Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?

 | 
Benoît Berthou

VI. La bande dessinée : quelle culture de l’image ?

Benoît Berthou

Texte intégral

1L’un des principaux apports du Système de la bande dessinée, ouvrage de référence s’il en est, réside certainement dans l’affirmation de l’importance de l’image : « sa prédominance au sein du système tient à ce que l’essentiel de la production du sens s’effectue à travers elle » (Groensteen, 2006b, p. 10). L’étude de la bande dessinée s’écarte ainsi des canons de l’étude littéraire « textuelle », et nous sommes plus largement face à un livre dont le caractère « visuel » pose nombre de questions. À en croire certains chercheurs, cette notion d’« image » permet de passer outre celle de « média » : il est en effet possible d’identifier dès la naissance de la bande dessinée des processus d’intégration de toutes sortes d’iconographies (issues de la presse, voire de la médecine : voir Smolderen, 2009), ou encore de se demander si bande dessinée et cinéma ne constituent pas « deux arts “rupestres” (ne trouvent-ils pas respectivement leur source dans la caverne de Platon et la grotte de Lascaux ?) » qui sont « nés ensemble » et peuvent être vus comme « les deux “spectacles populaires” du siècle » (Ciment, 1990, p. 10). De ce point de vue, bande dessinée et toutes sortes d’images (cinématographiques, audiovisuelles, vidéoludiques…) font assurément bon ménage : mais qu’en est-il du point de vue du lecteur ?

1. L’image : une communauté de pratiques culturelles ?

2La question se pose en effet, car les données que nous avons récoltées dans le cadre de notre étude nous invitent à mettre en perspective les réflexions par lesquelles Thierry Groensteen choisit d’ouvrir La Bande dessinée. Un objet culturel non identifié : « Près de huit cents ans après la grande époque des manuscrits enluminés, la rencontre du texte et de l’image sur une même page de livre continue d’être perçue par certains comme une alliance contre nature » (Groensteen, 2006a, p. 23). Si ce constat, prenant acte d’une certaine « bâtardise » (idem, p. 24) constitutive de la problématique réception de la bande dessinée, doit être largement amendé vis-à-vis des données qu’analyse Éric Maigret dans un autre chapitre de cet ouvrage (voir IV-4, §12), il semble surtout nécessaire de le replacer dans le spectre plus large des pratiques culturelles en leur entier vis-à-vis desquelles il ne ferait pas forcément sens. Le problème que pose la « rencontre » évoquée ci-dessus, et le principal « handicap » de la bande dessinée, resterait avant tout son langage, ou plutôt un mode d’expression qui reste effectivement encore aujourd’hui à expliciter et valoriser. Et il faudrait alors donner raison à Éric Dacheux lorsqu’il présente la bande dessinée comme un « art reconnu » (commenté, accepté) et un « média méconnu » (un dispositif de communication restant largement à expliciter : voir Dacheux, 2009, introduction).

3Si la « rencontre » évoquée ci-dessus pose peut-être problème à l’échelle de la « page », tel n’est pas le cas en effet à celle d’un livre dont « l’alliance » avec toutes sortes de dispositifs visuels semble clairement avérée. Les données que nous avons récoltées nous placent face à un fait : parlant de bande dessinée, nous sommes confrontés à un lecteur amateur d’images s’adonnant volontiers aux activités qui leur sont liées, de quelque nature soient-elles. Cet intérêt est en tout cas structurant, comme en attestent nos données concernant des équipements : à la question « Au cours des douze derniers mois, êtes-vous allé voir un film au cinéma ? », l’immense majorité des personnes interrogées déclarant lire des bandes dessinées ou en avoir lu dans l’année écoulée répond ainsi par l’affirmative (à 82 % pour être exact). Et des dispositifs domestiques permettant d’accéder à des loisirs numériques rencontrent également l’intérêt de ces mêmes lecteurs, puisque 67 % d’entre eux disent posséder une console de jeu, chiffre variant toutefois selon le genre de bandes dessinées effectivement préférées (s’il monte à 85 % dans le cas des lecteurs de mangas et s’établit à 76 % dans le cas de ceux des comics, il chute par contre à 64 % chez les lecteurs d’albums traditionnels).

4De plus, cette communauté de pratiques culturelles et visuelles n’est pas limitée à ces deux types d’activités, et ces données nous invitent même à reconsidérer le périmètre de la notion de « média » : loin du livre ou de l’écran, toutes les sortes de dispositifs à caractère « visuel » semblent susciter un intérêt. Il peut s’agir d’une représentation reposant sur une inscription dans l’espace de la scène puisque 63 % des lecteurs de bandes dessinées (âgés de plus de 15 ans) disent avoir au cours des douze derniers mois assisté à un « concert, une pièce de théâtre, un spectacle ou un festival » et que cette pratique semble structurante (les variations entre genres étant fort réduites : 71 % dans le cas des lecteurs de mangas, 69 % et 68 % dans le cas de ceux des romans graphiques et des comics, 63 % chez les lecteurs d’albums traditionnels). Ou encore d’une installation mobilisant accrochage et disposition murale d’images, puisque 57 % de ces mêmes lecteurs de bandes dessinées déclarent avoir fréquenté dans les douze derniers mois « musées et expositions », montrant que goût pour la lecture de récits en images et expressions plastiques peuvent faire bon ménage.

Un art au service de l’image ?

5Fort de ces données, il convient de questionner les propos de Thierry Groensteen que nous citons plus haut : la problématique « rencontre » qui est au fondement du neuvième art doit-elle être pensée sur le mode de la « bâtardise » et du « handicap » (Groensteen, 2006a, p. 24) ou de l’opportunité ? L’interrogation est de rigueur, car il est difficile de s’en tenir à un simple constat : la bande dessinée semble, en effet, non seulement prendre spontanément place au sein d’un ensemble de modes d’expression et de pratiques culturelles liées à l’image, mais également encourager son exploration et sa fréquentation. Et il s’agirait avant tout de la penser non comme un obstacle mais comme un adjuvant culturel, comme en atteste la comparaison avec les données fournies par l’enquête sur les pratiques culturelles des Français menée par Olivier Donnat : s’agissant de leurs pratiques, les lecteurs de bandes dessinées se situent en effet très au-dessus des moyennes nationales (sachant qu’est uniquement pris en compte ici l’ensemble des Français âgés de 15 ans et plus).

Figure 1. Pratiques « visuelles » des lecteurs de bandes dessinées

Figure 1. Pratiques « visuelles » des lecteurs de bandes dessinées

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.

6Alors que 82 % des lecteurs de bandes dessinées interrogés dans le cadre de notre étude déclarent s’être rendus au cinéma durant l’année écoulée, seulement 57 % des personnes interrogées dans l’étude citée ci-dessus répondent par l’affirmative. Et si l’écart entre les deux populations apparaît conséquent (environ 25 %), les deux échantillons possèdent d’indéniables points communs, telles une quasi-parité par sexe (58 % des hommes et 56 % des femmes dans le cas des « Pratiques culturelles des Français ») et une pratique plus intense au sein des jeunes générations (90 % des 15 à 19 ans au sein de cette même étude). Et le même constat vaut pour les autres activités : si 64 % des lecteurs qui nous intéressent déclarent jouer ou avoir joué, seulement 36 % des répondants aux « Pratiques culturelles des Français » disent avoir pratiqué les « jeux vidéo au cours des douze derniers mois ». Le contraste est même saisissant ici, puisque les proportions de non-joueurs au sein de la population française en son entier (mesurée grâce à des données datant de 2007, il est vrai) et de joueurs au sein de l’ensemble des lecteurs de bandes dessinées (mesurée pour sa part en 2012) seraient ainsi absolument semblables (64 %).

7Semblable raisonnement vaut également, dans des proportions encore plus importantes, pour une autre pratique : 57 % des lecteurs de bandes dessinées déclarent avoir visité « musées et expositions », tandis qu’au sein des « Pratiques culturelles des Français », ces valeurs sont nettement plus faibles. Seulement 30 % des personnes interrogées disent s’être rendues durant le même laps de temps dans un « musée », chiffre qui ne cesse de chuter lorsque l’on considère d’autres activités comme les expositions « temporaires de peinture ou de sculpture » (24 %), de « photographie » (15 %) ou la visite d’une « galerie d’art » (15 %). Au final, une majorité de « répondants » déclare n’avoir au cours de leur vie jamais pratiqué semblables activités (23 %, 48 %, 64 % et 61 % en ce qui concerne les items cités ci-dessus). La porosité entre l’« art séquentiel » (pour reprendre la célèbre expression de Will Eisner) et d’autres modes d’expression semble clairement constituer un fait avéré, comme en attestent les données analysées ailleurs dans cet ouvrage (voir IV-1, §3) : pour 82 % de ses lecteurs, « la lecture de la bande dessinée incite à s’intéresser à d’autres formes d’art » (28 % et 54 % étant respectivement « totalement d’accord » et « plutôt d’accord » avec cette affirmation, pour être le plus exact possible).

8Plus encore qu’un adjuvant culturel, la bande dessinée semble ici pouvoir être qualifiée de véritable « stimulant visuel », comme en atteste un fait : l’intensité des pratiques culturelles qui nous intéressent décroît assurément avec la lecture elle-même. Preuve en est avec la comparaison des chiffres fournis ci-dessus avec d’autres séries de données qu’analyse notamment Sylvain Aquatias dans un autre chapitre de notre ouvrage (voir II-5) : les pratiques culturelles et visuelles des « anciens lecteurs » et des « non-lecteurs » (dans tous les cas âgés de 15 ans et plus) de bandes dessinées. La chose est en effet vraie quant à la fréquentation des salles de cinéma (qui passe de 82 % à 57 % et à 31 % dans le cas des trois catégories sus-citées), mais également s’agissant de la pratique du jeu vidéo (dont l’érosion est encore plus spectaculaire : 64 %, 33 % et 11 %), des « arts de la scène » (qui suivent le même mouvement : 63 %, 41 %, 27 %), ou encore de la visite de musées et d’expositions (57 %, 31 %, 18 %).

L’image : une logique de « cumul »

9Ces chiffres montrent encore une fois une pleine intégration de la bande dessinée aux pratiques culturelles, car celle-ci participe clairement d’un phénomène que décrivent fort bien Philippe Coulangeon et Yannick Lemel dans un article rendant compte de l’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages datant de 2003. « Quel que soit le couple d’activités considérées, on a d’autant plus de chances d’en pratiquer une que l’on pratique déjà l’autre » (Coulangeon, Lemel, 2009, p. 8). La culture est ainsi à penser à l’aune de ce que nous pourrions appeler une « logique de cumul » : elle doit être considérée sur le mode de l’addition, et une pratique n’est pas isolée, qu’il s’agisse de lecture ou d’autres activités telles que celles que nous évoquons ci-dessus. Ce fait met en évidence l’une des originalités de notre étude : en effet, celle-ci ne permet pas seulement d’attester de la réalité de ce phénomène mais donne également l’occasion de mieux cerner son importance en permettant notamment de le quantifier.

Figure 2. Répartition des pratiques « visuelles » par nombre de bandes dessinées lues dans l’année écoulée

Figure 2. Répartition des pratiques « visuelles » par nombre de bandes dessinées lues dans l’année écoulée

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.

10Si le principe de ce « cumul » est aujourd’hui bien connu, ses proportions le sont moins, et les données relatives à l’intensité de ces diverses pratiques culturelles sont à cet égard éclairantes : mises en perspective vis-à-vis de la fréquence de lecture, elles semblent presque esquisser deux populations distinctes. Les pratiques d’intensité que nous pourrions dire « moyenne » (soit les personnes interrogées déclarant jouer une à deux fois par mois et se rendre deux à cinq fois dans l’année dans des musées, des expositions ou au cinéma) sont respectivement le fait des lecteurs que l’on pourrait dire « petits » et « moyens » d’une à quatre, dix à dix-neuf et vingt à quarante-neuf bandes dessinées dans l’année, tandis que les pratiques « fortes » sont systématiquement le fait des plus gros lecteurs (cinquante bandes dessinées et plus lues dans l’année). 10 % d’entre eux déclarent par exemple s’être rendus plus de dix fois au musée et à une exposition dans l’année écoulée, contre seulement 3 % de ceux qui lisent entre cinq et neuf bandes dessinées.

11Et ce constat semble être valable pour toutes les activités à caractère visuel qui semblent relever d’un déséquilibre flagrant : ce sont par exemple 19 % des lecteurs de cinquante bandes dessinées et plus dans l’année écoulée qui déclarent s’être rendue plus de 20 fois au cinéma durant la même période tandis que 35 % d’entre eux disent jouer aux jeux vidéo ou jeux en réseau « tous les jours ou presque ». A titre de comparaison, seulement 10 % des lecteurs de 5 à 9 bandes dessinées durant le même laps de temps évoquent la même fréquentation des salles obscures et 17 % des lecteurs de 1 à 4 bandes dessinées la même pratique vidéoludique. Même sans mesure d’intensité, le plus haut taux de réponse positive aux questions « Au cours des douze derniers mois, êtes-vous allé voir un film au cinéma ? » (88 %), « Avez-vous assisté à un concert, une pièce de théâtre, un spectacle ou un festival ? » (79 %), « Jouez-vous aux jeux vidéo ou en réseau ? » (74 %) ou encore « Avez-vous été dans un musée ou une exposition ? » (70 %) est le fait de ces lecteurs les plus actifs dont les pratiques sont très largement supérieures à celles de toutes les autres catégories.

12La culture est en tout cas, au regard de ces chiffres, inégalement partagée, et la bande dessinée ne fait à cet égard nullement exception : cette logique de « cumul » s’étend en effet largement au-delà du champ des seules pratiques « visuelles », comme en atteste par exemple la lecture de romans (entre 64 % et 62 % pour les lecteurs d’une à dix-neuf bandes dessinées, 69 % pour ceux de vingt à quarante-neuf bandes dessinées, et 81 % chez ceux lisant au-delà de cinquante bandes dessinées), de livres sur l’histoire (de 31 % à 38 %, puis 50 % et 47 % pour les mêmes catégories) ou d’essais politiques, philosophiques ou religieux (de 21 % à 22 %, puis 32 % et 41 %). Émerge ainsi une question que gagneraient assurément à poser les naissantes études visuelles : l’image définit-elle vraiment une communauté de pratiques culturelles, structure-t-elle un ensemble d’activités et d’échanges se focalisant sur des dispositifs graphiques et iconiques ?

2. L’image de bande dessinée : un nouveau paradigme médiatique ?

13Si la question se pose, c’est que la logique de « cumul » que nous évoquons ci-dessus nous semble conférer un nouveau statut à certains modes d’expression. Garantie de pratiques culturelles que l’on pourrait dire pleinement « signifiantes », fait de personnes qui lisent, jouent, visionnent, regardent, visitent, frayent avec le « visuel » de multiples façons, le « cumul » permet connexions et comparaisons au sein et entre différents modes d’expression, conditions entre autres nécessaires à l’émergence d’une forme d’érudition. Mais, aussi séduisante soit-elle, cette logique rencontre toutefois des limites, et la généraliser sans plus de précautions reviendrait à omettre l’une des spécificités de la lecture de bandes dessinées : l’importance d’une variable, l’âge, et la forte dispersion de tous ceux qui s’y intéressent en un ensemble de générations n’adoptant pas forcément les mêmes comportements, chose qui est particulièrement sensible en ce qui concerne le rapport des lecteurs de bandes dessinées à l’image.

14Les activités de lecture les plus fortes sont mesurées auprès des jeunes générations, que ce soit en termes de proportion (82 % des personnes interrogées âgées de 11 à 14 ans, 40 % des 15-17 ans contre seulement 23 % des 40-49 ans par exemple lisent des bandes dessinées) ou d’intensité. La tranche 11-14 ans regroupe ainsi systématiquement la majorité des répondants déclarant avoir lu vingt à quarante-neuf (24 % contre par exemple 4 % des 25-29 ans), cinquante à quatre-vingt-dix-neuf (8 % contre 2 %), cent à cent quatre-vingt-dix-neuf (5 % contre 1 %), deux cents à trois cent quatre-vingt-dix-neuf (3 %, les réponses des autres tranches étant trop basses pour être quantifiables) bandes dessinées. Sur ce point, le neuvième art ne fait pas exception et s’inscrit dans la droite ligne de l’ensemble des pratiques culturelles : les jeunes générations sont constamment les plus actives, et il en est de même dans notre étude (qui, sur ce point, ne saurait être considérée comme exhaustive) en ce qui concerne la fréquentation des salles de cinéma (90 % et 94 % pour l’échantillon cité ci-dessus et les personnes interrogées agées de 15 à 17 ans), la pratique du jeu vidéo (89 % et 81 %) ou la visite de musées ou d’expositions (59 % et 57 %), et ce alors que les 30-39 ans et les 50-59 ans présentent des activités moindres (64 % et 54 % en ce qui concerne le cinéma, 50 % et 14 % pour le jeu vidéo, 37 % pour les musées et expositions).

15Mais c’est également chez les jeunes générations que la corrélation entre différents modes d’expression ayant trait à l’image est attestée par nos données, et ce dans un seul et unique cas : celui du jeu vidéo. Le test du Khi-Chi-Deux (permettant de mesurer la dépendance ou l’indépendance de deux séries de données, ou, pour le dire autrement, le rapport entre des réponses à deux questions différentes) est extrêmement signifiant en ce qui concerne les lecteurs considérés au sein de notre étude comme « jeunes » (c’est-à-dire âgés de 15 à 17 ans) auxquels un questionnaire dédié était destiné. La valeur de 0,019 (là où le seuil de validité est couramment fixé à moins de 0,05) obtenue indique clairement un lien avec la lecture de bandes dessinées : lire des bandes dessinées et jouer vont de pair. Sont ainsi esquissées des proximités qu’il y aurait lieu d’interroger, notamment sur un plan graphique qui est presque totalement délaissé par les récentes recherches sur ces loisirs numériques (jouer ne consiste-t-il pas pourtant bien souvent à s’orienter dans un ensemble d’images fixes ?)

Imprimé et écran : quelles complémentarités ?

16Même si les autres indications que nous fournit ce test ne sont pas suffisamment signifiantes pour établir de plus larges conclusions, il n’en reste pas moins qu’un fait s’impose : à supposer qu’il existe véritablement une « culture de l’image » regroupant plusieurs pratiques culturelles ayant trait au « visuel », celle-ci est avant tout structurée par âge et non selon un autre modèle. Semble par exemple beaucoup moins pertinente la logique de l’« omnivore/univore » chère à Richard Peterson qui fait du « cumul » que nous décrivons ci-dessus l’apanage de catégories sociales dites « supérieures ». Celles-ci mobiliseraient toutes sortes de livres, de musiques ou d’équipements culturels alors que les populations moins favorisées présenteraient des centres d’intérêt moins variés (voir Peterson, 2004). Au regard de nos données, l’éclectisme « visuel » n’est pas signe de « distinction » sociale, pour reprendre la célèbre expression de Pierre Bourdieu, et au sein du « double point de vue difficilement conciliable » à partir duquel doivent, selon Olivier Donnat, être appréciées ces pratiques culturelles, il faut trancher : en termes d’image, les « mutations générationnelles » priment sur la « forte stratification sociale » (Donnat, 2011, p. 28).

17Ces réflexions nous invitent à nous interroger plus avant sur ce que nous nous proposons d’appeler ici une « culture de l’image », et en premier lieu à dépasser ce que Josiane Jouët et Dominique Pasquier qualifient de « préjugés » (Jouët, Pasquier, 1999, p. 79). Dans un article de la revue Réseaux, se fondant sur l’enquête « Les jeunes et l’écran » réalisée en 1997, ces deux chercheurs formulent des conclusions qui sont pertinentes plus de quinze ans plus tard au regard des données que nous avons récoltées. Ceux-ci placent notamment ce qu’ils proposent de nommer une « culture de l’écran » sous le signe de la complémentarité plutôt que de la rivalité : goûts pour lecture et audiovisuel n’ont ainsi rien d’antinomique, et paraissent même être fortement liés. Si, en 1997, « la lecture de bandes dessinées [est] appréciée par la moitié des gros pratiquants de jeux vidéo (47 %) et par seulement le quart (26 %) des non-joueurs dont près de la moitié ne lit pas ce genre d’imprimé » (idem), la chose semble encore plus vraie aujourd’hui puisque dans le cadre de notre étude, 92,5 % des lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 à 17 ans déclarent jouer aux « jeux vidéo ou jeux en réseau, y compris sur téléphone portable ».

18L’inverse est également vrai, puisque 84,3 % des personnes du même âge disant dans le cadre de notre étude jouer reconnaissent également lire des bandes dessinées : même si ces chiffres ne sauraient être tenus pour absolument fiables (du fait précisément des faibles effectifs que représentent les non-lecteurs), force est de constater que nous sommes face à une pratique de la lecture pleinement motivée. Elle est dans tous les cas suffisamment solide pour inviter ces amateurs de loisirs numériques à faire pleinement partie du monde du livre : même si nous ne l’avons pas mesurée, leur inscription en bibliothèque semble plus que plausible (puisqu’une grande proportion de ces lecteurs les fréquente effectivement, voir V-1, §10), et l’acquisition d’ouvrages fait également partie de leurs pratiques usuelles. 92 % des lecteurs appartenant à ces tranches d’âges et déclarant « posséder des bandes dessinées au format papier » disent ainsi s’intéresser à des jeux vidéo prenant place sur tous les supports cités ci-dessus, et la corrélation entre ces deux pratiques culturelles est de plus avérée (le test du Khi-Chi-Deux présentant une valeur de de 0,037 et étant donc signifiant).

Bande dessinée et « nouveaux écrans »

19Ces faits nous invitent dans tous les cas à préciser les analyses de Josiane Jouët et Dominique Pasquier, ou plus exactement à mettre une nouvelle fois en perspective les données sur lesquelles nous nous appuyons. Considérant les statistiques portant sur l’équipement audiovisuel ainsi que sur les usages de l’ordinateur et de l’Internet au sein de l’étude sur les pratiques culturelles des Français, il est en effet possible de nous demander si la lecture de bandes dessinées ne tire pas plus que tout autre livre la quintessence d’un nouvel environnement technologique et médiatique dont Olivier Donnat met bien en évidence la spécificité. « Avec le numérique, et la polyvalence des terminaux aujourd’hui disponibles, la plupart des pratiques culturelles convergent aujourd’hui vers les écrans : visionnage d’images et écoute de musique bien entendu, mais aussi lecture de textes ou pratiques en amateurs » (Donnat, 2009, p. 2). Et il s’agirait dès lors de reconsidérer la notion de « culture de l’écran » au regard d’une certaine complexité : vis-à-vis de la bande dessinée, force est de constater que tous les écrans ne se valent pas.

20En effet, la « convergence » évoquée ci-dessus ne concerne pas tous les dispositifs ou médias, et semble, à l’inverse, constituer la spécificité de « nouveaux écrans », pour reprendre la terminologie utilisée dans l’étude citée ci-dessus : offrant une polyvalence quant aux canaux de diffusion (Internet, télévision, cinéma, jeu vidéo), se prêtant à différents usages (sédentaires ou mobiles, individuels ou collectifs) et permettant de rompre avec « la consommation des anciens médias (télévision, radio) ou les pratiques culturelles “traditionnelles” » (Donnat, 2009, p. 1), ceux-ci semblent constituer l’un des supports privilégiés des lecteurs qui nous intéressent. En attestent les données de notre étude concernant le cinéma : il s’agit d’une pratique avérée (82 % des lecteurs qui nous intéressent, rappelons-le), mais la chose n’a rien d’étonnant ou de spécifique à la bande dessinée puisque nous sommes face à une activité extrêmement populaire parmi tous les types de lecteurs (à en croire Philippe Coulangeon dans l’article cité ci-dessus).

21La corrélation avec la pratique du jeu vidéo (voir supra) mais également avec des modes de lecture numérique (qui concernent 14 % des lecteurs, chiffre sans doute sans équivalent au sein du monde du livre) est bien plus signifiante : nous pouvons donc effectivement penser que la lecture de bandes dessinées s’inscrit dans un certain renouveau médiatique de l’approche de l’image, en faisant par exemple la part belle à l’interactivité. Toutes les conditions sont en tout cas réunies pour ce faire, ainsi qu’en attestent les données concernant l’équipement que nous avons pu recueillir dans le cadre de nos travaux : celles-ci se situent effectivement systématiquement au-dessus de la moyenne nationale, qu’il s’agisse de la présence au foyer d’une console de jeu qui est un fait pour 64 % des lecteurs comme nous l’avons vu (tandis que l’enquête sur les pratiques culturelles des Français indique un taux de 37 % de la population pour une « console de jeu fixe » et de 22 % pour une « console portable » sans que les recoupements entre ces deux catégories soient explicités) ou encore de l’accès à l’Internet au sein du domicile (94 % des lecteurs de bandes dessinées, alors que 84 % des Français âgés de plus de 15 ans disent l’utiliser « chez eux »).

3. Images hors du livre

22Si une parfaite inscription au sein d’un nouvel environnement technologique constitue l’une des caractéristiques du livre de bandes dessinées, telle n’est pas la seule singularité des imprimés auxquels nous nous intéressons ici : ils transmettent des images qui semblent promptes à s’extraire du livre pour gagner d’autres supports et s’inscrire dans des modes de diffusion qui peuvent paraître originaux, voire carrément insolites. Sur ce point, le neuvième art constitue en effet un cas à part, et l’on peine à trouver un quelconque équivalent au sein de notre système éditorial : si les livres pratiques sont parfois commercialisés au sein de coffrets contenant des accessoires permettant au lecteur de mettre en application les préceptes présentés dans l’ouvrage (pensons par exemple à la collection Cook’in Box des éditions Marabout qui offre à ses lecteurs moules, couteaux ou spatules), nulle autre fiction ne semble pouvoir s’incarner de la sorte en une multitude d’objets qui sont généralement désignés par l’expression « produits dérivés » et peuvent prendre des formes extraordinairement variées.

23Qu’ils soient en deux (affiches à accrocher, portfolios ou recueils de dessins, sérigraphies, lithographies, voire plaques émaillées) ou trois dimensions (poupées, figurines, jouets, statuettes…), ces objets constituent un ensemble suffisamment structurant pour ordonner certaines des pratiques culturelles qui nous intéressent ici. Présents dans la plupart des festivals auxquels ils confèrent parfois des airs de véritables brocantes (pensons aux stands de l’espace « para BD » du Festival d’Angoulême ou de la Japan Expo qui croulent sous le poids des sacs, T-shirts et autres babioles proposées à la vente), ceux-ci sont en effet fédérateurs au sein de notre échantillon : 46 % des personnes se déclarant effectivement lectrices de bandes dessinées disent s’y intéresser, chiffre presque deux fois supérieur par exemple à la fréquentation d’un festival (26 % : voir V-3, §30).

24Vis-à-vis de la question « Vous est-il déjà arrivé d’acheter des produits dérivés inspirés de la bande dessinée ? », la plupart des clivages ne font pas sens, et ce qu’il s’agisse du sexe (puisque les lecteurs hommes comme femmes déclarent s’y intéresser dans les mêmes proportions : 48 % et 45 %), du niveau de diplôme (toutes les personnes interrogées disposant du baccalauréat ou plus présentant des valeurs similaires s’établissant entre 56 % et 45 %) ou de la catégorie socioprofessionnelle (cadres, professions intermédiaires, employés ou ouvriers étant dans le même cas : entre 54 % et 46 %). Seule l’approche par genres de bandes dessinées met en évidence des divergences puisque certains lecteurs semblent plus concernés que d’autres : ainsi, les amateurs d’albums traditionnels (47 %), de journaux d’humour (54 %), de romans graphiques (55 %) ou de comics (56 %) se déclarent moins intéressés que les lecteurs de mangas (61 %).

Le média : une réalité ?

25Ces écarts paraissent d’ailleurs étonnamment faibles vis-à-vis de la profusion de « produits dérivés » liés à ces bandes dessinées japonaises (une simple recherche sur un magasin en ligne comme kamehashop.fr indique huit cent soixante-dix-sept références pour la seule série One Piece) et démontrent, si besoin est, que nous sommes bien face à un phénomène intéressant la lecture de bandes dessinées en son entier, qu’il est peut-être par ailleurs possible de rapprocher d’autres pratiques comme l’usage de déguisements ou le cosplay (voir V-2, § 26). Il est pleinement lié à une pratique (46 % des lecteurs, mais seulement 22 % des anciens lecteurs et 11 % des non-lecteurs) et progresse ici aussi de concert avec son intensité (60 % des lecteurs de cinquante bandes dessinées et plus, 58 % des lecteurs de vingt à quarante-neuf bandes dessinées, 50 % des lecteurs de dix à dix-neuf bandes dessinées, 43 % des lecteurs de cinq à neuf bandes dessinées et 30 % des lecteurs d’une à quatre bandes dessinées).

Figure 3. Les lecteurs de bandes dessinées : pratiques médiatiques

Figure 3. Les lecteurs de bandes dessinées : pratiques médiatiques

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.

26Au regard de ces données et des autres points que nous avons précédemment évoqués, la bande dessinée semble s’apparenter à un livre dont on pourrait dire qu’il bourgeonne : plus sa lecture est forte, plus celle-ci donne lieu à des intérêts pour toutes sortes de loisirs et d’objets. Nous sommes face à une culture de l’image qui est peut-être à penser sur le mode du carnaval cher à Michel Leiris : le goût de l’anonymat, le soin du déguisement, la production d’effigies et la reprise de toutes sortes d’images font l’intérêt de la fête. Il semble à cet égard effectivement urgent de s’inscrire dans la « post-légitimité » qu’évoque Éric Maigret dans un tout autre ouvrage : ne pas cesser « de créer ses propres enfers » (c’est-à-dire ses ensembles de livres à proscrire) et s’en tenir à une « pureté définitionnelle » (Maigret, 2012, p. 146) de la bande dessinée, c’est risquer de passer à côté de ce qui fait la spécificité de ce mode d’expression et des produits culturels qui lui sont liés.

27Sans doute est-il bien plus pertinent de suivre la voie tracée par Philippe Marion dans un autre article de ce même ouvrage : prendre acte de « contours identitaires si mobiles, si évolutifs, si culturellement dépendants », c’est-à-dire d’une capacité de la bande dessinée à se situer « dans les confins toujours provisoires du média » (Marion, 2012, p. 175 et 176). Nous sommes en effet face à un mode d’expression qui semble prendre en défaut cette notion elle-même, ou du moins la volonté de distinguer clairement des « organisations industrielles destinées à produire et à diffuser des contenus informationnels et culturels » (Davallon, 2003, p. 27), pour reprendre une phrase de Jean Davallon. Il convient, dans le cas de la bande dessinée, de penser ces médias comme liés, ainsi qu’en atteste un mode de création que nous avons souhaité interroger à travers une question : « Vous est-il déjà arrivé d’aller au cinéma voir un film adapté d’une bande dessinée ? »

L’adaptation : une pratique structurante

28Cette interrogation pose en effet directement le problème qui nous intéresse ici puisque l’adaptation peut être définie, à en croire Thierry Groensteen, comme « le processus de translation créant une œuvre OE2 à partir d’une œuvre OE1 préexistante, lorsque OE2 n’utilise pas, ou pas seulement, les mêmes matériaux de l’expression que OE1 » (Groensteen, 1998, p. 273) et ne relève pas, pourrions-nous ajouter en reprenant les propos cités ci-dessus, de la même « organisation industrielle ». Et force est de constater que, dans le cas de la bande dessinée, les exemples sont nombreux et concernent absolument tous les genres : en se focalisant sur des productions récentes, les albums traditionnels (avec par exemple Snowpiercer. Le Transperceneige de Bong Joon-ho adapté de l’œuvre de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette, sans citer les multiples Astérix ou encore Les Schtroumpfs) sont concernés, de même que les comics (Wolverine. Le combat de l’immortel de James Mangold sorti en 2013), les mangas (pensons à Old Boy de Spike Lee adapté du manga de Garon Tsuchiya et Nobuaki Minegishi), ou encore les romans graphiques (Oblivion de Joseph Kosinski, également auteur avec Arvid Nelson et Andree Wallin de la bande dessinée du même titre).

29Si l’adaptation est structurante au niveau de la production cinématographique au point d’aboutir à une proposition riche et constamment renouvelée, tel est également le cas au niveau du lectorat lui-même au sein duquel elle suscite un intérêt transcendant tous les clivages possibles et imaginables. La chose est vraie du genre de bandes dessinées lues (puisque tous les lecteurs se situent au même niveau, de 77 % dans le cas du roman graphique à 72 % dans celui des albums traditionnels, le lectorat de mangas et de comics s’inscrivant entre ces deux chiffres avec 76 % et 75 %), mais également de l’âge (69 % et 65 % des personnes interrogées âgées de 15 à 17 ans et de 18 à 24 ans se déclarant lectrices répondant par l’affirmative, valeur qui ne cesse d’augmenter avec l’âge : 71 % des 25-29 ans, 80 % et 75 % des 40-49 et des 50-59 ans), du diplôme (64 % au minimum et 76 % au maximum pour toutes les catégories ayant fréquenté l’université, de 72 % à 74 % dans les autres cas) ou de la catégorie socioprofessionnelle (71 % et 78 % dans le cas des professions intermédiaires ainsi que des cadres et professions intellectuelles supérieures, entre 59 % et 69 % pour les autres).

30Structurant, l’intérêt pour l’adaptation semble également signifiant puisqu’il constitue aussi la marque d’une pratique culturelle qui se déploie en direction d’autres activités : en effet, les réponses positives à la question que nous présentons ci-dessus progressent de façon spectaculaire avec la lecture elle-même, et nous retrouvons ici un phénomène déjà maintes fois observé. Si seulement 32 % des non-lecteurs de bandes dessinées déclarent s’y intéresser, ce chiffre progresse régulièrement (55 % des lecteurs d’une à quatre bandes dessinées dans l’année, 67 % des lecteurs de cinq à neuf bandes dessinées dans l’année, 70 % des lecteurs de dix à dix-neuf bandes dessinées dans l’année) jusqu’à atteindre ses plus importantes valeurs en ce qui concerne les plus gros lecteurs (82 % et 84 % des lecteurs de vingt à quarante-neuf bandes dessinées dans l’année et des cinquante et plus bandes dessinées dans l’année). Ceux-ci présentent, comme nous l’avons vu, les pratiques culturelles les plus intenses dans tous les domaines, la chose tombe sous le sens, mais un fait demeure : les images de bandes dessinées appellent d’autres images, et plus largement des écrans. Nous sommes face à des adaptations cinématographiques qui n’occultent pas le livre, mais semblent à l’inverse tisser avec lui des liens de contiguïté qui restent à explorer en s’inspirant par exemple des travaux d’Alain Boillat (Des cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue, Georg, 2010).

4. Personnage et narration : pour une autre approche de la « transfiction »

31Entre médias, la bande dessinée semble en tout cas tisser des liens avérés, et sans doute faut-il reconnaître le bien-fondé de la position de Philippe Marion consistant à appréhender les « organisations industrielles » de la chose culturelle en termes de « poétique » (Marion, 2012, p. 176). Ne s’agit-il pas effectivement de s’interroger sur la valeur d’un « esprit BD » et sa capacité à « contamin[er] notre culture médiatique » (idem, p. 181) ? Ou plus encore, d’appréhender les circulations et réceptions des produits culturels en termes de « médiagénie », c’est-à-dire d’« interpénétration intense et singulière entre le possible du média (le potentiel des composantes identitaires et des séries culturelles qu’il fédère) et le projet expressif, le plus souvent narratif, mobilisé dans un genre contextuel donné » (idem, p. 190) ? Pour le dire autrement, il conviendrait d’appréhender l’image, voire le média, en termes que l’on pourrait dire « esthétiques » : penser la valeur et l’étendue de son expression, cerner son pouvoir de séduction auprès d’un public donné.

32Semblable position nous semble des plus fructueuses, notamment car elle met en évidence le point aveugle d’un ensemble de recherches s’articulant autour d’un concept de « transfictionnalité » advenant, à en croire Richard Saint-Gelais, « lorsque des éléments fictifs sont repris dans plus d’un texte (en donnant à “texte” une extension large, valant aussi bien pour la bande dessinée, le cinéma, la représentation théâtrale ou le jeu vidéo) » (Saint-Gelais, 2007, p. 6). L’étude de « reprises », transferts et circulations esquisse ainsi les contours d’une « théorie de la fiction » qui n’est pas sans poser problème vis-à-vis des données que nous avons récoltées, notamment car elle s’organise en majeure partie autour d’une information : des « éléments fictifs [qui] sont plus souvent qu’autrement des personnages » (idem) présentés comme à même de « franchir les frontières de l’œuvre où nous les avons d’abord découverts » (idem, p. 5), et ce faisant de s’affranchir des limites d’un média donné.

Figure 4. Critères les plus importants dans le choix d’une bande dessinée

Figure 4. Critères les plus importants dans le choix d’une bande dessinée

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.

33Une notion honnie par André Breton (qui reproche, dans le Manifeste du surréalisme, à l’auteur de s’en prendre « à un caractère » puis de faire « pérégriner son héros à travers le monde » tout en lui donnant l’air « de les déjouer, les calculs dont il est l’objet » [Breton, p. 17]) est ainsi considérée comme structurante, position qui ne correspond apparemment pas aux attentes des lecteurs que nous avons interrogés. Parmi les réponses à la question « Pour vous, quels sont les deux critères les plus importants dans le choix d’une bande dessinée ? », le personnage n’arrive en effet qu’en troisième position (35 %) et est largement distancé par « le dessin » (59 %) puis « l’histoire » (66 %). Et cette position semble largement partagée puisqu’on la retrouve au sein de chacun des lectorats privilégiant un type de bande dessinée donné, depuis les comics (38 % des réponses se portant sur le « personnage »), l’humour (35 %) et les albums traditionnels (34 %) jusqu’aux mangas (28 %) et aux romans graphiques (27 %).

« Transfictionnalité » et « sérialité » : des approches à préciser ?

34Même si des variations sont sensibles (l’écart de près de 10 % entre les bandes dessinées d’inspiration américaine et japonaise gagnerait notamment à être étudié au regard d’hypothèses, puisque toutes deux semblent proposer nombre de créatures de fiction), un fait demeure : la définition et l’approche de la transfictionnalité qu’évoque Richard Saint-Gelais et que nous présentons sommairement ci-dessus gagneraient à être précisées. Si elle constitue une approche pertinente pour l’étude des diverses œuvres qui sont évoquées dans ce texte, on ne saurait pour autant considérer que la transfictionnalité fait pleinement sens auprès des lecteurs eux-mêmes : vis-à-vis d’un ensemble de médias et de pratiques culturelles, la notion de personnage n’est pas plus structurante que d’autres, comme en attestent les rapprochements que nous avons opérés entre plusieurs questions et séries de réponses. Les lecteurs de bandes dessinées déclarant être allés « voir un film au cinéma » dans les douze derniers mois et « jouer aux jeux vidéo ou jeux en réseau », la placent ainsi également en troisième position : même si les valeurs sont plus hautes (45,5 % des réponses dans les deux cas) que celles que nous évoquons ci-dessus, elles démontrent que la notion n’est effectivement pas prépondérante.

35Parmi les « critères les plus importants dans le choix » d’un livre, elle se situe ainsi quasiment au même niveau que le « dessin » et en dessous de « l’histoire » : c’est peut-être plus largement une certaine approche de la « culture de masse » qu’il s’agit de réviser, car l’importance d’autres notions semble également devoir être mise en perspective vis-à-vis de l’étude des pratiques culturelles. Tel est notamment le cas de la sérialité qu’un chercheur comme Matthieu Letourneux place au fondement même de l’analyse de certains corpus littéraire dans un brillant article intitulé « Répétition, variation... et autoplagiat » paru dans la revue Loxias. « L’un des traits spécifiques de la culture de masse contemporaine est de penser de façon sérielle », et ce faisant d’esquisser un certain mode de production ou de création : « tendance des auteurs à l’imitation et parfois au plagiat ; accent mis par l’éditeur sur la collection au détriment de l’auteur ; goût chez le lecteur de certaines récurrences du narré au détriment du “style” » (Letourneux, 2007, §1).

36Parmi les « critères de choix » que nous avons interrogés, le « fait de poursuivre une série » est en effet clairement minoritaire : il n’apparaît au total qu’en quatrième position (avec 15 % des réponses), loin derrière le personnage, le dessin et l’histoire (35 %, 59 % et 66 %, rappelons-le). Et si cette dernière notion peut paraître entraîner une certaine confusion (car une « histoire » peut prendre la forme d’une série et être par exemple d’emblée conçue sur plusieurs tomes ou épisodes, sur le mode du feuilleton), elle marque surtout les limites des propos que nous reproduisons ci-dessus. Au regard des lecteurs et surtout des écarts sensibles on ne peut plus importants entre ces différentes réponses, la bande dessinée semble être affaire de narration plus que de collection (dans tous les sens du terme, y compris celui qu’évoque Matthieu Letourneux), et un dispositif éditorial comme la série ne saurait apparemment à lui seul suffire à justifier l’acquisition d’une œuvre ou d’un ensemble d’œuvres.

Culture de masse ou culture d’adolescence ?

37Faut-il voir dans ces données la preuve d’un décalage entre une approche scientifique de la littérature, ou plus largement d’un mode de production, et la réception de cette même littérature au sein d’un vaste lectorat (ou du moins, dans notre cas, des plus de cinq mille personnes interrogées) ? La chose semble plausible, car cette moindre importance de la série au sein des critères de choix d’une bande dessinée est sensible dans tous les genres concernés par notre étude, depuis les lecteurs férus de roman graphique (14 % des réponses) jusqu’à ceux qui affectionnent le manga (18 %) en passant par les amateurs d’humour et d’albums (16 %) ou de comics (17 %). Et ces données semblent dans tous les cas nous inviter à considérer le lecteur comme n’étant nullement prisonnier d’un système de production, voire dupe des stratégies éditoriales susceptibles d’être déployées pour le fidéliser, car cette position est apparemment largement partagée.

38Si des divergences existent, elles sont en effet mineures, puisque les « faibles » lecteurs (soit les catégories allant d’une à dix-neuf bandes dessinées lues dans l’année) sont à peine moins concernés (de 11 % à 16 % de réponses) que ceux qui présentent une pratique plus soutenue (21 % et 15 % des lecteurs de vingt à quarante-neuf bandes dessinées et de cinquante bandes dessinées et plus dans l’année). Les analyses de Matthieu Letourneux (qui portent sur la littérature populaire du xxe siècle) semblent toutefois bel et bien pertinentes, notamment vis-à-vis d’un fait qui s’inscrit directement dans la lignée de ses propos : la moindre importance de l’auteur qui ne semble pas être véritablement pris en considération par l’ensemble des lecteurs puisqu’il n’arrive qu’en quatrième position (12 %) en termes de « critère de choix », derrière la série. Jusqu’à un certain point, le meilleur représentant d’une bande dessinée paraît ainsi ne pas être son créateur, mais bien le personnage revenant de tome en tome et relevant donc d’une sérialité.

39La chose est évidente lorsque l’on appréhende nos données en termes d’âge, et la définition de la « transfictionnalité » chère à Richard Saint-Gelais concerne peut-être avant tout une certaine littérature. Celle-ci serait d’abord destinée à des adolescents, puisque c’est au sein de la catégorie des lecteurs âgés de 15 à 17 ans que ces deux critères sont les plus importants : 46 % en ce qui concerne le personnage (contre 43 % pour le dessin) et 20 % pour la série (contre 74 % pour l’histoire). L’auteur est presque inexistant (2 %), mais son importance ne cesse de croître régulièrement avec l’avancée en âge du lectorat lui-même : si 4 % des 18-24 ans déclarent en faire un critère de choix, c’est le cas de 12 % des 30-39 ans et de 21 % et 22 % des 50-59 ans et des 60 ans et plus. L’auteur, et plus largement la signature des images de bandes dessinées, semblent ainsi constituer une construction précaire et effectivement concurrencée par des logiques tout autres.

5. Le dessin : impensé de l’image

40Ces données nous invitent à penser tout autrement la « culture de masse » présente dans les propos de Matthieu Letourneux : la « masse » prend, en ce qui nous concerne, la forme bien moins abstraite d’un vaste ensemble de personnes représentatives d’un lectorat. Traversé par des logiques qui semblent contradictoires, voire paradoxales, celui-ci semble en tout cas nous inviter à nous inscrire dans l’approche qu’esquisse Pascal Durand : étudier un système de publication (en l’occurrence la « civilisation du journal » naissant au xixe siècle) suppose de « raisonner en termes médiatiques », c’est-à-dire de prendre en compte « un ensemble de pratiques discursives et sociales qui l’informent mais aussi le travaillent » (Durand, 2012, §23) et, dans une certaine mesure, lui donne sens. Tel est par exemple le cas d’un « système des rubriques » qui est à la fois pensé pour faire « escorte à la modernisation de grandes institutions sociales » (justice et police notamment) et pour prendre la mesure (à travers le fait divers) de « la naissance de sous-genres littéraires comme le roman policier » (idem).

41Notre objet d’étude et les données que nous avons récoltées présentent en ce sens une originalité certaine puisque les « pratiques » dont il est question ci-dessus prennent une forme plus précise et ne se limitent pas au champ « social » et « discursif ». Elles s’organisent autour d’un mode d’expression dont on ne saurait faire abstraction, qui met en évidence les limites des approches théoriques que nous citons ci-dessus et pose même la question de leur pertinence dans le cadre de nos travaux. Nous focalisant sur la bande dessinée, nous traitons en effet, pour reprendre un terme cher à Pascal Durand, d’une « culture médiatique »… et graphique, car le dessin occupe, au sein de la réception du neuvième art, une place à ce point prépondérante qu’il est impossible de l’occulter et de ne pas le prendre en compte dans l’étude d’une « fiction » quelle qu’elle soit.

42En effet, les critères de choix d’une bande dessinée que nous avons déjà abordés ci-dessus livrent des enseignements on ne peut plus éloquents : le « dessin » arrive systématiquement en seconde position, et constitue clairement un paramètre structurant puisqu’il transcende certains des clivages que nous avons par ailleurs observés. Quel que soit le genre ou le type de bandes dessinées lues, les personnes interrogées le placent ainsi quasiment au même niveau, et les valeurs oscillent entre 53 % pour les lecteurs de comics, 57 % pour ceux privilégiant les mangas et les albums traditionnels, 58 % pour les amateurs de journaux d’humour, et 61 % pour ceux de romans graphiques, sans que l’on puisse établir de distinction claire entre ces différents lectorats. Tout au plus peut-on noter que l’écart avec le premier critère de choix (l’histoire) est un peu plus important dans le cas du comics (68 % contre 53 %) et du manga (70 % contre 58 %) que dans ceux de l’album traditionnel (67 % contre 57 %) et plus encore d’un roman graphique (68 % contre 61 %) présentant à cet égard le profil le plus équilibré.

La bande dessinée : un mode d’expression qui fait sens

43Au regard de ces données, la bande dessinée semble constituer un mode d’expression qui fait sens et dont la spécificité est clairement perçue par le lectorat : histoire et dessin vont de pair et, choisissant un livre, nous sommes face à une narration qui laisse place à une considération certaine pour ce qui relève de l’image ou plutôt d’un certain mode de création. Les deux critères cités ci-dessus forment effectivement une espèce de couple que l’on retrouve dans l’ensemble de notre étude et qui semble passer outre l’ensemble des facteurs qui seraient susceptibles de faire apparaître divergences ou différences. En effet, l’analyse de ces données par sexe (63 % des hommes privilégiant l’histoire et 56 % le dessin, contre 70 % et 62 % des femmes), niveau de diplôme (63 % des titulaires du baccalauréat, contre 66 % et 64 % pour les lecteurs possédant un diplôme universitaire de premier ou second et troisième cycle), profession et catégorie socioprofessionnelle (63 % et 61 % des cadres, contre 63 % et 59 % des ouvriers) ou nombre de bandes dessinées lues (68 % contre 61 % des lecteurs de cinquante bandes dessinées et plus, contre 67 % et 61 % des lecteurs de dix à dix-neuf bandes dessinées) ne met en évidence aucun écart significatif.

44Les deux notions qui nous intéressent ici ne sauraient en tout cas être appréhendées au regard d’une distinction, et ces données semblent confirmer le bien-fondé des propos de Thierry Groensteen qui propose, dans son Système de la bande dessinée, de rompre avec une idée reçue : « l’écrit est le véhicule privilégié du récit en général » (Groensteen, 2006b, p. 10). Au regard de nos données, tel n’est en effet pas le cas, et peut-être pourrions-nous même envisager d’autres investigations adoptant une approche que l’on pourrait qualifier de stylistique : même si celle-ci se prête fort mal à une étude quantitative de cette taille, elle permettrait d’appréhender plus finement la notion de « dessin » en tentant de cerner l’importance d’une composition (instaurant un rythme de lecture) ou de procédés (faisant usage de plusieurs matériaux comme encre, peinture ou autre). Quoi qu’il en soit de ce projet, force est de constater qu’il convient d’interroger plus avant la réception de ce que Philippe Marion nomme la « graphiation » (Marion, 1993), la forme d’énonciation visuelle, d’image portant directement et distinctement la marque de son producteur et de sa production, que constitue toute image de bande dessinée.

45En effet, l’intérêt pour le dessin ne se cantonne pas au seul livre, mais semble également concerner la fréquentation d’expositions et plus largement la disposition d’œuvres de bandes dessinées au sein d’espaces tout autres. En attestent nos données, puisque 30 % des lecteurs que nous avons interrogés déclarent effectivement en avoir déjà visité, et nous sommes ici aussi face à une pratique qui semble structurante. A l’exception des plus jeunes générations (et plus précisément des 15-17 ans qui répondent par l’affirmative pour 20 % d’entre eux), toutes les autres personnes interrogées semblent faire montre d’un intérêt semblable (qui oscille entre 30 % pour les 18-24 ans et 36 % pour les 25-29 ans tout en concernant 34 % des 50-59 ans). Les hommes (31 %) sont quasiment au même niveau que les femmes (28 %), tandis que l’analyse des données par genre de bandes dessinées lues n’offre finalement que d’assez faibles contrastes. Nous pouvons tout au plus signaler l’existence de deux groupes distincts : lecteurs de romans graphiques (45 %) et de mangas (43 %) semblent bien plus intéressés que les personnes privilégiant les comics (34 %) ou les albums traditionnels (31 %).

Le dessin en partage

46Dans le cas présent, l’intérêt pour un mode d’expression transcende un média donné (le livre), mais il semble également nous inviter à nous situer au-delà d’une certaine attitude, se cantonnant à la réception de productions imaginées par d’autres. Les données relatives à la question « Vous est-il déjà arrivé de faire de la bande dessinée en amateur ? » sont en effet éloquentes, puisque 14 % des lecteurs que nous avons interrogés répondent par l’affirmative : deux fois moindre que les expositions (30 %) et se situant quantitativement juste en dessous de la recherche de dédicaces (18 %), cette pratique du dessin prend par contre le pas sur d’autres modes d’expression (telle l’intervention sur des forums de bande dessinée, 10 %) et montre que la bande dessinée constitue un langage faisant une place à l’activité. L’amateur ici interrogé se recrute en effet également au sein de tous les genres structurant le lectorat qui nous intéresse, et ce même si le manga (28 % des lecteurs répondant par l’affirmative), le roman graphique (21 %) et le comics (20 %) supplantent nettement un album traditionnel (13 %) qui s’apparente ici aussi à un produit de librairie.

Figure 5. Pratique de la bande dessinée en amateur

Figure 5. Pratique de la bande dessinée en amateur

Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.

47Structurantes, ces pratiques semblent de plus harmonieusement réparties au sein de la population et à ce titre encore plus égalitaires que la fréquentation d’expositions de bandes dessinées : hommes et femmes déclarent ainsi réaliser de la bande dessinée en amateur dans des proportions quasiment identiques (13 % et 15 %), tandis que le niveau de diplôme paraît ne jouer que de façon marginale. Les réponses des personnes interrogées titulaires d’un brevet des collèges ou d’un certificat d’aptitude professionnelle oscillent ainsi entre 15 % et 16 %, et se situent quasiment au même niveau que celles des membres de notre échantillon accédant aux études supérieures (13 % des titulaires du baccalauréat, 17 % de ceux qui possèdent un diplôme de premier cycle et 10 % parmi ceux qui ont obtenu un master ou plus). Seul l’âge semble ici aussi faire office de juge de paix, puisque ces pratiques sont élevées parmi les plus jeunes tranches de notre échantillon (20 % de réponses positives en ce qui concerne les 15-17 ans, 23 % pour les 18-24 ans), et ne cessent de décroître par la suite (18 % des 15-29 ans, 14 % des 30-39 ans, 10 % des 40-49 ans, 5 % des 50-59 ans).

48Moindres mais pas nulles en ce qui concerne la catégorie supérieure (7 % des plus de 60 ans), ces valeurs prouvent que la pratique du dessin est chose partagée et qu’elle va de pair avec le goût du livre : si 6 % des lecteurs d’une à quatre bandes dessinées dans l’année répondent par l’affirmative, ces valeurs ne cessent en effet de progresser (10 % pour les lecteurs de cinq à neuf bandes dessinées, 15 % pour les lecteurs de quinze à dix-neuf bandes dessinées, 19 % pour les lecteurs de vingt à quarante-neuf bandes dessinées, et 26 % pour les lecteurs de cinquante et plus bandes dessinées). Nous sommes clairement face à une lecture qui en appelle à une forme d’écriture, mais il nous est par contre impossible d’affirmer que cette activité débouche sur des propositions de publication et que d’amateurs, ces dessinateurs deviennent « aspirants », pour reprendre l’un des termes utilisés par Claude Poliak dans une étude qui fit date (Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs). Nous préférons nous contenter de conclure en soulignant que ces données mettent encore une fois l’accent sur un fait : la lecture de bandes dessinées nous invite résolument à placer le livre en perspective vis-à-vis de tous les médias, et plus largement d’un ensemble de pratiques ayant trait à la diffusion et à la création. Plus que toute autre forme de publication, la bande dessinée semble nous inviter à considérer la notion d’image au sens large.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pratiques « visuelles » des lecteurs de bandes dessinées
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1682/img-1.png
Fichier image/png, 110k
Titre Figure 2. Répartition des pratiques « visuelles » par nombre de bandes dessinées lues dans l’année écoulée
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1682/img-2.png
Fichier image/png, 175k
Titre Figure 3. Les lecteurs de bandes dessinées : pratiques médiatiques
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1682/img-3.png
Fichier image/png, 49k
Titre Figure 4. Critères les plus importants dans le choix d’une bande dessinée
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1682/img-4.png
Fichier image/png, 132k
Titre Figure 5. Pratique de la bande dessinée en amateur
Légende Population : lecteurs de bandes dessinées âgés de 15 ans et plus. Données exprimées en pourcentages.
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1682/img-5.png
Fichier image/png, 195k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2015

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported - CC BY-NC-SA 3.0

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable