Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèques et publics handicapés visuels

 | 
Élisabeth Bailly
, 
Philippe Saurel
, 
Marie-France Aron
, 
et al.

L’accès au document numérisé

Gallica : la bibliothèque électronique de la BnF : quel accès pour les personnes handicapées visuelles ?

Jean-Didier Wagneur

Texte intégral

1Nous allons commencer par un historique de Gallica (http://gallica.bnf.fr), puis nous en viendrons aux procédures mises en œuvre pour rendre le site plus accessible aux handicapés visuels, travail que nous menons en étroite collaboration avec Annick Ghersin, en charge à la BnF du service aux publics handicapés.

2La constitution de la bibliothèque numérique s’est déroulée en deux temps. Le premier s’étend de 1992 à 1999. Au cours de cette période, 100 000 volumes imprimés ont été numérisés en mode image, soit trente millions de pages. Parallèlement, un fonds de 300 000 images fixes a été constitué.

3À l’origine, la diffusion de la bibliothèque numérique devait s’effectuer à travers un système client-serveur permettant aux bibliothèques de se connecter. Lorsque, dans les années 1993-1994, le Web s’impose de façon décisive, il devient évident que l’avenir de la bibliothèque numérique passe par Internet. Ce sera effectif en 1997 avec le lancement de Gallica. Par ailleurs, la bibliothèque numérique contenant des documents couverts par les droits, une convention-cadre avec le SNE et des conventions particulières avec chaque éditeur ont autorisé la consultation d’ouvrages sur les sites de la BnF.

4Ainsi dispose-t-on de deux modes d’accès pour la bibliothèque numérique. L’un en Intranet (Renet), le second sur l’Internet : Gallica, dont la seule limitation est juridique. Dans le respect de la propriété intellectuelle, les ressources documentaires diffusées sur le Web relèvent strictement du domaine public ou, de façon très marginale encore, de conventions extraordinaires passées avec des ayant droits. Ce site est gratuit et ses ressources sont téléchargeables par l’utilisateur.

5Le second programme repose sur des plans triennaux successifs. Chaque plan voit la mise en ligne de 20 000 volumes et de 80 000 images selon deux directions. L’une de complétude scientifique pour le noyau de la bibliothèque patrimoniale et encyclopédique des imprimés, l’autre de création de dossiers thématiques multimédia (Voyages en France, Sociétés savantes, etc.) et de numérisation de collections conservées par la BnF ou - et alors en collaboration -de fonds qu’elle partage avec d’autres institutions.

6Le projet était de créer une bibliothèque patrimoniale et encyclopédique prenant en compte des documents rares ou difficiles d’accès. La politique documentaire s’appuie sur des corpus d’auteurs, des collections de périodiques, des séries éditoriales, des corpus thématiques et des outils encyclopédiques et linguistiques. Une répartition disciplinaire voit les pôles d’excellence de la Bibliothèque nationale de France, l’histoire et la littérature, y être fortement représentés. Les importantes ressources de la BnF en microformes, des collaborations avec des bibliothèques (notamment en histoire des sciences) ont permis pour les autres disciplines de constituer une base de collection solide, offrant un taux de recouvrement acceptable dans le cadre du programme initial. Le seuil d’une représentation disciplinaire idéale pour une bibliothèque numérique gravite autour de 500 000 volumes.

7Nous avions le devoir patrimonial de restituer l’image du document tel qu’il a été déposé et le choix du mode image (fac-similé électronique) s’est imposé. Cette option a été à l’origine de nombreuses questions autour de l’alternative que le mode texte présentait. Le mode texte est souvent perçu de façon « littéraire » et n’est pas sans conduire à l’utopie d’une bibliothèque devenue totalement transparente au lecteur. Reste que les documents numérisés par la Bibliothèque nationale de France, par la nature encyclopédique du projet, relevaient de nombreuses disciplines (de la littérature aux sciences, de la géographie à l’ethnologie par exemple). On voit qu’à terme, la saisie en mode texte aurait débouché sur la nécessité de produire des documents mixtes (texte et image) afin de préserver l’intégrité de tous les documents de nature graphique (illustrations, cartes, reproductions, graphes et expériences scientifiques) figurant dans les ouvrages numérisés. De plus, ce corpus est proposé dans des éditions qui, des incunables aux grandes séries du xixe siècle, offrent une large variété non seulement de typographie, mais aussi de structuration des contenus. Bien que francophone, car c’est aussi une bibliothèque patrimoniale, l’encyclopédisme oblige enfin à la présence dans le fonds de textes étrangers offerts dans leur version originale (latine, anglaise, allemande, etc.) et souvent dans des états de la langue différents.

8L’option mode texte, outre les raisons évidentes de coût, aurait débouché sur la nécessité de faire saisir les œuvres de plusieurs centaines, voire milliers, d’auteurs. Pour être valide, cette opération aurait réclamé un accompagnement scientifique considérable dépassant de très loin celui qui a été mis en œuvre pour la sélection des documents à numériser en mode image.

9Reste que ce débat n’a pas été inutile car il a contribué à poser la question de la spécificité d’une bibliothèque qui numérise et diffuse ses textes sur le réseau face à l’édition commerciale. Dès les années 1990 des éditeurs proposaient les œuvres complètes de Voltaire, les corpus des classiques grecs et latins, la patristique... Ce mouvement éditorial s’est amplifié au fil des ans et a fixé le périmètre de chaque tâche. Les bibliothèques numériques, par leur vocation encyclopédique, trouvent dans le mode image le format propre à assurer une forme de rétroconversion numérique de l’imprimé. Celui de l’édition commerciale ayant pour finalité de construire des corpus à forte valeur ajoutée scientifique ne peut que passer par le mode texte.

10Cela ne signifie pas pour autant que les bibliothèques s’interdisent de faire du mode texte. Elles en font mais dans des cadres définis par leur politique documentaire. Ainsi, dans le cadre du programme initial, 10 % du fonds avaient-ils été réservés au mode texte. L’Institut national de la langue française a offert sa base de données frantext forte de plus de 3 200 textes. Cette base lexicographique a servi à la réalisation du projet du Trésor de la langue française : dictionnaire des xixe et xxe siècle. Ces documents étant en grande partie couverts par le droit d’auteur, ce n’est qu’un millier de textes qui est aujourd’hui disponible sur Gallica. Par la suite, cet ensemble a été complété par les œuvres complètes de Balzac et celles de Chateaubriand proposées par l’éditeur Acamédia, puis par cent « Classiques Garnier » proposés par Bibliopolis.

11Le mode texte réalisé par la BnF consiste dans la saisie des tables des matières des ouvrages numérisés en mode image. Cette décision avait pour but de faciliter la navigation du lecteur dans un ensemble documentaire de plusieurs millions de pages. Une étude sur les extraits enrichis des imprimés a permis d’instruire les procédures à suivre : saisie en mode texte des index et des tables des matières des monographies et périodiques. Valeur ajoutée au catalogue traditionnel, les tables des matières en mode texte ont permis aux lecteurs, dès la création de Gallica, de déterminer de manière plus fine les segments documentaires souhaités et de diminuer notablement la taille des fichiers téléchargés.

12Depuis cette première étape, et toujours dans l’esprit d’une bibliothèque numérique, nous avons développé d’autres programmes en mode texte en accord avec notre approche documentaire. Les dictionnaires constituent ave c les périodiques deux priorités importantes de la complétude. Il est très vite apparu nécessaire de s’orienter vers la saisie de dictionnaires très sollicités par les chercheurs, mais échappant au secteur de l’édition pour des raisons économiques. Sont en cours de saisie le Dictionnaire universel des contemporains de Gustave Vapereau et le Dictionnaire historique de Moreri. Ces dictionnaires, l’un du xviiie siècle et l’autre de la seconde moitié du xixe siècle, font partie des outils spécifiques des salles d’orientation bibliographique des bibliothèques. Ils sont balisés en xml pour une navigation optimum.

13Parallèlement à ce programme, et là en partenariat avec l’éditeur Albin Michel et avec le Centre de Synthèse, nous achevons la saisie de la Revue de synthèse qui fête ses cent ans d’existence. Le lecteur pourra y accéder prochainement sur Gallica pour la partie relevant du domaine public et en Intranet pour l’ensemble de la revue.

14Il existe huit postes handicap visuel sur le site de la BnF : sept sur le site Mitterrand, un sur le site Richelieu. Le lecteur y accède aux ressources textuelles de la bibliothèque numérique et peut faire scanner un ouvrage à la demande. Les fonctionnalités de ces postes permettent la restitution en braille au clavier braille éphémère ainsi que l’impression braille papier et la lecture par synthèse vocale.

15Sur Gallica, le lecteur handicapé visuel peut consulter 1 250 volumes en mode texte et quelques dizaines d’heures de ressources sonores. Nous avons travaillé avec BrailleNet pour améliorer le site. Après connexion par Braillesurf sur Gallica, nous nous sommes rendus compte des modifications à apporter. Un plan du site a été créé. Les icônes et images ont été commentées et une page offrant la liste exhaustive des ressources en mode texte a été créée. Depuis les recommandations de BrailleNet font partie de la démarche des informaticiens, qui veillent à offrir une syntaxe html normalisée, à légender systématiquement les illustrations et à éviter toutes les fonctionnalités exotiques qui pourraient rendre la consultation des pages de Gallica difficile aux handicapés visuels. Notons que toutes les améliorations apportées au site ont été un gain pour l’internaute. Gallica y a trouvé une plus grande simplicité et une meilleure navigation.

16Voyons rapidement comment fonctionne Gallica. De la page catalogue, le lecteur peut lancer une recherche par un mot du titre, par auteur ou par sujet, ou bien une recherche libre en texte intégral dans les documents en mode texte. On peut restreindre chaque recherche au type de document souhaité : ouvrages en mode texte, tables des matières des monographies et/ou des périodiques, les lots d’images et/ou les documents sonores.

17Le second accès offert par la partie « Découverte » ouvre sur des pages de présentation du site. Le lecteur a à sa disposition des pages thématiques, il choisit un thème et peut naviguer en suivant les liens vers les ressources de la bibliothèque numérique. L’un des problèmes d’accessibilité pour les handicapés visuels reste encore l’hétérogénéité de ces liens renvoyant aussi bien à du mode image, du mode texte, des images fixes ou des ressources sonores.

18Les programmes à venir : pour la complétude, deux programmes spéciaux - l’un sur les dictionnaires, l’autre sur les périodiques - sont en cours de réalisation avec, en prévision, la numérisation d’une sélection de quotidiens du xixe siècle. De nouveaux dossiers thématiques vont voir le jour. Après Voyages en France, Voyages en Afrique, ce sera Voyages en Italie (2004). Dès le Salon du livre 2003, le dossier Anthologie va présenter une sélection de documents conservés à la Bibliothèque nationale de France, exceptionnels par leur rareté ou leur valeur scientifique.

19Élisabeth Bailly : Merci, Jean-Didier Wagneur. Nous avons donc un petit peu entendu parler de BrailleNet à travers votre intervention ; je vais proposer à Catherine Desbuquois de nous présenter le projet hélène de façon plus approfondie.

Auteur

Jean-Didier Wagneur est responsable de la coordination scientifique de la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr