Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Lire le noir

 | 
Annie Collovald
, 
Érik Neveu

Adresse bibliographique

Texto completo

Les auteurs

1Annie Collovald est maître de conférences en science politique à l’université Paris X-Nanterre et membre du LASP (laboratoire d’analyse des systèmes politiques). Spécialiste de la droite et de l’extrême droite (Le « populisme du FN » : un dangereux contresens, Éd. du Croquant, 2004), elle s’est intéressée également au militantisme humanitaire, aux phénomènes de conversion politique et aux enjeux biographiques (Jacques Chirac et le gaullisme. Biographie d’un héritier à histoires, Belin, 1999).

2Erik Neveu est professeur de science politique à l’iep de Rennes. Un de ses axes de recherche porte de longue date sur les « mauvais genres » littéraires et les enjeux politiques et sociaux de la culture (L’Idéologie dans le roman d’espionnage, Presses de Science Po, 1985). Il travaille aussi sur les mouvements sociaux, le journalisme, les rapports de genre (Féminins / Masculins, Armand Colin, 2004, avec C. Guionnet).

Remerciements

3Notre gratitude va d’abord aux quarante lecteurs de romans policiers qui nous ont consacré plusieurs heures dans des entretiens. Nous avons appris, peut-être compris, toujours passé des moments stimulants à leur contact. Nous avons tenté de faire en sorte que l’aboutissement écrit de cette recherche leur soit lisible, même s’il est sans doute moins attrayant qu’un policier. Peut-être ne se retrouveront-ils pas dans chacune de nos analyses. Nous souhaitons avant tout qu’ils ne s’y sentent jamais trahis, ni dépréciés.

4Nos remerciements vont aussi aux conservateurs et bibliothécaires qui nous ont aidés dans cette enquête, d’abord à Catherine Chauchard à la BILIPO, à Maryse Cairon à rennes, Josette François à Chantepie, Frédéric Prilleux à Pordic. Merci aussi au réseau mobilisé autour du prix du polar SNCF : Christine Walter-boule à Paris, Almadane Bokar-Thiré à rennes. La connaissance des mondes du policier par Claude Combet de Livres Hebdo nous a aussi été précieuse. des remerciements tout particuliers à Emmanuel Pierru, dont le savoir-faire et la contribution en matière de retraitement des données de l’enquête 1997 « Pratiques culturelles des Français » nous ont permis de compléter nos entretiens de précieuses données quantitatives.

5Merci aussi à tous les amoureux du polar dont l’aide nous a été fort utile, au premier chef à la liste de diffusion « Mauvais genres » de Bernard Strainchamps (mauvaisgenres@mauvaisgenres.com). Ce livre est aussi débiteur de l’aide des collègues et étudiants de nos établissements d’origine ; ils ont su avec bienveillance identifier amis, relations, parents lecteurs de policiers. Ce travail a aussi gagné à prendre appui tant des travaux déjà conduits avec le soutien de la BPI que de la BILIPO. Les commentaires critiques et l’appui bienveillant et patient de Françoise Gaudet et Christophe Evans, nos interlocuteurs du service Études et recherche de la BPI, nous ont permis de travailler avec des partenaires qui étaient bien plus et mieux que les financeurs d’une recherche. Marylène Bercegeay sait ce qu’a apporté son toujours efficace rôle de gestionnaire pour deux partenaires peu obsédés des impératifs administratifs.

6Nous remercions vivement la bibliothèque Centre Pompidou pour la cession de droits qui a permis cette nouvelle édition de Lire le noir (1re édition en 2004).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540