Version classiqueVersion mobile

Mentalités et choix économiques des Romains

 | 
Jean Andreau
, 
Jérôme France
, 
Sylvie Pittia

Deuxième partie. Études de comportements économiques

Les esclaves “hommes d’affaires” et la gestion des ateliers et commerces

Jean Andreau

Texte intégral

1Dans les années 1960 et 1970, quand on s'intéressait à la présence sociale des esclaves dans le monde gréco-romain et à leur activité économique, c’était leur force de travail qui se trouvait au centre des débats. La pensée marxiste, dont, en Europe occidentale, on ne s’était presque jamais réclamé jusque-là en histoire ancienne, a alors contribué à diffuser la notion d'esclavagisme, de société esclavagiste, ou, en langue anglaise, de slave society. Ces notions, qui avaient des défenseurs acharnés et rencontraient des résistances tout aussi acharnées, furent beaucoup discutées jusque vers 1980, puis disparurent du devant de la scène, disons entre 1980 et 1985. C'est précisément l’époque où l’anthropologie économique d’inspiration marxiste, telle que l'avaient illustrée en France M. Godelier, Cl. Meillassoux, P.-Ph. Rey, E. Terray et d’autres, s’évanouit en quelque sorte, ou bien changea de caractère. La société romaine était-elle esclavagiste ? La réponse ne va toujours pas de soi. mais nous ne nous posons plus guère la question. Elle n'est pas résolue, elle a été mise de côté.

  • 1 Bradley 1994, Carandini 1988, Dumont 1987, Fabre 1981 et Morabito 1981.
  • 2 Di Porto 1984 ; les conclusions de A. Di Porto prennent appui sur la méthode et les analyses de so (...)
  • 3 Voir Aubert 1994. Buti 1976, Carlsen 1995. Harris 1993, Kirschenbaum 1987, Zeber 1981.
  • 4 Voir Bürge 1988, Chiusi 1991 et Manacorda 1985 et 1993.

2Depuis, le rôle économique des esclaves n’a pas cessé de susciter de l'intérêt, mais on ne s’occupe plus guère des esclaves paysans, ouvriers et mineurs ; on s’occupe des esclaves hommes d'affaires ou gestionnaires. Ces esclaves hommes d'affaires, en chiffres absolus, étaient moins nombreux que les esclaves paysans ou mineurs, mais cela ne signifie pas, a priori, que leur rôle économique ait été moindre. En tout cas. depuis les années 1980, ce sont eux qui ont fait l’objet d’études détaillées et souvent solides. Non seulement les livres traitant des esclaves ou des affranchis dans leur ensemble (par exemple ceux de K. Bradley, de A. Carandini, de J.-Chr. Dumont, de G. Fabre ou de M. Morabito) ont abordé cet aspect de la question1 mais une bonne demi-douzaine d’autres livres lui ont été spécifiquement consacrés. L’un des premiers a été celui de A. Di Porto, qui a eu en Italie une indéniable influence2. Mais il faut signaler aussi ceux de Ignazio Buti, Aron Kirschenbaum, William V. Harris, Jean-Jacques Aubert. Jesper Carlsen, Ireneusz Zeber3, – sans compter de nombreux articles, par exemple ceux de Alfons Bürge, Tiziana Chiusi, Daniele Manacorda, etc.4

3L’une des caractéristiques de cette abondante bibliographie relative à l’esclave homme d'affaires, que A. Di Porto a appelé l'esclave manager, c’est qu’elle accorde nécessairement une grande place à l'histoire du droit, mais est aussi très liée à l'histoire de l’économie antique. Cependant, si les aspects juridiques de la question ont été étudiés en détail, ses aspects économiques et sociaux sont souvent sacrifiés.

  • 5 Andreau 1987, 614-615 et 631-632.

4Il y a plusieurs raisons à cette situation. L’une de ces raisons, c'est que les textes littéraires fournissent très peu de renseignements précis. Ils présentent un certain nombre de réflexions générales sur le pécule, mais presque aucune sur la préposition ; et ces réflexions générales sont centrées sur l'importance du pécule aux yeux de l’esclave, ainsi que sur les rapports du maître et de l’esclave. Elles ne disent presque rien de l’organisation des entreprises ou de la manière dont l’esclave gérait son pécule. Par ailleurs, les textes littéraires fournissent quelques cas individuels d’esclaves hommes d’affaires, mais de façon peu précise, si peu précise que, souvent, nous ignorons même s’ils agissent dans le cadre d'une préposition ou de leur pécule. Par exemple, le futur pape Calliste, qui a été banquier professionnel sous le règne de Commode. Naguère, je pensais que sa banque faisait partie de son pécule5 ; aujourd’hui, après avoir davantage travaillé sur les textes du Digeste, je n’en suis plus aussi sûr.

  • 6 Chiusi 1991.

5Ces limites des textes littéraires en matière de pécule et de préposition s'expliquent peut-être par le fait que beaucoup d’esclaves, au moins en ville, et dans l'entourage immédiat du maître, avaient un pécule et étaient en même temps des préposés. Nous verrons plus loin que. dans la vie courante, le nombre et la variété des prépositions étaient extrêmes. T. Chiusi a montré que le vilicus recevait une préposition ad agros colendos, et cela même s’il n’était pas habilité par son maître à s’occuper de la commercialisation des récoltes6. La plupart des esclaves qu’on trouve nommés et personnellement évoqués dans les textes littéraires étaient probablement des préposés qui possédaient en même temps un pécule. En principe, le préposé, l'institor, n’avait pas besoin de posséder quoi que ce soit en propre ; est-ce qu’en pratique il avait souvent un pécule ? La documentation disponible ne permet pas de l’affirmer. Le plus vraisemblable est cependant que beaucoup d’esclaves préposés possédaient aussi un pécule.

  • 7 Sur l'apport de Tépigraphie de l'instrumentum à l'histoire économique et sociale et sur les débats (...)

6La deuxième raison concerne l’épigraphie de l'instrumentum domesticum, étude des inscriptions imprimées, peintes ou incisées sur les objets de la vie quotidienne, qui a apporté, depuis un quart de siècle, énormément de documentation nouvelle sur la vie économique, et notamment sur le rôle des esclaves dans les affaires. C’est une des disciplines les plus novatrices en histoire ancienne. Elle fournit beaucoup d’informations sur la présence ou l'absence des esclaves dans la fabrication de la sigillée italique et de la sigillée gallo-romaine, dans la fabrication des lampes en terre cuite, dans le commerce de l'huile de Bétique, etc...7 Mais elle permet rarement de décider si l’esclave a travaillé parce qu'il était préposé, – ou bien dans le cadre de son pécule, – ou bien au service direct de son maître, indépendamment du pécule et de toute préposition.

7Autre raison encore : les textes juridiques (et surtout les fragments du Digeste), qui contiennent beaucoup de détails pratiques sur les esclaves hommes d’affaires, beaucoup plus que les textes littéraires, sont très peu exploités d’un point de vue économique et social. De quelle manière les utiliser ? D'abord, il est souhaitable de tenir compte de leur datation, mais sans oublier qu'un bon nombre d’entre eux contiennent des allusions ou des raisonnements indiquant que leurs contenus étaient déjà valides à des époques antérieures à celle de leur auteur. Il faut aussi juger de leur représentativité. Tous ces textes ne semblent pas également représentatifs des pratiques les plus courantes ; certains développent probablement des cas d’école, qui ne se présentaient pas souvent dans la réalité quotidienne. Cet argument, qui paraît très fort, perd cependant une bonne partie de sa valeur quand, sur un problème précis, on regarde les textes un à un. et qu'on cherche à tirer des conclusions de cette mise en série. Certains, en effet, contiennent des indications très significatives sur la fréquence ou la rareté des pratiques qu'ils signalent. D’autres renferment des indices aidant à juger indirectement de leur représentativité.

8D'une part, l'ensemble de ces textes fournit une gamme des possibilités existantes. De ce point de vue, ils sont fort instructifs quant à la prise de décision économique et patrimoniale : même s'ils ne renseignent pas sur la fréquence relative des divers choix, nous y trouvons l’éventail des choix possibles et des situations qui pouvaient se produire.

  • 8 J'ai fait lire cet article à J.-J. Aubert, et je le remercie très vivement pour les suggestions et (...)

9D’autre part, quand on les étudie dans le cadre d’une série, et sans idées préconçues, certaines probabilités concernant les usages de la vie quotidienne se dégagent nettement. Les textes juridiques ne nous donnent pas directement de réponses économiques et sociales. Ils ne disent pas, par exemple, si les maîtres encaissaient toujours, sans exception, le chiffre d’affaires des entreprises qu'ils avaient confiées en préposition à des esclaves, ni s'ils encaissaient toujours celui des entreprises qui faisaient partie d'un pécule. Mais, quand on fait la série des nombreux textes juridiques concernés, on s'aperçoit que, dans les textes traitant de la préposition, le chiffre d’affaires est présenté comme allant au maître, alors que ce n'est le cas dans aucun texte touchant au pécule. Si une série de fragments du Digeste conduisent à la même conclusion économique et sociale, ce n'est pas par hasard. C'est ce que je voudrais montrer ici dans le cas du pécule et de la préposition8. La conclusion me paraît d'autant plus convaincante qu'en ce qui concerne le mode de rémunération, les textes portant sur le pécule diffèrent nettement de ceux qui concernent la préposition. La mise en série des deux groupes de textes et leur confrontation est très parlante ; elle indique qu’ils nous renseignent sur l'usage courant.

10Quant aux aspects économiques et sociaux, la majeure partie de la bibliographie existant sur le pécule et la préposition se caractérise par une vision accumulative et sommairement “quantitative”. Entre le iiie et le ier siècle a.C., les conquêtes ont provoqué un fort accroissement de la production commercialisée, il y a eu un grand “boom” dans les affaires. Le niveau de vie des Romains s’est élevé et les membres de l’élite se sont beaucoup enrichis. Ils ont utilisé leurs esclaves pour qu'ils contribuent à cet enrichissement. Alors sont nées les actions touchant à l'activité économique des esclaves, et toutes ces actions ont également provoqué l’enrichissement de certains esclaves et contribué à celui de leurs maîtres. Les formes juridiques ainsi créées sous la République ont ensuite perduré pendant tout l’Empire, et même à l’époque byzantine.

11Je ne dis pas que cette reconstruction historique soit à rejeter. Même si le droit ne doit jamais être tenu pour un pur et simple reflet des évolutions économiques, il est sûr que les conquêtes et les changements qu’elles ont produits dans la vie romaine ont exercé sur lui une grande influence. A une époque où l'on avait besoin d’être représenté dans les affaires, les actions adiecticiae qualitatis ont permis de remédier à l’absence d’un système de représentation directe. Mais, même si l’on ne refuse pas un tel schéma, ne peut-on s’efforcer de dire des choses plus précises, et surtout de mieux comprendre la logique du dispositif ainsi mis en place ?

  • 9 Di Porto 1984.

12C’est ce qu'a essayé de faire A. Di Porto, mais avec des résultats qui ne me convainquent guère9. Il a poussé à l’extrême le schéma que je viens d'évoquer, et a estimé que le rôle occupé par les esclaves hommes d’affaires dans le commerce, l’artisanat et la manufacture avait permis aux Romains de bâtir des formes d’entreprises particulièrement élaborées.

13Il a voulu montrer que, si les caractères du contrat de société limitaient fortement les possibilités des entreprises romaines, il existait d’autres structures ayant tous les avantages économiques de la société de l’Europe moderne, et qu'ainsi les Romains connaissaient indirectement une forme de société à responsabilité limitée. L’un des instruments de ces structures est l’esclave appartenant à plusieurs maîtres, le servus communis, puisque, par son intermédiaire, les maîtres se trouvent économiquement associés, même s’ils n'ont pas conclu de contrat de société. Un deuxième instrument est l’esclave dépendant d'un autre esclave, le servus vicarius, car si l’esclave commun possède des vicarii, alors on parvient à une organisation beaucoup plus complexe, “à deux étages”, d’autant plus complexe que chaque esclave et chaque vicarius peuvent eux-mêmes se livrer à la fois à plusieurs types d’opérations. Troisième élément, sans doute le plus important aux yeux de A. Di Porto : le pécule. Que l’esclave appartînt à un seul maître ou à plusieurs, ce maître ou ces maîtres n’étaient responsables que jusqu'à concurrence du pécule. C’est ce que A. Di Porto appelle la structure fondamentale ou structure de base, structure permettant au maître d'être à la tête de multiples entreprises, dont chacune ne l’engage que de façon limitée. Quand, en outre, l’esclave est en copropriété, ses maîtres se trouvent associés au sein d’un commerce ou d’une fabrique dans lesquels la responsabilité de chacun d’entre eux est limitée. L'une des idées centrales de son livre consiste à rapprocher le pécule de la société à responsabilité limitée de notre époque.

  • 10 Andreau 2001, 131-135.
  • 11 Bürge 1988 et Chiusi 1991.

14Je partage avec lui le souci de rendre compte de la logique économique du pécule et de la préposition, mais ne partage pas ses conclusions, comme je l’ai déjà expliqué ailleurs10. Toutefois, mon exposé ne sera pas une réfutation de son argumentation. De telles réfutations ont déjà été écrites, par exemple par A. Bürge et T. Chiusi11. J’essaierai plutôt de présenter d'autres éléments, qui permettent, me semble-t-il, de nous engager sur une autre voie que lui.

  • 12 Andreau 1987, 610-615.

15Ces éléments touchent à deux questions, qu'on ne peut négliger en histoire économique, et qui, pourtant, ne sont jamais posées dans la bibliographie sur les esclaves hommes d’affaires. La première regarde les rémunérations : comment le maître de l'esclave qui a un pécule et le maître de l’esclave préposé sont-ils rémunérés de l’activité de leur esclave ? Comment sont rémunérés l’esclave qui a un pécule et l'esclave préposé ? La seconde question concerne les choix de l’agent économique et la manière dont il prend ses décisions, et elle est donc au centre de ce livre-ci. J'en ai déjà un peu parlé ailleurs quant aux esclaves banquiers et financiers12, mais, en enquêtant sur la rémunération, je suis parvenu à de nouvelles idées sur les motivations pouvant expliquer les décisions des maîtres. Le présent article traite de ces deux questions, à partir des textes juridiques réunis dans le Digeste, dont l’abondante série fournit des indications plus précises et plus claires que le reste de la documentation.

  • 13 Je partage à ce propos l’opinion défendue par J.-J. Aubert. T. Chiusi et A. Di Porto.

16La plupart du temps, une même institution juridique est utilisée dans plusieurs contextes sociaux, économiques et techniques. Par exemple, l’esclave préposé, dont l’activité peut faire l'objet de l'actio institoria, dirige dans certains cas une propriété foncière en tant que vilicus13, tandis que, dans d’autres cas, c’est un vendeur ambulant ou un banquier. La préposition correspond donc à des situations sociales très diverses et à différents secteurs de l’économie. Rares sont les institutions juridiques qui échappent à une telle polyvalence. Il est important de classer et de répertorier les diverses applications auxquelles elles donnent lieu, et de se demander si l'une de ces applications l'emporte de beaucoup sur les autres. C’est aussi ce que je vais m'efforcer de faire, dans la mesure du possible. Mais je ne parlerai pas de tous les rôles joués par les esclaves dans tous les secteurs économiques. Par exemple, il ne sera question ici ni des spécificités de l’exploitation agricole, ni de celles du commerce maritime, ni du pécule du fils de famille. Il ne sera pas non plus question des activités des affranchis.

17Les caractéristiques juridiques du pécule et de la préposition sont tout à fait différentes. Malgré cela, en lisant la bibliographie, on a l’impression que leurs effets économiques et sociaux sont comparables ou même identiques. Ce sont deux formes allant dans le même sens et répondant aux mêmes besoins de l’économie, car toutes deux permettent au maître d’être, d'une certaine manière, représenté par son esclave. Toutes deux donnent des armes aux tiers qui souhaitent traiter avec l’esclave. Toutes deux aident le maître et l’esclave à gagner davantage, si du moins les affaires marchent bien.

  • 14 Dig. 15.1.5.4 (Ulpien).

18Les textes du Digeste permettent cependant de discerner une autre logique, et de séparer nettement les effets pratiques du pécule de ceux de la préposition. Commençons par le pécule. L’esclave recevait le pécule. Un fragment du Digeste tiré d’Ulpien en fournit la définition suivante, que Celse avait empruntée à Tubéron : “le pécule est ce que l'esclave a entre les mains avec la permission de son maître, et qui a été mis à part du reste du patrimoine du maître”14. Tant que le maître et l’esclave étaient vivants, et tant que l’esclave n’était pas affranchi, il gérait son pécule et en touchait les revenus. Aucun texte ne parle jamais d’une rétribution régulière du maître sur le pécule et sur sa mise en valeur. Si I on compare les textes juridiques relatifs au fonctionnement du pécule à ceux qui envisagent soit la préposition, soit l’affranchissement testamentaire, il faut se rendre à l’évidence : sur le pécule, le maître ne recevait habituellement aucune rémunération.

19Une partie du pécule provenait des cadeaux et largesses du maître, une autre partie des économies quotidiennes de l’esclave, une autre partie encore de travaux que l'esclave pouvait mener à son propre profit, et non à celui du maître. Cela suppose évidemment que le maître lui ait laissé du temps pour ces affaires ou travaux personnels.

  • 15 Voir par exemple Dig. 40.7.17 (Nératius).
  • 16 Dig. 33.7.20.1 (Scaevola) ; Dig. 40.7.14 pr. (Alfenus Varus).
  • 17 Sur ces situations concernant le servus quasi colonus, voir Giliberti 1988 et Kehoe 1997, 166-173, (...)

20Si le maître touchait régulièrement des sommes de l’esclave, c’est en vertu d’autres liens, d’autres engagements entre eux. Plusieurs fragments du Digeste montrent que, parmi les biens dont s'occupaient les esclaves et l'argent qu'ils maniaient, les jurisconsultes faisaient une claire différence entre le pécule et le reste15. Si par exemple l'esclave était colon sur les terres de son maître, il était tenu de verser à ce maître une somme annuelle16. Lorsque ce servus quasi colonus possédait un pécule, la terre dont il était le colon faisait-elle partie de ce pécule ? Dans certains cas, cet esclave colon paraît avoir eu de grandes responsabilités ; dans d’autres, il recevait un lot de terre individuel à cultiver. Ni l’une ni l'autre de ces situations n’empêche que le pécule ait été tout à fait distinct de la terre ainsi exploitée par l'esclave. Plusieurs textes, qui ont par exemple été étudiés par D. P. Kehoe, le montrent de façon claire. Dans ces textes, le servus quasi colonus a un pécule, mais ce n'est pas en tant que détenteur d’un pécule qu'il versait sa redevance annuelle, la merces, c’est en tant que colon ayant reçu une terre à ferme17.

  • 18 Cod. Just. 4.14.5 ; voir par exemple Kehoe 1997, 168-169.

21Je me borne à citer ici un texte de 243 p.C. figurant dans le Code Justinien18. Un esclave avait un pécule et était servus colonus. Il est fait allusion à des arriérés dans le paiement de la ferme. L'esclave est affranchi par sa maîtresse, mais elle lui enlève son pécule. La logique du texte implique que le pécule ne se soit pas confondu avec la terre louée.

22En dernière analyse, le pécule appartenait évidemment au maître. Mais l’étude de la série des textes juridiques relatifs au pécule montre que l'usage n’était pas d’opérer des prélèvements réguliers sur le pécule. Aucun de ces textes ne fait état de tels prélèvements. De plus, tant qu'il n’était pas question d’affranchissement, l'esclave ne rendait pas régulièrement de comptes sur son pécule. Aucun texte ne suggère que le maître ait eu l'habitude de contrôler les comptes concernant le pécule. Évidemment, je ne sais rien des comportements de chaque maître pris isolément ; l'esclave était la propriété du maître, et le maître était très libre de se conduire envers lui comme il le désirait. Mais cette abondante série de fragments de textes juridiques nous indique l'habitude considérée comme la plus attendue et la plus courante. Et cette habitude n'est pas du tout la même dans le cas du pécule et dans celui de la préposition.

  • 19 Pline, HN, 7.39.128-129.
  • 20 Dumont 1987, 368-371.
  • 21 Dig. 40.1.19 (Papinien).
  • 22 Dig. 40.1.6 (Alfenus Varus).
  • 23 Garnsey 1981, 364.

23Tout changeait si le maître consentait à affranchir l’esclave ou si le maître mourait. Au moment où l'esclave allait être affranchi, le maître pouvait lui redemander le pécule tout entier tel qu’il était au moment de l’affranchissement, ou bien lui en reprendre seulement une partie. Quelle partie ? Il est impossible de le préciser. Cependant, certains textes suggèrent qu'il n’était pas rare que le maître demandât une somme équivalant au prix d’achat de l'esclave, - afin qu’il pût racheter un esclave de valeur analogue. Un passage de Pline l'Ancien est très éclairant à ce propos : il établit une équivalence entre le prix d'achat des esclaves et la somme qu'ils doivent verser pour être libérés19. Dans l'esprit de Pline, il est donc évident que les esclaves paient, pour être libérés, le montant de leur prix sur les marchés. En tout cas, l'idée selon laquelle les esclaves doivent acheter leur liberté à prix d'argent, est très largement acceptée actuellement (par exemple par P. Garnsey et J.-Chr. Dumont), et en effet on la trouve exprimée dans de très nombreux textes. J.-Chr. Dumont a bien montré combien elle était fréquente sous la République, et notamment chez Plaute20. Mais on la rencontre aussi dans les textes du Haut Empire. C’est la principale raison d'être du pécule, si l’on en croit les esclaves du théâtre de Plaute. Soulignons qu'il ne s'agit pas seulement de payer la vicesima libertatis, impôt qui a fait l’objet de nombreux débats dans l'historiographie moderne. Le versement dont nous parlons ici est certainement bien supérieur au montant de la vicesima. Il arrive que ce ne soit pas l’esclave lui-même qui fournisse l’argent, mais un de ses proches, parent ou ami21. Tel texte du Digeste montre en outre que, parfois, un accord préalable était conclu entre le maître et l’esclave, accord qui, évidemment, ne contraignait pas officiellement le maître. Dans le cas d’un tel accord, l'esclave versait parfois en avance la somme demandée par le maître, sans être sûr que ce versement anticipé lui ouvrirait les portes de la liberté, comme l’indique un fragment d’Alfenus Varus22. Toutefois, le risque de revirement du maître, en cas de versement anticipé de la somme, a disparu au iie siècle p.C. Selon une constitution datant du règne de Marc Aurèle et de Lucius Verus, un esclave suis nummis emptus recevait la manumission immédiate, même en cas d'opposition du maître23.

  • 24 Dig. 34.1.2 pr. et I (Marcianus).

24Si le maître meurt après avoir fait un testament qui accorde à l'esclave l'affranchissement, beaucoup de cas de figure sont possibles. Le Digeste permet d’en connaître quelques-uns. Ou le maître mort laisse à l’esclave tout son pécule. Ou bien il y a prélèvement de tout ou partie du pécule, au profit de l'héritier. Ou bien le maître demande à l’esclave de verser régulièrement une somme à l'héritier jusqu’au moment où il sera affranchi, - cinq ans par exemple après la mort du maître. Ou. à l'inverse, c'est l'héritier qui est chargé d’aider l'ancien esclave. Dans un passage d’Ulpien, on voit que les héritiers doivent verser régulièrement à plusieurs affranchis des alimenta, c’est-à-dire une espèce de pension, en argent ou en nature, qui assurera la subsistance de ces affranchis24.

  • 25 Fabre 1981, 271-277.

25Il est impossible de se faire une idée précise de la fréquence relative de ces divers cas. Il est même impossible de savoir s’il y avait davantage d'affranchissements testamentaires que d’affranchissements du vivant du maître (comme le pensait W. Buckland), ou bien l’inverse. A la fin de l’époque républicaine, selon G. Fabre, le pécule, ou au moins une partie du pécule, était le plus souvent retenu en cas d’affranchissement du vivant du maître. Il pense qu’au contraire, quand l'esclave était affranchi par testament, le pécule lui était volontiers légué25.

26Le maître restait en principe propriétaire du pécule. Même si l’action de peculio réduisait les risques financiers courus par le maître, il pouvait évidemment lui arriver de perdre le pécule donné à l'esclave. En admettant que son esclave se soit bien tiré d'affaire et ait prospéré, le maître, d'habitude, ne touchait rien pendant des années. Il pouvait ensuite être indemnisé de l'argent qu’il avait engagé dans les affaires de l’esclave. Quand le pécule s'était fortement accru, l’avenir du futur affranchi était plus assuré, et le maître pouvait en profiter pour exiger un gros prélèvement. Mais dans tous les cas où le maître se bornait à demander à l'esclave l’équivalent de son prix d'achat, le bénéfice du maître était nul ou presque nul. pour ce qui avait rapport au pécule. Cela ne signifie pas nécessairement que le maître n'ait tiré aucun profit de la propriété de cet esclave. Mais, s’il y avait profit, il résultait du travail fait par l’esclave au service direct du maître ou dans le cadre d’une préposition, - c’est-à-dire d’un travail extérieur au pécule. Le pécule lui-même, en ce cas, n’était pas pour le maître une source de gain.

27Je suis convaincu que, souvent, le bénéfice que le maître tirait d’un pécule d'esclave était bien moindre que s’il avait placé son argent à intérêt. Le pécule était pour le maître une espèce de placement bloqué dont il ne touchait pas régulièrement les intérêts. A mon sens, les avantages qu'il retirait du pécule étaient plus sociaux que financiers, ou bien, s'ils étaient économiques ou financiers, c’étaient des avantages indirects.

  • 26 Voir par exemple Erman 1896, 443-444.
  • 27 Hopkins 1978, 126.
  • 28 Cie., pro Rab. Post., 15.

28De l'autre côté de la barrière, il y avait l’esclave, qui tirait parti de son pécule et le gérait à sa guise, si du moins il en avait le temps. Le maître n'intervenait guère, surtout si c’était un grand personnage propriétaire de beaucoup d’esclaves. Tant qu'il ne changeait pas de statut, le pécule, en pratique, était presque sa propriété pleine et entière. Le maître avait à tout moment le droit de reprendre le pécule, mais normalement il n’usait pas de ce droit26. Comme l’a écrit K. Hopkins, le pécule était l’expression institutionnelle de la liberté d'action dont jouissait l'esclave27. Il était conçu en fonction de l’esclave (du moins à condition que le maître le lui accordât et lui laissât les moyens de s'en occuper). Si l’on veut employer des termes modernes, il relevait d'une intelligente gestion sociale de l’esclavage. Comme le dit Cicéron, si les esclaves n'avaient pas l'espoir d’être libres, ils ne pourraient supporter leur condition28. Le pécule contribuait fortement à leur donner cet espoir. Le maître, lui, puisqu'il conservait le pouvoir de reprendre le pécule jusqu'au moment de l’affranchissement, continuait à avoir barre sur l'esclave. La logique du pécule était plus sociale qu'économique.

29Cette logique du pécule, que je trouve dans les fragments du Digeste, ne signifie pas que les maîtres d’esclaves étaient des bienfaiteurs avant tout soucieux du bonheur de leurs esclaves, ni qu'ils étaient indifférents à l’état de leur fortune ! Le pécule était une des pièces du puzzle, – dont les autres pièces étaient le travail direct et la préposition. Du point de vue du maître, l'existence du pécule n'avait pas que des inconvénients, très loin de là. Il motivait les esclaves et les stimulait par lu même occasion à s’occuper des affaires de leur maître. La présence de ces biens dont ils s’occupaient pour leur compte devait parfois donner plus de souplesse au travail ou à la gestion dont ils étaient chargés en vertu d’une préposition. Le fait qu’ils fussent esclaves, d’autre part, présentait l’avantage qu’en cas d'échec professionnel, en cas de faillite, ils étaient pris en charge par leur maître.

30Toutefois, il ne faut pas sous-estimer les limites économiques d’une telle institution, par ailleurs très efficace du point de vue social. L’esclave gérait et touchait régulièrement les revenus, mais sans savoir clairement ce qu'en définitive il adviendrait de sa liberté et de son pécule. En plus du caractère aléatoire de toute activité visant à l’enrichissement dans un contexte de transactions marchandes, il était soumis à d’autres aléas : il ignorait si son pécule lui permettrait d’être affranchi, et surtout s'il le conserverait, quelle fraction il en conserverait. C'était un petit possédant, parfois un possédant aisé, mais dont l’avenir était extrêmement incertain. Comme me le fait remarquer J.-J. Aubert, cette incertitude devait amener certains esclaves à craindre l’affranchissement plutôt qu’à l’espérer.

  • 29 Dig. 46.3.35 (Paul).
  • 30 Dig. 14.3.11.7 (Ulpien).

31Il n’est pas excessif de dire que la logique de la préposition est inverse de celle du pécule. L’entreprise à laquelle un esclave est préposé relève du maître. Certains fragments du Digeste opposent les biens faisant partie du pécule à l’argent “du maître” (dominica pecunia), aux affaires “du maître” (negotium dominicum), dont l'esclave est chargé29. La marchandise qu’un esclave préposé à un commerce achète et vend est merx dominica30 ; c’est la marchandise “du maître”, elle n’a rien à voir avec le pécule. Les maîtres étaient les véritables entrepreneurs, même si leur responsabilité était illimitée, puisque, dans les limites de la préposition, le maître était engagé in solidum par l'activité de son esclave.

  • 31 Dig. 14.1.1.15 (Ulpien) : ad quem obventiones et reditus omnes perveniunt.
  • 32 Cic., 2 Ven : 3.119.

32C’est donc par la préposition que le maître pouvait faire des profits. Le Digeste atteste que les revenus de l’entreprise, en cas de préposition, revenaient directement au maître. Un texte d’Ulpien, par exemple, précise que, dans le cas d’un navire, les revenus étaient destinés à la caisse de l’exploitant du navire (l'exercitor), qui avait préposé son esclave au poste de magister navis. C’est la définition même de l’exploitant du navire, de l'exercitor : qu'il soit propriétaire ou locataire du navire, il est celui qui en reçoit les revenus31. Une phrase de Cicéron, dans les Verrines, montre de même que le vilicus devait faire porter à son maître, le propriétaire du domaine, la somme d’argent qu’il avait tirée de la vente des récoltes32.

  • 33 Dig. 14.1.1.18 (Ulpien) et 14.1.5 pr. 3(Paul).
  • 34 Dig. 14.1.1.18 (Ulpien) ; 14.1.5 pr. (Paul) ; 14.3.12 (Julianus).
  • 35 Dig. 14.1.1.18 (Ulpien) : aut ex locato cum magistro, si mercede operam ei exhibet ; aut si gratui (...)

33D’autres fragments de jurisconsultes traitent de la rémunération du préposé, et ils confirment que les recettes finissent, non pas entre ses mains, mais entre celles du maître. Ou bien le préposé se charge gratuitement de la tâche qui lui est ainsi confiée (si gratuitae operae fuerint)33. Ou bien le préposé reçoit un salaire. Sa charge est alors un travail (operae) pour lequel il reçoit une merces, donc un salaire fixe et convenu à l’avance34. Du point de vue des jurisconsultes, cette différence a son importance, car, si l’esclave reçoit un salaire, le tiers qui contracte avec lui a contre son maître une action en location (ex locato), tandis que, dans l'autre cas, il s’agit d’une action de mandat35. Le fait que le préposé travaille parfois “gratuitement” ne signifie pas qu’il ne trouve pas son compte à l’opération. Les esclaves, aussi, avaient des stratégies et faisaient des choix, ou assumaient les choix proposés par leurs maîtres. Si le préposé n'était pas payé, cela prouve, dans la plupart des cas, qu’il trouvait à cette situation d'autres avantages : que par exemple il était sûr (ou presque sûr) d'être affranchi assez vite et dans de bonnes conditions, ou que cette préposition lui offrait du temps et des occasions pour s’occuper de ses propres affaires. Ces avantages, les fragments du Digeste ne les mentionnent pas, car ils ne font pas partie des préoccupations directes des jurisconsultes. Mais, sauf erreur, aucun texte n'indique jamais que le préposé ait reçu une part des bénéfices. Là encore, mon propos n'est pas de raisonner sur tous les cas existants. La série des textes réunis au Digeste nous indique un usage courant, que certains, bien sûr, peuvent ne pas respecter. Mais l’analyse de tels textes est précieuse pour atteindre l’usage considéré comme le plus habituel.

34Le corollaire de cette situation, c'est que le préposé, à la différence de l'esclave à pécule, devait rendre des comptes de sa gestion. Certains fragments du Digeste traitent de cette reddition de comptes ou y font allusion.

  • 36 Dig. 14.3.5 (Ulpien).

35Le principe et les règles générales de la préposition sont très homogènes, mais la variété des fonctions auxquelles on prépose un esclave est extrême. Pour ce qui est des activités terrestres, un fragment d’Ulpien qui s’inspire en partie de Labéon en fournit un impressionnant échantillon. Dans ce fragment, il est notamment question des préposés suivants : de commerçants en gros vendant de l'huile ou des céréales ; d'esclaves chargés d’acheter du blé, d’esclaves chargés des achats pour le compte d'un boutiquier ; de colporteurs vendant des tissus et des vêtements pour le compte de fabricants ou de négociants ; d’esclaves vendant du pain dans une boulangerie ; de gardiens de maisons ou de bâtiments ; de muletiers, de valets d’écurie dans des auberges ; de banquiers et de prêteurs d'argent36.

  • 37 Dig. 14.1.1.13 (Ulpien), et aussi 14.3.13.2 (Ulpien).
  • 38 Cet exemple est utilisé par Xén., Cyrop., 2.6.
  • 39 Dig. 14.3.5.12 (Ulpien).
  • 40 Citant deux textes de Platon et de Xenophon, M. Austin et P. Vidal-Naquet ont écrit, à la suite de (...)

36Ces textes insistent sur le fait que les préposés étaient nombreux à l’intérieur d'un commerce ou d'un atelier, et que leur nombre résultait parfois (mais pas toujours) de la division du travail (divisis officiis)37. Je dis bien de la division du travail, et non pas de la division des métiers. La division des métiers consiste à séparer entre plusieurs travailleurs des processus de production voisins mais distincts, chacun de ces travailleurs menant à bien les diverses phases d'une même production ou d'une même commercialisation. Elle consiste par exemple à séparer les menuisiers fabriquant des lits, les menuisiers fabriquant des portes et les menuisiers fabriquant des tables38. La division du travail consiste au contraire à répartir entre plusieurs travailleurs les diverses phases d’un même processus de production ou de commercialisation. Elle consiste par exemple à séparer la préparation des planches de la finition des meubles, – ou à séparer la vente à domicile de la vente en boutique, ou à séparer les achats de marchandises (ad emendum, ad emendas merces) de la revente de ces mêmes marchandises39. Les textes juridiques que nous étudions ici concernent de manière évidente la division du travail, et ils montrent bien que les Anciens comprenaient l’une et l'autre des deux notions, division des métiers et division du travail, même si, sauf erreur, nous ne possédons aucun texte qui expose clairement la différence entre les deux40.

  • 41 Dig. 14.3.19.1 et 3 (Papinien).
  • 42 Andreau 1987, 703-704.

37Dans des banques ou des entreprises de prêt d’argent, ceux qui recevaient les dépôts et les prêts étaient distingués de ceux qui, au contraire, avaient pour charge de placer l'argent41. Pensant que la banque était plus prestigieuse que le prêt d’argent, plusieurs historiens de la vie financière romaine ont vu, dans les préposés au prêt d'argent (pecuniis fenerandis) et dans les préposés à l’acceptation des prêts (mutuis accipiendis pecuniis), des banquiers professionnels, sans s'apercevoir que l’existence de ces préposés jetait un peu de lumière sur la division du travail à l’intérieur des entreprises financières non bancaires42.

  • 43 Dig. 14.1.1.12 et 13 (Ulpien).

38Dans le cas d’un navire, un préposé pouvait n’être chargé que d’encaisser le prix du transport, tandis que le maître ou un autre préposé s’occupait de conclure les contrats avec les clients43.

39Ces caractéristiques de la préposition amènent à faire trois remarques. La première concerne le niveau social et financier des préposés, la deuxième le contrôle de l’entreprise confiée au préposé, la troisième enfin l’organisation interne de cette entreprise.

  • 44 Dig. 14.5.8 (Paul).
  • 45 Dig. 40.9.10 (Gaius).

40Quant au niveau social et financier, les textes du Digeste montrent que la nombreuse population des préposés était d’une extrême hétérogénéité. D’un côté, certes, les prêteurs d’argent et les négociants et grossistes en tout genre sont très bien attestés : direction commerciale d’un bateau ; commerce en gros d'huile ou de céréales ; prêt d’argent et opérations commerciales en même temps44 ; négoce mené outre-mer (transmarinae negotiationes)45.

  • 46 Dig. 14.3.5.9 (Ulpien).
  • 47 Dig. 14.3.5.4 (Ulpien).
  • 48 Dig. 32.91.2 (Papinien) ; 33.7.7 (Scaevola) : 33.7.15 pr. (Pomponius).
  • 49 Dig. 14.3.8 (Gaius).

41Mais beaucoup d'autres préposés sont d’un tout autre profil, et l'on voit surgir devant nos yeux toute une population de boutiquiers, de serveurs et de vendeurs, d’employés, de petits commerçants. Les uns sont chargés d’une tâche précise à côté d'autres préposés et sous les ordres du responsable de l’entreprise. C’étaient des employés (salariés, dans certains cas au moins). Le nombre des employés salariés était très limité dans l’Antiquité ; mais le groupe des esclaves préposés est un des milieux sociaux où l'on peut en trouver. L’un travaille pour un boulanger et va vendre le pain au détail aux clients46 ; un autre remplit la même fonction pour le compte d’un marchand d’habits47. Dans certains entrepôts, dans certaines boutiques ou auberges, il y avait plusieurs préposés de ce type48. D’autres sont responsables d’un petit commerce ou d’un petit atelier, mais très modeste. Gains écrit qu'il était courant de préposer à des boutiques de jeunes garçons et de jeunes filles (nain et plerique pueros puellasque hibernis praeponunt)49. De telles boutiques n’étaient probablement pas très importantes. A lire une telle phrase, on songe à certains autres textes sur le petit peuple de Rome, mais l’on ne reconnaît nullement les impressionnantes entreprises collectives de A. Di Porto.

42Deuxième remarque : la manière dont le maître contrôle ces boutiques ou ces fabriques auxquelles il a préposé des esclaves est très variable. Dans certains cas, le maître travaille avec les esclaves préposés, c’est lui qui dirige effectivement l’entreprise, et le contrôle est alors étroit. Un fragment de Scaevola signale que l’exploitant d’un entrepôt de vins l’a légué avec tout ce qu’il contenait, le vin, les amphores, les outils et aussi les esclaves préposés avec lesquels il avait l’habitude de vivre (institores. quos secum habere consueverat).

  • 50 Dig. 40.9.10 (Gaius).

43Dans d'autres cas, au contraire, il n’y avait pratiquement aucun contrôle. Un autre fragment, dû à la plume de Gaius, et auquel j'ai déjà fait allusion, parle d’un maître qui avait préposé des esclaves à des transmarinae negotiationes, à un négoce exercé de l’autre côté de la mer50. Ces institores ont tout perdu, mais le maître a mis du temps à l’apprendre. Il était endetté, et pensait rembourser ses créanciers avec les profits de ce commerce d'outre-mer. Dans la région où il habitait, il avait des esclaves, et en affranchit certains. Sans avoir l’intention de frauder ses créanciers, ce maître a en fait commis une fraude à leur endroit en affranchissant ses esclaves. Car, du fait des mauvaises affaires de ses institores d'outre-mer, il était devenu insolvable sans en être encore informé.

44Dans la situation dont témoigne un tel texte, le maître ne pouvait en aucune manière contrôler la gestion de ses préposés. Du point de vue de la logique économique, même s'il était en principe l'entrepreneur, sa préposition fait penser, comme le pécule, à un prêt à long terme. Il s’agit cette fois-ci d’un prêt dont il est censé toucher les intérêts régulièrement. Quoique la prise de décision ail été, en principe, l’apanage du maître et non du préposé, en pratique c'était parfois l'esclave qui gérait. Quand le maître était un grand personnage, ayant beaucoup d’intérêts, ce cas, où il ne dirigeait pas la gestion du préposé et ne pouvait même pas la contrôler (sauf s’il avait recours à un procurateur libre attentif et efficace), devait être fréquent, - beaucoup plus fréquent que quand il s'agissait d’un artisan ou d’un boutiquier. Les maîtres romains, qu'ils fussent ou non des notables, étaient soucieux de gains et même d’enrichissement, c’est sûr. Et la préposition leur permettait sûrement de faire des bénéfices (c’était à eux que revenait le chiffre d’affaires de l’entreprise ainsi confiée à un esclave). Mais il arrivait qu’ils ne fussent pas, en pratique, les véritables entrepreneurs de boutiques et officines qu’ils avaient confiées à des institores.

  • 51 Dig. 14.1.1.14 : sed et si sic praeposuit (ut plerumque faciunt) ne alter sine altero quid gerat.
  • 52 Dig. 14.3.11.5 (Ulpien).

45La troisième remarque découle de la deuxième. Les maîtres avaient tellement conscience de ce défaut du système que, d'après certains textes du Digeste, ils multipliaient parfois les préposés, non pas par suite de la division du travail (divisis officiis), mais en attribuant les mêmes fonctions à plusieurs institores, sans division du travail (non divisis officiis). Ils pensaient qu'ainsi les préposés se surveilleraient les uns les autres. Selon Ulpien, la plupart des maîtres avaient l’habitude de préposer plusieurs esclaves à la même entreprise et d'interdire qu’ils puissent gérer les uns sans les autres51. Les contrats avec des tiers ne pouvaient alors être conclus que lorsque tous les préposés étaient réunis52.

46L’étude des esclaves managers montre à quels choix étaient confrontés les propriétaires d'esclaves, surtout dans les secteurs non agricoles, commerce, artisanat et manufacture. Certaines décisions comportaient davantage de risques, d’autres allaient davantage dans le sens de la sécurité. Mais l'exemple des esclaves hommes d’affaires montre que les maîtres n’étaient pas partagés entre deux stratégies opposées et également radicales. Entre le plus grand risque et la plus grande sécurité, il y avait de multiples attitudes intermédiaires, qui étaient sûrement les plus fréquentes. Donner un pécule à un esclave et lui laisser la possibilité de l’exploiter, c’était sûrement un choix de sécurité, surtout si. parallèlement, l’on voulait prendre un risque en le chargeant d’une préposition importante. Mais tout dépendait aussi de la façon dont le maître prétendait s’impliquer dans ces secteurs économiques non agricoles. Le risque et la sécurité ne peuvent pas s'évaluer indépendamment de l’engagement personnel du maître. Si le maître est un propriétaire foncier et un notable de l’élite politique, et s’il ne consacre que peu de temps aux secteurs non agricoles pour se concentrer sur son patrimoine foncier et sur la politique, ses moyens de contrôle seront limités. En ce cas. la multiplication des entreprises et des prépositions était sûrement un choix risqué. Il l’était d’autant plus si les esclaves préposés n’étaient pas par ailleurs dotés d’un bon pécule. Mais, même s’ils recevaient un tel pécule, le choix, en ce cas de figure, restait risqué. Et la multiplication des préposés à l’intérieur des mêmes entreprises, afin qu’ils se surveillent les uns les autres, ne pouvait qu’alourdir une gestion déjà mal ou très mal contrôlée par le maître. Si au contraire, le maître se consacrait pleinement à ses ateliers ou à ses commerces, il n’en était pas de même. En ce cas, la préposition, en effet, permettait de la souplesse dans l'organisation des entreprises. Elle aidait à instituer une certaine division du travail dans l’entreprise, et elle donnait des responsabilités aux esclaves sous la surveillance du maître. Ainsi s’explique en partie le fait que beaucoup de petites entreprises commerciales, artisanales ou même manufacturières se soient transmises d’affranchi en affranchi, comme le montrent un bon nombre d’inscriptions funéraires.

47Comme je l’ai dit, mon propos, dans cet article, n’était pas de réfuter les thèses de A. Di Porto, même si les conclusions auxquelles je parviens sont à l'opposé des siennes. Je voudrais cependant faire quelques réflexions sur son livre.

48Même si la logique du pécule était celle qu'a décrite A. Di Porto, je ne serais pas convaincu par ses thèses, pour les deux raisons suivantes.

49Première raison : l’entreprise de l’esclave qui a un pécule ne peut être comparée à une société à responsabilité limitée moderne. Certes, la société à responsabilité limitée du xxe siècle est administrée par un gérant, auquel on pourrait en première approximation comparer l’esclave. Mais ce gérant est salarié, et la société peut se perpétuer même si les associés le révoquent. Ce n'est pas le cas pour le pécule de l’esclave. Dans la société à responsabilité limitée, c’est aux associés que reviennent les bénéfices de l’entreprise, alors que le maître de l’esclave ne touchait pas ceux du pécule. Dans la société à responsabilité limitée, ces associés sont aussi ceux qui prennent les grandes décisions concernant l’entreprise : affectation des bénéfices, approbation des conventions. Dans le système du pécule, non : c’est l’esclave qui prend les décisions relatives à l'entreprise. Toutes ces différences interdisent un rapprochement entre les deux institutions.

  • 53 Un contre-exemple souvent cité est celui de Musicus Scurranus (CIL. VI, 5197 = ILS. 1514). mais c' (...)

50Autre raison. A. Di Porto centre une partie de ses analyses sur l’esclave commun à plusieurs propriétaires, et sur les esclaves d’esclaves, les vicarii. Certes, il existait des esclaves communs et des esclaves dépendant d’autres esclaves ; et la présence de ces vicarii introduit dans l’entreprise une organisation plus compliquée, je suis d’accord là-dessus avec A. Di Porto. Mais combien en existait-il ? Son livre donne l’impression d’institutions courantes, alors qu’extrêmement peu de textes et d'inscriptions y font allusion. L’esclave commun n’est d’ailleurs jamais qu’un esclave commun à deux ou trois maîtres, pas davantage. L’esclave possède un ou deux vicarii, rarement davantage. Il existe, certes, un ou deux contre-exemples épigraphiques, mais pas davantage53. Ces entreprises restaient de très petites entreprises. Un esclave à pécule pouvait s’occuper de plusieurs negotiationes à la fois, mais un homme libre indépendant pouvait le faire aussi, ainsi que deux ou trois hommes libres associés. Si les ingénus et les affranchis n’ont pu tirer parti de cette possibilité pour créer de grandes sociétés, pourquoi des esclaves y seraient-ils parvenus ?

  • 54 Andreau 2001, 131-135.

51Pour ces deux raisons et pour quelques autres, j’ai estimé que A. Di Porto se faisait une idée trop “moderne” des entreprises antiques54. Mais, en étudiant de près les textes du Digeste sur le pécule et la préposition, je me suis aperçu ensuite que la logique de ces institutions était complètement différente de celle qu'il croyait percevoir. Partant d’idées préconçues, et voulant les retrouver dans les textes disponibles, il a inversé la logique du pécule. Le maître paraît, comme l’écrit A. Di Porto, se multiplier lui-même et multiplier ses activités entrepreneuriales. Mais alors que, pour A. Di Porto, cette multiplication est surtout flagrante dans le pécule, je la trouve, moi, dans la préposition. Car, à la différence de la préposition, l’institution du pécule n’était pas orientée vers le profit du maître. Autant A. Di Porto a tort de considérer que, par le pécule, le maître multiplie ses initiatives économiques, autant une telle idée est soutenable quand il s’agit de la préposition.

  • 55 Sur la tributoria, voir Chiusi 1992-1993.

52Le problème n’est donc plus de savoir si A. Di Porto a été trop “moderniste” ou non. Car la logique que je discerne dans la préposition permet de souligner une certaine complexification de l’entreprise romaine que A. Di Porto a complètement négligée à partir de sa propre optique. S’il a signalé avec raison la présence (malheureusement rare) des vicarii, il a négligé le lien existant entre la préposition et une division du travail au sein de l’entreprise. D’un autre côté, une étude précise de l'actio tributoria du point de vue de l'histoire économique et sociale (étude que A. Di Porto n'a pas menée, et que je n'ai pas encore menée non plus)55 irait aussi, je pense, dans le sens de cette relative complexification. Ces aspects de l'organisation commerciale et manufacturière sont beaucoup moins spectaculaires que ceux que A. Di Porto a prétendu découvrir ; ils ne transforment pas fondamentalement les règles du jeu ; mais ce sont des avancées intéressantes, me semble-t-il. Avant tout préoccupé par son hypothèse de la société à responsabilité limitée, A. Di Porto n'a pas prêté attention à quelques textes qui pourtant vont dans le sens de son projet de départ. Et il a plaqué sur les textes antiques une reconstruction qui les prend à rebrousse-poil ; c'est un exemple flagrant de gauchissement méthodique de la documentation, pour parvenir à des conclusions déjà conçues à l’avance.

53L’abondante bibliographie que l’on consacre depuis vingt ans aux esclaves managers ou entrepreneurs risque de faire oublier que le maître, souvent, tirait parti de ses esclaves sans leur confier ni pécule ni préposition, en vertu du travail qu'ils lui devaient de toute façon en tant qu'esclaves. Tous les esclaves n’avaient pas de pécule. Et les esclaves agriculteurs, bergers ou mineurs faisaient gagner de l'argent à leur maître sans être ses préposés. D'autre part, nous avons signalé des cas, tels que celui de l'esclave colon, où l'esclave paie une redevance à son maître sans être son préposé.

54Cette réserve étant faite, l'importance du pécule et de la préposition ne fait aucun doute, comme j'ai essayé de le montrer après beaucoup d'autres. Mais je suis convaincu qu'ils n'ont pas la même fonction, et qu'ils ne sont pas tous deux susceptibles de contribuer de la même façon à l’enrichissement du maître et de l'esclave. Pour schématiser, le pécule est une institution visant à donner quelques avantages et quelques espérances à l’esclave, à condition que le maître le lui concède et lui donne les moyens de le gérer. Au contraire, la préposition, dans son principe et ses modalités, avait pour objectif le profit du maître. Les deux institutions se complétaient donc, puisqu’une certaine acceptation, par l’esclave, de sa condition d’esclave ne pouvait qu'être bénéfique aux intérêts bien compris du maître, surtout quand l'esclave avait acquis une formation ou une expérience de gestionnaire ou de commerçant. En outre, elles avaient pour résultat de générer et de reproduire des milieux d’esclaves “hommes d’affaires”, souvent modestes, certes, mais très motivés, parce qu'ils avaient la perspective d’être affranchis, et qui, assez souvent, s'ils ne mouraient pas trop tôt, étaient effectivement affranchis. Le pécule et la préposition, fonctionnant en même temps, contribuaient donc à assurer la vivacité de l'activité économique, et l’on comprend assez aisément qu'ils aient si longtemps perduré.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Andreau, J. (1987) : Vie financière dans le monde romain, Les métiers de manieurs d'argent ( ive siècle av. J.-C.- iiie siècle ap. J.-C.), Rome.

(2001) : Banque et affaires dans le monde romain ( ive siècle av. J.-C.- iiie siècle ap. J.-C.), Paris.

Aubert, J.-J. (1994) : Business Managers in Ancient Rome. A Social and Economic Study of Institores, 200 B. C.-A. D. 250, Leyde.

Austin, M. et P. Vidal-Naquet (1972) : Économies et sociétés en Grèce ancienne, Paris.

Bradley, K. (1994) : Slavery and Society at Rome, Cambridge.

Bürge, A. (1988) : Compte rendu de Di Porto 1984, ZRG, 105, 856-865.

Buti, I. (1976) : Studi sulla capacità dei servi, Naples.

Carandini, A. (1988) : Schiavi in Italia, Gli stramenti pensanti dei Romani fra tarda repubblica e medio impero, Rome.

Carlsen, J. (1995) : Vilici and Roman Estates Managers until A. D. 284, Rome.

Chiusi, T. J. (1991) : “Landwirtschaftliche Tätigkeit und actio institoria”, ZRG. 108, 155-186.

(1992-1993) : “Contributo allo studio dell'editto de tributoria actione”, MAL, S. 9, 3, 275-399.

Di Porto. A. (1984) : Impresa collettiva e schiavo’manager'in Roma antica (II sec. a. C.-II sec. d. C.), Milan.

Dumont, J.-Chr. (1987) : Servus, Rome et l’esclavage sous la République, Rome.

E pigrafia (1994) : Epigrafia della produzione e della distribuzione (ouvrage collectif), Rome.

Erman, H. (1896) : Servus vicarius, l'esclave de l’esclave romain. Lausanne (Extrait du Recueil publié par la Faculté de Droit de l'Université de Lausanne à l'occasion de l'Exposition nationale suisse, 393-532, - réédité avec une “Note de lecture” de L. Labruna (p. VII-XVIII) à Naples, Jovene, 1986).

Fabre, G. (1981) : Libertus, Patrons et affranchis à Rome. Rome.

Garnsey, P. (1981) : “Independent Freedmen and the Economy of Roman Italy under the Principate”, Klio, 63. 359-371.

Giliberti, G. (1988) : Servus quasi colonus, forme non tradizionali dell’organizzazione del lavoro nella società romana, Naples, 2e édition.

Harris. W. V. (1993) : The Inscribed Economy, Production and Distribution in the Roman Empire in the Light of Instrumentum Domesticum, JRA suppl. 6, Ann Arbor.

Hopkins, K. (1978) : Conquerors and Slaves, Cambridge.

Kehoe, D. P. (1997) : Investment, Profit and Tenancy. The Jurists and the Roman Agrarian Economy, Ann Arbor.

Kirschenbaum, A. (1987) : Slaves, Sons and Freedmen in Roman Commerce, Jerusalem-Washington.

Manacorda. D. (1985) : “Schiavo ‘manager’ e anfore romane : a proposito dei rapporti tra archeologia e storia del diritto”. Opus, 4, 141-151.

(1993) : “Appunti sulla bollatura in età romana”, in : Harris 1993, 37-54.

Morabito, M. (1981) : Les réalités de l'esclavage d'après le Digeste, Paris.

Serrao, F. (1984) : Diritto privato, economia e sociétà nella storia di Roma, Naples.

(1989) : Impresa e responsabilità a Roma nell’età commerciale, Ospedaletto (Pise).

Zeber, I. (1981) : A Study of the Peculium of a Slave in Pre-classical and Classical Roman Law, Wroclaw.

Notes

1 Bradley 1994, Carandini 1988, Dumont 1987, Fabre 1981 et Morabito 1981.

2 Di Porto 1984 ; les conclusions de A. Di Porto prennent appui sur la méthode et les analyses de son maître F. Serrao (voir Serrao 1984 et 1989).

3 Voir Aubert 1994. Buti 1976, Carlsen 1995. Harris 1993, Kirschenbaum 1987, Zeber 1981.

4 Voir Bürge 1988, Chiusi 1991 et Manacorda 1985 et 1993.

5 Andreau 1987, 614-615 et 631-632.

6 Chiusi 1991.

7 Sur l'apport de Tépigraphie de l'instrumentum à l'histoire économique et sociale et sur les débats la concernant, voir surtout Harris 1993 et Epigrafia 1994.

8 J'ai fait lire cet article à J.-J. Aubert, et je le remercie très vivement pour les suggestions et les objections qu'il m’a adressées ; je me suis efforcé d'en tenir le plus grand compte. J'ai aussi eu l'occasion de discuter de ces problèmes, soit oralement soit par écrit, avec L. Capogrossi Colognesi, T. Chiusi, M. Humbert. M. Ioannatou, Bl. Magdelain et Y. Thomas ; qu'ils reçoivent eux aussi mes vifs remerciements.

9 Di Porto 1984.

10 Andreau 2001, 131-135.

11 Bürge 1988 et Chiusi 1991.

12 Andreau 1987, 610-615.

13 Je partage à ce propos l’opinion défendue par J.-J. Aubert. T. Chiusi et A. Di Porto.

14 Dig. 15.1.5.4 (Ulpien).

15 Voir par exemple Dig. 40.7.17 (Nératius).

16 Dig. 33.7.20.1 (Scaevola) ; Dig. 40.7.14 pr. (Alfenus Varus).

17 Sur ces situations concernant le servus quasi colonus, voir Giliberti 1988 et Kehoe 1997, 166-173, ainsi que la bibliographie citée dans ces deux livres.

18 Cod. Just. 4.14.5 ; voir par exemple Kehoe 1997, 168-169.

19 Pline, HN, 7.39.128-129.

20 Dumont 1987, 368-371.

21 Dig. 40.1.19 (Papinien).

22 Dig. 40.1.6 (Alfenus Varus).

23 Garnsey 1981, 364.

24 Dig. 34.1.2 pr. et I (Marcianus).

25 Fabre 1981, 271-277.

26 Voir par exemple Erman 1896, 443-444.

27 Hopkins 1978, 126.

28 Cie., pro Rab. Post., 15.

29 Dig. 46.3.35 (Paul).

30 Dig. 14.3.11.7 (Ulpien).

31 Dig. 14.1.1.15 (Ulpien) : ad quem obventiones et reditus omnes perveniunt.

32 Cic., 2 Ven : 3.119.

33 Dig. 14.1.1.18 (Ulpien) et 14.1.5 pr. 3(Paul).

34 Dig. 14.1.1.18 (Ulpien) ; 14.1.5 pr. (Paul) ; 14.3.12 (Julianus).

35 Dig. 14.1.1.18 (Ulpien) : aut ex locato cum magistro, si mercede operam ei exhibet ; aut si gratuitam, mandati agere potest.

36 Dig. 14.3.5 (Ulpien).

37 Dig. 14.1.1.13 (Ulpien), et aussi 14.3.13.2 (Ulpien).

38 Cet exemple est utilisé par Xén., Cyrop., 2.6.

39 Dig. 14.3.5.12 (Ulpien).

40 Citant deux textes de Platon et de Xenophon, M. Austin et P. Vidal-Naquet ont écrit, à la suite de M. I. Finley, que les Anciens grecs ne pressentaient pas le principe de la division du travail social, et qu'ils ne mettaient l’accent que sur la division des métiers. En outre, cette division des métiers, aux yeux des Anciens, aurait permis d'améliorer la qualité de la production plutôt que d'en augmenter la quantité (Austin & Vidal-Naquet 1972, 194-196). Un passage de la République de Platon qu’ils ne citent pas, et que m'a signalé il y a des années J.-L. Billoret, montre que le philosophe avait conscience des effets quantitatifs de la division des métiers : “Par suite on fait plus et mieux et plus aisément, lorsque chacun ne fait qu’une chose, celle à laquelle il est propre, dans le temps voulu, sans s’occuper des autres” (370 C) (J’écris volontairement le mot “plus” en italiques). Les textes juridiques latins dont nous parlons ici montrent d’autre part une certaine conscience (non théorisée) de la division du travail (puisqu'on y trouve deux expressions, divisa officia et non divisa officia, qui désignent, l'une la présence d'une division du travail, et l’autre son absence).

41 Dig. 14.3.19.1 et 3 (Papinien).

42 Andreau 1987, 703-704.

43 Dig. 14.1.1.12 et 13 (Ulpien).

44 Dig. 14.5.8 (Paul).

45 Dig. 40.9.10 (Gaius).

46 Dig. 14.3.5.9 (Ulpien).

47 Dig. 14.3.5.4 (Ulpien).

48 Dig. 32.91.2 (Papinien) ; 33.7.7 (Scaevola) : 33.7.15 pr. (Pomponius).

49 Dig. 14.3.8 (Gaius).

50 Dig. 40.9.10 (Gaius).

51 Dig. 14.1.1.14 : sed et si sic praeposuit (ut plerumque faciunt) ne alter sine altero quid gerat.

52 Dig. 14.3.11.5 (Ulpien).

53 Un contre-exemple souvent cité est celui de Musicus Scurranus (CIL. VI, 5197 = ILS. 1514). mais c'était un esclave administrateur, et non point un homme d’affaires, et ses vicarii constituaient sa domesticité, et non point les employés d’une entreprise.

54 Andreau 2001, 131-135.

55 Sur la tributoria, voir Chiusi 1992-1993.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search