Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes II

 | 
Annie Bureau
, 
Françoise Collin
, 
Corinne Deloy
, 
et al.

Débat : le monde du travail, le pouvoir économique

Le monde du travail, le pouvoir économique

Marie-Anne Juricic

Texte intégral

1Merci d’assister et de participer à ce colloque, qui ce soir, portera sur la thématique suivante : « Le monde du travail et le pouvoir économique », étudiés et analysés à l’aune des rapports sociaux de sexe, en prenant en considération la dimension sexuée, genrée de la sphère professionnelle et économique.

2Du xxe siècle à l’orée du xxie siècle, nous avons assisté à un mouvement de féminisation du salariat où la continuité de la vie professionnelle des femmes semble s’inscrire dans une démarche spontanée, logique et légitime. Et lorsque l’on mesure à la fois les évolutions, les contrastes et les paradoxes que vivent les femmes sur le marché du travail, d’un côté, nous assistons à une transformation sans précédent dans l’histoire des femmes et dans l’histoire du salariat féminin, mais de l’autre, nous observons que ces mutations majeures n’ont pas éradiqué les mécanismes de production d’inégalités de sexe, qu’il s’agisse des écarts de salaires, des différences de carrières, des ségrégations, du chômage, des sous-emplois ou des emplois précaires.

3L’histoire du travail féminin est ainsi jalonnée par toutes sortes d’avancées vers l’égalité, par des stagnations, mais aussi par des régressions, des inégalités, ou qui se reconduisent, ou qui se déplacent. C’est pourquoi interroger l’activité, le travail, le chômage et le sous-emploi permet de saisir les bouleversements qui ont affecté les modalités de l’activité féminine tout en questionnant les rapports sociaux de sexe et les statuts des femmes et des hommes au sein de la société.

4En effet, jusqu’où et comment, le repositionnement des femmes sur le marché du travail et son rééquilibrage au sein de la population active ébranlent-ils les fondements millénaires et planétaires de la domination masculine ? Comment les inégalités professionnelles et économiques s’agencent-elles dans un monde où le travail est en pleine mutation, dans un univers où le chômage perdure, sévit, guette et menace un certain nombre d’individus, en fragilisant de facto une population active qui doit faire face à une économie complexe, erratique et qui se mondialise de plus en plus.

5Depuis environ trente ans, l’étude sur les femmes, sur la différence des sexes, sur la construction sociale des identités féminines et masculines s’est développée et imposée de plus en plus, et les travaux de sociologues comme Margaret Maruani, Jacqueline Laufer, Danielle Kergoat ou Dominique Méda – et j’en oublie encore beaucoup d’autres –, ont non seulement montré l’importance des analyses sexuées du monde du travail, mais bien plus que cela.

6Ces travaux ont mis en scène tout l’enjeu politique, social, économique qui existe entre les sexes à la fois dans le monde du travail et dans la société en général, puisque occuper une certaine place professionnellement, être exclue de l’emploi, être au RMI ou être au chômage, avoir un travail précaire, être considérée comme inactive ou comme une travailleuse peu qualifiée, ne regarde pas uniquement la sphère professionnelle, mais engage toute une vie, et concerne le statut social, relationnel, culturel, économique et psychologique, qui d’ailleurs soulève la question du pouvoir, de l’égalité, de la liberté et des déterminismes sociaux comme la reconduction ou la répétition des inégalités entre femmes et hommes. Et je pense de façon plus générale, que les inégalités dans le travail, les discriminations et l’absence de travail, interpellent le fonctionnement de la démocratie.

7Si aujourd’hui les femmes ont massivement investi le monde du travail salarié (je rappelle que la part des femmes dans la population active s’élève à 46 %), elles n’en demeurent pas moins victimes de discriminations à l’embauche. Selon la revue Rebonds de mars 2000, près d’un quart des recruteurs avouent, lors d’un entretien d’embauche, interroger une postulante sur son projet maternel, alors que la loi l’interdit.

8Le salaire des femmes est inférieur d’environ 26 % en moyenne à celui des hommes. 80 % des salaires les plus bas sont des salaires féminins. Dans les grands corps d’État, les femmes constituent à peine 15 % des effectifs alors que le taux de féminisation de la fonction publique est de 55 %. Les femmes perçoivent moins de primes que les hommes, même si elles ont globalement de meilleures conditions de travail que les hommes, vu que ceux-ci occupent plus souvent des postes professionnels plus dangereux et plus nocifs pour la santé.

9Quels que soient la catégorie professionnelle, la qualification ou l’âge observé, les femmes sont plus touchées par le chômage que les hommes. En plus, le chômage féminin apparaît moins choquant que le masculin car il bénéficie d’une certaine tolérance sociale. Les femmes occupent plus souvent des emplois précaires et connaissent un taux de licenciement supérieur à celui des hommes et surtout elles sont plus souvent amenées à changer d’emploi au cours de leur vie ; un exemple : en 1999, le taux de rotation des femmes salariées était de 45,7 % contre 28,5 % pour les hommes.

10Le travail à temps partiel constitue la discrimination la plus emblématique sur le marché de l’emploi : 83 % des personnes travaillant à temps partiel sont des femmes. Or ce type de travail là, signifie aussi salaire partiel, chômage partiel, et retraite partielle. Faut-il rappeler encore que l’accès en masse des femmes au monde du travail salarié ne les a pas dédouanées du travail domestique – qui reste malheureusement encore souvent (même si les choses évoluent un peu) l’apanage des femmes – et en même temps ce travail est effectué gratuitement.

11Pour ce qui a trait à la concentration des emplois féminins, les femmes restent plus limitées dans leur choix professionnel que les hommes. De plus, elles sont moins présentes dans les secteurs les plus rémunérateurs : elles deviennent souvent enseignante, infirmière, assistante sociale ou occupent des emplois de personnels de service.

12Si l’inégalité entre les sexes est toujours de mise dans la sphère professionnelle et économique, en revanche les cadres juridiques français et européen favorisent pourtant une égalité professionnelle, qui peine à se traduire dans les faits. La loi de décembre 1972 a instauré dans le code du travail le principe d’égalité de rémunération entre les sexes, pour les travaux de valeur égale. En 1983, Yvette Roudy, ministre des droits des femmes a fait voter une loi favorisant l’égalité entre les sexes dans tous les domaines professionnels. En mai 2001, la loi Génisson comporte un caractère obligatoire quant à l’égalité professionnelle. Mais force est de constater que les tâches domestiques et parentales pèsent sur les carrières féminines et les lois restent peu appliquées. Au niveau du cadre européen, plusieurs directives garantissent l’emploi des femmes et l’égalité des rémunérations. De plus, une directive de 1997 consacre le renversement de la charge de la preuve dès lors qu’existe une présomption de discrimination : en cas de plainte, ce sont aux employeurs de prouver que la différence de salaire est objectivement justifiée et non plus aux salariées.

13L’union européenne se préoccupe aussi de la sphère domestique : la résolution du conseil de l’Europe du 29 juin 2000 consacre le principe d’un partage équilibré entre parents, pour les activités familiales et professionnelles. Enfin, des programmes spécifiques pour améliorer l’égalité entre femmes et hommes sont et peuvent être financés par l’Europe.

  • 1 Molinier, Pascale, L’énigme de la femme active. Égoïsme, sexe et compassion, Paris, Payot (Rivages (...)

14Pour finir, je voudrais faire référence à l’ouvrage de Pascale Molinier : L’Énigme de la femme active. Égoïsme, sexe et compassion1, aux éditions Payot, qui reste un ouvrage capital pour comprendre en quoi le travail créé l’identité sexuée. Le livre montre également que l’identité est l’armature de la santé mentale, et questionne de façon judicieuse l’articulation qui existe entre le travail féminin et le souci de l’autre, la compassion et l’éthique de la sollicitude. Plus généralement, Pascale Molinier analyse ce qu’elle appelle « les défaites de la femme active » et qui se traduisent par une crise, un épuisement, un débordement, par de la culpabilité, de la dépréciation de soi de la part de certaines femmes actives. Car être à l’écoute, répondre aux besoins d’autrui, soigner la maladie et la souffrance des plus vulnérables, être disponible à l’envi, faire face à l’agressivité, à l’impatience et aux rapports sociaux de hiérarchie, tel est souvent le travail des femmes. Or assister, soutenir, soigner, anticiper les besoins d’autrui constitue un effort et un entraînement psychologique qui résultent d’une construction sociale, mais qui a un coût en termes de santé mentale et physique.

15Et les hommes dans tout cela, comment leur virilité ou leur masculinité s’agence-t-elle dans la sphère professionnelle, intime et économique ? Souhaitent-ils déconstruire les rapports d’inégalité entre les sexes ? Car les hommes doivent être convoqués aussi au premier plan, si on veut que la situation entre les sexes change.

16On le voit bien, prendre en considération la dimension sexuée du monde du travail et du pouvoir économique demeure une question cruciale pour appréhender à la fois les évolutions et les inégalités entre les femmes et les hommes, mais aussi pour comprendre le politique et lutter contre les injustices sociales, économiques et politiques qui émaillent les relations entre les sexes.

Notes

1 Molinier, Pascale, L’énigme de la femme active. Égoïsme, sexe et compassion, Paris, Payot (Rivages), 2003.

Auteur

Journaliste et sociologue

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter