Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques et publics handicapés visuels

 | 
Élisabeth Bailly
, 
Philippe Saurel
, 
Marie-France Aron
, 
et al.

Des expériences

L’exemple de la Dordogne : « Des yeux pour lire »1

(mars-avril 2001), une manifestation élaborée en partenariat par la bibliothèque municipale de Périgueux, la bibliothèque départementale de la Dordogne et les opticiens de Périgueux

Jean-Louis Glénisson

Texte intégral

  • 1 Manifestation élaborée en partenariat par la bibliothèque municipale de Périgueux, la bibliothèque (...)

1Ce que je vais dire sera, à l’instar de l’exposé de ma collègue de Champagne-Ardenne, assez descriptif. Au fond, en vous écoutant, je crois que nous avons fait beaucoup de découvertes semblables aux vôtres : proféré ainsi cela semble relever de l’évidence, mais, dans la réalité, cela traduit simplement le passage de l’intention à l’acte.

2Notre opération a eu lieu cette année en mars 2001 et s’est prolongée dans tout le département jusqu’à la fin du mois d’octobre.

3Il s’agit d’un partenariat monté entre la bdp de la Dordogne et tout son réseau, la bm de Périgueux et une chaîne d’opticiens implantée en Dordogne, Lachal, qui a entrepris une œuvre de mécénat dans ce domaine.

4Je vais faire un petit historique auparavant pour rappeler qu’on n’a pas attendu 2001 pour s’intéresser au problème du handicap et, en particulier, à celui des aveugles et des malvoyants. C’est dans le cours des années 1970 que la bdp et la bm de Périgueux ont pris en compte le phénomène du handicap visuel en acquérant, dès 1975, des collections en gros caractères qui, comme vous le savez, n’étaient pas très nombreuses ni très variées à l’époque, à l’exception de quelques pionniers comme Laurence Olivier Four par exemple.

5Dix ans plus tard, ces mêmes établissements faisaient entrer dans leurs collections les premiers documents audio, parmi lesquels des livres parlés avec, au début, encore un accès indirect, faisant des efforts pour dresser des listes de documents disponibles pour informer leurs lecteurs.

6En 1988 eut lieu une nouvelle étape avec l’inauguration des nouveaux locaux de la bm de Périgueux qui proposait un net élargissement de ce type de fonds. Depuis, la production éditoriale s’est élargie elle aussi, ce qui a permis d’offrir davantage de ressources aux lecteurs.

7De même, des actions ont été menées au niveau régional avec l’agence de coopération des bibliothèques en Aquitaine, cba. En 1997, la Fondation de France a lancé un appel à projet et puis, pour soutenir ces efforts, des subventions ont été demandées régulièrement au Centre national du livre pour accroître les collections d’imprimés en gros caractères.

8Quelques chiffres pour la bm de Périgueux : nous avons un peu plus de 2 200 volumes en gros caractères à la centrale et dans les trois annexes : c’est bien, mais ce n’est pas encore assez évidemment. Plus de 1 000 documents pour les textes enregistrés – précision technique : les documents de textes enregistrés sont pour l’instant, par une commodité matérielle, mais pas forcément logique, regroupés dans l’espace Musique : au départ c’était un choix de regroupement de supports, il sera très certainement remis en question un jour.

9Nous avons entrepris un autre service récemment, car une chose en entraîne une autre : c’est une action de portage de livres à domicile pour les publics empêchés. Nous sommes partis pour ce faire d’une réflexion sur le handicap visuel et sur les handicaps en général.

10Je voudrais donner également quelques éléments sur le cadre dans lequel tout ceci se déroule : il faut rappeler qu’il importait que des actions plus spectaculaires, comme celles qui se sont déroulées cette année, aient lieu car nous sommes dans un département encore très rural, très isolé, avec de mauvaises voies de communication, un réseau de bibliothèques en développement, mais encore insuffisant par rapport à la demande et aux attentes de la population. Périgueux, ville de 32 000 habitants avec une agglomération de presque 70 000 habitants, joue le rôle de ville centre : 45 % des inscrits à la bibliothèque de Périgueux n’habitent pas à Périgueux.

11Il y a parallèlement un réseau bdp qui commence à se structurer très nettement. Donc, peu à peu une offre documentaire se met en place.

12Mais il importait que le public, comme l’a dit tout à l’heure ma collègue, sache mieux ce que les bibliothèques du département peuvent apporter pour aider le handicap visuel.

13L’opération a été une opération de partenariat, il y a d’ailleurs dans la salle une personne qui a beaucoup contribué à cette opération, c’est Sophie Molines, qui a été mandatée par les opticiens Lachal pour coordonner la manifestation, assurer le lien entre les divers partenaires.

14Ces partenaires étaient :

  • la bdp ;
  • la bm ;
  • des associations : l’Association Valentin Haüy, les Bibliothèques sonores, le Groupement des intellectuels aveugles et amblyopes, Retina France.

15L’objectif était de sensibiliser les professionnels qui interviennent dans le domaine du handicap visuel, les bibliothécaires qui ne connaissent pas toujours la portée de ce handicap et ne rencontrent pas toujours les professionnels et puis, bien sûr, le grand public, à commencer par les déficients visuels.

16C’est une manifestation qu’on peut qualifier d’itinérante : elle a démarré en mars et elle s’est achevée le 22 novembre.

17Le point de départ fut la semaine du 26 au 30 mars, à Périgueux, avec une exposition qui présentait de nombreux éditeurs (l.o. Four, Feryane, Les Doigts qui rêvent, L’Agrandi, etc.) ; des matériels adaptés, comme ceux qui ont été évoqués ce matin : les téléagrandisseurs, la mise en place d’une informatique assistée, des logiciels de reconnaissance vocale avec démonstrations. À cette occasion un partenariat avec France Télécom a permis de se connecter à l’Internet. Tout ceci était donc très vivant. L’ensemble avait un caractère très festif : la bibliothèque était envahie d’exposants, de public.

18Il y a eu un ensemble de conférences, d’abord de spécialistes du domaine médico-social et l’après-midi de bibliothécaires et d’éditeurs, dont un éditeur implanté en Dordogne – qu’il aurait été dommage de ne pas inviter : Le Livre qui parle.

19Ce qui était intéressant pour les bibliothécaires, c’était de mieux connaître l’offre et la diversité de ces éditeurs qui mènent un travail courageux et innovant.

20Une telle manifestation est très motivante pour les bibliothécaires, c’est une sorte de formation. J’ai constaté une très forte mobilisation de l’équipe qui s’est donnée à fond pendant longtemps pour préparer cette manifestation, puis pour la faire se dérouler au mieux et je crois que pour beaucoup cela a été une véritable révélation.

21Ce qui est important aussi c’est que la manifestation s’adressait à tous les publics, c’est-à-dire aux personnes âgées, les plus fortement touchées par le handicap, mais aussi aux personnes actives et, pour cela, nous avons beaucoup travaillé avec les opticiens et les ophtalmologistes de la ville, et les enfants, car, on le sait, ce handicap touche aussi la jeunesse et la petite enfance. Un certain nombre d’animations ont été développées, dont un spectacle presque drôlatique monté par l’association Accès culture, intitulé « Conférence du professeur Wilhem van Eyden sur les visionnaires du Périgord ». Il s’agissait d’une série de sketches essayant de placer le public dans la situation de personnes atteintes de déficience ou de déformation visuelle avec le côté très déstabilisant que cela peut entraîner, et ce spectacle a eu du succès.

22Nous avions également des jeux adaptés et des ateliers.

23Cela a entraîné chez nous aussi des réflexions sur la suite que l’on pouvait donner à tout cela. Un exemple : nous avons essayé de mettre au point un marquage adapté pour les documents. Autant pour les documents imprimés c’est relativement simple – encore que ce marquage ne tienne pas toujours lorsque l’on range les documents –, autant c’est beaucoup plus compliqué pour les documents sonores, surtout lorsqu’ils ont des parties multiples : nous avons tenté une expérience qui, pour l’instant, n’est pas totalement concluante avec une bénévole elle-même malvoyante et brailliste qui a mis au point un marquage inspiré du braille. Nous allons essayer de nous donner les moyens de réaliser cela de manière plus durable.

24Quelle suite donner à tout cela ? C’est vrai que nous sommes dans le cas de bibliothèques – que ce soit celle de Périgueux et a fortiori le cas des petites bibliothèques du département – aux moyens assez modestes.

25Pour donner un exemple, la bibliothèque de Périgueux a un budget d’acquisitions d’environ 600 000 F et ceci pour acheter tout type de documents. Dès lors que l’on doit acheter des documents adaptés à la malvoyance, qui sont forcément plus coûteux, en tirage plus limité, cela grève un budget de façon importante, donc il faut développer un effort de sensibilisation en direction des élus afin de pouvoir bénéficier de moyens supplémentaires.

26Il y a bien sûr des partenariats à développer, notamment avec la Fondation de France.

27Il y a aussi un effort d’adaptation des espaces. Si notre bibliothèque est bien accessible à toutes les formes de handicap moteur – il n’y a pas de problème d’emmarchement et les changements de niveau sont résolus par des ascenseurs –, en revanche, la signalétique est très loin de ce que l’on peut voir ici : rien n’est vraiment adapté pour guider des malvoyants : c’est donc une chose à prendre en compte et il faut développer un plan spécifique pour cela. Il faut mettre en place aussi non pas exactement des espaces comme on peut en trouver dans des bibliothèques comme Bordeaux ou comme celle-ci, mais des équipements comme des téléagrandisseurs : cela peut encore entrer dans des budgets de l’importance du nôtre. Un simple agencement des espaces peut aussi dégager des voies de circulation, parce qu’il peut y avoir un phénomène d’accumulation qui peut s’opposer à une bonne circulation.

28Ceci induit aussi une réflexion sur ce que deviendra la bibliothèque dans l’avenir. Pour le moment c’est encore une bibliothèque et non une médiathèque. Une possible irruption du multimédia sera certainement bénéfique dans ce domaine-là : il faut évidemment la préparer et ce sont des plans de beaucoup plus grande ampleur qu’il faut mettre au point.

29Nous sommes convenus, avec nos collègues de la bdp et de son réseau, de nous rencontrer à partir du mois de janvier pour tirer les enseignements de cette expérience qui s’est étagée sur neuf mois et envisager le type de coopération que nous pourrions développer entre la bdp d’une part et la bm de Périgueux d’autre part.

30C’est un argument de plus pour accroître la coopération entre deux réseaux qu’il devient de plus en plus paradoxal de séparer+. Là, c’est une raison de bon sens, dans la mesure où les moyens de part et d’autre sont limités : je rejoins tout à fait ce qui a été dit par Gilles Gudin de Vallerin ce matin quand il évoquait les liens possibles avec la bdp de l’Hérault. Il faut partager les moyens, s’unir pour essayer de venir en aide efficacement aux publics qui en ont besoin.

Notes

1 Manifestation élaborée en partenariat par la bibliothèque municipale de Périgueux, la bibliothèque départementale de la Dordogne et les opticiens Lachal de Périgueux, mars-avril 2001.

Auteur

Jean-Louis Glénisson est directeur de la bibliothèque municipale de Périgueux.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr