Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Quel avenir pour le dessin de presse ?

Table ronde : Quel avenir pour le dessin de presse ?

Alain Blaise, Charb, Odile Conseil, Bernard Fournier y Luce Mondor

Texto completo

1François Forcadell : Nous allons entamer la troisième partie de cet après-midi sur le dessin de presse. C’est un événement. Je veux parler de cet après-midi. Je crois que cela fait très longtemps qu’on n’a pas consacré autant d’heures au dessin de presse. Faujour, si tu pouvais arrêter de parler !

2Loïc Faujour : Qu’est-ce qu’il y a ?

3François Forcadell : Dessine ! Tu es là pour dessiner, pas pour parler ! Je disais que c’est la première fois depuis longtemps qu’un organisme officiel et aussi important que la Bpi consacre autant de temps au dessin de presse, avec d’éminents spécialistes que je vais vous présenter : Odile Conseil, qui travaille à Courrier International. Courrier International publie beaucoup de dessins qui viennent de l’étranger et, au sein du journal, il y a une agence de presse. Odile Conseil fait aussi une petite émission sur un dessin chaque semaine sur Arte.

4Odile Conseil : L’émission est mensuelle.

5François Forcadell : J’étais trop optimiste !

6Odile Conseil : C’est une émission qu’on peut présenter – pour répondre un peu à ce que disait Charb tout à l’heure – comme ayant une légère vocation pédagogique. Il s’agit de montrer comment un événement de l’actualité internationale est vu par les dessinateurs du monde entier.

7François Forcadell : Ils sont aussi diffusés sur le site du Courrier International...

8Odile Conseil : Certains sont publiés dans Courrier. Pas tous, parce qu’on reçoit chaque jour une masse de dessins qui ne sont pas tous publiés, mais qui servent éventuellement au site. Et aussi aux éditeurs scolaires, parce que certains en demandent régulièrement. Ils sont stockés pour un usage un jour ou l’autre.

9François Forcadell : La vision du dessin d’Odile Conseil est intéressante, parce qu’elle va déjà nous parler de ce qui se fait en dehors de Charlie Hebdo, Siné Hebdo et Le Canard Enchaîné, ce qui élargit le spectre. Maintenant, je vous présente Alain Blaise, qui est directeur artistique à Libération, quotidien français qui a une politique bien affirmée sur le dessin, notamment avec un dessinateur régulier, Willem, et aussi d’autres dessinateurs qui sont plus des illustrateurs des pages du journal. Et c’est Alain Blaise qui dirige tout cela. J’en viens à Bernard Fournier, directeur artistique à L’Équipe Magazine, qui lui aussi a fait travailler beaucoup de dessinateurs dans ce journal : Cabu, Desclozeaux et plein d’autres. Il est également concepteur d’expositions sur le dessin de presse. Il a réalisé l’exposition sur Cabu, Cabu et Paris, qui a eu lieu l’an dernier, à la Mairie de Paris, et présentait l’œuvre d’un des plus grands dessinateurs d’aujourd’hui. Il est aussi directeur de collection aux éditions Le Layeur et fait des livres sur des dessinateurs : toujours Cabu, Lefred-Thouron, Willem peut-être, et Honoré bientôt. Il nous parlera de son rapport à l’image et de la présentation de l’image pour toucher un public à travers les livres et à travers les expositions. Je termine avec Luce Mondor, enseignante à l’École Estienne. Elle travaille beaucoup avec les élèves de l’École Estienne, justement sur le dessin de presse et à travers le Prix Presse Citron qui, depuis quatre ou cinq ans…

10Luce Mondor : En fait, il est beaucoup plus vieux que ça, il a seize ans. Je suis venue avec mon badge Presse Citron, dont je vous parlerai tout à l’heure. Il s’agit d’un concours de dessins de presse.

11François Forcadell : On va commencer par une présentation d’Odile Conseil sur le dessin dans le monde.

12Odile Conseil : Il y avait une question sur l’avenir du dessin de presse. J’ai essayé en bonne élève, de répondre à la question, en deux parties même, comme on fait dans certaines grandes écoles, paraît-il ! L’avenir du dessin de presse, je pense que dans l’absolu il est brillant. Il est brillantissime parce que le dessin de presse a trois fonctions. Il fait rire, réagir, réfléchir. Ce sont les « 3 R » du dessin de presse. On est dans une période où on a sans doute beaucoup besoin de rire, pas mal besoin de réfléchir et aussi de réagir. Un des dessinateurs allemands que j’ai interrogés sur cette question de l’avenir du dessin de presse – puisque j’ai posé la question à plusieurs des dessinateurs avec qui je suis en contact assez régulièrement – regrette que les dessins de presse, actuellement dans la presse allemande, soient inoffensifs. Ce qui laisse à penser, et je suis assez d’accord avec lui, qu’un dessin de presse doit être offensif.

13En gros, je pense que, ex nihilo, le dessin de presse a un avenir. Enfin, on aurait besoin de lui, mais effectivement la situation n’est guère brillante. D’un point de vue économique on parle d’Internet bien sûr, mais est-ce que quelqu’un ici parmi vous, parmi les dessinateurs, connaît un dessinateur qui vit en publiant des dessins sur Internet ? Si la réponse est positive, tant mieux, mais pour ma part je n’en connais pas ! Internet est une vitrine, mais ce n’est pas un lieu où l’on peut gagner sa vie, me semble-t-il, ni en France, ni ailleurs.

14D’autre part, dans les journaux, les rédacteurs en chef ou les directeurs artistiques, ou les gens qui décident, ont de moins en moins envie de prendre des risques. Donc, quand on ne veut pas prendre de risques, on ne va pas passer le dessin qui risquerait d’offenser des barbus ou telle ou telle communauté.

15Ça ne s’appelle pas de la censure parce qu’on fait appel justement aux syndications. Les Américains ont des syndicates, qui sont des regroupements de dessinateurs qui, tous les jours, proposent des dizaines de dessins aux différents journaux qui sont leurs clients. Donc, le décideur, rédac’ chef ou directeur artistique, a le choix entre dix, vingt, trente dessins. Quand on a le choix, s’il y en a un qui risque de poser problème, on ne le prend pas ! Parce qu’il y en aura forcément un autre qui sera bien aussi, et, tant qu’à faire, autant passer un « bien » qui ne pose pas de problème, plutôt qu’un dessin qui risquerait d’en poser !

16En plus, j’ai l’impression qu’en France le dessin de presse est considéré comme un genre mineur. Peut-être qu’on va me contredire, j’aimerais bien, mais… Combien y a-t-il eu d’articles sur l’exposition Saul Steinberg qui s’est tenue récemment à la Fondation Henri Cartier-Bresson ? Qui, parmi vous, est allé la voir ? Qui a déjà acheté un dessin de presse, pour le mettre sur son mur, dans des ventes aux enchères ou des choses comme ça ? En France, le dessin de presse reste un « petit dessin ». Il y a quelques années, Sergueï, dessinateur du Monde, me racontait, énervé, qu’il en avait assez qu’on lui demande à chaque fois un « petit dessin » pour mettre avec un article. Et il dit : « Moi, je ne fais pas de “petits dessins”, je fais des dessins de presse. » Effectivement, quand on dit « petit dessin », c’est plutôt dépréciateur... Ça suppose une petite chose vite faite, sur le coin d’une table et pas bien payée.

17En matière d’exposition, je trouve formidable que Beaubourg fasse une exposition sur Gourmelin. Mais à quand les autres ? Où sont les autres ? Où sont les espaces d’exposition en France ? Je pense qu’il en manque sacrément ! Les journaux ont leur responsabilité aussi là-dedans. À Londres, par exemple, le Guardian, qui a inauguré de nouveaux locaux il n’y a pas très longtemps – quatre, cinq ans – a créé un espace d’exposition. Dans cet espace, il y a très régulièrement des expositions de leurs dessinateurs maison, qui sont de grands dessinateurs. Prenez Le Monde par exemple, il y a un immense hall d’entrée qui pourrait très bien accueillir des expositions. Mais c’est impossible déjà d’y rentrer car il y a une porte tournante et il faut montrer patte blanche, etc., c’est un lieu vide !

18Je voulais vous faire part aussi de quelques remarques des dessinateurs que j’ai interrogés sur leur vision de l’avenir du dessin de presse. Martyn Turner est, pour moi, un grand dessinateur, l’un des deux ou trois dessinateurs qui sont un peu des intellectuels, aussi. Il y a lui, il y a Jeff Danzinger, ce sont des dessinateurs dont on sent qu’ils pourraient écrire – pour confirmer ce que disait Charb tout à l’heure. Lui, il dit : « L’avenir du dessin de presse, c’est l’avenir de la presse ! » Mais le problème est qu’aujourd’hui la presse a des difficultés partout dans le monde et qu’un des moyens de se différencier, c’est – enfin pour lui, en tout cas dans son journal, selon ce que lui a dit sa rédactrice en chef – d’avoir de bons dessins de presse. Donc, elle l’incite à ne pas partir à la retraite, alors qu’il commence à en avoir largement l’âge. Elle lui a dit : « Si tu pars à la retraite, je te confie une mission, qu’il faut que tu remplisses absolument, c’est de te trouver un successeur ! » Le seul successeur qu’il trouve est quelqu’un qui a deux ans de moins que lui, ce qui est un peu problématique.

19J’ai aussi un témoignage assez intéressant de Daryl Cagle. C’est un dessinateur américain relativement jeune, qui a surtout créé un syndicate. Il diffuse tous les jours sur Internet auprès de qui veut. On peut acheter très facilement par Internet toute une flopée de dessins, non seulement des dessins américains, mais également des dessins de dessinateurs européens, asiatiques, etc. Voilà ce qu’il m’a dit : « Je suis en désaccord total avec la plupart des cartoonistes, des dessinateurs qui pensent que l’avenir du dessin de presse est Internet et le dessin animé sur Internet, donc le dessin de presse animé. Eux, ils pensent que c’est l’avenir parce que techniquement, c’est possible, mais moi qui suis à la tête d’une syndication, je dis qu’il n’y a aucun marché pour ça, que personne n’en achètera jamais. En revanche, dit-il, on vend aujourd’hui beaucoup moins de dessins à des grands quotidiens, mais on en vend beaucoup plus, à des tarifs inférieurs évidemment, à des sites Internet, des petits journaux, des journaux spécialisés, des journaux régionaux. Ça, dit-il, ça vaut aux États-Unis. » Donc, il voit un avenir au dessin de presse, mais beaucoup plus morcelé qu’il n’est aujourd’hui.

20François Forcadell : J’ai oublié de dire que Faujour allait faire des dessins dans notre dos. Ce serait bien d’expliquer ce que sont les syndicates aux États-Unis, parce qu’en France ça n’existe pas. On a dans la salle le responsable du site Iconovox qui essaie de fédérer un grand nombre de dessinateurs pour vendre des dessins, mais en France, ce genre de formules est inexistante.

21Odile Conseil : Un syndicate est un regroupement de dessinateurs. Les syndicates aux États-Unis peuvent vendre des dessins ou des articles. Nous, à Courrier International par exemple, pour republier les articles, on passe assez souvent par des syndicates. Par exemple, le New York Times a son syndicate, dans lequel il met en vente et les articles du New York Times, et toute une série de dessins qui ont été faits par leurs dessinateurs maison. Mais il y a aussi des syndicates comme celui de Daryl Cagle, ou comme CWS – Cartoons and Writers Syndicate – qui est assez connu. Ils fédèrent des dessinateurs, diffusent leurs dessins et après, ils paient les dessinateurs en fonction des publications. Cette agence de cartoons qu’on a créée à Courrier International et dont je m’occupe cherche à faire la même chose puisque quotidiennement on reçoit des dizaines de dessins. Tous ne sont pas publiés, beaucoup sont bien, beaucoup pourraient trouver à être publiés ici ou là. L’idée est, effectivement, de mettre à disposition de qui veut – éditeurs scolaires, journaux français et étrangers – des dessins. Dans ces cas-là, en général, nous – je crois que les autres syndicates font pareil –, quand un journal nous paie pour la publication d’un dessin, on fait fifty-fifty entre le dessinateur et l’agence.

22François Forcadell : En fait, c’est une agence ! Donc, il y aurait deux agences en France maintenant : la vôtre et celle d’Iconovox. C’est important à dire, parce que ce métier est très isolé. Des dessinateurs font de l’artisanat, ils travaillent pour eux et vont vendre leurs dessins tous seuls. Enfin, il y a très peu de regroupements de dessinateurs pour des tas de raisons…

23Odile Conseil : Mais à Courrier, il n’y a que des dessinateurs étrangers. C’est toujours pareil, c’est le principe de Courrier : articles étrangers, dessinateurs étrangers. C’est vrai que souvent des jeunes dessinateurs français viennent frapper à ma porte et j’avoue que je ne sais pas très bien quoi leur dire, ni où les envoyer !

24François Forcadell : Il faut leur dire d’aller sur Iconovox, qui regroupe des dessinateurs français. Il y a une base de dix-sept mille dessins... On va passer à l’utilisation du dessin en France, notamment à Libération. On peut commencer à parler du dessin à Libé : est-ce qu’il y a une politique éditoriale bien précise ? Alain Blaise !

25Alain Blaise : À Libé, on a beaucoup de chance, parce qu’il y a une culture de l’image au journal, et ce depuis le début. Donc, le terrain est un peu balisé pour nous. Ce n’est pas forcément un espace dévolu au texte sur la page, contrairement à plein d’autres supports. Les gens sont habitués, ils aiment bien avoir un dessin dans leur page, qui va mettre en valeur leur article. Mais j’ai encore une fois beaucoup de chance, parce qu’il n’y a que très peu de titres qui peuvent… Enfin, il y a une espèce de confort de travail. On a toute liberté pour appeler qui on veut, pour tel ou tel sujet. Il y a la Une, les espaces de reportages dessinés, les prépublications d’albums, les illustrations sur tel ou tel sujet. Par exemple : sujet économie, sujet science, sujet « faits divers glauques », etc. Il y a donc plein d’espaces possibles. Donc, à la Une, Willem. Willem fait deux dessins par jour, qu’il nous envoie à midi. Il choisit ses sujets comme il veut. On choisit entre les deux. En général, on a à choisir entre « très bien » et « excellent » ou bien « excellent » et « excellent ». On est un peu ennuyés ! On fait ce choix en fonction soit de l’actu, soit de ce qu’on monte en Une, soit de ce qu’on a passé la veille. Souvent ses dessins défont la Une, tout simplement parce que, sans se concerter et sans un seul coup de fil de la rédaction en chef, dès le matin il a déjà suivi toute l’actualité et devine ce qui va faire la Une de tous les autres, radios, télés, etc. Sur les deux dessins, l’un passe dans la page « Rebonds » classique et l’autre fait la Une. Parfois, il y a une commande de dessin d’illustration pour un sujet donné, dans le cas où la photo est insuffisante ou pas assez forte, quand une photo-concept à faire ou à shooter dans l’après-midi va être trop juste et qu’on n’a pas le temps, etc. Il y a aussi Bertrand Bepdehom, ça c’est un exemple. Contrairement à Willem qui fait ce qu’il veut, et avec lequel je me contente de placer les titres autour, avec Bertrand, je commande : « Il me faudrait ça ! » Je lui fais un rough, je lui donne les formats et là-dessus, il me fait deux ou trois esquisses et on choisit…

26François Forcadell : Tout à l’heure on parlait de la difficulté à définir le dessin de presse. Là, en l’occurence, ça devient une illustration, c’est du dessin d’illustration utilisé dans la presse.

27Alain Blaise : C’est ça ! Willem a un statut d’éditorialiste, comme Plantu et les autres de rédacteurs en chef ou de directeurs adjoints à la rédaction, ou ce qu’on veut dans la hiérarchie des écrivants. Il s’exprime plutôt par le dessin, donc il donne son avis. D’autres dessinateurs sont les deux : ils peuvent faire du dessin d’illustration et du dessin éditorial, par exemple Guy Laufer. Souvent, je lui ai demandé plein de trucs pour illustrer des sujets multimédias, etc. Dans La Vie Catholique, il avait sa tribune. D’autres, comme Bertrand, c’est plutôt l’illustration pure et dure. Dans certains cas identiques, les gens sont un peu cadrés, il faut vraiment quelque chose de précis. Donc, c’est moi qui intervient. Dans d’autres cas, ils ont de très bonnes idées tous seuls, je me contente de regarder leurs chefs-d’œuvre et je leur dis : « Je prends. » Puis je mets la typo autour. On a aussi un numéro Spécial Angoulême qu’on fait tous les ans, tout en dessins.

28Il faut un peu d’organisation et de travail. Il y a trente-quatre, trente-cinq commandes, dont quinze que j’étale sur quinze jours à la Une. Par exemple, on a eu Charles Burns. J’ai planché un mois en amont à peu près. Sinon, je commande vingt dessins d’un coup entre une heure et demie et deux heures et demie pour les sujets d’actu. Le reste est préparé un peu à l’avance, la page « Portrait », la page « Grand angle », la page « Reportage », la Une et puis les cahiers. Il y a toujours le cahier « Livres ».

29Sardon est le deuxième dessinateur éditorialiste qu’on a eu, après Willem, ces dix dernières années. Sa première Une était un peu le fruit du hasard. C’était un pouce, un peu à la Steinberg d’ailleurs. C’était à je ne sais plus à quelle occasion. Depuis, on a fait des sujets un peu plus légers. Puis, de fil en aiguille, au fil des mois et des années, il est devenu un fantastique éditorialiste, à mon avis un des meilleurs dessinateurs-éditorialistes de Paris, maintenant. Des fois, c’est moins éditorial, on a plus travaillé, c’est plus « illustration » qu’ » éditorial ». Il a fait un dessin sur « Internet », certains parleront de « traitement visuel »... Bref, il a longuement illustré le multimédia avec son traitement hachures-points, son gratté à la Edward Gorey. Il a eu des sujets super drôles, des dessins hilarants sur le multimédia. Rocco, lui, cumule avec l’utilisation d’Illustrator, etc. Moi, parfois, j’utilise Internet, un peu par facilité. Là, c’est pareil, il choisit son idée, il se débrouille et c’est moi qui mets la typo… C’est très joli ! Il y a très peu de travail de contrainte avec ces gens-là, c’est toujours parfait.

30François Forcadell : Alors, qui décide que la Une va être dessinée ou non ? À quel moment ça se décide, cette option ?

31Alain Blaise : Il y a assez rarement débat, en fait. Elle s’impose d’elle-même. Si c’est la guerre, ou quelque chose dans le genre, c’est évidemment une photo d’actu. Si c’est une élection, en général la veille d’une élection, c’est un dessin de Willem, parce qu’on sait vaguement la tournure que ça va prendre, ou des fois il y a une petite surprise, comme aux municipales, etc. Et le lendemain, c’est plutôt une photo d’actu, de candidats élus, à chaud. La dernière fois c’était exceptionnel, parce que, comme il y a eu plein de villes qui avaient basculé à gauche, on a préféré prendre le dessin de Willem – qui était déjà fait depuis la veille ou l’avant-veille même, puisque c’était un lundi.

32François Forcadell : Le dessin était prévu pour l’intérieur ou pour la Une ?

33Alain Blaise : C’est-à-dire qu’il avait envoyé ça comme il fait d’habitude. Là, c’était la publication du lundi, et comme il ne bosse pas le lundi, le dessin devait être là depuis trois jours. Il y avait les photos d’actu avec les têtes des maires nouvellement élus dans les villes qui passaient à gauche. Mais la Une aurait été composite, un peu compliquée et ennuyeuse, le dessin s’imposait de lui-même. Donc, le directeur de la rédaction l’avait déjà sur son bureau au début de la réunion de Une, avec la manchette la plus rapide que quelqu’un – votre serviteur – ait jamais trouvée. C’est parti tout de suite : trois minutes en tout. D’habitude, il faut plutôt une heure - une heure et demie pour trouver le titre, avec le chef de service, le journaliste, le chef de séquence, le secrétaire de rédaction en chef, l’iconographe, le chef photo, moi, directeur de la rédaction, et il n’en sort pas grand-chose. Là, trois minutes : le dessin de Willem, ils le regardent, moi je dis : « Bling ! » Banco !

34François Forcadell : C’est l’exemple type d’une Une qui était prévue en photo et qui est passée en dessin pour être plus percutante.

35Alain Blaise : Voilà, c’est ça. Alors, le choix d’une photo ou d’un dessin se fait tout de suite ? Bien sûr : qui dit « actu » dit immédiatement « photo » ! Et le dessin pour tous les sujets un peu compliqués ou impossibles, le paysage audio-visuel français, les banques, comme on l’a dit tout à l’heure... D’emblée, ça s’impose. Ou bien, avec le chef photo, on décide de faire une photo « fabriquée », spécialement en photo-concept. Mais c’est toujours casse-gueule et toujours beaucoup moins percutant qu’un dessin. On ne se pose même pas la question. Donc, si le chef photo voit qu’il y a trop de souci et d’ambiguïté, ou de problème de brief à la personne, c’est le dessin tout de suite. Dans le dessin il y a toute la palette, du dessin éditorial au trait, ou au dessin hyper-réaliste, comme le fait Bertrand. Le dessinateur qu’on tient par la main, à qui on fait le rough, celui à qui on donne juste le sujet chuchoté au téléphone et qui rend deux ou trois chefs-d’œuvre parmi lesquels on n’a plus qu’à choisir, c’est typiquement le cas de Willem. Ce serait difficile d’imaginer une photo à la place. Pour assurer, Willem est parfait !

36Pour parler d’un autre numéro d’Angoulême, ce n’est pas toujours le président du festival qui fait la Une mais bon, de temps en temps… Charles Burns, l’autre fois, ça faisait dix ans que je rêvais de le faire travailler. En fait, on me l’a présenté, il est très simple d’accès. François, lui, ça fait longtemps que j’adorais son boulot. Les dessinateurs doivent mettre la Une en abîme, en faire un objet. Lui, il en a fait une affiche, Charles une télé, Pétillon a fait un journal dans le métro, Mandryka, c’était une bulle avec le Concombre Masqué. Margerin a fait Lucien qui tient le journal, Boucq, une oreille d’éléphant. Bref, il y a toujours le logo dedans, mais on se débrouille pour caser la manchette comme on peut... On avait eu deux dessins un matin, et Laurent Joffrin voulait absolument axer sur le côté... sur la laïcité, quoi ! Qu’est-ce qu’on allait dire de plus ? Et là, le dessin s’est imposé tout de suite. Donc, j’ai pris le dessin prévu pour la page des débats. On a enlevé la pub qui était dedans, et hop ! C’était absolument parfait. On a gardé Carla évidemment, parce que ce n’était pas prévu... C’était un petit clin d’œil qui ne méritait pas d’être supprimé.

37François Forcadell : Et la bulle, elle est dans le même sens que le titre ?

38Alain Blaise : Oui, bien sûr. Je ne sais plus ce qu’il y avait dedans. L’avantage avec Willem, c’est qu’il est tellement fort, avec ou sans la bulle, que parfois il y a un jeu. Donc, ça impose de ne pas l’enlever, pour ne pas dénaturer ou détruire le dessin. Parfois, il est tellement balèze qu’il sait, de toute façon, si jamais le dessin est pris en Une, que c’est absolument impossible d’avoir la bulle en plus. Sémantiquement, le message ne passe pas. Il y a la manchette à titrer, je ne saurais même pas où la mettre ! Il y a un double effet, ce n’est pas possible. Donc on l’enlève et là, ça marche très bien !

39François Forcadell : À combien vous évaluez à Libé l’impact d’une Une dessinée sur les ventes, par rapport aux Unes traditionnelles ?

40Alain Blaise : Toutes les x années, des « artistes » du marketing débarquent en disant : « Ça ne se vend pas ! » Oui, c’est vrai. Bertrand, encore une fois... Je vais demander une boîte à lettres en forme d’urne funéraire et hop ! terminé ! Oui, le dessin ne fait pas vendre, il n’a jamais fait vendre. C’est triste, mais c’est comme ça, depuis le New Yorker, depuis Courrier International dont j’ai vu refaire la maquette, justement du temps où c’était entièrement dessiné. C’était le seul endroit de France où il y avait des Unes dessinées avec uniquement des bons Gutting, tout ça. C’est triste et, en plus, c’était au moment où j’étais dans le studio de création qui faisait ça. C’était ma copine qui l’avait fait ! Le dessin en Une est invendable, ça ne vend pas, sauf au New Yorker. Mais le New Yorker, c’est autre chose. Néanmoins, il faut mettre des dessins en Une. Voilà, c’est tout. La plupart des sujets qu’on fait, nous à Libération, c’est beaucoup de politique intérieure française. Donc, une fois qu’on a eu Sarko de face, de profil, de dos, en silhouette, tache, contre-plongée, plan américain, plan d’ensemble, avec le nez, la botte, la chaussure, les talonnettes, la main, la nuque... c’est difficile de cibler un sujet extrêmement précis, parfois compliqué, si on n’a pas le dessin. C’est absolument impossible, en fait.

41François Forcadell : Oui, c’est déjà beaucoup, tout ce tu viens d’énumérer, pour un seul.

42Alain Blaise : Le dessin en Une ne vend pas, ou vend mal, sauf quand le sujet lui-même est tellement porteur que c’est le sujet qui porte ! Mais on s’en fout, on continue évidemment, surtout pour la politique intérieure française. Un dessin, c’est un coup de poing dans la gueule qui donne un avis. Donc, on ne peut pas faire « thèse, antithèse, synthèse » comme un discours de Sciences Po ou un éditorial, ou un oral à Polytechnique… La France, c’est le pays du baratin, le pays des encyclopédistes, le pays où la langue règne ! Les Anglo-Saxons, là-dessus, ont de l’avance sur nous. Ils n’en sont plus guère au stade de la théorie, ils sont à la fois à la forme, plus forts en typo, en graphisme et en dessin comme vient de le dire ma camarade, mais cela ne veut rien dire pour nous, il faut continuer d’en faire. En plus, maintenant, la communication est mondialisé, n’est-ce pas ? Le dessin est absolument indispensable pour faire passer un message clair. Le problème, c’est que les gens veulent se couvrir, ils ont peur. Donc ils vont dire : « On dit ça, mais on dit aussi son contraire. » Ce à quoi je réponds : « On ne peut pas faire entrer un rond dans un carré ! » Donc, il faut se démerder pour que ça tourne autour du dessin, en rendant le message visuel, global, crédible et intelligible. Et une Une, c’est comme un logo, ça doit être visible sur la surface de l’ongle du pouce, visible sur un panneau d’autoroute à 250 à l’heure, et très vite, « switchée » quoi, manchette, dessin, message... mission accomplie !

43François Forcadell : Très bien. Là en plus, ça nous a permis de voir les différents métiers d’illustrateurs et de dessinateurs politiques.

44Alain Blaise : Oui, et des illustrateurs, il y en a plein, vraiment une foultitude, mais des dessinateurs politiques éditorialistes, il y en a malheureusement extrêmement peu ! Quand je suis arrivé dans le métier, il y a quinze, vingt ans, les deux plus jeunes s’appelaient Rémi Malingrey et Lefred-Thouron. Là-dessus sont arrivées les nouvelles générations du nouveau Charlie en 1992, Luz, Charb et toute la bande. Ce sont « les Derniers des Mohicans » ! Depuis Sardon – je compte Sardon comme étant une aventure personnelle à Libération –, le nombre de merdes que je reçois par mail ou au courrier, de gens qui veulent commenter l’actualité en dessin, c’est hallucinant ! Harcelé par fax tous les jours depuis un an, par des mails, des spams, des trucs, je balance ça dans la poubelle avant même d’avoir lu… tous les matins ! Il y en a plein qui veulent le faire et très peu qui réussissent. C’est très étrange ! C’est un métier à part, un métier de journaliste d’abord, et qui s’exprime par le trait, en plus. Mais il faut une culture générale encyclopédique, une documentation pharaonique, il faut un mur entier de tronches de Bush, de Chirac, de Pompidou, Giscard, René Coty, etc. Il faut tout connaître, tout suivre et en plus, il faut savoir dessiner et être drôle. On vient dans ce métier par hasard... Sardon n’était pas destiné à ça et Willem, il dessinait des bites dans Hara Kiri il y a trente ans, donc, il n’y a pas de lois. Mais c’est vrai que ça manque cruellement. Et je ne vois pas de candidats. Le dernier que j’ai vu, c’était Luz que j’aurais voulu avoir – c’est il y a dix ou quinze ans –, je ne sais plus quand, en 1992 ? Il avait apporté de ces trucs, il avait vingt ans, c’était magnifique, je lui ai dit : « C’est pour Charlie ? Mais il n’y a pas encore de Charlie ! » C’était quelques mois avant la sortie du nouveau Charlie. Voilà ! Quinze ans ! Je ne vois rien, je ne vois pas de candidat !

45François Forcadell : Il ne faut pas désespérer, il y a quand même Catherine Meurisse qui a débarqué.

46Alain Blaise : J’ai oublié Catherine. Merci d’exister ! Absolument !

47François Forcadell : Et elle est passée par l’École Estienne aussi. Peut-être qu’il y a des filières… Elle a une culture graphique, une culture générale, mais bon, c’est un cas parmi…

48Alain Blaise : C’est le cas sur des centaines, des milliers, je ne sais pas, des dizaines de... C’est un métier super dur !

49François Forcadell : Le problème c’est que pour ce métier, dans la mesure où ce sont des autodidactes, ça demande dix ans, quinze ans d’apprentissage : dix ans de travail avant de pouvoir s’épanouir…

50Alain Blaise : Il n’y a rien de plus terrifiant en fait, parce qu’il faut un support. Et pour les centaines de gens qui voudraient faire ça, il y a un titre, deux titres, trois titres. Qui va essayer de prendre le risque de lancer quelqu’un comme éditorialiste ? Ça vient toujours par petits bouts : un dessin par-ci, une Une pas trop mal par là, la direction qui s’habitue, et là, ça commence. Mais il faut la rencontre entre un dessinateur qui a vraiment envie et qui est balèze d’une part, et un support qui soit prêt à le recevoir et à l’accueillir d’autre part, et des gens pas trop peureux derrière. C’est une combinaison chimique qu’il y a une fois tous les…

51François Forcadell : On va passer à Bernard Fournier. Moi, ce qui m’a frappé, quand Bernard Fournier a fait son exposition sur Cabu à l’Hôtel de Ville, c’est qu’elle a connu un gros succès public. Ça ne désemplissait pas, il y avait de beaux dessins, il y avait… Toutes générations confondues, il y avait aussi bien des jeunes que des personnes qui connaissaient Cabu depuis les années soixante-dix, alors on peut sans doute se poser la question du support. C’est l’accès au support, peut-être que les supports ne sont pas adaptés aux dessins et les expositions sont aussi… Ou le livre, mais le livre, on peut en parler également.

52Bernard Fournier : Je crois que les deux, le livre comme les expositions, sont très difficiles à monter. Je veux dire que là, pour Cabu, la chance exceptionnelle, c’était qu’on était à la Mairie de Paris, rue de Rivoli, dans un espace qui était très lisible. Mais le constat qu’on peut faire c’est que, sur Paris et même en France, on a très peu de lieux consacrés aux dessins, et aux dessins de presse. Pour ce qui est de l’édition, c’est un peu le même problème, le même souci. Je veux dire que déjà les livres en général se vendent mal, mais alors en plus, les livres de dessins ne se vendent pas du tout ! Donc, ça correspond à quoi ? Est-ce que c’est qu’en fin de compte, le dessin de presse, les gens aiment bien le voir dans leur journal le matin au café, mais ensuite, reformaté, remis en page dans un livre, d’un seul coup il n’a plus la même saveur, il n’a plus le même goût ? C’est la question : pourquoi les livres de dessinateurs se vendent-ils mal ? Pourquoi est-ce qu’on ne peut pas monter d’expositions de dessinateurs ? Voilà. Je n’ai pas les réponses…

53François Forcadell : Mais quand on conçoit une exposition, on va vers le public, on essaie de présenter des dessins dans un format déjà inhabituel ! Souvent le format de l’original est beaucoup plus grand. Donc, peut-être que le dessin prend déjà une autre dimension.

54Bernard Fournier : Ça a le mérite de valoriser le travail du dessinateur. C’est-à-dire que d’un seul coup on n’a plus l’interface du papier imprimé, on a son travail à son échelle, avec ses ratures, avec ses fautes, avec ses taches, on est dans la matière brute. C’est un autre éclairage pour les gens qui passent dans l’exposition, de voir le travail du dessinateur. Mais le vrai souci…

55Alain Blaise : Je crois que le rôle du dessin de presse c’est d’être publié, diffusé, balancé à la poubelle, c’est exactement ce que je fais tous les jours… Et le côté sacralisé du truc, oui, bien sûr ! Pour un dessin qu’on a adoré, pour un dessin emblématique, qui nous touche. Mais la peinture, un tableau, c’est un autre circuit. Un dessin, c’est comme un journal, tu le fous à la poubelle. Est-ce que ça fait rire ou pas ? Est-ce que tu t’en souviens ? Si ça devient mémorable, si ça devient un dessin historique, comme ça peut l’être parfois, soit par hasard, soit parce que le vent de l’histoire l’a posé comme ça ? Frottons les choses ! Willem me dit : « Alain, il y a une exposition Chaval. » Mais Chaval vend vingt mille francs et pour être vendu, il faut être mort ! Il a raison ! Là-dessus, je pense à des gens qu’on aurait pu croiser, comme Roland Topor et Willem. Je remercie… je ne sais pas qui a eu l’idée à Beaubourg, de faire une expo. Il faudrait se rendre compte que ce gars-là est un géant du graphisme du xxe siècle et qu’il n’est pas immortel, comme les autres, comme Roland Topor.

56Bernard Fournier : Mais dans les livres que je fais, ce que je leur propose, ce n’est pas de publier intégralement, d’une façon mécanique, les dessins jour par jour. C’est justement de faire une sélection parmi les dessins qui sont intemporels. C’est la qualité graphique, la qualité de l’idée qui reste. Donc ça demande – du moins c’est ce que je pensais –, j’imaginais que ça pouvait mériter d’exister – en plus du journal – dans un livre. Le constat que je fais, c’est que ce n’est peut-être pas sa place.

57Alain Blaise : Je suis d’autant plus d’accord avec toi que je parlais de ventes d’originaux en fait, je ne parlais pas des livres. Il est évidemment indispensable d’accumuler un peu de mémoire dans les bouquins, sinon qui le ferait ? Surtout le dessin de presse, qui est justement mal traité par définition. Donc, merci de faire ce boulot. Moi, je ne connais le dessin de presse que par les livres !

58Bernard Fournier : Il faut trouver de généreux sponsors pour continuer à financer les livres sur les dessins de presse, parce que sinon, ça n’existera plus. Qu’est-ce qu’on a comme production en ce moment ?

59François Forcadell : Rien. Mais est-ce que justement, ça ne peut pas nous permettre après de réfléchir à : comment le dessin de presse doit-il s’adapter ou, peut-être même, évoluer dans son contenu ? Parce que, si on prend la BD, si on prend l’illustration, on l’a vu là avec les Unes de Libé, les illustrateurs s’adaptent aux nouveaux outils, à un nouveau mode d’expression qui renouvelle un peu le graphisme. Peut-être que le dessin de presse... Pour les dessins à l’étranger, ils reprennent pratiquement les mêmes codes que les dessinateurs français, sauf certains qui sont un peu plus graphiques, par exemple des dessins avec une ombre portée derrière. C’est plus une recherche de graphisme. C’est vrai qu’il y a des moyens d’expressions qui ont su évoluer : l’illustration, la vidéo... Le dessin de presse a toujours gardé ses codes, qui sont peut-être maintenant devenus incompréhensibles pour des générations qui lisent autrement, qui regardent et qui consomment l’image autrement. Enfin, c’est peut-être une question à se poser…

60Odile Conseil : Je pense qu’il y a une question d’habitude. Plus on voit de dessins de presse – c’est ce qu’on disait déjà tout à l’heure – plus on les comprend et plus on les aime. J’ai une histoire intéressante à vous raconter. Le Nouvel Observateur m’appelle en disant : « On publie un dessin de notre correspondante en Italie sur la fascisation du régime. » Donc, la correspondante écrit que les dessinateurs italiens représentent tous Berlusconi en mini-duce, on voit beaucoup de dessins sur le sujet. On me demande un dessin italien qui serait paru récemment : j’envoie plusieurs dessins, il y en a un sur Berlusconi où il est question de fascisme et un autre sur le fascisme aussi… enfin il n’y a jamais un dessin, le dessin idéal. Manifestement, le directeur artistique voulait Berlusconi en duce, ce qu’on trouve d’ailleurs chez d’autres dessinateurs. L’Allemand Hachfeld en avait fait un qu’on a publié dans Courrier, mais bon, ça, c’est un regard étranger. Les dessinateurs en Italie, pour comprendre et apprécier leurs dessins, il fallait les voir quotidiennement, il fallait être dans cet univers graphique. Un des dessinateurs du Corriere della Sierra représente constamment Berlusconi. D’abord, si on ne le voit pas tous les jours on ne sait pas que c’est Berlusconi. On a besoin à un moment qu’on vous dise : « Oui, c’est bien Berlusconi. » Il le représente avec une banane, parce qu’il estime, lui, en tant que citoyen-dessinateur, que c’est une république bananière, donc Berlusconi est toujours affublé d’une banane ! C’est pareil, c’est du code visuel, de l’habitude, mais si on l’ignore, même d’un pays à l’autre, on est totalement désorienté par rapport à ça.

61François Forcadell : Au Figaro, c’était déjà le cas de Jacques Faizant par exemple, qui avait ses propres codes. Mais justement, moi c’est la question… On va peut-être en parler avec l’École Estienne, moi ce qui me trouble, c’est que le public du dessin de presse ne se renouvelle pas trop. Il y a des jeunes par exemple, qui achètent les nouveaux journaux hebdomadaires, même Charlie Hebdo, mais on n’a pas un renouvellement massif de la clientèle intéressée par le dessin de presse, et je voulais savoir si à Estienne il y a des élèves qui s’intéressent à ça ?

62Luce Mondor : Oui, bien sûr. Je vais vous tenir un discours très optimiste. Déjà j’aimerais tout d’abord réenfoncer le clou de l’idée, puisqu’à l’École Estienne – je pense que vous la connaissez de réputation – tout le monde sait dessiner. Alors pourquoi créer un trophée du dessin de presse quand il y a des fanzines absolument partout ? Justement, c’est pour lutter contre cette suprématie du trait. Ce qui va peut-être vous étonner, c’est que je vous parle de Presse Citron, qui est mon bébé ! Ce trophée du dessin de presse a été créé il y a seize ans par quatre profs de lettres. C’était déjà « l’État dans l’État ». Il s’agissait de privilégier le dessin intelligent – et le dessin intelligent qui fait rigoler bien sûr, puisqu’il n’y a pas plus fédérateur, mais ça a déjà été dit et redit. Les objectifs de cette affaire, c’était essentiellement la lecture de la presse, la production de dessins de presse et aussi, surtout, la rencontre entre les étudiants et les dessinateurs professionnels. Puisqu’à la base, il s’agit d’un double concours, à savoir que les dessinateurs professionnels viennent à l’école – ils adorent ça d’ailleurs, revenir sur les bancs de l’école, tout le monde adore ça ! Donc, ils votent pour les dessins réalisés par les élèves, pas seulement ceux de notre école, mais ceux des écoles d’arts de la France entière, puisque maintenant le bébé a grandi. Parallèlement à cela, les étudiants votent pour le meilleur dessin d’actu publié. Il faut qu’il ait été publié dans l’année. Alors, très rapidement, les dessinateurs qui sont venus – tous les grands noms, Plantu, Willem, je ne fais pas de liste exhaustive, ça serait vexant – ont été enthousiasmés de rencontrer des jeunes gens et de parler avec eux. Ils nous disaient à l’époque : « Il y a une très grande solitude chez le dessinateur de presse, il est là, chez lui tout seul, il cherche son idée et puis il faut qu’à midi il l’ait envoyé, son dessin. » À l’époque, c’était par fax, maintenant ça a un petit peu évolué. Donc, en fait, il ne voit jamais personne et en plus, ils ne se rencontrent pas tellement entre eux.

  • 1 Mes hommes de lettres : Petit précis de littérature française, de Meurisse, Catherine, et Cavanna, (...)

63Donc là, c’était une espèce de forum. Ça a tout de suite vachement bien marché ! Quant aux étudiants, de toute façon il suffit qu’on leur propose quelque chose pour qu’ils soient partants. Je ne vous apprendrai rien en disant qu’ils sont tous pleins d’idées. Ça, c’était ce qui préludait à cette création. Vous allez me dire : « Pourquoi un concours ? » Oui, ça ne fait pas très dessin de presse, l’idée de concours ! Vous comprendrez bien que le concours en fait, est un prétexte. Il y a des gens qui ne l’ont toujours pas avalé ! Je parle du Canard Enchaîné. Les dessinateurs du Canard Enchaîné sont interdits de participation par la rédaction. On arrive quand même à les choper parce que, quand il s’agit de venir discrètement participer au vote, c’est-à-dire voir les copains, boire un coup, rencontrer toutes ces jolies filles, et voir tous ces beaux dessins, là, ils viennent ! Mais ils viennent presque incognito ! Cet aspect « concours » nous a un peu plombés. Le revers de la médaille, c’est que ça nous a permis de faire connaître des jeunes, et des jeunes formidables. Nos premiers gagnants par exemple, Fred Benaglia, David Poulard, pour ne citer qu’eux, sont tous devenus directeurs artistiques maintenant. Je ne reparlerai pas de Catherine, mais Catherine était élève à l’École Estienne. Elle a été lancée, si je puis dire, par le Presse Citron. Évidemment, son talent a fait le reste et sa culture aussi, puisque Catherine est avant tout une littéraire. Elle avait fait auparavant des études de lettres et d’ailleurs, elle vient de publier – petit copinage, au passage, si elle en avait besoin – un livre formidable qui s’appelle Mes hommes de lettres1.

64En essayant d’être rapide, un petit mot sur : comment on initie au dessin de presse, comment on initie les jeunes gens, et comment on entretient cette fièvre. Car il s’agit vraiment de fièvre créatrice. D’abord, on leur fait lire la presse. Vous savez bien que les jeunes n’achètent pas la presse, mais ils la lisent ! Là, nous bénéficions – j’en profite parce qu’il y a des représentants de la presse parmi nous – nous recevons – beaucoup d’écoles sont d’ailleurs dans ce cas – gratuitement, chaque jour, une centaine de journaux. On a Libération, on a Le Figaro, bien sûr. Mais ce n’est pas toujours mauvais, même du point de vue du dessin de presse. On a La Croix souvent, bref, on reçoit des journaux. L’Équipe ? Non, jamais. Les étudiants les lisent. C’est une première chose. Ensuite, on leur donne des cours. Quand je dis « on », c’est d’abord les profs, parce qu’ils savent un petit peu faire ! On fait des brainstormings, on choisit un sujet. Il y a cette fièvre créatrice qui se met en place. Mais on fait surtout appel aux intervenants extérieurs, c’est-à-dire aux dessinateurs professionnels qui viennent volontiers, qui animent des ateliers et ça, c’est formidable ! Ça prend tout de suite une autre envergure ! On organise également des expositions. Lorsque Charlie Hebdo avait treize dessinateurs avant l’événement que vous savez, ça tombait bien, c’était le treizième épisode du Presse Citron. Donc, on a organisé une Expo Trez. Avec, en même temps, treize dessinateurs. On a eu Vial... On change chaque année. Cette année nous aurons Desclozeaux. Donc, vous voyez, le spectre est assez éclectique.

65Voilà, en gros, notre démarche pédagogique. Je voudrais, pour terminer dire un petit mot sur l’avenir, puisque c’est pour cela que nous sommes tous ici. Me semble-t-il, un certain virage se produit dans la production elle-même, dans le fond et dans le style. Les deux dessins d’étudiants gagnants de l’année dernière, par exemple, ça n’avait rien à voir avec la caricature. Je crois que les étudiants, comme vous tous, comme nous tous adultes, en ont eu un peu marre de l’omniprésence de Sarkozy. C’est vrai qu’il est très facile à faire. Chaque étudiant en graphisme un peu doué fait un carré, deux, trois « zigouigouis » à côté et il tient son Sarkozy ! Mais ça, il y en avait marre. Donc, l’ensemble de la production, les 400 dessins – c’est déjà une présélection – qui ont été en concours présentaient des choses beaucoup plus poétiques, beaucoup moins axées sur l’actualité et des dessins plus proches du rêve, finalement. Catherine Beaunez – qui est dessinatrice, je crois – regrettait que le mot rêve ne soit pas ajouté aux « 3 R » du dessin de presse. J’irai dans votre sens et je crois qu’actuellement, au niveau de la jeunesse, en tout cas, on va beaucoup vers le rêve.

66François Forcadell : Si je peux ajouter quelque chose, c’est vrai que c’est une tendance que j’ai remarquée sur les blogs – beaucoup de dessinateurs ont des blogs, maintenant. Je navigue pas mal pour essayer de voir les évolutions graphiques, les nouvelles signatures et notamment chez les femmes. Il y a beaucoup de femmes qui dessinent et qui, effectivement, ne vont pas directement vers le dessin politique, elles font du dessin de société. Elles parlent d’elles, elles parlent de leurs problèmes, c’est vrai qu’il y a une forte tendance… Ce sont des dessins à mi-chemin entre la bande dessinée et le dessin politique. Il y a une nouvelle sensibilité. Même des dessinateurs qui font de la BD, comme Jean-Yves Ferry ou Diego Aranega, traitent de sujets qui sont à la lisière de l’actualité : des sujets de société, mais avec un regard différent, avec moins de virulence, moins de cynisme que ne le font les dessinateurs de presse, les caricaturistes.

67Bernard Fournier : Est-ce que le dessin de presse doit être forcément politique ? Le dessin de société, ça peut être un dessin de presse, aussi.

68François Forcadell : On en revient toujours à la définition du métier.

69Luce Mondor : Si je peux me permettre, même s’il est effectivement très difficile d’être dessinateur professionnel, tant que le dessin de presse reste un plaisir et qu’il peut circuler sur les blogs et dans l’affichage sauvage, dans les tracts – c’est vrai qu’on retrouve un peu la vocation du dessin de presse du xixe siècle – il est vivant, c’est déjà ça ! Tant pis pour les nouilles ! Ce n’est pas mauvais, là non plus !

70François Forcadell : Ce qui m’intéresse, c’est l’évolution de ce métier, de voir les jeunes déjà, le regard qu’ils portent sur le dessin de presse existant. Est-ce qu’ils apprécient ? Est-ce qu’ils arrivent à lire, par exemple, les dessins de Cabu ou de Willem ? Pourquoi n’y a-t-il pas plus de dessinateurs qui prennent cette pente, ce chemin-là ?

71Bernard Fournier : Je crois que la BD a beaucoup entraîné, elle a vampirisé un peu le talent d’expression des dessinateurs. C’est plus facile, je veux dire que ça consiste uniquement à bonifier un talent de dessin, pas uniquement à rajouter du sens. Depuis vingt ans, effectivement, le statut des dessinateurs de BD a enflé et attire beaucoup de jeunes talents. Mais d’un seul coup, on réalise et on voit, quand Alain fait son numéro sur Angoulême, sur les trente dessins qui sont publiés, je ne parle pas des histoires de BD, souvent c’est une belle illustration mais il n’y a pas d’idées.

72Alain Blaise : Parfois, certains trouvent de très bonnes idées. Ils pourraient verser facilement dans le dessin.

73Bernard Fournier : Il y a très peu d’exemples de dessinateurs de BD qui sont passés aux dessins de qualité.

74Alain Blaise : Non, non, c’est un autre exercice.

75Bernard Fournier : C’est un autre exercice, une autre discipline, une autre contrainte, un autre regard.

76Alain Blaise : Mais quand je vais pour les diplômes de fin d’études dans toutes les écoles d’arts graphiques de Paris, en fait, il y en a très peu qui s’intéressent au print – sans parler du dessin ou de l’illustration ! Il y en a les trois quarts qui font du multimédia et, franchement, le papier pour eux c’est du vieux ! Je me suis retrouvé dans les jurys de dessin des jeunes étudiants en deuxième ou troisième année d’école et il y avait ce paradoxe que certains avaient envie de faire des dessins politiques, mais ne lisaient pas un seul journal. Sur les trente que j’ai eus en face de moi, il y en avait un qui avait lu L’Équipe le matin, je crois. Les vingt-neuf autres n’avaient jamais rien lu ni même ouvert depuis une semaine ou deux en presse quotidienne. Donc, je crois que tout le monde est à fond sur le multimédia et les derniers dinosaures du print…

77François Forcadell : Tout à l’heure, Guillaume Doizy parlait des Guignols de Canal +, c’est vrai que ça fait beaucoup de tort aux dessins de presse d’opinion. C’est-à-dire aux gens qui s’expriment et ont des idées, et qui veulent les transmettre.

78Odile Conseil : JIl y a une chose révélatrice, c’est que parmi les trois quotidiens gratuits qu’on trouve à Paris, aucun d’eux n’a de dessin éditorial ! Il y a un dessin quotidiennement dans Matin Plus, fourni par Courrier International, mais c’est un dessin qui accompagne un article, ça ne mange pas de pain ! C’est souvent joli, parfois drôle, parfois légèrement grinçant, mais on n’est pas dans le dessin éditorial, parce que ça poserait des problèmes !

79Alain Blaise : C’est la bonne remarque, parce que, effectivement, dans les gratuits, il n’y a pas de prise de position. Le seul dessin qu’il y a, c’est une petite BD, un strip.

80François Forcadell : De toute façon, on ne peut pas faire un constat totalement négatif, quand même ! Sinon, on va boucler la journée !

81Odile Conseil : Non, je pense que, par rapport à ce que disait Daryl Cagle, l’Américain de la syndication, c’est sans doute vrai aussi en France, on peut espérer qu’il y ait des tas d’espaces, mais de petits espaces. Ça veut dire, pour les dessinateurs, une visibilité moindre. Éventuellement, une notoriété moindre aussi, puisqu’il y a quelques stars en France – on le voit bien dans les salons ou dans les conférences, il y a une espèce de masse qui vient se mettre autour du dessinateur, parce que c’est à lui qu’on veut parler, que c’est lui qui semble le plus accessible, le plus sympathique. C’est lui qu’on va tutoyer, c’est ce que disait Charb, tout à l’heure. Il faut sans doute trouver des espaces. Je pense que dans la presse spécialisée, il y a du dessin qui n’est pas politique. Mais ça peut être du dessin qui dit quelque chose.

82François Forcadell : Déjà, satirique, ça serait bien.

83Odile Conseil : Ça existe mais on le sait moins, parce que c’est moins visible.

84François Forcadell : Moi, j’ai toujours constaté que même à travers – et c’est ce que je voulais dire tout à l’heure – une exposition comme Cabu et Paris –, il y a vraiment un décalage par rapport à l’attente du public qui va vers les dessins. De toute façon, même un journal comme Charlie Hebdo peut arriver à vendre 500 000 exemplaires de son journal. Je ne dis pas qu’ils le font chaque semaine, mais il y a quand même un public qui aime ça. D’autres journaux ont très peu de dessins, ou même pas du tout. Vraiment, il y a un grand écart entre l’attente des lecteurs et la volonté des journaux qui n’ouvrent pas leurs colonnes, qui ne font pas venir les dessinateurs. Ils pourraient former. Par exemple, les dessinateurs du Monde, Chenez et Plantu, quand ils ont démarré, ils étaient très mauvais comme dessinateurs. Mais Le Monde avait une politique de recrutement, de formation des dessinateurs. Ils ont attendu cinq ans, dix ans. Il y a très peu de journaux qui font ça maintenant.

85Odile Conseil : C’est fini, ça ! Dans les journaux, on ne forme plus non plus les jeunes journalistes, alors qu’avant on les formait. Maintenant, ils sont formés essentiellement dans les écoles !

86François Forcadell : Ne nous lançons pas sur le sujet des journalistes !

87Luce Mondor : Oui, mais au-delà de la formation, il faut quand même être très courageux pour être dessinateur de presse, parce qu’il faut être en état de veille permanente. Et ça, pour un artiste, je pense qu’à un moment donné... Surtout qu’en plus l’artiste, il est un peu narcissique, donc il a envie d’être reconnu pour ce qu’il est, etc. Donc là, c’est vraiment le lancer sur un terrain mouvant. Il gagnera beaucoup plus de fric et il sera beaucoup plus à l’aise, intellectuellement, comme directeur artistique ! Il fera de la communication, il vendra de la soupe. Mais, vraiment, cette veille et cette colère permanente qui lui sont nécessaires, s’il veut faire du dessin de presse, c’est vraiment très dur ! Moi, je suis extrêmement admirative pour ceux qui les ont et qui continuent à les vivre.

88François Forcadell : Oui, il y en a encore quelques-uns. Mais je pense que c’est comme pour tout métier artistique, quelqu’un qui veut être comédien et qui veut arriver en haut de l’affiche… C’est une appréciation personnelle !

89Luce Mondor : En plus, ça va encore plus loin, parce que c’est un comédien qui fait du direct tous les jours ! Et comment dormir ? Il se trouve que j’en connais quelques-uns personnellement, ça les empêche de dormir ! En même temps, ils en rêvent tous ! Toute une vie en éveil !

90François Forcadell : Ça fait partie du métier. C’est un métier de création. Donc, la création, on ne sait pas où on va la chercher. L’imagination, ça fait partie du métier. Ce n’est pas plus dur que d’aller travailler à l’usine huit heures par jour et de gagner le SMIC.

91Luce Mondor : C’est vachement angoissant parce qu’il faut fournir ! Là, il y a quand même le couperet, tous les jours, à telle heure ! C’est vrai qu’après, il y a une certaine habitude. Mais ce n’est pas une vie facile.

92François Forcadell : Personne n’est obligé de le faire non plus. Mais c’est valable pour tous les créateurs. Si vous discutez avec ceux qui écrivaient les textes des Guignols, eux aussi, ils vous diront : « On n’y arrive pas, on n’a plus d’idées, ça, on l’a déjà fait... » C’est vrai aussi qu’ils ne sont pas aidés par la vie politique. Le dessin politique est le reflet de la vie politique. Comme ça ne se renouvelle pas beaucoup, qu’il n’y a pas beaucoup d’idées… Mais en même temps, ça fait partie du métier de créateurs.

93Odile Conseil : Il y a aussi ce que j’appelle le dessin compassionnel, qui peut être très beau, mais ne cherche pas à faire rire. C’est là qu’on voit la différence entre des dessinateurs. Quand il se passe un événement comme le 11 septembre ou dans le genre, il y a d’abord un effet de sidération pendant un, deux, trois jours. On voit ce genre de dessin prendre une vraie distance par rapport à l’humour, comme s’il y avait un temps à respecter avant de pouvoir essayer de faire rire – autant qu’on puisse faire rire avec ce genre de sujet, mais il y en a qui y arrivent toujours.

94Bernard Fournier : C’est pratiquement du dessin-symbole.

95Odile Conseil : Il y en a de beaux !

96François Forcadell : Ou efficaces. De toute façon, même dans l’Histoire, on remarquera que le dessin a toujours existé pendant les périodes de révolte, des périodes où l’on avait vraiment des choses à dire. Guillaume Doizy a cité les guerres de religion. C’est vrai qu’il y a eu une bagarre entre les différentes parties. Après, il y a eu la Révolution française, puis la Commune. Chaque fois, même sous Louis XIV, il y avait des caricatures. Chaque fois, quand il y avait des idées ou une révolte à exprimer, même en mai 68, il y a eu des dessins. Ça a produit L’Enragé, par exemple, qui a été un creuset où on trouvait Cabu, Pétillon, tous ceux qu’on retrouve maintenant, d’ailleurs. C’est vrai que depuis quelque temps on n’a plus ce souffle de révolte, ni dans l’actualité ni chez les dessinateurs. Cabu, il a eu treize procès contre l’armée parce qu’il était vraiment anti-militariste !

97Bernard Fournier : Peut-être aussi que le débat dans la société n’existe pas !

98François Forcadell : Oui, c’est ce qu’on disait tout à l’heure, il n’y a plus de débat.

99Bernard Fournier : Les journaux se sont concentrés. Il y en a même de moins en moins. Pourquoi, d’un seul coup, spontanément, une nouvelle génération de dessinateurs apparaîtrait-elle ? Il faut qu’il y ait un appel d’air !

100François Forcadell : C’est juste une façon de réfléchir à ce qui va se passer. Ce que je disais tout à l’heure, c’est qu’il faut dix à quinze ans pour faire un dessinateur. Si on se projette de maintenant à dans quinze ans, pour l’instant – à moins qu’il y ait des générations spontanées – ça ne se profile pas. Ça aussi, c’est comme quand on est comédien, il faut un peu crever de faim. Quand on discute avec l’équipe de Charlie Hebdo du début, ils avaient tous envie de se battre, ils avaient tous envie d’exister.

101Alain Blaise : Je peux me permettre une remarque ? Il y a le politiquement correct qui est passé par là, parce que tu imagines, « Bal à Colombey, un mort »... Maintenant, le problème pour le dessinateur est le même que pour tous les humoristes. Coluche aujourd’hui sur scène, Reiser dans les pages, tu imagines ? C’est le procès immédiat ! Ils seraient en taule, maintenant, direct !

102François Forcadell : Oui, mais Charlie Hebdo est un journal créé par des créateurs, enfin des dessinateurs, des auteurs qui avaient envie de dire quelque chose. L’Enragé, ça a été pareil. Ce sont des gens qui ont envie de s’exprimer. Peut-être que l’avenir du dessin de presse est dans la multiplication des titres créés par les auteurs, les dessinateurs. Mais quand on voit la difficulté de créer un journal aujourd’hui, c’est vraiment lourd ! Et comme Internet – Odile le disait tout à l’heure – ça ne rapporte rien aux dessinateurs... Pour l’instant, on ne gagne pas sa vie en publiant ses dessins sur Internet.

103Alain Blaise : Mais par contre, on peut être connu. Ça, c’est bien. Il y a un jeune dessinateur qui est venu me voir, je ne sais pas pourquoi, je lui ai parlé de Politis, peut-être... Je lui dis : « Essaie Politis ! » Politis veut le prendre sur son site, pas payé, évidemment. Puis, au fil des semaines, il a versé d’Internet au papier. Ça c’est un truc. L’autre truc, c’est l’histoire de Thierry Guitare. On bossait souvent ensemble, il y a dix, quinze ans, avec le multimédia, tout ça. Maintenant, il fait toujours ses bouquins sur le rock. Thierry me dit : « Alain, j’ai été contacté par le New Yorker, car là-bas Chris Curry était sur Internet. » Je lui demande : « Pas d’autres réseaux ? – Non ! » Il a juste double-cliqué et hop ! il a trouvé. Donc, Internet pour ça, c’est fantastique.

104François Forcadell : Internet est l’outil pour se faire connaître. Par exemple avant, les dessinateurs avaient des books pour démarcher les journaux. Ils rassemblaient une trentaine de leurs dessins pour montrer ce qu’ils savaient faire. Ils démarchaient les directeurs artistiques. Maintenant, c’est vrai, ils ont Internet. Mais ce n’est pas parce qu’on est sur Internet que tout le monde nous voit, non plus.

105Alain Blaise : Non, ça aide, c’est tout.

106François Forcadell : Ça aide, mais il faut se faire connaître. La démarche de rencontrer les gens, d’aller vers eux, vers des directeurs artistiques, des journaux ou des agences, il faut quand même la faire, même si on va sur Internet. Internet, ce n’est pas la solution. Du moins pour l’instant. Moi, je crois plus à la télé, mais le problème, c’est qu’il faut que ça s’ouvre. Il faut que la liberté d’expression soit plus large pour le dessin, parce que le dessin à la télé, ça a toujours plu. À Droit de réponse, ils avaient une revue de presse au début, qui marchait très bien. Elle s’est arrêtée le jour où il y a eu un dessin contre TF1. Mais la télé est un bon support qui permet, en plus, de rémunérer les auteurs. Peut-être qu’il faudra monter des émissions de télé avec du dessin. Sur des chaînes câblées, on peut faire des choses, un peu comme les séries américaines.

107Alain Blaise : Au New Yorker il y a trois avocats, pour être sûr que le restaurant est bien représenté, qu’il y a bien le nombre de fenêtres, etc. Je dis ça sans le contrôle de Chris Curry !

108François Forcadell : Ça rejoint ce qu’on disait. On va voir avec le nouvel hebdomadaire qui est sorti... Mais à Charlie, ils n’avaient qu’une limite – Siné l’a dit –, c’était l’avocat. C’est-à-dire que dès qu’un dessin était susceptible de tomber sous le coup de la loi, il ne le publiaient pas. Donc, si un journal satirique fait ça, je ne vois pas où est l’avenir du dessin de presse...

109Rousseau : J’ai remarqué une chose, toutes les entreprises qui ont été mises en place pour promouvoir le dessin de presse à partir de « un bon dessin vaut mieux qu’un long discours » – ça a été suivi ensuite par Gros Nez magasine, Une Minute de silence et autre chose fait par Dobritz – toutes ces entreprises avaient un dénominateur commun, la fourniture gratuite de dessins de presse. Je crois que le dessin de presse, c’est la seule chose qu’on puisse demander gratuitement sans avoir honte, à l’heure actuelle. C’est vrai qu’un dessinateur est appelé à fournir des dessins dans son existence, une somme incalculable de gratuité !

110François Forcadell : Toutes les associations ne livraient pas du dessin. Pour reprendre un bon dessin, c’étaient des expositions, le festival de la caricature d’Épinal, qui était une vitrine tous les ans pour les dessinateurs. Il y avait cent dessinateurs qui venaient à Épinal. C’était une vraie vitrine pour ce métier. Ce n’était pas gratuit. Les dessins étaient déjà publiés dans les journaux.

111Rousseau : Alors, ils devenaient gratuits, de ce fait. Ça, je le sais, c’est l’argument classique.

112François Forcadell : Ils ne les donnaient pas gratuitement, puisque personne ne les achetait ! Ce n’était pas une vente, c’était une exposition.

113Rousseau : Enfin, pour les autres il y a eu beaucoup de choses après. Il y a aussi sur Internet les Gueules d’humour et compagnie.

114François Forcadell : Mais ça dépend des dessinateurs.

115Rousseau : C’est toujours gratuit.

116François Forcadell : Je prends deux exemples. Un dessinateur qui accepte de faire des couvertures de livres, de casser les prix, va travailler, mais alors, il fera baisser le prix pour tout le monde. Il y a d’autres dessinateurs qui refusent de baisser les prix, qui disent : « Voilà, mon travail, je l’estime à tant. Je ne travaillerai qu’avec les gens qui me le paieront tant. » À ce moment-là, il y a des gens qui vivent très bien parce qu’ils ont refusé de baisser les prix. C’est comme un petit artisan, comme un plombier qui casse les prix.

117Rousseau : Juste un petit détail à propos des récents événements qui se sont produits concernant le licenciement du dessinateur Siné. Je ne pense pas du tout qu’il soit antisémite ! Là, il y a une erreur de jugement. Simplement, je crois qu’il s’est trompé d’époque, parce que s’il avait fait la même chose en 1940, tout le monde aurait été content ! Il n’y aurait eu aucun problème !

118François Forcadell : Ce n’est pas sûr. Pour évoquer ce sujet, on a décidé de ne pas en parler, parce qu’il s’agit de textes. C’est une affaire entre deux personnes, entre Val et Siné. On a pensé que ce n’était pas utile d’en parler, dans la mesure où ça n’intéressait pas le dessin de presse et, encore moins, son avenir. C’est un conflit entre deux personnes. Chacun porte le jugement qu’il veut là-dessus. Il y a les pro-Siné... Mais en même temps, ça n’a pas fait avancer le schmilblick de tout l’été. Le dessin de presse n’y a rien gagné du tout ! Bien au contraire, je pense qu’il recule, comme avec les histoires des caricatures de …

119Luce Mondor : Si, le dessin de presse a quand même gagné un hebdo en plus !

120François Forcadell : Oui, il gagné un hebdo, tant mieux ! Mais on va attendre un peu avant de se prononcer. Les caricatures de Mahomet non plus, n’ont pas fait avancer le schmilblick sur le dessin de presse, parce qu’on crée des polémiques sur des choses qui n’ont rien à voir avec le dessin de presse. Pour les caricatures de Mahomet, une manipulation a eu lieu à partir de dessins, de photos et de dossiers qui ont été montés pour x raisons !... On parle d’autre chose, qui fait partie du dessin de presse. C’est vrai qu’il n’y a pas de dessins de presse dans les pays où il n’y a pas de démocratie, donc il n’y a pas de caricatures.

121Odile Conseil : Si, il y a des dessins de presse. Par exemple à Cuba les dessinateurs critiquent Bush, mais c’est facile ! Ou alors, on biaise. Le dessinateur Ares avait fait par exemple une page de BD. Les deux cases du haut, c’est un monsieur qui dit : « Alors, de quoi on va parler aujourd’hui ? On va parler de la liberté d’expression ! » et toutes les cases suivantes sont blanches ! J’ai l’impression – c’est mon interprétation – que le dessinateur qui fait ça à Cuba se dit : « Je sais que je ne peux pas le dire, mais je dis que je ne peux pas le dire, donc je suis quand même vachement libre. » Il y a une espèce de jeu qui doit se faire comme ça. J’ai trouvé ce dessin assez sympathique.

122François Forcadell : Il flirte avec la censure ! C’est pareil pour Dilem, dessinateur algérien, qui utilise souvent des tas de techniques pour parler de quelqu’un dont il n’a pas le droit de parler. Résultat : il a quelques procès. Mais c’est vrai que dans tous les pays où il y a la censure, où il n’y a pas de liberté, il y a forcément des dessinateurs, ce n’est pas possible qu’ils disparaissent comme ça !

123Odile Conseil : Surtout, la créativité est énorme, parce que du coup, on en parle sans en parler, enfin, on en parle autrement ! En Russie et avant, en U. R. S. S., il existait toute une tradition du dessin où on ne représentait jamais aucun homme politique. Mais il y avait tout le temps quelqu’un avec une couronne, et on savait très bien qui était ce quelqu’un avec une couronne…

124Bernard Fournier : Il y avait une règle du jeu avec des codes.

125François Forcadell : Et ils continuent !

126Public : Tout à l’heure vous avez dit, monsieur Blaise, que le dessin de presse était fait pour finir plutôt à la poubelle ? En gros, qu’on lisait un journal et qu’on le jetait...

127Alain Blaise : C’est juste une caricature !

128Public : J’ai bien compris ! Mais qu’est-ce que vous pensez par exemple du cas du dessinateur Steinberg, qui a fait une sorte de glissement du dessin de presse, finalement vers des dessins qui sont aujourd’hui vus dans les galeries ? C’est un cas assez singulier !

129Alain Blaise : Saul Steinberg n’est pas un dessinateur de presse, c’est un artiste protéiforme, quelqu’un de spécial pour le xxe siècle. Steinberg a inspiré non seulement tous les dessinateurs…

130Public : Qu’est-ce que vous entendez par dessinateur de presse ? Il a publié dans la presse ?

131Alain Blaise : Bien entendu ! Il a fait des reportages.

132Public : C’est quoi exactement pour vous alors, un dessinateur de presse ?

133Alain Blaise : Je disais que le principe même du dessin n’est pas d’être accroché aux cimaises, c’est tout ! Moin par exemplen j’ai découvert ça quand j’étais ado, uniquement par les compilations de dessins que j’achetais dans des packs scellés : on les pilonnait, parce que personne n’en achetait. C’est par là qu’on apprend à découvrir doucement le dessin de presse. Ce sont des compilations faites par des gens de bonne volonté, par les éditeurs qui prennent des risques, parce qu’ils savent que ce ne sera jamais vendu. C’est grâce à ça qu’on peut se créer sa propre contre-culture de dessins de presse. Donc ça n’a pas une vocation à être jeté évidemment, c’était une plaisanterie ! Sa vocation c’est d’être un message, comme un coup de poing dans la gueule, aussi vite oublié qu’une parole, et qui n’est pas destiné à être inscrit dans le marbre ! Mais bien entendu, je me régale des compilations. Je félicite des éditeurs courageux et intelligents, par exemple le jeune éditeur des Arènes qui a fait une compilation gigantesque des dessins du New Yorker. Parce que je me souviens, quand j’étais ado, j’ai eu une fois l’occasion d’aller aux États-Unis fouiller les bookstores pour trouver des compilations... À part deux, trois vieilles choses de 1925-1945, 1945-1975, il n’y avait absolument rien ! C’était impossible de les récupérer. Donc, quand on est courageux, quand on est éditeur de cette façon, je salue ! C’est magnifique, une belle opération ! Je ne sais pas si ça a marché, mais je crois que oui.

134Le dessin de presse n’est pas assez diffusé, c’est vrai. Grâce à des opérations comme ça, on connaît un peu mieux Saul Steinberg, qui était un géant multicarte total, qui a inspiré des générations entières de graphistes, mais pas que des dessinateurs, en plus ! Enfin, c’est un cas de figure à part, peu ont fait école comme lui ! Je crois que l’exposition des dessins du New Yorker, juste après-guerre, a influencé toute la génération Cabu, Siné, etc. C’est de là qu’est né le dessin de presse français et, ensuite, les nouveaux dessinateurs sont venus de cette deuxième génération, donc Saul Steinberg est à l’origine de tout ça. Je ne veux pas remonter aux grottes de Lascaux pour expliquer d’où viennent les sources de chacun, mais c’est évident que là, c’est un maelström de création venu des États-Unis qui est absolument incomparable, qu’on ne peut pas attribuer à un seul dessinateur de presse. De la même manière qu’un jour on dira que Willem était un fantastique graphiste, parce que sa gestion des surfaces, des codes visuels, des noirs et blancs, affichée dans l’ultime limite, permet d’exploser tous les codes du dessin dit de presse avec personnages en pied, scènes de théâtre, bulles et en plus légendes, pour ceux qui n’auraient pas compris.

135Bernard Fournier : Je crois que le dessin de presse, c’est un peu trop générique. On a le dessin de presse d’actualité, on a le dessin de presse d’illustration, on a le dessin de presse d’humour. La palette est assez large et puis, tous ne sont pas des artistes.

136François Forcadell : Exactement, c’est ce qui définit le dessinateur qui travaille dans la presse, il peut être à 50 % artiste, à 50 % journaliste. Pour certains, la part d’artiste va jusqu’à 70 % – ce sont des gens comme Willem – et il reste 30 %, enfin, les deux sont mêlés. D’autres privilégient plutôt le journalisme, l’idée, le dessin simple et efficace, mais c’est vrai que les dessinateurs sont toujours partagés entre l’artistique et le journalisme.

137Alain Blaise : Je vais me permettre une autre remarque à propos de la narration. La technique de dessin elle-même n’a pas tellement d’importance. De très bons dessinateurs de presse sont parfois de mauvais dessinateurs. Sur ce sujet, c’est assez drôle de voir que justement, Saul Steinberg, par la simplicité totale de son trait, a fait école et certains ont cru qu’en faisant pauvre ils allaient faire simple, et en fait, non ! Mais si jamais ils avaient eu des choses à dire, ce n’était pas très important. Par exemple, Jacques Rouxel dessine mal et il le dit. Il aime beaucoup Saul Steinberg, il le dit aussi. Il fait des petits dessins animés de trois minutes qui sont des chefs-d’œuvre absolus de drôlerie, peut-être un peu mal dessinés, mais ce n’est pas très grave ! L’essentiel, c’est plutôt ce qu’on a à dire et que les propos ne soient pas vampirisés par une supertechnique. Les gens qui dessinent, quand ils traversent le vent de l’histoire comme Marjane Satrapi dans Persepolis, n’ont pas besoin de très bien savoir dessiner. Je suis désolé de te dire que si ce n’est pas très bien, qu’est-ce qu’on en a à foutre ? L’essentiel est que tu racontes bien ton histoire, ce que tu fais très bien. Art Spiegelman, c’est pareil, il a une culture du collage, une fantastique culture encyclopédique du graphisme qui lui permet, par des pirouettes, de faire de magnifiques Unes au New Yorker. Ce n’est pas forcément non plus un virtuose, ce n’est pas très grave. L’essentiel c’est ce qu’on a à dire et même si on ne sait pas dessiner, on peut quand même se lancer.

138Public : Par exemple, si on prend le cas de Daumier, c’était un dessinateur de presse. Il avait une production énorme et, en même temps, il doublait ses dessins de presse par des gravures d’édito qu’il vendait à côté des journaux. On pourrait imaginer ça aujourd’hui.

139François Forcadell : Il était peintre, sculpteur et graveur aussi.

140Public : Oui, à la fin de sa vie. Ce que j’essaie de mettre en avant, c’est le glissement qu’il peut y avoir. Par exemple, Willem expose aussi. Mais il peut y avoir, pour un dessinateur de presse, d’autres occasions : il peut sortir du journal et exposer ses travaux.

141Alain Balise : Il n’y a aucune loi. Ils font ce qu’ils veulent.

142Public : Oui, ce sont des artistes, ils font ce qu’ils veulent…

143François Forcadell : Il y en a beaucoup qui le font.

144Public : Il y en a beaucoup ? Il n’y en a pas beaucoup, justement, malheureusement !

145François Forcadell : Si on prend quelqu’un comme Desclozeaux, qui fait du dessin de presse dans Le Monde, il fait aussi de la création artistique quand c’est pour une couverture de livre, ou pour une affiche.

146Public : Oui, c’est très bien qu’il le fasse.

147François Forcadell : Il y en a beaucoup ! Même Soulas, un dessinateur de Libé, quand il est arrivé à la retraite, il s’est mis à faire de la peinture et à exprimer sa part artistique, beaucoup plus que dans la partie dessin de presse liée à l’actualité.

148On va poser une question à chacun de nos interlocuteurs, pour une solution à trouver pour l’avenir du dessin de presse, une solution chacun.

149Odile Conseil : Moi, j’ai une idée. Je trouve que la presse régionale devrait – et je suis prête à le faire pour elle, avec mon agence de dessins – publier chaque fin de semaine la semaine en six dessins, avec cinq, six, sept dessins sur l’actualité mondiale, hexagonale, avec trois, quatre, cinq lignes de commentaire. Ce serait un très bon truc de pédagogie parce que malgré tout, les mômes, les ados, verraient le journal de leurs parents. Ils regarderaient, puis on leur dirait : « Tiens, lis-le, tu apprendras au moins trois trucs sur ce qui se passe. » Donc, ça serait à la fois ludique et pédagogique et je pense que ce serait bien le travail de la presse régionale de faire ça.

150François Forcadell : On va demander à Faujour. Excuse-moi de te réveiller ! Une solution pour que le dessin de presse ait un avenir ?

151Loïc Faujour : Je ne sais pas. L’avenir ? La chose qui m’emballe le plus, c’est de dessiner en direct, soit dans les débats, soit à la télé, ça me plaît beaucoup. Enfin, il faut dire aussi que je me cogne beaucoup de presse militante ! Donc ce n’est pas très intéressant, c’est très limité ! La marge de manœuvre, elle est toute petite ! Le dessin en direct, ça me plaît, il n’y a pas trop de souffrance, c’est bien ! Des fois, c’est tout raté, des fois c’est un vrai bonheur ! Alors, pareil ! De la place à la télé, il n’y en a pas beaucoup ! Il y a plein de chaînes câblées, mais elles ne font pas appel aux dessinateurs. On ne compte pas beaucoup !

152François Forcadell : Alain Blaise ? Une idée pour l’avenir du dessin de presse ?

153Alain Blaise : Ça se fera de soi-même, je pense. C’est l’époque qui porte ses propres modes d’interprétation et de contestation, ça s’appellera de soi-même dès que ce sera nécessaire, quel que soit le support : électronique, papier ou encore autre chose.

154François Forcadell : Sélection naturelle. Luce ?

155Luce Mondor : Eh ! bien ! ce n’est pas une idée, c’est une recette. C’est que chacun – d’ailleurs vous pouvez le faire, vous tous, là – ait toujours sur soi un petit carnet, un crayon, on devrait déjà les avoir ! Et tous les jours, on se force à faire un petit dessin d’actu ! Alors, même quand on ne sait pas dessiner, vous verrez que ça vient très vite !

156François Forcadell : Bernard Fournier ?

157Bernard Fournier : Je n’ai pas d’idée. L’œuf ou la poule, je ne sais pas qui est arrivé le premier.

158François Forcadell : Écoutez, ce que je propose c’est qu’on se retrouve l’année prochaine, à peu près à la même époque.

  • 2 Ses dessins dans le Nouvel Obs.

159Public : Je me permettrais d’intervenir. Je n’ai pas de réponse pour l’avenir du dessin de presse, mais je travaille pour une association qui s’appelle « Paris Bibliothèque », qui produit avec la bibliothèque Forney et un conservateur d’arts graphiques une exposition autour du dessin de presse international à la fin de l’année. Ça devrait s’appelait Permis de croquer. C’est autour de la liberté d’expression, avec notamment des artistes dont vous avez parlé : Dilem, Willem, Wiaz2, Kichka, des gens comme ça, qui devraient exposer à la fin de l’année, à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, avec des débats, des conférences et éventuellement, un catalogue d’expositions. Je vous dis ceci en avant-première, puisque rien n’est encore validé au niveau de la Ville de Paris, la bibliothèque étant un établissement de la Ville. C’est un projet qui est quasiment bouclé, qui attend des validations au niveau des directions des Affaires culturelles et des Relations internationales. On serait ravis de vous voir tous là-bas.

160François Forcadell : De toute façon, des expositions il y en a toujours. En ce moment à Saint-Just-le-Martel il y a un festival qui existe depuis vingt-neuf ans maintenant, qui rassemble beaucoup de dessinateurs. Il y a beaucoup d’initiatives pour populariser le dessin de presse, on espère qu’elles le feront vivre.

161Alain Blaise : Ce sont des initiatives individuelles.

162François Forcadell : Voilà. Très bien, je vous donne peut-être rendez-vous l’année prochaine au même endroit. Merci beaucoup.

Notas

1 Mes hommes de lettres : Petit précis de littérature française, de Meurisse, Catherine, et Cavanna, Paris, Sarbacane, 2008.

2 Ses dessins dans le Nouvel Obs.

Autores

Directeur artistique de Libération

Dessinateur et journaliste, rédacteur en chef adjoint de Charlie Hebdo

Rédactrice en chef adjointe de Courrier International

Commissaire de l’exposition « Cabu et Paris », ancien directeur artistique de L’Équipe Magazine

Professeur à l’École Estienne et organisatrice du prix Presse Citron

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access