Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eugène Morel et la lecture publique

 | 
Jean-Pierre Seguin

Annexes

Annexe III

Texte intégral

Repères biographiques

11869, 21 juin – Naissance à Paris, 4, rue de Thorigny, d’Eugène-Alphonse Morel, fils de Charles-Adolphe et de Louisa Salanson. Le père d’Eugène était, en 1869, fabricant de bronzes d’art. Sa mère était née et avait vécu son enfance à Londres, ses parents s’y étant établis, l’un en qualité de tailleur et l’autre tenant un magasin de couture. Louisa avait de grands dons de musicienne. Eugène restera passionné par l’Angleterre et par le monde anglo-saxon en général. À Paris, il est d’abord pensionnaire à l’institut Sainte-Marie de Monceau, où il ne se plaît pas, puis il est élève au lycée Charlemagne. C’est un sujet très brillant, que la littérature, puis la philosophie passionnent. Il est bachelier à l’âge de 15 ans.

21884 – Mort accidentelle de Frédéric, son frère aîné. Eugène en est profondément et durablement affecté.

31885 – Morel, bachelier, s’inscrit à la faculté de droit de Paris. Il obtiendra sa licence en 1889.

41886-1889 – Morel, tout en poursuivant ses études, a de nombreuses activités d’ordre littéraire et artistique. Il est, en 1886, secrétaire de rédaction à la Chronique moderne, et, épaulé par Rosny jeune, il travaille avec Lucien Descaves. Il écrit un roman, L’Ignorance acquise, édité en 1889. Il se lie d’amitié avec Pierre Bonnard et avec Édouard Vuillard ; lui-même dessine et peint ; il continuera tout au long de sa vie.

51890-1891 – Morel fait son service militaire à Amiens. Il y rencontre Jules Verne, qui lui apparaît comme un « grand vieillard amer ». Celui-ci accepte de lire le manuscrit des Petits Français, des « mémoires d’enfant » qui seront publiés en 1890. Jules Verne, rapporte-t-il, lui « apprit, par charité, en quoi consistait toute la littérature, dont je ne me doutais pas ». Morel critique dans Petits Français l’enseignement donné aux enfants de la bourgeoisie, trop exclusivement centré sur la « rhétorique » et contraire à l’épanouissement de l’individu. C’est cette sclérose qu’il reprochera aussi aux bibliothécaires de son temps.

61892, 21 mars – Morel, qui avait perdu, par défaut de qualités d’orateur, semble-t-il, la première cause qu’il avait soutenue en qualité d’avocat, entre à la Bibliothèque nationale, comme « attaché temporaire ». Il pense trouver là une sorte de sinécure dont beaucoup d’hommes de lettres avaient avant lui bénéficié. Cependant, depuis 1869, l’enseignement des futurs bibliothécaires a été réservé à l’École des chartes, dont les élèves diplômés viennent tenir, à la Bibliothèque nationale et même, après 1897, dans les grands établissements de province, les postes scientifiques. Entré par la « petite porte », Morel est tenu de satisfaire à un examen portant sur ses connaissances professionnelles, en vue d’obtenir un poste de « stagiaire commissionné ». Il s’y prépare, tout en collaborant à l’élaboration du Catalogue général des livres imprimés, dont le premier volume paraîtra en 1897. Il ne croyait pas à la nécessité de l’impression de ce catalogue. Il estime que son principe et sa méthode en font un instrument inadapté aux besoins et trop pesant pour être utile. Il supporte très mal la cohabitation avec les bibliothécaires chartistes, qui sont d’un avis opposé.

7Il n’a pas renoncé à ses activités littéraires : il prépare un troisième roman, Artificielle, publié en 1895, fréquente le Grenier Goncourt et collabore au Mercure de France et à la Revue blanche. Il se prend d’autre part de passion pour le théâtre, auquel André Antoine donne alors une inflexion et une impulsion nouvelles. Il collabore avec André de Lorde à des pièces qui sont représentées à la Comédie-Parisienne, au Grand-Guignol, au théâtre Antoine et à celui des Escholiers. Quoique appuyé par Mounet-Sully, il ne parvient pas à faire représenter à la Comédie-Française une pièce de son propre cru, intitulée Dans la nuit.

81895 – Morel se rend seul en Angleterre. Il visite le British Museum, mais aussi, « par hasard », un soir, il entre dans une bibliothèque publique. Il est ébloui par sa réussite. L’impression qu’il en reçoit est une sorte de révélation. C’est à partir de ce moment-là qu’il va se passionner pour la lecture publique et imaginer la création en France de bibliothèques, ou « librairies libres », inspirées des modèles anglais et américain. Passionné par les voyages, qu’il prépare avec grand soin, observant les paysages, les monuments et les sociétés des pays qu’il parcourt, il visite aussi leurs bibliothèques et y fait des observations qu’il consignera dans ses livres.

91897, 13 novembre – Morel est nommé « stagiaire » à la Bibliothèque nationale. La même année paraît un nouveau roman, La Rouille du sabre, et, dans la Revue blanche, le texte de Terre promise. Les critiques commencent à s’intéresser à son œuvre. Il est remarqué par Tolstoï comme un écrivain particulièrement original. Il fait aussi paraître dans le Mercure de France et dans la Nouvelle Revue des articles qui sont des ébauches de chapitres de Bibliothèques.

101900, 1er mars – Morel est nommé sous-bibliothécaire de quatrième classe à la Bibliothèque nationale. Il est à coup sûr plus satisfait par la publication d’un nouveau roman en 1898 : Les Morfondus. La même année encore, La Nouvelle Revue publie en feuilleton La Prisonnière. Un texte consacré aux Boers paraît d’autre part en 1899. Surtout, Morel devient le rédacteur en chef de la Revue d’art dramatique ; il occupera ce poste important jusqu’en 1903. Il avait participé à un concours sur un projet de théâtre populaire organisé par la revue, et emporté le premier prix. Il prenait part de la sorte à une entreprise généreuse à l’occasion de laquelle il se lia d’amitié avec Maurice Pottecher et avec Romain Rolland.

11C’est la même volonté d’ouverture à un public « populaire » qui inspirera Morel tout au long de son combat pour la lecture publique. Elle traduisait une générosité de cœur qui, souvent, le fera se rencontrer avec des hommes « de gauche » dont il partageait les idées dans Terre promise et le poussera à se ranger parmi les « dreyfusards ». Pour autant, Morel qui, dans son combat en faveur des bibliothèques publiques, prônera la neutralité et la liberté de leur « enseignement » ne songea jamais à s’inféoder à aucun parti ; au contraire il rendra hommage, à chaque occasion, aux hommes ayant des sensibilités politiques différentes des siennes et aux ecclésiastiques qui œuvrèrent comme lui en faveur du public « populaire ».

121906 – Fondation de l’Association des bibliothécaires français, à laquelle Morel participera activement. Il est très impressionné par la lecture d’un livre consacré par Maurice Pellisson aux bibliothèques « populaires », à l’étranger et en France.

131908 – Le Mercure de France publie, au mois de décembre, les deux volumes de Bibliothèques dont la version définitive a été rédigée en 1906 et 1907 et dans lesquels Morel produit la synthèse de ses réflexions et de ses publications partielles sur un sujet auquel il va désormais s’attacher plus qu’à tout autre. Ses activités littéraires avaient, dans les premières années du siècle, atteint leur plus haut degré. Il avait alors toujours plusieurs projets en chantier ; il était poussé par une boulimie de l’écriture et sans cesse à la recherche de formes nouvelles.

14Cependant, aux alentours de 1904, date de publication de La Parfaite maraîchère, « roman très simple orné de considérations poétiques et utiles sur la culture et le forçage des légumes dans la région de Paris », il prend conscience des limites de sa réussite et de son audience. Sa « carrière littéraire » a été honorable, mais sans plus. Il est très amer du refus opposé par plusieurs éditeurs à la publication des Proscrits, un roman consacré au sort des Français forcés à l’exil à Londres après le coup d’État de 1852 ; il ne s’en consola jamais. À partir de ce moment, surtout, la passion dont il s’était pris pour la lecture publique absorba presque tout son temps consacré à son activité professionnelle. Cependant, pour son plaisir personnel, et pour celui des siens, Morel ne se désintéressera jamais de la littérature, ni du théâtre et il fut toujours très attiré par la marche, les voyages, l’histoire naturelle, la musique, et surtout par le dessin, le pastel et la peinture à l’huile, domaines dans lesquels sa production fut considérable et d’une incontestable qualité.

15Dans Bibliothèques, Morel avait abordé son sujet d’une façon extraordinairement nouvelle, voire révolutionnaire. Quelques autres, auparavant et dans le même temps, avaient avancé des idées semblables, mais aucun d’entre eux n’était allé aussi loin dans l’« anticipation ». Morel avait choisi pour se faire entendre et pour provoquer une rupture d’être « choquant », dans un exposé qui s’en prenait aux hommes représentatifs des institutions qu’il mettait en cause. C’est pour une large part à son caractère « scandaleux » que son livre dut un impact déterminant pour l’avenir, en France, de la lecture publique. En outre, c’est dans Bibliothèques que, pour la première fois, Morel expose ses idées sur une réforme de la loi de 1881, relative au dépôt légal.

161909, 13 juillet – Morel est nommé bibliothécaire de quatrième classe, par l’effet d’une décision qui ne manquait pas d’élégance ou qui, peut-être, signifiait que la Nationale, en « grande dame », savait ignorer les attaques dont elle avait fait l’objet de la part d’un de ses employés, entré par la petite porte.

171909, 22 juillet – Eugène Morel épouse Mannie Rigaud. Le couple aura trois enfants, dont deux, Perrine Ronsin-Morel et Frédéric Morel, sont toujours en vie.

181910 – Publication, à la librairie Armand Colin, de La Librairie publique. Morel résume et condense ce qu’il a écrit dans Bibliothèques. La matière est moins abondante, mais guère plus ordonnée.

19Cette deuxième version se distingue surtout de la première en ce que Morel s’y montre moins agressif. Son exposé vise moins à critiquer l’état dans lequel se trouvaient les bibliothèques françaises qu’à proposer un projet pour la lecture publique. En outre, il collabore à des revues professionnelles et notamment au Bulletin de l’Association des bibliothécaires français.

20C’est avec le patronage de cette association qu’il organise, en qualité de secrétaire général de la section bibliothèques modernes de l’École des hautes études sociales, une première série de conférences destinées à faire connaître de nouvelles conceptions en matière de bibliothéconomie. Ces conférences seront données jusqu’en 1914. En 1910 aussi, et l’année suivante, Morel présente le « Bibliophote », inventé par Goldsmith, qui permet la réalisation de microphotographies de documents et leur agrandissement en vue de leur lecture. Plus tard, il fondera lui-même la société des films SILF, qui éditera des films récréatifs ou instructifs comportant vingt-cinq images. Après 1926, il échouera dans son entreprise, faute d’être doué pour le commerce.

211911 – La municipalité de Levallois-Perret confie à Morel la responsabilité de l’établissement du catalogue imprimé du fonds de sa bibliothèque : environ 15 000 volumes. Morel choisit de l’ordonner selon la classification décimale de Dewey, avec des indices réduits à trois chiffres. Il espère démontrer que le système est applicable en France et que l’on pourra éviter ainsi que toutes les bibliothèques répètent le même travail. Une nouvelle édition, modifiée, de ce catalogue sera publiée en 1925.

221912 – Quoique ayant mis fin à sa production littéraire, Morel est élu au comité de la Société des gens de lettres. Il s’intéresse à la protection de la propriété intellectuelle, dont l’un des instruments sera la réforme du dépôt légal. Il est nommé Honorary Fellow de la British Library Assistant’s Association.

231914-1918 – Morel est mobilisé. Étant donné son âge, il ne prend pas part aux combats mais, ardent patriote, il rompt avec Romain Rolland, dont il n’admet pas les idées pacifistes. En 1918, il est élu président de l’Association des bibliothécaires français dont il n’a pas cessé de s’occuper pendant sa mobilisation. Il a eu la bonne fortune de trouver en Ernest Coyecque, nommé chef du bureau des bibliothèques de Paris, un disciple qui, se trouvant placé à un poste de responsabilité et sans doute plus doué que lui pour l’organisation, commencera à apporter à ses idées des applications concrètes.

241921, mars – Morel prononce un discours lors de l’inauguration, à Soissons, d’une bibliothèque offerte par le Comité américain des régions dévastées, conforme au modèle auquel il s’était référé : « Dans l’avenir, quand on me demandera ce que j’entends par bibliothèques modernes publiques, celles que j’ai prêchées et décrites depuis environ dix ans, je recommanderai une visite à Soissons. »

251922, 2 novembre – Inauguration à Paris dans le quartier de Belleville, rue Fessart, d’une bibliothèque créée par le Comité américain, sur le modèle de celle de Soissons. Morel saisit l’occasion pour rappeler, dans des conférences, ce que doit être une bibliothèque moderne. À propos de celle de la rue Fessart, il s’interroge : « Est-ce une fleur coupée qui fait bien dans un vase et orne le quartier, ou est-ce une bouture qui se multipliera ? »

261923 – Morel participe à l’inauguration de l’École américaine de bibliothécaires, rue de l’Élysée, fondée par Jessie Carson. Il y enseignera jusqu’en 1926. L’école ferma en 1929 ; l’on avait cessé d’y suivre les conseils et les directives donnés par Morel.

271924, 12 novembre – Inauguration de la bibliothèque de l’Heure joyeuse, rue Boutebrie, à Paris fondée par le Book Committee on Children’s Libraries. « On me dit que j’y suis pour quelque chose… » Marguerite Gruny, nièce de Morel, devait la diriger après 1928, jusqu’en 1968.

281925 – Adoption d’une nouvelle loi sur le dépôt légal. Morel avait, en 1908, jeté les bases d’une réforme ayant pour triple but l’enrichissement des dépôts publics, une garantie de la propriété intellectuelle et la possibilité d’une bibliographie nationale. Cette loi ne fut appliquée aux périodiques qu’en 1934. Morel écrivait en 1925 qu’« elle ne profite vraiment jusqu’ici qu’à celle qui l’a le plus combattue, la Bibliothèque nationale, qui subit ses bienfaits ».

291926 – Mission aux États-Unis, à l’occasion du 50e anniversaire de l’American Library Association.

301932 – Morel est nommé conservateur adjoint, au service du dépôt légal.

311934, 23 mars – Mort de Morel, à Meudon, où il passa les quinze dernières années de sa vie, à l’âge de 64 ans, d’une hémorragie cérébrale.

321939 L’Encyclopédie française, dans le tome XVIII, consacré à la « Civilisation écrite », dirigé par Julien Cain, cite Eugène Morel, mais sans y insister, et n’accorde à la « bibliothèque pour tous » qu’une place modeste.

331977 – Le bibliothécaire de l’île Maurice, Gaëtan Benoît, depuis lors décédé, soutient à Londres une thèse sur Eugène Morel : Eugène Morel: Pioneer of Public Libraries in France. Cette très remarquable étude n’a jamais été imprimée. Son texte a été adapté en français en 1979, par Perrine Ronsin-Morel et par Marguerite Gruny, qui vient de disparaître. Cette version, elle non plus, n’a pas été imprimée.

341987 – Dans son Histoire des bibliothèques publiques en France de la Révolution à 1939, G. H. Barnett fait à Morel une large place.

351990 – Le nom de Morel n’est pas cité dans l’ouvrage de Bruno Blasselle et Jacqueline Melet-Sanson La Bibliothèque nationale, mémoire de l’avenir.

361991 – Des textes de Morel relatifs à la vocation de la Bibliothèque nationale sont présentés par Jean-Pierre Seguin dans la revue Autrement, série « Mutations », n° 121.

371992 – La personne et l’œuvre de Morel, associées à d’autres précurseurs, Henri La Fontaine et Paul Otlet, Ernest Coyecque et Henri Lemaître, sont longuement évoqués par Laure Léveillé et Noë Richter dans les chapitres consacrés à la naissance de la lecture publique dans Histoire des bibliothèques françaises : 1914-1990, Cercle de la librairie, tome IV.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access