerait la charge et les moyens. Cette perspective, on s’en doute, n’enchantait pas M. Dennery, qui décida de presser les études préalables à un projet de statut qui, lorsqu’il aurait abouti, lui permettrait d’exercer pleinement sa tutelle sur un établissement jouissant de son autonomie financière et dont le fonctionnement serait financé par le Ministère et individualisé, de telle sorte qu’il n’aurait plus à en prélever les moyens sur la très maigre enveloppe de l’ensemble des bibliothèques.

49Au mois de janvier, un incident s’était produit, qui me parut chargé de sens. M. Bordaz avait alors suggéré que l’on changeât le titre adopté pour la bibliothèque de manière à ce que le mot « Halles » fût remplacé par celui de Centre Beaubourg. Cette requête n’était pas sans fondements, mais je la ressentis comme une manifestation de la volonté qu’avait en effet M. Bordaz de rendre manifeste l’appartenance de la bibliothèque au Centre, avant même que sa personnalité n’ait été définie. Le dire crûment eût été paraître refuser une association dont nous acceptions l’idée et que même nous souhaitions. Je répondis donc seulement, et c’était bien vrai, que la bibliothèque, dite des Halles dès 1967, et prise en considération sous ce vocable qui demeurait évocateur, pour le gouvernement, le ministère, le Conseil de Paris, la profession et l’opinion publique, même après le choix, pour son emplacement du « plateau Beaubourg », portait un titre déjà reconnu bien avant que la décision fût prise de créer le Centre, et qu’elle pouvait donc entrer dans ce Centre sous une dénomination qui, du fait de son antériorité, ne pouvait pas passer pour avoir été imaginée par des esprits frondeurs. Je n’ajoutais pas, bien que là fût l’essentiel de ma motivation, qu’à ce titre s’attachait le souvenir encore très présent et sensible des luttes menées pour faire reconnaître un projet qui, au départ, ne reposait que sur une idée dont presque personne ne voulait entendre parler. Je devais être battu, bien sûr, et je m’y attendais, par M. Bordaz qui revint à la charge au mois d’octobre, arguant de la volonté exprimée par le Président de la République, qu’il rencontrait souvent. Au mois de décembre, je proposai le titre de Bibliothèque publique d’information, conçu par ma femme, qui, pas plus que moi, ne se souvenait qu’il figurait déjà sur un document datant de 1968 ! Cette simple et claire appellation avait l’avantage de caractériser la mission de l’établissement et de ne pas prendre parti pour l’avenir de nos rapports administratifs avec le Centre, dont le nom n’apparaissait pas. Elle fut acceptée, et, le temps passant, l’on oublia la précédente, mais, en février 1973, la couronne offerte par le personnel de la bibliothèque à l’occasion de la mort de ma femme portait encore l’ancien titre. J’évoque, non sans gêne, cet épisode et ses circonstances, parce qu’ils montrent à quel point l’affectivité elle aussi joue son rôle dans une entreprise de ce genre, qui suppose pour aboutir une part d’adhésion viscérale chez ceux qui s’y consacrent.

50Plus concrètes et pour nous plus préoccupantes étaient les propositions soumises par M. Bordaz au mois d’avril aux deux ministres de tutelle dans un texte préparant déjà un statut du Centre, quelques mois seulement après l’officialisation de celui de l’EPCB. Ce texte reconnaissait bien en principe les spécificités des divers composants et prévoyait la participation de leurs responsables à un conseil commun de gestion, mais il avançait que, si les « départements » pouvaient se voir reconnaître une « large autonomie », et « même disposer d’un pouvoir de gestion », le bon fonctionnement du Centre « exigeait » que le pouvoir exécutif commun de cette fédération fût confié à un « Directeur général », titre fort évocateur, qui laissait à entendre que le conseil de gestion ne serait qu’une sorte d’exécutif. Cette structure avait été imaginée par M. Bordaz, toujours conseillé par M. Loste, mais aussi et de plus en plus par M. Claude Mollard. Un jeune administrateur civil, qui devait assumer les très importantes fonctions de directeur administratif et financier. Sa justification découlait de la volonté maintes fois affirmée, à juste titre, d’assurer l’unité de la politique menée par le Centre, et, circonstanciellement, de la nécessité d’une gestion cohérente des services communs déjà mis en place, auxquels l’on avait d’ailleurs délibérément donné une extension très considérable. Dans cette affaire, tout se passait comme si l’on oubliait que M. Pompidou avait préféré que la bibliothèque eût une personnalité distincte. Fort heureusement, il fut précisé, lors d’un conseil interministériel restreint réuni le 30 mai suivant, que la bibliothèque jouirait d’un statut particulier, du fait de son rattachement à l’Éducation nationale, que cependant son directeur participerait au conseil (« de gestion », « de direction » ?) du Centre pour la gestion des services communs et en vue d’actions concertées, qu’enfin une convention préciserait les rapports entre le Centre et la bibliothèque, lorsque celle-ci aurait elle-même reçu un statut d’établissement public national. Ainsi donc, l’on revenait à des positions précisées déjà depuis plus d’un an, mais qui ne devaient être définitivement arrêtées qu’à la toute fin de l’année 1975.

1972 Les acquisitions en 1972. Les raisons de leur insuffisance

51Si importante que fût pour nous la revendication d’un statut qui nous permît d’avoir les coudées franches dans la gestion de nos actions spécifiques, nous étions surtout préoccupés, en 1972, de tirer plus de profit qu’en 1971 des travaux préparatoires à l’acquisition et au traitement des fonds nécessaires pour l’ouverture. Or, notre impatience devrait être cette année là encore freinée par maints obstacles.

52Certes, un embryon de service de choix des documents avait été constitué en 1971, sous la responsabilité de Mlle Jacqueline Chassé, entrée à la bibliothèque le 1er octobre 1970.

53Parfaitement rôdée aux pratiques de notre métier, celle-ci connaissait bien la production de livres contemporains et elle était ouverte aux perspectives nouvelles qu’offrait l’informatique. C’était alors pratiquement le seul conservateur possédant déjà une longue expérience qui eût demandé à participer à une entreprise qui, d’une façon générale, ne séduisait pas les professionnels chevronnés. Elle avait été aussitôt chargée de présider aux choix des livres, auquel participaient de jeunes bibliothécaires frais émoulus des deux écoles professionnelles, et des personnels contractuels, dont la présence était rendue nécessaire parce que l’on ne trouvait pas de titulaires en nombre suffisant. Ce n’est que très progressivement que fut mis en place un service dans lequel chaque collaborateur assumait la responsabilité d’un ou plusieurs domaines. Il avait fallu aussi, au préalable, acquérir les bibliographies françaises et étrangères à partir desquelles les commandes pouvaient être passées, et déterminer les secteurs prioritaires, ces opérations ayant été menées en liaison étroite avec le service des commandes, qui avait en particulier la charge de répartir celles-ci en les groupant autant que faire se pouvait et en les répartissent entre des fournisseurs avec qui l’on passait des marchés, en conformité avec les usages suivis par les services comptables du Rectorat de Paris, qui géraient nos crédits d’acquisitions. Ce processus, en théorie assez classique, était en fait très difficile à appliquer à une bibliothèque qui présentait la singularité de partir de rien et de devoir en quatre ans procéder à l’achat de centaines de milliers de documents, parmi lesquels une moitié, environ, en provenance de l’étranger, et qui abordaient tous les secteurs des connaissances.

54On vérifia vite, que, comme on nous l’avait prédit dès 1968, le domaine français de l’édition lui-même ne fournirait que de façon très insuffisante la masse de documentation souhaitée. En 1971, j’avais pris les devants en allant voir un éditeur particulièrement entreprenant, M. Dodeman, qui avait enregistré sur bandes magnétiques, sous une forme lisible par l’ordinateur, 125 000 notices d’ouvrages français disponibles en librairie, ou conservés dans les stocks des éditeurs. Je fus autorisé par M. Dennery à procéder en janvier 1972 à l’achat de ces bandes, que nous pûmes commencer à utiliser sans attendre leur état définitif, avant la version imprimée qui devait en être donnée plus tard, et à abonner la bibliothèque aux suppléments à venir. En principe, les notices de ces bandes devaient nous permettre à la fois de passer les commandes et de constituer une sorte de pré-catalogue sur lequel nous espérions n’avoir pas à effectuer de corrections trop importantes. Malheureusement, l’expérience nous révéla bientôt à la fois des lacunes et des imperfections graves dans l’établissement de ces notices, et nous éprouvâmes de sérieuses et longues difficultés de toutes sortes à les « convertir » dans les normes de catalogage informatisé que nous avions déterminées en 1971. Pour la production étrangère, nous recourûmes aux services de maisons spécialisées dans des achats massifs et internationaux aux États-Unis et aux Pays-Bas, en particulier. Nous envisageâmes aussi de travailler avec la Maison Krauss, au Lichtenstein, qui vendait des bibliothèques entières, avec leurs fichiers, mais il nous apparut que les choix faits pour leur constitution offraient plus d’intérêt pour des bibliothèques universitaires que pour la nôtre. On voit par là l’étendue et la complexité des problèmes soulevés par le démarrage des acquisitions, qui, de ce fait, ne portèrent en 1972 que sur 13 322 ouvrages, chiffre très au-dessous de celui que nous avions escompté.

55C’est aussi que, de surcroît, notre système informatique de gestion tardait, pour de nombreuses raisons, à parvenir au stade opérationnel. Exploitable, en principe, grâce à la présence dans le pavillon I, au mois d’avril, d’une unité de contrôle et d’écrans reliés au Centre de calcul de l’École des mines, à Fontainebleau, ce système, fonctionnant en « temps réel », le plus avancé peut-être qui existât au monde à cette époque, commença à être utilisable au mois de juillet, mais en fait, et pendant longtemps encore, son exploitation pâtit soit des difficultés éprouvées dans le fonctionnement de la ligne particulière qui nous reliait à Fontainebleau, soit surtout de celles entraînées par son « affinage ». Il fallait donc tout à la fois remédier aux incidents quotidiens, et poursuivre les études en vue de l’amélioration du fonctionnement. Pour y parvenir, nous ne disposions en propre ni des crédits, ni du personnel nécessaires, tandis qu’au contraire et par voie de conséquence, notre budget d’acquisitions, très large, demeurait sous utilisé, phénomène paradoxal que l’on observe trop souvent dans la répartition des crédits, l’insuffisance d’un chapitre empêchant d’en exploiter un autre, mieux pourvu.

56En 1972, notre budget de fonctionnement, qui se limitait à 515 000 F, ne nous permettait pas de faire face à tous les débours indispensables pour le règlement du solde des dépenses occasionnées par l’aménagement du pavillon I, pour nos achats de mobiliers, dont les rayonnages à livres, pour le fonctionnement courant et, surtout, pour celui de l’informatique et des études dans ce domaine. Le déficit prévisible s’élevait déjà, au mois de février, à plus de 350 000 F. Il fut longtemps assez dramatique, puisqu’au mois de mai encore, par exemple, je me trouvais dans l’incapacité de nous procurer quarante périodiques indispensables, (car il faut savoir que l’achat d’un périodique n’est pas, comme celui d’un livre, compris au chapitre équipement, mais du fonctionnement), et même de faire confectionner des bons de commande pour le service des acquisitions ! Or, l’EPCB, grâce à la dotation de l’Éducation nationale, et le BAB disposaient, eux, des moyens qui nous faisaient défaut.

57Dès le début de l’année, MM. Bordaz et Mollard, pourtant, témoignèrent d’un grand intérêt pour nos actions informatiques, s’offrant, soit directement, soit par l’intermédiaire d’un, puis de deux ingénieurs recrutés par le Centre, de nous porter assistance en mettant à notre disposition des crédits nécessaires notamment aux études préalables à l’établissement d’un cahier des charges de la bibliothèque que l’on nous pressait d’établir. Le BAB, d’autre part, proposait de mettre à notre disposition des ingénieurs, ce qu’il fit. Seulement, l’effet pratique de ces collaborations intéressantes fut à tout le moins réduit par le fait que chacun de ces deux protecteurs, tacitement d’accord entre eux sur le fait qu’il valait mieux que les crédits et le personnel soient délégués par eux à la bibliothèque, plutôt que de lui être directement attribués, ne l’étaient plus sur les finalités ni sur les modalités de l’aide consentie, le BAB pensant d’abord à l’ensemble des bibliothèques et l’EPCB à la réalisation du Centre. Il me fallut donc consacrer beaucoup de temps à élaborer un texte qui tentait de définir les responsabilités relatives du BAB et de l’EPCB vis-à-vis de la bibliothèque, et aussi celles de la bibliothèque sur des actions dont dépendait son achèvement. Les principes de base de l’accord étaient fort clairs : la BPI relevait de la Direction des bibliothèques ; ses services informatisés devaient donc être conçus comme parties intégrées de ceux des bibliothèques et ses actions coordonnées par le BAB. Elle participait d’autre part aux actions communes du Centre, dont celle de l’informatique, et devait tenir compte notamment des impératifs du calendrier fixé pour la réalisation du Centre. Malheureusement, lorsqu’il s’agit d’expliciter ces principes et de dire en particulier qui financerait quoi et dans quelles conditions, et qui donc en définitive disposerait du « pouvoir », chacun tenait à introduire dans le texte des clauses bien révélatrices d’une certaine méfiance réciproque. Il en alla de cet « accord » comme de celui sur l’« autonomie » de la bibliothèque. Globalement, il fut utile en ce qu’il avait suscité une réflexion fondamentale, mais on ne tint pas compte de ses spécifications, trop théoriques, chaque fois qu’à l’expérience elles se révèlent inapplicables.

58L’informatique jouait aussi un rôle capital pour ce qui était de la « recherche documentaire », qui était à nos yeux indissociable de l’ensemble intégré de nos actions, et en constituait l’élément le plus novateur. L’on se souvient que, grâce à un contrat passé avec l’IREP, à Grenoble, l’équipe de M. Dagand testait le petit fichier que nous lui avions confié de mots d’analyses mis en correspondance avec des descripteurs de la CDU. Cette expérience se poursuivait avec des essais d’extrapolation sur ce qu’il adviendrait pour un fichier de dimensions infiniment supérieures. Nous entretenions d’excellents rapports avec les ingénieurs qui y travaillaient, et j’avais personnellement grande confiance dans l’esprit de finesse de M. Dagand, bien nécessaire dans un domaine aussi complexe. Mais il fallait compter avec son éloignement physique, qui rendait trop rares nos contacts directs, et avec les interventions du BAB, où l’on pensait que cette affaire, estimée non prioritaire, sur le plan national, serait de très longue durée et qu’il fallait d’abord se préoccuper de sa conformité avec les besoins de l’ensemble des bibliothèques. Les retards entraînés par les tiraillements résultant de cette différence d’appréciation devinrent difficilement supportables à la fin de l’année, lorsque les conservateurs de la bibliothèque commencèrent à indexer des livres acquis en nombre beaucoup plus important qu’au cours des premiers mois.

1972 Le secteur audiovisuel de la BPI

59En 1972 enfin, l’on commença à appréhender avec précision ce que serait le secteur audiovisuel de la BPI. Au début de l’année, tandis qu’une enquête de besoins était entreprise, de mars à mai, auprès de cinquante-cinq spécialistes de l’image, un contrat fut passé avec la SEMA (Société d’études et de mathématiques appliquées) pour une étude portant sur la composition des fonds iconographiques, leurs supports, leur catalogage, leur communication et leur reproduction. Ce fut pour moi l’occasion de rappeler, à l’intention de cette société, les principes essentiels de la politique de la bibliothèque dans ce domaine. J’affirmais notamment sa vocation d’information générale d’un vaste public, qui excluait que l’on pensât surtout aux besoins des éditeurs et des documentalistes et que l’on ambitionnât la possibilité d’une recherche spécialisée. Il n’était donc pas envisageable que l’indexation et le catalogage fussent « trop longs, ni trop savants ». Je précisais : « Il importera de veiller à ce que les études entreprises pour la section iconographique de la bibliothèque et les choix qui en découleront tiennent toujours le plus grand compte d’une nécessaire harmonisation avec la politique d’ensemble de l’établissement, notamment en matières de langages documentaires. »

60Pour la première fois, d’autre part, dans les derniers mois de 1972, un long rapport définissait la place qu’occuperaient dans la bibliothèque l’ensemble des documents audiovisuels, autres que ceux de l’iconographie et que les disques. Il érigeait en principe que ce secteur ne constituerait pas lui non plus un département particulier, et il abordait les problèmes posés par quatre catégories de supports : les microfiches, les microfilms, les cassettes et les films, précisant pour chacun d’entre eux les critères des choix, leurs caractéristiques matérielles, leur coût et la façon dont on envisageait de les acquérir, de les stocker, de les cataloguer, de les communiquer, et, éventuellement, d’en obtenir des reproductions. On insistait en particulier sur les microfilms de 35 mm, qui devaient permettre à la bibliothèque, en liaison notamment avec l’ACRPP, Association pour la reproduction de la presse parisienne, fondée à l’initiative de la Nationale, de constituer une grande collection rétrospective et actuelle de journaux dont l’on présumait qu’elle serait très utile aux usagers, et qu’il était hors de question d’acquérir sur un support papier. Pour la première fois, enfin, l’approche était esquissée d’un « laboratoire » de langues, sans recours à des professeurs, offrant soixante-cinq places à des usagers qui utiliseraient des cours enregistrés sur cassettes. Remarquablement précis dans ses spécifications, le texte de proposition ne prétendait pas pour autant répondre à toutes les questions, très complexes, posées par les nouveaux médias. Il restait encore beaucoup à faire, notamment pour le choix des meilleurs appareils de consultation et pour leur adaptation aux conditions d’usage dans la bibliothèque. N’importe, une avancée considérable avait été ainsi faite dans ce domaine, et si juste que l’on n’eut pas par la suite à y apporter de corrections d’importance.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1987

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access