Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mentalités et choix économiques des Romains

 | 
Jean Andreau
, 
Jérôme France
, 
Sylvie Pittia

Première partie. Prise de décision et grandes stratégies économiques

La prise de décision économique privée d’après les Biographies

Monique Dondin-Payre

Texte intégral

1Cette étude se propose d’examiner les occurrences et le contenu des informations sur la prise de décision économique privée transmises dans un corpus de sources bien défini : les vies exemplaires de Valère Maxime et de Cornelius Nepos ; occasionnellement Plutarque sera évoqué à l'appui d'un développement, mais il n’est pas systématiquement exploité.

2Les ressources de ce corpus sont déterminées par sa nature. En premier lieu, ne s'attachant qu'aux “grands hommes”, qui ont. par force, exercé une action publique, il n’appréhende que les classes supérieures, inconvénient banal mais particulièrement marqué ici ; on ne rencontre que les plus grands notables, placés sous une certaine lumière. Les anecdotes n'étant destinées qu'à illustrer tel ou tel trait de caractère remarquable, les petites opérations au jour le jour, les tracas quotidiens, le monde de la plèbe (sauf en tant que composante sociale globale) et même en très grande partie celui des populations municipales sont effacés. Cette optique a l'avantage de mettre en lumière des aspects atténués ailleurs, comme le poids de la sphère publique, puisque l'implication dans le fonctionnement de la communauté va de soi pour cette catégorie de personnages et que se tenir à l'écart (Atticus) suscite des commentaires instructifs pour notre propos. La seconde restriction importante est chronologique : le genre veut que la vertu soit le propre du passé ; si on ne se trouve pas cantonné dans l'époque archaïque, on ne sort jamais de la République, l'Empire est hors d'atteinte ; les ressorts de la pratique économique privée n'en sont pas nécessairement affectés dans leurs grandes lignes, en revanche, le rapport avec le public est différent. Là encore, cette restriction n'est pas associée à ce seul corpus puisque, quel que soit leur cadre, tous les travaux généraux sur les finances et la gestion se fondent essentiellement sur la correspondance cicéronienne, et sont donc soumis aux mêmes contraintes chronologiques. En définitive, les limites de ce corpus sont globalement celles de la documentation en général, un peu plus marquées, sa caractéristique la plus spécifique étant sa tonalité morale sur laquelle nous reviendrons.

3A l’intérieur de ces limites, la présentation envisagera la délimitation entre le public et le privé et les rapports entre les deux, avant de déterminer les modalités et le but des prises de décision économique et la composition des patrimoines, et enfin la façon dont les décisions font évoluer ces patrimoines.

4Pour que la problématique soit pertinente, il faut qu'il existe une sphère économique privée. Effectivement, une frontière départage le public du privé, même si on ne saurait être surpris de la difficulté à la dessiner. L'interaction entre les deux domaines apparaît comme inévitable et réciproque puisque les cercles se recoupent de deux manières : des contraintes publiques encadrent le comportement privé et des décisions privées interfèrent dans le fonctionnement du public.

5Jusqu’à quel point peut-on parler de décisions privées quand les prescriptions publiques encadrent les choix et les comportements individuels ? Ces prescriptions prennent le plus souvent une forme législative avec deux effets, d'une part de répression ou de restriction - le public bride le privé en lui imposant des règles-, de l'autre d'instrumentalisation - il donne au privé les moyens d’appliquer ses décisions.

6On se trouve dans le premier cas de figure quand la loi intervient pour limiter la richesse ou pour en déterminer certaines composantes. Quoique les textes ne se placent que du point de vue de la morale, ces prescriptions ont des conséquences économiques. L'aspect le plus connu est la législation sur le luxe, qui encadre les choix privés : elle restreint le montant des achats de luxe, donc soit encourage la thésaurisation, soit oriente vers d'autres dépenses. Quand Cornelius Rutinus fut expulsé du sénat pour avoir acquis une quantité jugée excessive de vaisselle d'argent (texte 1), cette sanction publique prononcée à la suite d'une décision économique privée n'a pas été motivée par une raison économique ou financière, publique ou privée (parce qu'il portait atteinte au prestige de sa famille en l'appauvrissant ou parce qu'il avait compromis l'équilibre social en contractant des dettes, par exemple), mais pour une raison morale. Avant lui, enfreignant la loi qu'il avait initiée pour limiter la concentration des terres. Stolon reporta une partie de ses propriétés sur son fils (texte 2) : il fut alors condamné (à quoi ? Valère Maxime ne le précise pas, à payer une amende ? à rendre les terres ? à en subir la confiscation ?). Si le magistrat avait pris le risque d’organiser le cumul foncier qu'il avait lui-même interdit, cela signifie qu'il escomptait en tirer un profit supérieur à d'autres sources d'investissement : à cette date haute les placements en terres constituaient une opération assez profitable pour mériter qu'on brave la loi, puisque, même si les anecdotes sont en partie inventées et anachroniques, elles se doivent de rester vraisemblables.

Texte I
V. M. 2.9.4
"Que dire de la censure de Fabricius Luscinus ? Tous les âges ont raconté et tous les âges raconteront que. par décision de ce magistrat, Cornelius Rutinus, malgré l'éclat de ses deux consulats et de ses deux dictatures, pour avoir acheté dix livres de vaisselle d'argent, comme si c'était là une somptuosité d'un exemple pernicieux, ne fut pas maintenu dans l'ordre sénatorial”. (275 a.C.)

Texte 2
V. M. 8.6.3
“C. Licinius Stolon, grâce à qui les plébéiens eurent la faculté de demander le consulat, avait fait une loi qui défendait de posséder plus de cinq cents arpents de terre ; mais lui-même en acquit un millier et, pour dissimuler sa faute, il en mit la moitié sur la tète de son fils. Accusé à ce sujet par M. Popilius Lenas, il fut condamné le premier en vertu de sa loi". (358 a.C.)

7L’intervention directe de l’État peut être inverse : lorsque des ponctions sur les patrimoines privés en détournent une partie vers un emploi imposé, imposé par ricochet pour Fabius Maximus, qui, ayant financé la rançon de prisonniers rendus par Hannibal pour pallier l'incurie de l'État (textes 3 et 4), n'obtint ni ne réclama de remboursement. Que la légende familiale soit embellie par la péripétie que la terre dont Fabius se priva alors aurait été le seul bien qu'il possédait, que la ponction ne soit imposée que parce que l'individu se substitue à l'État de son propre chef, par respect d'un code qu'il estime devoir respecter, n'importe pas de notre point de vue : un individu finance sur sa fortune une opération qui incomberait à la collectivité et pour laquelle celle-ci ne le dédommage pas.

8Le mode d’interaction peut être plus clair et plus indirect à la fois, quand une régulation publique intervient dans les relations financières privées : c'est l'État, en la personne des magistrats, qui fait appliquer certaines règles, en particulier pour le paiement des dettes, même si elles ont été contractées entre particuliers. Il empêche notamment qu'un magistrat abuse de l'autorité que lui confère sa charge, donc la collectivité, pour léser un concitoyen : une intervention publique déjoue la manœuvre d'un homme public pour faire usage de son mandat collectif pour la solution de ses problèmes financiers personnels (texte 5).

Texte 3
V. M. 3.8.2
“(Q. Fabius Maximus) avait versé de l'argent dans les mains d'Hannibal pour la rançon de prisonniers : l'État ne lui remboursa point son avance et il n'en fit aucune plainte”. (218 a.C.)

Texte 4
V. M. 4.8.1
“C'est pour avoir fait à propos la dépense d'une petite somme d'argent que Fabius Maximus excite encore aujourd'hui, après tant de siècles, l'admiration des hommes. Il s'était lait rendre des prisonniers par Hannibal sous promesse d'une rançon. Mais, le sénat refusant de la fournir. Fabius envoya son fils à Rome, fit vendre le seul domaine qu'il possédait, en compta aussitôt la valeur à Hannibal. A ne calculer que la somme en elle-même, le total se réduisit à peu de chose, puisqu'il provenait de la vente d'une terre de sept arpents, et encore d’une terre située dans la Pupinie : mais, si l'on mesure ce don d'après le sentiment de son auteur, il n’en est pas de plus grand. Fabius aima mieux n'avoir plus de patrimoine que de voir sa patrie manquer de bonne foi”. (218 a.C.)

Texte 5
V. M. 6.5.4
“Le collège des tribuns s'acquit encore beaucoup de considération, lorsque, L. Cotta, l'un de ses membres, comptant sur l'inviolabilité que lui conférait son pouvoir pour ne point s'acquitter envers ses créanciers, ils décidèrent que. s'il ne payait ses dettes ou s'il ne fournissait un répondant, ils appuieraient les réclamations de ses créanciers : ils regardaient comme un acte contraire à la justice de faire servir l'autorité du magistrat à couvrir la mauvaise foi du particulier. Ainsi Cotta qui cherchait un refuge dans le tribunat comme dans un asile inviolable, en fut arraché par la justice même du tribunat”. (155 a.C.)

9On peut estimer que cette décision ne relève que du maintien de ce qu’on désignerait aujourd'hui comme “la paix sociale”, pour éviter des désordres qui naîtraient de désaccords ou de vengeances privées ; mais un autre mode d'intervention publique corrige cette interprétation : l'Etat protège les fortunes privées des excès de leurs possesseurs légitimes en mettant sous tutelle des adultes sans aucune raison qui concerne directement la collectivité, sans même qu'un parent, désarmé, fasse appel à la puissance publique, mais parce qu'ils font mauvais usage de biens qui devraient servir à préserver le statut social de leur famille (texte 6). Le but est donc d'éviter que l'ordre social soit perturbé par un amoindrissement excessif du patrimoine familial, qui doit être utilisé non pour l'agrément individuel, mais pour permettre à la gens d'occuper dans la vie politique son rôle de sorte que la structure et le fonctionnement de la société ne soient pas bouleversés. Des décisions économiques privées, dont la légitimité n'est pas en cause, sont entravées par l'autorité publique, non pas pour venir au secours du privé, mais, sans que cela soit dit, pour le bien public : le contrôle de l'utilisation des patrimoines de ceux dont la vocation est de participer à la vie collective.

10Une telle démarche aboutit au règlement par l'Etat de problèmes économiques entièrement privés, quand il organise et prend en charge la gestion d’un bien individuel pour que son propriétaire puisse se consacrer aux affaires publiques (texte 7), ou qu'il règle des dépenses privées, chargeant le sénat d'apurer des dettes, pour permettre aux contractants d'occuper la place qui leur revient dans la collectivité (texte 8). Il s'agit à la fois de pallier les inconvénients matériels de l’absence provoquée par le service commun, pour éviter que celui qui a assuré ce service ne s'en trouve pénalisé, et de protéger l'ensemble civique qui souffrirait d'une abstention de ses représentants, soucieux d'éviter d'aggraver leur situation matérielle. On pense au geste de l’empereur finançant sur sa cassette le cens de sénateurs appauvris.

Texte 6
V. M. 3.5.2
“Même sans tenir compte de toutes ces infamies, pour faire connaître quel homme il était (Q. Fabius Maximus), il suffirait de rappeler que, par une mesure déshonorante. Q. Pompeius, préteur de Rome, lui interdit l'administration de ses biens, et que, dans une si grande cité, il ne se trouva personne pour désapprouver un pareil décret. L'on souffrait de voir dissiper en débauches infâmes une fortune qui aurait dû servir à soutenir la gloire de la gens Fabia. Ainsi un père trop indulgent l'avait laissé héritier, mais la sévérité des pouvoirs publics le priva de son héritage”. (92 a.C.)

Texte 7
V. M. 4.4.6
“Informé que le sénat avait, en considération de ses succès, prorogé son commandement pour l'année suivante, il (Regulus) écrivit aux consuls que le régisseur d’une terre de sept arpents qu'il possédait dans la Pupinie, était mort et qu'un ouvrier agricole, profitant de l'occasion, avait disparu en emportant tout le matériel de culture. Il demandait en conséquence un successeur, de peur que l'abandon de son domaine ne privât sa femme et ses enfants des moyens de vivre. Aussitôt que les consuls eurent porté ces faits à la connaissance du sénat, il fit tout de suite mettre en location l'entretien du champ d'Atilius. fournir des aliments à sa femme et à ses enfants, et racheter les objets qui lui avaient été enlevés”. (256 a.C.)

Texte 8
V. M. 2.2.8
“L'on faisait tant de cas de cette vertu (le désintéressement) que bien des magistrats, en récompense de leur administration intègre, virent leurs dettes payées par le sénat ; car il estimait que les hommes dont les services avaient maintenu au dehors dans tout son éclat la puissance de la République, ne pouvaient pas, rentrés dans leurs foyers, ne plus rien garder de leur dignité sans indignité et sans honte pour lui-même”, (à l'époque des “ancêtres” = ve-ive s.)

11A l'inverse, le privé peut s'ingérer dans le fonctionnement de l’État : des individus se substituent à la puissance publique. Ces interventions présentent des caractéristiques qui les distinguent de l'immixtion du public dans le privé : le rapport de forces est inversé, le particulier se trouve en position dominante face au collectif ; l'opération n'étant pas imposée, le particulier en contrôle les conditions ; il prend de lui-même une décision qui ne constitue pas un précédent contraignant, qu'il peut renouveler ou non ; il agit ponctuellement, de façon volontaire et désintéressée. Atticus, en exil, vient volontiers en aide au trésor public de la cité d'Athènes, contraint de souscrire un emprunt pour faire face à ses obligations, rare attestation d'une dette publique (texte 9). Il y a débat sur le paiement ou non d'intérêt par la cité, mais Atticus ne fait pas don de la somme, il la prête, sans concession quant à la date de remboursement, - soit peut-être avec des intérêts raisonnables, soit gratuitement. Il traite avec une puissance publique comme il le ferait avec un particulier, avec fermeté cl équité. Cornelius Nepos considère cependant que, ce faisant, il accorde une faveur puisque cette transaction, honnête mais rémunératrice, est qualifiée d'officium, assimilé à une liberalitas (texte 10). Sans doute l'absence de scrupules, qui était générale dans le monde du prêt, était-elle encore plus prononcée quand le débiteur était un État. S'abstenir d'en profiter apparaissait alors comme une marque de générosité et de rigueur digne de remarque. Même si l'opération est mise sur le même plan par Cornelius Nepos, quand Atticus finançait sur ses tonds propres des distributions publiques de blé (texte 10), cette évergésie décidée de son propre chef à des fins plutôt collectives que publiques est différente de notre point de vue. Dans le premier cas, en effet, la fortune privée n’est pas entamée puisqu'un remboursement est exigé, et peut-être des intérêts perçus, il s’agit d'une transaction financière ordinaire ; dans le second, le particulier réduit son patrimoine. La compensation indirecte qui peut être attendue si de cette libéralité découle l'attribution d'une fonction publique, elle-même source de profits, n'entre pas en jeu dans ce cas, puisqu'Atticus s'abstint de tout engagement de ce type (texte 11).

Texte 9
C. N., Atticus, 2.4-5
“(A. est très aimé des Athéniens à cause de ses qualités et parce que) bien souvent l'appoint de son or secourut la détresse de leur Trésor. S'agissait-il pour l'État de payer par emprunt ? Si personne n'offrait des conditions raisonnables, lui s'interposait ; son système était de ne pas exiger d'intérêts exagérés, mais de ne pas non plus laisser passer l'époque fixée pour le paiement en accordant un délai. Ces deux mesures étaient excellentes pour ses obligés : elles empêchaient que la patience du créancier ne laissât vieillir leur dette et qu'un intérêt usuraire ne l'augmentât” (voir J. Andreau, Banque et affaires dans le monde romain. IVe siècle av. J.-C. - IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 2001, p. 264).

Texte 10
C. N., Atticus, 2.6
“Il ajouta à ce service encore une autre libéralité, celle de distributions générales de blé dans lesquelles chacun recevait six boisseaux de froment ; c'est la contenance de la mesure qu’on appelle médimne à Athènes”.

12La diversité des facettes que peut prendre l'interaction entre public et privé explique que la frontière entre les deux soit difficile à dessiner. La seule ligne de séparation claire et qui fait l’unanimité des observateurs est que, si le privé peut venir en aide au public financièrement, l’inverse n’est pas admissible : le privé ne doit jamais s'enrichir dans ses relations avec le public. Paradoxalement, ce précepte intangible ne semble pas pouvoir être appliqué aisément, la réticence évoquée d'Atticus qui renonça à exercer des fonctions de peur qu'elles ne l’enrichissent indûment en témoigne : il raisonne comme s’il était impossible d’être à la fois chargé de responsabilités et intègre (texte 11). Par ailleurs, l'incompatibilité morale entre profit et participation à la vie publique est si extrême qu'un négociateur ne devrait pas conserver les présents qui lui ont été faits lors d'une ambassade, même s'ils l'ont été à titre privé (texte 12) ; on se rappelle la reconnaissance des provinciaux siciliens et ciliciens, les administrés de Cicéron, quand il refusait leurs présents, ou les leur redistribuait sous forme de libéralités (Plut., Cicéron. 7.3 ; 36.3 ; voir 52.3). Il est évident que la rigueur extrême est utopique, ou du moins est confinée à l'époque archaïque. En revanche, l'enrichissement par le butin conquis, comme pour les ambassadeurs, à la faveur d'un commandement officiel, est, lui, parfaitement accepté (Plut., Lucullus, 39.2 ; 44.5). La seule frontière incontestée entre privé et public dans le domaine économique reste donc en partie théorique.

Texte 11
C. N., Atticus, 6.4
(A. refuse les fonctions provinciales) “L'honneur du titre lui suffit et il dédaigna d'augmenter son bien par les profits possibles”.

Texte 12
V. M„ 4.3.9
“Cette manière de voir fut adoptée par Q. Fabius Gurges. Numerius Fabius Pictor, Q. Ogulnius. Au retour de leur ambassade auprès du roi Ptolémée, et même avant d'avoir rendu compte au sénat de leur mission, ils portèrent au trésor public les présents qu’ils avaient reçus de ce prince à titre personnel : ils estimaient sans doute qu’aucun citoyen ne doit retirer d’une fonction publique d'autre avantage que la gloire d'avoir bien fait son devoir”. (274 a.C.)

13Une fois l'existence du secteur privé admise et sa sphère délimitée autant qu'il est possible, on peut envisager le but et les modalités des prises de décision économique privées, fréquemment évoqués dans les biographies car ils constituent des révélateurs de supériorité morale, et la composition des patrimoines à laquelle ils aboutissent.

14Le texte de Cornelius Nepos qui décrit le comportement, exemplaire à ses yeux, d'Atticus constitue une bonne base de départ de l'analyse (texte 13).

Texte 13
C. N., Atticus. 13.1-7
“D'ailleurs ce grand homme sut se montrer aussi bien chef de maison que citoyen. Disposant de beaucoup d'argent, il était moins que personne porté à acheter et à bâtir, et pourtant il n'eut rien ù envier aux gens les plus distingués pour l'habitation et les objets nécessaires au bien-être. Sa maison, c'était sur le Quirinal la villa de Tamphilus que son oncle lui avait laissée en héritage et dont l'agrément provenait moins de sa construction que du parc qui l'entourait. Car le bâtiment, élevé dans les temps anciens, était plutôt intéressant que magnifique : il n'y fit aucun changement, excepté ceux qu'imposait le délabrement. Il eut des esclaves dont les services étaient parfaits, mais dont la beauté laissait à désirer, parmi lesquels se trouvaient des jeunes gens fort instruits, d'excellents lecteurs, beaucoup de copistes ; et même ceux qui avaient pour fonction de l'escorter étaient très experts en ces deux derniers talents. Pareillement tous les autres qui exerçaient les métiers nécessaires dans la vie domestique étaient de haute valeur. Cependant tous ces esclaves, sans exception, étaient nés chez lui, dressés chez lui, ce qui marque l'empire qu'il avait sur lui-même et son goût pour l'économie. Car savoir mettre des bornes à ses désirs en présence de ce qu'on voit aux mains d'autrui est le fait d'un homme maître de soi et s'assurer le nécessaire par son travail plutôt que par son argent prouve de sérieuses qualités d'économie. Il aimait la distinction, mais non le faste, l'éclat convenable à son rang, mais non le luxe ; tous ses efforts visaient à l'élégance, mais non à l'abondance. Son mobilier était modeste et n'attirait les regards ni par sa richesse ni par sa mesquinerie. Je ne puis pas non plus, dussent quelques uns, je le crains, le trouver insignifiant, omettre ce détail qu'étant l'un des plus riches parmi les chevaliers romains et tenant généreusement maison ouverte pour les citoyens de toutes classes, il ne lui fallait pourtant, nous le savons, pas plus de trois mille as régulièrement chaque mois, comme le montrent son livre de compte et les dépenses qui y sont inscrites. Et ce n'est pas d'après un ouï-dire, mais sur une connaissance personnelle que nous rapportons ce détail, car bien souvent, étant son ami. nous avons été témoin de sa vie domestique”.

14.1-3
“Durant ses dîners de cérémonie, on n'eut jamais d'autre divertissement qu'une lecture à haute voix, ce qui, à mon goût du moins, est un grand plaisir. Mais jamais non plus la lecture ne fit défaut pendant le repas du soir ; les plaisirs de l'esprit accompagnaient pour les convives ceux de l'estomac, car les amis qu'il invitait avaient toujours des goûts peu différents des siens. Au moment où sa fortune se fut accrue comme on l'a vu, ses habitudes journalières ne changèrent pas plus que son train de vie ; il sut user d'une telle mesure qu'avec les deux millions de sesterces hérités de son père, son existence n'avait rien de mesquin et qu'avec dix millions de sesterces, elle n'eut rien de plus opulent que précédemment : il se maintint à la même élévation dans l'une et l'autre fortune. Il n’eut pas de parc, pas de maison de plaisance dans la banlieue ou sur la mer, du moins qui fussent luxueuses, et en Italie, sauf les propriétés d'Arretium et de Nomentum, il ne posséda pas de domaine ; tous ses revenus provenaient des biens qu'il avait en Epire et à Rome même. On voit par là que ses dépenses se réglaient non sur le montant de ses richesses, mais sur les calculs de la raison”.

15Peu importe que le tableau îles vertus de gestionnaire d'Atticus soit fidèle à la réalité ou non ; il nous dessine le comportement idéal d'un homme respectable. La première constatation est qu'il est aussi important de bien gérer sa fortune personnelle que d'être un homme public efficace et honnête. En second lieu, le moyen essentiel qu'adopta Atticus consista tout bonnement en la modération des dépenses, limitées au maintien en état de ses propriétés, à l'organisation d'une existence agréable et cultivée, sans désirer ni acquérir des biens inutiles et coûteux. Les qualités gestionnaires et comptables passent, dans cette présentation, loin derrière les caractéristiques morales, en l'occurrence le contrôle de soi ; on a l'impression que la modération est la vertu première, le train de vie raisonnable n'en étant qu'un sous-produit. Toutefois, en décalage avec ce point de vue, Cornelius Nepos assène comme preuve de la bonne gestion d'Atticus des données chiffrées, théoriquement irrécusables puisque fondées sur les livres de compte (même si des dépenses de 3 000 as par mois sont si faibles que le nombre est sans doute corrompu) : la dialectique se développe alors sur deux plans différents, le premier irrationnel, le second se voulant objectif. Il n’est, de fait, pas rare que des données chiffrées soient avancées, mais dans un état d'esprit particulier ; leur insertion est trompeuse, car elle donne une apparence de véracité alors que les nombres, censé prouver la véracité d'une anecdote, doivent frapper le lecteur par leur caractère spectaculaire et participent du registre affectif et non objectif. Dix livres de vaisselle d'argent (texte I) pour montrer combien la sévérité est grande. A l'inverse, 1 000 arpents au lieu des 500 autorisés (texte 2) parce que la superficie prévue était raisonnable, donc la punition justifiée. – la preuve en est que la terre de Fabius (théoriquement sa seule propriété, texte 4) et celle de Regulus (texte 7) atteignaient 7 arpents. Et les 3 000 as supposés – soit environ 200 deniers – des menues dépenses mensuelles d'Atticus rapportés à sa fortune (de 2 à 10 millions de sesterces, texte 13), et à comparer avec les 50 000 deniers dépensés par Lucullus pour un repas avec ses amis (Plut., Lucullus, 41.7). Ces valeurs extrêmes n'ont de sens que confrontées l'une à l'autre, chacune symbolisant une qualité (la frugalité) ou un défaut (le luxe excessif) [elles sont soulignées dans les citations en caractères italiques pour être plus aisément repérables].

16Gérer sa fortune n'est donc pas une marque d'avarice, d'intéressement ou de mesquinerie ; c'est le propre d'un grand homme : quand Hannibal, de peur que les Crétois ne lui volent ses biens, fait semblant de les déposer dans des amphores dans le temple de Diane, tout en les cachant dans des statues laissées à la vue de tous dans sa cour, il ne manifeste pas de la bassesse mais une prudence qui est à son honneur (C. N., Hannibal, 9.2-4 ; 10.1). Le jugement exprimé par Plutarque sur Caton va dans le même sens :

“il fut un remarquable administrateur de ses biens, cette dernière tâche ne lui paraissant nullement une activité accessoire, de petite ou misérable importance” (Caton. 20.1 ; voir 30.2).

17Dans le même temps, Plutarque critique l'imprévoyance d’Aristide, resté pauvre parce qu’il ne s'intéressait pas aux affaires matérielles, hauteur de vue louable en soi mais qui ne sied pas à un bon chef de famille. Il raisonne ainsi parce que la bonne gestion ne vise pas à assurer à son responsable une vie confortable (la sobriété tant vantée de Caton va de pair avec l'efficacité de son administration, comme celle d'Atticus, même si ce dernier se ménage une existence plus agréable que ne le fait Caton), mais à mettre sa famille à l'abri pour qu'elle tienne sa place. Même si. juridiquement, la fortune appartient au pater familias, celui-ci ne peut en disposer à sa fantaisie, car la fortune doit permettre à la famille d’occuper la place qui lui revient dans la société, et, par suite, assurer la stabilité de cette dernière. Quel que soit le statut légal, le patrimoine, symboliquement, moralement pourrait-on dire, n’est pas seulement celui du pater familias, mais aussi celui de la famille. S’il a une descendance, le pater familias doit le gérer en tenant compte du futur de la gens. La symbolique prend, dans les faits, le pas sur la loi : on parle de la fortune de la gens : c'est pourquoi la communauté intervient pour protéger les fortunes privées : on déshérite, pour protéger les fortunes privées, ceux qui risquent de les dilapider, on met sous tutelle celui qui dilapide sa fortune (textes 6, 14). Toutefois, se montrer prodigue si on n'a pas de descendance est critiquable, mais sans plus, puisqu'en ce cas, on n'est coupable que d'égoïsme, l'ordre social n'en est pas menacé (texte 14). La contradiction entre le devoir de se consacrer à la chose publique en assumant les magistratures et l'obligation de gérer sa fortune personnelle n’est qu'apparente puisque garder à sa famille la possibilité de participer à l'administration et à la politique revient à rendre service à la collectivité : cette activité privée, au service du public, est plus qu'estimable, elle est indispensable. Atticus, en s'abstenant de toute implication à l'extérieur de la sphère privée, est une exception. On peut se demander si l'attention qu'il porta à ses biens et à ses dépenses aurait été si aisément admise si elle n'avait été insérée dans ce contexte idéologique qui valorise la gestion patrimoniale. Il en découle aussi que l'absence de contraintes dans les occupations des classes supérieures est limitée et apparente, puisqu'assumer la gestion de ses biens est en fait une obligation.

Texte 14
V. M. 8.6.1
“C. Licinius, surnommé Hoplomachus, demanda au préteur d'interdire son père comme dissipateur. Sa requête fut satisfaite ; mais peu de temps après, le vieillard étant mort, il se hâta lui-même d'engloutir l'immense patrimoine qu'il en avait reçu en argent et en domaines. Mais il ne connut pas, à son tour, le même traitement : c'est qu'il aima mieux dissiper l'héritage que d'élever un héritier”.

18Le vocabulaire ne donne pas d’indice quant aux composants de la fortune : le corpus désignant les biens privés est indéterminé ; on emploie bona, fortuna, res ou pecunia indifféremment pour n'importe quel élément ou pour la totalité, – y compris pour pecunia qui ne renvoie pas uniquement aux espèces (par exemple textes 6 ; 14).

19Mis à part pour Cicéron dont la fortune, grâce au recoupement entre sa correspondance et les sources extérieures, a pu être analysée, on ne peut dresser la nomenclature d'aucun patrimoine ; au (il du récit, à l'occasion d'un développement moralisateur, tel ou tel élément est évoqué, non pas le plus banal donc le plus représentatif, mais le plus frappant, le plus original, donc le plus exceptionnel. Plutarque, par exemple, énumère les plus extravagantes des dépenses de Lucullus, mais, mise à part l'évocation des prodigieux butins qui ont alimenté son patrimoine, ne parle ni de ses ressources ni de sa gestion :

“Je mets au nombre des divertissements les constructions somptueuses, les installations de promenades et de thermes et. plus encore, l'achat de tableaux et de statues, le soin qu'il prit de rassembler à grands frais ces œuvres d’art, prodiguant à cette tin, sans compter, l'immense et splendide fortune qu’il avait amassée dans ses campagnes... Les appartements de Naples et les belvédères entourés d'eau que Lucullus bâtit avec les dépouilles des barbares...” (Lucullus, 39.2 ; 44.5).

20On est donc amené à glaner ces éléments ici et là, sans pouvoir dire s'ils sont à peu près communs à tous. Selon la classification ordinaire, on répartira les composants entre biens immobiliers et mobiliers.

21On peut diviser les biens immobiliers en deux catégories : ceux qui sont productifs et ceux qui ne le sont pas. On ne découvre guère d'inattendu. Dans la deuxième catégorie, on doit inclure essentiellement :

  • les maisons, qu'elles soient situées à Rome pour permettre la participation à la vie publique, et la réception des clients, ou en Italie et dans les provinces, pour l'agrément de leur situation, souvent au bord de la mer, ou dans un climat plus clément que celui de la Ville (texte 13 ; voir Plut.. Lucullus, 39.3-5) ;
  • les parcs et jardins qui, quelle que soit la localisation de ces demeures, les entourent, parfois au prix de travaux considérables, et en constituent souvent l'attrait essentiel (texte 13 ; voir Plut.. Lucullus, 39.2).

22Curieusement, les terres agricoles exploitées directement, qu'on aurait d'emblée classées parmi les biens productifs, et qui constituaient le noyau originel du patrimoine et la source de revenus première aux époques anciennes (textes 2 ; 4 ; 7 ; 14), sont rétrogradées par le gestionnaire avisé qu'était Caton au rang des possessions peu rentables. Il faut sans doute corriger cette appréciation à la lumière de l'appétit de gain de Caton : la terre est un placement peu rémunérateur mais sûr, sinon pourquoi certains auraient-ils enfreint la loi pour agrandir leurs domaines (texte 2) ? De plus, des propriétés foncières autres que les parcelles cultivées ont un rendement appréciable : les bois et les pâturages loués, de même que les étangs et sources thermales, que la classification fine de Plutarque distingue nettement des terres agricoles (texte 15), mais qu'il assimile, à cause de leur base foncière, aux ateliers de foulons et de production de poix (on peut imaginer que les "bois” déjà cités pouvaient être en partie au moins des résineux, premier maillon d'une “chaîne de production”), qui relèvent pour nous de l’artisanat, et, en tous cas, ne constituent plus des terres familiales mais des investissements.

23L’autre catégorie concerne les biens mobiliers, utilitaires ou d'agrément :

  • l'argenterie (texte 1) ;
  • les meubles (texte 13) ;
  • les œuvres d'art et les bibliothèques (Plut., Lucullus, 42.1-2) ;
  • les esclaves (texte 13 ; Plut., Caton, 21.1 et 7-8) ;
  • sans aucun doute aussi des espèces monétaires, qui jamais ne sont répertoriées à part mais qui apparaissent indirectement puisque les dettes et les emprunts, qui seront examinés plus loin, impliquent leur maniement.

Texte 15
Plut., Caton, 21.5
“Cependant, à mesure qu'il s'attachait plus âprement au gain, il regardait l'agriculture plutôt comme un passe-temps que comme une source de revenu. C'est pourquoi il investit ses capitaux dans des affaires solides et sûres : il acheta des étangs, des sources d'eaux thermales, des emplacements propres à l'industrie des foulons, des entreprises de production de poix, des terrains avec des pâturages naturels et des bois, toutes possessions d'où il tirait de grands profits, et que Jupiter lui-même, disait-il, ne pouvait endommager".

24On voit qu'il n'est pas aisé de décomposer les fortunes à partir de ces sources, assez peu concernées par des inventaires ; en revanche, on saisit assez clairement la façon dont on peut les faire évoluer, et selon quelle ligne directrice.

25Pour tous nos auteurs, le principe fondamental de la bonne gestion est élémentaire : il consiste essentiellement à conserver le patrimoine reçu, à ne pas le laisser s'amoindrir, dans le but, on l'a dit, de le transmettre intact à sa descendance. Mais il n'est ni nécessaire ni même souhaitable de l'accroître. L'alternative ne se pose pas entre la stratégie de sécurité et la stratégie de profit, ou plus exactement la seconde n'est pas une fin en soi. La ligne directrice est la modération évoquée d'Atticus ; à l’inverse, l'acharnement de Caton à accroître sa fortune lui vaut les critiques appuyées de Plutarque (texte 16). Cette question semble si essentielle aux yeux de Plutarque qu'il consacre un long développement (Caton, 31) à débattre de ce qui est préférable, – de l'avidité excessive de Caton qui mit sa famille à l'abri et lui permit de se maintenir à son rang légitime, ou de l'indifférence d'Aristide qui conduisit sa famille à une misère extrême et la raya définitivement de la vie publique. Ce choix se présente parce que des considérations morales peuvent – ou devraient – intervenir dans les décisions économiques, tous les moyens d'enrichissement ne sont pas acceptables. L'interdiction la plus communément énoncée est la non-participation à des adjudications condamnables car injustes (texte 19) ; il est aussi mal venu de profiter de son influence politique ou de celle de ses amis pour accroître sa fortune, en somme de faire passer l'appât du gain avant les relations sociales (texte 18).

Texte 16
Plut., Caton, 21.8
(Caton disait) “que ce n'est pas le fait d'un homme, mais d'une femme veuve de diminuer son bien... Il ose dire que l'homme admirable et divin et le plus digne de gloire c'est celui qui, après inventaire, laisse plus de biens acquis par lui que de biens hérités”.

30.2
“Il est certain que Caton n'administra pas moins habilement sa maison que la république, car non seulement il augmenta son avoir, mais encore il enseigna aux autres l'économie...”

Texte 17
C. N., Atticus, 6.3
“Aux ventes publiques des biens confisqués jamais il ne prit part. En aucun cas il n'accepta d'être caution d'un adjudicataire ni adjudicataire lui-même. Jamais il ne déposa d'accusations en son propre nom ni ne souscrivit à celles d'autrui. Il n'eut jamais aucun procès concernant ses biens, il ne fit partie d'aucun tribunal”, (voir Plut., Cicéron, 33.1 : personne ne veut acheter les biens de Cicéron mis aux enchères par Clodius).

Texte 18
C. N., Atticus, 12.2
“Alors que, par son influence auprès de lui (Antoine) (Atticus) pouvait augmenter sa fortune, il fut si étranger à l'amour de l'argent qu'il n'usa de son crédit que pour écarter pur des prières les dangers ou les ennuis qui menaçaient ses amis”.

26L'absolue nécessité d'une bonne gestion est indissociable de son caractère élémentaire. L'obligation de résultat est d'autant plus impérative que le moyen d'y parvenir est simple : il suffit de “régler ses dépenses non sur le montant de ses richesses mais sur les calculs de la raison” (texte 13) ; cette prescription est applicable par tous sans compétences ni initiatives particulières. La preuve en est que la manifestation la plus exemplaire retenue par Cornelius Nepos se limite à se contenter des esclaves nés à la maison, parfaitement préparés à leurs fonctions futures, mais sans considération de leur aspect physique, indifférent à leur compétence (texte 13 ; voir même remarque chez Plut., Caton, 4.5). Celui qui ne parvient pas à établir cet équilibre ne peut donc être que coupable, et coupable de gaspillage ; il se trouve dans cette situation par sa propre faute et doit donc non point être aidé, mais être empêché de se mal conduire, – au prix d'une action en justice suscitée par sa propre famille, si nécessaire (textes 6 : 14). Il est, sauf circonstances extraordinaires (quand il s'agit d’une femme présumée impuissante face à ce type de problèmes, textes 7 et 16), impardonnable d'échouer et d'aller à l'appauvrissement ou à la ruine, - qui ne suscitent pas la sympathie mais le mépris et la moquerie (texte 19).

Texte 19
V. M. 6.9.12
“Et Crassus, l'immensité de sa fortune ne lui lit-elle pas donner le titre de riche ? Mais dans la suite son indigence le fit flétrir du surnom hyperbolique et déshonorant de mangeur. En effet, ses biens, comme il ne pouvait payer la totalité des ses dettes, furent mis en vente par ses créanciers. Aussi ne lui épargna-t-on pas cette cruelle raillerie : lorsque, après sa ruine, il se promenait, ceux qui le rencontraient le saluaient du nom de riche". (60 a.C.)

27Puisqu'on répond de l'état de ses biens devant toute sa famille et devant la société, on doit en assurer personnellement la gestion ; dans tous les cas de figure, voyages, exil, il faut s'efforcer de s'en occuper soi-même (textes 20 ; 21). Si des circonstances exceptionnelles mettent dans l'impossibilité de s'impliquer directement et contraignent à user d'intermédiaires, il convient de choisir ceux-ci en fonction de leurs capacités, au besoin dans les rangs de ses ennemis, en faisant abstraction de toutes préventions personnelles (texte 22). Dans les faits, on utilise le truchement le plus pratique pour conduire ses affaires, au besoin pour contourner la réglementation ; ainsi. Caton se retranche derrière un de ses affranchis pour pratiquer le prêt maritime si décrié (Plut.. Caton, 21.6).

Texte 20
C. N., Atticus, 2.3
(Craignant les désordres de l'époque syllanienne, Atticus part pour Athènes). “Or. pour que ce lointain séjour à l'étranger ne nuisît pas à sa fortune, il emporta avec lui une grande partie de ses biens".

Texte 21
C. N., Atticus, 4.3
“En ce pays (Athènes), il lit un séjour de plusieurs années, donnant à sa fortune tous les soins que lui doit un chef de famille consciencieux...”

Texte 22
V. M. 4.2.6
“Caninius Gallus mérite une égale admiration dans le rôle d'accusé et dans celui d'accusateur : il épousa en effet la tille de C. Antonius contre lequel il avait provoqué une condamnation et il confia le soin de ses affaires à M. Colonius par qui il avait été condamné lui-même”. (60 a.C.)

28La bonne gestion n’interdit cependant pas les dépenses : la fortune est faite pour être utilisée, l'argent doit circuler, un sens de l'économie excessif n'est pas la frugalité louable des ancêtres, mais une avarice blâmable : quelles que soient les vertus qu'accumule Caton, Plutarque estime exagéré le principe selon lequel “ce dont on n’a pas besoin, ne le payât-on qu'un as, il le considérait comme trop cher” (Caton, 4.6) ; si on peut à la rigueur admirer sa retenue (il ne porte jamais un habit valant plus de 100 drachmes, il boit le même vin que ses ouvriers, ne mange jamais de plats coûteux, vend un tapis brodé dont il a hérité), quand il en arrive à se défaire de ses esclaves trop vieux pour ne pas avoir à les nourrir, cette mesure suscite l'indignation (4.6 ; 5).

29Il est non seulement légitime, mais indispensable de dépenser son patrimoine pour prendre sa place dans la vie publique, on l'a dit. On le dépense en libéralités, même désintéressées (texte 10), cette redistribution des richesses contribuant au bon fonctionnement de la société. Mais dépenser pour tenir son rang peut avoir des implications plus indirectes, comme se substituer à l’État qui ne remplit pas ses obligations (le paiement des rançons promises, textes 3 et 4), ou être contraint de participer à des collectes imposées par le détenteur du pouvoir ou destinées à en conquérir les bonnes grâces (textes 23 et 24). Tout spécialement aux époques troublées, les sollicitations, manifestations matérielles d’un soutien politique et amical, apparaissent fréquentes et pressantes. Les plus généreux (et les plus riches) peuvent et doivent venir en aide à leurs amis, hors de tout contexte de coercition, à titre bénévole, individuel et désintéressé, à l'image d'Atticus (textes 25 et 26). Ces obligations s'imposent socialement ; les considérer comme une invraisemblance pour des raisons économiques résulte d'une application déplacée d'un mode d'appréciation contemporain. Même si le corpus considéré exclut, on l'a dit, la réponse, on peut se demander ce que deviennent ces pratiques sous l’Empire. La domination impériale a rendu le système obsolète à Rome et au niveau de l'Empire, mais il s'est opéré une transposition, le même code suscitant les mêmes comportements s'est reporté au niveau de la vie municipale, - avec les mêmes obligations, les mêmes services rendus, mais adaptés aux aristocraties locales.

Texte 23
C. N., Atticus, 7.3
“D'ailleurs l'abstention d'Atticus plut tant à César qu'après sa victoire, alors qu'il imposait aux particuliers des contributions par lettres, à lui il ne causa aucun ennui”.

Texte 24
C. N., Atticus, 8.3
"L'idée vint à quelques uns de faire constituer une dotation personnelle aux meurtriers de César par les chevaliers ; cette mesure réussirait, pensaient-ils, si les personnages éminents de cet ordre avaient fourni de l'argent. C'est pourquoi C. Flavius, ami de Brutus, somma Atticus de prendre cette initiative. Mais lui, qui était prêt à rendre service à ses amis, mais non à entrer dans les querelles de parti et qui s'était toujours tenu à l'écart des agissements de ce genre, répondit que si Brutus voulait puiser dans ce qui lui appartenait, il pouvait le faire et vider ses coffres ; mais que pour l'affaire en question lui-même ne parlerait à personne ni ne verrait personne”.

Texte 25
C. N., Atticus, 8.6
“Lui qui, invité à joindre une contribution d'argent à celle des autres, l’avait refusé lors de la prospérité du parti, voyant Brutus tombé et sur le point de quitter l'Italie, lui lit envoyer 100 000 sesterces en cadeau ; de plus, lorsqu'il fut en Épire. il lui en lit de loin donner 300 000”.

Texte 26
C. N., Atticus, 4.4
“C'est ainsi qu'à Cicéron, dans tous ses dangers, il garda une remarquable fidélité ; au moment où l'orateur dut s'exiler, il reçut de lui 250 000 sesterces en cadeau”.

30Parallèlement, on se rappelle les réserves exprimées envers la façon de faire de Caton qui s'abstenait de toute dépense qui n'ait une utilité précise, même à titre personnel. La règle est d'adopter un train de vie en rapport avec son niveau social : mener une existence plaisante, habiter des demeures confortables, bien meublées, agrémentées d'un jardin, pouvoir s'abriter de la chaleur hors de Rome, près de la mer, se faire servir des repas soignés dans des plats raffinés (texte 1 : vaisselle d'argent à l'époque archaïque), posséder des esclaves compétents, goûter lu culture, bref, selon le mot de Cornelius Nepos, se montrer “élégant” (elegans, non magnificus, texte 13), tous ces éléments participent de l'image que les possédants doivent donner à leurs concitoyens ; une vie respectable n'est pas une vie de restriction, de privations et d'épargne (texte 13). La générosité désintéressée déjà évoquée envers l'ensemble de la société, et d’abord envers les amis ou les camarades politiques, ne doit pas s'exercer aux dépens de la vie privée ; seules les manifestations de luxe extrêmes replacées dans le contexte de leur époque sont à proscrire. C'est sous ce double angle, moral et matériel, qu'il faut considérer les diatribes contre le luxe : le propos moralisateur en est la ligne directrice, de sorte que se trouvent juxtaposés des comportements excessifs et dangereux financièrement comme celui de Sergius Orata, qui faisait édifier de spectaculaires piscines chaudes, celui du fils d'Aesopus, qui faisait fondre des perles dans ses boissons, ou celui, plus anodin et sans conséquence concrète, des femmes qui, à l'époque archaïque, approchaient de Rome sur un char à deux chevaux (texte 27). Même en tenant compte du décalage chronologique, les deux attitudes ne sont pas comparables. L'une est excessive à tous points de vue, l'autre ne l’est que sur le plan symbolique.

Texte 27
V. M. 9.1.1-6
[Du chapitre “sur le luxe et la débauche” n'ont été extraits que les passages apportant des précisions sur la nature ou le montant des dépenses privées.) “C. Sergius Orata fut le premier qui se mit à bâtir des bains suspendus. Ce luxe qui ne demanda d'abord que des dépenses modiques se développa jusqu'à faire établir comme des mers d'eau chaude suspendues dans les airs (vers 98 a.C.). Aesopus, l'acteur tragique, aurait dû donner son fils en adoption à un tel personnage (C. Sergius Orata) plutôt que de laisser sa fortune à ce jeune homme chez qui le goût du luxe était non pas un désordre, mais une frénésie. Il achetait, le fait est certain, à des prix extraordinaires de petits oiseaux qui n'avaient de valeur que par leur chant, et les servait sur sa table comme des becfigues ; il faisait dissoudre des perles du plus grand prix et mêlait ensuite cette solution à sa boisson. Il semblait impatient de se débarrasser au plus tôt d’un si riche héritage comme d'un fardeau insupportable. Ce vieux (C. Sergius Orata) et ce jeune dissipateur firent école et leurs sectateurs allèrent plus loin dans cette voie. (Suit une liste d’exemples, notamment du dérèglement des mœurs féminines après la seconde guerre punique). Les femmes souhaitaient que (la loi Oppia) tût rapportée, parce qu'elle leur défendait de porter des vêtements de diverses couleurs, d'avoir sur elles plus d'une demi-once d'or, d'approcher de Rome à moins de mille pas sur un char à deux chevaux, si ce n'était pour un sacrifice (196 a.C.). Cn. Domitius, au cours d'une discussion avec son collègue L. Crassus, lui reprocha d'avoir mis au portique de sa maison des colonnes de marbre du mont Hymette. “A quel prix, lui dit aussitôt Crassus, estimez-vous ma maison ? – A six millions de sesterces, répondit Domitius. – Que vaudrait-elle donc de moins à votre avis, si j’y faisais couper dix arbustes ? – Exactement trois millions de sesterces. – Eh bien, reprit Crassus, qui de nous aime le plus le faste, moi qui ai payé dix colonnes cent mille sesterces ou vous qui en donnez trois millions pour l'ombre de dix arbustes ?” (93 a.C. Le mal s'étend aux plus nobles familles. Même changement dans la famille des Curions). Le forum fut en effet témoin de l'austérité si honorable du père et des désordres du fils qui s'endetta de soixante millions de sesterces a outrager et à déshonorer la jeune noblesse de Rome”. (54 a.C.).

31Puisque dépenser est légitime, il faut, pour conserver son niveau de fortune, trouver des moyens de faire entrer des recettes. Dans le milieu concerné par les bibliographies, gagner de l'argent par un travail au sens où nous l’entendrions aujourd'hui est bien évidemment exclu ; le travail consiste en la gestion, la gestion des terres, de l’argent, des biens mobiliers, et en l'exercice des fonctions publiques.

32Même non rémunérées, les charges sont, en effet, une source de profits puisque le butin amassé en tant que mandataire de la collectivité est considéré comme une source d’enrichissement légitime : ceux qui le négligent, comme Caton, sont hors norme (Plut., Caton, 10.4 : il distribue le butin aux soldats, mais “pour lui-même on dit qu’il ne lui revint rien du butin, sauf ce qu'il avait bu et mangé”) ; que Paul Émile fasse à son gendre un don pris sur son butin (texte 28), que la fortune de Lucullus ait été considérablement renforcée par le butin de ses campagnes ne provoquent pas le moindre commentaire désapprobateur (Plut., Lucullus, 39.2 : 44). Encore le butin est-il pris sur l'ennemi, mais s'enrichir au cours de gouvernements provinciaux est tout aussi admissible puisque Caton en Sardaigne, Cicéron en Sicile et en Cilicie n'en tirant pas bénéfice sont présentés comme des exceptions (Plut., Caton, 6 ; Cicéron, 7.3 ; 36.3), puisqu'on s'émerveille du refus d'Atticus de saisir cette occasion d'augmenter son bien (textes 11 et 18).

Texte 28
V. M. 4.4.9
“La même famille (Aelia) ne posséda pas une once d'argent jusqu'au moment où Paul Emile, vainqueur du roi Persée, fit présent à Q. Aelius Tuberon, son gendre, de cinq livres d'argent prélevées sur le butin. Je ne veux point parler de ce fait que le premier personnage de la république donna sa fille en mariage à un homme dont il savait la famille si dépourvue de fortune”. (161 a.C.).

33La gestion immobilière est trop imbriquée dans la gestion mobilière pour qu'elles soient dissociées ici : l’achat de terrains à bâtir et l'édification de constructions sont évoqués par Cornelius Nepos à propos d'Atticus, pour l’agrément personnel plus que dans l’optique d’une spéculation semble-t-il, quoique celle-ci ne soit pas exclue (texte 13 : nemo illo minus fuit emax, minus aedificator). Les biens fonciers, sources de frais à l’achat, sont sources de revenus postérieurs, donc d'investissements (textes 2 ; 7 ; 15). Quoi qu’ait prétendu Caton (textes 15 et Plutarque, Caton, 25.1 :

Il s était appliqué à l'agriculture quand il était encore jeune et dans le besoin car il dit qu'il n'avait alors que deux moyens de se procurer des ressources, l'agriculture et l'épargne”).

34la part agricole n'est négligeable ni à l'époque archaïque (texte 2 ; 7), ni postérieurement. Atticus aurait tiré ses ressources essentielles de domaines à Rome et en Epire (texte 13 : Epiroticae et urbanae possessiones) ; Cornelius Nepos ne précise pas quelles sont ces ressources, mais on ne voit pas comment elles pourraient résulter d'autre chose que de la location de boutiques ou de logements à Rome, et ailleurs de l'exploitation agricole et des profits liés à la terre (location de bois, de prairies, récolte de résine pour la poix, dont on peut rapprocher, même si aucune de nos sources ne le mentionne, la transformation de l'argile en tuiles et en briques). Ces propriétés foncières qui rapportent ont une valeur double, immobilière et mobilière puisqu’elle génèrent des profits qui sont placés.

35Il en va de même pour une des transactions mobilières les plus souvent évoquées, le commerce des esclaves, qu'il faut payer mais qu’on peut revendre, même quand ils ne représentent plus une force de travail, à l’image de Caton se débarrassant des esclaves trop âgés pour être productifs. Ils constituent une source de revenus potentiels avec une plus-value importante surtout si on les négocie après les avoir formés, comme Caton qui achetait bon marché de très jeunes prisonniers de guerre qu'il dressait et qui hébergeait même une sorte de centre d'apprentissage puisqu'il prêtait à ses domestiques de quoi acheter de jeunes esclaves, revendus, après éducation, avec un bénéfice sur lequel il prélevait sa part en nature (Plut., Caton, 21.1 et 7). Si ce négoce servile est banal, il semble, en revanche, moins courant de tirer profit de ses esclaves en taxant leurs rapports sexuels, comme le faisait Caton encore une fois pris en délit de cupidité excessive (21.3).

36Les dettes, très fréquemment mentionnées et étudiées, sont beaucoup plus présentes que le commerce des esclaves : le prêt et l'emprunt apparaissent comme le pivot de la circulation des biens dans l'économie privée. Les traits les plus frappants sont leur généralisation dans la seule sphère du privé, hors du circuit professionnel, et leur constance ; les mêmes prêtent et empruntent au même moment. Il est louable de prêter (texte 9), l'État prête (texte 29) et emprunte (texte 9), le prêt est un moyen honorable d'enrichissement (texte 9), il se pratique à l'intérieur du cercle amical, du cercle familial (Caton prête à ses domestiques et emprunte à travers eux), c'est même un devoir ; jamais on ne cite le fait de ne pas emprunter parmi les qualités, prêter est un devoir d'amitié et il est admis d'emprunter dans les limites du raisonnable. On n'entre dans la sphère du répréhensible que lorsqu'on ne rembourse pas ses dettes sans en être empêché par un motif valable ou lorsqu’on transforme le prêt en usure (à laquelle est assimilé le prêt maritime, Plut., Caton, 21.6 “il pratiqua aussi l'usure la plus décriée, le prêt maritime" par l'intermédiaire de son affranchi Quintio) ou lorsqu'on prête dans des conditions telles que le débiteur ne pourra pas rembourser : accepter qu’il dépasse le terme n'est pas lui rendre service mais le laisser se mettre en danger (texte 9). Un homme public se doit d'assumer les conséquences des dettes contractées par ceux auxquels il a été lié, même sur un mode conflictuel (texte 30). Un homme privé mais ayant une position sociale, comme Atticus, prête à des collectivités (texte 9), à des individus, à des amis, en y trouvant un bénéfice quand il réclame un intérêt mais aussi bénévolement (texte 31) ; il fait même des dons (textes 25 et 26), mais qui peuvent être des investissements puisqu'il se crée ainsi des obligés qui lui prêteront à l'occasion à des conditions avantageuses, ou auxquels il prêtera avec des intérêts conséquents. Vue l’ampleur de ces transactions privées, il n'est donc pas surprenant que l'État intervienne : pour que l'autorité des magistrats ne soit pas détournée afin de soustraire un particulier aux obligations qu'il a contractées (texte 5), pour payer des dettes qui compromettent une position sociale (texte 8), mais aussi pour garantir des prêts (texte 29).

Texte 29
V. M. 4.4.7
“Aussi vastes étaient les domaines de L. Quinctius Cincinnatus. Il posséda en effet sept arpents de terre. Il en engagea trois à l'égard du trésor public en faveur d'un ami et les perdit, ayant dû payer l'amende de cet ami. Il paya aussi sur le revenu de ce petit champ une amende prononcée contre son Iris Caeson pour n'avoir pas comparu au jour de l'assignation" (459 a.C.).

Texte 30
V. M. 6.2.11
“Il osa s'adresser au divin Jules, déjà victorieux de tous ses ennemis, un jour que celui-ci rendait la justice sur le forum, en ces termes : “C. Jules César, je me suis rendu caution pour le grand Pompée, autrefois ton gendre, alors consul pour la troisième lois, d'une somme d'argent que l'on me réclame aujourd'hui. Que faut-il faire ? Dois-je payer ?” En lui reprochant ainsi en public et ouvertement la vente des biens de Pompée, il méritait d'être chassé du tribunal. Mais ce héros au grand cœur, qui était plus que la bonté, fit acquitter sur son trésor particulier la dette de Pompée”, (vers 46 a.C.).

Texte 31
C. N., Atticus, 9.5
“Cette femme (Fulvie) avait acheté un domaine au temps de sa prospérité avec un délai fixé pour s'acquitter et, depuis ses revers, il ne lui était plus possible de contracter l'emprunt nécessaire au paiement ; lui (Atticus) intervint et prêta l'argent sans intérêt et sans contrat, croyant gagner beaucoup en prouvant qu'il était doué de mémoire et de reconnaissance en montrant que ce n'était pas des fortunes mais des personnes qu'il était l'ami".

37Il faut enfin considérer ensemble deux modes de circulation des patrimoines qui ne sont pas des opérations commerciales ou financières en tant que telles mais auxquels leur caractère banal confère un rôle essentiel : la dot et l'héritage. La dot n'est qu'un sous-produit du mariage ; son montant résulte d'une décision privée, non soumise à réglementation mais à négociation. Elle est donc aisément sujette à des manœuvres spéculatives qui en infléchissent le principe : on se marie pour récupérer la dot d'une femme de moralité douteuse ou d'âge inapproprié ; Cicéron est soupçonné d'avoir choisi sa seconde épouse, en dépit de son extrême jeunesse, pour, à travers sa dot, mettre la main sur l’héritage qu'elle avait fait parce qu'il en avait assumé la gestion d'une façon si douteuse qu'il voulait le masquer (texte 35 ; Plut., Cicéron. 41.4-6). La collectivité n'intervient que pour réguler la circulation de la dot : pour en imposer le versement et la restitution en cas de divorce (texte 35). Il est difficile d'évaluer dans quelle mesure cette circulation de biens est limitée par l'endogamie, qui conserve le patrimoine à l'intérieur du cercle familial. On sait que, pour l'héritage, elle l'est par la priorité donnée à la permanence familiale qui pousse à surmonter ses préventions et à léguer sa fortune à un descendant présentant tous les risques de la dilapider (texte 34). Mais, mis à part ce cas où la transmission entre alliés est la même pour la dot et l’héritage, l’héritage crée des circuits plus étendus puisqu'on peut choisir son héritier. Sous une apparence commune, les modes de transmission de l'héritage n’ont pas la même portée économique selon qu'il reste dans un cercle familial proche ou qu'il en sort ; dans le premier cas la donne sociale et financière globale n'est pas redistribuée, dans le second si. Procédé d'enrichissement fréquent et massif, l'héritage concrétise des relations amicales, hors de liens parentaux, donc résultant de décisions tout à fait individuelles (textes 13 ; 32). Au lieu d'être, comme la dot, objets de marchandage patent et admis, les héritages et legs sont justifiés par les qualités morales du bénéficiaire (il en fera bon usage car il le mérite comme le montre son comportement), d'où le caractère équitable de cette opulence passivement acquise (texte 32). L'accumulation des héritages aux mains d'Atticus, qui n'en avait nul besoin puisqu'il avait été très amplement pourvu à la mort de son père, est le signe de ses éminentes qualités morales ; personne ne la lui reproche ou n'y voit preuve de manigances ; toute sa vie, comme Lucullus avait amassé du butin grâce à ses victoires donc à ses capacités, Atticus amassa des héritages et des legs de parents et d'amis, qui étaient censé récompenser ses vertus (textes 13 ; 32) ; il n'y a aucune contradiction entre sa légendaire frugalité et cet amoncellement de biens dont il n'avait nul besoin et. théoriquement, nul usage. Si ce large mode de circulation des patrimoines, source potentielle d'enrichissement considérable, est commun, admis et normal, c’est parce qu'il déborde (au point d'en être totalement dissocié) le registre matériel pour devenir un symbole de relations sociales ; par là, il se distingue de la dot qui n'est qu'un accessoire financier de l’acte social qu'est le mariage, alors que pour l'héritage c'est l'inverse, il s'agit d'un geste social qui se traduit par une cession de biens. Caton tranchait sur ses contemporains lorsqu'il désapprouvait ces héritages hors ligne directe parce qu'il les jugeait immérités, à l'inverse des biens acquis par l'effort (texte 16) ; cette conception qui nous paraît plus moderne suscite l'indignation de Plutarque. L'héritage n'est condamnable que s'il a été illégalement acquis, c'est-à-dire détourné, avec participation active ou passive des bénéficiaires dans la fraude (texte 33), ou s’il est dilapidé, si l'usage qu'en fait l'héritier dément les qualités qui ont justifié son choix (texte 14) : dans ce dernier cas. l'État peut s'interposer pour empêcher la dilapidation de l'héritage ; sans déposséder l'héritier, il se substitue à lui (texte 6).

Texte 32
C. N.. Atticus, 5.2
“Car (parce qu'il est gentil) Caecilius en mourant le (Atticus) fit par testament son fils adoptif et le constitua son héritier pour les trois quarts. Cet héritage se montait à environ dix millions de sesterces”

21.1
“C'est ainsi qu’Atticus atteignit l'âge de 77 ans. et. jusqu'à cette extrême vieillesse vit continuellement grandir sa situation, son importance et son bonheur (il récolta en effet beaucoup d'héritages sans les devoir à autre chose qu'à ses qualités)”, [Il a ainsi multiplié sa fortune par cinq].

Texte 33
V. M. 9.4.1
“Un homme fort riche, M. Minucius Basilus. étant mort en Grèce, un faussaire supposa un testament de lui et, pour que la validité n'en fût pas contestée, il eut soin d'inscrire au nombre des héritiers deux des personnages les plus puissants de notre république, M. Crassus et Q. Hortensius, qui n'avaient jamais connu Minucius. La fraude était manifeste ; mais avides d'argent l'un et l’autre, ils ne refusèrent pas le profit que leur apportait le crime d’autrui”.

Texte 34
V. M. 5.9.2
“Les sentiments dénaturés de ce fils lui (Q. Hortensius) inspiraient une telle méfiance et sa perversité une telle aversion que, dans un procès pour brigue, où il défendait Messala, fils de sa sœur dont il voulait faire son héritier, il dit aux juges : “Si vous le condamnez, il ne me restera plus d'autre consolation que les caresses de mes petits-fils". Ces paroles insérées même dans l'édition qu'il donna de son plaidoyer, témoignaient évidemment que son fils faisait son tourment plutôt que ses délices. Néanmoins, pour ne pas troubler l'ordre de la nature, il laissa son héritage à son fils, et non à ses petits-fils. Il sut ainsi dominer ses impressions : pendant sa vie il manifesta son véritable sentiment pour les mœurs de son fils et à sa mort il eut pour son propre sang les égards qui sont dus”. (52 a.C.)

Texte 35
V. M. 8.2.3
“C. Titinius, de Minturnes, avait répudié pour adultère sa femme Fannia qu’il avait épousée par calcul malgré son dévergondage et il cherchait à la dépouiller de sa dot. Marius fut choisi pour arbitre. L'affaire ayant été exposée en présence des deux parties, il prit Titinius à part, lui conseilla de se désister et de rendre la dot à sa femme. Il réitéra ce conseil à plusieurs reprises et toujours inutilement. Pressé d'ailleurs par Titinius de prononcer sa sentence, il condamna Fannia pour dérèglement à une amende d'un sesterce et Titinius à la restitution intégrale de la dot. Cette décision, déclara-t-il, était motivée par la conviction où il était que Titinius n'avait recherché l'alliance de Fannia malgré sa conduite déréglée qu'avec l’intention de lui prendre son patrimoine”. (101 a.C.)

38Un certain nombre d'éléments de la prise de décision économique privée n'apparaissent pas ou que peu dans les biographies, notamment les rouages techniques, les rémunérations, les relations avec les professionnels ou une analyse fine des composantes de la fortune. Mais elles énoncent assez de détails concrets, de données chiffrées pour permettre d'approcher la réalité, et elles accordent une place essentielle aux hommes, de sorte qu'on voit quels sont les partenaires de ces opérations économiques : les représentants de la collectivité, les autres aristocrates (sans différence, ni idéologique ni matérielle, entre les chevaliers et les sénateurs), mais aussi très largement les domestiques, affranchis ou esclaves, qui ne jouent pas seulement un rôle passif. Ce réalisme vient de ce que le domaine économique, notre propos, est indissociable du domaine social et moral, le propos des biographies : on prend des décisions financières et patrimoniales non seulement en fonction de ses intérêts ou de ses goûts, mais aussi – surtout – en fonction de sa place sociale et des attentes qu'elle suscite de la part de la collectivité. Cette image sociale est aussi contraignante que la loi – qui ne semble pas déterminante car elle est contournable. Le privé n'est pas géré par le public, au sens de "l'État", mais les prises de décision sont conditionnées dans une large mesure par des contraintes publiques, dans le sens de contraintes “sociales et morales”. Ainsi, l'enrichissement est la rançon normale d'une attitude saine envers la richesse, la ruine est une tare morale née de l'insouciance ou de l'inconscience. La frontière entre les activités économiques des notables et celles des professionnels ne tient pas tant à des considérations matérielles (pas de travail effectif, pas de lieu de travail comme une boutique ou un atelier...) qu'à ces attentes sociales et morales qui brident les premières. C'est le grand enseignement de ces textes ; le contrôle social n'autorise pas le "désir effréné de faire des bénéfices”, qui brouillerait l'image que se doivent de donner ces élites, mais il les contraint à s'impliquer dans la gestion de leur patrimoine. Cette mise en évidence de la part du symbolique dans un domaine qu'on aurait conçu comme purement matériel constitue l’apport le plus remarquable de ces biographies.

Sources

39Les textes et les traductions sont repris de

40— Cornelius Nepos, texte et traduction, par A.-M. Guillemin, éd. Belles Lettres, Paris. 1923.

41— Plutarque, Vies, V, Caton l'Ancien, 1969 ; VII. Lucullus, 1972 ; XII, Cicéron, 1976, texte et traduction, par R. Flacelière et E. Chambry, éd. Belles Lettres, Paris.

42—Valère Maxime, texte et traduction, par P. Constant, éd. Garnier, Paris, 1935.

Texte 1
V. M. 2.9.4
Quid de Fabricii Luscini censura loquar ? narravit omnis aetas et deinceps narrabit ab eo Cornelium Rufinum, duobus consulatibus et dictatura speciosissime functum, quoti decem pondo vasa argentea comparasset, perinde ac malo exemplo luxuriosum, in ordine senatorio retentum non esse.

Texte 2
V. M. 8.6.3
C. vero Licinius Stolo, cuius beneficio plebi petendi consulatum potestas facta est, cum lege sanxisset ne quis amplius quam quingenta agri iugera possideret, ipse mille comparavit dissimulandique criminis gratia dimidiam partem filio emancipavit. Quam ob causam a M. Popilio Laenate accusatus primus sua lege cecidit.

Texte 3
V. M. 3.8.2
Pecuniam pro captivis Hannibali muneraverat ; fraudatus ea publice tacuit.

Texte 4
V. M. 4.8.1
Quae Fabio Maximo tot ante saecula parvam pecuniae summam erogatam ad hoc usque tempus laudabilem fecit. Captivos ab Hannibale interposita pactione nummorum receperat : qui cum a senatu non praestarentur, misso in Urbem filio, fundum, quem unicum possidebat, vendidit, eiusque pretium Hannibali protinus numeravit. Si ad calculos revocetur, parvum, utpote septem iugeribus, et hoc in Pupinia addictis, redactum ; si animo ponderetur erogantis, omni pecunia maius. Se enim patrimonii quam patriam fidei inopem esse maluit.

Texte 5
V. M. 6.5.4
Magnam laudem et illud collegium tribunorum tulit, quod, cum unus ex eo L. Cotta fiducia sacrosanctae potestatis creditoribus suis nollet satisfacere, decrevit, si neque solveret pecuniam neque daret cum quo sponsio fieret, se appellantibus eum creditoribus auxilio futurum, iniquum ratum maiestatem publicam privatae perfidiae obtentui esse. Itaque Cottam in tribunatu quasi in aliquo sacrario latentem tribunicia inde iustitia extraxit.

Texte 6
V. M. 3.5.2
Cuius ut cetera flagitia obliterentur, tamen abunde illo dedecore mores nudari possunt, quod ei Q. Pompeius praetor urbanus paternis bonis interdixit, neque in tanta civitate qui illuti decretum reprehenderet inventus est ; dolenter enim homines ferebant pecuniam quae Fabiae gentis splendori servire debebat, flagitiis dissici. Quem ergo nimia patris indulgentia heredem reliquerat, publica severitas exheredavit.

Texte 7
V. M. 4.4.6
Prorogatum sibi ob bene gestas res in proximum annum imperium cognosset (Atilius Regulus), consulibus scripsit villicum in agello, quem septem iugerum in Pupinia habebat, mortuum esse, occasionemque nactum mercennarium amoto inde rustico instrumento discessisse ; ideoque petere ut sibi successor mitteretur, ne deserto agro non esset unde uxor et liberi sui alerentur. Quae postquam senatus a consulibus accepti, et agrum Atilii illico colendum locari et alimenta coniugi eius ac liberis praeberi resque, quas amiserat, redimi publice iussit.

Texte 8
V. M. 2.2.8
Continentiaeque tantum tribuebatur, ut multorum aes alienum, quia provincias sincere administraverant, a senatu persolutum sit : nam quorum opera publicam auctoritatem splendorem suum procul obitnuisse videant, eorum dignitatem domi collabi indignum sibique deforme esse abitrabantur.

Texte 9
C. N., Atticus, 2.4-5
Saepe suis opibus inopiam eorum publicam levavit. Cum enim versuram facere publice necesse esset neque eius condicionem aequam haberent, semper se interposuit, atque ita ut neque usuram iniquam ab iis acceperit neque longius quam dictum esset debere passus sit. 5 Quod utrumque erat iis salutare ; nam neque indulgendo inveterascere eorum aes alienum patiebatur neque multiplicandis usuris crescere.

Texte 10
C. N., Atticus, 2.6
Auxit hoc officium alia quoque liberalitate : nam universos frumento donavit, ita ut singulis seni modii tritici darentur, qui modus mensurae medimnus Athenis appellatur.

Texte 11
C. N., Atticus, 6.4
Honore fuerit contentus, rei familiaris despexerit fructum.

Texte 12
V. M. 4.3.9
Atque huic animi eius indicio Q. Fabius Gurges, Numerius Fabius Pictor, Q. Ogulnius subscripserunt : qui, legati ad Ptolomaeum regem missi, munera, quae ab eo privatim acceperant, in aerarium, et quidem prius quam ad senatum legationem referrent, detulerunt, scilicet de publico ministerio nihil cuiquam, praeter laudem bene administrati officii, accedere debere indicantes.

Texte 13
C. N., Atticus, 13.1-7
Neque vero ille uir minus bonus pater familias habitus est quam civis. Nam cum esset pecuniosus, nemo illo minus fuit emax, minus aedificator. Neque tamen non in primis bene habitavit omnibusque optimis rebus usus est. 2 Nam domum habuit in colle Quirinali Tamphilianam, ab avunculo hereditate relictam cuius amoenitas non aedificio, sed silva constabat ; ipsum enim tectum antiquitus constitutum plus salis quam sumptus habebat : in quo nihil commutavit, nisi si quid vetustate coactus est. 3 Vsus est familia, si utilitate indicandum est, optima, si forma, vix mediocri. Namque in ea erant pueri litteratissimi, anagnostae optimi et plurimi librarii, ut ne pedisequus quidem quisquam esset qui non utrumque liorum pulchre facere posset, pari modo artifices ceteri, quos cultus domesticus desiderat, apprime boni. 4 Neque tamen horum quemquam nisi domi natum domique factum habuit, quod est signum non solum continentiae, sed etiam diligentiae. Nam et non intemperanter concupiscere quod a plurimis videas continentis debet duci, et potius industria quam pretio parare non mediocris est diligentiae. 5 Elegans non magnificus, splendidus, non sumptuosus ; omnisque diligentia munditiam, non affluentiam affectabat. Supellex modica/non multa] ut in neutram partem conspici posset. 6 Nec praeteribo, quamquam nonnullis leve visum iri putem, quod quoin in primis lautus esset eques Romanus et non parum libéraliter domum suam omnium ordinum homines invitaret, scimus non amplius quam terna milia aeris peraeque in singulos menses ex ephemeride eum expensum sumptui ferre solitum. 7 Atque hoc non auditum sed cognitum praedicamus saepe enim propter familiaritatem domesticis rebus interfuimus.

43[la traduction de potius industria quam pretio parare non mediocris est diligentiae “s'assurer le nécessaire par son travail plutôt que par son argent prouve de sérieuses qualités d'économie” est inadaptée ; il faut comprendre “application”, “attention portée à la gestion” !

14.1-3
Nemo in convivio eius aliud acroama audivit quam anagnosten, quod nos quidem iucundissimum arbitramur  ; neque umquam sine aliqua lectione apud eum cenatum et, ut non minus animo quam ventre conviuae delectarentur  ; 2 namque eos vocabat quorum mores a suis non abhorrerent. Cum tanta pecuniae facta esset accessio, nihil de cotidiano cultu mutavit, nihil de vitae consuetudine, tantaque usus est moderatione ut neque in sestertio viciens, quod a patre acceperat parum se splendide gesserit neque in sestertio centies affluentius vixerit quam instituerat, parique fastigio steterit in utraque fortuna. 3 Nullos habuit hortos, nullam suburbanam aut maritimam sumptuosam villam, neque in Italia, praeter Arretinum et Nomentanum, rusticum praedium omnisque eius pecuniae reditus constabat in Epiroticis et urbanis possessionibus. Ex quo cognosci potest usum eum pecuniae non magnitudine, sed ratione metiri solitum.

Texte 14
V. M. 8.6.1
C. Licinius cognomine Hoplomachus a praetore postulavit ut patri suo bonis tanquam ea dissipanti interdiceretur. Et quidem, quod petierat, impetravit ; sed ipse parvo post tempore, mortuo sene, amplam ab eo relictam pecuniam latifundiaque festinanter consumpsit. A vicissitudine poenae afuit, quoniam hereditatem absumere quam heredem maluit tollere.

Texte 17
C. N., Atticus, 6.3
Ad hastam publicani numquam accessit. Nullius rei neque praes neque manceps factus est. Neminem neque suo nomine neque subscribens accusavit, in ius de sua re numquam, iit, indicium nullum habuit.

Texte 18
C. N., Atticus, 12.2
Cuius gmtia cum augere possessiones posset suas, tantum afuit a cupiditate pecuniae, ut nulla in re usus sit ea nisi indeprecandis amicorum aut periculis aut incommodis.

Texte 19
V. M. 6.9.12
Quid ? Crasso nonne pecuniae magnitudo locupletis nomen dedit ? 3sed eidem postea inopia turpem decoctoris superlationem iniunxit, siquidem bona eius a creditoribus, quia solidum praestare non poterat, venierunt. Itaque amara sugillatione non caruit ; cum egens ambularet, dives ah occurrentibus salutabatur.

Texte 20
C. N., Atticus. 2.3
Ac ne illa peregrinatio detrimentum aliquod afferret rei familiari, eodem magnam partem fortunarum traiecit suarum.

Texte 21
C. N., Atticus, 4.3
Hic complures annos moratus, cum et rei familiari tantum operae daret quantum non indiligens deberet pater familias.

Texte 22
V. M. 4.3.6
Caninius autem Gallus reum pariter atque accusatorem admirabilem egit, et C. Antonii, quem damnaverat, filiam in matrimonium ducendo et M. Colonium, a quo damnatus fuerat, rerum suarum procuratorem habendo.

Texte 23
C. N., Atticus, 7.3
Attici autem quies tanto opere Caesari fuit grata ut Victor, cum privatis pecunias per epistulas imperaret, huic non solum molestus non fuerit.

Texte 24
C. N., Atticus, 8.3
Excogitatum est a quibusdam, ut privatum aerarium Caesaris interfectoribus ab equitibus Romanis constitueretur. Id facile effici posse arbitrati sunt, si principes eius ordinis pecunias contulissent. Itaque appellatus est a C. Flavio, Bruti familiari, Atticus, ut eius rei princeps esse vellet. 4. At ille, qui officia amicis praestanda sine factione existimaret semperque a talibus se consiliis removisset, respondit : si quid Brutus de suis facultatibus uti voluisset, usurum quantum eae paterentur, sed se neque cum quoquam de ea re collocuturum neque coiturum.

Texte 25
C. N., Atticus, 8.6
Qui pecuniam simul cum ceteris conferre volverat florenti illi parti, abiecto Bruto Italiaque cedenti HS centum milia muneri misit, eidem in Epiro absens trecenta iussit dari.

Texte 26
C. N., Atticus. 4.4
Sicut Ciceroni in omnibus eius periculis singularem fidem praebuit ; cui ex patria fugienti HS ducenta et quinquaginta milia donavit.

Texte 27
V. M. 9.1.2-6
1 C. Sergius Orata pensilia balinea primus facere instituit. Quae impensa a levibus initiis coepta ad suspensa calidae aquae tantum non aequora penetravit. 2 Huic nimirum magis Aesopus tragoedus in adoptionem dare filium suum quam bonorum suorum haeredem relinquere debuit, non solum perditae, sed etiam furiosae luxuriae iuvenem. Quem constat cantu commendabiles aviculas immanibus emptas pretiis pro ficedulis ponere acetoque liquatos magnae summae uniones potionibus aspergere solitum, amplissimum patrimonium tanquam amaram aliquam sarcinam quam celerrime abiicere cupientem. Quorum alterius senis, alterius adulescentis sectam secuti longius manus porrexerunt... 3 (Legem Oppiam) feminae tolli cupiebant, quia his nec veste varii coloris uti « auri plus semunciam habere nec iuncto vehiculo propius urbem mille passus nisi sacrificii gratia vehi permittebat... 4 Cn. Domitius L. Crasso collegae suo altercatione orta obiecit, quod columnas Hymettias in porticu domus haberet. Quem continuo Crassus, quanti ipse domum suam aestimaret interrogavit. Atque, ut respondit, sexagies sestertio. - Quanto ergo eam, inquit, minoris fore existimas, si decem arbusculas inde succidero ? - Ipso tricies sestertio, ait Domitius. Tunc Crassus : Uter igitur luxuriosior est ? Egone, qui decem columnas centum milibus nummum emi : an tu, qui decem arbuscularum umbram tricies sestertii summa compensas ?... 6 Consimilis mutatio in domo Curionum exstitit, siquidem forum nostrum et patris gravissimum supercilium et filii sexcenties sestertium aeris alieni aspexit, contractum famosa iniuria nobilium iuvenum.

Texte 28
V. M. 4.4.9
Eadem gens (Aelia) nullum ante scripulum argenti habuit quam Paulus, Perse rege devicto, Q. Aelio Tuberoni genero suo quinque pondo argenti ex praeda donaret ; taceo enim quod princeps civitatis filiam ei nuptum dedit, cuius penates tam ieiunos pecunia videbat.

Texte 29
V. M. 4.4.7
Aeque magna latifundia L. Quinctii Cincinnati fuerunt. Septem enim iugera agri possedit : ex bisque tria, quae pro amico ad aerarium subsignaverat, multae nomine amisit. Poenam quoque pro filio Caesone, quod ad causam dicendam non occurrisset, huius agelli reditu solvit.

Texte 30
V. M. 6.2.1 1
(Servius Galba) divum Iulium consummatis victoriis in foro ius dicentem in hunc modum interpellare sustinuit : "C. Iuli Caesar, pro Cn. Pompeio Magno, quondam genero tuo, in tertio eius consulatu pecuniam spopondi, quo nomine nunc appellor. Quid agam ? dependam ?” Palam atque aperte ei bonorum Pompeii venditionem exprobando ut a tribunali submoveretur meruerat : sed illud ipsa mansuetudine mitius pectus aes alienum Pompeii ex suo fisco solvi iussit.

Texte 31
C. N., Atticus, 9.5
Quin etiam illa fundum secunda fortuna emisset in diem neque post calamitatem versuram facere potuisset, ille se interposuit pecuniamque sine faenore sineque ulla stipulatione credidit, maximum existimans quaestum memorem gratumque cognosci simulque aperire se non fortunae, sed hominibus solere esse amicum.

Texte 32
C. N.. Atticus, 5.2
Caecilius enim moriens testamento adoptavit eum heredemque fecit ex dodrante ; ex qua hereditate accepit circiter centies sestertium.

21.1
Tali modo cum VII et LXX annos complesset atque ad extremam senectutem non minus dignitate quam gratia fortunaque crevisset (multasenim hereditates nulla alia re quam bonitate consecutus est).

Texte 33
V. M. 9.4.1
Cum admodum locupleti M. Minucio Basilo falsum testamentum quidam in Graecia subiecisset eiusdemque confirmandi gratia potentisimos civitatis nostrae viros, M. Crassum et Q. Hortensium, quibus Minucius ignotus fuerat, tabulis haeredes inseruisset, quanquam evidens fraus erat, tamen uterque pecuniae cupidus facinoris alieni munus non repudiavit.

Texte 34
V. M. 5.9.2
(Q. Hortensius) cum enim eo usque impietatem eius suspectam et nequitiam invisam haberet, ut Messalam suae sororis filium heredem habiturus, ambitus reum defendens indicibus diceret, “si illum damnassent, nihil sibi praeter osculum nepotum in quo acquiesceret, superfuturum”, hac scilicet sententia, quam etiam editae orationi inseruit, filium potius in tormentis animi quam in voluptatibus reponens, tamen, ne naturae ordinem confunderet, non nepotes, sed filium heredem reliquit moderate usus affectibus suis, quia et vivus moribus eius verum testimonium et mortuus sanguini honorem debitum reddidit.

Texte 35
V. M. 8.2.3
Nam, cum C. Titinius Minturnensis Fanniam uxorem, quam impudicam de industria duxerat, eo crimine repudiatam dote spoliare conaretur, sumptus inter eos index in conspectu habita quaestione seductum Titinium monuit ut incepto desisteret ac mulieri dotem redderet. Quod cum saepius frustra fecisset, coactus ab eo sententiam pronuntiare mulierem impudicitiae ream sestertio nummo, Titinium summa totius dotis damnavit, praefatus “idirco se hunc indicandi modum secutum, quod liqueret sibi Titinium patrimonio Fanniae insidias struentem impudicae coniugium expetisse”.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540