Version classiqueVersion mobile

Lectures numériques

 | 
Paul Gaudric
, 
Gérard Mauger
, 
Xavier Zunigo

V. Le champ de l’édition face au numérique

Texte intégral

« Si le livre avait été inventé après l’ordinateur, il aurait constitué une avancée majeure. Ses qualités sont remarquables : légèreté, disponibilité, faible coût, fonctionnement sans consommation d’énergie, qualité d’affichage. De plus, le livre constitue une interface particulièrement bien adaptée à l’homme. Le cerveau de ce dernier possède en effet une excellente mémoire spatiale, qui lui permet de localiser approximativement une information ou une page après lecture. »

Geoffrey Nunberg (linguiste américain, cité par Frédéric Barbier dans Histoire du livre)

Grandes entreprises du Web et industrie du livre numérique

  • 1 L’une des initiatives les plus connues, le « projet Gutenberg », débute en 1971, à l’université de (...)
  • 2 Ainsi, la société Cytale, créée en 1998, à l’origine du lecteur Cybook commercialisé à partir de 20 (...)

1Depuis quelques décennies déjà, le livre numérique fait l’objet de recherches, de développements et de dispositifs de commercialisation. La numérisation des textes écrits s’engage dès l’apparition de l’informatique1. Mais si le stock de textes numériques s’accroît rapidement, la lecture numérique reste longtemps cantonnée aux pratiques professionnelles et aux usages techniques. Les premières liseuses sont commercialisées à la fin des années 1990, mais ces tentatives se soldent par des échecs commerciaux, amplifiés par l’éclatement de la bulle Internet au début des années 20002.

2L’accès généralisé au Web, la commercialisation de nouveaux supports plus ergonomiques et bon marché (tablettes, liseuses, etc.) et la familiarisation avec l’informatique incitent depuis les cinq dernières années de grandes entreprises du Web (Amazon, Google, Apple) à prendre place dans le champ de l’édition. Elles développent des services et des terminaux dédiés, et élaborent des stratégies commerciales agressives sur le marché naissant du livre numérique.

3Dès 2004, Google affiche l’ambition de numériser 15 millions d’ouvrages en dix ans, en s’appuyant principalement sur les fonds de cinq bibliothèques (la New York Public Library et les bibliothèques des universités de Harvard, Stanford, du Michigan et d’Oxford). En 2010, Google Livres annonce que plus de 10 millions de livres sont consultables sur sa plateforme : 2 millions ont été numérisés en partenariat avec les éditeurs, 1,5 million relèvent du domaine public, les autres ont été numérisés sans accord des ayants droit, remettant ainsi en cause le droit de la propriété intellectuelle et suscitant de nombreux contentieux. En juillet 2012, l’entreprise lance sa librairie en ligne.

  • 3 Books, « L’effet Amazon. Enquête sur l’avenir du livre », octobre 2013.

4Amazon, fondée en 1994, est aujourd’hui le premier distributeur mondial de livres, le premier fournisseur de liseuses électroniques, et un acteur significatif de l’édition aux États-Unis, y compris au format papier (Amazon propose aux auteurs des modes de rémunération qui court-circuitent les intermédiaires traditionnels). Initialement, il s’agissait d’une société de vente par correspondance (VPC) qui proposait des livres, d’autres produits culturels (CD, DVD, etc.) et du matériel informatique. En 2007, elle commercialise sa propre liseuse (Kindle) pour lire des livres numériques achetés sur son site. Elle vendra les livres électroniques à perte pour attirer une clientèle, et remboursera le manque à gagner aux éditeurs. En juin 2009, 2 % des Américains possédaient une tablette ou une liseuse ; en janvier 2012, ils étaient 28 %, et en mai 2013, 34 % (contre 10 % des Français). Selon le directeur d’Amazon, Jeff Bezos : « Nos clients achètent désormais plus de livres électroniques que de livres reliés, ce qui est incroyable quand on songe que nous vendons des livres classiques depuis quinze ans et des livres électroniques depuis trente-trois mois3. »

5Apple, société pionnière dans la commercialisation de la musique au format numérique, a étendu sa stratégie de vente de contenus et de services aux médias textuels. Le succès de l’iPad en 2009 lui permet de vendre directement des e-books et tout autre ouvrage numérique sur sa plateforme dédiée (« iBooks », lancée en 2010).

6Quelle que soit l’entreprise considérée, les modèles de commercialisation sont semblables : chaque société acquiert à perte un fonds (soit en le numérisant elle-même, soit en l’achetant), propose un support de lecture dédié, relativement fermé aux autres formats, et tente ainsi de créer un public captif de la marque (les propriétaires de Kindle, par exemple, ne peuvent lire que des livres téléchargés depuis le site d’Amazon). En France, quelques sociétés ont suivi cet exemple : il s’agit à chaque fois d’entreprises de grande distribution spécialisée (Fnac) ou non (Carrefour).

  • 4 Commission numérique ALIRE-SLF, « Accueillir le numérique ? Une mutation pour la librairie et le co (...)

7Selon le Syndicat des libraires de France4, les professionnels de la librairie et de l’édition traditionnelles ont pris tardivement conscience des enjeux liés au livre numérique : numérisation récente des catalogues des éditeurs, absence de stratégie numérique des librairies.

  • 5 Les livres électroniques représentent une part croissante du chiffre d’affaires des éditeurs. En 20 (...)
  • 6 Rapport de Bruno Patino (président de Télérama et du Monde interactif) pour le compte de Christine (...)
  • 7 Rapport d’information fait au nom de la commission des finances sur La politique du livre face au d (...)

8Depuis quelques années, le livre numérique est devenu un enjeu commercial5. L’arrivée d’industries issues du monde numérique dans le champ de l’édition et de la distribution prélude pour les uns à la diffusion massive du livre numérique (comme ce fut le cas pour l’iPod, l’iPhone ou l’iPad d’Apple) et à l’éviction des éditeurs du circuit de commercialisation du livre (les auteurs s’adressant directement aux distributeurs numériques6). D’autres, à l’inverse, font l’hypothèse d’une baisse tendancielle de la diffusion du livre numérique en raison de la limitation du marché à une minorité de « gros lecteurs7 ».

Une numérisation différenciée selon les secteurs éditoriaux

9Plus les modèles de production et de diffusion du livre sont proches de ceux du monde numérique (abonnement, lecture fractionnée, consultation sporadique, etc.), plus la numérisation est rapide et massive.

10Les types d’ouvrages les plus numérisés sont ceux où l’informatisation des usages a semblé faciliter les usages sur papier.

  • 8 Rapport de Bruno Patino, ibid.

Usages favorables à la transition numérique8

 L’indexation et la navigation bénéficient de la puissance du numérique.

 Un ouvrage construit à partir de modules entre lesquels le lecteur circule se décline mieux sur un écran qu’un texte continu, et profite des opportunités de navigation informatique.

 La version numérique d’ouvrages qui nécessitent des mises à jour régulières permet des révisions continues et à bas coût.

 Le livre numérique permet l’intervention du lecteur dans le texte et le renvoi vers d’autres contenus ou d’autres sources.

 Le livre numérique est accessible en tout temps et en tout lieu.

11Les secteurs éditoriaux qui correspondent à ces critères se sont convertis au numérique : certains conservent les règles et les institutions traditionnelles de l’édition, d’autres quittent définitivement ce champ.

12L’édition d’ouvrages professionnels et de livres pratiques (ouvrages scientifiques, techniques, médicaux, juridiques, encyclopédies, dictionnaires, etc.) a depuis longtemps basculé vers la numérisation. Ainsi, dans le domaine des publications médicales, formé autour de communautés de professionnels qui ont très tôt disposé d’outils informatiques et de connexions à Internet, la chaîne entière, de l’auteur au lecteur, fonctionne déjà pour l’essentiel hors du champ de l’imprimé. De même, les livres pratiques (guides de voyages, de cuisine, de bricolage, etc.), confrontés à la concurrence des forums d’amateurs et à de nouvelles technologies (le « livre enrichi », qui cumule les technologies du livre et du numérique), ont adopté des modèles numériques. Plus récemment, les livres scolaires et universitaires évoluent à leur tour vers le numérique.

13En revanche, les avantages du numérique, au regard même des professionnels du secteur, semblent moins évidents dans le secteur de la littérature générale. La linéarité du style littéraire se prête mal aux usages facilités par la numérisation (possibilités d’indexation, divisibilité des contenus, mise à jour fréquente). Les avancées technologiques liées au numérique ne concernent que des aspects techniques ou matériels de la littérature générale : dématérialisation de l’objet permettant facilement le stockage et le transport, accessibilité immédiate, prix, etc.

La rupture de la chaîne traditionnelle de production du livre

Numérique et risque de désintermédiation

  • 9 Source : Gfk.

14Mesurée à l’aune de son chiffre d’affaires et du nombre d’emplois qu’elle représente (plus de 80 0009), la filière économique du livre (édition, diffusion, distribution, commerce de détail et bibliothèques) apparaît comme la première des industries culturelles. Le circuit de production et de diffusion des livres repose sur la division du travail entre auteurs, éditeurs, imprimeurs, diffuseurs et distributeurs (librairies, grandes surfaces, vente par correspondance et clubs de livres, etc.). La place de chaque maillon est immuable, et leur interdépendance est forte.

15Si l’économie traditionnelle du livre est structurée de façon linéaire, l’économie du livre numérique permet à l’inverse à chaque intervenant de court-circuiter la chaîne, d’où les risques de désintermédiation (suppression de certains intervenants de la chaîne du livre). Les librairies sont potentiellement les plus exposées. D’un côté, les grands groupes éditoriaux investissent progressivement le marché du numérique : la numérisation de leurs catalogues est en cours, et de plus en plus d’éditeurs développent leur propre interface. De l’autre, les acteurs du Web concurrencent directement le rôle du libraire, en matière de catalogue, mais aussi de prescription grâce aux technologies numériques (réseaux sociaux, algorithmes permettant d’identifier les goûts des consommateurs à partir des informations collectées, etc.).

  • 10 Sénat, rapport d’information fait au nom de la commission des finances, op. cit.

16Les éditeurs sont également concernés par le risque de désintermédiation. Certains auteurs peuvent être tentés de s’adresser directement à leurs lecteurs, ou de contracter avec de nouveaux opérateurs issus de la téléphonie ou de l’informatique. L’arrivée des grandes firmes du Web dans la chaîne du livre peut menacer l’existence de nombreux éditeurs. Les facilités offertes par l’e-commerce peuvent inciter des éditeurs à se lancer dans la commercialisation de leur fonds numérique sans passer par les réseaux de librairies10.

17Quant aux auteurs, ils sont confrontés à la remise en cause du droit de la propriété intellectuelle, au piratage des œuvres, à de nouveaux protagonistes aux méthodes commerciales agressives, à l’ajout aux contrats de clauses de « cession des droits d’exploitation numérique ». Mais le Web leur permet aussi de promouvoir et de diffuser leur travail auprès d’un public élargi. Cette possibilité d’entrer en contact avec les lecteurs via le Web a d’ailleurs accéléré l’entrée des auteurs dans le numérique (voir la multiplication des blogs et des sites). Des formes de production écrite – immédiate (le « billet », post) ou plus longue (feuilleton) – contournent les circuits traditionnels de diffusion de l’écrit et leur économie (gratuité ou financement publicitaire). De façon générale, le numérique ouvre la possibilité pour les auteurs de se passer des maisons d’édition en autopubliant leurs textes. Au cours des dernières années, des textes autoédités sous format numérique ont connu un immense succès avant d’être publiés (voir Fifty Shades of Grey d’E. L. James ou, plus récemment, After d’Anna Todd).

18Enfin, la diffusion et la distribution risquent, elles aussi, d’être remises en cause par le livre numérique. Le travail de commercialisation et la publicité des livres dépendraient désormais de la capacité à référencer un livre sur l’ensemble des plateformes susceptibles de le distribuer.

TABLEAU : Répartition des revenus moyens entre les principaux acteurs du livre

(Chaîne papier et chaîne numérique)

(Chaîne papier et chaîne numérique)

Source : Aldus Conseil, 2010.

19Si la numérisation du texte est un phénomène déjà ancien, l’apparition récente de nouvelles ressources (le Web) et des entreprises de l’économie numérique déstabilise aujourd’hui le champ de l’édition, d’où une redéfinition des formats, des contenus, de la légitimité, de la diffusion et de la valeur économique et symbolique des textes.

L’introuvable définition du livre numérique

  • 11 Rapport sur la numérisation du patrimoine écrit, rapport de Marc Tessier remis au ministre de la Cu (...)
  • 12 Françoise Benhamou, « Livre numérique. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre… », Esprit, (...)

20Le livre numérique prend des formes très diverses : du simple fac-similé digitalisé de l’imprimé à un produit doté de fonctionnalités élaborées (recherche, intertextualité, interactivité, enrichissements éditoriaux, etc.11). La plupart des définitions du livre numérique se réfèrent au modèle du livre imprimé dont le livre numérique serait une déclinaison : « Les livres numériques sont d’authentiques livres, versions numériques d’ouvrages qui sont en général par ailleurs édités et diffusés sous forme imprimée [et] peuvent être découpés par chapitres, et comporter des “plus” par rapport à la version imprimée, comme des liens hypertextes ou des vidéos incrustées, [ils] demeurent des livres, avec un début et une fin malgré quelques expériences très marginales encore de littératures hypertextuelles, en tout cas des œuvres cohérentes et achevées d’un auteur ou d’un collectif d’auteurs et fruits d’un travail éditorial complet sur le fond et sur la forme12 .» Mais si ce genre de définition englobe un grand nombre de livres numériques, il exclut néanmoins tous ceux qui n’ont pas emprunté la voie traditionnelle de l’édition : des succès commerciaux récents montrent que l’édition classique peut n’être qu’une seconde étape après une publication au format numérique.

  • 13 Denis Zwirn, Étude en vue de l’élaboration d’un modèle économique de participation des éditeurs à l (...)
  • 14 Rapport de Bruno Patino, op. cit.

21La simple numérisation d’une œuvre ne suffirait pas, selon d’autres, à définir un ouvrage comme « livre numérique » : « Les livres numériques présentent de très nombreuses valeurs ajoutées fonctionnelles pour les lecteurs, qui les différencient fortement des livres imprimés », écrit, par exemple, Denis Zwirn13. Selon Bruno Patino, « le texte, tel que nous le connaissons aujourd’hui, va s’élargir à l’image animée, au son et aux contenus échangés dans des processus interactifs. Dans le livre numérique, tous les contenus ont vocation à devenir texte, et tout texte a vocation à se trouver en réseau. Pris dans cette dynamique, le livre va enrichir ses contenus et offrir à son lecteur, grâce aux fonctions de navigation, des entrées multiples permettant de décliner l’ouvrage de plusieurs manières14 ». Reste que la plupart des livres numériques disponibles sur les plateformes de téléchargement et, parmi eux, ceux qui connaissent les plus grands succès, sont très rarement des livres « enrichis », et reproduisent le texte écrit.

  • 15 Françoise Benhamou, Olivia Guillon, « Modèles économiques d’un marché naissant : le livre numérique (...)

22On peut aussi définir le livre numérique comme un texte lisible sur un écran dédié. De ce point de vue, le problème est celui du support qui s’imposera – support dédié (liseuses Sony, Kindle d’Amazon, Nook de Barnes & Noble, etc.), readers occasionnels (matériels non dédiés au livre électronique mais offrant un confort de lecture, comme l’iPad d’Apple ou les smartphones) – et de l’offre éditoriale15. Mais des textes numériques (feuilleton édité sur des forums, essais politiques publiés sur des blogs, etc.) peuvent être non formatés et lus sur tout support.

23Le livre numérique peut enfin être défini en fonction de son usage. Après l’achat d’un livre papier, le lecteur peut en faire ce que bon lui semble – l’annoter, le donner, le revendre, etc. –, ce qui n’est pas le cas de bon nombre de livres numériques protégés par des DRM. Selon les conditions de vente des trois grandes entreprises de vente de livres numériques (Amazon, Apple, Google), les contenus des livres n’appartiennent pas, en effet, aux lecteurs : ceux-ci ont simplement acquis un droit d’usage. Ainsi, un livre qui a été acheté peut être supprimé a posteriori par le vendeur (par exemple, si le marchand perd les droits de diffusion, ou si le vendeur estime que les conditions d’utilisation de son service n’ont pas été respectées). En 2009, Amazon avait ainsi supprimé des comptes de ses clients 1984 et La ferme des animaux de George Orwell suite à un désaccord avec l’éditeur. Le livre numérique apparaît dès lors plus comme un service que comme un bien. Mais, là encore, il n’y a pas de définition tranchée : le 14 novembre 2013, l’Assemblée nationale a voté un amendement qui retire le statut de « livre » aux publications numériques protégées par des DRM. Aujourd’hui, un livre verrouillé n’est donc pas un livre.

Notes

1 L’une des initiatives les plus connues, le « projet Gutenberg », débute en 1971, à l’université de l’Illinois. En France, la bibliothèque numérique « Gallica » est développée par la BnF depuis le milieu des années 1990.

2 Ainsi, la société Cytale, créée en 1998, à l’origine du lecteur Cybook commercialisé à partir de 2001, a été mise en liquidation judiciaire dès juillet 2002. Gemstar, société américaine de produits et services numériques pour les médias, qui avait racheté en 2000 les premiers fabricants de lecteurs électroniques (le Softbook et le Rocket Ebook) ainsi que le premier éditeur numérique français (00 h 00), n’a pas pu lancer sur le marché américain sa tablette de lecture numérique Gemstar Book. L’arrêt de ses activités a entraîné la fermeture du site de 00 h 00 en 2003. Le lecteur Librie de Sony, lancé en 2004 au Japon, est également un échec : son prix élevé et les mesures antipiratage draconiennes – les livres ne pouvaient être empruntés que pour une durée de soixante jours – ont découragé les consommateurs (source : rapport Patino).

3 Books, « L’effet Amazon. Enquête sur l’avenir du livre », octobre 2013.

4 Commission numérique ALIRE-SLF, « Accueillir le numérique ? Une mutation pour la librairie et le commerce du livre », Les cahiers de la librairie, juin 2008.

5 Les livres électroniques représentent une part croissante du chiffre d’affaires des éditeurs. En 2008, ils généraient moins de 1 % des recettes des maisons américaines. Dans la dernière version de Merchants of Culture, John B. Thompson estime que les ventes d’e-books représentaient en 2011 « entre 18 et 22 % du CA de la plupart des éditeurs » (Books, « L’effet Amazon. Enquête sur l’avenir du livre », op. cit.).

6 Rapport de Bruno Patino (président de Télérama et du Monde interactif) pour le compte de Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, 30 juin 2008.

7 Rapport d’information fait au nom de la commission des finances sur La politique du livre face au défi du numérique, par M. Yann Gaillard, sénateur, 25 février 2010.

8 Rapport de Bruno Patino, ibid.

9 Source : Gfk.

10 Sénat, rapport d’information fait au nom de la commission des finances, op. cit.

11 Rapport sur la numérisation du patrimoine écrit, rapport de Marc Tessier remis au ministre de la Culture et de la Communication, 12 janvier 2010.

12 Françoise Benhamou, « Livre numérique. Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre… », Esprit, mars-avril 2009, p. 73-85.

13 Denis Zwirn, Étude en vue de l’élaboration d’un modèle économique de participation des éditeurs à la bibliothèque numérique européenne (Europeana), Numilog pour la BnF, 2007.

14 Rapport de Bruno Patino, op. cit.

15 Françoise Benhamou, Olivia Guillon, « Modèles économiques d’un marché naissant : le livre numérique », Culture prospective, 2010-2, juin 2010.

Table des illustrations

Titre (Chaîne papier et chaîne numérique)
Légende Source : Aldus Conseil, 2010.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search