Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes II

 | 
Annie Bureau
, 
Françoise Collin
, 
Corinne Deloy
, 
et al.

Débat : perspectives croisées France/Amérique

Repenser le politique : l’apport du féminisme américain

Françoise Collin

Texte intégral

1Les rapports entre le féminisme français et le féminisme américain sont pour le moins complexes et souvent chargés de malentendus. Ce qui a été connu et identifié aux États-Unis comme french feminism est un courant seulement – et qui n’a pas été dominant en France – des composantes du mouvement français de la fin du xxe siècle. Mais le féminisme français pour sa part méconnaît ou ne connaît que sommairement la production théorique et philosophique importante et diversifiée du mouvement américain, dont certaines œuvres seulement commencent à être traduites.

  • 1 Collin, Françoise, Deutsher, Pénélope (collectif), Repenser le politique : l’apport du féminisme, (...)

2C’est pour tenter de réduire ces malentendus que Pénélope Deutscher – professeure à l’université de Chicago, qui n’a pas pu nous rejoindre aujourd’hui – et moi-même, avons sélectionné et fait traduire des textes de philosophes féministes américaines de différents courants, sous le titre Repenser le politique : l’apport du féminisme1. Un tel recueil est bien entendu insuffisant au regard de l’importance des développements de la pensée philosophique américaine mais il est néanmoins significatif, proposant à la lecture française quelques-uns de ses textes majeurs. Le projet, conçu il y a plusieurs années déjà, a rencontré des difficultés de réalisation qui en ont retardé la parution : obtention des droits de reproduction, ajustement des traductions, négociations avec l’éditeur. Entre-temps pourtant la seule auteure, parmi celles que nous avions sélectionnées, dont les œuvres aient paru en français, et à une date relativement récente, est Judith Butler. J’espère que d’autres projets sont en cours en vue de faire connaître plus complètement ces œuvres nombreuses et diverses, ces textes fondamentaux, souvent confrontés dans le dialogue, intéressants non seulement pour la réflexion politique féministe mais pour la réflexion philosophique et politique dans son ensemble.

3Je voudrais, avant de dire quelques mots de cette anthologie, remonter à certains antécédents de cet aller-retour du féminisme entre France et États-Unis. Je ne peux oublier que quelques livres majeurs d’Américaines ont soutenu nos premières réflexions dans les années soixante-dix. Je ne peux oublier non plus que c’est un voyage aux États-Unis où le mouvement féministe, doublant le mouvement hippie, imprégnait déjà la vie sociale et culturelle, qui m’a décidée à fonder Les Cahiers du Grif.

  • 2 Firestone, Shulamith, La Dialectique du sexe, Paris, Stock, 1972.
  • 3 Millett, Kate, La Politique du mâle, Paris, Stock, 1971.
  • 4 Greer, Germaine, La Femme eunuque, Paris, Robert Laffont, 1971.
  • 5 Ballorain, Rolande, Le Nouveau Féminisme américain, Paris, Denoël, 1972.

4J’ai revu par curiosité le premier numéro des Cahiers du Grif datant de 1973. Dans la bibliographie encore restreinte, figurent des noms comme ceux de Shulamith Firestone, La Dialectique du sexe2, Kate Millett, La Politique du mâle3, Germaine Greer, La Femme eunuque4, etc., qui sont déjà traduites à cette époque-là – la France était-elle plus curieuse qu’aujourd’hui ? – ainsi que le livre très documenté de Rolande Ballorain, que j’avais rencontrée à l’époque, Le Nouveau Féminisme américain5 qui analysait précocement toutes les facettes du mouvement en cours, l’apport et la position de ses différentes acteures.

5Mais il faut souligner que ces pionnières du féminisme américain avaient elles-mêmes été influencées, voire déterminées, par la traduction en anglais du livre majeur de Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. Elles ont même été sans doute les premières à s’y référer et à le commenter.

6Il y a donc eu, au départ, une sorte d’échange France-Amérique, mais dans l’effervescence et le désordre. Personnellement, comme je viens de le dire, je dois beaucoup, non seulement aux livres des théoriciennes publiées à cette époque, mais aussi et surtout aux contacts que j’ai eus dans les années 1970, lors d’un séjour aux États-Unis où j’ai rencontré la réalité d’un féminisme actif, inscrit dans les pratiques de la vie quotidienne. Alors qu’en Europe, nous discutions longuement des rapports entre la lutte des classes et la lutte des sexes, et que nous nous enlisions parfois dans ce débat, je rencontrais aux États-Unis des femmes qui, sans attendre d’avoir résolu conceptuellement les problèmes, ouvraient des galeries d’art, des librairies, des maisons communautaires, créaient un journal, une revue, bref engendraient la pensée dans la pratique. Ce sont elles qui m’ont donné envie de créer quelque chose collectivement avec les femmes, de penser dans l’agir. Et comme je n’avais pas d’autres dons particuliers, il m’a semblé que ce quelque chose, aux confins de la pensée et de la pratique, pourrait être une revue. J’ai donc une dette à l’égard du féminisme américain, à l’égard de ses premières élaborations théoriques mais aussi et surtout de cette espèce de force contagieuse, de ce dynamisme qui le caractérisait à cette époque, et qui donnait envie d’agir, avant même d’avoir pu résoudre les contradictions spéculatives qui se présentaient, ce qui m’a amenée ultérieurement à définir la pensée elle-même comme un acte, toujours aventureux, un faire être.

7Le temps a passé. Suivant des procédures à la fois transnationales et nationales, le féminisme s’est inscrit dans la vie sociopolitique et en a transformé heureusement certains aspects – même si la lutte est loin d’être aboutie. Mais il s’est inscrit aussi dans la vie universitaire et de recherche. À cet égard les États-Unis nous ont précédées en date et en importance, et nous avons adopté la notion de « genre » et d’études de genre à partir du gender de la langue anglaise. On peut penser qu’en revanche, le féminisme américain a été moins opératoire sur le plan sociopolitique que le féminisme français. Les disciplines investies par le genre varient aussi d’un continent à l’autre. Si, en France, l’histoire et la sociologie ont été largement retraversées par la question du genre, aux États-Unis, celle-ci investit la philosophie.

  • 6 Rawls, John, A Theory of Justice, Cambrigde (Massachussetts), Belknap Press of Havard University P (...)
  • 7 Frazer, Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution (recueil d’arti (...)

8Repenser le politique, l’apport du féminisme : l’anthologie des textes de quelques philosophes féministes américaines que nous avons réalisée exigeait, pour sa logique interne, un axe problématique. Nous avons choisi de suivre celui de la question de la justice, qui, à travers l’œuvre de John Rawls, s’est imposé ces dernières années à la pensée politique américaine, le concept de justice jouant le rôle central que joue celui d’égalité dans la pensée française. La notion de justice inclut dans sa détermination la dissymétrie des positions de ceux qui se lient dans le « contrat social » au lieu de les présupposer identiques, et cela même si le contrat se doit de recouvrir ces positions d’un « voile d’ignorance ». Cette dissymétrie est, pour nos philosophes, celle des sexes ou du genre – dont elles dénoncent la méconnaissance par Rawls6 – mais le genre est lui-même retraversé par les paramètres de classe, de race, de culture ; et les théoriciennes américaines, ainsi que le démontre entre autres l’apport de Nancy Frazer7, prennent en charge ces paramètres.

  • 8 Gilligan, Carol, In a Different Voice, Havard University Press, 1982 ; Une si grande différence (t (...)
  • 9 Cornell, Drucilla, Deconstruction and the Possibility of Justice, New York/Londres, Routledge, 199 (...)

9Je ne peux malheureusement pas rendre compte ici de tout l’apport des textes que nous avons choisis précisément pour leur diversité dans l’éclairage qu’ils donnent de la problématique du genre. Si Carole Pateman souligne magistralement que la démocratie est le passage du patriarcat au fratriarcat – dans la continuité du masculin –, d’autres auteures débattent du fait de savoir ce qu’il en est de l’importance du droit dans le changement des rapports sociaux. Caroll Gilligan, pour sa part, a souligné l’importance de ce qui est irréductible au droit (donnant lieu à ce qui sera la théorie du care)8. Patricia Williams (qui est présente parmi nous ce soir) insiste au contraire sur l’importance de la référence objective du droit pour ceux ou celles qui sont perdants dans les rapports supposés spontanés – en l’occurrence les Noirs par rapport à la majorité blanche. Drucilla Cornell9 pour sa part fait apparaître que la justice est toujours à venir, l’objectif étant – point important – de créer les conditions légales et culturelles pour la constitution de nouvelles identités plutôt que de réguler les identités acquises.

10Le recueil comporte aussi les termes essentiels d’un débat célèbre entre Judith Butler et Catharine Mc Kinnon face à la question de la pornographie. Si Mc Kinnon soutient la nécessité de la dénoncer juridiquement, par la justice procédurale, Judith Butler souligne que la dénonciation est toujours aussi une ré-énonciation et fortifie involontairement les termes qu’elle veut réprimer.

11À la lecture de ces textes, je suis frappée par la liberté avec laquelle ces penseures abordent et utilisent les textes de la philosophie classique et contemporaine sans les réduire à leur dimension « sexiste » : elles travaillent avec ces auteurs, elles les utilisent, elles les recyclent. Elles ne sont pas dans une position défensive mais dans une position affirmative. Elles en tirent ce qu’il y a à en tirer pour alimenter leur point de vue. Elles s’en emparent sans trop se soucier de savoir s’ils sont misogynes ou pas, et elles s’intéressent autant aux penseurs contemporains qu’elles semblent bien connaître qu’aux penseurs de la tradition. Ainsi n’hésitent-elles pas à recourir à Levinas, Derrida, Foucault ou Blanchot, les relisant et les interprétant dans l’optique de leur questionnement. Et il faut bien reconnaître que les travaux des philosophes français semblent plus connus que ceux des féministes. Mais ce défaut trouve ses sources dans la scène française elle-même et dans sa politique éditoriale et médiatique.

12L’avancée des femmes dans une société et une culture encore inégalitaire malgré les acquis de ces trente dernières années suit des voies diverses et inclut la pluralité des perspectives et des stratégies. Je me suis réjouie d’entendre, tout à l’heure, les propos des représentantes des associations « jeunes » réunies en table ronde, attestant de la nécessité de la pluralité dans le souci commun du féminisme, pluralité de stratégies et des perspectives, nécessitant le dialogue. Mais aussi de la nécessité d’un croisement permanent de la problématique féministe, c’est-à-dire de la problématique des rapports de sexes avec les autres problématiques, celles des races, de l’immigration, des classes, des cultures, etc. Je pense que, sans trahir l’angle d’approche fondamental du monde qui est celui du féminisme, elles concourent à y introduire les paramètres qui le traversent et le complexifient. De même qu’importe la prise en compte de la pluralité des perspectives que rappelait hier Geneviève Fraisse et que, après un temps de croyance en l’unanimisme qui fut celui du premier élan collectif du féminisme, je n’ai cessé de défendre moi-même. Les différences de points de vue et les divergences gagnent à être assumées et débattues, pourvu qu’elles le soient dans un dialogue permanent respectueux des différentes positions. Le féminisme ne progresse et ne progressera que par ce débat interne, même s’il est quelquefois éprouvant. Il n’y a pas d’orthodoxie ni de dogmatique féministe. Le débat est préférable au repli en camps retranchés, tant en ce qui concerne l’action qu’en ce qui concerne la pensée.

13Aussi ce qui, de ce point de vue, me paraît intéressant dans le champ des recherches de genre tel qu’il est pratiqué dans les travaux que nous avons présentés dans notre anthologie philosophique Repenser le politique, l’apport du féminisme, c’est sa reconnaissance du « dialogue pluriel », d’abord rendu manifeste par les références des unes aux autres à travers ce que j’appellerai une politique de la citation, laquelle ne cherche pas à déstabiliser ou à caricaturer la position de l’autre mais à s’y alimenter. On ne feint pas d’ignorer l’adversaire, on la cite – on cite aussi les alliées bien évidemment – non pas de manière réductrice mais pour montrer en quoi on la ratifie et on s’en distingue : on lui donne corps pour s’y opposer ou s’en différencier, provoquant ainsi de part et d’autre une complexification ou une avancée des positions. C’est une pratique intellectuelle qui me paraît « démocratique », pratique qui ne bannit pas de son champ la position de l’autre avant même de l’avoir abordée et qui exige donc un effort de lectures mutuelles. C’est une première forme du pluralisme de la pensée.

14L’autre pluralisme est celui qui, dans la réflexion féministe de ces philosophes, prend en compte les autres problématiques, que ce soit celles des races, des cultures ou des classes. Mais peut-on courir à tout, avoir une pensée panoramique ? Je ne le pense pas. Chacun, chacune choisit un angle d’approche du réel. Il n’y a pas d’engagement théorique ni politique qui n’adopte un certain point de vue, ne définisse son champ. Il n’y a pas, contrairement à ce qu’avait pu proposer le marxisme, une contradiction principale qui serait la clé résolutoire de toutes les autres. Nous savons désormais que l’avancée de la pensée comme du politique est polyglotte. Chacun, chacune, pour progresser et pour être efficace politiquement dans la pensée et dans l’action adopte un angle de vue – et de lutte – privilégié. Mais cet engagement prioritaire n’est pas exclusif des autres dont on ne peut pas faire l’économie. Je pense que trop souvent, nous avons peut-être méconnu l’importance de cette croisée avec les autres. Dans la fièvre où nous étions de la découverte de cette problématique qu’il s’agissait tout à la fois de définir et de faire reconnaître, et en raison du constat qu’il s’agit d’une problématique transhistorique et transculturelle – universelle – nous n’avons peut-être pas suffisamment pris en compte les variantes qu’elle adopte dans son croisement avec les autres. Il faut d’ailleurs reconnaître que le féminisme majoritaire de la première génération était plutôt – pour des raisons évidentes – « classe moyenne blanche », celui de femmes qui, tout à la fois, éprouvaient la violence du sexisme mais avaient les moyens de l’articuler théoriquement et politiquement. Pour pouvoir la dire, il fallait déjà avoir une certaine capacité d’en élaborer les termes et d’agir. Nous nous sommes ainsi trouvées dans une situation de passeuses entre le rien et le tout. Nous nous devions d’élaborer d’abord les schèmes de cette problématique en tant que telle, non pas dans l’ignorance des autres mais dans leur mise à l’ombre momentanée. La question des classes par exemple nous a été constamment renvoyée non pas seulement en tant que telle mais souvent pour déstabiliser la question des sexes ou du genre. C’est dans un deuxième temps qu’a été pensée de manière complexe cette croisée des problématiques. On peut considérer que la question des homosexualités opère aujourd’hui de la même manière.

15Il ne s’agit pas, dans ce moment de confrontation de la pensée féministe française avec la pensée américaine, de déterminer des hiérarchies, mais de tenter de réduire des méconnaissances respectives non par un souci de simple information ou de justice mais parce que « rien de ce qui est féministe ne nous est étranger » et que le progrès de la réflexion et de l’action est toujours « interaction ». Les textes des théoriciennes américaines que Pénélope Deutscher et moi-même avons publiés dans Repenser le politique ne prétendent pas se substituer à tout ce qui, en France, se pense aujourd’hui, mais au contraire à en nourrir et à en complexifier le cours.

Notes

1 Collin, Françoise, Deutsher, Pénélope (collectif), Repenser le politique : l’apport du féminisme, Paris, Éditions Campagne Première (Les Cahiers du Grif), 2005.

2 Firestone, Shulamith, La Dialectique du sexe, Paris, Stock, 1972.

3 Millett, Kate, La Politique du mâle, Paris, Stock, 1971.

4 Greer, Germaine, La Femme eunuque, Paris, Robert Laffont, 1971.

5 Ballorain, Rolande, Le Nouveau Féminisme américain, Paris, Denoël, 1972.

6 Rawls, John, A Theory of Justice, Cambrigde (Massachussetts), Belknap Press of Havard University Press, 1971 ; Oxford, Clarendon Press, 1972 ; Théorie de la justice (trad.), Paris, Seuil, 1987.

7 Frazer, Nancy, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution (recueil d’articles traduits de l’américain), Paris, La Découverte, 2005.

8 Gilligan, Carol, In a Different Voice, Havard University Press, 1982 ; Une si grande différence (trad.), Paris, Flammarion, 1986.

9 Cornell, Drucilla, Deconstruction and the Possibility of Justice, New York/Londres, Routledge, 1992.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter