Version classiqueVersion mobile

Mentalités et choix économiques des Romains

 | 
Jean Andreau
, 
Jérôme France
, 
Sylvie Pittia

Première partie. Prise de décision et grandes stratégies économiques

Sur les choix économiques des notables romains

Jean Andreau

Texte intégral

  • 1 Dans les années 1970 et 1980, j’employais souvent, pour désigner les membres de cette élite, le mo (...)

1En histoire économique du monde romain, beaucoup d'études de ces quinze ou vingt dernières années ont été consacrées aux intérêts matériels et patrimoniaux des milieux sociaux que nous connaissons le moins mal, c'est-à-dire de ce qu'on peut appeler les “notables”, ou les membres de l'aristocratie, ou encore les membres de l’élite politique et sociale (les sénateurs, les chevaliers, une partie au moins des élites municipales d'Italie et des diverses provinces)1.

  • 2 Harris 1993. Voir aussi Epigrafia 1994.

2Ces études sont menées à partir d'une documentation au moins partiellement nouvelle, qui relève de l'archéologie et de l'épigraphie de l'instrumentum. Elles permettent d’établir des listes de noms, de répartir les noms ainsi réunis entre les divers niveaux de la hiérarchie sociale, et de s'interroger sur la présence ou l'absence des membres des aristocraties. On en tire une vision un peu plus précise de l’ampleur des patrimoines et revenus des sénateurs, des chevaliers, de certains autres notables (magistrats municipaux, riches affranchis). Dans certains cas, ces études permettent de préciser davantage le rôle joué par les personnages nommés (songeons par exemple aux lingots d’Espagne et aux amphores à huile de Bétique). Le livre dirigé par William Harris constitue la meilleure synthèse de ce genre d’études, et il met bien en évidence l’intérêt qu'elles présentent2.

3Mais, comme je l'expliquerai plus bas, ce type de documentation, qui fournit beaucoup d’informations nouvelles et est donc extrêmement précieux, n’est pas le mieux adapté à un questionnement sur les choix des agents économiques, sur la manière dont ils prennent leurs décisions, sur la gestion pratique de leurs diverses opérations. Car, s’il renseigne sur certains des intérêts de la personne, il ne dit rien, sauf exception, ni sur ses objectifs, ni sur le style de gestion qu’elle adopte. Pour répondre à ce genre de questions, il faut recourir à d’autres catégories de documents. Or, comme ces études consacrées aux intérêts matériels et patrimoniaux des notables relèvent avant tout de l'archéologie et de la technique épigraphique, elles ne s'intéressent pas toujours suffisamment aux idées économiques et morales des Grecs et des Romains, à l'histoire de la philosophie antique, à l’anthropologie culturelle et aux mentalités des Anciens. Le plus souvent, elles ne tirent parti, par exemple, ni des traités moraux et philosophiques de Cicéron et de Sénèque, ni de ce qu'on nous dit. dans les biographies ou les textes rhétoriques, de la gestion des patrimoines. Il y a donc un net décalage entre les textes écrits par les membres des élites romaines et la manière dont nous reconstruisons les intérêts matériels et l'activité économique de leurs auteurs.

4Ces observations nous ont conduits, un petit groupe de collègues et moi-même, à travailler sur la prise de décision économique privée. Le présent livre est un premier résultat de cette enquête.

  • Comme le montre l’ensemble du volume, nos recherches portent sur les divers aspects de la décision économique et patrimoniale :
  • mécanismes proprement dits de la prise de décision : sa préparation, la manière dont elle est prise, l’identité de ceux qui y participent et des éventuels conseillers ;
  • documentation disponible ;
  • motifs et mobiles conduisant à la décision ;
  • manière dont la décision est exécutée, et dont son exécution est gérée et suivie.

5Mais de telles recherches conduisent à se poser une question plus globale sur les grands choix stratégiques : est-ce que les diverses décisions de détail prennent place dans un choix d’ensemble ? C'est à cette question que je vais maintenant essayer de répondre.

  • 3 Harris 1993 et Aubert 1994.
  • 4 Veyne 1991, Rathbone 1991, Kehoe 1992 et 1997.

6Ni les autres auteurs de cet ouvrage collectif ni moi-même ne sommes, certes, les premiers à nous interroger là-dessus. Par exemple, il y avait déjà des pas dans cette direction dans le livre The Inscribed Economy, ainsi que dans le livre de Jean-Jacques Aubert sur les institores3. Et, au cours des années 1980 et 1990, P. Veyne, D. Rathbone et D. P. Kehoe ont contribué à cette étude des stratégies économiques, des choix globaux orientant les décisions économiques quotidiennes des membres des élites romaines4. C’est cependant un thème peu traité.

7La société romaine était très diversifiée, et tous les milieux sociaux ne se livraient pas aux mêmes activités économiques, et ne poursuivaient pas les mêmes stratégies. Mais, quand nous quittons le monde des élites impériales (sénateurs et chevaliers) et des notables municipaux les plus importants, le problème devient encore plus difficile parce que la documentation est extrêmement réduite. Il faut, certes, essayer de définir les attitudes économiques des autres milieux sociaux, mais, ici, dans cet article, je me limiterai volontairement à l’élite, sur laquelle nous disposons de beaucoup plus de renseignements.

8Dans la première partie, je mettrai en évidence que certaines des recherches que je viens de citer sur les grands choix économiques (avant tout, celles de P. Veyne et de D. P. Kehoe) concluent à l’existence de deux grandes stratégies opposées, l’une fondée sur la sécurité et/ou la routine, et l’autre sur le risque, le profit, le désir d'enrichissement et une conception plus rationnelle de l’économie. Et j’essaierai de montrer qu'une telle bipolarisation est tout à fait exclue, qu’il y avait nécessairement plusieurs stratégies possibles, et non pas deux.

  • 5 Andreau 2001, 56.

9A titre d'exemple, je parlerai dans la deuxième partie des auteurs agronomiques, Caton, Varron et Columelle. Certes, le propos de ces trois auteurs ne concerne que l’agriculture et l'élevage (et Caton se limite même à l'agriculture) ; ils ne disent quasiment rien des autres sources de revenus possibles. Mais, pour l’agriculture et l'élevage, je pense que, s’il leur arrive de diverger sur des problèmes précis, chacun d’entre eux ne propose qu’une seule stratégie d’ensemble, et que cette stratégie est en gros la même chez les trois auteurs. Celte stratégie, j’y ai déjà fait de rapides allusions, et je l'ai appelée la stratégie de “gestion prévoyante”5. L'expression vaut ce qu'elle vaut. Dans le présent article, j’essaie d'expliciter davantage en quoi elle consiste. Il s'agit de l'ensemble des conduites permettant de maximiser les récoltes et les bénéfices, compte tenu des possibilités économiques et techniques de leur temps, mais seulement dans la mesure où ces conduites étaient compatibles avec le rang social de ceux auxquels ces agronomes s'adressaient en priorité, c’est-à-dire des notables, et surtout des sénateurs et chevaliers.

10Cette stratégie que présentent les agronomes était-elle la seule envisageable ? Non, certainement pas. Il était possible de s’engager beaucoup moins activement dans la gestion des biens fonciers et des autres sources de revenus économiques. Cette attitude plus passive à l’égard du patrimoine foncier n’implique pas nécessairement, nous allons le voir, un mépris de l’argent, de la richesse ou de l'enrichissement. Mais, quand un notable désirait s’occuper le moins possible de ses terres et, éventuellement, de ses revenus économiques non fonciers, il était amené à "déléguer" le plus possible (au sens le plus général du mot déléguer). Cette stratégie davantage passive qui accorde la plus grande place possible à la “délégation”, nous la rencontrons par exemple dans les Moralia de Plutarque, me semble-t-il. De cet autre modèle, qui se distingue nettement de celui des agronomes, je parlerai dans la troisième partie.

  • 6 Veyne 1991, 131-162 (d'abord publié dans la REA, 81, 1979, cet article, “Mythe et réalité de l’aut (...)
  • 7 Veyne 1991. 142-143.

11Parmi ceux qui ont posé le problème des grandes stratégies économiques, il y a P. Veyne. Dans son article sur l'autarcie6, il part d'une phrase de Cicéron qui avait fait l’objet de plusieurs interprétations différentes avant lui. L’orateur comparait l’instigateur de la loi agraire qu'il combattait en 63 a.C. à un propriétaire mal avisé qui aurait vendu sa forêt et conservé ses vignobles. Aux yeux de P. Veyne, la vigne symbolise les cultures très profitables, mais risquées, et la forêt est au contraire la "caisse d’épargne”, la "police d'assurance”, parce qu'elle ne comporte aucun risque, même si elle rapporte moins que la vigne. P. Veyne en lire l’idée que les propriétaires romains avaient le choix entre deux stratégies radicales, l'une fondée sur la sécurité, l’autre sur le risque. Ces deux stratégies pouvaient être conçues comme alternatives, ou bien être pratiquées toutes les deux à la fois : conserver et exploiter à la fois ses vignes et sa forêt, c’était jouer des deux stratégies à la fois, se ménager une “stratégie de repli”. Au contraire, écrit P. Veyne, nos contemporains sont contraints de pratiquer une seule stratégie, celle du profit maximum : nous sommes les passagers d’un avion, “condamnés à vivre avec un moteur très savant ou à mourir avec lui”7.

  • 8 Kehoe 1992 et 1997 : Rathbone 1991.
  • 9 Voir, à titre d'exemple, les p. 4 et 5 de Rathbone 1991.

12Quoi qu'il en soit de cette comparaison avec l’époque actuelle, l’idée principale de P. Veyne, au début de cet article, est l’affrontement de deux stratégies globales. Cet affrontement se retrouve dans les livres de D. P. Kehoe, – livres qui prennent partiellement appui sur celui de D. Rathbone, mais aboutissent à des conclusions pratiquement opposées8. Les deux grandes stratégies présentes dans ces ouvrages ne se confondent pas tout à fait avec celles de P. Veyne. D. Rathbone, au lieu de centrer son analyse sur le risque et le profit, oppose l’archaïsme et le caractère “non scientifique” de la gestion à la “rationalité”, à la complexité et au professionnalisme. Contre la pensée de M. I. Finley, dont l'influence était largement dominante en Grande-Bretagne quand il a écrit ce livre, D. Rathbone insiste (à juste titre) sur la complexité de l’organisation du domaine d’Appianus9. Il oppose ce qui relève de la rationalité économique, donc de l’optimisation de l’organisation et des gains, à tout ce qui va contre cette rationalité.

13Mais, plus que D. Rathbone, c’est D. P. Kehoe qui centre sa vision de la gestion des domaines ruraux antiques sur une opposition entre deux stratégies. L’une est fondée sur l'investissement, elle vise à produire et à vendre davantage, et elle comporte aussi plus de risques. L'autre recherche la sécurité, et elle vise à minimiser les risques, si besoin est aux dépens de l'investissement. Opposant donc une stratégie de l’investissement à des comportements d’abord soucieux de la sécurité, D. P. Kehoe conclut que, dans l'ensemble des domaines connus à l’époque romaine, le souci de sécurité est largement dominant. C'est ce qu'il appelle “a satisfactorily inexpensive and safe method of keeping his land productive year after year” (p. 112).

14Il admet, certes, que le domaine d'Appianus vise davantage à la vente (de vin, notamment) que les domaines égyptiens du ier siècle p.C., et que la taille du domaine d’Appianus permet des économies d'échelle. Mais, alors que D. Rathbone insiste sur la cohérence des phrontides, D. P. Kehoe souligne qu'elles sont constituées de multiples parcelles de statuts différents (kleroi, terres publiques louées, etc...). Pour lui, l'existence des administrations centrales, celle du domaine d’une part, celles des phrontides d'autre part, répond à une volonté de diminuer les dépenses, dans le cadre d'une stratégie de sécurité.

15Je n'ai pas ici l’intention de discuter en détail ces ouvrages de D. Rathbone et de D. P. Kehoe, qui sont très riches et très élaborés. Mais je désire réagir ici contre l'idée que les notables romains avaient le choix entre deux grandes stratégies économiques et patrimoniales opposées. Nous pouvons, nous, certes, distinguer dans l’économie antique des aspects plus archaïques et des aspects plus modernes. Est-ce utile et fécond ? Je n'examinerai pas cette question ici. En tout cas, ce n’est pas illégitime. Mais cette démarche qui peut être la nôtre ne signifie pas que les notables romains, eux, se trouvaient confrontés, dans la gestion de leurs biens, à un tel choix binaire et global.

16Les documents de la pratique, contrats de vente ou de prêts, comptes, inventaires, sont passionnants, et ils nous apportent beaucoup, quand nous en avons, sur les transactions commerciales et financières et sur l'organisation des domaines et des entreprises. Mais, pour la plupart, ces documents ne fournissent pas de conclusions sur les intentions et les stratégies des acteurs. A ce propos, en plus du fait qu’il est particulièrement riche, le dossier d’Héroninos constitue une exception, parce qu'il comprend des lettres des administrateurs des phrontides du domaine, qui nous éclairent en partie sur les intentions et l’esprit de leurs auteurs. Et pourtant, même dans ce cas privilégié, la raison d’être des décisions prises n'est pas évidente. Si le domaine paie les travailleurs en vin au lieu de leur donner de l’argent, et que ceux-ci, ensuite, vendent ce vin pour en tirer une somme d'argent, cela peut être un bénéfice accordé à ces travailleurs, pour améliorer leur condition. Mais cela peut être aussi parce que, de toute façon, le domaine ne parviendrait pas à vendre le vin, si bien qu’alors ce vin n’est nullement un avantage pour les travailleurs, mais constituait au contraire un salaire partiellement fictif. Le même acte, si on l’étudie à travers des documents de la pratique, peut souvent être interprété dans des sens opposés.

17Pour essayer d’avoir des idées plus précises sur les stratégies économiques privées, il faut se tourner vers les textes littéraires, quelles que soient leurs limites, ou vers les textes juridiques. Or, les textes littéraires les plus consistants sur ces sujets ne présentent jamais deux stratégies conçues comme opposées. Ni les traités de Caton, de Varron et de Columelle, ni celui de Pline l’Ancien, ni les discours de Cicéron qui traitent d’affaires patrimoniales, ni ses œuvres morales et philosophiques, ni l’Apologie d’Apulée, ne permettent de conclure à l’existence de deux stratégies concurrentes, l’une archaïque et l’autre plus moderne, ou l'une plus risquée et l’autre plus sûre. Même les comportements économiques de Pline le Jeune, que D. P. Kehoe interprète comme un excellent exemple de stratégie de sécurité, pourraient donner lieu à des analyses plus nuancées. Quand il veut acheter des terres, Pline le Jeune ne chicane pas sur l’argent à débourser, et il est sensible à des économies d'échelle. Certes, ses calculs restent très simples, et ses remarques sont des remarques de bon sens, comme le disait M. I. Finley. Mais il est possible qu’elles ne soient nullement techniques parce qu'on évitait d’être technique dans une lettre de ce genre. En tout cas, Pline, dans un tel texte, ne donne nullement l’impression d’être confronté à deux stratégies radicales et opposées ; et les attitudes qu’il adopte paraissent plutôt mesurées qu’extrêmes. Plutôt que le goût de l'investissement ou le besoin de sécurité, c'est plutôt une stratégie intermédiaire que sa lettre paraît révéler.

18D’autre part, il faut remarquer que les membres de ces élites avaient diverses sources de revenus possibles. Si l'on veut proposer une typologie sommaire de ces sources de revenus, on peut les ranger, je pense, en cinq catégories :

  1. le patrimoine de terres, consacrées à l’agriculture et à l'élevage (la vente des produits de l'agriculture et de l'élevage relève du domaine agricole, et non pas de l’activité commerciale, à moins que nous ne soyons certains que le propriétaire ou l'exploitant se charge aussi de la partie commerciale de l'écoulement de ces produits).
  2. les autres activités économiques non agricoles (prêt d'argent ; location d'immeubles, qu’il s'agisse de logements, d'entrepôts ou de boutiques ; activités de fabrication ; activités commerciales ; revenus tirés du travail d'esclaves employés dans de tels secteurs). Les activités de fabrication menées dans les domaines (par exemple, la fabrication des briques et tuiles) sont à ranger dans cette catégorie, puisqu'il ne s'agit pas d'agriculture ni d'élevage.
  3. la vie politique et militaire (qui rapporte énormément aux personnalités les plus importantes, et beaucoup moins aux autres). A ces revenus tirés de la vie politique, il faut ajouter (par exemple pour certains chevaliers), les revenus provenant des fermes publiques.
  4. les activités ayant rapport avec la culture et le divertissement (écoles d'éloquence ; conférences ; édition ; dons et indemnités, légaux ou non, provenant de l'exercice d'une activité d'avocat ; etc.).
  5. enfin, la gestion de la parenté et des amitiés (qui fournit par exemple d’importants héritages ; il faut songer aussi aux stratégies matrimoniales).

19Cette typologie ne prétend pas recouvrir absolument toutes les sources de revenus possibles. On peut trouver des activités qu'il est difficile de ranger dans chacune de ces cinq catégories, et des activités se trouvant à cheval entre plusieurs catégories. Les héritages résultant d'une activité d'avocat, par exemple, relèvent à la fois de la quatrième et de la cinquième. L'affermage d'une propriété agricole et la location de constructions liées à cette propriété, à titre d'habitation, relèvent à la fois de la première et de la deuxième.

20D’autre part, chacune des cinq catégories pouvait être menée dans un esprit de profit et de spéculation, ou au contraire avec prudence et en fonction de valeurs sociales et morales. Aucune des cinq n’est, par définition, tournée vers un profit maximum.

  • 10 Cic., Parad. Stoïc., 6.46.

21Il s'agit d'un classement rapide, approximatif, mais qui me paraît commode. Il vise surtout à montrer que les membres des élites avaient de multiples possibilités, et qu'il leur était difficile de s'engager également dans toutes les voies à la fois. Même ceux qui visaient à s'enrichir et étaient donc les plus ardents au gain ne pouvaient pas se consacrer avec autant de ténacité et de constance aux cinq grandes directions que j'ai indiquées ci-dessus. Même un homme comme Crassus, dont Cicéron stigmatise, dans le sixième Paradoxe des Stoïciens, la cupidité acharnée, et qu'il présentait comme un cas extrême, n'était pas également concerné par ces cinq directions10. Son patrimoine de terres n’était pas ce qui comptait le plus à ses yeux. Les sources de revenus d’Atticus étaient variées, mais, après son retour en Italie, il ne s'occupait pas très attentivement de son patrimoine de terres, et il s'est toujours tenu à l'écart des gains de la politique (y compris sous la forme des intérêts dans les fermes publiques). Quand on parle de choix économiques, il faut donc tenir compte de ces cinq catégories. Même si les membres des élites romaines ne classaient pas les activités comme je viens de le faire, il leur était nécessaire de procéder à des arbitrages. Ou telle activité était mise en avant, ou bien telle autre. Il était impossible de tout faire à la fois. En revanche, si un membre de l’élite était négligent en ce qui concerne son patrimoine de terres et ses autres intérêts directement économiques, il pouvait se rattraper par ailleurs en cherchant d’autres sources de revenus.

  • 11 Dion, Discours, 46.3-4.
  • 12 Dion, Discours, 40.2 ; 45.3 et 10 : 47.21.
  • 13 Dion, Discours. 47.22.

22On peut citer l'exemple de Dion de Pruse. Son grand-père, nous dit-il, avait perdu sa fortune à force d'évergétisme, puis avait retrouvé un patrimoine grâce à la générosité de l’Empereur, et par son savoir (c’est-à-dire probablement en ouvrant une école de rhétorique)11. Lui-même a choisi la voie politique au sens large et a fréquenté la famille impériale. Cette voie lui a valu bien des malheurs, puisqu’il a dû s’exiler pendant quinze ans. L’exil a ruiné ses affaires privées. Il dit avoir ainsi perdu une grande partie de ses esclaves et de ses domaines. A-t-il retrouvé ses domaines ? En tout cas, il a emprunté de l'argent pour acheter des terres12. Cette cruelle expérience ne le dissuade pas de fréquenter les grands de ce monde, puisqu’il intervient auprès de Trajan en faveur de sa cité. Mais il a aussi d’autres activités, des tournées de conférences semble-t-il. qui paraissent très rentables ; il préfère donc quitter Pruse de nouveau pour se livrer à ces activités culturelles, plutôt que de s’occuper de son patrimoine13. Le cas de Dion montre qu’une famille de notables importants pouvait tenir son rang quoiqu'elle négligeât les activités “économiques”, agraires ou non, d’entretien du patrimoine.

23Comment réduire les grands comportements économiques à deux seules directions, à deux seules stratégies, alors que les membres des élites pouvaient tirer parti de ces cinq catégories de sources de revenus ? Il faut bien nous résoudre à l’idée que nous sommes en présence de stratégies plus nombreuses.

24Comme je viens de le dire, quand on lit très attentivement les œuvres d'un auteur latin, il est toujours impossible d’y discerner deux manières différentes de traiter le patrimoine, deux grandes stratégies économiques et/ou patrimoniales entre lesquelles le notable devrait nécessairement choisir.

25Je voudrais montrer cela dans le cas des auteurs agronomiques, Caton l’Ancien, Vairon et Columelle, qui est privilégié, puisque l’objet de leurs traités est précisément la gestion et, si possible, l’accroissement du patrimoine, dans sa partie foncière. Même si Columelle, sur tel ou tel point précis, propose à ses lecteurs plusieurs solutions possibles, solutions qui, parfois, n’ont pas une égale valeur selon les régions, ou selon les moyens financiers disponibles, chacun d’entre eux ne propose qu’une grande stratégie économique, et non pas deux ou trois. Il est même difficile de saisir quelle stratégie économique ils rejettent et condamnent. Ce qu’ils rejettent, ce qu ils condamnent, c’est plutôt l’absence de stratégie, l’absence de soin, le laisser aller, ce n’est pas une stratégie alternative. D'autre part, quelles que soient les divergences entre eux trois sur toute une série de points précis, il me semble aussi que, dans leurs grandes orientations, ils sont très proches les uns des autres.

  • 14 Non seulement il en parle, mais il est beaucoup plus sensible aux différences régionales, en ce qu (...)
  • 15 Columelle 6. Praef. 1-5.

26Certes, on peut m’objecter que leur vision géographique n'est pas la même. Alors que Caton se limite strictement au Latium, à la Campanie et à une partie du Samnium, les horizons de Varron s’étendent à toute l'Italie, et Columelle parle souvent des provinces : la péninsule ibérique bien sûr, où il a vécu et où se trouvait son fameux oncle paternel Marcus Columella, mais aussi les Gaules, les régions grecques, l'Afrique et même l'Égypte14. Cette différence est en rapport avec les époques différentes où ont vécu les trois auteurs. De même, il est certain que Caton et Varron sont plus favorables à l'élevage que Columelle. Ce dernier le dit lui-même, quand il estime que Caton était trop optimiste en ce qui concerne les gains tirés de l’élevage15. Varron, très intéressé par toutes les formes d’élevage, est tout particulièrement enthousiasmé par le petit élevage qui se faisait à la ferme, la villatica pastio, qui procurait à son époque de gros profits, notamment au voisinage de Rome. Il insiste davantage que les deux autres sur les aspects juridiques de l'achat des animaux, des plantes ou des esclaves, tandis que Caton, lui, donne des formulaires de location de tel ou tel produit du domaine, les célèbres leges Catonianae. Dans Caton et Columelle, les cultures arbustives, la vigne et l'olivier, occupent proportionnellement beaucoup plus de place que chez Varron.

27Même chose en ce qui concerne l’esclavage : les esclaves, qui sont sans cesse présents chez Caton, et plus encore peut-être chez Varron, apparaissent moins chez Columelle. Columelle ne dit pas expressément qu’il faut réduire la place des esclaves, mais il est sûr que, dans son monde, les esclaves comptent moins, comme main d’œuvre agricole, que dans celui de Varron. Cela tient-il à leurs époques respectives, ou aux régions que Columelle connaît le mieux, ou à sa vision personnelle de l’agriculture ? On peut en discuter.

28Mais toutes ces différences, auxquelles on pourrait en ajouter beaucoup d’autres, ne suffisent pas, selon moi, à parler de divergences dans les grandes orientations de la gestion économique.

  • 16 Varron 1.22.
  • 17 Varron 2.4.3.

29L’un des points qui, à mes yeux, auraient le plus d’importance du point de vue de telles stratégies, c’est le rôle de l’argent, des achats et de l’autoconsommation. Varron, après Caton, insiste sur le fait qu’il ne faut jamais acheter quelque chose qui peut être produit dans le domaine16. Il remarque que tous ceux qui ont un domaine mangent leur propre porc et n’achètent jamais de viande de porc, - habitude certainement fréquente à toutes les époques, mais qu’il prend la peine de souligner, ce qui est significatif17. Quand il parle des productions, il n’indique pas toujours si le fructus ou le reditus désigne la récolte, ou bien le chiffre d’affaires des produits vendus, ou bien même le bénéfice. Cette incertitude, bien plus rare chez Columelle, est significative d’un univers de pensée dans lequel la vente a un peu moins d’importance et l’autoconsommation un peu plus. Mais c’est une question de degré ; car Varron parle souvent de la vente aussi, serait-ce en y faisant une brève allusion. Il y a là une différence intéressante, mais qui ne définit pas deux stratégies opposées ou divergentes.

  • 18 Varron 3.1.8.

30Le problème n’est évidemment pas de savoir comment les trois agronomes exploitaient leurs propres terres, mais quel modèle, quelles grandes solutions ils proposaient à leurs lecteurs. Si tous trois proposaient à leurs lecteurs le même modèle ou des modèles presque identiques, comment définir ce modèle ? Je dirais qu’ils conseillent l’action la plus rentable et la plus rationnelle par rapport aux possibilités économiques de leur temps, mais seulement dans la mesure où cette action est compatible avec le rang social de ceux auxquels ils s’adressent en priorité, c’est-à-dire au rang social des membres des élites, et surtout de ceux des élites impériales, les sénateurs et chevaliers. La présence dans les domaines, l'attention prêtée au domaine et à ses travailleurs, le contrôle étroit de tout ce qui s’y passe, le calcul des coûts (dans le cadre de la comptabilité antique), doivent être optimisés, mais ils ne doivent pas empêcher le père de famille, le propriétaire de tenir son rang. Quoique Varron indique que, vu le prestige du gros élevage (agrestis pastio, pecuaria), certains personnages très riches (locupletes) louaient des pacages appartenant à d’autres, ce cas n’est envisagé en détail par aucun des trois agronomes. C’est le propriétaire, le père de famille à la tête d'un patrimoine, qui les intéresse18

31Dans le reste de cette deuxième partie, je vais présenter plus précisément certains aspects de cette stratégie commune.

  • 19 Columelle I Praef. 7 et 10) (unum genus liberale et ingenitum rei familiaris augendae).
  • 20 Columelle 1.1.3 (ex agri cultu certam sequi rationem rei familiaris augendae).
  • 21 Caton. De l'agriculture, édité par R. Goujard, Paris. Belles Lettres. 1975. p. xxxix.

32L’objectif commun est, en principe, non seulement de maintenir son patrimoine, mais même de l’accroître, de s’enrichir. On connaît le fameux mot de Caton selon lequel il n’était pas digne d'un homme de ne pas laisser à son fils un patrimoine double de celui qu’il avait lui-même reçu. Mais Caton n’est pas le seul à défendre des idées de ce genre, même s’il aime prendre un ton plus tranchant et plus provocateur que celui qu’adoptent ensuite ses successeurs. Columelle a aussi quelques formules claires à cet égard : l'agriculture est le moyen par excellence d’accroître son patrimoine d’une manière digne d’un homme libre19. Ce que cherche le propriétaire, ajoute-t-il, c’est un méthode sûre d’accroître son patrimoine par l’agriculture20. Mais cet objectif n’empêche pas que l’action économique du propriétaire soit toujours conçue comme intégrée à un mode de vie social qui comporte aussi une participation aux affaires du forum et à la vie de la cité. Dans son édition de Caton, R. Goujard a raison d’écrire, contre plusieurs autres commentateurs précédents, que le mot d'ordre de Caton n’est pas tout simplement : “Enrichissez-vous !”21.

  • 22 Caton 1.1.
  • 23 Columelle 1.1.19.
  • 24 Columelle 1.1.15.

33L’insertion dans la vie sociale et politique est marquée de diverses façons, mais elle est commune aux trois auteurs. Dès le premier paragraphe de son traité, Caton écrit : “Chaque fois que tu iras dans ton domaine, il te plaira davantage si c'est un bon domaine”, signifiant par là à la fois qu’il faudra aller souvent au domaine, mais aussi que le propriétaire, malgré tout, sera absentéiste, parce qu’il a des engagements à Rome22. Et Columelle lui fait écho : la vie politique empêche le propriétaire de rester dans son domaine, il est donc utile qu’il ait des terres proches de Rome pour y faire de fréquentes escapades l’après-midi, post negotia fori23. Chez Varron, l’insertion de l'activité économique dans le cadre social est exprimée par la mise en scène des trois livres de son De rerustica, dont l'action se déroule à Rome, et sur un arrière-fond de fêtes religieuses ou d'élection. Et. chez Columelle, en plus de détails de la vie quotidienne, par quelques métaphores, par exemple dans le passage où il parle des auteurs agronomiques : ces auteurs forment autour de l'agricola comme un consilium, c'est-à-dire comme le conseil d’un magistrat, et ils sont amenés à formuler leurs sententiae24. Pour reprendre l'image utilisée par Magon et que cite Columelle, il est évident que le père de famille va continuer à adorer les Lares de la ville au moins autant que ceux de la campagne.

  • 25 Varron 18.7-8.
  • 26 Caton 1.4 et 5.2 ; Varron 1. 19.2.
  • 27 Columelle 1.8.15.
  • 28 Columelle 1.2.2.

34Autre aspect de la décision qui est commun aux trois auteurs : il ne faut jamais se fier à ses subordonnés, il faut tout savoir par soi-même ou par ses pairs. Dans les trois œuvres, il y a un contraste saisissant entre la manière dont le père de famille considère ses pairs et la place qu'il accorde à ses subordonnés. Les trois auteurs conseillent au père de famille d'écouter les conseils de ses amis, de ses relations, des “spécialistes”, de ses voisins à la campagne25, de l'ancien propriétaire de la terre qu'il vient d'acheter26. Au contraire, quand il vient au domaine, il doit s'être fait une doctrine sur chacun des aspects de la culture et de l’élevage, et imposer cette doctrine à ceux qui travaillent pour lui, à commencer par le vilicus. C’est pourquoi les traités de Caton et de Columelle, surtout, sont remplis de recettes que le propriétaire n’appliquera pas lui-même, mais qu’il va apprendre au vilicus ou à la vilica. Les connaître l’aidera en tout cas à vérifier que le vilicus, la vilica ou un autre employé du domaine sait s’y prendre correctement. Columelle explique qu’il en est venu à délibérer parfois avec ses esclaves, mais il ne le fait pas pour s’inspirer de leurs avis : cela lui permet de mieux évaluer leurs qualités et leurs capacités, et cela leur donne plus de goût au travail ; il ne s'attend nullement à apprendre quelque chose d'eux27. Quelques pages plus haut, il a d'ailleurs approuvé une opinion de Caton selon laquelle il ne fallait pas écouter, mais fixer soi-même la ligne à suivre28.

  • 29 Columelle 1.4.2.
  • 30 Columelle 2.1.2 ; 2.10.9 à 11 ; et 5.6.23.

35Il y aurait beaucoup à dire sur la nature des conseils que le père de famille reçoit de ses pairs, et sur l’identité de ceux qui les lui donnent. Les connaissances théoriques, sur les sols, sur les climats, sur le régime des eaux, auxquelles Columelle accorde une importance non négligeable, sont en général sacrifiées aux leçons de l’expérience. Les plus hauts personnages de l'État, qui se sont illustrés à l’armée ou dans la politique, méritent d’être écoutés à cause de leurs qualités d'hommes et de chefs, et parce qu’eux aussi étaient propriétaires de terres dont ils s’occupaient. C’était par exemple le cas de M. Atilius Regulus. Columelle, qui le désigne comme un très fameux général (dux) de la première guerre punique, cite ses maximes sur les terres malsaines, parce que ce grand homme avait dû en cultiver une29. Il est à la fois question de l’expertise, de la connaissance, et de l'expérience la plus quotidienne et la plus empirique ; mais, chez les trois auteurs, c'est en définitive l’expérience qui domine, et de loin. C'est elle qui fonde l’autorité des Anciens, et c'est elle qui permet de remettre en question cette autorité. Calma propre expérience ou celle de mes voisins peut m’apprendre que les Anciens avaient tort30.

  • 31 Caton 1.1 (Praedium cum parure cogitabis...).
  • 32 Varron 1.1.1.
  • 33 Varron 1.13.2.
  • 34 Columelle 1.2.2.
  • 35 Varron 3.2.7 ; 3.2.17 ; 3.3.8.
  • 36 Columelle 1.4.3. Voir aussi Columelle 1.Praef. 13-14 et 1.2.2.

36Quand on passe aux contenus de cette stratégie, les points communs entre les trois auteurs sont également très nombreux et importants. Par exemple, tous trois sont conscients que beaucoup de terres sont héritées, mais tous trois envisagent comme une chose normale et courante la vente ou l'achat d'une terre, même si elle a été reçue de proches parents. La première phrase de Caton, après sa Préface, parle d’un achat de terre31, et le premier livre du traité de Varron est dédié à son épouse, Fundania, qui vient d’acheter une terre et a l’ambition de la rendre productive en l’exploitant avec compétence32. Un peu plus loin, il écrit que, si on a hérité d’un domaine insalubre, il faut le vendre ou l'abandonner33. Columelle donne le même conseil34. Le traité de Varron contient plusieurs autres allusions à des ventes de terre : au début du livre 3, par exemple, Appius dit qu’il souhaite acheter une villa que M. Seins possédait près d’Ostie ; puis il est question d'acheter une villa du bord de mer : puis d’un domaine de Tusculum qu’Axius a acheté à M. Pison35. Les allusions ne sont pas rares chez Columelle non plus. Les agronomes admettent tous trois le jeu de la parenté et des successions comme une donnée de fait, mais ils font aussi une large place aux calculs individuels des pères de famille, et ces calculs se traduisent par des achats et des ventes de biens. Ils ne transforment pas systématiquement leurs patrimoines, mais se réservent le droit de vendre et d’acheter, s’ils le jugent bon. Columelle, par exemple, emploie plusieurs formules générales qui expriment bien cette dualité : par exemple quidquid aut emerit aut acceperit36.

  • 37 Caton 3.2.
  • 38 Varron 1.69.1 ; voir aussi Varron 1.22.4 et 1.65.
  • 39 Columelle 7.3.13-14 et 7.9.4-5.
  • 40 Caton 4 ; et Varron 1. 16.2-3.

37La même dualité, le même mélange de calcul et d'adaptation au milieu, se retrouve quand il est question de la vente des produits. Les trois auteurs sont désireux de vendre leurs produits, et cela se comprend aisément. Chez Varron et Columelle, il est très fréquemment question des lieux de vente, et des prix auxquels on peut espérer vendre. Mais ce désir de vente ne va pas jusqu’à la fébrilité et la spéculation, ni jusqu'à un démarchage insistant. Tous trois présentent d’ailleurs la vente comme un résultat facile à obtenir, si du moins la terre a produit, et si la distance pour se rendre aux lieux de consommation n’est pas un trop gros obstacle. Le problème est plutôt de bien vendre, à un prix satisfaisant ; vendre n'est pas un problème en soi. Certes, deux ou trois pratiques et opérations spéculatives sont évoquées ici et là, par exemple quand Caton recommande d’avoir beaucoup de jarres, pour pouvoir conserver le vin jusqu’à la hausse des prix37, ou quand Varron adresse une recommandation analogue, pour les produits qui ne s’abîment pas38. Ces pratiques s’expliquent d’ailleurs en partie par le goût du vin vieux, dont le prix monte au fur et à mesure qu'il vieillit. Mais, dans la plupart des cas, le désir de vente paraît très maîtrisé, et s’exerce dans le cadre du contexte social. Il faut l’adapter aux possibilités de la région : loin des villes, la vente ne peut pas se poser dans les mêmes termes que dans leurs environs immédiats ; les veaux, par exemple, peuvent être vendus très petits quand on est près d'une ville ; dans le cas contraire, il faut les garder tous vivants et les élever39. Il est bon de bien connaître ses voisins, car cela aide à la vente des produits40, etc.

38La stratégie d'ensemble que proposent les trois agronomes me paraît donc être un mélange d’audace et de prudence. D'un côté, il faut produire et il faut vendre une partie des productions ; pour cela, il ne faut pas hésiter à dépenser, s’il y en a besoin ; la mise de fonds, Vimpensa, est nécessaire, et il faut éviter de choisir des plantes ou des animaux de mauvaise qualité. Si une terre ne convient pas vraiment, il faut s'en dessaisir et en acheter d’autres. Il faut être présent le plus possible et être attentif à tout. D'un autre côté, il faut composer avec le voisinage, avec les coutumes du lieu et de la région. Et il ne faut pas sacrifier la vie urbaine et ses activités politiques et sociales ; les entreprises agricoles sont pratiquées en plus d’une autre activité, qui est également très prenante et qui oblige le propriétaire à être absentéiste. Entre les deux stratégies de P. Veyne, cette stratégie des agronomes occupe une place intermédiaire.

  • 41 Pline, HN, 14.47-52.

39Il y avait certainement quelques autres orientations possibles, mais elles sont difficiles à cerner et à définir. Du côté de l’activité, du désir d’enrichissement, de l’esprit d’entreprise, il y avait par exemple, la stratégie des grands coups de poker, qui comportaient de gros risques et supposaient qu’on ne mène pas, en même temps, une vie de notable ayant des charges politiques et devant faire preuve d'évergétisme et de libéralités privées. Pour l'agriculture, les opérations viticoles dont parle Pline l'Ancien dans le livre XIV de son ouvrage me paraissent entrer dans cette catégorie41.

40Du côté de la passivité et de la routine, j’ai longtemps cherché où trouver d'autres modèles, d’autres stratégies. Certes, la routine et la passivité, c’est l’absence d’attention, c’est l'absence de soin et de compétence ; mais est-ce seulement cela, ou bien y a-t-il des choix positifs qui signifient un désir de ne pas s’occuper trop du patrimoine dans ses éléments économiques, quitte à se concentrer sur d’autres activités (culturelles ou politiques, par exemple) ? Il me semble avoir trouvé au moins un modèle de ce genre d'attitudes économiques, dans l’œuvre morale et philosophique de Plutarque. Encore une fois, je ne prétends pas faire la biographie de Plutarque. Le problème n’est pas de savoir comment lui-même entretenait ses biens. Je dis seulement que, dans ses Moralia, il nous propose un modèle de passivité quant à la gestion du patrimoine. Notons en outre que ce modèle de passivité ne signifie pas nécessairement davantage de sécurité. Car la passivité a pour conséquence l'absence d’information, et, dans cette mesure, le propriétaire qui adopte une telle stratégie court le risque d'être surpris si les domaines perdent de leur fécondité et de leur prospérité.

  • 42 Il est souvent question, dans Plutarque, de la supériorité de l'activité publique et de ses contra (...)
  • 43 Plut., Mor., 575 A à 598 F.
  • 44 Voir par exemple Mor., 18 E, 20 D. 21 B. etc... (De and. poetis, passim).

41L'originalité de Plutarque ne réside pas dans les remarques générales qu'il fait sur le patrimoine. On trouve en effet dans ses œuvres le même genre de remarques que dans presque tous les auteurs antiques. D’une part, l'idée que la gestion des biens demande de l'attention et de la présence : il rappelle que le père de Marc Antoine a perdu de l’argent parce qu'il négligeait trop son patrimoine. D'autre part, il insiste sur l’importance de l’activité publique, de la politique, qui l’emporte sur la gestion des biens privés, et sur celle de la philosophie, qu’il place encore au-dessus de la vie politique. En prenant beaucoup de temps, la politique nuit à l'efficacité de la gestion des biens privés, si bien que l’exilé, ou celui qui connaît des échecs politiques, peut s’occuper davantage de son patrimoine42. Comme la plupart des auteurs antiques, quand il parle de la prise de décision, c’est presque uniquement de la vie politique qu'il s'agit. Son traité sur le Démon de Socrate, qui est presque entièrement consacré à la manière dont Socrate, Epaminondas et son frère, et quelques rois et généraux prenaient leurs décisions, n’aborde que les questions politiques, à part ce qui concerne les rapports d’Épaminondas et de l’argent43. Enfin, dans les passages qu'il consacre au patrimoine et aux biens privés, c’est en termes de propriété, et non en termes d'action, qu'il raisonne44, et il accorde une large place à ce qu’on peut appeler la morale de la consommation (il ne faut pas trop dépenser, il faut éviter le luxe, etc.). Ces idées générales sont communes à tous les auteurs antiques, ou à la plupart d'entre eux.

42Néanmoins, l'analyse de tous les passages où il parle des biens privés montre qu'il insiste beaucoup moins qu'un Cicéron ou un Sénèque sur les exigences de cette gestion, et surtout qu'il accorde la plus grande attention à tout ce qui est délégation, au sens le plus large et le moins juridique du mot. Alors que la plupart des auteurs antiques condamnent toute délégation de pouvoir et de compétences, même s’ils savent qu’un riche propriétaire est contraint de ne pas travailler lui-même, Plutarque paraît organiser sa pensée sur le patrimoine autour de la délégation.

  • 45 Plut., Mor., 464 A (De cohib. ira. 16).
  • 46 Plut., Mor., 94 B et C (De amic. multitud., 3).
  • 47 Plut., Mor., 4 A et B (De liberis educ., 7).
  • 48 Plut., Moi., 452 F à 464 D.
  • 49 Plut., Mor., 4 A à 5 A (De liberis educ., 7).
  • 50 Plul.. Mor., De cohib. ira, passim (452 F à 464 D).

43A plusieurs reprises, il décrit le père de famille comme entouré de collaborateurs, auxquels il donne des ordres et délègue tout ce dont il est responsable. Les pères de famille doivent s’abstenir de s'occuper des petites choses, il doit se borner à “traiter rationnellement (tôi logismôi) les affaires d’importance capitale"45. Parmi ces collaborateurs, il y a des serviteurs (oiketai), des esclaves (douloi) et des salariés (misthôtai), mais il y a aussi des amis, ses enfants, et même son épouse. Certains serviteurs (oiketai) doivent gérer les biens ou servir de pédagogues aux enfants46, certains esclaves remplissent les fonctions d'intendants, ou bien cultivent la terre, dirigent des navires, font du commerce ou prêtent à intérêt47. Dans le cadre d'un tel questionnement, les deux principaux problèmes qui se posent au père de famille sont le choix des délégués et la manière dont il doit les traiter. Plusieurs passages abordent ces questions, et notamment dans le traité Du contrôle de la colère (De cohibenda ira)48. Le choix suppose que l’on fasse une hiérarchie entre les tâches ; par exemple, Plutarque critique ceux qui réservent les meilleurs au commerce ou à la comptabilité et qui confient leurs enfants à des esclaves ivrognes ou incapables. Il suppose aussi qu'on ne se laisse pas influencer et qu'on ne cherche pas à économiser à tout prix49. Ensuite, une fois qu’il les a choisis, le père de famille doit avoir toute confiance dans ses collaborateurs et leur montrer qu’il a confiance, - ce qui signifie qu'il n’exerce sur leurs actes qu’un contrôle très lointain50.

44Plutarque, certes, n’a écrit ni un traité sur la gestion du patrimoine, ni un traité sur l'exploitation des terres. Mais je pense que ces diverses allusions de ses Moralia vont dans le sens de la délégation au sens le plus général du terme, c’est-à-dire dans le sens de la désignation d’employés ou de proches qui feront fonctionner le patrimoine sans que le père de famille y soit constamment attentif. Encore une fois, j'ignore comment lui-même entretenait ses biens, et la question n’est pas biographique. En outre, n'oublions pas qu’une attitude passive face au patrimoine, comme celle qu'il présente, peut aller de pair avec une grande activité politique ou culturelle. Elle n’exclut donc pas des gains tirés d’autres sources de revenus, comme nous l’avons vu dans le cas de Dion de Pruse et de son grand-père. Beaucoup de sénateurs ont dû, par la force des choses, raisonner comme Plutarque plutôt que comme Caton ou Varron.

45Il est impossible de penser qu'il n’y avait que deux grandes stratégies économiques, opposées l'une à l’autre. Pour chacune des cinq catégories de revenus que j’ai énumérées, il existait probablement trois grands types d’attitudes :

  • les stratégies extrêmement actives, qui visent avant tout à l’enrichissement et supposent un engagement maximum. Si elles se consacrent à des activités économiques, elles ne sont guère compatibles avec le mode de vie de l’élite ; mais elles le sont dans le domaine politique, comme le prouvent les carrières des grandes personnalités de la fin de la République.
  • les stratégies plutôt passives comme celle de Plutarque ;
  • entre les deux, des stratégies très attentives, très conscientes de la nécessité d’avoir des revenus, visant même à l’enrichissement, mais qui s’accompagnent d’un vif souci des situations sociales - situations dont il est exclu de faire fi. A ce troisième groupe de stratégies se rattachent les œuvres des agronomes, Caton. Varron et Columelle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Andreau, J. (2001) : Banque et affaires dans le monde romain ( ive siècle a.C.- iii e siècle p.C.), Paris.

Aubert, J.-J. (1994) : Business Managers in Ancient Rome, A Social and Economie Study of Institores, 200 B.C.-A.D. 250. Leyde.

E pigrafia (1994) : Epigrafia della produzione e della distribuzione (ouvrage collectif), Rome.

Harris, W. V. (1993) : The Inscribed Economy, Production and Distribution in the Roman Empire in the Light of Instrumentum Domesticum, JRA suppi. 6, Ann Arbor.

Kehoe, D. P. (1992) : Management and Investment on Estates in Roman Egypt during the Early Empire, Bonn.

— (1997) : Investment, Profit and Tenancy, The Jurists and the Roman Agrarian Economy, Ann Arbor.

Rathbone, D. (1991) : Economic Rationalism and Rural Society in Third-Century A. D. Egypt, The Heroninos Archive and the Appianus Estate, Cambridge.

Notes

1 Dans les années 1970 et 1980, j’employais souvent, pour désigner les membres de cette élite, le mot “oligarques”. Maintenant, je parle plus volontiers de “notables” (voir par exemple Andreau 2001, 29-30).

2 Harris 1993. Voir aussi Epigrafia 1994.

3 Harris 1993 et Aubert 1994.

4 Veyne 1991, Rathbone 1991, Kehoe 1992 et 1997.

5 Andreau 2001, 56.

6 Veyne 1991, 131-162 (d'abord publié dans la REA, 81, 1979, cet article, “Mythe et réalité de l’autarcie à Rome”, a été réédité dans Veyne 1991).

7 Veyne 1991. 142-143.

8 Kehoe 1992 et 1997 : Rathbone 1991.

9 Voir, à titre d'exemple, les p. 4 et 5 de Rathbone 1991.

10 Cic., Parad. Stoïc., 6.46.

11 Dion, Discours, 46.3-4.

12 Dion, Discours, 40.2 ; 45.3 et 10 : 47.21.

13 Dion, Discours. 47.22.

14 Non seulement il en parle, mais il est beaucoup plus sensible aux différences régionales, en ce qui concerne le sol, le climat, les usages, et souvent il conseille de se plier aux particularités locales ou régionales, au lieu d’appliquer scrupuleusement et de façon raide les conseils des auteurs de traités. Un exemple parmi d’autres : ce qu’il écrit sur les diverses façons de planter la vigne et de la mêler à d’autres cultures (Columelle 5.5 à 5.7).

15 Columelle 6. Praef. 1-5.

16 Varron 1.22.

17 Varron 2.4.3.

18 Varron 3.1.8.

19 Columelle I Praef. 7 et 10) (unum genus liberale et ingenitum rei familiaris augendae).

20 Columelle 1.1.3 (ex agri cultu certam sequi rationem rei familiaris augendae).

21 Caton. De l'agriculture, édité par R. Goujard, Paris. Belles Lettres. 1975. p. xxxix.

22 Caton 1.1.

23 Columelle 1.1.19.

24 Columelle 1.1.15.

25 Varron 18.7-8.

26 Caton 1.4 et 5.2 ; Varron 1. 19.2.

27 Columelle 1.8.15.

28 Columelle 1.2.2.

29 Columelle 1.4.2.

30 Columelle 2.1.2 ; 2.10.9 à 11 ; et 5.6.23.

31 Caton 1.1 (Praedium cum parure cogitabis...).

32 Varron 1.1.1.

33 Varron 1.13.2.

34 Columelle 1.2.2.

35 Varron 3.2.7 ; 3.2.17 ; 3.3.8.

36 Columelle 1.4.3. Voir aussi Columelle 1.Praef. 13-14 et 1.2.2.

37 Caton 3.2.

38 Varron 1.69.1 ; voir aussi Varron 1.22.4 et 1.65.

39 Columelle 7.3.13-14 et 7.9.4-5.

40 Caton 4 ; et Varron 1. 16.2-3.

41 Pline, HN, 14.47-52.

42 Il est souvent question, dans Plutarque, de la supériorité de l'activité publique et de ses contraintes. Voir par exemple Mor., 34 D (De and. poetis, 13) ; 465 C et D, et 467 D (De tranquill. animi, 2 et 6) ; 599 A à 607 F (De exilio), passim.

43 Plut., Mor., 575 A à 598 F.

44 Voir par exemple Mor., 18 E, 20 D. 21 B. etc... (De and. poetis, passim).

45 Plut., Mor., 464 A (De cohib. ira. 16).

46 Plut., Mor., 94 B et C (De amic. multitud., 3).

47 Plut., Mor., 4 A et B (De liberis educ., 7).

48 Plut., Moi., 452 F à 464 D.

49 Plut., Mor., 4 A à 5 A (De liberis educ., 7).

50 Plul.. Mor., De cohib. ira, passim (452 F à 464 D).

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search