Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes II

 | 
Annie Bureau
, 
Françoise Collin
, 
Corinne Deloy
, 
et al.

Débat : des luttes toujours actuelles

Les violences envers les femmes en France : contexte, résultats et impact de l’enquête Enveff1

Maryse Jaspard

Texte intégral

  • 1 Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France.

1Considérée comme essentielle pour l’élimination des inégalités entre les sexes, la lutte contre les violences faites aux femmes a émergé sur la scène internationale, sous la pression des Organisations non gouvernementales féministes, en 1985 à Nairobi, lors de la 3e Conférence mondiale sur les femmes. Depuis, les grands organismes internationaux ont formulé des recommandations et mis en place des plans d’action pour cerner le phénomène et tenter de l’éradiquer.

2En France, la dénonciation des violences contre les femmes a été le fait des militantes féministes dès le début des années soixante-dix. La lutte s’est articulée autour de trois axes : la qualification juridique du viol en tant que crime, la reconnaissance du harcèlement sexuel au travail, la lutte contre les violences conjugales. Les mobilisations se sont faites de façon différente et avec un relatif décalage temporel. Les pouvoirs publics ont apporté des réponses à ces problèmes au plan judiciaire : la loi du 23 décembre 1980 a donné une définition juridique du viol et, en 1992, la réforme du code pénal a introduit des dispositions relatives au harcèlement sexuel au travail et des aménagements qui permettent de prendre en compte les violences conjugales. Les associations de lutte contre les violences faites aux femmes (Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail-AVFT, Collectif féministe contre le viol, Fédération nationale solidarité femmes) ont reçu des aides de l’État qui les ont confortées dans leur action. En 1995, la mission de coordination de la 4e Conférence mondiale des femmes a retenu le thème des violences parmi les axes prioritaires de la contribution française et recommandé que la collecte de statistiques précises concernant les violences faites aux femmes soit programmée comme premier temps d’une action intégrée de lutte contre la violence faite aux femmes.

Contexte de l’enquête Enveff

3En 1997, la connaissance du phénomène était partiellement cernée par les statistiques administratives (police, justice, associations) et par des enquêtes de victimation peu adaptées. Si les associations d’aide aux victimes connaissaient bien les situations de violence vécues par les personnes qui s’étaient adressées à elles, les recherches qualitatives disponibles étaient peu nombreuses et on ignorait ce qui se passait dans l’ensemble de la population. Aussi, la réalisation d’une enquête en population générale s’avérait indispensable pour prendre la mesure réelle du phénomène. Ce d’autant plus que le débat sur les violences envers les femmes se nourrissait de nombreux préjugés. Cette enquête devait permettre la production de données valides, obtenues sur un échantillon représentatif de la population des femmes résidant en France, et apporter une information utile pour les différents partenaires institutionnels (politiques, sociaux, médias…) et pour l’ensemble de la société.

  • 2 L’équipe Enveff est composée de : Maryse Jaspard, responsable de l’enquête, Elizabeth Brown, Insti (...)
  • 3 Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, Jaspard, Maryse, « Compter les violences envers les femmes. Cont (...)

4Profitant de l’élan suscité par la conférence de Pékin, le Service des droits des femmes commandite une enquête dès 1997 ; le Secrétariat d’État aux droits des femmes et à la formation professionnelle soutiendra ensuite l’opération. Mais l’enquête verra le jour dans un contexte scientifique très circonspect par rapport à cette thématique. Deux difficultés propres aux recherches françaises se cumulaient : le peu de travaux déjà réalisés sur ce thème et la persistance d’un dénigrement opposé à la qualité scientifique des recherches-action. Il fallait non seulement relever le défi méthodologique de la mesure d’un phénomène aux contours flous et construire un objet sociologique quantifiable, les violences envers les femmes, mais aussi faire reconnaître la légitimité du sujet et justifier la faisabilité de l’opération. On comprendra ainsi pourquoi, au début, aucun des grands organismes publics de recherche scientifique (Insee, Ined, Inserm…) n’a montré d’intérêt pour ce thème. C’est un centre de recherche universitaire, l’Institut de démographie de l’université Paris I (Idup) qui a assuré la coordination de l’enquête réalisée par une équipe de recherche interdisciplinaire2. Dès la publication du bilan de l’enquête pilote menée en 1998 par cette équipe, des partenariats se sont mis en place avec des statisticiens de l’Insee et de l’Ined, membres du Conseil national de l’information statistique (Cnis). Finalement, grâce à la pugnacité des chercheuses, l’enquête a reçu le label du Cnis, et a fait partie du programme d’enquêtes statistiques des services publics établi par le Conseil national de l’information statistique pour l’année 2000 (J.O. du 23 janvier 2000). En 2000, le problème des violences contre les femmes était reconnu comme une question légitime de la statistique française3.

Objectifs et méthodologie de l’enquête Enveff

5L’enquête Enveff avait pour objectif prioritaire d’évaluer la fréquence des divers types de violences interpersonnelles qui s’exercent envers les femmes, à l’âge adulte, dans leurs différents cadres de vie (couple, famille, travail, lieux collectifs). Tous les types de violences, verbales, psychologiques, physiques et sexuelles ont été pris en compte, quels qu’en soient le(s) auteur(e)s. Au-delà des fréquences, l’enquête Enveff analyse le contexte familial, social, culturel et économique des situations de violence, ainsi que les processus à l’œuvre. Elle étudie les réactions des femmes aux violences subies et leurs recours auprès de leur entourage et des services institutionnels, ainsi que les conséquences de la violence sur la santé physique et mentale, la vie familiale et sociale et l’usage de l’espace.

6Première enquête statistique sur ce thème en France, elle ne bénéficiait dans l’Hexagone d’aucune expérience antérieure directement transposable. La construction de la problématique et la méthodologie de recherche se sont appuyées sur le bilan tiré des travaux internationaux sur la question bien qu’il ait été difficile de se référer totalement aux expériences étrangères en la matière : nombre d’enquêtes étaient centrées sur le seul cadre familial et d’autres prenaient en compte seulement la violence masculine.

7La collecte des données a été menée en 2000, par téléphone auprès d’un échantillon représentatif de 6 970 femmes âgées de 20 à 59 ans et résidant, hors institution, en métropole. Les procédures d’appel des enquêtées et la gestion des fichiers de numéros de téléphone assuraient le respect de l’anonymat total, la confidentialité et la sécurité des personnes interrogées. En raison de la sensibilité du sujet, et afin de prévenir d’éventuels risques pour les répondantes, le protocole de collecte prévoyait de nombreuses précautions et un dispositif de relais associatif a été mis en place.

8Dans la continuité, des enquêtes analogues ont été réalisées en Polynésie (en face à face) et à l’Île de la Réunion (par téléphone) en 2002, en Nouvelle-Calédonie (en face à face) en 2003 sur des échantillons de 1 000 femmes.

9Le questionnaire4 d’une durée de 45 minutes reposait sur une méthodologie particulière : l’évocation progressive des actes de violence a facilité la mise en confiance de l’interviewée et favorisé la remémoration d’événements parfois très anciens. Afin d’établir une relation de confiance avec l’interviewée, les questions sur les actes de violence ne viennent qu’à l’issue d’un module recueillant des données contextuelles (caractéristiques familiales, économiques, sociales, résidentielles…), des éléments biographiques et d’état de santé.

10Les modules suivants appréhendent les faits de violence subis pendant les douze derniers mois dans les différents cadres de vie : espaces publics, sphère professionnelle, couple, famille. Dans les questions, les mots « violence » ou « agression » ne sont pas utilisés, seuls des « faits » sont évoqués, ils sont décrits avec le plus de précision possible de façon à limiter la part de subjectivité des réponses. Ces modules sont introduits par une définition détaillée du cadre de vie, et les questions sur les actes de violence se répètent à l’identique – dans la mesure du possible – dans chaque contexte. L’investigation porte également sur les circonstances, réactions et recours des femmes auprès de l’entourage ou des institutions, ceci pour le fait le plus grave selon l’avis de l’enquêtée.

11La dernière partie du questionnaire mesure les agressions physiques endurées depuis l’âge de 18 ans et les agressions sexuelles subies au cours de la vie. L’âge, les auteurs, les circonstances, et les recours judiciaires sont enregistrés.

Définitions de la violence

12Le concept de violences envers les femmes s’inscrit dans une problématique de genre qui analyse la violence masculine comme un mécanisme social contribuant à maintenir la subordination des femmes envers les hommes. Ce qui n’exclut pas que les femmes puissent aussi être vecteurs de la domination masculine, par exemple dans le cas des mutilations sexuelles ou des mariages forcés où elles jouent un rôle considérable ; plus globalement dans les phénomènes de discrimination des filles par rapport aux garçons qui persistent dans l’éducation des enfants, et d’une manière générale dans la reproduction des représentations sexuées.

13La définition retenue dans l’enquête Enveff est la suivante : « La violence est fondée sur un rapport de force ou de domination qui s’exerce par les brutalités physiques ou mentales entre au moins deux personnes. Il s’agit d’imposer sa volonté à l’autre, de le dominer, au besoin en l’humiliant en le dévalorisant, le harcelant jusqu’à sa capitulation et sa soumission

14 Jaspard, Maryse, Brown, Elisabeth, Condon, Stéphanie et alii, « Les violences envers les femmes en France. Une enquête nationale », Paris, ministère des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité, ministère délégué à la Parité et à l’Égalité professionnelle, La Documentation française, Collection « Droits des femmes », 2003.

Principaux résultats de l’enquête

15Pour estimer la fréquence des divers types de violences (à l’exception des agressions verbales), il a été nécessaire de construire des indicateurs regroupant plusieurs variables :

  • Les agressions physiques : donner des gifles, des coups avec ou sans objet contondant, menacer avec une arme, tenter d’étrangler ou de tuer, exercer d’autres brutalités physiques ; plus, enfermer ou empêcher de sortir, abandonner sur la route (en voiture), empêcher de rentrer chez soi, pour le conjugal ; plus, vol avec violences dans l’espace public.
  • Les atteintes et avances sexuelles : « pelotage » ; plus dans le cadre du travail, faire des avances sexuelles déplaisantes, imposer des images pornographiques.
  • Les agressions sexuelles : attouchement, tentative de rapport forcé, rapport forcé ; pour le conjugal, imposer des rapports sexuels par la force, imposer des gestes sexuels refusés.
  • Pressions psychologiques : pour le conjugal, menacer de s’en prendre aux enfants, contrôler les sorties, les relations ; imposer des comportements ; dévaloriser, dénigrer ; refuser de parler, empêcher d’avoir accès aux ressources. Au travail, brimades, dénigrement, mise à l’écart.

Tableau 1 : Proportion de femmes ayant déclaré avoir subi des violences au cours des douze derniers mois dans trois cadres de vie (%).

Tableau 1 : Proportion de femmes ayant déclaré avoir subi des violences au cours des douze derniers mois dans trois cadres de vie (%).
  • 6 Essentiellement « pelotage », « coincée pour embrasser » et quelques cas d’attouchement du sexe, d (...)
  • 7 Parmi les trois composantes de cet indice (brimades, critiques ou dénigrement, mise à l’écart), l’ (...)
  • 8 Attentions insistantes et gênantes, avances non désirées, imposition d’images pornographiques, pel (...)
  • 9 Avoir subi au moins quatre faits constitutifs des pressions psychologiques dont l’un au moins a un (...)

Champ : * ensemble des femmes de 20 à 59 ans ; ** femmes de 20 à 59 ans ayant exercé une activité professionnelle au cours des 12 mois précédant l’enquête ; *** femmes de 20 à 59 ans ayant eu une relation de couple au cours des 12 mois précédant l’enquête.
Note (1)6
Note (2)7
Note (3)8
Note (4)9

16Dans les trois sphères (espace public, travail, couple), quel que soit le type de violence, les femmes les plus jeunes, entre 20 et 24 ans, ont déclaré en avoir subi plus que leurs aînées.

17« L’espace public » est un environnement « extérieur », par opposition au couple, à la famille ou au monde du travail : la rue, les transports en commun, les administrations, les magasins, les clubs de sport, les restaurants, les discothèques ou les jardins publics, etc. Dans ce cadre, l’agression la plus fréquente est l’insulte ou la menace verbale. Vient ensuite le « harcèlement de rue », qui correspond à un ensemble de comportements sexistes itératifs dont les femmes peuvent être la cible. Ainsi, le taux de harcèlement sexuel dans les lieux publics s’élève à 10 %. Il est dénoncé par près d’une jeune francilienne sur trois, voire une sur deux si l’on ajoute les agressions verbales. Les espaces publics, particulièrement dans les grandes agglomérations, apparaissent ainsi comme un espace inégalitaire et sexiste. S’il est indéniable que cette forme de harcèlement entrave la libre circulation des femmes dans les espaces publics, il ne conduit pas inéluctablement à des agressions sexuelles caractérisées. À l’aune d’une année, les violences portant plus directement atteinte au corps sont relativement peu fréquentes dans la rue, ces agressions relèvent davantage de la sphère privée.

18Au travail, les pressions psychologiques et les agressions verbales sont largement dénoncées. Alors que les injures sont souvent proférées par des clients et usagers, les pressions psychologiques sont plutôt le fait de collègues ou supérieurs. Les collègues féminines participent à ces atteintes. Un rapport équilibré des effectifs d’hommes et de femmes sur le lieu de travail réduit la proportion de toutes les atteintes alors qu’une surreprésentation masculine accroît les manifestations de violence. Les violences physiques sur la personne sont très peu nombreuses dans le monde du travail, la transgression de l’interdit semble quasiment impossible. Les agressions sexuelles (attouchements, tentatives de rapport forcé et rapports forcés) sont rares à l’échelle de l’année. En revanche, 2 % des femmes ont subi des formes de harcèlement sexuel : elles ont dû refuser des avances sexuelles déplaisantes, elles ont été pelotées ou embrassées de force, ont eu affaire à un exhibitionniste ou à un voyeur, ou se sont vues imposer des images pornographiques.

Les violences conjugales

19Dès les premières analyses, il ressort que c’est dans le cadre du huis clos conjugal que s’exercent le plus de violences de toutes natures. Bien que les coups et les autres brutalités physiques ou les tentatives de meurtre soient majoritairement le fait des conjoints, le terme de « femmes battues », couramment utilisé, ne rend pas compte de la totalité des violences au sein du couple où les pressions psychologiques tiennent une grande place. Ces pressions psychologiques comprennent les actions de contrôle (exiger de savoir avec qui et où l’on a été, empêcher de rencontrer ou de parler à des amis ou famille), d’autorité (imposer des façons de s’habiller, de se coiffer ou de se comporter en public), les attitudes de dénigrement ou de mépris.

20La confusion entre violence et conflit est courante. Le conflit se manifeste principalement par des disputes qui peuvent dégénérer en scènes de ménages itératives, mais c’est un mode relationnel qui implique la réciprocité entre les protagonistes alors que si la violence peut prendre des formes identiques (agressions verbales et physiques) elle est univoque. Dans la situation de violences, c’est toujours la même personne qui subit les coups et qui cède lors des altercations. Les données de l’enquête Enveff permettent de distinguer les situations de violence des climats conjugaux conflictuels ; je présente ici seulement les résultats sur les violences.

21Ainsi la violence conjugale est une réalité aux formes multiples dont la perception n’est pas toujours immédiate, aussi bien pour les auteurs que pour les victimes ou leur entourage. Par-delà les actes violents caractérisés (brutalités physiques et sexuelles), l’accumulation de faits, de gestes, de paroles en apparence sans gravité, peut constituer un comportement violent. Distinguer séparément des types de violences verbales, psychologiques, physiques ou sexuelles s’avère peu pertinent car, dans de nombreux cas, ces formes d’agressions s’entrecroisent. Le terme de situation de violence conjugale apparaît plus à même de rendre compte de la réalité vécue par le plus grand nombre de victimes. C’est pourquoi nous avons calculé des taux globaux de violences conjugales.

22Le taux global de violence conjugale regroupe les agressions verbales, les atteintes psychologiques, les agressions physiques et sexuelles ; il tient compte de la multiplicité et de la fréquence des faits cités. La gravité de la situation n’est pas liée à la nature de l’agression (physique, psychologique…), mais à la répétition des faits et au cumul des divers types d’actes violents. Le taux se décompose en deux niveaux. Le premier correspond surtout aux insultes répétées et au harcèlement psychologique et, dans des cas plus rares, à des agressions physiques ou sexuelles uniques ; il concerne trois quarts des femmes en situation de violences conjugales. Le second regroupe les situations de cumul de violences ; ici se produisent souvent des agressions physiques ou sexuelles, répétées ou associées aux violences verbales et au harcèlement psychologique.

Tableau 2 : Proportion de femmes en situation de violence conjugale au cours des douze derniers mois selon l’âge (%)

Tableau 2 : Proportion de femmes en situation de violence conjugale au cours des douze derniers mois selon l’âge (%)
  • 10 Femmes de 20 à 59 en couple au moment de l’enquête.

Note *10

23Avec l’avancée en âge, la proportion de situations de harcèlement psychologique diminue, par contre les situations de cumul se rencontrent à tous les âges de la vie. Les fréquences de ces situations de violences ne sont pas affectées par la présence d’enfants. Au regard du calendrier du déclenchement des actes violents, la thèse d’un engrenage inexorable des types de violences doit être nuancée : des situations de cumul de violences peuvent se déclencher très tôt et perdurer ; à l’opposé, des situations de harcèlement psychologique peuvent se dérouler tout au cours de la vie sans passage à des agressions physiques ou sexuelles.

24La fréquence des situations de violence suit les fluctuations des histoires amoureuses, notamment des remises en couple. La multiplicité des unions accroît les taux de violences conjugales : les femmes qui entament une nouvelle vie de couple hors mariage, après une rupture, ont plus souvent affaire à un partenaire violent. Toutefois, le mariage ne protège pas des agressions d’un conjoint : les femmes divorcées ou séparées ont fréquemment été victimes de violences de la part de leur ex-conjoint pendant la vie commune et après la rupture.

25Les chômeuses et les étudiantes ont le taux global le plus élevé (plus de 11 %). Toutefois les chômeuses sont deux fois plus dans une situation de cumul de violences (2,9 % contre 1,3 %) que les étudiantes, elles sont ainsi proches des autres inactives et des ouvrières (environ 3 %), et de façon plus inattendue, des femmes cadres (2,6 %). Mais les plus touchées sont de loin les chômeuses non indemnisées : 4,3 % sont en situation de cumul de violences. La sensibilité aux actes violents diffère d’un groupe social à l’autre ; ce phénomène est certainement perceptible pour le harcèlement psychologique, mais il joue très peu dans les situations de cumul. Ce qui permet de confirmer que les violences conjugales gravissimes traversent tous les milieux sociaux.

  • 11 Brown, Elizabeth, Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, Jaspard, Maryse, « Les paroxysmes de la concil (...)

26La présence d’enfants ne freine pas un conjoint violent et les enfants sont les premiers témoins des scènes de violence, ce d’autant plus que la situation est plus grave et inscrite dans la durée. Il est alors aisé d’imaginer la détresse d’une mère victime confrontée à une situation écrasante et contradictoire : maintenir à tout prix la relation pour protéger ses enfants et mettre en danger ces mêmes enfants dans ce contexte violent. Cette situation ne peut être sans effet sur sa vie professionnelle : il y a souvent cumul entre violences intimes et violences au travail11.

  • 12 Jaspard, Maryse, Brown, Elizabeth, Lhomond, Brigitte, Saurel-Cubizolles, Marie-Josèphe, « Reproduc (...)

27Alors que la probabilité d’être victime de violences conjugales est multipliée par cinq lorsqu’on a subi des sévices et des coups dans l’enfance et par trois lorsqu’on a été témoin de violences conjugales dans la famille d’origine, on comprendra que la prévention des violences conjugales commence dès le plus jeune âge. Par ailleurs, « rester pour les enfants » ne semble pas ce qu’il y a de mieux pour ces derniers qui, à de rares exceptions près sont spectateurs ; ils sont mis sur la touche d’un match viril qui se déroule dans le huis clos conjugal. Nous avons montré12 que la séparation des parents ne grève pas davantage la construction de la personne qu’un climat de violence, « lorsqu’on isole les cas de graves conflits ou climats de violences entre les parents, la part de répétition de la victimation reste identique que les parents se soient ou non séparés avant que la fille ait 14 ans ».

Impact de l’enquête : le voile du silence s’est-il levé ?

28En 2000, dans un climat médiatique alors discret sur la question, les deux tiers des victimes de violences sexuelles ont dévoilé ces faits au moment de la passation du questionnaire de l’enquête Enveff, sans doute parce que les conditions d’anonymat de l’enquête s’y prêtaient. Les femmes victimes se taisent parce qu’elles ont peur ; parce qu’elles se sentent coupables et honteuses, elles minimisent les faits de violences qu’elles subissent, quand elles ne les dénient pas totalement.

  • 13 Maryse, Jaspard et l’équipe Enveff, « Nommer et compter les violences envers les femmes : une prem (...)

29Les premiers résultats de l’enquête Enveff ont été diffusés deux mois après la mise à disposition du fichier de données, lors de la conférence de presse du 6 décembre 2000. Le numéro de janvier de Population et sociétés13 qui présentait les premiers résultats, a servi en quelque sorte de référence.

30Les médias ont très largement diffusé – de façon plus ou moins exacte selon les supports de communication –, l’ensemble des résultats présentés lors de la première conférence de presse de décembre 2000. Au bout du compte, parmi ces informations, deux chiffres ont plus particulièrement retenu l’attention et font en quelque sorte référence :

  • Une femme sur dix est victime de violences conjugales.
  • 50 000 viols ont été perpétrés au cours de l’année de l’enquête.

31Ces deux chiffres ont surpris par leur ampleur, et leur divulgation a sans conteste accéléré la prise de conscience de l’ensemble du corps social.

32Les acteurs sociaux et politiques ont pu s’appuyer sur l’ensemble de ces premiers résultats pour parfaire leurs actions de lutte contre les violences faites aux femmes. Les chercheuses d’Enveff elles-mêmes ont accompli un énorme travail d’information en se déplaçant dans la France entière pour communiquer les résultats de l’enquête.

33La campagne de lutte contre les violences envers les femmes mise en œuvre par le Secrétariat aux droits des femmes, lancée lors des assises nationales de janvier 2001, s’est inspirée des conclusions d’Enveff et a intégré le changement d’image de femmes victimes de violences : de la femme battue (l’autre marquée, stigmatisée), on est passé à la femme victime de violences (soi-même ou une proche), qui se tait, mais qui peut maintenant parler. Libérer la parole, première condition de la lutte contre les violences, d’où le slogan retenu : « Briser le silence ». Ainsi les données de l’enquête Enveff ont pu servir de support de sensibilisation et de formation pour nombre d’intervenants sociaux.

34Il y a eu une relative stimulation entre ministères, Santé principalement et Éducation nationale. La commission Henrion, pour rendre ses conclusions s’est appuyée en partie sur les données de l’enquête Enveff – une chercheuse de l’équipe Enveff participait à cette commission. Mais l’interministériel a trouvé rapidement ses limites et n’a pas eu le temps d’aboutir. Notamment, le projet d’élargissement de l’enquête aux dom-tom, à la demande des institutions locales, a suscité peu d’enthousiasme de la part des ministères. Le Secrétariat d’État à l’Outre-mer et le Secrétariat d’État des droits des femmes ont financé uniquement les enquêtes pilotes dans les dom. L’enquête à La Réunion a été réalisée grâce à l’implication des institutions locales et de quelques organismes de recherche ; les enquêtes dans les dfa sont restées bloquées faute de crédits. Dans les tom, l’enquête a été menée en Polynésie sous l’égide du ministère de la Santé du gouvernement territorial ; et en Nouvelle-Calédonie, elle a été réalisée par des chercheuses sur des crédits de divers appels d’offre, quasiment en dehors des circuits politiques.

  • 14 Jaspard, Maryse, Brown, Elisabeth, Condon, Stéphanie et alii, « Les violences envers les femmes en (...)

35La publication de l’ouvrage de synthèse sur les résultats a connu quelques atermoiements entre la remise du texte et son édition. Et, en 2003, avant même que les résultats finaux soient publiés à la Documentation française14, la polémique très médiatisée orchestrée par Élisabeth Badinter lors de la sortie de son essai antiféministe, a ravivé le débat autour de cette question. Il faut bien signaler qu’après l’engouement médiatique de l’an 2000, les conférences de presse suivantes qui donnaient des analyses détaillées connurent un succès mitigé. Et il est probable que la sortie du livre Enveff a en quelque sorte bénéficié de cette polémique qui s’est instaurée trois ans après les premières publications. Toutefois, on peut penser que les résultats de cette enquête ont en quelque sorte attisé un antiféminisme latent et, en pratiquant l’amalgame, alimenté des diatribes virulentes, largement diffusées par les médias. La focalisation sur les résultats de cette enquête a de quoi étonner ; on ne fait pas si grand cas habituellement des enquêtes statistiques ; cela rappelle simplement que l’enjeu est d’importance, que les rapports de pouvoir qui traversent notre société sont des rapports de sexe, mais aussi de classe. Deux éléments ont particulièrement dérangé les détracteurs : la mise en avant de l’importance des violences psychologiques, et le fait que le phénomène touche tous les groupes sociaux, les deux étant d’ailleurs liés.

36Malgré tout, les données de l’enquête, conformément à la demande des commanditaires ont été grandement utilisées par les décideurs politiques, les divers acteurs institutionnels ou de terrain et les intervenants sociaux en charge de résoudre les problèmes de prévention et d’aide aux victimes. Les chercheurs, en continuant à approfondir leurs analyses, ont vu émerger de nouveaux questionnements. Les violences envers les femmes occupent plus que jamais le devant de la scène, au sens propre et au sens figuré, puisque l’on voit se multiplier les actions culturelles (théâtre, cinéma, animations en milieu scolaire). Il s’ensuit une sensibilisation accrue autour du phénomène plus global des rapports entre hommes et femmes qui contribue à la remise en cause des comportements sexistes à l’origine de ces violences. Si l’on peut percevoir en France une réticence à la reconnaissance de certains types de violences, comme les violences psychologiques, le harcèlement sexuel ou encore le viol entre proches, le contexte européen, tant au niveau scientifique qu’au niveau politique, est plutôt sensible à ces questions. Les pays de l’Europe du Nord ont depuis longtemps considéré les violences envers les femmes comme un problème de société, ils entraînent dans leur sillage les pays du sud et de l’est de l’Europe. La France ne fait pas figure de pionnière en la matière, la société française se situant, pour le moment, à la croisée des évolutions des rapports sociaux entre les sexes. Les polémiques autour de l’enquête Enveff ont fait apparaître au grand jour le discrédit relativement consensuel dont faisait l’objet les « féministes », nébuleuses momifiées et fantasmées, d’une réalité politique et militante aussi vivante que diversifiée.

Bibliographie

Bibliographie

Jaspard, Maryse, Sociologie des comportements sexuels, La Découverte, coll. Repères, 2005, 128 p.

Jaspard, Maryse, Les Violences contre les femmes, La Découverte, coll. Repères, 2005, 128 p.

Notes

1 Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France.

2 L’équipe Enveff est composée de : Maryse Jaspard, responsable de l’enquête, Elizabeth Brown, Institut de démographie de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (Idup) ; Stéphanie Condon, Jean-Marie Firdion, Institut national d’études démographiques (Ined) ; Annik Houel, Université Lumière-Lyon II ; Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Brigitte Lhomond, Florence Maillochon, Marie-Ange Schiltz, Centre national de la recherche scientifique (Cnrs) ; Marie-Josèphe Saurel-Cubizolles, Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

3 Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, Jaspard, Maryse, « Compter les violences envers les femmes. Contexte institutionnel et théorique de l’enquête Enveff », Cahiers du genre, n° 35, p. 41-65.

4 Le questionnaire de l’enquête Enveff est disponible sur le site de l’IDUP (http//idup.univ-paris1.fr et de l’INED dans la collection « Documents de travail », n° 116 (www.ined.fr:publications/collections/

11 Brown, Elizabeth, Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, Jaspard, Maryse, « Les paroxysmes de la conciliation, violences au travail et violence du conjoint », Travail, Genre et sociétés, n° 8, septembre 2002, p. 149-165.

12 Jaspard, Maryse, Brown, Elizabeth, Lhomond, Brigitte, Saurel-Cubizolles, Marie-Josèphe, « Reproduction ou résilience : Les situations vécues dans l’enfance ont-elles une incidence sur les violences subies par les femmes à l’âge adultes ? », Revue française des Affaires sociales, n° 3, juillet-septembre 2003, p. 159-189.

13 Maryse, Jaspard et l’équipe Enveff, « Nommer et compter les violences envers les femmes : une première enquête nationale en France », Population et sociétés, n° 364, Ined, janvier 2001.

14 Jaspard, Maryse, Brown, Elisabeth, Condon, Stéphanie et alii, « Les violences envers les femmes en France. Une enquête nationale », op. cit., 2003.

Notes de fin

6 Essentiellement « pelotage », « coincée pour embrasser » et quelques cas d’attouchement du sexe, de tentative de viol et viol.

7 Parmi les trois composantes de cet indice (brimades, critiques ou dénigrement, mise à l’écart), l’une au moins a une occurrence fréquente.

8 Attentions insistantes et gênantes, avances non désirées, imposition d’images pornographiques, pelotage, et quelques cas d’attouchement du sexe, de tentative de viol et viol.

9 Avoir subi au moins quatre faits constitutifs des pressions psychologiques dont l’un au moins a une occurrence fréquente.

10 Femmes de 20 à 59 en couple au moment de l’enquête.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Proportion de femmes ayant déclaré avoir subi des violences au cours des douze derniers mois dans trois cadres de vie (%).
Légende Champ : * ensemble des femmes de 20 à 59 ans ; ** femmes de 20 à 59 ans ayant exercé une activité professionnelle au cours des 12 mois précédant l’enquête ; *** femmes de 20 à 59 ans ayant eu une relation de couple au cours des 12 mois précédant l’enquête.Note (1)6Note (2)7Note (3)8Note (4)9
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau 2 : Proportion de femmes en situation de violence conjugale au cours des douze derniers mois selon l’âge (%)
Légende Note *10
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Auteur

Maître de conférences à l’Institut de démographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter