Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques et publics handicapés visuels

 | 
Élisabeth Bailly
, 
Philippe Saurel
, 
Marie-France Aron
, 
et al.

Des expériences

Convivialité et accessibilité des sites Web aux personnes aveugles et malvoyantes

Manuel Da Silva

Texte intégral

1Je vais vous présenter notre solution Label Vue (à ce jour en version 1.0).

2Notre société s’est attachée, à l’image de ce qu’on vient d’entendre, à insérer le plus possible les personnes déficientes visuelles dans l’ensemble de la population pour éviter qu’elles ne soient marginalisées. Elle a voulu les intégrer dans un projet beaucoup plus vaste sur la convivialité et l’accessibilité de l’Internet.

Cadre juridique

3La circulaire française du 9 octobre 1999 prévoit l’accessibilité des sites institutionnels à tous les types de handicap, visuel, auditif et mental.

4La directive européenne de septembre 2001 prévoit de la même manière l’accessibilité des sites institutionnels, administratifs à tous les types de handicaps.

5Plus largement encore – les Américains sont précurseurs – le Disability Act (usa) oblige tous les sites administratifs et institutionnels à être accessibles.

Qu’est-ce que la déficience visuelle ?

6En France on peut considérer qu’il y a 1,2 million de personnes handicapées visuelles. On appelle « personne handicapée », une personne reconnue handicapée par la cotorep. Ne sont pas comptabilisées toutes les personnes myopes ou simplement presbytes. Nous souhaitons mettre en avant l’ensemble des personnes ayant des difficultés de lecture ou d’utilisation de l’informatique. Par exemple, 85 % des plus de 50 ans ont des problèmes de vue sans être handicapés.

7Parmi ces 1,2 millions de déficients visuels, 92 % sont des malvoyants et 100 000 à 120 000 des personnes aveugles.

8Il est important de signaler qu’il n’y a pas un seul type de mal voyance mais plusieurs (glaucome, dmla) ; chacun perçoit l’environnement avec son propre handicap, qu’il s’agisse de déplacement ou de lecture.

Deux populations bien distinctes

9Les malvoyants ont du mal à se repérer à l’écran, à distinguer les contrastes, les couleurs, à distinguer les textes, les tailles de caractères, etc.

10Les aveugles ont du mal à se repérer dans la page, à comprendre la structure de l’ensemble du site Web, à comprendre les liens car ils n’ont pas une vision d’ensemble. La navigation pour un aveugle est donc beaucoup plus longue car il est obligé de lire toute la page pour trouver l’information pertinente.

11Voici un exemple concret pris sur un site institutionnel : en haut, vous avez le site en version adaptée vu par un navigateur texte et en bas le site en version non adaptée.

12Le navigateur utilisé ici est le navigateur lynx, un des plus utilisés maintenant.

13La plupart des professionnels qui gèrent des sites grand public ont beaucoup de mal à comprendre les problèmes qui se posent aux déficients visuels et à concevoir la navigation « en mode texte et linéaire ».

14Aujourd’hui l’outil informatique est de plus en plus utilisé, notamment par les déficients visuels qui sont plus équipés que la moyenne de la population. L’utilisation d’outils informatiques associés à des aides techniques devient naturelle et permet une très grande ouverture sur le monde. Malheureusment, malgré les progrès notables aussi bien au niveau des aides techniques que de l’informatique en général, force est de constater que peu de logiciels ou de sites Web ont pris en compte ne serait-ce que la comptatibilité avec les aides techniques existantes.

Les limites des solutions actuelles

15Il existe de nombreuses « aides techniques » qui permettent aux personnes déficientes visuelles d’accéder à l’information et à Internet. Malheureusement avec l’Internet grand public, il est de plus en plus difficile de garantir une accessibilité minimale et bon nombre de sites web ne sont plus lisibles par les personnes déficientes visuelles.

16Rendre un site accessible c’est-à-dire conforme aux recommandations de la wai (web accessibility initiative) nécessite la plupart du temps de refaire l’intégralité du site ou de réaliser un site parallèle – comme c’est le cas de celui du Premier ministre – avec tous les problèmes de maintenance que cela entraîne.

17Il est possible dans certains cas, de remplacer la feuille de style par une autre plus adaptée en termes de contraste, de taille de caractères pour faciliter la lecture des mal voyants, mais il n’y a aucune refonte de l’ergonomie de la page : les résultats restent aléatoires et le plus souvent le site reste largement inaccessible.

18Dans certains cas, l’accessibilité technique est assurée mais l’utilisation reste pénible voire trop difficile pour être réellement envisageable. Rendre techniquement accessible un document ne signifie pas le rendre utilisable. Par exemple, un tableau complexe de données bien que parfaitement accessible (structure de table simple) ne sera pas accessible sans un minimum de prise en compte des difficultés cognitives liées à l’handicap.

19Visual Friendly a souhaité intégrer les personnes déficientes visuelles dans un projet plus large en y intégrant, par exemple, les personnes âgées qui bien souvent ont besoin des mêmes aménagements. L’accessibilité doit s’inscrire dans un projet global pour y intégrer les différents besoins ; cette démarche en est d’autant plus facile qu’elle répond à un cadre plus large qui en justifie les coûts.

20Visual Friendly a souhaité s’entourer de compétences clefs, comme par exemple des ergonomes, ou encore des intégrateurs html. A partir de là, nous avons essayé de confronter l’ensemble de ces compétences à la réalité des utilisateurs en organisant des campagnes de tests regroupant les déficients visuels dans un projet beaucoup plus large incluant les personnes âgées, les personnes ayant des difficultés de repérage, ou de maniement de la souris : on atteignait une population cible de six à sept millions de personnes. Pour nous, c’était aussi un moyen de sortir le handicap de son milieu très spécialisé et centré sur lui même.

21Aujourd’hui 75 % des internautes exigent des sites ergonomiques et ne se satisfont plus d’un fourre-tout.

22De plus, six personnes sur dix travaillant sur écran éprouvent de la fatigue visuelle.

Quelles sont les solutions proposées par Visual Friendly ?

23Nous avons voulu repenser accessibilité en termes d’ergonomie (notion d’utilisabilité...).

24Notre logiciel – Label Vue – permet, en association avec d’autre aides techniques, d’optimiser ces dernières et d’offrir un plus grand confort dans l’utilisation d’Internet. Nous avons pensé le service comme une option qui serait activable par tous sans connaissance préalable de l’informatique ou du service Label Vue lui-même. Notre solution est proposée avant tout aux sociétés ou aux pouvoirs publics.

25L’utilisateur peut personnaliser l’apparence du site web et enregistrer son profil dans un filtre qui permettra de transformer dynamiquement tous les sites partenaires selon ses préférences.

26L’avantage pour le client est qu’il n’a pas à intervenir sur son propre site, n’a aucun investissement lourd à prévoir. Notre solution permet ainsi de multiplier le nombre d’interfaces graphiques et d’offrir un haut niveau de personnalisation aux différents besoins d’accessibilité.

27L’utilisateur pourra accéder soit par le site client soit par un annuaire présent sur notre site à l’ensemble des sites utilisables avec le filtre personnel.

28Nous avons pris l’exemple de la fnac. Notre solution tient compte des aides techniques existantes : un certain vert passera beaucoup mieux avec le logiciel ZoomText en inverse vidéo. En effet, certaines couleurs pastel en mode inverse vidéo sont tout simplement illisibles.

29Notre étude s’appuie sur des observations ergonomiques et sur des tests utilisateurs. Par exemple, nous avons constaté qu’un aveugle mettait deux fois plus de temps à acheter un cd sur le site de la fnac qu’une personne malvoyante. Après notre intervention, les tests démontraient qu’il était possible de rendre aux personnes déficientes visuelles la même « dextérité » que les personnes sans problème visuel.

30De plus, la lecture est plus rapide car les pages sont repensées pour une catégorie bien précise de personnes. Par exemple : quand vous êtes dans ZoomText, vous grossissez l’écran, donc vous ne percevez qu’une fraction de l’écran, il est donc très difficile d’aller au milieu de l’écran. Visual Friendly réorganise la page pour mettre tous les outils de navigation dans les coins et ainsi limiter les mouvements de souris/écran.

31Cela fait environ deux ans que nous développons le service Label Vue. Une première version est commercialisée depuis le début de l’année 2001.

  • 1 Prix récompensant des entreprises à fort potentiel dans le secteur des technologies de l’informati (...)

32Notre logiciel a été labellisé par l’anvar (agence nationale de valorisation de la recherche) qui labellise des initiatives à haute valeur technologique. Nous avons également reçu un prix Capital it1.

33Notre société a été créée à l’initiative de Jérôme Adam (diplômé non voyant de Sciences Po et de l’essec) ainsi que moi-même. Aujourd’hui, Visual Friendly compte une douzaine de personnes axées autour de trois compétences : accessibilité, ergonomie et développement.

34Nous travaillons avec plusieurs laboratoires tels le lei (Laboratoire d’Ergonomie Informatique de Paris V) spécialisé dans les interfaces hommes/machines.

Notes

1 Prix récompensant des entreprises à fort potentiel dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, et des sciences de la vie.

Auteur

Manuel Da Silva est cofondateur de la société Visual Friendly.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr