Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation III

 | 
Anne Bauer
, 
Brice Couturier
, 
Benoît Frydman
, 
et al.

Lundi 25 septembre 2006. L’environnement entre péril et préservation

S’organiser pour lutter contre la dégradation de l’environnement global

Yannick Jadot

Texte intégral

  • * Directeur des campagnes de Greenpeace France.

1Note portant sur l’auteur*

2Cela fait trente-cinq ans que Greenpeace lutte pour l’environnement. Pour répondre à votre question sur la gouvernance mondiale, on constate des progrès mais aussi des reculs. Mais avant toute chose, excusez-moi d’être arrivé en retard ce soir : j’étais en contact avec mes collègues en Estonie où nous avons bloqué le Probo Koala dans le port de Paldiski, juste à côté de Tallinn. Il s’agit du navire qui avait déversé de grandes quantités de déchets toxiques à Abidjan. On a décidé de bloquer ce bateau qui, après avoir déchargé quelques centaines de tonnes de déchets toxiques, a continué son business. Ce bateau est une pièce à conviction. On appelle maintenant la Commission européenne à faire son travail, car certains pays européens – les Pays-Bas et peut-être l’Espagne – sont impliqués dans cette affaire. Nous voulons connaître la chaîne de responsabilité qui a tout de même coûté la vie de sept personnes et en a intoxiqué quelques dizaines de milliers d’autres.

3Je vais commencer en prenant quelques exemples qui démontrent la complexité des enjeux de la mondialisation en termes d’environnement et illustrent la manière dont Greenpeace travaille. On ne gagne pas à tous les coups, mais il nous arrive de gagner et de ralentir la dégradation de l’environnement global.

Protéger les forêts

4Premier exemple : celui de la biodiversité, notamment les forêts anciennes ou primaires, est frappant. Ces grandes forêts n’ont jamais été exploitées industriellement. On les trouve en Amazonie, dans le Bassin du Congo, en Asie du Sud-Est, mais aussi au Canada, en Sibérie et il existe aussi un minuscule bout de forêt primaire que les Finlandais s’échinent à vouloir faire disparaître de leur territoire. Ces forêts réunissent à peu près 80 % de la biodiversité terrestre, ce qui est considérable. Les 70 à 80 % des produits qui servent à soigner le cancer se servent, dans leur conception, de gènes qui proviennent des forêts primaires. Malheureusement, depuis le début de l’ère industrielle, 80 % de ces forêts primaires ont disparu. Il est donc essentiel de conserver ces forêts. Il faut clairement considérer que ce sont des biens publics ; l’ensemble de l’humanité a évidemment un avantage extraordinaire à conserver ces forêts.

5Qui décide de l’avenir des forêts ? On l’a dit, il y a la Convention sur la diversité biologique, qui est un accord international né à Rio en 1992, et qui s’est fixé comme objectif d’arrêter, d’ici 2010, la dégradation de la biodiversité sur terre et, d’ici 2012, dans les mers. Pour atteindre ces objectifs, cet accord international, sans aucun pouvoir, préconise de mettre en place ce qu’on appelle des aires protégées ; des lieux où la biodiversité va être à l’abri de l’exploitation. Donc voici le premier cadre. Le souci c’est qu’il n’est pas juridiquement contraignant : on ne peut pas imposer aux États de mettre en place toutes les politiques qui permettront d’arrêter la dégradation de cette biodiversité. Pourtant, cet objectif existe, les États ont pris des engagements et il importe avec persévérance de les leur rappeler.

6En dehors de la Convention sur la diversité biologique, une autre organisation multilatérale a un impact très important sur les forêts, l’Organisation mondiale du commerce. C’est en son sein que sont négociés les accords de libéralisation des marchandises et des services. Et, dans un de ses accords de libéralisation qui concerne les produits non agricoles – c’est-à-dire les produits industriels, mais aussi les produits du bois et les poissons –, l’Union européenne avait accepté, sous la pression des associations, d’évaluer l’impact de la libéralisation des échanges sur un certain nombre de secteurs, et notamment sur le secteur forestier. La conclusion est que la libéralisation des produits forestiers remettrait largement en cause l’avenir de ces forêts primaires, et plus particulièrement les forêts tropicales.

7Le troisième lieu de régulation pour l’environnement est le domaine des politiques nationales. La France, par exemple, avec l’Agence française de Développement, possède un outil important d’intervention sur le Bassin du Congo. L’afd est le bras financier, et largement conceptuel, de la coopération française. L’Agence française de développement finance quantité de projets d’exploitation forestière, parfois de sociétés qui sont attaquées dans des pays voisins pour exploitation illégale des forêts. Bien sûr, l’afd prétend qu’il s’agit d’exploitation forestière durable, mais contrairement aux objectifs qu’il faudrait se fixer, elle accorde toujours 80 à 90 % de ses fonds en appui à l’exploitation forestière. La priorité devrait être inversée et la majorité des financements orientée vers la protection des forêts. Par exemple, aujourd’hui, en République démocratique du Congo – qui est un pays en difficulté forte – se discute la relance du secteur forestier. La forêt de rdc est la plus belle, la plus grande et la moins dégradée du Bassin du Congo. Nous défendons l’établissement d’un moratoire sur l’exploitation forestière, le temps de mettre en place tous les outils qui permettront, à un moment donné, d’avoir une exploitation forestière durable au service des communautés locales des pays forestiers et non pas au service des sociétés internationales qui y travaillent. La France a un comportement ambigu de ce point de vue et reste trop « soucieuse »des intérêts des acteurs privés, extrêmement puissants dans la région, qui souhaitent, non seulement, développer d’autres lieux d’exploitation forestière mais, en plus, bénéficier pour cela de l’argent public.

8D’autres acteurs entrent en jeu. Tout d’abord, les entreprises. On a mené des campagnes d’envergure contre des entreprises, comme lapeyre ou castorama, qui aujourd’hui intègrent très clairement des objectifs de labellisation, en reprenant le label fsc, qui seul garantit que le bois que vous achetez est issu d’une exploitation forestière véritablement durable, au service des communautés locales. Les acteurs économiques évoluent, tout comme les États puisque le code des marchés publics – qui représentent 30 % des importations de bois – est en train d’évoluer pour intégrer dans les appels d’offre des critères d’éco-certification qui assureraient la non-illégalité et la durabilité de l’exploitation forestière. Évidemment, les consommateurs, qui interviennent en choisissant ce qu’ils achètent, ont un rôle très important à jouer. Quand on choisit du tek, on a 90 % de probabilité de contribuer à la destruction de la forêt indonésienne. Petit à petit des dynamiques se créent et permettent d’empêcher la surexploitation forestière.

Mieux gérer l’énergie dans un souci de régulation du climat

9Prenons un deuxième exemple, celui du climat et de l’énergie. Pas la peine de le répéter, tout le monde sait que les enjeux climatiques sont considérables, en particulier pour les pays en développement. Sur l’agriculture africaine, un réchauffement moyen de deux à trois degrés provoquerait des baisses de rendement de 20 %. Près de 60 % de la population mondiale vivrait, d’ici 2050, dans des régions à fort stress hydrique. En lien direct, l’enjeu énergétique, qui concerne aussi la « fin » du pétrole et les enjeux de sécurité d’approvisionnement. Deux grandes options se présentent : la poursuite de la dépendance au pétrole et les guerres potentiellement générées, qui s’accompagnent le plus souvent d’une autre dépendance, celle au nucléaire, tout aussi dangereuse pour la stabilité internationale, compte tenu des risques permanents de prolifération. L’autre option consiste à révolutionner l’offre énergétique, car d’autres solutions existent. Certains pays s’orientent déjà vers des énergies douces, des énergies renouvelables, et créent ainsi de l’emploi dans des secteurs économiques extrêmement performants. Pour les renouvelables, les marchés se développent à un rythme de 30 % de croissance par an. La priorité doit aussi être la réduction des consommations d’énergie. Les ingénieurs, les techniciens, les experts considèrent que l’on pourrait réduire de 50 % notre consommation énergétique sans toucher à notre confort. En dépit de ces solutions de bon sens, les progrès sont faibles, notamment en France, où les gouvernements sont convaincus qu’areva sur le nucléaire, total sur le pétrole et edf en fournisseur d’électricité sont LA solution. Il y a là une rupture conceptuelle et culturelle à engager sur ce que peut être une politique énergétique moderne et répondant aux enjeux du climat et de la sécurité d’approvisionnement. Sur les grands enjeux environne mentaux, on a donc un besoin urgent de parvenir à décrypter les enjeux de mondialisation : Où sont les lieux de décisions ? Quels sont les acteurs qui y interviennent ? Où sont les marges de manœuvre ? Quels sont les rapports de force possibles à construire ? Si on n’arrive pas à faire cela, on est assurément perdants. Si on y arrive, on arrive à gagner parfois.

Lutter contre les mauvaises pratiques des gouvernements concernant les exportations de déchets toxiques

10Troisième exemple de lutte en lien avec la gouvernance internationale : la campagne menée sur l’ancien porte-avions Clemenceau. Ça commence avec près de vingt ans de négociation pour aboutir à une réglementation internationale sur l’exportation de déchets vers les pays du Sud, la convention de Bâle. Depuis les années 1980, cette convention s’est progressivement améliorée pour arriver enfin à ce que les exportations de déchets toxiques vers les pays du Sud soient à peu près encadrées, en théorie évidemment. Dans ce cadre-là, un certain nombre d’associations avaient décelé que les navires en fin de vie échappaient à la convention de Bâle. Il aura fallu dix années de campagnes internationales pour gagner aussi sur l’intégration des navires en fin de vie dans la convention de Bâle. Au final, on avait un texte parfois contesté mais globalement bon. Le principal enjeu devenait la mise en pratique du droit international. Je crois qu’à cet égard le combat mené sur le Clemenceau a largement fait évoluer la réalité des exportations de déchets toxiques. Comment a-t-on mené ce combat ? On l’a mené globalement avec trois types d’organisation :

  • les organisations écologistes sur le principe de la justice environnementale : comment peut-on exporter vers le Sud un problème qu’on ne veut pas gérer chez nous parce qu’on considère qu’il y a un danger majeur ? Pour rappel, il y a dix jours, la Cour suprême indienne sortait un rapport qui montre qu’un ouvrier sur six à Alang est atteint d’asbestose. Quand vous connaissez le turn-over des ouvriers à Alang, vous vous rendez compte que l’intoxication est considérable ;
  • les organisations de victimes de l’amiante attaquaient le principe du double standard alors qu’on a des règles extrêmement contraignantes aujourd’hui en France pour gérer la question de l’amiante. Comment peut-on se débarrasser de ce problème vers des pays qui ne les ont pas ? Peut-on considérer qu’une vie indienne est moins importante qu’une vie française ?
  • les organisations de défense des droits de l’Homme, et notamment les droits de l’Homme au travail. En France, mais aussi au niveau international, la campagne s’est organisée autour de cette coalition : Greenpeace, les associations écolos, la fidh (Fédération internationale des droits de l’Homme) et les associations anti-amiante. S’est ajouté rapidement un partenaire essentiel : les syndicats de travailleurs, et surtout les syndicats de travailleurs indiens qui ont considéré que le besoin de travailler n’était pas un prétexte pour travailler dans n’importe quelles conditions. Ce qui a fait la force de cette campagne (et finalement que le droit soit respecté), c’est le combat à long terme sur le droit et une mobilisation très large et internationale d’acteurs différents sur les questions sanitaires, sociales et environnementales. Ce n’est pas seulement l’histoire du Clemenceau, d’autres bateaux suivront. On apprenait d’ailleurs hier qu’un des navires sur lesquels on se battait, l’Otapan – qui a été exporté des Pays-Bas vers la Turquie –, a été refusé par la Turquie sous prétexte qu’il était plein d’amiante. Les Pays-Bas sont de nouveau obligés, comme la France, de rapatrier ce navire. Voilà comment on arrive sur une campagne à articuler du droit international, du droit européen, une pression nationale et une articulation entre différents acteurs, qui permettent de recouvrir un large spectre de revendications et de mobilisations.

Évaluer les risques sanitaires

  • 1 Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals.

11Quatrième exemple : la directive européenne reach1, qui est censée changer notre façon de mettre des molécules toxiques sur le marché. Jusqu’à maintenant vous pouviez mettre des molécules toxiques sur les marchés sans avoir besoin d’en évaluer le risque sanitaire. L’idée de cette réforme européenne est d’imposer l’évaluation du risque sanitaire et, s’il y a un risque, d’imposer la substitution avec des substances non toxiques. De plus en plus de cancérologues déclarent que certains cancers sont en train d’augmenter et sont liés à l’ensemble de notre environnement toxique – téléphone portable, moquette, revêtement, etc. Greenpeace a travaillé sur reach avec la cgt, en France, pour essayer de faire bouger la position française qui était, vu son industrie chimique, plutôt réticente à la réforme. L’enjeu principal est l’environnement, mais aussi la santé publique et la santé au travail. On sait que les syndicats sont aujourd’hui très sensibles à cela, vu l’importance que cela prend dans pas mal de secteurs industriels. Nous avons également travaillé sur les enjeux économiques et sociaux. Globalement, une industrie qui innove, qui fait de la recherche, qui est en lien avec les enjeux de société, est plutôt une industrie qui est implantée dans un bassin d’activité économique et aura moins de chance de se délocaliser.

Sensibiliser tout le monde : du producteur au consommateur

12Un cinquième exemple, celui de l’Amazonie qui est en passe d’être détruite à cause des cultures de soja – devenu le principal élément de l’alimentation animale. Comment peut-on bloquer le développement extrêmement rapide des cultures de soja ? Greenpeace a beaucoup travaillé avec les populations locales pour essayer de donner aux peuples qui vivent dans les forêts des droits sur leur forêt. Mais cela n’a pas suffi. On a donc fait pression sur les grands acheteurs de soja, comme Mac Donald’s qui nourrit ses poulets au soja. Cette chaîne achète quantité de soja, notamment à Cargill, qui développe ses cultures pionnières en Amazonie. Grâce à cette pression, nous avons réussi à créer un petit club de grands acheteurs de viande nourrie avec du soja provenant d’Amazonie – qui a imposé à Cargill un moratoire de deux à trois ans sur de nouvelles cultures pionnières sur l’Amazonie. Actuellement, ces grands acteurs sont engagés à ne plus empiéter sur l’Amazonie. À ce niveau, on a fait marcher la pression du consommateur, la pression des ong et la pression des scientifiques sur de grands acteurs économiques.

  • 2 Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer.

13Enfin, une dernière note sur la question du thon rouge. Sur les niveaux de pêche, la situation française est extrêmement opaque. Autant on arrive aujourd’hui à parler d’agriculture, autant la pêche reste un sujet très difficile. Pour la première fois, quand on est arrivé à Marseille, l’ensemble des associations a fait bloc pour prévenir d’un éventuel effondrement du stock de thon rouge en Méditerranée. Les scientifiques de l’ifremer2 ont tout de suite validé l’analyse des associations, ce qui est exceptionnel. Pour la première fois, ils ont clairement affiché un discours qui n’était pas celui du ministère de la Pêche – ce qui est malheureusement leur tradition – pour confirmer les propos des associations, c’est-à-dire qu’il fallait faire un moratoire sur la pêche au thon rouge. Pour nous, ce type d’alliance est extrêmement important.

Conclusion pour un passage à l’acte

14Ces différents exemples démontrent la complexité à faire évoluer la gouvernance mondiale. Notre priorité est désormais le climat. Va-t-on réussir à s’imposer ? Il faut là encore construire les alliances les plus larges possibles. Il y a l’enjeu écologique bien sûr, mais pour de plus en plus d’organisations il y a l’enjeu du développement. Il suffit par exemple de voir les objectifs des Nations unies pour le développement – ce qu’on appelle les Objectifs du millénaire – : réduire par deux la pauvreté, réduire par deux le non-accès à l’eau, ou à l’énergie… Tous ces objectifs sont clairement remis en cause par le réchauffement climatique. Il y a les enjeux sanitaires globaux, les enjeux économiques – de plus en plus les sociétés d’assurance s’inquiètent des phénomènes météorologiques extrêmes –, ajoutons à cela les adaptations qu’il va falloir mettre en œuvre. À tous points de vue, les enjeux sont considérables. Ce qui est clair aujourd’hui c’est qu’on n’a pas construit suffisamment les bases de cette coalition citoyenne autour des scientifiques pour contraindre les politiques à agir. Pas un seul politique aujourd’hui n’ose prétendre que le climat n’est pas un enjeu majeur. Le problème, c’est le passage à l’acte. Il faut arriver à ce que la pression citoyenne relaie le diagnostic scientifique pour imposer le passage à l’action, sachant que les solutions, les compétences et les savoir-faire existent. Il faudra sûrement, au niveau politique, un saut générationnel et que les décideurs ne soient plus ceux qui ont réfléchi aux solutions au premier choc énergétique en 1970, où, de fait, le spectre des solutions n’était pas du tout le même.

Notes

1 Registration, Evaluation and Authorization of Chemicals.

2 Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer.

Notes de fin

* Directeur des campagnes de Greenpeace France.

Auteur

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter