Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire ensemble, vivre ensemble

 | 
Bernard Bachman
, 
Anne-Marie Bertrand
, 
Regis Debray
, 
et al.

Discours d’accueil

Gérald Grunberg

Texte intégral

Monsieur le Directeur du livre et de la lecture,

Cher Régis Debray,

Mesdames, Messieurs, chers collègues, chers amis,

En vous accueillant ce matin pour cette rencontre Vivre ensemble, lire ensemble, je tiens à vous dire combien nous honorent votre présence mais aussi la confiance d’Éric Gross, alors Directeur du livre et de la lecture, et de Benoît Yvert qui vient de lui succéder, le premier pour la commande qu’il a passée à la Bpi d’organiser cette journée destinée aux bibliothécaires (qui devait avoir lieu le 11 avril), le second pour avoir confirmé cette commande.

1Je rappelle que cette rencontre prend place dans le programme du ministère de la Culture qui a mobilisé les établissements publics dans le cadre du programme interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme et pour la tolérance. La Bpi contribue à ce programme depuis deux ans par toute une série de manifestations : un cycle de conférences sur le thème « Lire les grands textes religieux », un cycle de rencontres et de débats autour des « défis de la laïcité », les rencontres annuelles D’encre et d’exil, un cycle de conférences sur le thème du « bouc émissaire », etc. Mais au-delà, et comme toutes les bibliothèques publiques, la Bpi est par définition un espace public où se combattent au quotidien l’exclusion et l’intolérance : parce que toutes les opinions se côtoient sur ses rayonnages comme dans les têtes de ses lecteurs, mais qu’aucune ne saurait dans cet espace public, républicain et laïque, s’imposer aux autres et par là même fabriquer de l’intolérance. Est-ce à dire qu’il suffit d’inscrire la devise de la République (qui d’ailleurs ne mentionne pas la laïcité) aux frontons de nos bibliothèques pour que tout aille bien ?

2Nous savons bien que non. Parce que le corollaire de l’accès libre à la bibliothèque, qui se distingue en cela des autres institutions de savoir et de culture, c’est évidemment une porosité qui est très positive mais qui laisse aussi passer des phénomènes parfois contradictoires avec l’idéal de la règle bibliothéconomique. Il y a là une indiscutable fragilité mais n’est-elle pas le prix à payer pour qu’existe l’idée même de bibliothèque publique ? Toujours est-il, pour m’en tenir à la Bpi, que cet établissement n’a pas été épargné en 2003 et 2004 par la flambée des actes antisémites (inscription dans les ouvrages) et que régulièrement nous sommes confrontés à des lecteurs qui ne comprennent pas qu’on leur demande de ne pas déplier leur tapis de prière dans l’enceinte de la bibliothèque.

31905 : Loi de séparation de l’Église et de l’État.

41906 : Création de l’Association des bibliothécaires français.

5Il y a plus qu’une coïncidence mais je laisse aux médiologues et aux historiens le soin de rapprocher les deux événements. Un siècle plus tard, les grands principes demeurent, plus que jamais d’actualité, ceux de la laïcité comme ceux de la bibliothèque publique. Sans doute faut-il toutefois les confronter aux réalités d’aujourd’hui.

6C’est notamment ce que propose cette journée. Avec Danielle Chatel, qui à la Bpi en a pris en charge l’organisation, avec la Direction du livre et de la lecture, avec l’Association des bibliothécaires français, nous avons souhaité un découpage clair de cette journée et un nombre limité d’intervenants de façon à laisser du temps à l’échange, échange d’expériences mais aussi débat. J’espère que vous serez nombreux à répondre à ce souhait.

7Je vous remercie, chers collègues, pour votre présence et tiens en votre nom à remercier très chaleureusement les intervenants.

8Je suis maintenant très heureux d’accueillir monsieur Benoît Yvert, Directeur du livre et de la lecture, et de lui laisser la parole.

Auteur

Directeur de la Bpi

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter