Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques et publics handicapés visuels

 | 
Élisabeth Bailly
, 
Philippe Saurel
, 
Marie-France Aron
, 
et al.

L’accès au document numérisé

Un serveur de textes numérisés au service de l’édtion adaptée : le serveur HÉLÈNE

Catherine Desbuquois

Texte intégral

1Jean-Didier Wagneur a parlé de BrailleNet au titre de l’accessibilité et mon propos n’est pas du tout de vous parler d’accessibilité, mais du serveur hélène de l’association BrailleNet.

2Un mot sur l’association BrailleNet : elle a été constituée au sein d’un laboratoire inserm de l’université Pierre et Marie Curie à Paris ; elle rassemble une cinquantaine de partenaires qui sont essentiellement des associations spécialisées pour les personnes handicapées visuelles, des institutions, des écoles, des diffuseurs et des distributeurs de matériels adaptés et des institutionnels tels que la Bpi, par exemple.

3L’association BrailleNet dirige plusieurs projets.

4Sa première activité, c’est l’accessibilité des sites Web. Une équipe travaille également sur la création de jeux tactiles pour les enfants handicapés visuels, une autre sur un projet de cartable électronique, bref plusieurs projets se développent en même temps tournant toujours autour de l’accès par l’Internet et de la numérisation d’ouvrages. Parmis eux le serveur hélène, qui est un projet assez récent, a ouvert sa deuxième version il y a un mois. Je vais vous le présenter.

« Le serveur hélène au service de l’édition adaptée »

5Le projet en est très simple : la réalisation en est beaucoup plus compliquée. Il part du principe qu’il y a des ressources à la fois chez les éditeurs premiers et chez les transcripteurs - des ressources numérisées qu’il serait intéressant de mettre en commun dans un réservoir accessible à des partenaires ayant signé convention avec l’association.

6Du côté des éditeurs des ouvrages numérisés, je vais parler de numérisation d’ouvrages dans un sens différent de celui de Jean-Didier Wagneur ou de Cécile Jallet-Bourg. Il s’agit des fichiers sources puisque l’édition courante se fait par logiciels de pao, par informatique : il n’y a plus de manuscrit, il y a des tapuscrits en Word qui partent chez les éditeurs et sont traités. Donc il y a déjà une ressource quelque part qui pourrait être utilisée.

7Et à l’autre bout de la chaîne les transcripteurs eux-mêmes, qu’ils aient scanné des ouvrages ou qu’il les aient saisis à la main et ensuite encodés, ont également des fichiers, fichiers en clair et fichiers encodés, formatés pour l’impression braille.

8Pourquoi hélène ? Ce n’est pas une référence à Offenbach, mais simplement les initiales ln de Livre Numérique.

9Le projet hélène se présente comme une sorte d’interface entre les éditeurs premiers, détenteurs des ouvrages et les transcripteurs qui produisent, éditent des ouvrages en braille et/ou en gros caractères corps 24. On ne parlera pas ici du corps 16 qui n’est pas à proprement parler de l’édition adaptée, accessible aux malvoyants : c’est une édition de confort.

10Je vais vous faire une très courte démonstration : voici un ouvrage du domaine privé, sous droits d’auteur. On découvre très traditionnellement l’éditeur, l’isbn...

11Vous découvrez qu’il y a trois types de fichiers : deux fichiers sources qui sont des fichiers en clair de format Word et Texte et un fichier qui a été formaté pour l’impression braille par le Centre de rééducation pour déficients visuels de Clermont-Ferrand dans un logiciel qui s’appelle Abretec.

12Je ne peux pas accéder à un fichier source sans un mot de passe. Je ne peux pas télécharger directement le fichier source depuis le site Internet ; le fichier m’a été envoyé par mél : nous sommes en train de sécuriser le mél, d’étudier un programme de cryptage des méls de manière que seul le destinataire final puisse ouvrir le fichier avec une clef connue de lui seul.

13Si je reprends mon exemple, de nouveau on me demande mon nom d’utilisateur, j’ai demandé le fichier Abretec et là je peux l’enregistrer sur mon bureau et y travailler à la condition toutefois que le service de transcription que je représente ait un logiciel de type Abretec.

14Il y a des transcripteurs dans la salle auxquels vous pourrez poser des questions sur la transcription en braille et qui sont mieux qualifiés que moi. Il existe grosso modo en France environ cinq ou six logiciels de transcription braille reconnus. L’objectif du serveur hélène est d’avoir le maximum de fichiers de différents formats de transcription braille et de permettre aux transcripteurs qui ont du BrailleStar ou de l’Abretec ou du Brf de faire de la transcription en braille ou de l’adaptation en très gros caractères de corps 24.

Comment procède-t-on ?

15On peut aller voir les éditeurs et leur demander leur catalogue : c’est ce que j’ai fait benoîtement lorsque je suis arrivée à BrailleNet il y a quelques mois et cela n’a rien donné. Un éditeur n’est pas du tout décidé à céder son catalogue, donc on fait des demandes titre par titre. Quand on commence à signer un contrat avec un éditeur, quand on a commencé à l’intéresser - ce qui prend plusieurs mois - on peut espérer qu’ensuite ses avenants seront plus faciles à obtenir. Ce n’est pas toujours le cas car l’éditeur doit en référer à l’auteur et cela prend un certain temps.

16On peut procéder d’une autre manière : c’est être à l’écoute de nos partenaires et leur dire « quand vous avez besoins de titres, passez par nous pour les négocier : nous allons essayer de négocier pour vous et la demande d’autorisation de transcription et l’obtention du fichier source » et il y a ici au premier rang le Centre de transcription et d’édition en braille de Toulouse représenté par Monique Truquet et M. Benech qui m’ont envoyé des listes de titres à négocier et ils savent - et ils le savaient bien avant moi -que c’est très long. Mais nous ne désespérons pas d’obtenir peu à peu des résultats.

17La fourniture d’un fichier source pour un éditeur c’est quelque chose de très difficile à accepter : il a l’impression d’être dépossédé, il a la crainte d’être piraté et bien des éditeurs ne les ont pas. Si les titres sont antérieurs à cinq ou six ans, bien souvent ils ne le possèdent pas. Là-dessus se greffe un autre problème : certains imprimeurs détruisent le fichier qui leur a servi à faire l’impression ; ils le recommenceront lors d’une réimpression ultérieure de manière à ne pas nuire à tous les travailleurs de l’impression. Je l’ai découvert avec Gallimard et j’ai été très étonnée : ils n’avaient déjà plus sous forme numérisée un titre sorti en poche il y a un an.

18Le contrat que nous signons avec les éditeurs premiers porte sur l’obtention du fichier source que nous sommes amenés à payer quelquefois et sur la rémunération de l’auteur et de l’éditeur au prorata des transcriptions qui seront réalisées. Nous signons donc une convention avec les centres transcripteurs et d’impression qui réalisent des éditions en braille et en très gros caractères, convention aux termes de laquelle ils sont tenus de déclarer chaque année le nombre d’exemplaires transcrits, et non de titres car de notre côté nous avons un petit programme de statistiques qui nous permet de savoir qui a utilisé quel fichier.

19Ce que je dis là est encore théorique puisque le serveur est ouvert depuis peu et que nous n’avons pas encore eu l’occasion de mettre en jeu ce petit programme de statistiques.

Qu’y a-t-il sur le serveur HÉLÈNE ?

20Pour l’instant un peu plus de cinq cents fiches - les informaticiens parlent de fiches, nous, bibliothécaires, parlons plutôt de notices -, dans des formats très différents. En ce qui concerne les fichiers source, il peut s’agir de Word, de Txt, rtf, certains types de format pdf qui sont récupérables et de fichiers html qui sont très intéressants puisque le système de balises s’apparente au système de transcodage pour le braille.

21Du côté des éditeurs nous avons de très gros problèmes car les fichiers que nous récupérons sont des fichiers Xpress et c’est un format d’impression professionnel de mode image inutilisable pour une transcription en braille ; il nous faut obtenir de l’imprimeur qu’il le convertisse en mode texte ou il nous faut le convertir nous-mêmes. Nous n’avons pas les outils à BrailleNet pour faire ce traitement, mais nous travaillons avec certains de nos partenaires : je pense que cela va nous occuper dans les semaines à venir.

Qui a accès à ce serveur HÉLÈNE ?

22L’accès au catalogue est complètement libre : vous allez sur le site de BrailleNet, rubrique « Livre numérique ». Vous avez deux types de livres dans le serveur : tout ce qui relève du domaine public est accessible à tous. Dès que c’est du domaine privé sous droits on vous demande un login et un mot de passe.

23Nos partenaires, comme je l’ai dit en commençant, sont des centres de transcription et d’impression spécialisés qui passent une convention et qui attestent avoir les capacités de transcription et d’impression à usage exclusif des personnes handicapées visuelles. Et c’est là-dessus que repose notre contrat avec les éditeurs. Le serveur hélène n’est pas un serveur de textes accessibles en ligne. Le deviendra-t-il ?

24Je ne peux pas répondre à cette question puisque cela met en jeu le droit d’auteur. Ce n’est pas le propos d’aujourd’hui, mais peut-être aurons-nous l’occasion d’en parler un peu plus tard lors de questions éventuelles.

25Qu’est-ce qu’un centre transcripteur ? C’est un centre qui a les capacités de transcrire et de faire de la production en braille papier.

Que peut le serveur HÉLÈNE pour une bibliothèque publique ?

26Je vous renvoie la question. Est-ce que les bibliothèques publiques sont des centres transcripteurs ? Est-ce qu’elles le deviendront ? Je crois que c’est un des enjeux de cette journée que de se poser la question de savoir comment la bibliothèque publique acquiert des collections, de quels types de collection elle peut disposer et si c’est à la bibliothèque de pallier les manques de la production en produisant elle-même. Personnellement - je suis bibliothécaire - je ne le pense pas.

27Donc le contrat que nous signons avec les éditeurs est un contrat qu’il a fallu verrouiller, rendre très strict et quand j’ai commencé à rencontrer des éditeurs cet hiver, l’accès aux fichiers sources se faisait directement depuis le site Internet jusqu’à l’utilisateur. Je me suis rendu compte que pour les éditeurs c’était insupportable, intolérable et au cours des conversations que j’ai eues avec plusieurs éditeurs assez intéressés, mais très hostiles, je me suis aperçue qu’il y avait un nœud qu’il fallait absolument dénouer et nous avons résolu le problème - et je dis nous bien immodestement car je ne suis pas informaticienne, je n’ai fait que relayer les problèmes des éditeurs. Cette question a été résolue par la création d’un serveur intermédiaire ; vous avez vu que quand j’ai demandé le fichier source, il a été envoyé par mél : il y a un programme intermédiaire qui va s’intercaler entre le site Internet et l’utilisateur.

28Pour recadrer le serveur hélène, je dirai simplement qu’il bénéficie d’un soutien institutionnel très intéressant, large et sérieux puisqu’il a été mis au point au sein du laboratoire Inova de l’inserm à Paris avec le soutien de l’université Pierre et Marie Curie à Paris, par un informaticien qui travaille à l’inria de Grenoble (l’Institut national de recherches en informatique appliquée) ; il bénéficie du soutien du Centre de calcul et de recherche de Jussieu qui a sur place un serveur qui aide à gérer le système ; il est bordé par le ministère de la Culture qui soutient financièrement le serveur depuis le début et nous avons un partenaire très important pour nous puisqu’il fait la même chose que nous dans un autre domaine : je veux parler de l’Institut national des jeunes aveugles. À l’inja où, comme vous le savez, on transcrit des livres scolaires, il y a déjà une longue tradition de négociations de titres et de droits avec les éditeurs dans le domaine scolaire et un peu parascolaire. J’ai une homologue à l’inja, Mme Tison, qui fait auprès des éditeurs la même démarche que la nôtre pour le scolaire. Nous nous sommes répartis les tâches. Nous avons une convention du même type. L’inja est un partenaire de BrailleNet depuis l’origine de l’association et c’est un partenaire qui joue le jeu puisqu’il a versé dans le serveur hélène ses propres fichiers (fichiers sources obtenus des éditeurs et fichiers en BrailleStar qui est le logiciel de transcription utilisé par l’inja, en Braille Star intégral ou abrégé, formatés et prêts à l’impression). C’est très intéressant puisque le logiciel Braille Star est, je crois, l’un des logiciels les plus utilisés.

29Une des difficultés que nous rencontrons à propos de ces logiciels c’est justement qu’il y en a plusieurs, à la différence par exemple des États-Unis où il y a un logiciel qui s’impose, Duxbury, ce qui a permis à la Bibliothèque du Congrès pour les aveugles et handicapés de mettre en ligne par le Webbraille des livres formatés en braille. Les aveugles qui sont éligibles au programme de la Bibliothèque du Congrès peuvent accéder en ligne à des titres en braille avec un mot de passe et un accès. Nous n’en sommes pas là en France ; des éditeurs ne seraient pas hostiles à ce qu’on ouvre des fichiers déjà encodés, mais il nous faut tous types de formats puisqu’il y a plusieurs types de logiciels.

30Je vous remercie et j’attends vos questions.

31Élisabeth Bailly : Merci à nos trois intervenants pour la précision et la richesse de leurs interventions. Nous attendons donc vos questions.

32Mme Lombard, Marseille : J’ai plusieurs questions. D’abord je vou-drais m’a dresser au responsable de la BnF : vous parlez de quatre heures de documents sonores sur Gallica ; quatre heures, cela ne paraît pas beaucoup.

33Jean-Didier Wagneur : C’est pour des questions juridiques. Les quatre heures que nous diffusons proviennent des Archives de la parole de Ferdinand Brunot, inaugurées en 1911. C’est un lieu d’enregistrement et de conservation pour les générations futures, des manifestations orales de la langue parlée. Avec les programmes comme Voyages en France, Voyages en Afrique et Anthologie, il y a de nouvelles mises en lignes de ressources sonores. Sur les Archives de la parole, je vous renvoie à Gallica La Voix (http://gallica.bnf.fr/​ArchivesParole/​)

34Mme Lombard : Et quand vous parlez de documents en mode image, ce sont des documents qui sont totalement inaccessibles ?

35Jean-Didier Wagneur : Ils sont inaccessibles en l’état pour les handicapés visuels car ce sont des fac-similés. Pour l’ordinateur, c’est une image faite de points noirs et blancs.

36Mme Lombard : Ce qui implique qu’en fait, les déficients visuels qui veulent accéder à Gallica n’ont finalement que très peu de ressources sur l’ensemble du serveur ?

37Jean-Didier Wagneur : Ils disposent de 1 250 documents en mode texte. Pour le mode image, ils ne peuvent accéder à ce type de documents pour l’instant. Il faudrait qu’ils lancent auparavant un OCR (logiciel de reconnaissance optique de caractères). On a procédé à des expériences. Cela peut donner des résultats intéressants quand le document est numérisé directement avec une très bonne définition. Mais sur la masse globale de Gallica où des documents ont été numérisés à partir de microformes, cela reste très insuffisant. Outre la non reconnaissance de segments du document, on assiste aussi à des substitutions de caractères, moins immédiatement visible. N’oublions pas qu’un document reconnu à 90 %, c’est dix caractères erronés sur cent ; cela reste énorme pour la compréhension. Aussi, pour la saisie des tables des matirèes de Gallica en mode texte, nos prestataires optent souvent pour la double saisie. Les tables sont saisies par deux opérateurs en parallèle. Un ordinateur compare les deux versions. Il y a alors peu de risques que les opérateurs commettent la même faute sur la même phrase. C’est une garantie supplémentaire de fidélité.

38Public : Quelle est la différence entre la bibliothèque virtuelle dont dispose BrailleNet et le serveur hélène ?

39Catherine Desbuquois : La bibliothèque virtuelle est un ensemble de liens vers des sites tels Gallica, francophones, anglophones, etc., qui proposent des ouvrages numérisés en ligne alors que le serveur hélène est une sorte de bibliothèque virtuelle, mais non accessible au public. C’est plutôt un réservoir d’ouvrages pour les professionnels, les transcripteurs, les producteurs.

40Nicole Saint-Denis : Votre exposé nous a mis du baume au cœur parce que vous nous avez entendus, nous les bibliothécaires, pendant des années dire « oui, nous sommes des pirates, nous le savons et nous n’en sommes pas fiers, mais nous n’avons pas le choix ». Il y un malaise autour de ces questions : ce n’est pas aux bibliothécaires de pirater les auteurs ni les éditeurs. Il y avait et il y a toujours des contradictions majeures qui nous mettent mal à l’aise. Et là j’ai l’impression qu’il y a enfin une ouverture intéressante parce qu’il me semble que travailler avec les transcripteurs est une situation saine pour les bibliothécaires. Nous ne sommes pas des transcripteurs et nous sommes souvent appelés à faire ce travail qui n’est pas de notre compétence et qui représente aussi une masse horaire importante. À Bordeaux nous avons trois etp ; 50 % de ces etp passent à la transcription : ce n’est pas normal. La voie que vous êtes en train de choisir me semble une bonne voie. On a vu que ça soulève beaucoup de difficultés, mais si vous pouviez les maîtriser ce serait une très bonne chose.

41Public : J’avais juste une précision à vous demander : depuis quand fonctionne hélène ?

42Catherine Desbuquois : Je n’étais pas en France quand le projet a vu le jour, au printemps 2000. On a remanié le serveur, les accès, les formulaires de dépôt : nous avons revu ce programme intermédiaire qui permet de sécuriser l’envoi des fichiers et un jeune informaticien a travaillé beaucoup à ce programme de statistiques qui va nous permettre de comptabiliser l’utilisation des fichiers.

43Comme vous le voyez, c’est très récent et lorsque je vais voir les éditeurs, c’est quelque chose qu’ils ne connaissent pas du tout. Souvent ils ont déjà des contacts avec le monde de la transcription braille, avec des associations qu’ils connaissent bien et ils ont un peu « leurs œuvre s ». Et nous, nous venons nous surajouter et quelquefois nous ne sommes pas perçus comme nous le souhaiterions. Nous essayons de dire que, petit à petit, on pourrait faire émerger un véritable service pivot : l’éditeur n’a pas à connaître le transcripteur qui est derrière nous, ce qui permet d’ouvrir à tous les transcripteurs le titre qui a été négocié ; c’est l’idée de partager les ressources numériques et faire que tout le monde puisse y accéder. Je m’explique : une grande association qui va négocier l’autorisation de transcrire en braille va peut-être négocier pour deux ou trois exemplaires et l’association qui arrivera ensuite pour négocier le même titre se verra refuser l’autorisation. Pour les éditeurs c’est du travail de secrétariat, de comptabilité, de contacts avec les auteurs qui ne leur rapporte rien car la rémunération en usage est de 7 % par titre transcrit - je me tourne vers le cteb...

44cteb : 3, 5, 7 % quelquefois un forfait de 200 F pour le titre.

45Catherine Desbuquois : C’est très peu. Pour certains ça leur rapporte le droit de mettre le logo BrailleNet dans leur catalogue. Un éditeur était très content de nous céder des fichiers gratuitement et d’obtenir le logo BrailleNet dans son catalogue. C’était très sympathique.

46Gilles Rochon : Je voulais apporter un complément d’information à propos de BrailleNet, faisant partie de l’association. Nous sommes experts dans les mises en accessibilité de sites. BrailleNet est un mouvement qui existe depuis plusieurs années et qui fédère, grâce à Dominique Burger, ingénieur de recherche inserm spécialisé dans les aides techniques, l’ensemble des associations - une grande performance - et qui met d’autre part en accessibilité des sites Internet et décerne des étoiles. Ce rôle d’observatoire est reconnu par le gouvernement. Obtenir trois ou quatre étoiles est une performance : il n’y a qu’un ou deux sites qui sont dans ce cas-là actuellement. BrailleNet, comme l’inria, sont des organismes de recherche. Mais j’indique aussi que souvent les responsables de ces mises au point sont des parents d’enfants aveugles, je pense à Bruno Marmol, de l’inria, je pense à Dominique Archambault du Havre et tout cela part d’un bel esprit dénué de toute contingence matérielle. Cette forme de « piratage » est tout à fait légitime et soutenue par toutes les grandes associations pour l’accès à la culture de tous.

47Monique Truquet, cteb : J’utilise le serveur hélène : j’ai récupéré des fichiers très vite, j’ai été sidérée de la vitesse avec laquelle nous recevons les fichiers. Nous envoyons des fichiers pour lesquels Catherine a obtenu des droits, donc nous les saisissons par scanner et nous les mettons sur le serveur hélène. C’est un service qui marche très bien.

48Marie-José Poitevin, bibliothèque municipale de Caen : Je suis très intéressée par tout ce qui se dit, mais on n’entend pas beaucoup parler de sonore, notamment de sonore numérique puisque nous sommes dans les nouvelles technologies. Je suis contente que des négociations grâce au serveur hélène puissent avoir lieu pour des transcriptions braille, je ne nie pas l’importance du braille. Mais la réalité d’une bibliothèque municipale, c’est une population vieillissante ; nous avons environ dans notre bibliothèque quatre cents lecteurs âgés qui sont des emprunteurs réguliers de cassettes sonores puisque nous avons une bibliothèque sonore de base avec des cassettes audio depuis 1960 qui satisfait pour l’instant notre public. Nous avons aussi une proposition de lecture par poste informatique, mais peu utilisée à vrai dire. Je pense qu’il faudrait trouver aussi un moyen de proposer des textes sonores qui soient négociés et qui soient mis sur des supports plus modernes, numériques. Je sais qu’existe pour l’instant le système daisy dont je ne vois pas beaucoup de débouchés en France, depuis cinq ans qu’on en entend parler dans les congrès, surtout ceux de l’ifla.

49Catherine Desbuquois : En France, on est en train de prendre un très gros retard par rapport au système audionumérique car, tant en Europe du Nord qu’en Amérique du Nord, les bibliothèques pour aveugles s’intéressent depuis longtemps au système daisy et ont commencé soit de numériser rétroactivement leur production sonore, soit d’enregistrer directement un texte avec indexation hypertexte comme l’ont fait les Canadiens récemment.

50On a dit que les bibliothèques n’étaient pas des producteurs, ni de braille, ni de sonore : ce n’est donc pas une bibliothèque qui peut investir dans un studio avec tout l’équipement et le personnel pour numériser le sonore. Ce ne peut être qu’une structure associative et l’Association Valentin Haüy est présente dans le consortium daisy. J’ai cru comprendre qu’elle était un petit peu à la marge et qu’elle ne s’investissait pas beaucoup et j’en suis vraiment très soucieuse et je ne sais pas ce que le ministère de la Culture pourrait faire dans ce domaine.

51Pour ceux qui ne connaissent pas, j’explique très brièvement et de manière maladroite, car je ne suis pas informaticienne : l’enregistrement audionumérique est l’enregistrement d’une voix humaine, mais dans un format numérisé : le gros avantage c’est qu’il permet en cours d’enregistrement et dans un format adapté de déposer des balises dans le texte, de l’indexer d’entrer la numérotation des pages, la table des matières, les numéros des chapitres, des notes, un index. Au final, on restitue un livre sonore qu’on peut feuilleter comme on feuillette un livre papier avec un appareil de lecture dédié. En ce qui concerne la littérature documentaire, vous voyez l’avantage énorme qu’on pourrait retirer d’un tel support puisqu’il permet avec des touches fonctions directionnelles très simples d’aller de chapitre en chapitre, d’insérer ses signets, de prendre des notes, etc. Le format daisy a été développé par un consortium de bibliothèques et est maintenant un standard international.

52Yves Combescure : Je représente l’Association des donneurs de voix (adv) et je suis président de l’antenne de Montpellier - vous pouvez trouver un article à ce sujet dans Montpellier votre ville et j’en profite pour remercier la municipalité d’avoir fait passer cet article.

53Nous nous préoccupons, à l’Association des donneurs de voix - qui est reconnue d’utilité publique et qui représente cent vingt bibliothèques sonores dans les principales villes de France -, d’enregistrement numérique. Je peux vous dire qu’il y a une vingtaine de bibliothèques qui ont commencé l’enregistrement numérique et en ce qui concerne Montpellier j’ai bien l’intention, dès le début de l’année prochaine, de faire un premier exercice dans ce domaine. Je suis bien conscient que c’est l’avenir, nous ne sommes pas concurrents avec la bibliothèque municipale, nous sommes complémentaires, nous avons de très bonnes relations, ils nous prêtent des ouvrages. Je pense que l’avenir de nos bibliothèques est encore grand et qu’on ne remplacera pas de sitôt l’enregistrement par une personne compétente qui sache lire, qui donne un ton autre que ne peut le faire une synthèse vocale. Nous avons ici à Montpellier trois cents malvoyants qui nous écoutent - j’en profite pour dire que c’est totalement gratuit - et notre objectif c’est que tous les malvoyants de l’Hérault nous connaissent.

54Catherine Desbuquois : C’est moi qui vous remercie. J’ignorais tout à fait que vous aviez commencé à l’adv les enregistrements numériques et je serais très intéressée de savoir comment vous avez procédé.

55Thierre Grognet : Je voudrais dire simplement que le ministère de la Culture n’a pas vocation à être opérateur direct dans ce domaine comme dans d’autres. En revanche, il peut favoriser la création d’un consortium de bibliothèques publiques. D’autre part, il est clair que le jour où une structure quelle qu’elle soit - et si j’évoquais un gip tout à l’heure ce n’était pas par hasard - se lançait dans ce type d’opération, il reviendrait au ministère de participer pleinement, ne serait-ce que d’un point de vue financier, à de telles initiatives.

56Mme Lombard : C’est une question un peu personnelle, mais je la pose quand même. J’entends depuis ce matin des choses très intéressantes. Je suis venue en tant que particulier car je m’intéresse à tous ces problèmes d’accès à l’information d’une manière générale et je me demandais comment un particulier peut contribuer à ce grand mouvement d’accessibilité, notamment au terme de formations. Je recherche des formations et je n’en trouve pas.

57Catherine Desbuquois : Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris votre question. Vous voulez contribuer au développement de l’accessibilité à l’information ? Puis-je vous demander dans quel domaine vous travaillez ?

58Mme Lombard : Justement je cherche un travail.

59Catherine Desbuquois : Vos interlocuteurs sont les associations et les centres spécialisés. Au-delà, ce peut être une bibliothèque si elle recrute, une école si elle recrute. Je suis désolée de ne pas avoir d’autre réponse plus précise.

60Stéphanie Giacchi, médiathèque de la Cité des Sciences (Paris), salle Louis Braille : J’ai une question pour Mme Aron. On sait que les bibliothèques ne sont pas des centres de transcription, on essaye de mettre en place des nouvelles technologies qui vont donner accès à toute cette documentation. Mais aujourd’hui la demande du public - et cela va dans le sens de l’intervention de Mme Lombard - c’est l’initiation et la formation à ces nouvelles technologies. Avez-vous pensé le rôle de la bibliothèque par rapport à ces besoins ? À la salle Louis Braille on nous demande de plus en plus d’aider, d’expliquer comment fonctionnent ces nouvelles technologies, comment on peut accéder à l’Internet. Cette salle était en train de devenir un centre de transcription. On a arrêté en se disant que ce n’était pas notre travail. On fait appel à des partenaires comme BrailleNet pour former les gens. Est-ce que le rôle d’une bibliothèque est de former aux nouvelles technologies ?

61Mme Aron : On pourrait généraliser votre remarque, au-delà des publics non-voyants et malvoyants. Le bibliothécaire est avant tout un médiateur, vous avez raison.

62Stéphanie Giacchi : J’ai vu que vous aviez installé une salle « Initiation aux nouvelles technologies » pour le public. Nous, nous avons une cyber-base. L’initiation aux technologies de l’information fera-t-elle partie de notre avenir ?

63Gilles Gudin de Vallerin : Actuellement nous avons une salle de formation que vous avez vue. On a commencé au début de l’année les formations du public à l’Internet, aux cédéroms et bien sûr ce service sera étendu au secteur des déficients visuels. C’est bien dans les missions de la bibliothèque de le faire, pour tous les publics et à tous les niveaux. Du moins c’est comme cela qu’on le conçoit ici.

64Yasmina Crabières, responsable de l’espace de lecture pour déficients visuels, bibliothèque de Chambéry : D’abord on dit souvent que quand on fait des choses pour les personnes handicapées on se rend compte que les personnes valides peuvent en profiter. Nous avons eu des questions existentielles comme celles-là : devons-nous former les aveugles, est-ce notre rôle ? Et puis nous l’avons fait car notre équipement analogue au vôtre - mais tout petit : nous avons 5 m2 - était le seul en Savoie. Aujourd’hui notre espace a été déménagé ; il est au milieu d’un atelier multimédia où nous proposons à nos lecteurs voyants des cédéroms d’autoformation. Le public voyant fait ainsi ce que nous faisons depuis des années avec nos publics déficients visuels.

65Une deuxième chose soulignée par Mme Lombard : il existe des écoles, mais Mme Lombard n’est plus en âge scolaire ; il existe des organismes de formation qui s’adressent à un certain type de public, mais pas à tous les publics : par exemple la fidev à Lyon. À Chambéry, nous faisons de la formation en accord avec la fidev car nous formons des gens qui n’ont pas leur place à la fidev pour des questions de statut.

66Et puis il y a des gens qui viennent et qui nous disent : « j’ai envie de m’acheter un équipement informatique, mais c’est très cher, je ne sais pas comment cela marche et je ne sais même pas si cela me plait ». J’estime que les bibliothèques sont des passeurs. En initiant à ce genre d’outils vous êtes des passeurs car vous rendez le lecteur autonome, exactement comme lorsque vous apprenez à un lecteur voyant à se servir du catalogue et à faire sa recherche.

67Évidemment nous ne sommes pas bibliothèque universitaire : nous ne sommes pas dans l’urgence.

68Élisabeth Bailly : Merci, Yasmina, pour cette conclusion sur le rôle des bibliothèques.

69Gilles Gudin de Vallerin : Nous sommes tout à fait d’accord sur ce rôle de passeurs. C’est le personnel du Forum de l’actualité qui gère cette salle et qui a donc en charge ces formations en relation avec l’équipe Homère pour la partie la plus spécialisée.

70Élisabeth Bailly : On va prendre une dernière question de Régine Michel.

71Régine Michel, éditions Benjamins Media : J’essaierai d’aller vite. Nous sommes tous convaincus du besoin d’édition adaptée et j’ai été très heureuse d’entendre Mme Poitevin reparler du système daisy car j’avais assisté à une présentation de ce matériel et on voyait qu’on pouvait adapter les documents pour les personnes aveugles avec un grand confort de navigation et les supports se stockent et se diffusent facilement. J’ai entendu que M. Grognet était intéressé par ce standard daisy et je voulais lui demander, dans la mesure où une structure se doterait des compétences nécessaires à la production en France selon ce standard, si le ministère de la Culture serait prêt à investir largement au profit d’une telle production car les compétences à mettre en œuvre ne me semblent pas hors de portée.

72Thierry Grognet : C’était une perche que je tendais tout à l’heure en disant que nous étions prêts à étudier un tel système, non seulement pour des questions budgétaires, mais aussi parce que sur le principe il faudrait bien faire attention à qui serait maître d’ouvrage, qui serait maître d’œuvre... À qui cela servirait-il, quelles en seraient les applications pratiques ? Sur le principe c’est un dossier qui mériterait d’être étudié, mais c’est tout ce que je peux dire à ce stade. La première fois que j’ai entendu parler de daisy, c’est très récemment lorsque Catherine est rentrée d’un congrès à Genève et j’ai trouvé que c’était une piste de travail qui était pour le moins aussi intéressante que les projets de BrailleNet, soutenu par le ministère depuis l’origine. Donc étudions cela ensemble…

Auteur

Catherine Desbuquois est chargée de mission auprès de l’association BrailleNet.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr