Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des jeunes et des bibliothèques

 | 
Martine Burgos
, 
Nassira Hedjerassi
, 
Patrick Perez
, 
et al.

III. Âge tendre, âge de raison : grandir en section Jeunesse

Mixités

Texte intégral

1Pour rendre ces propos un peu plus concrets, il me paraît utile de préciser la manière dont, dans les deux médiathèques où nous avons enquêté, se répartissent, selon les âges, les différents secteurs de consultation et de lecture. L’organisation matérielle et spatiale d’une médiathèque renvoie aux représentations les plus abstraites de l’organisation des savoirs mais également aux modalités et étapes de leur apprentissage. De ce point de vue, les sections Jeunesse offrent un cadre particulièrement souple puisque, à l’intérieur de la partie réservée aux enfants et à ceux qui les accompagnent, il n’existe aucune séparation matérialisée liée à l’âge entre les différents espaces – pas de cloison, de portes à franchir, seulement des indices et la fréquentation, de fait, par une majorité de très jeunes enfants d’un certain « coin » : celui où se retrouvent ceux qui ne savent pas encore lire sans pour autant exclure les aînés. Même la logique du classement par type d’ouvrages facilite le glissement progressif d’un rayonnage à l’autre auquel invitent l’épuisement d’un plaisir ou les suggestions de l’intertextualité. Les 9-12 ans sont très évidemment sensibles au dispositif spatial qu’est la section Jeunesse qu’ils partagent avec des groupes d’âge dont les compétences et les intérêts sont différents des leurs. Ce qu’ils disent des petits et des plus grands montre qu’ils sont tout à fait capables de trouver leur juste place à l’intérieur de ce dispositif éminemment libéral et ouvert.

2Dans l’une et l’autre médiathèques, on trouve une distribution similaire entre le haut et le bas : au rez-de-chaussée, la section Adultes qu’il est obligatoire non pas de traverser mais de longer pour atteindre les bureaux de prêt avant de quitter la médiathèque ; en étage, la section Jeunesse. Un escalier intérieur (doublé, au Canal, d’un ascenseur) marque la séparation entre les deux sections tout autant qu’il les relie. Ce qui semble s’imposer, du point de vue des enfants, c’est la première fonction plutôt que la seconde. Les enfants sont chez eux dans la section Jeunesse, ils peuvent même se rendre seuls à la discothèque ou à la vidéothèque, espaces tout public, dès lors que celles-ci se trouvent au même étage mais nous n’avons rencontré en cours d’enquête qu’un seul jeune lecteur se rendant de lui-même en section Adultes, aux 7 Mares, par goût du silence (une exception, en cela également !), se cachant du personnel, usager clandestin persuadé qu’il serait chassé aussitôt que découvert. Ce qui, si on l’en croit, ne manquait pas de se produire.

  • 1 Association des bibliothécaires de France, Le Métier de bibliothécaire, Éd. du Cercle de la Librai (...)

3Si la verticalité superpose, protège et sépare les sections, le traitement décloisonné du plan horizontal favorise, au contraire, la libre circulation du lecteur entre les rayonnages d’une même section, même si des aménagements spécifiques prennent en compte les besoins de tel ou tel type d’usagers. Ainsi le coin des bébés est situé au bout de la section Jeunesse au Canal, un peu de côté aux 7 Mares, au plus loin de l’entrée pour des raisons évidentes de sécurité et de surveillance, afin également de limiter la gêne occasionnée par le comportement éventuel des plus petits, cris, pleurs, agitation…Cette partie est aménagée pour recevoir les usagers débutants – mobilier adapté (en principe) à leur taille, à leurs façons de faire : bacs à albums, rayonnages à étagères basses le long des murs, avec présentation de face des volumes, chauffeuses, coussins… On y trouve presque exclusivement des albums que les très jeunes enfants, voire les bébés, découvrent avec la personne qui les accompagne, apprennent à manipuler seuls, à partager avec des copains de rencontre, à ranger ensuite. Quelques tables et chaises, de taille intermédiaire, réservées en principe « au travail plus suivi de ceux qui savent déjà lire1 », peuvent éventuellement supporter et accueillir les plus grands et même les adultes, dans un relatif inconfort, le temps de lire quelques histoires, de choisir les albums qu’on va emporter à la maison parmi tous ceux que les petits attrapent et empilent. À la médiathèque du Canal, établissement central auquel on se rend souvent en voiture, ce sont les mères (rarement les pères) ou les assistantes maternelles qui occupent sièges et tables ; aux 7 Mares, équipement de proximité, plutôt les grandes sœurs – les 9-12 ans. Elles y font leurs devoirs d’école en groupe, installées, serrées et pliées, dans la zone limitrophe vague – que brouille encore plus et anime leur présence studieuse– entre l’espace des petits, qui ne peuvent accéder seuls qu’aux livres d’images, et le reste de la bibliothèque. Au Canal, prolongeant le coin des bébés et créant une transition qui n’existe pas dans l’autre médiathèque, des étagères offrent des livres de « première lecture », portant des gommettes de couleurs différentes en fonction de la difficulté. Ensuite, Dewey règne en maître à penser sur les rayonnages. Seuls les présentoirs où est proposé un choix d’ouvrages dont l’éclectisme même est censé fouetter l’intérêt des jeunes lecteurs échappent aux impératifs d’un classement que peu d’enfants dominent intellectuellement (faute, peut-être qu’on les y ait sensibilisés) mais dont ils maîtrisent, pour la plupart, assez bien la mise en place, les enfants ayant une perception essentiellement topologique de la bibliothèque où ils ont leurs habitudes. On voit bien que, par sa configuration même, la section Jeunesse, au Canal comme aux 7 Mares, invite à un usage détendu du lieu, grâce à quoi l’enfant peut profiter au mieux de la diversité de l’offre pour satisfaire son envie du moment (qui peut être, bien entendu, fort restreinte) :

4« Et qu’est-ce qui est différent, si tu compares le cdi et la médiathèque ?

  • Il y a plus de choix. On peut pas louer des cd au cdi, on peut pas prendre de k7. Il y a pas tous les livres qu’on veut. Je peux compter, je sais pas, cent bd qui sont pas…
  • Oui, ici, il y a beaucoup plus de choix…
  • Voilà.
  • Il t’arrive d’emprunter des livres au cdi ?
  • Hum, des fois, des fois mais pas souvent. Et le cdi, on peut pas emprunter des bd. On peut pas les prendre chez nous. Juste les lire sur place. On a le droit juste d’emprunter des romans, des livres.
  • Ici, c’est plus libre ?
  • C’est plus libre, voilà. On a une carte…
  • Tu te débrouilles…
  • On se débrouille tout seul…On se sent…
  • On se sent comment ?
  • On se sent à l’aise, on est pas au collège quoi. Moi je dis que c’est la vie quoi, on va se promener là, on va là…Que au collège y a des consignes à respecter, il y a des profs… Il y a tout, on est pas pareil…
  • Tu dis une promenade…
  • Non, pas une promenade, mais euh, je me documente, je regarde…Sauf que moi je me sens plus à l’aise à la médiathèque qu’au collège. » (Garçon, 11 ans 1/2.)
  • 2 On trouve une seule occurrence spontanée du mot dans l’ensemble du matériau collecté. Il s’agit de (...)

5Cette détente se marque, pour les enfants séjourneurs, par des mouvements fréquents d’un rayon à l’autre, d’une place à l’autre, au gré des envies et des besoins. Ces déplacements (« se promener ») qui concrétisent une certaine pluralité des intérêts et des usages tissent et entretiennent des liens vivants entre les différentes parties de la section Jeunesse, les intégrant en un ensemble organique, peu hiérarchisé (« la vie, quoi »). Ainsi, aux 7 Mares, les fillettes que nous repérons faisant leurs devoirs près du coin des bébés, nous les retrouverons un quart d’heure plus tard, devant le rayonnage des contes ou bien fouillant dans les bacs des bandes dessinées, lisant à plusieurs, et puis assises devant l’ordinateur, un petit frère, une petite sœur (ou les deux) à leur côté. La section Jeunesse des 7 Mares, contrairement au Canal où dominent les classes moyennes, accueille des enfants de milieux populaires. Ils s’y rendent en petits groupes, assez hétérogènes du point de vue de l’âge. Dans cette sociabilité juvénile il est difficile de démêler les relations de famille, de quartier et d’école. Un mercredi après-midi, le séjour à la médiathèque ne s’effectue pas forcément en continu : on entre pour travailler, lire ou retrouver quelqu’un, on passe, on ressort parce qu’un copain vous attend à l’extérieur pour revenir à nouveau. De ce point de vue, il semble presque impropre de prétendre que les grands « accompagnent2 » les petits à la médiathèque, comme une grand-mère accompagnerait son petit-fils au judo : il ne s’agit pas d’une tâche exclusivement réservée, par exemple, aux filles, même si les plus âgées dans ces groupes sont toujours des filles. Il paraît plus juste de constater simplement que des plus grands s’y rendent avec des plus petits, donnant l’impression que tous y vont « ensemble » afin que chacun y trouve à satisfaire ses propres envies et besoins :

6« Est-ce que tes parents viennent à la bibliothèque ?

  • Non, pas souvent. Si, des fois pour ma petite sœur, quand je suis pas là.
  • Parce que des fois ta petite sœur tu l’emmènes ?
  • Non parce que… Si, des fois, quand je vais faire des courses avec elle je la mets dans le coin lecture.
  • Elle a quel âge ?
  • 5 ans.
  • Donc dans le coin là bas ?
  • Oui, des petits livres…
  • Tu lui choisis des livres ?
  • Oui, où il y a beaucoup d’images. » (Garçon, 14 ans.)

7On sera sensible à la différence marquée entre venir « pour » (dans le cas des parents non-lecteurs) et venir « avec » la petite sœur, à l’occasion de courses faites ensemble. On notera également que le coin des petits est, pour le grand frère, un « coin lecture » à part entière et que la nature des livres, présentant beaucoup d’images ou davantage de texte, importe finalement peu. Il s’agit toujours de livres et de lecture. La prise en compte de cette fréquentation juvénile de groupe enrichit l’interprétation d’une expression comme celle de « deuxième chez nous » pour caractériser la fonction de la médiathèque, pas limitée à l’offre de livres et autres supports d’information et de communication. Cette expression se trouve dans un entretien avec deux copines de 12 et 13 ans, d’origine maghrébine, habituées de la section Jeunesse des 7 Mares où elles travaillent, lisent sur place et empruntent. Mais des expressions similaires sont fréquentes dans notre corpus :

8« Moi, en fait ça fait longtemps que je suis pas venue dans la bibliothèque. Je me souviens, avant quand je venais, j’allais tout de suite vers les bd et puis je prenais les bd qui étaient bien et puis j’prenais des “J’aime lire”. Je prenais jamais des romans, c’est tout […] – Vous allez plutôt dans quel coin ici ?

  • Euh, bah déjà pour l’école, on prend les livres pour 12 ans.
  • C’est quels livres pour l’école ?
  • Les romans, et les bd, les vidéos…
  • Les cd aussi ?
  • Oui.
  • Et est-ce qu’il vous arrive de venir travailler ici ?
  • Ça dépend de quel travail.
  • Ça m’est arrivé.
  • Vous venez toujours ensemble ?
  • Ça dépend, des fois toute seule, avec des copains, copines.
  • Je suis là parce que je travaille avec une copine, un petit frère, ma grande sœur. – Vous habitez dans le quartier ?
  • Oui. […]
  • […] Ça vous arrive de lire ici ?
  • Toujours.
  • Vous vous installez où ?
  • Sur les tables
  • Vous venez à quel moment ?
  • En général l’après-midi.
  • Le mercredi seulement ?
  • Mercredi ou samedi.
  • C’est un endroit que vous aimez bien ?
  • C’est le deuxième chez nous. »

9Il ne paraît pas exagéré de considérer que la représentation de la médiathèque comme un « second chez nous » gagne à être mise en relation avec un mode de fréquentation où la mixité des âges, favorisée par le mélange des sociabilités familiales et amicales, rappelle celle de la maison. La section Jeunesse est un lieu familier, au sens étymologique du terme, en ce que, comme dans une famille, les liens affectifs, d’intérêt ou de cohabitation unissent des personnes de générations différentes, à l’inverse de l’école où règne une discrimination hiérarchique marquée selon les groupes d’âge. Parce que la section Jeunesse s’adresse, individuellement, aux enfants de tous âges, les responsabilités des grands à l’égard des petits s’exercent dans un lieu que chacun trouve des raisons de fréquenter pour son propre compte. C’est une place pour tout le monde, comme un foyer.

10À la médiathèque du Canal, très souvent fréquentée « en famille », les parents accompagnant les enfants, les déplacements paraissent moins intenses : peu sollicités par les petits qui restent en général sous la surveillance d’un des parents, les aînés peuvent vaquer à leurs affaires et s’installer durablement là où ils se trouvent le mieux, attablés ou assis sur le gradin le long de la baie vitrée qui domine le bassin et le centre commercial. Cela étant, les enfants ne se sentent, ici pas plus qu’aux 7 Mares, assignés à une place exclusive, les incursions sont fréquentes d’un lieu à l’autre produisant une agitation régulière. La section Jeunesse devient un endroit calme et même reposant aux jours et heures où l’école s’occupe des enfants, lorsqu’elle est le domaine presque réservé des mères et de leurs petits – le calme ne signifiant pas inactivité, bien entendu. Les fins de journée, en semaine, le mercredi après-midi, le samedi, quand les publics jeunes se mélangent et que les bruits se dispersent dans ces espaces ouverts, même si les matériaux en feutrent la sonorité, les sections Jeunesse deviennent parfois franchement bruyantes – du moins à l’oreille des adultes présents. Les enfants, eux, ne paraissent pas s’en offusquer. Et c’est une des caractéristiques les plus remarquables de la perception enfantine de la médiathèque : leur indifférence argumentée par rapport à des perturbations que les adultes ne sauraient tolérer et leur tolérance raisonnée à l’égard des petits qui en sont parfois la cause, mais n’en sont pas tenus pour responsables.

11Un exemple de l’indifférence aux bavardages et autres bruits ambiants nous est donné dans le fragment suivant d’un entretien avec une fillette de 11 ans qui évoque d’abord, en contre-modèle des 7 Mares, la bibliothèque de X…qu’elle a cessé de fréquenter :

12« Par exemple à la bibliothèque de X…, ben là bas tout le monde ferme… tout le monde est en train de lire mais personne parle. C’est du silence, en fait.

  • Parce qu’on n’a pas le droit de parler ?
  • J’sais pas. Mais…là-bas y a pas du tout d’ambiance parce que…on entend personne, on entend personne parler.
  • Et ici on entend un petit peu.
  • Oui, ici on peut parler, ici on peut jouer, on peut…on peut faire plein de choses.
  • Et c’est jamais gênant ?
  • Non. C’est pas gênant.
  • Et si par exemple on a envie de faire les devoirs, si les gens parlent à côté, c’est pas gênant ?
  • Non. C’est comme à la maison. » (Fille, 11 ans.)
  • 3 Une fille, en sixième, trouve un exemple particulièrement puissant pour bien nous faire comprendre (...)

13On reconnaît l’idée de la médiathèque comme un second « chez soi » où chacun a le droit de vaquer à ses occupations, où la relation personnelle à l’autre et la connaissance intime de ceux avec lesquels on partage un même espace familier permettent d’attribuer aux manifestations singulières de la présence d’autrui la valeur de la vie même, ce qui leur ôte une bonne part de leur caractère de gêne. On peut évidemment considérer que cette petite fille proclame à l’égard du bruit provoqué par ce « on » collectif que l’intervieweur désigne perfidement comme « les gens d’à côté » la tolérance qu’elle même souhaiterait qu’on eût à son égard lorsqu’elle même parle, joue et fait « plein de choses3 ». Cependant, la représentation de la section Jeunesse comme lieu de mixité des âges (à tout le moins ceux de l’enfance) paraît si forte qu’elle peut même atténuer la perception du clivage entre le haut et le bas, la section Adultes et la section Jeunesse. Et en effet, grands et petits entrent ensemble, par la même porte, dans la médiathèque avant de gagner leur section respective.

14« Alors la bibliothèque c’est un endroit où tout le monde peut entrer ?

  • Ouais.
  • Ça te semble important ?
  • Ouais.
  • Tu peux m’expliquer pourquoi ?
  • Parce qu’il y a des fois, dans des endroits, on laisse pas entrer les enfants…
  • ou alors, ouais, on laisse pas entrer les enfants ou alors on laisse pas entrer les adultes, et puis là, on peut, là on est tous en commun, quoi ! » (Fille, 12 ans.)

15Notre corpus d’entretiens offre, parmi plusieurs réponses similaires dans leur inspiration, une autre d’autant plus émouvante quand on sait qu’elle nous est donnée par un petit garçon, Kamel, 9 ans 1/2, dont l’agitation me paraissait fort désordonnée jusqu’au moment où j’ai compris que cette fébrilité était liée à sa fonction de pourvoyeur en Tom Tom et Nana auprès de ses sœurs et copines, un peu plus âgées que lui, qu’il retrouvait autour du bac à albums. Grâce à la vivacité de son coup d’œil et à la rapidité de ses déplacements il était l’auxiliaire indispensable de ces demoiselles, leur permettant de s’approprier les numéros de la série la plus convoitée par les enfants. Précisons que lui-même était, pour son compte, peu consommateur de ces ouvrages dont il se faisait le distributeur efficace et zélé :

16« Bon, dans la bibliothèque, tout le monde peut y entrer…

  • Ouais ! (Les filles, ensemble.)
  • Vous trouvez ça bien, que tout le monde puisse entrer dans une bibliothèque.
  • Ouais ! (Les filles, ensemble.)
  • Parce qu’ils sont…heureux ! » (Kamel.)

17Après cette déclaration au ressort audacieux, énoncée avec l’évidence de la révélation, les filles, naturellement, s’esclaffent. Moi, je proteste, prends la défense de Kamel mais les filles continuent de rire de plus belle, dissimulant peut-être ainsi un assentiment inavoué.

Notes

1 Association des bibliothécaires de France, Le Métier de bibliothécaire, Éd. du Cercle de la Librairie, 1996, p. 453.

2 On trouve une seule occurrence spontanée du mot dans l’ensemble du matériau collecté. Il s’agit de l’entretien avec un garçon de 13 ans, situé à la frange supérieure de notre tranche d’âge, très indépendant, grand lecteur, qui préfère, à l’évidence, se rendre et séjourner à la médiathèque du Canal avec son amie de cœur plutôt qu’avec son petit frère dont l’âge et l’absence d’intérêt patent pour la lecture commencent à lui peser : « J’ai un petit frère et je l’accompagne assez souvent. Ben, on m’oblige mais ça, à partir, c’est pareil, quand il va rentrer au collège… – Et il a quel âge ? – Ben, il a dix ans, il va rentrer en sixième. – Pour l’instant tu l’accompagnes et après…– Il va assez rarement à la médiathèque. – Ça l’intéresse pas trop ? – Non il aime pas la lecture. Ma mère, elle y va souvent, elle y va tous les samedis. Mon père il y va pas tellement. » (Garçon, 13 ans.)

3 Une fille, en sixième, trouve un exemple particulièrement puissant pour bien nous faire comprendre à quel point le calme la perturbe : « Moi, je veux du bruit…C’est comme hier soir, je regardais la télé, l’attentat aux USA, et en même temps je faisais mes devoirs. »

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540