Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Histoire de lire

 | 
Michel Peroni

Introduction

Volltext

« Les lecteurs studieux lisent dans les bibliothèques. Les professeurs font leurs cours. Les étudiants prennent des notes. Les comptables alignent des colonnes de chiffres. Les apprentis pâtissiers fourrent de crème au beurre des rangées de petits choux. Les pianistes font leurs gammes. »
Georges Perec
Espèces d’espace
Paris, Denoël, 1974, p. 22.

  • 4 Pierre Bourdieu, « La lecture : une pratique culturelle, discussion avec Roger Chartier », Pratique (...)

1Par définition, le sociologue est un lecteur, il en est même un « grand », et à ce titre il ne peut manquer de mobiliser dans une recherche sur la lecture sa propre connaissance pratique du fait lectoral. C’est sans doute un lieu commun que de le rappeler, dans la mesure où le fait a été maintes fois relevé comme une modalité particulièrement triviale de la réflexivité caractéristique du rapport des sciences sociales à leur objet. Mais force est de reconnaître que l’empressement à s’acquitter de ce « préalable épistémologique » implique rarement la problématisation escomptée des propres représentations du livre et de la lecture, de ces présupposés positifs et normatifs engagés sur la lecture4.

2J’ai pu le vérifier pour mon propre compte lorsqu’au détour d’un de mes premiers entretiens, mon interlocuteur s’exclamait :

3« Ah, vous on voit que vous aimez la lecture ! » Ainsi, la simple manifestation d’une compétence technique d’usager de la lecture passait pour prise de position axiologique, dans un renversement radical de la relation enquêteur-enquêté ordinaire : ce n’est plus tant le sociologue garant du modèle de lecture légitime qui juge de la conformité des pratiques de ses interlocuteurs, mais ceux-ci même qui évaluent l’étendue de son adhésion au modèle de sa pratique de recherche. C’est à partir de cette redéfinition de la situation d’entretien que nous voudrions introduire aux orientations théorico-méthodologiques ici défendues, en interrogeant précisément la sociologie de la lecture en tant qu’elle est faite par des gens « qui aiment la lecture ».

Sociologie du livre, sociologie de la lecture

4Notre entrée en matière voudrait introduire à tout le contraire d’une avancée en terrain connu, abondamment balisé. A notre sens, le champ même d’une sociologie de la lecture proprement dite est encore à constituer... précisément par émancipation d’une sociologie dite « de la lecture ». Considérons, par exemple, l’extrait ci-dessous pour nous en persuader.

  • 5 Proposition de recherche sur la faible lecture. Ministère de la Culture, Bibliothèque publique d’in (...)

5« Depuis quelques années, les recherches en sociologie de la lecture rompent peu à peu avec le lourd héritage pédagogique qui ne posait le problème de la lecture qu’en terme d’apprentissage d’une technique. Les enquêtes quantitatives quant à elles, nécessaires en ce qu’elles donnent les grands repères statistiques et permettent de déterminer globalement les contingences socioculturelles des choix et pratiques des personnes, se révèlent tout aussi inopérantes à saisir le contenu réel des démarches. » Aussi s’agit-il aujourd’hui, sur la base d’un tel constat, de « poursuivre, dans une optique complémentaire, un certain nombre d’études “qualitatives” portant sur des milieux de faibles lecteurs5. »

6La différence d’optique de l’approche désormais requise (comme devant être la nôtre) par rapport à ce qui est redéfini comme ses prémisses, est ici soulignée ; pour autant, nous ne saurions simplement la résoudre dans une « complémentarité » au statut indéterminé. Notre propos est autrement radical : à cette reconnaissance de la diversité complémentaire des « sociologies de la lecture » il s’agit bel et bien d’opposer que le champ dans lequel les unes et les autres s’inscrivent n’est justement pas, à proprement parler, celui d’une sociologie de la lecture.

7Si les études « qualitatives » dont on attend le renouveau de la recherche peuvent être dites complémentaires des approches précédentes, c’est bien, en effet, parce qu’elles participent implicitement du même modèle distributif et s’inscrivent dans la même problématique de la compétence, revisitées, il est vrai, par l’inspiration bourdieusienne. L’approche « qualitative » de la lecture consiste alors dans une analyse de la distribution sociale des productions culturelles (en l’occurrence du livre et, plus généralement, de l’imprimé) en fonction du niveau d’instruction et de l’origine sociale.

  • 6 Pierre Bourdieu, La lecture : une pratique culturelle, op. cit., p. 224.

8« Face au livre, on doit savoir qu’il y a des lectures diverses, donc des compétences différentes, des instruments différents pour s’approprier cet objet, des instruments inégalement distribués, selon le sexe, selon l’âge, selon essentiellement le rapport au système scolaire à partir du moment où le système scolaire existe... La lecture obéit aux mêmes lois que les autres pratiques culturelles, à la différence qu’elle est plus directement enseignée par le système scolaire, c’est-à-dire que le niveau d’instruction va être plus puissant dans le système des facteurs explicatifs, le deuxième facteur étant l’origine sociale... Ainsi, quand on demande à quelqu’un son niveau d’instruction, on a déjà une prévision concernant ce qu’il lit, le nombre de livres qu’il a lus dans l’année, etc. On a aussi une prévision concernant sa manière de lire. On peut très vite passer de la description des pratiques à des descriptions des modalités de ces pratiques6. »

  • 7 Tels sont, par exemple, les principaux thèmes abordés par Joëlle Bahloul, Lectures précaires, étude (...)
  • 8 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 226.

9De fait, les « études qualitatives » qui s’inscrivent dans un tel cadre mettent l’accent sur des pratiques d’usage du livre (de l’imprimé) socialement différenciées et objectivement repérables (modes d’information et d’acquisition des livres, modalités de la présence du livre dans les intérieurs, temps consacré au livre, genres possédés)7. L’acte de lecture quant à lui, lorsqu’il n’est pas tout simplement évacué, est au plus inféré des variables déterminantes que sont le niveau d’instruction et l’origine sociale8. En d’autres termes, l’acte de lecture n’est paradoxalement pas l’objet de cette « sociologie de la lecture » qui se préoccupe en fait de mesurer l’efficacité pratique de l’imposition d’une pratique d’usage légitime des productions culturelles. Les conclusions de l’étude de Joëlle Bahloul consacrée à la faible lecture sont, à cet égard, édifiantes. La faible lecture paraît être commandée par un modèle structural, impliqué à tous les niveaux de la démarche du lecteur, qui fait apparaître la conjonction de deux types d’effets : « Le premier est relatif au niveau d’instruction : la faible lecture est dominée par les effets de la faiblesse du niveau scolaire ou de l’échec de la scolarisation. La faible lecture, dans les genres et les modes choisis, est une lecture non certifiée, non sanctionnée par l’institution légitimante. La forme institutionnalisée du capital culturel lui fait défaut. »

10Par ailleurs :

  • 9 Joëlle Bahloul, op. cit., p. 107-108.

11« L’origine sociale et les cadres de la socialisation des lecteurs se conjuguent dans les scénarios de faible lecture pour dénier à la lecture un profit social ou culturel. Les scénarios de faible lecture évoluent dans des milieux sociaux où la lecture ne peut permettre la constitution d’un capital social, effet de la faiblesse des niveaux d’instruction qui ne permet pas l’accès à ces réseaux sociaux où l’on “capitalise” en lisant9. »

12En d’autres termes, c’est sur la base d’un modèle culturel qui leur est étranger que, non seulement les pratiques de faible lecture sont ici définies comme illégitimes, mais que, d’autre part, le faible lecteur lui-même est dit se (re)présenter :

  • 10 Ibid., p. 105.

13« Il se définit comme lecteur par sa trajectoire scolaire et surtout rationalise la faiblesse de sa démarche en termes d’échec scolaire et de “domination” culturelle : le faible lecteur s’envisage d’emblée comme démuni de “capital culturel” et donc de moyens sociaux d’accéder à la lecture reconnue par lui comme légitime. De fait, c’est donc toujours en rapport avec la légitimité de la lecture savante que la faible lecture s’articule et se définit, plutôt que dans ses modalités et ses conditions intrinsèques. De ce point de vue, même si elle apparaît à l’enquêteur, au fil de ses contacts, comme une pratique différenciée qui comporte sa logique sociale propre, elle s’affirme d’abord comme pratique illégitime. Les circonvolutions discursives des lecteurs sur la justification de la faiblesse de leur rapport au livre en sont d’évidentes formulations10. »

  • 11 Il est symptomatique que la notion ici récurrente de « pratiques de lecture » évacue l’acte de lect (...)
  • 12 Michel de Certeau, « Lire, un braconnage », L’Invention du quotidien, Paris, U.G.E.(10/18), p. 280.

14Pour cette sociologie des usages sociaux du livre comme production culturelle11 et, à ce titre, opérateur d’une domination culturelle, « on suppose qu’assimiler signifie nécessairement devenir semblable à ce qu’on absorbe et non le rendre semblable à ce qu’on est, le faire sien, se l’approprier ou réapproprier12. »

15Aussi peut-on étendre à la sociologie de la lecture ce que Roger Chartier disait de l’histoire de la lecture : qu’elle doit en partie se bâtir contre la tradition récente de la sociologie historique de la lecture.

  • 13 Roger Chartier, « Du livre au lire », Pratiques de lecture, op. cit., p. 63-64.

16« Celle-ci [argumentait-il] s’est donné deux objectifs fondamentaux : établir des corrélations entre appartenances sociales et productions culturelles, identifier les objets propres aux différents milieux sociaux. Cette approche féconde en résultats, qui tendait à caractériser culturellement les groupes sociaux ou socialement les produits culturels, peut suggérer une réflexion critique. En effet, les modalités d’appropriation des matériaux culturels sont sans doute autant, si non plus, distinctives que l’inégale distribution de ces matériaux eux-mêmes... De mêmes textes et de mêmes livres sont l’objet de déchiffrements multiples, socialement contrastés, ce qui doit nécessairement amener à compléter l’étude statistique des distributions inégales par celle des usages et des emplois. Ajouter donc à la connaissance des présences du livre celle des façons du lire13. »

Du livre au lire

17Nous rejoignons en effet, la définition que Michel de Certeau donne du livre comme une construction du lecteur.

  • 14 Michel de Certeau, op. cit., p. 286.

18« Le lecteur invente dans les textes autre chose que ce qui était leur intention. Il les détache de leur origine (perdue ou accessoire). Il en combine les fragments et il crée de l’in-su dans l’espace qu’organise leur capacité à permettre une pluralité définie de signification14. »

19Ce faisant, nous sommes confrontés à la question dont Michel de Certeau déplorait déjà qu’elle ne fût pas au centre des investigations sur la lecture : « Cette activité liseuse est-elle réservée au critique littéraire (toujours privilégié par les études sur la lecture) ? » Et par extension : est-elle le propre de la lecture savante ou bien peut-elle s’étendre à la lecture ordinaire ?

20« Telle est la question à laquelle l’histoire, la sociologie ou la pédagogie scolaire devraient apporter des éléments de réponse. Malheureusement, l’abondante littérature consacrée à la lecture ne fournit que des précisions fragmentaires sur ce point ou relève d’expériences lettrées. Les recherches concernent surtout l’enseignement de la lecture. Elles s’aventurent plus discrètement du côté de l’histoire et de l’ethnologie, faute de traces laissées par une pratique qui glisse à travers toute sortes d’“écritures” encore mal repérées... Plus nombreuses en sociologie, elles sont généralement de type statistique : elles calculent les corrélations entre objets lus, appartenances sociales et lieux de fréquentation plutôt qu’elles n’analysent l’opération même du lire, ses modalités et sa typologie.

  • 15 Ibid., p. 286. Pour reprendre les termes de l’argumentation de Certeau, les orientations de la rech (...)

21Reste le domaine littéraire, particulièrement riche aujourd’hui (de Barthes à Riffaterre ou Jauss), privilégié une fois de plus par l’écriture mais hautement spécialisé : les " écrivains " déportent la « joie de lire » du côté où elle s’articule sur un art d’écrire et sur un plaisir de relire. Là pourtant, avant ou depuis Barthes, se racontent des errances et des inventivités qui jouent avec les expectations, les chicanes et les normativités de “l’œuvre lue” ; là s’élaborent déjà les modèles théoriques susceptibles d’en rendre compte15. »

22Autrement dit, une sociologie qui se propose de passer, selon l’heureuse expression de Roger Chartier, du « Livre au Lire », sauf à se retrouver singulièrement démunie, doit se résoudre à rechercher ailleurs les modèles théoriques opératoires qui lui font encore défaut ; et particulièrement du côté de cette phénoménologie de l’acte de lecture (Iser) et cette esthétique de la réception (Jauss) dont de Certeau soulignait la productivité.

23Ces deux approches, dont la rencontre constitue l’« école de Constance », ont en commun de considérer l’effet produit par le texte sur son récepteur individuel ou collectif comme une composante intrinsèque de la signification effective du texte. Le texte n’est autre, dans cette acception, qu’un ensemble d’instructions que le lecteur individuel ou le public exécute de façon passive ou créatrice. D’après la théorie d’Iser, en effet, chaque texte présuppose un lecteur : il implique une sorte de position vide que le lecteur concret va occuper lors de la lecture. Tout le texte s’organise alors autour de cette position de « lecteur implicite » (ou « impliqué »). Il représente une structure de virtualités qui, dans la lecture concrète par le lecteur réel prenant la position du lecteur implicite, s’actualise et devient vivante grâce à une interaction permanente.

24Comme le note Paul Ricœur, ce qui est communiqué en dernière instance et dans un rapport dialectique avec le monde du lecteur, c’est par delà le sens d’un texte, le monde qu’il projette et qui en constitue l’horizon.

  • 16 Paul Ricœur, Temps et Récit, T. III, Paris, Seuil, 1985, p. 262-263.

25« En tant que le lecteur soumet ses attentes à celles que le texte développe, il s’irréalise lui-même à la mesure de l’irréalité du monde fictif vers lequel il émigre ; la lecture devient alors un lieu lui-même irréel où la réflexion fait une pause. En revanche, en tant que le lecteur incorpore (consciemment ou inconsciemment, peu importe) les enseignements de ces lectures à sa vision du monde afin d’en augmenter la lisibilité préalable, la lecture est pour lui autre chose qu’un lieu où il s’arrête : elle est un milieu qu’il traverse16. »

  • 17 Wolfgang Iser, L’Acte de lecture, Bruxelles, Mardaga, 1985, p. 135.

26On concevra que cette interaction entre « monde du texte » et « monde du lecteur » trouve son expression la plus achevée là où l’écart entre les deux mondes se donne justement pour extrême : dans le cas de textes de fiction. Un texte, nous dit Iser, est en effet fictionnel dans la mesure où il ne renvoie ni aux systèmes sémantiques dominants, ni à leur validité, mais à leurs horizons : il se réfère à quelque chose qui n’est pas contenu dans la structure du système mais qui se trouve actualisé en tant que limite. En d’autres termes, le récit de fiction vient problèmatiser la réalité d’un monde qui n’apparaît plus comme familier au lecteur. « Il formule des possibilités qu’excluent les systèmes sociaux dominants de l’époque et qui ne peuvent donc être introduits dans le monde quotidien que par la fiction17. »

  • 18 Paul Ricœur, Du Texte à l’Action, Paris, Seuil, 1986, p. 217.

27« (Mais) si la fiction est une dimension fondamentale de la référence du texte, elle n’est pas moins une dimension fondamentale de la subjectivité du lecteur. Lecteur, je ne me trouve qu’en me perdant. La lecture m’introduit dans les variations imaginatives de l’ego. La métamorphose du monde, selon le jeu, est aussi la métamorphose ludique de l’ego18. »

28Pour qui objecterait qu’il s’agit là encore et toujours, de lecture lettrée, Michel de Certeau oppose que cet « exercice d’ubiquité » que lui-même décrit, est caractéristique de tout acte de lecture, quel qu’il puisse être.

  • 19 Michel de Certeau, op. cit., p. 291.

29« (Le lecteur) se déterritorialise, oscillant dans un non-lieu entre ce qu’il invente et ce qui l’altère. Tantôt, en effet, comme le chasseur dans la forêt, il a l’écrit à l’œil, il dépiste, il vit, il fait des coups, ou bien, joueur, il s’y laisse prendre. Tantôt il y perd les sécurités fictives de la réalité : ses fugues l’exilent des assurances qui casent le moi dans le damier social. Qui lit, en effet ? Est-ce moi ou quoi de moi ? Ce n’est pas moi comme une vérité mais moi comme l’incertitude du moi, lisant ces textes de la perdition... Son lieu (au lecteur) n’est pas ici ou là, l’un ou l’autre, mais ni l’un ni l’autre, à la fois dedans et dehors, perdant l’un et l’autre en les mêlant, associant des textes gisants dont il est l’éveilleur et l’hôte, mais jamais le propriétaire. Par là, il esquive aussi la loi de chaque texte en particulier, comme celle de son milieu social. Expérience commune, elle vaut aussi pour les lecteurs et lectrices de Nous deux, de La France agricole ou L’Ami du boucher, quel que soit le degré de vulgarisation ou de technicité des espaces traversés par les Amazones ou les Ulysses de la vie quotidienne19. »

  • 20 Peter Berger, Thomas Luckmann, La Construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, (...)

30Il n’est pas question pour nous de suivre ici les uns dans leur approche stratégico-cognitive de la réception de l’œuvre littéraire, non plus que les autres dans leur plaidoyer pour la lecture ordinaire. Nous voudrions néanmoins souligner que de tels travaux insistant sur l’interaction entre « monde du texte - monde du lecteur » sont la condition même pour qu’une approche compréhensive de l’expérience lectorale soit aujourd’hui entreprise. En l’occurrence, nous considérons ici la lecture comme une opération de « construction sociale de la réalité20 » pour désigner cette double interaction entre d’une part, ce que je lis (ce que je peux lire...) et ce que je considère comme réel dans le monde et, d’autre part, entre le sens donné à l’acte de lecture et la définition de la situation dans laquelle il s’inscrit.

31Plus précisément, c’est bel et bien la dite « faible lecture » que l’on prétend redéfinir en fonction d’un tel cadre. Dès lors, en effet que l’on se propose de substituer une problématique de l’appropriation à celle de l’imposition, de tenir enfin par conséquent la lecture pour une action sociale à part entière et non plus simplement pour une pratique culturelle, on ne saurait plus avant considérer comme « circonvolutions » les définitions de la lecture alternative au modèle de la lecture savante, pas plus qu’accréditer la thèse de l’illégitimité des pratiques corrélatives.

Les implicites de la catégorisation des lecteurs

32La catégorie de faible lecteur prend sens dans le cadre d’une représentation linéaire de la lecture ; elle y est le produit d’une typologie construite sur la base de variables statistiques : le nombre déclaré de livres lus dans l’année.

33Non-lecteur : 0

34Faible lecteur : 1 à 4, au maximum 9

35Moyen lecteur : 10 à 24

  • 21 Les pratiques culturelles des Français. Evolution 1973-1981, Paris, Ministère de la Culture, servic (...)

36Gros lecteur : plus de 2521

  • 22 Proposition de recherche sur les obstacles à la lecture. Ministère de la Culture, Bibliothèque publ (...)

37Quel que soit l’arbitraire des seuils d’une telle modélisation statistique, les catégories de lecteurs ainsi objectivées par le critère quantitatif dessinent implicitement un parcours lectoral, un continuum « non lecteur - gros lecteur » dans lequel la catégorie de faible lecture est substantifiée comme étape transitoire. Les termes d’une proposition de recherche faite en 1984 par la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture, est à cet égard édifiante. Elle préconisait l’exploration des pratiques de faible lecture en termes d’« obstacles à la lecture » ; la faible lecture, en augmentation dans la dernière décennie, étant alors interprétée comme un mécanisme de réduction ou de fragilisation de pratiques de lecture plus soutenues22. Certes Joëlle Bahloul a pour sa part avancé, de manière convaincante, que « l’accroissement de la pratique de faible lecture entre les deux enquêtes des pratiques culturelles (1973-1981) semble, au contraire, provenir essentiellement de la réduction des non lecteurs », donc d’un mécanisme de développement et non de fragilisation de la lecture.

  • 23 Joëlle Bahloul, op. cit., p. 8-9.

38« (En effet,) la progression du faible lectorat est surtout le résultat de l’apport de catégories sociales bien représentées parmi les non lecteurs. (D’autre part) les genres littéraires les plus fréquemment lus par les faibles lecteurs (ouvrages pratiques, encyclopédies, romans) sont pour certains en promotion sensible depuis quelques années, faciles d’accès et d’une manière générale moins fréquentés par les lecteurs dont la pratique est plus diversifiée23. »

39Mais quelle qu’en soit la reformulation, c’est bien une seule et même approche de la faible lecture. Elle se caractérise :

  • par la réification des types de lecteurs par effet de catégorisation, les termes de ce qui n’est qu’une typologie statique en viennent à être substantivés de manière à pouvoir se prêter à l’opérationnalisation de quelque politique culturelle. Oubliant alors les conditions de production, pour le moins arbitraires, de ces catégories, on désigne comme faibles lecteurs aussi bien d’anciens non lecteurs que d’anciens moyens ou gros lecteurs ;

    • 24 J.C. Mitchell, « Theoretical orientations in African Urban Studies » in Michaël Banton ed. The Soci (...)

    par un horizon dynamique conçu en termes de changement « historique » : univoque et irréversible. Nous reprenons ici l’importante distinction opérée par J.C. Mitchell entre le changement résultant d’une séquence lente et unidirectionnelle qui implique une transformation du système social lui-même, changement « historique » ou « à sens unique » et le changement produit par une adaptation rapide des idées et des comportements des individus aux modifications des situations, changement « situationnel » ou « alternatif »24.

  • 25 Jean-Claude Passeron : « Le plus ingénument polymorphe des actes culturels : la lecture », in Bibli (...)

40Nous considèrerons quant à nous que désigner la « faible lecture » comme objet de recherche implique de se démarquer des explications ordinairement appliquées à l’illettrisme, en termes d’incompétence ou de résistance d’une sous-culture25. Il ne s’agit plus, en effet, de s’interroger sur l’absence d’une pratique, mais sur les modalités d’existence propre de ce qui est désigné comme faible lecture. L’objet devant être le nôtre se tient alors dans la tension entre une définition normative de la lecture comme phénomène culturel et une pratique sociale à part entière.

Approche compréhensive et méthode biographique

41L’approche de la lecture en termes de parcours biographique que l’on introduit ici, se propose, au contraire, d’insister à la fois sur la non-linéarité des étapes successives d’une carrière de lecteur, en même temps que sur la construction situationnelle d’un sens de la lecture distinct de celui que le modèle dominant véhicule.

42Ainsi formulée, une telle approche se fonde sur une réflexion critique à propos des usages ordinaires de 1’« Histoire de vie » en sciences sociales. Ceux-ci, qui négligent trop souvent la prise en compte des procédures concrètes de l’énonciation dans son contexte, présupposent implicitement :

  • que le locuteur serait dans un rapport de vérité avec son discours, qu’il y aurait un rapport d’identité entre ce qu’il dit et ce qu’il est, en substance que son discours ne serait autre qu’une suite d’informations authentiques ;

  • que le récit recueilli constitue une totalité qui serait proprement l’histoire d’une vie et dont le principe d’ordre serait un sujet exempt de contradictions.

43De là leur tendance à objectiver ce qui est dit en un récit indépendant des conditions concrètes de son énonciation, dont on ne discute pas la cohérence, supposé qu’il est révéler toute une vie, voire tout un monde à autrui.

44On voudrait, au contraire, d’emblée, préciser en quoi la prise en compte de la situation même d’entretien implique une tout autre formulation de 1’« Histoire de vie ». En tant que mise en récit d’une expérience personnelle, ou de certains de ses fragments, devant à ce titre satisfaire à un principe d’identité, 1’« Histoire de vie » est en effet soumise à un impératif de cohérence. Elle consiste pratiquement à opérer un passage entre la perspective diachronique dans laquelle sont inscrites les étapes d’une carrière et une perspective pour ainsi dire synchronique qui est celle du récit : la connexion qu’elle doit établir ici et maintenant entre des pratiques, des significations qui, en leur temps et leur lieu (dans leur contexte), allèrent de soi, peut s’avérer problématique. Aux fins pratiques de la situation présente, il s’agit donc pour le narrateur de réinterpréter les différentes situations constitutives de son « Histoire de vie », de façon à lui conférer une cohérence en fonction des éléments de contexte qui structurent la situation présente.

45Ce qu’un processus biographique, conçu comme une rationalisation pratique, peut, dans ces conditions, permettre de repérer, ce sont indissociablement :

  • les transformations successives des pratiques de lecture avec les différents régimes d’attribution de sens à l’expérience lectorale qui sont associés aux différentes modalités biographiques du lire ;

  • et aussi une définition de la lecture, celle qui correspond à la pratique actuelle, qui se donne pour définitive, à partir de laquelle le sens des pratiques précédentes est précisément reformulé : le parcours lectoral est proprement reconstruit. Dans le même temps ce sont les étapes précédentes de l’expérience lectorale qui constituent les conditions de son émergence.

46Remettre en cause le principe d’une transparence entre discours sur les pratiques et pratiques effectives peut donc ne pas invalider le recours à la méthode biographique pour peu que l’on se donne pour objet l’étude non plus des pratiques objectives mais du sens que les acteurs leur donnent et que les entretiens manifestent.

  • 26 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 223.
  • 27 Ibid.
  • 28 Joëlle Bahloul, op. cit., p. 10-11.

47Il est vrai, comme le souligne Pierre Bourdieu, que « la plus élémentaire interrogation sociologique apprend que les déclarations concernant ce que les gens disent lire sont très peu sûres en raison de ce qu’(il) appelle l’effet de légitimité : dès qu’on demande à quelqu’un ce qu’il lit, il entend : qu’est-ce que je lis qui mérite d’être déclaré ? C’est-à-dire qu’est-ce que je lis en fait de littérature légitime26 ? ». Cette mise en garde ne se justifie pleinement que dans la perspective de rendre compte des pratiques de lecture objectives dont nous avons déjà dit les apories auxquelles elles mènent par ailleurs. Au contraire, dès lors qu’il s’agit d’interroger le sens que les faibles lecteurs donnent à leur pratique, l’effet de légitimité en question n’est plus cet obstacle à la saisie d’une objectivité des pratiques qui confirmerait les témoignages biographiques comme définitivement suspects27. Ainsi, s’il est vrai, comme le note Joëlle Bahloul, que « ceux qui lisent de manière fortuite en consultation partielle et ponctuelle ou bien professionnelle, se présenteront d’emblée comme des non-lecteurs », ou encore que « les lecteurs exclusifs de presse auront tendance à dévaloriser leurs pratiques lectorales et à se présenter le plus souvent comme des non-lecteurs28 », nous retenons pour notre part que de telles attitudes sont autant d’éléments pertinents dans la négociation d’un sens pratique de la lecture.

Enfermement, préretraite : la lecture en situation de renégociation

48Opérationnaliser cette option méthodologique générale dans le cadre d’une étude sur la faible lecture, c’est-à-dire centrée sur une pratique singulière, requiert d’inscrire ces récits de vie d’un genre particulier que sont les récits de parcours lectoral dans une situation telle que le rapport à la lecture s’y donne comme une composante essentielle de l’identité de narrateur (au lieu de n’être que variable secondaire dans une analyse de contenu ordinaire) : une situation limite où les modalités du rapport à la lecture se donnent pour problématiques, le récit biographique venant en donner les motifs, les raisons.

  • 29 Essentiellement masculins.

49Concrètement, l’univers carcéral nous est apparu d’emblée comme une de ces situations impliquant pour le locuteur un rapport décisif à la lecture. En effet, la population, par ses origines socioculturelles, est constituée majoritairement de faibles et non-lecteurs, une pratique plus familière de la lecture pouvant a contrario permettre à certains de se démarquer de la population carcérale ordinaire. De plus, les détenus29 sont aujourd’hui placés dans une situation telle (oisiveté, incitation institutionnelle à la lecture) que leur pratique ordinaire a l’occasion d’être négociée.

50Suivant que la virtualité de la lecture inscrite dans l’espace-temps carcéral est alors réalisée ou non, c’est soit la faible ou non-lecture antérieure avec laquelle on a rompu, soit sa persistance en dépit de conditions propices, dont « l’Histoire de vie » aura à fournir les motifs. A titre d’hypothèses, on peut très sché-matiquement avancer que :

  • dans le premier cas, la lecture sera interprétée comme ce qui permet d’échapper à l’enfermement, que ce soit simplement par l’imaginaire ou par la perspective de réinsertion qu’elle ouvre ; et la contradiction entre ce que l’on était et ce que l’on est devenu (la lecture étant alors symptôme, critère du changement) assumée, en tant que tout individu aurait la possibilité de changer, de « rentrer dans le droit chemin » ;

  • dans le second, la lecture sera interprétée comme une activité radicalement étrangère à soi, dans le cadre du rejet d’une société « qui ne veut pas de nous ».

51La lecture peut enfin être interprétée comme n’ayant plus de sens dès lors qu’elle est coupée du contexte dans lequel elle s’inscrivait ; l’abandon de la lecture résultant alors de ce que l’incarcération est vécue comme une déchéance, une stigmatisation irrévocable.

52Plus précisément encore, la problématique que l’on a développée devait présider jusqu’au choix de la maison d’arrêt dans laquelle mener l’étude, en ce qu’elle trouverait là les conditions singulières susceptibles d’en accroître la pertinence : la prison Saint-Paul à Lyon. En effet, depuis plusieurs mois, un journal y paraît, L’Ecrou, fait par les détenus et pour les détenus ; signe que la lecture rentre bien ici dans le cadre d’une politique culturelle (de socialisation) de la direction, qui s’était jusqu’ici notamment traduite par un effort consacré au fonctionnement de la bibliothèque pénitentiaire. Dès lors, la rupture avec la faible ou non-lecture est d’autant plus fréquente et inversement sa persistance d’autant plus problématique. Mais encore, en lisant le journal de la prison ou en ne le lisant pas, ce n’est pas seulement la société globale, mais pour ainsi dire la « société des détenus » dont l’histoire de vie négocie l’appartenance.

53Le détour par la situation carcérale n’a d’autre but que d’enseigner sur le sens des pratiques ordinaires de la faible lecture. La généralisation qui est ainsi visée, un usage objectivant de l’histoire de vie ne saurait y accéder, sauf à introduire une régularité statistique (en inférant d’une variable déterminante — âge, sexe, catégorie socio-professionnelle — un rapport identique à la non lecture, une même carrière de non lecteur) dans ce qui se donne comme singularité irréductible ; l’histoire de vie ne se différenciant plus guère alors d’une enquête par questionnaire ouvert.

54A titre de contre-épreuve de la problématique mise au point à partir du cas exemplaire de la population carcérale, nous avons retenu une seconde situation, le départ en préretraite d’ouvriers de la métallurgie, présentant des caractéristiques méthodologiques identiques à la première. En termes généraux, il s’agit en effet encore d’une situation de rupture dans le cycle de la vie de l’interviewé ; telle que le récit soit l’occasion pour lui d’une possible renégociation de son identité et de la réalité du monde qui l’entoure. Situation dans laquelle la question de la lecture apparaît comme un critère pertinent par rapport à la renégociation virtuelle.

55Plus précisément, il s’agit encore d’une augmentation objective du temps virtuellement disponible pour la lecture, mais dont l’efficience est fonction des termes dans lesquels sera définie la nouvelle situation (de retraite, d’incarcération).

56C’est alors un certain nombre d’oppositions pertinentes, sur la base de deux situations similaires, qui justifie une pareille mise en confrontation :

  • à la différence de la situation carcérale (mais aussi des situations d’hospitalisation, de longue convalescence, de formation...), la préretraite ne relève pas d’un traitement institutionnel ;

  • du fait de l’âge moyen des deux populations (35 ans dans un cas, 55-60 ans dans l’autre), l’expérience de la lecture rapportée est plutôt individuelle dans un cas, collective (familiale) dans l’autre ; - dans un cas, on rentre dans un monde (au sens de lieu de socialisation), l’univers carcéral, qui s’impose de fait ; dans l’autre, on en quitte un, la communauté professionnelle, ici particulièrement structurée.

  • 30 D’autant que « sur le terrain, (le sociologue) ne peut éviter d’apparaître, aux yeux de ses interlo (...)
  • 31 Nous utiliserons ici le terme de « décor » pour désigner, à la manière d’Erwing Goffman, les élémen (...)

57Le clivage livre-lecture que l’on a observé au niveau théorique, trouve ici son équivalent au niveau empirique, du fait des caractéristiques contextuelles propres aux deux situations d’entretien. S’il est vrai, comme le soutient Bourdieu, que la question pratique qui se pose aux personnes interrogées sur leurs pratiques culturelles n’est autre que celle de leur légitimité30 et si celle-ci se mesure effectivement à l’aune d’un stéréotype de la lecture savante qui voit dans le livre un objet culturel par excellence, alors les préretraités peuvent compter, lors des entretiens (qui se sont toujours tenus à leur domicile, dans la salle de séjour), sur la présence physique du livre, en tant qu’élément de décor dont les modalités de la mise en vue sont socialement codifiées31. Le livre se donne alors comme le garant de la pratique, il vaut pour la lecture : on est bien ici dans le cadre « bourdieusien » d’une lecture inférée.

  • 32 Les détenus dont il s’agit ici sont de faibles lecteurs, et ne reflètent pas l’ensemble de la popul (...)

58Abstraction faite du livre (dont la présence fait défaut dans les parloirs des avocats où se sont tenus les entretiens en milieu carcéral), la légitimation de la pratique des détenus ne peut, au contraire, passer que par la lecture32. Or, de par leur position même et de par le profil socioculturel attaché à cette position, les détenus, pour leur plus grande part, ne sauraient assumer le stéréotype de la lecture cultivée (sauf à faire la preuve qu’ils sont là par erreur). La légitimation de leur pratique ne peut alors passer que par une redéfinition positive du sens de la lecture.

  • 33 Saul Kripke, La Logique des noms propres. Paris, Ed. de Minuit, 1982.

59Autrement dit, dans un cas, le livre se confirme être le support par excellence d’une définition légitime de la lecture. Il constitue, à ce titre, une manière de « désignateur rigide33 » : dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es. Au contraire, les propriétés particulières de la situation carcérale permettent d’assumer, de prendre à son compte un sens spécifique de la lecture.

60Rappelons encore que la correspondance empiriquement observée entre deux catégories de population et deux types de rapport à la lecture (ou au livre) est un accomplissement contextuel. Notre propos n’est pas ici d’en discuter la validité en fonction de déterminants socioculturels qui distingueraient ces deux populations. Il s’agit simplement d’opérationnaliser ces effets de contexte, d’analyser ces deux dimensions de l’expérience lectorale visibles ici de manière distincte : le rapport au livre, le rapport à la lecture. Simplement, dans la mesure où l’exhibition du livre opère souvent comme équivalent métonymique de la Lecture, laquelle peut alors demeurer inquestionnée, nous inverserons l’ordre des terrains de manière à accéder nous-mêmes à une problématisation de la lecture par delà les certitudes de la présence du livre.

  • 34 Bien sûr, la structure dialogique des entretiens n’est pas sans effets sur les orientations sémanti (...)

61Implication pratique des positions méthodologiques défendues plus haut, nous laisserons dans ce rapport longuement la parole aux faibles lecteurs. Il ne faudrait pour autant pas s’attendre à y trouver la prétendue authenticité des formulations originales. En effet, dès lors que l’on considère la cohérence des propos enregistrés comme un accomplissement situationnel, ce n’est plus l’histoire d’une transcendance, un récit indépendant des conditions concrètes de son énonciation mais une histoire localisée : un récit produit dans le cadre d’une situation d’entretien particulière qu’il s’agit de retranscrire. Le statut de la transcription n’est plus alors simplement descriptif mais véritablement interprétatif : elle vise à objectiver le travail de mise en intrigue auquel procède (et dont procède) le récit biographique (que segmente et opacifie au contraire la structure dialogique de l’entretien) par lequel le narrateur résoud les problèmes pratiques posés par l’entretien34. Pour cette raison, mais aussi pour rendre la lecture plus aisée, les comptes rendus qui vont suivre se présentent généralement sous forme de récits. Hormis dans les situations dont les caractéristiques contextuelles seront précisées dans chaque cas où l’intervention d’un tiers, l’épouse dans un cas, un autre détenu dans l’autre, remet plus ou moins ouvertement en cause la cohérence de l’argumentation et manifeste que l’attribution du sens aux pratiques relève d’une construction concertée. Pour ces passages, nous avons conservé la forme dialoguée.

62Précisons enfin que les comptes rendus qui vont suivre sont extraits de deux séries de quinze entretiens effectués entre la fin de l’année 1986 et le début de l’année 1987. La première s’est déroulée à Firminy, petite ville située à 15 kilomètres de Saint-Etienne, marquée par l’histoire du charbon et de l’acier, vivant au rythme de l’entreprise Creusot-Loire locale, haut lieu du syndicalisme « métallo », dont la population a suivi un même initéraire : de la Haute-Loire natale à la ville, des champs à l’usine. En conséquence, se juxtaposent là communautés familiales, professionnelles, militantes... La seconde série s’est déroulée à la maison d’arrêt Saint-Paul à Lyon, qui regroupe une population de détenus dont la majorité sont en attente de jugement. Nous associerons ici dans nos remerciements la direction de l’établissement pénitentiaire pour les facilités qu’elle nous a accordées et l’équipe de L’Ecrou pour sa collaboration.

Anmerkungen

4 Pierre Bourdieu, « La lecture : une pratique culturelle, discussion avec Roger Chartier », Pratiques de la lecture, Marseille, Rivages, 1985, p. 219.

5 Proposition de recherche sur la faible lecture. Ministère de la Culture, Bibliothèque publique d’information, service des Etudes et de la Recherche, 1986.

6 Pierre Bourdieu, La lecture : une pratique culturelle, op. cit., p. 224.

7 Tels sont, par exemple, les principaux thèmes abordés par Joëlle Bahloul, Lectures précaires, étude sociologique sur les faibles lecteurs, Paris, BPI, Centre Georges Pompidou, 1987.

8 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 226.

9 Joëlle Bahloul, op. cit., p. 107-108.

10 Ibid., p. 105.

11 Il est symptomatique que la notion ici récurrente de « pratiques de lecture » évacue l’acte de lecture. Il faudrait plus justement parler de « pratiques de l’imprimé ».

12 Michel de Certeau, « Lire, un braconnage », L’Invention du quotidien, Paris, U.G.E.(10/18), p. 280.

13 Roger Chartier, « Du livre au lire », Pratiques de lecture, op. cit., p. 63-64.

14 Michel de Certeau, op. cit., p. 286.

15 Ibid., p. 286. Pour reprendre les termes de l’argumentation de Certeau, les orientations de la recherche sur la lecture témoignent de l’impérialisme scripturaire imposé par plus de trois siècles d’histoire (construction du texte social par des clercs, réception par des fidèles) duquel il s’agit d’exhumer l’activité liseuse.

16 Paul Ricœur, Temps et Récit, T. III, Paris, Seuil, 1985, p. 262-263.

17 Wolfgang Iser, L’Acte de lecture, Bruxelles, Mardaga, 1985, p. 135.

18 Paul Ricœur, Du Texte à l’Action, Paris, Seuil, 1986, p. 217.

19 Michel de Certeau, op. cit., p. 291.

20 Peter Berger, Thomas Luckmann, La Construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

21 Les pratiques culturelles des Français. Evolution 1973-1981, Paris, Ministère de la Culture, service des études et recherches, Dalloz, 1982.

22 Proposition de recherche sur les obstacles à la lecture. Ministère de la Culture, Bibliothèque publique d’information, service des Etudes et la Recherche.

23 Joëlle Bahloul, op. cit., p. 8-9.

24 J.C. Mitchell, « Theoretical orientations in African Urban Studies » in Michaël Banton ed. The Social Anthropology of Complex Societies, Londres, Tavistock, 1966.

25 Jean-Claude Passeron : « Le plus ingénument polymorphe des actes culturels : la lecture », in Bibliothèques publiques et illettrisme, Ministère de la Culture, Direction du livre et de la lecture, Paris, 1986, p. 17-22. « S’ils se veulent réalistes, les efforts de démocratisation de la lecture doivent compter avec deux réalités sociologiques : la distribution sociale de la capacité (à lire vite et beaucoup) et la concentration sociale dans certains groupes, d’attitudes culturelles orientées vers d’autres valeurs de loisir que celle de la lecture, voire d’attitudes explicitement anti-lecture. » D’une part donc « la plus grande partie de la population française ne possède pas cette maîtrise du code écrit, condition sine qua non d’une lecture qui soit autre chose qu’un simple déchiffrage ». D’autre part, « l’enquête approfondie portant sur les groupes sociaux les plus éloignés de la culture savante montre que ces groupes se réfèrent à des valeurs de leur culture quotidienne par rapport auxquelles la lecture a peu ou pas de valeur. L’obstacle est positif, c’est une réalité culturelle et sa force ne se décrit pas seulement en termes de privation ou d’incapacité. Le fait est là : une fois les moyens donnés, un groupe n’adopte une pratique que si cette pratique a un sens ou peut prendre un sens dans sa culture. »

26 Pierre Bourdieu, op. cit., p. 223.

27 Ibid.

28 Joëlle Bahloul, op. cit., p. 10-11.

29 Essentiellement masculins.

30 D’autant que « sur le terrain, (le sociologue) ne peut éviter d’apparaître, aux yeux de ses interlocuteurs, comme le détenteur de la légitimité d’interroger une pratique dont il maîtrise le modèle dominant ». Joëlle Bahloul, op. cit., p.l.

31 Nous utiliserons ici le terme de « décor » pour désigner, à la manière d’Erwing Goffman, les éléments scéniques de l’appareillage « symbolique » utilisé habituellement par l’acteur durant sa représentation. Erwing Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, T. I, Paris, Ed. de Minuit, 1973, p. 30.

32 Les détenus dont il s’agit ici sont de faibles lecteurs, et ne reflètent pas l’ensemble de la population carcérale.

33 Saul Kripke, La Logique des noms propres. Paris, Ed. de Minuit, 1982.

34 Bien sûr, la structure dialogique des entretiens n’est pas sans effets sur les orientations sémantiques des énoncés. Cependant, comme il n’est pas dans notre intention de procéder ici à une analyse conversationnelle, qu’il nous suffise d’identifier schématiquement les plus régulièrement déterminants de ces effets : le premier se rapporte au statut du sociologue lequel, on l’a dit, ne peut manquer d’apparaître comme le garant d’un modèle de lecture « cultivée », le second est impliqué par les modalités concrètes de son questionnement. En l’occurrence, il était d’entrée précisé que l’entretien devrait porter sur les expériences passées aussi bien que présentes de la lecture, laissant entendre par là-même que cette rupture constituée dans un cas par la préretraite, dans l’autre par l’incarcération, était susceptible d’avoir entraîné des modifications sensibles. Pour le reste, les interventions durant les entretiens, au demeurant nombreuses et récurrentes de l’un à l’autre, visaient essentiellement à alimenter le fil d’une conversation pour le moins précaire (à prétendre faire parler de leur faible lecture des faibles lecteurs, on s’expose à recueillir des faibles propos !) en interrogeant notamment toute une série de rapports pratiques à la lecture ou au livre (mode et fréquence d’acquisition, modes de présentation et de stockage, lieux, temps, fréquences de la lecture, modalités pratiques de la lecture).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1995

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Open access