Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Féminismes II

 | 
Annie Bureau
, 
Françoise Collin
, 
Corinne Deloy
, 
et al.

Vendredi 1er avril 2005

Introduction

Patricia Paperman

Texte intégral

1Mon introduction sera brève. Le féminisme est encore souvent perçu dans l’opinion publique comme une sorte d’idéologie, une vision tendancieuse incapable de considérer le monde social de façon objective et réaliste. Pour d’autres, il ferait désormais partie du paysage, comme une affaire entendue, solidement établie et prise en compte, trop même. Il convient donc de saluer l’initiative prise par une institution publique aussi prestigieuse que la Bibliothèque publique d’information, d’organiser ces journées qui ne peuvent que contribuer à combattre ces préjugés.

2Pour une société qui se définit en référence à des valeurs démocratiques, la persistance des inégalités entre hommes et femmes dans les différents domaines de l’existence sociale pose un problème complexe dans le registre de l’action politique comme dans le registre de la connaissance (si tant est que l’on puisse aisément dissocier les deux). La reconnaissance de ces inégalités et l’analyse des mécanismes qui les génèrent ne vont pas de soi. Un des apports majeurs du féminisme est d’avoir mis en évidence un obstacle crucial à cette reconnaissance qui se trouve être à la base de la pensée politique courante, sans jamais être thématisée par elle : la distinction entre un monde public, celui de la vie politique et du marché, et un monde privé, le monde domestique de la vie de famille et des relations personnelles. Cette distinction segmente la réflexion. Elle a pour conséquence d’obscurcir le lien entre des inégalités qui ne sont pas indépendantes les unes des autres mais qui se comprennent mieux comme un cycle d’inégalités qui se renforcent mutuellement. Du point de vue des femmes il n’y a pas séparation mais continuité entre les deux mondes.

3La séparation entre le monde public et le monde privé sur laquelle s’appuie la pensée politique constitue également un obstacle à la reconnaissance du caractère politique de certaines questions comme, par exemple, celle des violences subies par les femmes. L’ignorance dans laquelle cette question a été longtemps tenue est exemplaire de la façon dont cette séparation entre les deux sphères régit et définit ce qui mérite d’être traité comme question publique et politique, et ce qui n’est pas censé concerner la collectivité et les règles du vivre ensemble qu’elle institue. Les réactions que continuent de susciter les résultats de l’enquête sur les violences subies par les femmes indiquent peut-être qu’un problème dit privé n’accède pas facilement au rang de question publique.

4C’est dans le langage et la rhétorique des droits que s’articule de façon récurrente, au cours de ces deux journées, le problème de l’accès à l’égalité et à une citoyenneté qui ne soit pas que formelle. On peut toutefois se demander dans quelle mesure ce langage n’est pas également compatible avec le maintien d’injustices qu’il contribue aussi à rendre invisibles. Cette question sera reprise dans le cadre de la session de clôture qui sera l’occasion de réfléchir aux rapports entre les féminismes américains et français qui se développent selon des lignes qui ne sont pas toujours convergentes. Il nous a paru important de rendre justice à la diversité de ses courants, souvent méconnue ou mal connue.

5Les présentations qui se succéderont au cours de ces journées ont pour ambition de rendre visibles et accessibles quelques-uns des développements les plus récents de perspectives féministes sur le politique. Il n’était pas possible, dans le temps limité de cette session, de faire apparaître le large spectre des questions qu’une perspective féministe aborde et renouvelle. Il n’était pas possible non plus de tenter de restituer leur dimension globale ou internationale. Si cette session peut néanmoins donner un aperçu de la diversité, de la richesse et de la fragilité de ces approches à partir de quelques entrées – le monde du travail et le pouvoir économique, les différents niveaux de l’action politique contre les inégalités, les nouvelles mobilisations et leurs enjeux, les violences et l’accès à l’ivg aujourd’hui –, elle aura sans doute atteint un de ses objectifs.

Auteur

Maître de conférences en sociologie à Paris 8-Saint-Denis

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter