Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jeunes adultes et la presse magazine

 | 
Jean-François Barbier-Bouvet
, 
Paola Spaventa
, 
Amandine Pellizzari

Les jeunes adultes et la presse magazine : étude qualitative et sémiotique

Introduction. Présentation de la démarche d’investigation

Paola Spaventa et Amandine Pellizzari

Texte intégral

Le contexte de l’étude

En arrière-plan : une interrogation sur le rapport des jeunes adultes aux nouveaux médias comme aux médias traditionnels

1Les dix dernières années ont été marquées par l’essor de la culture numérique et d’Internet ainsi que par leur diffusion auprès de toutes les couches de la population. Si le développement des nouveaux médias numériques n’a pas fait disparaître les médias plus « anciens », il n’en demeure pas moins que cette révolution technologique s’est accompagnée – et s’accompagne encore – d’un changement en profondeur des pratiques culturelles des Français et de leur rapport aux différents médias.

  • 1 Olivier Donnat, Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, La Découverte, 2009.

2Les plus de 30 ans, qui ont vécu l’arrivée d’Internet et des nouvelles technologies vivent cette transition et s’y adaptent – plus ou moins selon l’âge —, mais il semble, d’après une étude menée sur les pratiques culturelles des Français1, qu’ils aient conservé des réflexes structurants dans leur mode de « consommation » des médias. S’ils accordent désormais un temps certain à la navigation sur Internet, ils n’en délaissent pas pour autant la lecture de livres, de la presse ou le cinéma : ils sont dans une logique d’arbitrage entre recours aux nouveaux médias et pratiques déjà ancrées dans leurs habitudes.

3Au contraire, la génération des 15-30 ans n’a pas eu à s’adapter à ces changements : elle est pour ainsi dire née devant des écrans — écran de télévision, et surtout écran d’ordinateur. Les plus âgés ont joué à Pac Man sur les to7, les plus jeunes ont grandi avec des jeux d’éveil sur support dvd : ils sont la génération témoin/cobaye, la première génération à avoir intégré d’emblée la révolution numérique dans ses pratiques culturelles.

4Cette génération des moins de 30 ans semblait donc intéressante à étudier de plus près pour comprendre ce qui se joue en profondeur dans les rapports actuels et futurs qu’ils entretiennent avec les médias « traditionnels » : quelle place ces médias et en particulier la presse ont-ils dans leurs pratiques ? Comment sont-ils investis « émotionnellement » ? Comment se redéfinit leur place et leur rôle ? Quels sont les contenus et les modes d’adresse attendus ? Quelles sont plus globalement les mutations en germe qui impacteront les médias traditionnels ?

En amont de l’investigation : les constats tirés de l’étude AEPM 2009

  • 2 Jean-François Barbier-Bouvet, La Lecture de la presse magazine par les jeunes adultes. État des li (...)

5Ces questions se posent avec acuité dans le cas de la presse magazine. Une étude réalisée par Jean-François Barbier-Bouvet à partir des données de l’aepm2, ainsi que l’étude récemment réalisée sur les pratiques culturelles des Français déjà citée viennent confirmer un mouvement que laissait présager le développement et la diffusion d’Internet : une désaffection de l’imprimé au profit des supports électroniques, que ce soit la navigation sur Internet, les jeux électroniques, les réseaux sociaux, etc.

  • 3 Pour une définition de la « Lecture Dernière Période » (l.d.p.), voir Jean-François Barbier-Bouvet(...)

6Mais l’analyse plus précise du rapport des jeunes à l’imprimé révèle néanmoins des différences de traitement entre le livre et la presse magazine. En effet, si on assiste à une pratique plus faible de la lecture de livres chez les 15-30 ans (une baisse des « gros lecteurs »), il s’avère que ceux-ci sont bien familiers de la presse magazine imprimée. Entre 15 et 29 ans, neuf jeunes sur dix déclarent avoir lu, consulté ou parcouru au moins un des 175 magazines les plus diffusés en France au cours de sa dernière période de parution, soit la dernière semaine pour un hebdomadaire, ou le dernier mois s’agissant d’un mensuel3.

7Si le lectorat de la presse magazine tend à vieillir, ce type de presse demeure néanmoins un média privilégié des 15-30 ans. Cette tendance, plutôt positive pour la presse magazine, doit cependant être nuancée, dans la mesure où familiarité ne rime pas avec forte implication : s’ils sont en contact fréquent avec la presse magazine, les 15-30 ans n’investissent que faiblement sa lecture par rapport à d’autres médias. En effet, en dépit de sa pratique répandue, la presse magazine figure au bas de l’échelle des préférences des 20-30 ans, derrière la navigation sur Internet, la télévision, la radio et l’écoute de musique.

8Jean-François Barbier-Bouvet, dans son état des lieux sur la lecture de la presse magazine par les jeunes adultes, a creusé la question en se penchant sur les titres lus et consultés par les 15-30 ans. Cette étude met d’abord en évidence la multiplicité des titres disponibles et la variété des thématiques qu’ils abordent. Cependant, dans chaque famille de presse (mode, sport, actualité…), on trouve des titres en affinité avec cette génération et d’autres non. Certains magazines ont su trouver un mode de traitement éditorial pertinent pour s’adresser à la jeune génération, tout en traitant des mêmes thématiques que leurs concurrents : c’est le cas de Glamour, plus apprécié que Elle par les jeunes. Ces titres semblaient donc intéressants à étudier pour comprendre ce qui fait précisément le « ciment affinitaire » de leur contrat de lecture.

9On constate par ailleurs que les titres les plus prisés par les jeunes sont aussi les plus récents, preuve que chaque titre semble s’imposer comme le titre d’une génération, et qu’il est condamné, s’il ne se renouvelle pas, à vivre, à vieillir et à mourir avec elle.

10Deux types de presse magazine semblent séduire plus particulièrement les jeunes générations :

  • Dans une logique d’audience : la presse tv. Ce succès est à mettre en relation avec la grande diffusion de ces titres et laisse imaginer une faible implication relative des 20-30 ans dans sa lecture (d’autant que les 20-30 ans semblent délaisser le média tv au profit de la navigation sur Internet).
  • Dans une logique affinitaire : la presse « people » au sens large (« people » et « trash »), dont le lectorat est particulièrement jeune. Cette famille de presse constitue un terrain d’investigation intéressant dans la mesure où elle apparaîtrait comme une presse « générationnelle » au même titre que la presse musicale pour les générations antérieures (de Salut les copains aux Inrockuptibles).

11À la charnière, sous l’angle des usages, certains modes de traitement de l’information des magazines populaires présentant les meilleurs affinités avec la génération des 20-30 ans feraient système. Ils relèveraient de formes d’écriture, et produiraient donc des effets de lecture, possédant des caractères propres ou exacerbant des caractères déjà présents dans d’autres journaux, mais à un degré moindre. Ces pratiques de lecture des magazines font sans doute le pont entre la lecture en continuité, propre au livre, et la lecture de prélèvement, propre à Internet.

Les objectifs de l’étude

12Dans le prolongement de l’étude exploratoire réalisée par Jean-François Barbier-Bouvet, le service Études et recherche de la Bibliothèque publique d’informations, à la demande du service du Livre et de la Lecture du ministère de la Culture et de la Communication, a souhaité réaliser une étude sur les jeunes de 20 à 30 ans et la presse magazine.

13Cette étude avait les objectifs suivants :

  • Repérer ce qui fait système dans les titres les plus en affinité avec cette génération ; mettre en exergue dans le traitement propre à ces magazines les « signes » et les « réseaux de signes » qui les distinguent, tant dans leurs registres discursifs que dans les formes d’écritures et les formes graphiques :
    • La mise en récit des images et des textes : comment ces différents titres jouent-ils de la narration, de la démonstration, de l’explication, du jeu ? Quels sont les ressorts de la relation induite au lecteur : émotion, empathie ou au contraire distance, recul ?
    • Le mode de lecture induit : dans la fragmentation, l’articulation linéaire, l’association d’idées (par analogies ou mise en parallèle)...
    • La valeur d’appropriation : l’accessibilité du contenu et sa richesse, la dimension de proximité et de praticité, la relation directe ou indirecte au vécu du lecteur ;
    • La valeur identificatoire de ces magazines, en particulier la place et le rôle implicite du lecteur ;
    • Et plus globalement les messages délivrés, les images et les valeurs construites, susceptibles de créer un « courant générationnel ».
  • Comprendre comment les jeunes adultes perçoivent aujourd’hui la presse magazine, au regard des autres médias auxquels ils sont exposés :
    • Qu’est-ce qui explique cet attrait persistant pour la presse magazine, dans un contexte de forte mise en concurrence de l’imprimé (contenu, type d’adresse, traitement éditorial) ?
    • Qu’est-ce qui, dans les magazines les plus lus par cette génération, crée de l’affinité – notamment dans la presse « people » – et de l’implication ? Quelles sont les raisons pour lesquelles les jeunes vont sélectionner tel ou tel magazine, alors que les informations sont parfois identiques ?
    • Quelle est la force du lien tissé entre cette génération et les titres qu’elle lit ? Comment les jeunes investissent-ils leurs titres « concrètement » (soin accordé à la lecture, au support lui-même) et émotionnellement (attachement, fidélité au titre) ?
    • Comment cette presse accompagne-t-elle – ou pas – le passage progressif à l’âge adulte et les évolutions profondes de vie : de cadre de vie (départ du foyer, logement propre), de mode de vie, de relations (autonomisation vis-à-vis de la famille, sociabilité accrue entre amis, mise en couple, etc.), de statut (entrée dans la vie active) ?
  • Situer la pratique de la lecture de la presse magazine parmi les autres pratiques de lecture/réception des contenus (livre, Internet, audiovisuel) :
    • Quelle place réelle occupe la lecture de la presse magazine dans leurs pratiques régulières de lecture ?
    • Les titres majoritairement lus renforcent-ils la prédisposition ultérieure vis-à-vis de l’imprimé ou au contraire vis-à-vis des écrits sur écran ? Et à l’inverse les modes de lecture issus de l’écran et du Net conduisent-ils à privilégier la lecture de ces titres par rapport à des titres plus anciens ? Autrement dit, qu’est-ce qui se joue dans le rapport à l’écrit et à l’imprimé en termes de pertes et d’acquisitions ?
    • Plus globalement, comment se constituent parallèlement les pratiques classiques de lecture comme les pratiques nouvelles d’information et d’échange propres au Net ? Sont-elles complémentaires ou entrent-elles en concurrence ? Amènent-elles à une substitution progressive de l’écrit fixe de l’imprimé par l’écrit volatil de l’écran ? À quels arbitrages conduisent-elles les jeunes de cette génération ? Et en fonction de quoi ces arbitrages s’opèrent-ils : des sujets, des motivations, des centres d’intérêt, des modes de vie, de l’organisation du temps quotidien…, etc. ?

La méthodologie suivie

  • 4 Cette méthode a été affinée avec les représentants de Qualeïa, l’institut choisi pour mener cette (...)

14Pour répondre à ces différentes questions, les responsables de la Bibliothèque publique d’information et le comité de pilotage de l’étude jugeaient nécessaire d’aborder la problématique sous deux angles méthodologiques complémentaires : une analyse sémiologique et une étude qualitative4.

Première phase : l’analyse sémiologique

Les objectifs de cette phase

15Le but de cette analyse sémiologique était de mettre en lumière les aspects emblématiques du discours adressé aux jeunes et le propre des contrats de lecture des titres les plus affinitaires :

  • Repérer ce qui fait systèmes dans le traitement propre aux magazines affinitaires auprès des jeunes générations : leurs registres discursifs, les formes d’écriture et les formes graphiques ;
  • Comprendre comment et par quels signes les magazines les plus affinitaires parviennent à séduire les publics jeunes ;
  • Cerner leurs effets sur la lecture et déceler en particulier, derrière ces signes emblématiques, ce qui renforce ou non la lecture de prélèvement propre aux médias émergents, Internet ;
  • Sélectionner, à l’issue de cette phase, des exemples de traitement illustratif et rédactionnel à soumettre aux lecteurs lors de la phase qualitative.

Le corpus étudié

16En amont, l’étude de Jean-François Barbier-Bouvet a permis de déterminer quels étaient les magazines les plus affinitaires avec la génération des 15-30 ans, et ceux qui l’étaient moins.

17Pour des questions de faisabilité, le corpus de titres étudiés a été limité aux principaux titres. En réunion de pilotage, nous avons adopté le parti pris de sélectionner deux échantillons contrastés : d’une part, les magazines les plus affinitaires et les plus lus par la génération des 15-30 ans ; et d’autre part les magazines qui, malgré leur volume de diffusion important, voyaient au contraire les 15-30 ans sous-représentés dans leur lectorat.

18En effet, il nous a semblé important d’opérer un travail comparatif et systématique avec les titres de presse magazine aujourd’hui délaissés par cette génération, pour repérer « en creux » les signes distinctifs des magazines les plus en affinité avec les jeunes adultes.

Le corpus de magazines sélectionnés

Le corpus de magazines sélectionnés

19Nous avons volontairement sélectionné les magazines datés de la même semaine ou du même mois car il semblait intéressant de travailler sur la façon dont les différents titres traitaient comparativement une même information. Tous les mensuels que nous avons étudiés sont donc datés du mois de février 2010, tandis que les hebdomadaires le sont de la semaine du 8 février 2010 (plus ou moins, selon les jours de parution).

20À l’issue de cette phase, l’étude a été recentrée sur les titres destinés aux 20-30 ans. Les titres destinés aux 15-19 ans (désignés en gras dans le tableau ci-dessus) ont volontairement été mis de côté ; nous reviendrons sur les motifs de ce choix dans le chapitre final de cette introduction à l’étude. L’analyse sémiologique nous a également permis de sélectionner des extraits de magazines, des exemples de traitement illustratif et rédactionnel, à soumettre aux lecteurs lors de la phase qualitative.

La méthode détaillée de l’analyse sémiologique

21Nous avons procédé à une étude exhaustive et systématique des signes utilisés dans les différents magazines selon la grille de lecture suivante :

22Les partis pris maquette :

  • La signalétique : système de « rubricage », système d’encadrement, de mise en relief des informations-clés, et leur incidence sur les modalités de mise en exergue de l’information : fragmentaire, articulée, portant l’accent sur la découverte/surprise/curiosité ou au contraire sur l’essentiel à retenir ;
  • Le code graphique : typographie et couleurs utilisées, lisibilité, fonction sémantique, symbolique et empathique du graphisme et le type induit de valorisation du contenu rédactionnel ;
  • Le code chromatique : les tonalités privilégiées, leur valeur d’ambiance, leur contribution au repérage et au plaisir de lecture ;
  • Le code iconique : le type de visuels (photos, illustrations, infographie) et leur traitement, leur valeur spectaculaire, narrative ou instructive, le rapport induit aux réalités observées (personnes, objets, phénomènes, etc.), les acteurs mis en scène (jeunes, adultes, personnages réels ou fictifs) et l’image induite du lecteur ;
  • La mise en séquence des images : sous forme articulée (film, continuité des plans, etc.), juxtaposée ou fragmentée (image choc, pépite saillante), les angles de vue (focus sur un détail ou panoramas, etc.) afin de déterminer à la fois le mode de lecture induit (zapping, découverte, suivi linéaire) et plus globalement le rapport au monde (monde extérieur et monde des jeunes) sous-jacent ;
  • La mise en page et en particulier le rapport texte/image : gestion de l’espace, sens de lecture induit, synergies et décalages éventuels pour bien cerner le système qui se met en place entre lecture de prélèvement (proche du Net) et lecture de continuité (proche du livre).

23L’éditing, à savoir la gestion des titres, accroches, légendes, citations, extraits :

  • Leur formulation : modalités d’expression propres à la langue orale ou écrite, lexique utilisé, registres grammaticaux (emploi des temps et des modes, recours au tutoiement/au je/à la 3e personne), ponctuation ;
  • Leur valeur d’adresse, d’interpellation et d’incitation à la lecture.

24Le contenu rédactionnel :

  • Le traitement des sujets et leur dimension explicative, projective, ou interactive ;
  • Les angles journalistiques : place du témoignage, du reportage, de l’article de fond, de la recette conseil ou mode d’emploi ;
  • Les registres discursifs : discours direct ou indirect, rythme et longueur des phrases, modalités verbales (d’état, d’action, de réflexion, etc.).

25Pour au final identifier les codes et les attributs les plus en affinité avec la génération des jeunes adultes :

  • La mise en récit des images et des textes : comment ces différents titres jouent-ils de la narration, de la démonstration, de l’explication, du jeu ? Quels sont les ressorts de la relation induite au lecteur : émotion, empathie ou au contraire distance, recul ?
  • Le mode de lecture induit : dans la fragmentation, l’articulation linéaire, l’association d’idées (par analogies ou mise en parallèle) ;
  • La valeur d’appropriation : l’accessibilité du contenu et de sa richesse, la dimension de proximité et de praticité, la relation directe ou indirecte au vécu du lecteur ;
  • La valeur identificatoire de ces magazines, en particulier la place et le rôle implicite du lecteur ;
  • Et plus globalement les messages délivrés, les images et les valeurs construites, susceptibles de créer un « courant générationnel ».

Deuxième phase : l’étude qualitative

Les objectifs de cette phase

26La phase qualitative avait pour objectif d’étudier l’offre de magazines en « réception », pour mieux comprendre comment la jeune génération appréhende l’offre de presse magazine au regard des autres médias disponibles.

27Nous avons donc étudié :

  • Les pratiques de lecture de la presse magazine pour savoir comment elles s’articulent avec les autres pratiques de lecture/consultation/échange suscitées par les autres médias ;
  • La réception de l’offre imprimée pour comprendre comment les 20-30 ans perçoivent l’univers de la presse magazine et l’offre qui leur est proposée, afin de faire émerger ce qui, dans ces titres affinitaires, suscite de l’intérêt, de l’adhésion et de l’implication auprès de cette cible. Pour aborder ces deux aspects de l’étude, nous avons fait le choix d’une double méthodologie mêlant entretiens individuels et réunions de groupe.

Un volet d’entretiens individuels approfondis

28Nous avons réalisé à Paris et en région parisienne 6 entretiens de 2 h 30 à domicile, pour recueillir des éléments de discours, évidemment, mais aussi pour observer in situ les comportements et les pratiques de lecture et d’utilisation des différents médias des jeunes enquêtés.

29Il s’agissait d’observer les comportements à domicile en partant de tous les médias qui composent le cadre de vie des individus interrogés : ordinateur et accès net, livres, magazines. Quelles sont leurs habitudes réelles de lecture ? Quel statut occupe le magazine pour eux par rapport au livre et au Net, en termes d’achat, de circulation, de conservation ?

30L’observation devait en particulier permettre de repérer les réflexes « inconscients » de consultation, lecture, zapping sur chacun des supports et donc d’arbitrage d’un média à l’autre, en amenant dans un deuxième temps les enquêtés à interpréter et verbaliser ces comportements. Quels usages font-ils des supports imprimés ? Quand et où lisent-ils les magazines ? Dans quelles circonstances ? Quelles sont les différences par rapport au livre, au Net, et plus globalement à l’écran ? Comment passent-ils et circulent-ils d’un support à l’autre, entre ordinateur, magazine, télévision ? Quelles compétences mettent-ils à l’œuvre pour lire, trier l’information, choisir le support ? Quels réflexes et automatismes s’installent transversalement ?

31Enfin, l’enquête à domicile visait à approfondir le rapport aux magazines les plus lus. Comment lisent-ils ces magazines ? S’agit-il d’une lecture linéaire ? Ou d’une lecture par prélèvements ou navigation ? Quels bénéfices émotionnels, rationnels recherchent-ils à la lecture, par rapport à celle d’un livre ou à la navigation sur Internet ? Quels comportements nouveaux émergent ? Y a-t-il auprès de cette génération une révolution en cours du rapport à l’imprimé ?

32Ces entretiens ont été réalisés auprès de 6 jeunes lecteurs de presse, âgés de 20 à 30 ans, et choisis suivant les critères suivants :

  • 3 étudiants/3 actifs
  • 3 femmes/3 hommes
  • Critères de mode de vie :
    • 3 résidant au domicile parental, 3 indépendants
    • 2 csp a, 2 csp b, 2 csp c
  • Critères de lecture :
    • Tous lecteurs d’au moins 3 magazines différents par mois ;
    • Pour les femmes : lectrices d’au moins 1 féminin « jeune » (Glamour, Biba, Cosmopolitan) et 1 people « jeune » (Closer, Public, Oops) ;
    • Pour les hommes : lecteurs d’au moins 1 trash ou people (Entrevue, Choc, Closer, Public, Oops) et d’1 culturel (magazine de musique ou cinéma).

Un volet de recueil en groupes

33Nous avons également réalisé deux réunions de groupe de 3 h 30 à Paris auprès de jeunes lecteurs de presse magazine âgés de 20 à 30 ans.

34Ces groupes avaient d’abord pour objectif de cerner les représentations collectives de la presse magazine. Quelles représentations les jeunes ont-ils de la presse magazine aujourd’hui ? Quel rôle et statut lui attribuent-ils dans leur « paysage » de lecture ? Et, notamment, par rapport aux autres supports (imprimé, numérique) ? Quels magazines lisent-ils ? Qu’est-ce qui les séduit dans l’offre éditoriale aujourd’hui ? Qu’est-ce qui fonde leurs choix dans l’offre ? Qu’attendent-ils de la presse aujourd’hui ? De l’information ? De la détente ? Du divertissement ? De l’accompagnement dans des étapes de vie riches en bouleversements ?

35Il s’agissait également d’évaluer les éléments saillants de perception, en les faisant réagir sur les extraits sélectionnés à l’issue du volet sémiologique. Comment s’approprient-ils les contenus de ces magazines ? Sur quoi s’arrêtent-ils ? Qu’est-ce qu’ils zappent ? Qu’est-ce qui les marque ou au contraire les marque peu à la lecture ?

36L’objectif était enfin de relancer les participants sur des comportements « inconscients » observés lors des entretiens afin d’affiner l’exploration des logiques et des modes de lecture : quelle est leur relation aux titres lus ? Leur degré d’attachement ? Qu’est-ce qui fait l’intérêt et motive le désir d’achat ou de réachat ? Qu’est-ce qui fait « ciment identitaire » dans les magazines les plus lus par eux ? Et quelle en est la force ?

37Pour prendre en compte les éventuelles différences de perception liées à l’origine socioculturelle des jeunes lecteurs interrogés, et assurer une bonne homogénéité des groupes, nous avons choisi de réaliser :

  • Une réunion de groupe auprès de jeunes de csp a/b+ ;
  • Et une réunion de groupe auprès de jeunes de csp b-/c.

38Dans chaque groupe, nous avons interrogé une dizaine de jeunes lecteurs de presse âgés de 20 à 30 ans sélectionnés sur les critères suivants :

  • 50 % femmes/50 % hommes
  • Critères de mode de vie :
    • 50 % étudiants, 50 % jeunes actifs
    • 50 % résidant au domicile parental, 50 % en domicile indépendant
    • Célibataires ou en couple (au maximum 2 avec enfants par groupe)
  • Critères de lecture :
    • Tous lecteurs d’au moins 3 magazines différents par mois
    • Au moins 6 lecteurs/trices de magazine people : Public, Closer, Oops + Voici éventuellement
    • Au moins 6 lecteurs/trices de féminins : Glamour, Cosmo, Biba + Elle éventuellement
    • Au moins 3 lecteurs/trices de culturels (cinéma ou musique)
    • Au moins 2 lecteurs/trices de trash : Entrevue, Choc

Remarques préalables sur les partis pris de l’investigation et de sa restitution

Une étude recentrée sur les jeunes âgés de 20 à 30 ans, au lieu des 15-30 ans initialement prévus

39L’analyse sémiologique du corpus initialement prévu a permis de déceler une « rupture » de contenu, de ton et de traitement entre les titres réservés aux ados et pré-adultes de 15 à 19 ans : Girls, Jeune et Jolie, Fan 2, One et les autres titres, destinés aux jeunes adultes proprement dits : de 20 à 30 ans.

40Quelle que soit la famille de presse (féminine, people ou culturelle) à laquelle ils appartiennent, les titres destinés aux pré-adultes se distinguent nettement par la prédominance du « rêve », à l’opposé du réalisme et du pragmatisme qui caractérisent la presse pour jeunes adultes :

  • La maquette privilégie les marqueurs d’atmosphère : omniprésence des fonds couleurs (sombres ou pastels, souvent tramés) qui contextualisent une ambiance : un univers clos sur soi faisant écho à une émotion, un sentiment (noir = mystère, rose = intimité féminine…) ;
  • Les people mis en scène (« acteurs » ou « chanteurs ») sont fortement héroïsés à la manière de personnages de fiction : photos portraits qui magnifient les personnes, omniprésence des interviews et citations qui sacralisent la parole rapportée, initient aux confidences et aux secrets des héros.

41Ces magazines induisent, de ce fait, une position différente de l’émetteur vis-à-vis du destinataire : un émetteur qui « tutelle » le lecteur alors que dans les titres destinés aux 20-30 ans l’émetteur traite le lecteur d’égal à égal.

42On remarque une forte présence du volet psychologique qui disparaît dans les titres lus par les 20-30 ans. La rubrique psychologique y est récurrente, le courrier du cœur systématique. Les sujets traités abordent principalement l’initiation à la sexualité et aux rapports amoureux (plutôt que les différences de comportement entre les sexes et des rapports plus adultes et donc plus ludiques). Les relations filles/garçons y sont abordées sous l’angle du conseil psychologique, quasi absent des titres plus adultes, dédramatisant les complexes de l’adolescence tout en invitant à la vigilance, en alertant sur les dangers du monde extérieur.

43Plus transversalement, l’émetteur s’adresse au lecteur sur un mode « parental » usant du « nous » inclusif et rassurant (plutôt que du « vous » interpellant et personnalisant), ayant souvent recours au tutoiement exclusivement propre à ces magazines. À la différence des titres pour jeunes adultes à partir de 20 ans qui survalorisent la position narcissique du « je », les titres destinés aux 15-19 ans adoptent peu la première personne dans la mesure où sans doute l’identité du lecteur est encore peu affirmée.

44En résultante, les magazines 15-19 ans – pour rappel Girls, Jeune et Jolie, Fan 2, One – sont construits sur un contrat de lecture peu comparable à celui des autres magazines s’adressant aux 20-30 ans : − Ils accompagnent le lecteur dans la construction de son identité, plutôt que dans l’affirmation de son style ou de ses opinions ; − Ils visent la protection du jeune « adolescent » et de son monde intérieur, alors que les titres des 20-30 ouvrent clairement l’adulte au monde extérieur ;

  • Ils survalorisent ainsi la dimension psychique au détriment des autres dimensions, jusque dans la maquette avec une ambiance très « cocooning ». Ils sont moins dans l’extraversion que les magazines destinés aux jeunes adultes ;
  • Bref, ces magazines demeurent encore très « adolescents » : ils reflètent essentiellement les états d’âme de leur lectorat et les soutiennent.

45Ces magazines pré-adultes mériteraient donc de faire l’objet d’une étude en soi. C’est pourquoi nous avons délibérément choisi de recentrer l’investigation sur une cible âgée de 20 à 30 ans et sur les magazines qui leur sont clairement destinés.

Une étude menée auprès des jeunes adultes lecteurs de presse et non auprès de jeunes adultes tout court

46Nous avons pris le parti d’interroger des jeunes lecteurs de magazines : lecteurs mais pas forcément acheteurs. Nous n’avons donc pas interrogé de jeunes adultes non-lecteurs de presse. Les contraintes budgétaires obligeaient en effet à recentrer l’étude sur un échantillon qualitativement représentatif et non à se disperser sur un échantillon vaste qui n’aurait pas permis de creuser les questions posées en amont, en raison du nombre insuffisant de représentants de chaque cible. Dans ce contexte, il semblait peu pertinent d’interroger sur la presse magazine des non-lecteurs qui auraient avancé leur non-intérêt pour la lecture comme raison principale sans que l’on puisse évaluer finement l’impact de la pratique des autres médias, en particulier Internet, sur cet état de fait.

47C’est pourquoi il est important d’avoir en mémoire, à la lecture de ce document, que les résultats de l’étude, aussi bien sur les motivations à lire de la presse que sur les motifs qui créent l’affinité avec telle ou telle famille de presse et tel ou tel titre, concernent le lectorat magazine des 20-30 ans et non l’ensemble de la génération des 20-30 ans même si on peut faire l’hypothèse que la problématique générationnelle de ce lectorat est analogue à celle de l’ensemble de la population âgée aujourd’hui de 20 à 30 ans.

48Enfin il est important d’avoir à l’esprit que les remarques que nous développerons plus loin, en particulier sur le rapport aux différents médias, sont relatives aux jeunes adultes et non aux pré-adultes de moins de 20 ans, ce qui peut en particulier modifier la donne sur le rapport à la radio, média naturellement prisé par les adolescents.

Le parti pris adopté pour relater les résultats des phases sémiologiques et qualitatives

49Lors de la phase d’entretiens et de groupes, nous avons constaté que le discours des jeunes lecteurs interrogés recoupait en de très nombreux points les résultats et hypothèses de réception issus de la première phase d’analyse sémiologique.

50C’est pourquoi nous avons choisi dans la restitution globale de cette étude de ne pas séparer les deux approches en deux entités distinctes du document car cela nous aurait conduits à des redondances constantes, alourdissant le propos et la lecture de cette synthèse. Nous avons préféré dérouler les résultats à partir du vécu exprimé par les jeunes adultes interrogés, en complétant ou en affinant l’analyse de leur perception, lorsque cela s’avérait nécessaire, par un éclairage sémiologique plus pointu sur les codes des magazines cités. Ceci afin de mieux comprendre ce qui dans le traitement de ces magazines crée ou non l’affinité avec ce lectorat jeune adulte.

51L’analyse sémiologique ne fait donc pas l’objet d’une partie en soi mais sert de complément pour préciser tel ou tel point du rendu de l’étude, en particulier dans les deux derniers chapitres de ce document consacrés à la perception de la presse magazine et de ses différentes familles de presse.

Notes

1 Olivier Donnat, Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, La Découverte, 2009.

2 Jean-François Barbier-Bouvet, La Lecture de la presse magazine par les jeunes adultes. État des lieux, Bibliothèque publique d’information, juin 2009 (voir : www.bpi.fr).

3 Pour une définition de la « Lecture Dernière Période » (l.d.p.), voir Jean-François Barbier-Bouvet, « La lecture de la presse magazine par les jeunes adultes », op. cit., p. 6.

4 Cette méthode a été affinée avec les représentants de Qualeïa, l’institut choisi pour mener cette investigation, au cours de plusieurs réunions de pilotage auxquelles ont participé : Jean-François Barbier-Bouvet (consultant), Christophe Evans (Bpi), Françoise Gaudet (Bpi), Iegor Groudiev (sll/mcc), Jean-François Hersent (sll/mcc), Gilbert Saint-Joanis (aepm), Paola Spaventa (qualeïa), Amandine Pellizzari (qualeïa).

Table des illustrations

Titre Le corpus de magazines sélectionnés
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/1001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540