Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langues régionales : langues de France, langues d'Europe

 | 
Jérôme Bouvier
, 
Pierre Encrevé
, 
Jacques Fusina
, 
et al.

I. La spécificité française : histoire et politique linguistique

Texte intégral

Peut-on définir la notion de langue régionale ?

Anthony Lodge

1Il n’est pas possible de définir de manière rigoureuse la notion de « langue régionale ». On peut se demander, par exemple, si la langue occitane comporte une langue ou plusieurs – le gascon est si différencié des autres dialectes occitans que certains lui revendiquent le statut de langue à part entière. On a soutenu récemment des revendications analogues pour le picard par rapport au français [J.-M. Eloy, La Constitution du picard : une approche de la notion de langue, 1987, Peeters : Louvain-la-Neuve]. Malheureusement pour nous, il est impossible de distinguer entre « dialecte » et « langue » en termes purement linguistiques. Pour trancher la question nous sommes presque toujours obligés de faire intervenir des critères d’ordre socio-culturel, donc éminemment subjectifs : formes codifiées distinctes, orthographe particulière, tradition littéraire, emploi dans les administrations, sentiments des locuteurs que leur dialecte constitue une langue à part entière.

Quelles sont les langues régionales de France ?

2Anthony Lodge fournit une première réponse pour la France métropolitaine :

3D’un point de vue historique les langues régionales peuvent se classer en trois groupes :

  • les langues prélatines (le basque),
  • les langues issues du latin (occitan, catalan, corse),
  • les langues post-latines (le flamand, l’alsacien).

4Le breton se classe traditionnellement comme une langue post-latine importée d’Angleterre au ve siècle, mais il n’est pas exclu que les immigrants insulaires de cette époque aient trouvé en Armorique des communautés indigènes qui continuaient à s’exprimer dans une langue celtique pré-latine – le gaulois – en dépit de cinq siècles de latinisation.

5Trois de ces langues (le catalan, le basque et le flamand) sont ce que l’on peut appeler des langues « exocentriques », c’est-à-dire des langues qui constituent des prolongements en France de langues dont la majorité des locuteurs existent en-dehors de l’espace francophone. La vitalité de ces langues peut être menacée sur territoire français, mais leur disparition en France n’entraînerait pas la disparition totale de la langue.

6Il n’en va pas de même pour les quatre autres (l’occitan, le corse, le breton et l’alsacien), que je qualifierai d’« endocentriques ». Le corse se rattache bien entendu au dialecte génois, le breton est assez proche parent du gallois et l’alsacien se rattache au dialecte alémanique d’outre-Rhin, mais cela n’empêche pas que la masse de leurs locuteurs se trouve sur le territoire francophone et que leur disparition entraînerait la disparition complète et définitive de ces langues.

7Pierre Encrevé apporte un correctif important et, selon lui, presque toujours négligé dans le débat :

8Les Français oublient souvent les TOM et les DOM, parce qu’ils ne pensent qu’à la France métropolitaine. Les langues que parlent les Français des Antilles ou de la Réunion, les Canaques ou les habitants de Polynésie ou de Guyane, ils n’en savent rien. Ils ignorent qu’il y a des citoyens français qui votent, qui participent au choix du président de la République et qui parlent, par exemple, en arawak ; ils ignorent que l’arawak est une langue historique, infiniment plus ancienne probablement que le français qui est une langue récente.

9[...] S’agissant de la signature de la Charte européenne, c’est bien de l’ensemble des frontières de la France politique qu’il est question, et la France n’est pas limitée à la métropole. La France, c’est : 100 départements, dont 96 en métropole et 4 en outre-mer ; 25 régions, dont 21 en métropole et 4 en outre-mer ; une collectivité métropolitaine à statut particulier, la Corse ; 4 territoires d’outre-mer, Wallis et Futuna, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Terre australe et Antarctique ; 2 collectivités d’outre-mer au statut particulier, Mayotte et Saint-Pierre et Miquelon et enfin trois provinces au sein d’un territoire d’outre-mer particulier, la Nouvelle-Calédonie.

10[...] La nation qui va signer la Charte n’est pas la France métropolitaine, c’est la France dans toute son extension territoriale et, quand on parle des langues historiques de la France, si l’on admet que les départements d’outremer sont des départements de la France, il est évident que les langues de Guyane de Polynésie et de Nouvelle Calédonie font partie des plus anciennes langues historiques de la France actuelle [...]. Il est clair, par exemple que les langues canaques sont installées sur la Grande Terre depuis infiniment plus longtemps que le français dans le sud de la métropole. La vision purement métropolitaine empêche de comprendre la question politique posée par la signature de la Charte. La signature de la Charte engagera la France pour l’ensemble de son territoire, donc bien entendu les départements d’outre-mer et les territoires d’outre-mer même si, constitutionnellement, il y a des statuts particuliers.

Quel est le point de départ de l’unification linguistique de la France ?

Anthony Lodge

11Les cinq siècles qui suivirent la chute de l’Empire romain virent dans tous les pays qui en avaient fait partie un long processus de fragmentation socio-économique et de diversification linguistique et dialectale. En Gaule, la diversité dialectale a vraisemblablement atteint son maximum autour de l’an mil. Cette date constitue néanmoins un tournant dans l’histoire de l’Europe occidentale. L’Europe tourne enfin le dos au monde antique et commence à évoluer vers un autre type de société. Autour de l’an mil, la vie économique en Europe occidentale reprend petit à petit et nous assistons aux petits débuts des trois processus qui ont fini mille ans plus tard par éliminer cette diversité dialectale – le développement économique, l’expansion démographique et l’urbanisation. Il s’agit du passage, très graduel au départ, mais très rapide sur la fin, d’une société rurale et autarcique vers une société urbaine étroitement imbriquée.

Comment s’opère la standardisation des langues ?

Anthony Lodge

12[La standardisation des langues peut se définir comme la suppression de variations dans les façons de s’exprimer.]

13Pour qu’un vernaculaire oral puisse passer au statut de langue standard, il lui faut subir des transformations sur deux plans : d’une part sur le plan de la société, d’autre part sur le plan de sa structuration linguistique interne.

14Pour ce qui est de l’aspect social de la standardisation, il est nécessaire au préalable qu’un dialecte parmi les autres soit sélectionné pour servir de base à la future langue standard. [...]

15Mais il ne suffit pas pour standardiser une langue de sélectionner le dialecte de base, il est nécessaire que ce dialecte soit ensuite accepté par l’ensemble de la population comme la seule norme linguistique. De cette manière la communauté linguistique d’origine s’étend petit à petit pour englober les communautés linguistiques avoisinantes. [...]

16Quant à l’aspect plus proprement linguistique de la standardisation, on comprendra que pour devenir la langue omnifonctionnelle d’une société de plus en plus complexe, le corpus même du dialecte de base doit subir des transformations assez considérables. Le but de la standardisation sur le plan linguistique c’est « une variation maximale des fonctions avec une variation minimale des formes ».

Comment le processus de standardisation s’est-il effectué pour le français ?

17Anthony Lodge répond :

Sur le plan social

18Dans le cas de vieilles langues standardisées comme l’anglais et le français, [la] sélection [d’un dialecte] s’est faite de manière graduelle et inconsciente, le parler de la ville capitale émergeant presque automatiquement comme le plus connu et le plus prestigieux des dialectes en présence. En effet, l’exceptionnel essor démographique de Paris aux xiie-xiiie siècles a fait que la sélection du dialecte de base a été réalisé en France d’une manière très précoce. [...]

19Le processus de diffusion des normes de la langue parisienne au détriment des normes régionales et locales est un phénomène assez complexe – il s’agit de la diffusion géographique, de la diffusion sociale et de la diffusion fonctionnelle. Jusqu’à la deuxième moitié du xviiie siècle en France le déroulement de ce processus a été très lent – mais autour de cette date, ave c les débuts de l’industrialisation, il a commencé à s’accélérer.

Sur le plan linguistique

20Ayant débuté comme simple vernaculaire oral, le dialecte parisien a connu, surtout à la fin du moyen âge et à l’époque Renaissance, une grande expansion lexicale et syntaxique, lui permettant de remplir les fonctions de langue écrite, de langue administrative, de langue scientifique, etc. Un peu plus tard on a vu la nécessité de réduire au minimum la variabilité existant dans les formes de cette langue – ce fut le travail des grands codificateurs du français aux xviie-xviiie siècles.

La perte des langues est-elle propre à la France ?

Anthony Lodge

21Le problème de la perte des langues minoritaires ne se limite pas à la France et à l’Europe. On peut parler sans exagération de crise mondiale des langues, car le monde entier est en train de perdre ses langues à une vitesse hallucinante. W. Krauss [The worlds languages in crisis Language 68, 1992, 7-9] a estimé que le premier siècle du IIIe millénaire verra la disparition de 90 % des langues qui existent actuellement. La région qui connaîtra le plus de pertes sera vraisemblablement le Sud-est Asiatique, qui abrite actuellement la moitié des langues du monde. Mais l’Europe ne sortira pas indemne. Au début du présent siècle, l’Europe était encore riche en langues, et la France figurait parmi les pays les plus favorisés. Cependant, cent ans plus tard, le tableau est bien différent : la France est désormais tombée dans les rangs des pays les plus pauvres, linguistiquement parlant. C’est vraisemblablement le pays d’Europe où, à taille égale, le processus d’uniformisation linguistique est allé le plus loin.

En quel sens peut on parler de « mort des langues » ?

Anthony Lodge

22Le succès de la langue dominante entraîne nécessairement la déchéance de langues dominées : l’unification des normes linguistiques suppose la disparition des normes pré-existantes.

23Les processus à l’œuvre dans les langues minoritaires lorsqu’elles subissent la pression de la langue standard ont, jusqu’ici, reçu beaucoup moins d’attention. Ce phénomène est étudié actuellement sous la rubrique quelque peu émotive de « la mort des langues » (« language death ») [W. Dressler, Language shift and language death – a Protean challenge for the linguist Folia Linguistica, 15, 1981, 5-28]. Certains linguistes lui préfèrent le terme « transfert de langues » (« language shift ») – le processus selon lequel un groupe de locuteurs substitue une langue maternelle à une autre.

Comment s’effectue le processus de transfert des langues conduisant à leur disparition ?

Anthony Lodge

24Le processus de transfert de langues épouse les contours de la standardisation, mais à l’envers.

Sur le plan social

25La langue ou dialecte minoritaire connaîtra tout d’abord une forte diminution de prestige : c’est ce qui est arrivé d’abord aux dialectes d’oïl absorbés progressivement dans la mouvance des rois parisiens à partir du xiiie siècle ; les langues et dialectes parlés par des populations moins accessibles (l’occitan, le breton, le basque, le catalan, l’alsacien) ont suivi plus tard (xve-xviie siècles). Petit-à-petit les langues minoritaires perdront de leurs locuteurs : elles seront abandonnées d’abord par les élites urbaines, ensuite par l’ensemble de la population des villes suivant la hiérarchie des villes dans le pays en question – et finiront par être utilisées uniquement dans des petites communautés rurales isolées. La mort imminente d’une langue s’annonce par le fait que la génération des parents n’arrive plus à transmettre la langue à la génération suivante.

Sur le plan linguistique

26La perte de prestige dans la langue minoritaire en question s’accompagnera d’une perte de fonctions et d’une réduction de ses domaines d’emploi : exclue du monde de l’administration et de la justice, la langue se verra progressivement évincée, par exemple, de l’école, de l’église, du travail, du voisinage, des amis, de la famille, etc. Moins elle possède de domaines d’emploi, plus elle sera dépréciée – surtout aux yeux des jeunes qui sont seuls responsables de l’avenir de la langue. La perte de fonctions aura des répercussions dans la structure même de la langue : on observe habituellement une chute considérable dans le nombre de mots disponibles aux locuteurs, entraînant souvent un processus de « relexification » (emprunt massif de mots), à l’aide de la langue dominante ; on observe aussi une simplification des structures morphologiques et syntaxiques ; et enfin une forte tendance au mono-stylisme, la langue mourante n’ayant plus de capacité d’expression en-dehors des situations familières.

Peut-on parler de mort des langues régionales en France ?

Anthony Lodge

27Le processus de transfert de langues a été entamé en France relativement tôt, mais cela n’empêche pas que les langues régionales sont restées bien ancrées dans leurs différentes provinces jusqu’au début du xxe siècle.

28Il faut se rappeler que l’emploi de base d’une langue n’est pas son emploi à l’écrit ni dans les situations formelles, mais son emploi dans la conversation ordinaire, quotidien (emploi vernaculaire). Tout le reste, c’est de la suprastructure.

29Depuis le début du siècle, la déchéance des langues régionales a été assez rapide, ces langues étant atteintes dans leur fonction vernaculaire de base. Le point de bascule se situe sans doute dans les années trente lorsque, pour la première fois, la population française est devenue majoritairement citadine.

30Il serait tout à fait prématuré d’annoncer dès maintenant la mort des langues régionales de France – certaines, comme l’alsacien, se portent bien mieux que les autres – mais il est difficile de nier que les indices d’un décès non très lointain sont visibles au front de bon nombre d’entre elles.

Quelle est l’explication classique de la situation actuelle des langues régionales ?

Anthony Lodge

31En France, pour expliquer ce triste état d’affaires, on invoque presque instinctivement l’action volontariste du pouvoir central :

  • Jules Ferry et ses hussards noirs de la République ;
  • Barrère et les Jacobins pour qui les langues régionales ne servent qu’à camoufler le séparatisme ;
  • Richelieu et son Académie vouée à normalisation grammaticale ;
  • François Ier et ses Ordonnances de Villers-Cotterêts imposant son « langaige maternel françois » pour écraser le provençal ;
  • Philippe-Auguste avec son expulsion de Jean-Sans-Terre et sa Croisade contre les Albigeois.

32Pour transformer la situation sociolinguistique du pays il suffi[rai]t d’un bon texte de loi.

L’effacement des langues régionales est-il imputable à une volonté politique ?

33Anthony Lodge apporte une réponse nuancée.

D’un côté

34Il est impossible de trouver la moindre indication que les rois de France aient jamais voulu unifier la masse du peuple français derrière la langue parisienne :

  • l’essor de l’occitan en tant que langue administrative n’est venu qu’après la Croisade des Albigeois ;
  • si François Ier a imposé l’emploi du français dans l’administration des provinces, ce n’est pas pour aider les petits Auvergnats à participer pleinement dans les affaires du royaume, c’est pour donner aux officiers royaux une arme linguistique qui leur permettrait de mieux prendre en main la situation politique dans les différentes provinces ;
  • si Richelieu a chapeauté le mouvement de codification linguistique d’une Académie française, c’était pour mieux surveiller cette élite parisienne qui cherchait à se distinguer des masses en créant un bon usage difficilement accessible aux non-initiés.

De l’autre

35Il est certain que la Révolution a transformé d’une manière radicale les attitudes des Français vis-à-vis de leur langue. Ayant éliminé le roi comme symbole de la nation, la Révolution s’est emparée de l’idée – dans le vent à l’époque – qu’une langue représente le génie du peuple qui la parle, et que sa Majesté la Langue française pourrait ainsi se substituer au roi pour promouvoir chez les Français des sentiments de cohésion interne et de distinction externe. Puisque le français était vu comme la langue de la Raison, les Français qui ne la parlaient pas devenaient soit des traîtres (bretons ou alsaciens) soit des fous.

36Cette idéologie a certainement joué un rôle dans la diffusion de la langue standard en France tout au long du xixe siècle, surtout quand elle secondait les campagnes d’alphabétisation menées par l’Éducation nationale. Il serait hasardeux de prétendre que la politique d’assimilation linguistique et culturelle vigoureusement appliquée dans les provinces française n’a eu aucun effet.

37Mais [...] si la grande responsable de la diffusion de la langue standard dans les provinces françaises avait été l’école, on s’attendrait à ce que les petits Bretons parlent un français aussi pur que cet anglais que parlent les habitants d’Inverness en Ecosse. [Or] le français parlé des petits Bretons n’est pas le pur français prôné par leurs maîtres d’école, c’est le français vernaculaire qui circule oralement dans tout le nord de la France et qui, comme la langue standard, s’est constitué à Paris.

Quelles sont les vraies causes du transfert de langues ?

38Anthony Lodge invoque un facteur déterminant, le poids de Paris : […] Les actes volontaristes des législateurs, sans être négligeables, sont tout de même d’un faible poids à côté de facteurs économiques et démographiques.

39La diffusion des innovations linguistiques dépend moins des volontés politiques que de la structure démographique et économique de la société en question. Les réseaux sociaux et les taux d’interaction sont bien plus déterminants que les textes de loi.

40La diffusion des innovations linguistiques dépend moins de l’école que de la mobilité démographique. Dans tout cela la situation de la France est unique en Europe : c’est un pays dominé par une grande ville. […] Depuis le xiiie siècle Paris est la ville la plus grande, non seulement de France mais de toute l’Europe, […] elle domine son pays économiquement et psychologiquement d’une manière beaucoup plus complète que toutes les autres capitales d’Europe les leurs – à la seule exception peut-être de Londres après le xvie siècle.

41Dans les autres pays d’Europe les normes linguistiques régionales cristallisées autour des grandes villes – Munich, Hambourg, Berlin, Venise, Rome, Milan, Florence – ont bien résisté et leurs dialectes restent bien en place, même en cette fin du xxe siècle. C’est que le poids démographique, économique et culturel d’aucune de ces villes n’a assumé des proportions aptes à détruire l’équilibre avec les villes concurrentes.

42Rien de tel dans ce grand melting-pot qu’est Paris. Déjà une mégalopolis au xiiie siècle, elle a vu tripler sa population au cours du seul xixe siècle, brassant les populations et langues de France avec une intensité inconnue ailleurs. En face de cette immense concentration d’hommes et de ressources même une langue aussi répandue que fut l’occitan au début du siècle n’a pas pu tenir le coup.

43À la fin du xixe siècle, pousser les gens à s’exprimer dans la langue de la Grande Ville c’était enfoncer une porte déjà largement ouverte. La contribution des législateurs aurait eu peu d’effet si elle n’était pas allée dans le sens de mouvements déjà engagés ainsi que des attitudes et des identifications de la population.

Le processus de transfert des langues est-il réversible et à quelles conditions ?

Anthony Lodge

44C’est une question que s’est posée le grand sociolinguiste J.-A. Fishman [Reversing Language Shift, 1991, Clevedon : Multilingual Matters] et celui-ci est loin d’être pessimiste. Les exemples du français au Québec et du catalan en Espagne démontrent clairement que lorsque les conditions nécessaire sont réunies, tout est possible. Les exemples d’une défense réussie de langues en danger démontrent que la présence d’un puissant soutien institutionnel (mass média, services officiels dans la langue minoritaire, éducation bilingue) est indispensable, mais qu’elle n’est qu’un élément dans la lutte.

À quelles conditions ?

45Appel, R. et Muysken, P. [Language Contact and Bilingualism, 1987, Londres : Arnold] citent trois autres éléments dont la présence simultané semble contribuer beaucoup :

  • le facteur du statut : plus le statut des locuteurs et le statut de la langue minoritaire sont élevés, plus elle aura de chances de survivre ;
  • le facteur de la démographie : plus les locuteurs sont concentrés géographiquement, surtout en milieu urbain, plus la langue aura de chances de survivre ;
  • le facteur de la similitude culturelle : plus la culture du groupe en question se rapproche de celle de la langue dominante, moins la langue minoritaire aura des chances de survivre.

46Ces auteurs concluent en déclarant que si un groupe est déterminé à préserver une forte identité culturelle, il a de fortes chances de préserver sa langue.

47La question qui se pose actuellement en France est justement celle de la volonté : non la volonté de l’État qui, depuis la loi Deixonne, a témoigné au moins d’une tolérance de ces langues, plutôt celle des communautés gardiennes des langues elles-mêmes. Désirent-elles vraiment faire revivre leur langue, comme langue maternelle, comme langue de travail, ou s’agit-il pour elles seulement d’une partie du patrimoine, d’un symbole plutôt folklorique ?

48[...] Pour enrayer le processus de transfert de langues il est indispensable de résoudre la transmission d’une génération à l’autre des langues menacées, c’est-à-dire de rétablir d’abord ces langues dans leur fonction vernaculaire. Pour J.A. Fishman étudier le breton au bac c’est bien beau, mais il serait infiniment plus utile d’en faire la langue quotidienne à la maternelle.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr