Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques et publics handicapés visuels

 | 
Élisabeth Bailly
, 
Philippe Saurel
, 
Marie-France Aron
, 
et al.

Des expériences

« Le livre dans tous les sens » : journées de sensibilisation du grand public aux problèmes de l’édition adaptée1

Sylvie Hamzaoui

Texte intégral

  • 1 Journées organisées par la Région Champagne-Ardenne, Reims, octobre 2001.

1Élisabeth Bailly : Pour reprendre le cours de notre journée d’études, nous allons écouter, relatée par Sylvie Hamzaoui de la bibliothèque municipale de Reims, l’expérience qui a eu lieu à Reims en octobre 2001 intitulée « Le livre dans tous les sens » et qui consistait en des journées de sensibilisation du grand public aux problèmes de l’édition adaptée.

2Sylvie Hamzaoui : Je suis un peu inquiète de prendre la parole cette après-midi car tout ce que j’ai entendu ce matin m’a passionnée, m’a semblé terriblement professionnel et je crains que nous ne paraissions pas aussi professionnels à côté de ce qui s’est fait...

3Il faut vous dire que nous n’avons pas d’expertise dans le domaine des handicaps, nous faisons des choses comme tout le monde, modestement, nous essayons de faire de notre mieux, mais seulement dans nos annexes, pas dans notre centrale car c’est un magnifique bâtiment Arts Déco, mais pas très adapté à ce genre d’action. Comme vous le savez peut-être nous sommes bmvr, nous avons un bâtiment en construction, mais ce bâtiment, qui sera aux normes, ne sera pas très grand car nous avons construit sur le site du parvis de la cathédrale : nous étions très limités en profondeur car il y a une nappe phréatique et en hauteur parce qu’on ne peut pas dépasser 15,50 m à cause des faisceaux de vue sur la cathédrale.

4Heureusement nous avons la chance d’avoir une bibliothèque universitaire qui, elle, a un service pour malvoyants. D’ailleurs sa responsable est dans la salle si vous voulez lui poser des questions sur ce service, vous le pourrez.

5Nous avons donc travaillé dans nos annexes qui sont particulièrement intéressées, notamment dans l’une d’entre elles qui travaille beaucoup avec l’irsem (Institut régional de rééducation sensorielle et motrice). Cette bibliothèque accueille depuis l’origine de sa création, les années quatre-vingt, des enfants de l’irsem dont une classe d’enfants déficients visuels. Elle accueille aussi les enfants d’une maternelle du centre-ville, la maternelle Maria Montessori, dont beaucoup souffrent de handicaps. Et c’est à l’instigation de la responsable de cette annexe, Véronique Jansen, que nous avons décidé de nous lancer dans l’opération du mois d’octobre « Le livre dans tous les sens ».

6Nous sommes partis avec un projet assez large car nous voulions absolument pouvoir couvrir tous les handicaps visuels ; puis nous nous sommes rendus compte que nous n’y arriverions pas, même en quatre jours, alors nous nous sommes retournés vers l’agence de coopération de Champagne-Ardenne qui s’appelle Interbibly, vers la drac. Nous en avons longuement discuté et nous avons décidé de faire chaque année des journées dans des bibliothèques sur des thèmes différents. C’est-à-dire que nous, nous avons choisi cette année de nous limiter au livre pour enfants. La bibliothèque qui parlera de handicap l’année prochaine sera la bm de Châlons-en-Champagne qui a choisi le handicap psychiatrique.

7Nous avons essayé de trouver un titre permanent pour cette manifestation. C’est pour cette raison que nous avons choisi « Le livre dans tous les sens » qui permettait de s’adapter à toutes les bibliothèques de Champagne-Ardenne souhaitant s’associer à ce type de journée.

8Nous avons donc décidé de parler surtout des ouvrages tactiles. Je dois dire que, bien que ayons passé trois jours à en parler, nous avons l’impression de n’avoir pas réussi à en faire le tour.

9Le public ciblé était les professionnels de la région, les personnels en formation abf - car ce sont surtout des gens dans de toutes petites bibliothèques et cela permettait de les sensibiliser aux problèmes du handicap -, les travailleurs sociaux, les enseignants, les parents d’enfants ayant des problèmes de vue et toutes les personnes intéressées. Ce type d’action est gratuit ; cela ne limite donc pas les participations.

10Comme partenaires nous nous sommes appuyés sur l’Agence de coopération régionale qui nous a aidés dans la recherche d’informations, d’intervenants, qui nous a aidés aussi financièrement et pour la publicité, ce qui est toujours un problème car on fait souvent beaucoup de choses, mais il est rare qu’on sache le faire savoir.

11Nous avions également contacté la bibliothèque universitaire, mais les projets que nous avions conçus avec elle n’ont pas réellement émergé parce que la bu a connu d’assez gros problèmes avec les fondations de son établissement et, à l’époque où nous avons organisé ces journées, elle était justement occupée à résoudre ces problèmes-là.

12Le programme a été bâti d’une part autour de trois éditeurs : Chardon bleu, Les Doigts qui rêvent et une petite maison d’édition bisontine qui s’appelle Urcéol ; d’auteurs : Olivier Poncer, Régine Gondeau ; d’intervenants qui avaient de l’importance en matière de bibliothèque comme Yasmina Crabières qui est ici parmi nous et dont nous avons beaucoup apprécié la venue. Nous avons aussi beaucoup travaillé avec une enseignante de l’irsem, Mme Ballavoisne, dont la collaboration avec la bibliothèque est très précieuse. Mme Ballavoisne a fait un mémoire capsais - un mémoire fait par les enseignants spécialisés dans le domaine du handicap - fort intéressant et très pratique. On peut le trouver sur l’Internet (Marylène Ballavoisne, Préparation à la lecture tactile de jeunes enfants aveugles présentant des troubles associés, 1998).

13Chardon bleu et Olivier Poncer ont été les premiers dans ce créneau et font de très beaux livres. Je me rappelle avoir été assez surprise d’en voir un dans une vitrine du musée Gutenberg à Mayence et j’en ai été assez fière, me disant que c’était bien que l’édition française soit mise en valeur.

14Les Doigts qui rêvent est une association qui a une démarche tout à fait différente, beaucoup moins commerciale ; elle a une réflexion très poussée sur le handicap visuel et la nécessité d’apporter aux enfants la connaissance de leur environnement.

15Quant à Urcéol, cela ne concerne pas exactement les enfants déficients visuels : c’est une jeune maison d’édition qui propose des livres en latex et il nous semblait intéressant de voir ce qu’ils faisaient et de le confronter ave c les recherches en ce domaine.

Le déroulement

16Le premier jour était plutôt une journée d’étude - c’était un lundi et, comme chacun sait, nos établissements étant fermés, cela nous permet de toucher des professionnels, les élèves de l’abf et d’avoir plus facilement des locaux disponibles. Ce jour-là nous avons surtout travaillé avec Olivier Poncer et Régine Gondeau qui est un auteur des Doigts qui rêvent. Nous avons d’ailleurs découvert, à cette occasion, que nous avions deux auteurs des Doigts qui rêvent dans la région puisque nous avions aussi quelqu’un de Troyes et nous nous proposons de les réinviter ensemble.

17Le mardi était plutôt réservé aux classes et le mercredi était tout public.

Qu’en avons-nous tiré ?

18D’abord, nous nous sommes rendus compte qu’il existait peu de productions pour les enfants et que, si la France n’était pas si mal lotie en la matière par rapport à d’autres pays, ce n’était quand même pas du tout satisfaisant. Nous avons vu que la production était complexe car, même avec des subventions, il est difficile de boucler un budget. Nous sommes restés un peu perplexes devant certains partis pris, par exemple au Chardon bleu dont on comprend bien les raisons pratiques et artistiques, mais pour lesquels nous nous demandons s’ils ne sont pas trop complexes pour des enfants malvoyants car cela demande une bonne compréhension de l’espace.

19Nous avons choisi de racheter en plus, en double ou en triple pour l’occasion, des livres tactiles que nous avions déjà dans nos collections, d’acheter des jeux et nous nous sommes rendus compte que cela marchait très bien. Cela nous a semblé très positif car nous avons rencontré plusieurs classes, ce qui nous a permis de sensibiliser des enfants qui ne sont pas handicapés au problème du handicap en leur montrant comment on pouvait faire du braille puisque nous avions un jeu pour faire du braille.

20Le mercredi, quelqu’un a montré aux enfants comment écrire leur nom en braille et cela a eu beaucoup de succès.

21Une classe du quartier Croix-Rouge va même réaliser un livre tactile avec une classe de l’irsem. L’irsem a déjà créé un livre tactile il y a quelques années. L’institutrice de l’irsem, qui trouve qu’elle n’a pas assez de livres pour les enfants, se dit que le meilleur moyen d’en avoir c’est de les réaliser ; elle va donc en refaire un autre. Les Doigts qui rêvent ont été intéressés et lui ont proposé leur collaboration.

22Ce qui est très positif c’est le grand intérêt qu’ont montré les enfants de Croix-Rouge - un quartier de 25 000 habitants. Les travailleurs sociaux nous ont dit qu’ils allaient travailler sur ce thème et, nous-mêmes, nous avons appris énormément de choses et nous sommes décidés à recommencer et à approfondir.

23Il y a eu aussi des ratages : nous n’avons pas pu faire ce que nous avions prévu au départ.

24Nous aurions voulu proposer des démonstrations, mais cela s’est révélé très compliqué à mettre en place et nous y avons renoncé, faute de place, faute de temps.

25Nous avons eu du mal à trouver des animations, par exemple des spectacles qui puissent s’adapter à la fois à des enfants mal-voyants et à des enfants voyants car nous voulions avoir les deux publics en même temps. En revanche, nous avons eu, grâce à Interbibly, une exposition de livre s -maquettes en trois dimensions, produite par l’Institut des Hauts Thébaudières, près de Nantes, et cela a eu un succès fou auprès du public : c’était beau, c’était simple, on pouvait manipuler ces livres-maquettes.

26Nous aurions souhaité recevoir certains intervenants, mais ils n’étaient pas disponibles, aussi nous sommes-nous dit que nous les réinviterions.

27Nous n’avons pas vraiment trouvé d’exposition qui nous convienne et qui soit destinée à un public d’enfants.

28Autre chose : nous avions décidé de nous caler sur la période de « Lire en fête », car cette période permet davantage de mobiliser la presse, mais nous avons trop de choses en perspective et peut-être devrons-nous décaler la période de notre opération. Ça se passera toujours en octobre, mais pas tout à fait aux mêmes dates.

29En matière de publicité ce n’est jamais parfait. Nous avions prévu des affichettes et des marque-pages qui ont fini par arriver, mais très tard.

30Interbibly a fait un gros travail de promotion. Nous avons été très bien relayés par les radios locales et fr3 Champagne-Ardenne, presque trop car fr3 est restée tellement longtemps que nous avons quasiment perdu une heure et demie d’intervention. Cela prouve que les journalistes étaient très sensibilisés par ce thème. En revanche, cela a été un peu plus difficile pour la presse écrite.

31J’espère que cela a changé notre image et l’image que nous avions de nous-mêmes.

32Nous voudrions continuer : nous avons un public demandeur, nous avons prévu des relais avec des centres sociaux. Beaucoup de nos bibliothécaires se sont passionnés et souhaitent continuer. C’est encore un peu tôt pour faire un bilan. Personnellement, mon souhait le plus cher est que ce projet continue, non seulement pour le handicap visuel, mais pour les autres formes de handicap. Il y un énorme problème avec les sourds dont le taux d’illettrés est extrêmement important. Si nous pouvions à la fois continuer sur Reims et initier un mouvement en Champagne-Ardenne, ce serait formidable.

33Pour terminer je voudrais reprendre une phrase trouvée dans le mémoire de Marylène Ballavoisne, une phrase d’Henri Gauvrit qui a écrit un texte intitulé L’éducation préscolaire des enfants aveugles dans des établissements, publié à la fisaf en 1987 : « La main qui ne sait pas toucher ne dialogue pas avec les objets, n’assume pas la médiation entre le monde extérieur et le cerveau. »

34C’est une idée intéressante, valable à la fois pour les enfants déficients visuels et pour tous les autres enfants.

35Élisabeth Bailly : Merci beaucoup pour la présentation de ces actions, dont je peux dire tout le bien que je pense, puisque j’ai assisté à la journée du lundi et c’était vraiment très intéressant, en particulier les interventions d’Olivier Poncer et de Régine Gondeau, dont on comprend mieux les partis pris artistiques, après les avoir écoutés.

36Je vais laisser Jean-Louis Glénisson s’exprimer sur l’expérience qui a été montée en Dordogne en mars-avril 2001.

Notes

1 Journées organisées par la Région Champagne-Ardenne, Reims, octobre 2001.

Auteur

Sylvie Hamzaoui est directrice-adjointe de la bibliothèque municipale de Reims.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr