Version classiqueVersion mobile

Mentalités et choix économiques des Romains

 | 
Jean Andreau
, 
Jérôme France
, 
Sylvie Pittia

Première partie. Prise de décision et grandes stratégies économiques

L’influence des liens de parenté sur la prise de décision économique : le cas des Tullii Cicerones

Sylvie Pittia

Texte intégral

  • 1 Pour les éditions du texte, nous avons eu recours aux instruments de travail suivants : Constans e (...)
  • 2 Dixon 1986.

1Le corpus exploité pour les besoins de cette enquête est celui de la correspondance cicéronienne1. L’interrogation porte sur l’existence de liens entre les affaires patrimoniales ou financières des Tullii Cicérones, spécialement entre Marcus et son frère Quintus, et sur l’influence que peut avoir la parenté dans la prise de décision à caractère économique. La faible quantité de données concernant les autres membres de la gens, l'incertitude de certains liens de parenté, amènent à considérer séparément les renseignements que nous possédons sur les autres Tullii Cicerones. Nous avons laissé de côté les affaires financières concernant les femmes, tout spécialement l’épouse et la fille de Cicéron. Elles ont été davantage traitées, tout spécialement par S. Dixon2, qui a centré son enquête sur la dot, et l’a fait plus largement porter sur la contribution économique de l’épouse au patrimoine d’un sénateur, sur son rôle et ses devoirs dans la prise en charge économique des enfants.

  • 3 Lichtenberger 1895.
  • 4 Früchtl 1912. Quelques pages sont spécifiquement consacrées à Quintus (89-92).
  • 5 Carcopino 1947. Voir spécialement 1.306. n. 2 : “Il y aurait tout un chapitre à écrire avec la Cor (...)
  • 6 Shatzman 1975. Pour les notices, voir 403-427.
  • 7 Adami 1942 ; Drumann & Grotte 19292 (spéc. 659-662 sur son patrimoine) ; Mac Dermott 1971 ; Münzer (...)
  • 8 Plut.. Cicero. 8.6 ; 20.3 ; 33.4 ; 47-49 ; Caesar. 24 ; Suét., Diuus Iulius, 14.2 ; Aug., 3.2 ; Ap (...)

2La bibliographie sur les finances et le patrimoine des Tullii Cicerones comporte essentiellement des études sur les affaires respectives des deux frères. La principale recherche sur le patrimoine de Marcus reste la monographie d’A. Lichtenberger, qui a enquêté sur la composition et l'étendue de ce patrimoine, et surtout en a suivi les acquisitions et les diminutions. Le mérite essentiel de cette étude, outre qu’elle regroupe avec minutie les données disponibles sur la gestion, est de souligner combien le patrimoine se recompose, combien grands sont les écarts de fortune en particulier au cours des vingt dernières années de la vie de Cicéron3. Il ne faut pas négliger de revenir au livre ancien mais toujours précieux d'A. Früchtl, qui traite des affaires de Quintus à la suite de celles de son frère, souligne qu'elles sont de même nature, que Quintus, tout comme son aîné, n'était pas un financier de métier, mais prêtait ou empruntait selon les circonstances4. La monographie de J. Carcopino, quant à elle, est d'un faible intérêt sur le sujet : dans le chapitre III, consacré à la “vie de famille inconsistante”, l’auteur s'arrête seulement sur Cicéron comme mari, père et beau-père, mais la relation entre les frères est éludée5. Plus récemment. I. Shatzman a mené une étude générale sur la richesse et les patrimoines des sénateurs, avec des notices individuelles où les connaissances sur les patrimoines des deux frères sont commodément rassemblées mais juxtaposées6. Parmi les monographies consacrées à Quintus, aucune ne porte à proprement parler sur les affaires patrimoniales : le rôle politique et militaire du frère, son exécution dans le cadre des proscriptions sont davantage mis en valeur7. Les sources antiques elles-mêmes, outre la correspondance cicéronienne, ne nous sont pas d’un grand secours sur les affaires privées8.

  • 9 Andreau 1990.
  • 10 Andreau 1990, 509 ; 518 ; 520-521 (spécialement sur les frères Cicéron) ; 524.
  • 11 Cic., Ad Atticum. 1.5.2 (fratrem minorem) : Ad Quintum fratrem. 1.3.3 (<aetate> prope aequalem). M (...)
  • 12 Stinchcomb 1932 défend au contraire l'image d'un Quintus impliqué dans la vie intellectuelle de so (...)

3C'est le colloque sur “Parenté et stratégies familiales” qui finalement a suscité l’examen de cette question et tout spécialement l’article de J. Andreau9. L’auteur y soulignait que dans les domaines patrimonial et financier, les cas où des proches parents se sont concertés, accordés des avantages, conseillés, ont certes existé mais sont peu nombreux primo au regard des situations où cela ne s’est pas vérifié, secundo par rapport à la force des solidarités entre des hommes qui ne sont ni parents ni alliés10. Ce sont ces remarques que nous voudrions réexaminer et discuter à la lumière du cas particulier des Tullii Cicerones. Bien sûr, dans l’enquête conduite ici, nous explorons un corpus et un espace plus restreints que ceux que J. Andreau a parcourus. De plus, l'exemple choisi n’est pas celui d’hommes pratiquant l'activité financière en tant que spécialité. Les deux frères nous intéressent non seulement dans la gestion courante de leurs affaires d’argent, mais aussi dans les plans qu’ils échafaudent en matière patrimoniale. Ils sont de rang comparable, avec une faible différence d’âge11, ils ont des styles de vie assez proches, sauf peut-être pour ce qui est de la vie intellectuelle à proprement parler12. Enfin, dans notre enquête, nous avons écarté la distinction que l’article de J. Andreau avait mise en évidence entre affaires patrimoniales et affaires financières, distinction qui n’est pas apparue pertinente pour ce corpus.

4Dès lors comment interroger les textes ? Il eût été commode de pouvoir isoler les affaires de Quintus où Marcus intervenait, puis celle de Marcus où Quintus intervenait, enfin celles où ils intervenaient conjointement parce qu'elles leur étaient communes. Mais cette approche était difficile parce que les témoignages sont par trop déséquilibrés et le point de vue de l’aîné, comme c’est prévisible, est dominant. Pouvait-on envisager une approche chronologique, c’est-à-dire examiner quel rôle les frères jouent à chaque étape du processus de décision, le poids qu’ils ont dans le conseil, dans l’aide directe, dans la décision elle-elle-même ? Il est trop peu d’affaires que nous puissions suivre dans l’intégralité de leur déroulement. Nous avons donc adopté une organisation qui ne renonce pas totalement à certaines des ambitions initiales, sans les réaliser pleinement : comment Marcus intervient-il dans les affaires de Quintus sans participer à la prise de décision ? Comment Marcus est-il amené à se substituer à son frère dans la prise de décision ? Comment les frères prennent-ils conjointement des décisions pour des affaires qui leur sont communes ? Nous réservons pour un traitement particulier les affaires impliquant d’autres membres de la gens.

1. Marcus intervient dans les affaires de quintus sans participer à la prise de décision

5Il nous a paru utile de considérer d’abord le thème en négatif, c’est-à-dire de mesurer dans quels domaines de la sphère patrimoniale ou financière les frères agissaient l’un pour le compte de l’autre, sans véritablement décider l’un pour l'autre.

1.1. Marcus favorise des projets immobiliers déjà formés par Quintus

  • 13 Cic., Art., 1. 14.7 : Q. frater, qui Argiletani aedifici reliquum dodrantem emit HS DCCXXV, Tuscul (...)

6L'aîné utilise son réseau de relations pour diffuser des informations dans des affaires immobilières et assurer leur réalisation. C’est le cas lorsqu’en février 61, Quintus cherche à vendre sa villa de Tusculum. Dans quel contexte s’inscrit ce projet ? Quintus a récemment hérité du quart d’un immeuble situé sur l'Argilète et s'est porté acquéreur des trois-quarts complémentaires pour 725 000 sesterces. Pour autant, la vente du domaine de Tusculum ne vise pas à couvrir les frais de cet achat. C'est plutôt une autre acquisition que Quintus a en vue, celle de la maison de Pacilius13. En mettant au courant Atticus de ce projet de vente, il l’invite implicitement à relayer cette information auprès d’acquéreurs potentiels. Bien sûr, il faut rappeler qu’à cette époque, Atticus se trouve en Épire et donc son pouvoir d'intervention est moindre ; pourtant Marcus ne doute pas de sa capacité à mettre en relation un acheteur et un vendeur. De plus, nous vérifions qu'à la même période, il suit de près les affaires de l’orateur, donc l'argument de l'éloignement géographique est atténué. Le réseau de relations qu’a tissé Atticus suffit à justifier que Marcus le tienne informé.

  • 14 II fut préteur en 62. peut-être même praetor urbanus, et participa à ce titre à la lutte contre le (...)
  • 15 Cic., Att., 1.14.7 : tu mandata effice quae recepisti. Cette remarque est précédée de la formule u (...)
  • 16 Ces instructions précises, en général orales et accompagnant la lettre, peuvent toucher au domaine (...)
  • 17 Cic., Att., 1.12.2 (mando tibi <Attico> plane totum ut uideas cuius modi sit) ; 1.13.6 (où Cicéron (...)

7En cela, Marcus agit-il de son propre chef ou à l'invitation du frère ? Rappelons que Quintus est éloigné de Rome par les fonctions militaires et civiles qu'il assume dans ces mois-là14. Dans l’exemple cité, le début du paragraphe comporte une ambiguïté sur laquelle il faut nous arrêter15. Le texte mentionne des missions confiées à Atticus : renvoient-elles seulement à la phrase précédente (une affaire de prêt impliquant Antoine et Cicéron), ou bien incluent-elles la phrase qui suit et donc les projets immobiliers de Quintus ? Le terme mandata renvoie toujours à des instructions précises confiées à un individu choisi16, ce qui porte à croire que les missions confiées ici à Atticus sont au compte du seul Marcus, et visent à mettre un terme aux malversations d'Hilarus, affranchi de Marcus et client d’Atticus17. Le mot mandata ne pourrait probablement pas être employé pour le service implicite que Marcus demande à son ami ; la mention de l’information est simplement une invitation à relayer la nouvelle, sans qu’Atticus soit investi d'un quelconque pouvoir. Cette allusion concernant les projets immobiliers est une nouvelle comme Cicéron les écrit à quelqu’un qui est éloigné de Rome, pour qui la lettre est en quelque sorte le journal des événements politiques et familiaux. L’intervention de l’aîné dans les affaires personnelles du frère cadet se borne à faciliter la réalisation d’un projet, elle suppose une assez faible implication personnelle et ne concourt pas à la décision, laquelle est d'ores et déjà prise.

  • 18 Cic., Ad Quintum fratrem. 3.1.23 : T. Anicius mihi saepe iam dixit sese tibi suburbanum si quod in (...)
  • 19 T. Anicius nous est inconnu par ailleurs. II ne peut être question de le confondre avec C. Anicius (...)
  • 20 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.24 : te de suburbano emendo cum ad illum scribas non modo ad me non (...)
  • 21 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.24 : de suburbano cura ut sciam quid uelis et simul ne quid ille tur (...)
  • 22 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.4.5 : de suburbano, quod non properas laudo ; ut habeas hortor.

8Un autre passage vient corriger cette impression de pure formalité. Il souligne combien il est attendu que le frère soit au courant des projets affectant le patrimoine, voire soit impliqué dans les affaires immobilières de son parent. Ainsi, en septembre 54. Marcus adresse une longue série de reproches à Quintus, quand ce dernier a formé le projet d’acquérir une propriété suburbaine18. Non seulement Marcus n'est pas informé des projets d’achat, mais il apprend par un tiers, T. Anicius, que Quintus a donné des instructions pour cet achat. Son irritation naît d’abord de ce que le cadet a choisi un intermédiaire pour rechercher un bien, voire pour l'acheter. Elle porte ensuite sur le choix de l’intermédiaire, et la suite de la lettre, quoiqu’elliptique, laisse entendre l'antipathie que Marcus nourrissait envers lui, ainsi que la méfiance que Quintus avait lui-même conçue par le passé19. Outre le mauvais choix qui s’est porté sur l’homme, Marcus reproche à son frère de ne l’avoir pas même mis au courant de ses intentions, alors qu'une lettre précédente, adressée par Quintus à son frère, laissait entendre un avis contraire sur une acquisition en banlieue20. L’aîné enjoint donc au cadet, sans ménagement, de faire connaître ses intentions réelles et de veiller à écarter l'intermédiaire21. Sans doute le frère aîné est-il un peu fâché d'être doublé dans la surveillance des intérêts du cadet, qui plus est par un homme comme T. Anicius. Le reproche ne se fonde pas en apparence sur le fait d’avoir choisi quelqu’un d’extérieur à la famille, ou même un étranger au cercle des amici. L’explication pourrait être plus banale : Quintus est alors en Bretagne et participe à l’expédition conduite par César. Dans le même temps, Marcus se démène pour assurer la bonne marche des affaires de son frère. Tout le début de la lettre, nous y reviendrons, s’en fait l'écho. Il se déplace dans des tournées d’inspection, surveille des travaux... Il admet donc d’autant plus mal d’être mis à l’écart dans un investissement d’ampleur plus importante, comme si la délégation lui était retirée. Il ne semble pas qu’il y ait désaveu sur le projet lui-même mais querelle sur les conditions dans lesquelles Quintus y procède. La preuve en est dans un courrier du 24 octobre 54, où il évoque allusivement un projet d’acquisition d’une propriété suburbaine et y incite Quintus22. A supposer, ce que je crois, qu’il s'agisse bien du même projet immobilier, cette lettre nous confirme que le cadet a commis une maladresse en n’associant pas pleinement l'aîné à la recherche de la propriété, mais il n’y a pas divergence quant à l’acquisition elle-même.

9Ces deux exemples soulignent que Marcus est informé des intentions de son frère dans le domaine immobilier ou tient vigoureusement à l’être quand le contraire se produit. Sans forcément assumer des responsabilités directes, il accepte de concourir par ses interventions à la réalisation de ces projets. L'aîné apparaît comme un conseiller dont la consultation est nécessaire, comme un soutien aussi, pouvant aider à la concrétisation. Celui qui peut faciliter les affaires, affirme en tout cas son droit prioritaire à l'information quant aux décisions prises ou à prendre.

1.2. Cicéron sert lui-même d’informateur à Quintus dans des affaires mobilières ou immobilières le concernant

10Il s’agit surtout de rentrées d’argent, d’héritages, dont Quintus est le bénéficiaire alors même que des pro-magistratures ou des commandements militaires le tiennent éloigné de Rome pendant de longs mois. Mais il s’agit aussi de gestion et de la surveillance de ses biens immobiliers.

  • 23 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.5.6 : f Crebrius f ut ante ad te scripsi, Romae est et quod ualde iuua (...)
  • 24 Le rapprochement opéré par Purser avec Cincius est assez surprenant car le Cincius en question a p (...)
  • 25 De toutes façons, la correction proposée par SB, philologiquement discutable, introduit une légère (...)

11Le premier exemple se trouve dans une lettre de fin octobre ou début novembre 54, lorsque Quintus est en Bretagne. Un certain Crebrius se serait officiellement reconnu comme débiteur de Quintus et son frère lui en fait part23. L’identité de ce personnage n’est pas assurée24, le texte est difficile à établir mais cette incertitude-là ne gêne pas vraiment notre enquête, qui veut montrer que Marcus assume auprès de son frère un rôle de transmission d’informations concernant ses finances privées. En revanche, les difficultés qui affectent la suite du texte altèrent davantage notre propos. Malgré des divergences sur le mode ou le temps du verbe, il y a un consensus codicum plurimorum sur le verbe adnuere, même si Shackleton Bailey a exploré une voie plus audacieuse pour établir le texte. La leçon adnuat vaut sans doute d’être retenue. Quant aux discussions sur le verbe renuntiat, la leçon renuntiant rend à l’évidence le texte incompréhensible, mais la différence introduite par la leçon renuntiauit n’affecte guère notre propos. Moyennant quoi, même si cela peut paraître téméraire, en posant qu’il faut conserver la leçon des manuscrits qui omnia adnuat. nous proposons de verser ce passage au dossier25.

  • 26 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.7[9].8 : de Felicis testamento querare, si scias, quas enim tabulas se (...)
  • 27 La leçon retenue par SB amène à comprendre que Quintus aurait hérité d’un douzième, tandis que cel (...)

12Un autre courrier peut également illustrer le rôle d’informateur joué par Marcus. Ce dernier, quelques semaines plus tard, en décembre 54, et dans le même contexte d’éloignement pour Quintus, relate un incident qui prive son frère d'un héritage26. Là encore, il ne faut pas occulter que le texte est corrompu27. Le sens général de l’épisode n’en demeure pas moins clair et le rôle joué par Marcus également. Il a enquêté sur les raisons pour lesquelles son frère n’est pas en situation d’hériter, comme il l’espérait, et il fait un compte rendu. L’identité du légataire, Félix, et les raisons pour lesquelles il était lié à Quintus ne sont pas connues.

  • 28 Cic., Ad Quintum fratrem, 2.3.7 : Domus tibi ad lacum Pisonis Luciniana conducta est... tuam (domu (...)
  • 29 Plut., Cicero, 8. Le quartier des Carines (Rodrigue/Almeida 1993. LTVR, 1, 239-240. s. ». Carinae) (...)
  • 30 Cic., Ad Quintum fratrem, 2.11.3 : noster Lamia. D'origine équestre, Ælius. Lamia occupe plus tard (...)

13Un dernier exemple peut être signalé. Il concerne des contrats signé au nom de Quintus, non seulement en tant que preneur mais aussi en tant que bailleur28. Cette lettre est écrite à la mi-février 56. tandis que Quintus, depuis décembre 57, est légat de Pompée en Sardaigne, dans le cadre des pouvoirs extraordinaires confiés à Pompée pour la curatèle de l'annone. Marcus est à Rome et supervise les affaires de son frère. C’est durant cette période que sont entrepris les travaux de reconstruction de leurs maisons respectives sur le Palatin, maisons détruites par les hommes de main de Clodius pendant l’exil. Quintus doit donc louer provisoirement une demeure, en attendant d’emménager une fois les travaux finis. Parallèlement, Quintus met en location une propriété qu’il possède aux Carines. L’aîné aurait hérité de cette maison à la mort de son père, avant de la céder à Quintus, lorsqu'en 62, il déménagea sur le Palatin29. Les locataires nous sont connus : L. Ælius Lamia est présenté par Marcus comme un proche, il est assez souvent cité dans la correspondance30. Marcus joue incontestablement un rôle d'informateur auprès de son frère empêché de gérer ses affaires. Est-il aussi intermédiaire dans la conclusion du contrat ? La question de savoir qui a conclu chacun des baux au nom de Quintus reste posée. La tournure passive des phrases latines ne permet guère de le préciser. Nous reviendrons plus avant sur ce point.

  • 31 Cic., Ad Quintum fratrem. 3.1.4.

14Dans le domaine patrimonial, Marcus rend compte des tournées d’inspection qu’il effectue pour le compte de son frère. En 54. il effectue ainsi une inspection des domaines autour d’Arpinum. Il visite celui du Laterium31 : Marcus le connaît bien puisque c’est un héritage de son père. Il inspecte en particulier la route privée du domaine, qui vient de faire l’objet d’une réfection. Ce n'est pas à proprement parler une réception des travaux, car l'entrepreneur n’est pas présent, mais assurément l’objectif est de contrôler la qualité de l’exécution. Il a également en charge la négociation d’un droit de passage pour l’eau.

15Enfin, Marcus contrôle la réalisation d’une petite construction que le uilicus de Quintus, Nicéphore, a lui-même exécutée sur la base d’un contrat. De tout cela, Marcus rend compte à son frère, tenu éloigné en Gaule. Mais, nous y revenons infra, l’aîné ne se contente pas d’être un contrôleur ou un informateur : il prend aussi des décisions pour le compte de son frère. La frontière entre la gestion des affaires courantes et la prise de décision au nom de Quintus est parfois ténue.

1.3. Marcus fait pression sur Atticus pour la défense des intérêts financiers de Quintus

  • 32 Cic..Att., 7.18.4 : Quintus frater laborat ut tibi quod debet ab Egnatio soluat ; nec Egnatio uolu (...)
  • 33 Lichtenberger 1895, 61-62 souligne l'inégalité des interventions, L'aîné lut plus souvent utile à (...)
  • 34 Ce sénateur est cité dans la correspondance d’abord comme une relation amicale (Cic.. Att., 5.21.5 (...)
  • 35 L. Ligus n'est évidemment pas le tribun hostile de 58. mais l’ami mentionné dans Cic.. Att., 14.6. (...)

16Nous le vérifions d’abord dans des affaires de dettes contractées par Quintus auprès d'Atticus lui-même. Marcus exerce là une pression directe sur le créancier et ami, soit en réclamant des délais, soit en invoquant des justifications, comme la pénurie de liquidités. Ainsi en est-il dans une affaire de prêt dont la correspondance fait état à trois reprises. La première fois, en février 49, un courrier explique à Atticus que Quintus attend lui le même le remboursement d’une dette par Egnatius. Cette rentrée d’argent lui permettrait de faire face à ses propres dettes, d’autant que le contexte est celui d’une pénurie générale de liquidités32. Il demande à Atticus de tenir compte des circonstances atténuantes. Il le fait même dans une sorte de mise en scène de justice, si l’on en juge par la citation elliptique du pseudo-Hésiode, qui veut que dans une affaire, on entende les deux parties. Il s’entremet donc entre le débiteur et le créancier, se faisant clairement l’avocat des intérêts du frère33. La défense a consisté à citer des cas exemplaires, pour atténuer la responsabilité propre de Quintus, sans trop charger Egnatius, vis-à-vis duquel les frères ont une relation d’amitié. Parmi ces cas comparables, Marcus évoque Q. Titinius34. Ce dernier prête à intérêt : or il ne peut contraindre ses propres débiteurs à payer et n’a d’ailleurs pas augmenté les taux. La pénurie de liquidités rend de toutes façons impossible le paiement des dettes à échéance. L. Ligus est également cité pour illustrer les difficultés du moment35. Quant à Egnatius, il n’est pas question de lui faire porter le poids d’une culpabilité dans ce retard, il est présenté comme un honnête homme, confronté à la pénurie générale. Pour autant la défense solidaire du frère n’oublie pas les devoirs envers Atticus ni le respect de l’engagement : il n’est jamais question d’une delegatio. Quintus veut se faire rembourser d’Egnatius, puis rembourser lui-même Atticus : aucun transfert de créance n’est envisagé.

  • 36 Cic.. Att., 10.11.2 : Illa de ratione nummaria non sunt eius modi (saepe enim audio ex ipso) ut no (...)
  • 37 Parmi les autres exemples cités par Cicéron pour excuser son frère, il y avait une somme de 12 000 (...)

17Marcus défend à nouveau les intérêts de son frère auprès d'Atticus en mai 49, manifestement dans le cadre de la même affaire de prêt non remboursé36. Les difficultés du moment sont mises en avant et là encore des exemples comparables cités à l'appui. Marcus lui-même n’arrive pas à se faire rembourser par Q. Axius, un riche sénateur qui devait honorer la dette de son fils. Il en est de même pour Q. Paconius Lepta, un proche de Marcus, qui fut un de ses bras droits en Cilicie. La somme en jeu est de 20 000 sesterces, ce qui est tout à fait modeste pour des hommes de ce rang37.

  • 38 Cic., Att., 10.15.4 : de Quinto fratre, scito eum non mediocriter laborare de u<e>rsura, sed adhuc ni</e> (...)

18Marcus revient une troisième fois sur cette affaire quelques jours plus tard, en mai 4938. Le verbe laborare est employé pour la troisième fois, soulignant les efforts de Quintus, tentant de rassurer Atticus et de le faire patienter.

  • 39 Cic., Att., 12.28.3 : de Castriciano negotio, si Castricius pro mancipüs pecuniam accipere uolet e (...)
  • 40 Avant lui, SB avait écarté l’idée que Quintus aurait promis à Castricius de payer une dette par un (...)
  • 41 Cic., Att., 12.30.2 : de mancipüs Castricianis commodissimum esse credo transigere Egnatius, quod (...)
  • 42 C’est l’interprétation de Früchtl 1912, 91 qui, se fondant sur Att., 7.18.4, observe qu’on emploie (...)

19Outre ces exemples de pression directe, nous pouvons nous arrêter sur des lettres où Marcus effectue des pressions indirectes sur Atticus, qu'il invite à jouer les intermédiaires auprès d’autres créanciers de Quintus. Il en est ainsi en mars 45 dans une affaire financière qui oppose Quintus et peut-être même Marcus Cicéron à Castricius39. J. Beaujeu a proposé de voir dans cet épisode une affaire de prêt contracté par Quintus envers Castricius, prêt gagé sur un lot d’esclaves40. Si le montant du gage est supérieur à la somme prêtée, il est normal que Castricius cherche plutôt à entrer en possession des esclaves. Qui plus est. Quintus doit probablement d’autres sommes à 3Castricius, comme le suggère la remarque ut mine soluitur. Marcus demande donc à Atticus de trouver un arrangement, peut-être parce qu'il est solidaire de la dette, en tout cas dans le souci de protéger son frère et ses intérêts. Les avis des deux frères sur la meilleure décision à prendre sont implicitement divergents. Cette dette envers Castricius est évoquée dans un second courrier, trois jours plus tard41. Il reste difficile de dire quel rôle Egnatius joue dans le différend : simple intermédiaire ? repreneur de la dette ? fournisseur de crédit auprès de Quintus42 ? Il est non moins difficile de dire quelle part Quintus a prise dans la décision, dans le choix même de la solution. C’est son frère aîné, au vu des témoignages, qui semble décider.

  • 43 Cic., Att., 12.5.1 : quod autem os in hanc rem ἔpavov a te ! fac non ad δiψῶσαv Kpήvηv sed ad Πειρ (...)

20Malgré ces nombreux exemples d’intervention de l’aîné au profit du cadet pour arranger des affaires financières, il faut relever un contre-exemple significatif, où Marcus n’est pas sans condamner la conduite de son frère. En juillet 46, pour faire entrer son fils dans la confrérie des Luperques, Quintus avait dû faire une mise de fond importante et il avait demandé un prêt à Atticus43. Celui-ci s'est récusé et s'en est justifié auprès de Marcus. L'aîné porte alors un jugement assez désabusé sur cette dépense du cadet et prend le parti d'Atticus.

21La limite entre le compte-rendu de gestion, l’exécution des affaires courantes et la prise de décision n’est pas toujours facile à tracer au vu de ces exemples. Ils montrent en tout cas l’étendue des domaines dans lesquels le frère aîné est conduit à intervenir, sans qu’il y ait opposition entre patrimoine et finances. Ces interventions, dont le caractère spontané ou sollicité n'est pas avéré, paraissent régulières, renforcées par l’éloignement géographique en tout cas. Il reste difficile de préciser dans quelle mesure la transmission d’informations est une préparation ou une aide à la décision pour le principal intéressé, dans quelle part au contraire, elle relève plutôt de la reddition de comptes. Mais d’autres passages relèvent sans conteste de la prise de décision.

2. Les situations ou marcus se substitue a quintus dans la prise de décision

2.1. Marcus agit au nom de Quintus en tant que son frère est un personnage public

  • 44 Cic.. Att., 2.6.2 : scripsi ad quaestores urbanos de Quinti fratris negotio. Vide quid narrent, ec (...)
  • 45 Drumann & Gröbe 19292 4, s. u. C. Pompeius Magnus, 544 : Früchtl 1912, 90.
  • 46 Cic., Att., 2.16.4 : quaestores autem, quaeso, nun etiam de cistophoro dubitant ? Nam si aliud nih (...)

22Ces épisodes sont liés à un contexte particulier, celui du gouvernement exercé en Asie par Quintus. Lors de sa troisième année de gouvernement, il doit percevoir son indemnité de gouvernement et, début avril 59, c'est Marcus qui, à Rome, mène à bien cette affaire. Nous connaissons l’épisode car des discussions étaient en cours pour savoir s'il fallait accepter un paiement en cistophores ou obtenir un versement en deniers44. A l’époque de Mithridate, Pompée avait en effet fait frapper de l’argent en Asie, des cistophores. Par son entremise, beaucoup de cistophores arrivèrent à Rome, tandis qu’il versait de l’argent au Trésor public sous forme de monnaies romaines. Or le cours de la drachme de cistophore (soit un quart de cistophore) était égal, selon Festus, à trois-quarts de denier. Ce change permettait ainsi un bénéfice de 25 %. Et les questeurs de la ville de Rome voulaient payer cette monnaie de moindre valeur au cours auquel eux-mêmes étaient dans l’obligation de l’accepter, tandis que Marcus, au nom de Quintus, souhaitait obtenir des deniers à leur pleine valeur45. Marcus revient sur ce versement au début du mois de mai 5946. L’emploi des pronoms personnels vaut d’être relevé : le nous désigne les efforts conjugués d'Atticus et de Marcus ; mais c’est bien le je de Marcus qui assume la décision. De Quintus, il n’est guère fait mention que pour situer l’affaire.

  • 47 Cic., Ad Quintum fratrem, 1.3.7 :... ego acceptam ex aerario pecuniam tuo nomine frustra dissipari (...)
  • 48 II s'agit du futur triumvir et peut-être de Q. Servilius Caepio Brutus, le futur tyrannicide. Sur (...)
  • 49 La formule utilisée plus bas (M. Antonio quantum tu scripseras et Caepioni tantundem solutum est) (...)

23Nous avons la confirmation que l’aîné a le pouvoir d’intervenir dans les affaires de son frère à cette période, non seulement dans le cadre de cette décision, mais encore dans la gestion même qui est faite de la somme. C’est en effet Marcus qui dispose de l’indemnité et l’utilise pour payer des dettes de Quintus ou verser de l’argent à ses relations47. Il le rappelle quelques mois plus tard, en juin 58, alors qu’il est lui-même au plus dur moment de l’exil et sans ressources. En 59, Marcus a utilisé l’indemnité de gouvernement de son frère pour payer des sommes à Marcus Antonius et à Caepio48. Il pourrait bien s'agir de dettes contractées par Quintus ou bien de sommes dépensées pour hâter le retour d’Asie de Quintus49. En tout état de cause, Quintus avait eu une part dans la décision, qu'il s'agisse de souscrire un emprunt ou de choisir ce qu’il fallait verser et à qui il fallait le verser. Marcus avait exécuté les instructions de son frère. La deuxième possibilité, celle d'une manœuvre politique pour hâter le retour de Quintus est évidemment la plus intéressante du point de vue des stratégies politiques.

2.2. Marcus agit au nom de Quintus dans des affaires strictement privées

24Nous possédons sur ce thème un exemple, certes discutable, dans une affaire de bail et deux documents concernant des achats effectués par Quintus au nom de son frère. La correspondance ne nous laisse pas trace certaine de ventes effectuées par l'aîné pour le compte du plus jeune, même si un texte vaut d’être signalé pour un projet de vente, dont nous ne connaissons pas la réalisation.

  • 50 Voir supra note 29.

25En matière de bail, il nous faut revenir brièvement sur un exemple cité, celui de la location provisoire par Quintus d'une maison pour son compte en attendant la fin des travaux dans sa demeure du Palatin. Dans le même temps, les Lamia ont pris en location la maison des Carines50. La tournure domus libi conductu est ne nous permet pas de dire qui a négocié pour Quintus. La formule Lamiae domum tuam conduxerunt est moins elliptique.

26Pourtant, vu qu’il n'est pratiquement question dans cette lettre que des affaires que Marcus a surveillées ou conduites au nom de son frère, je ne suis pas loin de croire que le frère aîné a pu avoir une part active dans les tractations aboutissant aux deux baux : choix de la maison provisoire, approbation des locataires, négociation des prix ? Rien de précis ne peut être solidement avancé. Mais quand on voit le soin avec lequel Marcus effectue ensuite les tournées d’inspection dans les propriétés de Quintus, où des détails matériels n'échappent pas à son contrôle, il n’est pas interdit de considérer comme possible qu'il ait supervisé ces baux.

  • 51 Cic., Att., 2.4.1 : cura ut cum Titinio quoquo modo poteris transigas. Si in eo quod ostenderat no (...)
  • 52 Münzer (RE, VI A 2, 1937, col. 1549, s. u. Titinius, no 29) l’identifiait avec le sénateur Q. Titi (...)

27Deux affaires d'achat présentent plus de certitude. Il s'agit d’abord d'un courrier du début avril 59, évoquant l’affaire Titinius51. C’est un contentieux que Marcus souhaite voir réglé par Atticus. Il met en jeu Quintus lui-même, mais aussi son épouse Pomponia. Des marchandises, dont la nature demeure inconnue, ont été achetées par Titinius, avec peut-être Atticus comme intermédiaire. Avec l’accord de sa belle-sœur. Marcus veut, pour le compte de Quintus, rendre à Titinius les marchandises achetées trop cher. Quintus est toujours en Asie. On ignore si. en quelque manière, Marcus était lui-même intéressé à l’achat. Enfin l’identité même de ce Titinius reste floue52, ainsi que la somme enjeu.

  • 53 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.3 : (fundus) quem tibi proximis nundinis Arpini de Fufidio HS CCCIƆƆ (...)

28En 54, Cicéron s’est en outre porté acquéreur d’un domaine à Arpinum pour le compte de Quintus. Il s’agit d’un domaine qui appartenait à Fufidius53 et que Marcus a acheté pour 101 000 sesterces. Le domaine est probablement contigu à celui que Quintus possédait déjà à Arpinum et cette acquisition semble liée à un projet d’adduction d'eau. Le fait que Marcus ait besoin dans la suite de la lettre de décrire le domaine, d’en vanter les mérites, laisse supposer que Quintus apprend par ce courrier l’achat effectué en son nom par son frère. Dans les lettres précédentes que nous avons conservées, aucun élément n’a laissé entrevoir ce projet. Rappelons-nous que Quintus est en Gaule. L'éloignement peut avoir conduit Marcus à prendre seul cette décision, à saisir l’occasion. La précision de la somme, qui intègre la taxe de 1 % sur les ventes, et l’allusion aux nundines laissent penser à une vente aux enchères.

  • 54 Cicéron. Ad Quintum fratrem, 3.1.3 : fundum audio te nunc Bobilianun nette retinere. nunc ς : hunc (...)
  • 55 Cic.. Ad Quintum fratrem. 3.1.3 : de eo quid uideatur ipse constitues.
  • 56 Cic., Ad Quintum fratrem. 3.1.3 : nos pretium seruare posse, si uendere uellemus.
    L’idée est qu’en (...)

29Marcus, dans cette même lettre, évoque brièvement un projet de vente où le jeu des pronoms entre le tu et le nous reste assez ambigu. Marcus évoque en fait un projet d’adduction d’eau pour la principale villa d’Arpinum, eau détournée par une propriété voisine. Ce projet, dont on ne sait pas avec certitude quelle propriété il concerne, est déjà en cours. Le domaine n'a visiblement été acquis que pour y détourner de l'eau et Quintus veut le revendre54. La décision semble lui appartenir seul55, et paraît devoir attendre son retour ou du moins de nouvelles instructions. Pourtant, Marcus emploie la première personne du pluriel, dans une confusion qui laisse à penser qu'il pourrait avoir part à la décision voire à la transaction56.

2.3. Marcus représente Quintus dans des missions de surveillance et agit en son nom

  • 57 Cic., Ad Quintum fratrem, 2.4.2 : redemptori tuo dimidium pecuniae curaui.
  • 58 Martin 1989, 53-54.
  • 59 Cic., Ad Quintum fratrem. 2.5.3 : in aream tuam discessi. Res agebatur mullis structoribus. Longil (...)
  • 60 Cic.. Ad Quintum fratrem, 3.1.6 : urbanam expolitionem urget ille quidem et Philotimus et Cincius  (...)

30Nous le vérifions dans une série de lettres consacrées aux travaux de reconstruction de la maison sur le Palatin. Ces travaux ont lieu au printemps 56, alors que Quintus est toujours en Sardaigne, d'où il ne rentre que lin mai. Marcus fait verser une moitié de la somme due à l'entrepreneur57. La mention de l'adjectif possessif redemptor tuus vient souligner que les deux frères ont fait manifestement appel à des entreprises de construction différentes58. Il seront voisins mais les deux maisons et les deux chantiers de reconstruction sont bien distingués. L'entrepreneur de Quintus nous est connu grâce à une lettre qui suit de peu celle-ci. il s'agit de Longilius59. L'efficacité de Marcus dans ces visites de chantier est difficile à apprécier car nous constatons que quelque deux ans plus tard, la maison de Quintus n’est toujours pas finie60. Sans doute Marcus lui-même n’y est-il pour rien mais le nouvel éloignement de Quintus en Gaule le conduit à superviser le chantier.

  • 61 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.
  • 62 Pour la liste des propriétés, avec l’ensemble des références, voir Lichtenberger 1895, 60 ; Schmid (...)
  • 63 Selon SB (ad loc.), le premier serait un entrepreneur et le second son assistant. Dans le § 3 de l (...)
  • 64 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.1 : cameras quasdam non probaui ; mutari iussi.
  • 65 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.2 : columnas neque rectas neque e regione Diphilus collocarat. Eas s (...)

31Le deuxième type de mission de surveillance consiste pour Marcus à effectuer une tournée d’inspection à la campagne, dans les propriétés de Quintus. Nous en avons le compte-rendu détaillé dans une lettre de septembre 5461. Cette charge a occupé Marcus pendant plusieurs jours et a nécessité plusieurs déplacements. Marcus commence par inspecter I'Arcanum (à Arpinum)62, où des travaux d'adduction d’eau sont en cours sous la surveillance de Mescidius et de Philoxène63. Marcus passe ensuite dans le Manilianum, un domaine probablement voisin, où sont engagés des travaux pour des bains, une promenade et une volière (balnearia, ambulatio et auiarium). Le portique est manifestement en travaux, de même que les pavements et certains plafonds. Il est frappant de voir que Marcus ne se borne pas à un compte-rendu de visite, il formule son avis et a donné des instructions de son propre chef aux ouvriers64. A propos d’un projet précis de Quintus, que ce dernier a manifestement précisé avant son départ, à savoir la réalisation d’un petit atrium, Marcus va carrément à l'encontre des souhaits exprimés par son frère. Il n'écrit d’ailleurs pas à son frère pour lui demander son accord, il dit simplement à Quintus de protester par écrit s'il est vraiment hostile à ces modifications décidées par Marcus lui-même. Les formulations à la première personne du singulier soulignent le rôle du frère aîné : mihi placebat, promoui, probaui. Non content de régler l’affaire du petit atrium selon ses vues, Marcus tranche pour d'autres aménagements comme les bains, les chambres. Ces décisions-ci relèvent presque du goût, de l'aménagement intérieur. On comprend mieux son rôle de surveillance quand il fait abattre des colonnes pour malfaçon65. Il prend alors une décision urgente et peu contestable, presque attendue.

  • 66 Lichtenberger 1895, 54-55.
  • 67 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.1. Voir SB ad loc.
  • 68 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.3 (arcessere). SB (ad loc.) réfute les analyses de Treggiari 1969, 9 (...)
  • 69 Nicéphore est probablement un affranchi (Treggiari 1969, 107). SB n’excluait pas qu'il fût esclave (...)

32Au total, comme le note A. Lichtenberger66, Marcus n’était peut-être pas un expert financier mais il était tout de même assez versé dans des sujets qui intéressent la gestion patrimoniale et était à même de donner des conseils car il connaissait tout ce qui touchait à la construction et à la décoration des villas, c’était presque un expert dans le domaine de l'architecture. Ces compétences lui permettent de suppléer Quintus dans la prise de décision, d'ordonner lui-même les changements. Il agit même au nom de Quintus dans la direction de son personnel (affranchis et esclaves). Ce rôle est évidemment lié au précédent et nous voyons Marcus l’assumer dans les mêmes circonstances. Ainsi au cours de ses inspections, il demande des comptes aux affranchis de Quintus et juge la qualité de leurs travaux. C’est le cas dans les propriétés rurales de Quintus, par exemple pour Herus67, uilicus de l'Arcanum et probablement esclave. De même on voit Marcus convoquer Cillon pour l'adduction d’eau68. C’est encore plus net pour Nicéphore, le uilicus du Laterium, qu'il félicite69. Assurément, on ne saurait dire que Marcus prend toujours avec eux des décisions, à proprement parler, même si c’est parfois le cas. Du moins se comporte-t-il en patron, avec la même autorité que celle dont serait investi Quintus.

  • 70 Cic.. Ad Quintum fratrem. 3.4.5 : de Ascanione tu uero quod uoles facies ; me nihil interpono.
  • 71 On comprend mal pourquoi il est fait mention du préteur au beau milieu des affranchis.

33Dans le domaine des affaires strictement financières, ce rôle de surveillance existe-til aussi ? On est là plus embarrassé, car les noms propres manquent, on connaît mal les procuratores de Quintus. Dans la lettre d’octobre 54 où Marcus mentionne un certain Ascanion70, je renonce à voir un esclave ou un affranchi chargé des affaires strictement financières (la mention du fiscus dans la phrase qui précède renverrait plutôt au fiscus publicus et à Metellus Scipion71). Mais pourquoi fait-il de cet homme un cas à part, où Quintus a le pouvoir de décision et son frère un droit de regard ? S’agit-il d’une affaire d’affranchissement ?

3. Marcus et quintus prennent en commun des décisions dans des affaires qui leur sont communes

3.1. Les deux frères solidaires dans des emprunts ?

  • 72 Le Castricius en question n'est pas le M. Castricius qui est cité dans 2 Verr. 3.185, un marchand (...)
  • 73 Cic., Att., 2.7.5 : Castricianum mendum nos corrigemus ; et tamen ad me Quintus HS CCIƆƆ IƆƆ scrip (...)

34Il faut rester prudent sur ce point car les textes eux-mêmes ne nous fournissent pas de certitudes. Les trois exemples que l’on peut citer font intervenir Castricius72. C’est d’abord le cas dans une lettre d’avril 59, où Marcus parle d'une correction dans le montant d'une somme d’argent73. Cette erreur, qui va du simple au double, pourrait tenir au fait que chacun des frères a emprunté 15 000 sesterces, soit un total de 30 000. Il n'y a pas de certitude pour qu’il s’agisse d'une dette de Quintus envers Castricius mais on voit mal à quoi pourrait correspondre cette somme mentionnée dans une relation entre les deux hommes. Quant au caractère solidaire de la dette, là encore il n’y a rien de formel dans le texte. C’est le rapprochement avec des lettres de 45 qui amène à reconsidérer ce passage et à proposer cette interprétation d’une dette solidaire.

  • 74 Cic., Att., 12.28.3 (rogas enim me ut tibi scribam quid mihi uideatur ; nolo enim negoti Quintum f (...)

35Les deux lettres de 45 sont celles dont nous avons déjà parlé, une dette gagée sur un lot d'esclaves dont la valeur était plus élevée que la somme empruntée. Ce qui laisse croire à une solidarité de la dette, c’est qu’on ne comprendrait pas pourquoi Marcus serait consulté dans cette affaire par Atticus si le frère cadet était seul impliqué. Or manifestement Atticus sollicite son avis et Marcus échange ses vues sur la question avec son ami et conseiller. Marcus, qui plus est. doit se défendre de donner un avis qu’il sent être contraire à celui de son frère et confirme ne pas vouloir le mettre dans la gêne74. Marcus sait que sa décision est contraire à celle de son frère alors qu'ils sont solidaires de la dette et ont des intérêts communs sur ces esclaves, peut-être comme co-héritiers si on suit Shackleton Bailey.

3.2. Marcus et Quintus se prêtent mutuellement de l'argent ou sont en situation de le faire

  • 75 Cic., Ad Quintum fratrem, 1.3.7 : qua re quid ad me scripsisti de permutatione ? quasi uero nunc m (...)
  • 76 Cic., Att., 4.3.6 : re familiari comminuti sumus. Quinti fratris tamen liberalitati pro facultatib (...)

36Le premier exemple de prêt réalisé entre frères se déroule dans les circonstances exceptionnelles de l'exil. La condamnation signifiait en effet pour Marcus la perte de ses biens. Quintus a manifestement proposé de lui venir en aide en lui offrant une lettre de change75. Marcus a dû de toutes façons accepter le secours financier de son frère puisqu’au retour d’exil, il évoque le remboursement de sommes à Quintus76. Malgré ses dénégations et la gêne financière dans laquelle se trouve toujours l’aîné, Quintus a bel et bien accepté le remboursement partiel.

  • 77 Cic., Att., 11.13.4 : Quintus queritur per litteras sibi nos nihil dedisse, qui neque ab illo roga (...)

37En d’autres circonstances moins douloureuses que celles de l’exil, les frères ne semblent pas souvent se prêter d’argent. La raison en est qu’ils sont souvent ensemble à la recherche de liquidités et placés devant les mêmes difficultés. En mars 47, Quintus se plaint de ne pas obtenir l'aide de son frère77. Marcus invoque deux excuses : l’absence de demande formelle de la part du cadet et le manque général de disponibilités. Pourtant il demande à Atticus de réaliser une somme : est-ce pour prêter à son frère ? est-ce pour son usage propre ? Même quand il ne peut prêter, le frère aîné n’est pas indifférent à la situation de Quintus, il peut indirectement l’aider. Le fait même que Quintus se soit plaint et que Marcus éprouve le besoin de se justifier devant Atticus montre qu’une aide devait être sentie comme normale entre frères.

  • 78 Cic, Att., 13.46.4 : Quinto delegabo si quid aeri meo alieno superabit et emptionibus, ex quibus m (...)
  • 79 Cic., Att., 15.20.4 : in eam diem cadere nummos qui a Quinto debentur.
  • 80 Shatzman 1975, 420, n. 918 rapproche ce passage de Cic., Att., 13.46.4 et pense qu’il s’agit de la (...)
  • 81 Shatzman 1975, 426-427.

38Il faut également citer une lettre où le thème du prêt n’apparaît qu’indirectement. Le ton pourrait être celui de la plaisanterie et Marcus serait en pleine fiction. Ce qui est sûr, c'est qu’il a hérité en 45 de Cluvius de Pouzzoles. Il veut acquérir les jardins du défunt, dont le montant est supérieur à sa part d'héritage. Marcus va donc devoir emprunter. Ainsi le texte ne semblerait-il être qu’une plaisanterie et on se demande bien ce qu'il envisage de transférer au crédit de Quintus78. Malgré l’héritage, il n’aurait rien à prêter à son frère, lequel est pourtant toujours à court d’argent liquide. La raillerie serait ici sous-jacente. Pourtant, en novembre 44, Marcus, lui-même dans la gêne, attend le remboursement par Quintus d'une somme de 200 000 sesterces79. D'où vient ce prêt ? Faut-il y voir le transfert qu’évoquait la lettre précédente : il reste difficile de trancher et les commentateurs divergent sensiblement80. Il n’en demeure pas moins que la plupart des emprunts contractés par Quintus ou des prêts consentis le sont en dehors de la sphère familiale et n’entrent ni dans une stratégie ni une gestion communes81.

3.3. Le patrimoine des deux frères est uni dans la tourmente ou le succès

39On peut distinguer deux types de situations, celles d'un sort subi par les deux frères, celles où les deux frères ont élaboré des stratégies communes et en tirent un bénéfice commun.

  • 82 Cic., Att., 4.3.2 : Quinti fratris domus primo fracta coniectu lapidum ex area nostra, deinde infl (...)

40Il est évident qu’en novembre 57, les deux frères n’ont pas choisi de subir ensemble les retombées des violences clodiennes. Mais force est de constater que la maison de Quintus sur le Palatin est criblée de pierres puis incendiée dans une manifestation d'intimidation et de représailles contre la famille des Tullii Cicerones82. Le patrimoine du frère est atteint, alors même que l'aîné est rappelé d'exil. La solidarité politique a des conséquences patrimoniales. N’oublions pas que les proscriptions de 43 vont frapper aussi Quintus et son fils.

  • 83 Cic., Ad Quintum fratrem, 2.14.3 : illa etiam magni aestimatio mea, άµφiλαφίαv illam tuam et expli (...)

41Peut-on en revanche parler de stratégie à propos du départ de Quintus en Gaule aux côtés de César ? Au plan politique, c’est pratiquement indiscutable, mais ce n’est pas le seul aspect que nous retenons. La question posée est de savoir si les frères ont en vue des profits communs liés à la conquête. Pour tenter d’y répondre, il faut relire trois passages de la correspondance. En juillet 54, Quintus est en Gaule et il s’interroge sur la nécessité de rentrer à Rome. Marcus l'en dissuade, malgré le plaisir qu’il aurait à voir son frère. La raison explicite qui est la première avancée par Marcus est le profit que Quintus réalise dans la conquête83. Marcus parle déjà de butin alors que Quintus est parti pour la Gaule début juin (la lettre est de juillet 54). On est aussi frappé du glissement des pronoms : Quintus est délivré de ses dettes (debiti tui) mais il y a association entre les deux frères dans la formule nobis expeditis ("nous n’aurons plus de soucis d'argent”). La concertation, le conseil demandé par Quintus, prouvent l’autonomie restreinte du cadet. La réponse de Marcus atteste à mon sens d’une stratégie d’enrichissement commune.

  • 84 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.6[8].1 : rogo ut in istis molestiis et laboribus et desideriis recorde (...)
  • 85 Wiseman 1966, 109.
  • 86 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.6(8]. 1 : plura ponuntur in spe quam petimus ; reliqua ad iacturam res (...)

42Une autre lettre de novembre-décembre 54 revient sur les raisons qui ont motivé Quintus pour rejoindre César en Gaule84. Comment comprendre ce démenti ? Peut-être que l’objectif d’enrichissement est déjà atteint et Quintus a peine à admettre l’objectif politique de ce séjour en Gaule. La formule de réfutation (non commoda sequebamur) est marquée du sceau de la première personne du pluriel, qui souligne bien la stratégie commune (il en est de même pour consilium nostrum). De toutes façons, les bénéfices déjà tirés pourraient servir soit à une candidature de Quintus au consulat85, soit à une seconde candidature au consulat de Marcus. Même si dans ce courrier la dimension politique est replacée au premier rang, l’argent n'y est pas indifférent dans la perspective d’une campagne électorale86.

  • 87 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.7[9].4 : de mancipiis quod mihi polliceris, ualde te amo et sum equide (...)
  • 88 Sur le partage du butin par le général en chef, voir Shatzman 1972.
  • 89 Mitchell 1991. 191-192.
  • 90 Cic., Fam., 7.7.2 (imperatorem <habes> liberalissimum, aetatem opportunissimum) ; 7.17.2 ; 1.9.12.
  • 91 Cic., Att., 5.6.2 ; 5.10.4...
  • 92 Mac Dermott 1971 fait un parallèle, audacieux mais somme toute parlant, avec les Kennedy.
  • 93 Andreau 1990, 521.

43Enfin citons une dernière lettre de décembre 54, qui permet d’entrevoir un exemple de profit réalisé dans la conquête87. Les esclaves gaulois promis viennent vraisemblablement du butin88, ce seraient des prisonniers de guerre. Marcus accepte de tirer profit indirectement des Gaules, à la condition de partager avec son frère. Il y a eu concertation dans les projets, mais aussi dans les partages. L’historiographie présente des nuances dans l’analyse de ces questions. T. N. Mitchell soulignait combien ce sont les difficultés d'argent qui ont amené, à partir de 56, les deux frères à se rapprocher de César89. Tous deux, endettés, avaient à alléger le passif. Cette dimension financière est-elle la cause première du rapprochement avec César, quel que soit le caractère attractif que présentait le butin des Gaules ? La liberalitas de César s’ajoutait à des circonstances favorables90. Marcus lui-même en bénéficiait indirectement à travers des emprunts91. Il reste difficile cependant de faire la part entre les ambitions politiques et les intérêts économiques. T. N. Mitchell met l’accent sur la lassitude de Quintus à demeurer en Gaule, sur son aspiration à s’engager davantage dans la politique et moins dans les batailles. T. P. Wiseman insistait sur les moyens financiers qu’apportait le butin des Gaules et les inscrivait résolument dans une finalité politique, dans un projet électoral commun. La solidarité des deux frères est mise en cause dans les analyses de W. C. Mac Dermott, qui en soulignait les failles. Quintus aurait été l'executive assistunt de Marcus au moins jusqu'au consulat. Le fait qu'il n'ait jamais plaidé l’a rendu disponible pour les contacts avec les clients, pour arranger les détails durant le déroulement des procès. Il a été une sorte de directeur de campagne pour son frère aîné lorsqu'il briguait les magistratures. Cet engagement aux côtés de Marcus n'est pas réductible à l'affection fraternelle : la carrière propre de Quintus dépendait de la réussite préalable de Marcus92. L'épisode de 54 montrerait une légère faille dans cette stratégie commune, ou du moins des discussions entre les frères sur la meilleure décision à prendre, au plan politique et au plan financier. Les divergences ne sont vraiment sensibles entre eux qu'après Pharsale, quand Quintus ressent avec irritation la dépendance par rapport à son frère. La question reste de savoir ce qui relève pour Quintus du choix : avait-il le moyen de se désolidariser de son frère dans la stratégie politique et donc dans les choix financiers qu'elle impliquait pour conquérir des magistratures ou être aux côtés des hommes au pouvoir ? Son statut de frère cadet ne lui ouvrait guère la voie de conduites indépendantes. Enfin citons l’avis de J. Andreau, pour qui les deux frères sont certes bien conscients des avantages financiers que procure cette participation à la conquête des Gaules, mais sans qu’on puisse parler de véritable stratégie93.

3.4. Les transactions entre frères

  • 94 Cic., Alt., 14.13.5 : esse rumores me ad lacum quod habeo uenditurum, minusculam uero uillam utiqu (...)
  • 95 Cic., Fin., 4.68 (dans une critique des principes stoïciens sur le souverain bien) : cum enim, quo (...)
  • 96 Cic., De officiis 2.87 : res autem familiaris quaeri debet eis rebus a quibus abest turpitudo, con (...)

44La correspondance ne mentionne pas de transaction immobilière entre les frères. Nous ne trouvons sur ce sujet qu'un démenti à une rumeur. En avril 44, le bruit circule que Marcus va céder à son cadet une maison, pour un prix élevé, afin qu’il y installe Aquilia (deuxième épouse de Quintus), avec sa dot94. Quintus vient de divorcer d’avec Pomponia et il doit rembourser sa dot, d’où une certaine gêne financière. Marcus dément qu'il veuille vendre et que son frère veuille acheter. La raison n’en est pas explicitée mais on peut supposer qu'il serait mal vu de réaliser des profits, des bénéfices sur un bien vendu à un proche parent. Or ce gain est normal pour qui prend soin de son patrimoine. Les textes philosophiques nous le rappellent : on ne doit pas amoindrir ses biens. La bonne gestion implique quelques bénéfices, donc exclut les parents des acquéreurs potentiels. Rappelons brièvement que la diligentia rei familiaris est reconnue comme nécessaire dans le De finibus95 et placée au même rang que la participation au gouvernement. N’oublions pas non plus les remarques du De officiis où Cicéron dit du patrimoine qu'"on doit l'acquérir par des moyens qui excluent l'infamie, mais aussi le conserver avec soin et économie, et par les mêmes moyens encore l’augmenter”96. Le profit que doit dégager une transaction paraît interdire les cessions entre proches parents.

4. Les affaires des autres membres de la gens

45Il reste à voir le cas des autres parents mâles, le neveu et quelques Tullii, dont je ne crois pas qu'il s’agisse d’affranchis mais de parents. Les attestations sont là assez éparses et il ne faut pas négliger les limites de l’onomastique, qui ne permet pas d’identifier la parenté par les femmes.

  • 97 CiC..Att., 13.42.1.
  • 98 Cic., Att., 15.26.1.
  • 99 Garrido Bozic 1951. 12-16 (avec les références aux sources).
  • 100 Cic., Att., 10.10 ; 10.11 : 10.12.

46Parmi les plus proches parents de Marcus, ceux dont le lien est avéré, figure d’abord son neveu. Deux passages valent plus spécialement d'être relevés. A la veille de partir en Orient, en décembre 45, Quintus junior vient trouver son oncle paternel et évoque devant lui ses dettes : il a tout juste devant lui l’argent nécessaire au voyage97. A cet appel à peine voilé à la solidarité familiale, Marcus oppose le silence. L’inconduite de son neveu peut expliquer cette fin de non recevoir. Quelque temps plus tard, en juillet 44, Quintus junior a emprunté de l’argent en s’autorisant abusivement de la garantie de son père98 et c’est Atticus qui vient à son secours. Dans un cas comme dans l’autre, nous sommes bien en peine de préciser les circonstances de ces affaires mais les lettres mettent en évidence l’absence de solidarité entre l’oncle paternel et le neveu. Pourtant les deux hommes ont été liés : à chaque fois que Quintus père a assumé des commandements, en Sardaigne, en Bretagne et en Gaule, c’est Marcus qui a accueilli chez lui Quintus junior, a contribué à son éducation. Le jeune homme a également fait partie du voyage en Cilicie, c’est même Marcus qui lui fait prendre la toge virile99. Mais dans les lettres de 49, le portrait que Marcus en donne est contrasté : celui d’un jeune homme intelligent mais dépensier, assez rustre, sans éthique100. Il ne semble pas y avoir de projet commun à l’oncle et au neveu, ni dans le domaine patrimonial, ni dans le domaine financier.

  • 101 Cic., Att., 15.29.2.
  • 102 Appien. Bella Ciuilia. 4.4 ; Dion Cassius 47.10.6-7.

47Quant à l’oncle maternel du jeune homme, ce n’est autre qu’Atticus. Son intervention pour combler la dette en juillet 44 est par nature ambiguë. Règle-t-il la dette en qualité de parent ou en qualité d’homme d’affaires de la famille ? Il est impossible de trancher. Tout ce qu'on sait par ailleurs, c'est qu'il tente d’arranger le mariage du neveu et les affaires financières de la famille par la même occasion. Ce riche mariage aurait compensé le remboursement de la dot de Pomponia par Quintus père en cas de divorce. Et quand le jeune homme propose d’épouser Tucia, il mécontente père, oncles paternel et peut-être maternel, d'autant que le père de la jeune fille aurait en projet de ne pas la pourvoir de dot101. Au total, le jeune homme apparaît donc peu lié par des stratégies communes au plan financier. Au plan politique et malgré quelques brèves sympathies césariennes, son sort fut pourtant scellé par celui de Marcus : il mourut victime des proscriptions102.

  • 103 Cic. Att., 12.17 (Marcianus cité seul) ; 12.53 (Marcianus et Montanus ; cf. 12.52.1 pour la mentio (...)
  • 104 Cic. Att., 12.52.1 :... Montanum Planco debere quod praes pro Flaminio sit (la lettre date de mai (...)
  • 105 Früchtl 1912. 54.
  • 106 Cic. Att., 14.16.4 ; 14.17.6 ; 14.18.3.
  • 107 Cic., Att., 16.15.5. Früchtl 1912. 84-85 avance que Flaminius aurait acquitté une partie de la som (...)

48Pour ce qui est des autres Tullii, il faut considérer avec précaution le fait qu’ils portent le même gentilice que Marcus, cela ne fait pas d'eux des parents systématiquement. Deux individus peuvent prétendre à la qualité de parent : Tullius Marcianus et Tullius Montanus. Le premier n’est jamais en rapport d'affaires avec l'orateur. Le second en revanche est mentionné dans des affaires d'argent. En tout état de cause, les deux hommes paraissent bien être des parents, ils sont parfois évoqués ensemble, on les voit accompagner le jeune Marcus dans son séjour en Grèce103. L. Tullius Montanus s’est porté caution pour Flaminius Flamma, lequel devait à l’État 20 ou 25 000 sesterces104. L. Munatius Plancus, en tant que préfet nommé par César, se retourne contre lui : la mention praes est attachée aux contrats publics, tandis qu'on dit plutôt sponsor pour les cautions dans des affaires privées. Il est vraisemblable que Flaminius Flamma s'est porté acquéreur de quelque chose dans les enchères publiques concernant les biens de Pompée et qu'il n'a pas acquitté le prix en liquide105. Comme Tullius Montanus, son garant, ne peut acquitter la somme, Cicéron fait intervenir Atticus auprès du magistrat ou par tout autre moyen approprié : la sollicitation auprès d'Atticus est insistante, elle est présentée comme un officium pour Marcus, qui n'exclut pas d'intervenir lui-même. Les deux hommes tentent par courrier et dans un entretien de faire acquitter à Flaminius Flamma sa dette106. Finalement, il semble bien que ce soit Marcus lui-même qui ait acquitté la somme, malgré la gêne financière où il se trouvait107. Cet épisode est le seul cas où nous verrions jouer la solidarité financière entre parents plus éloignés, s’il est bel et bien avéré que Tullius Montanus a cette qualité. Mais rien dans la correspondance ne le présente comme un affranchi et on imagine mal Cicéron déployer tant d’efforts pour un simple client homonyme.

Bilan

  • 108 Cornelius Nepos, Atticus, 15.3 :...omnia Ciceronian (...) negotia procuraret.

49Pour juger du caractère original ou ordinaire des imbrications entre parenté et économie privée, il serait bien difficile, au sein de l’aristocratie sénatoriale, de mettre en avant d’autres exemples pour lesquels les sources offrent autant de renseignements. Dans la biographie d'Atticus due à Cornelius Nepos, il est rappelé, et c’est le seul cas de cette espèce, qu’Atticus gérait les biens des Cicéron108.

  • 109 Andreau 1990, 518-519.
  • 110 Cic., Ad Quintum fratrem, 1.3.7 mentionne un emprunt possible à Crassus et Calidius (préteur en 57 (...)

50Revenons maintenant vers les analyses de J. Andreau109, qui assignait une place mineure à la solidarité patrimoniale et financière entre proches parents, en tout cas moindre que les liens unissant des hommes qui ne sont ni parents ni alliés ; l'article constatait l'existence de stratégies communes, de concertation mutuelle, d’avantages concédés entre parents, mais en soulignant leur faible part, en nombre et proportion. Cette enquête n’a pas pour but de démontrer le contraire, ce qui serait faux, mais elle marque quelques réserves. Primo le nombre de cas où nous pouvons comparer les stratégies économiques de parents, évaluer globalement l'état de leurs patrimoines, vérifier la concertation existant entre eux est dramatiquement faible. Je ne conteste pas qu'il y ait. comme l’écrit J. Andreau, une large possibilité de choix, une pratique individuelle en fonction de son propre intérêt et sans mettre en avant les liens de parenté110. Mais les cas de refus d’assistance sont aussi peu nombreux. A mon sens, le lien de parenté n’est pas indifférent. Il modifie les formes d’implication. On n’imagine pas Marcus faisant l’inspection des travaux hydrauliques ou contrôlant la conduite de tel uilicus pour le compte de ses amis sénateurs, ou chevaliers, a fortiori pour un simple client. Mais s’il s’implique plus dans la prise de décision et dans la gestion, c’est aussi parce qu’il a le pouvoir ou la délégation nécessaires et dispose des moyens d’agir. Sans doute le statut d'aîné n'est-il pas indifférent. Marcus pourrait bien se vouloir le garant des affaires familiales, quand bien même ce ne sont pas directement ses biens qui sont en jeu. Sa responsabilité serait morale, symbolique même, bien plus que matérielle.

  • 111 Andreau 1990. 520.

51Faut-il souscrire à la distinction entre affaires patrimoniales et affaires financières, que proposait J. Andreau111 ? Marcus interviendrait assez librement dans les premières (encore qu’il le tasse beaucoup moins que dans le domaine politique) et assez peu dans les secondes, où prévalent les choix individuels. Quand Quintus est longtemps absent de Rome, je ne suis pas sûre que la distinction tienne. Les frères jouent un jeu plus personnel lorsque tous deux endettés, tous deux à la recherche de prêts, ils sont concurrents et aussi lorsqu’ils sont tous deux simultanément en Italie. Mais la question n’est pas tranchée.

  • 112 Andreau 1990.522.

52Il reste vrai que la part des liens d’amitié est forte, plus forte parfois que celle de la parenté, comme en témoigne la relation triangulaire Marcus Cicéron, Quintus Cicéron et Atticus. Marcus emprunte plus souvent à Atticus qu’à son frère. Atticus gère les affaires de son beau-frère, mais dans un climat pas toujours très confiant112.

53Le cas des Tullii Cicérones me paraît donc montrer les limites du choix individuel et réévaluer le poids des liens de parenté, qui ne sont jamais considérés comme négligeables. Quand il n’y a pas assistance, des justifications en sont fournies. Certes, la force des liens familiaux dans la prise de décision en matière patrimoniale ou financière ne triomphe pas forcément des autres solidarités mais les cas où nous pourrions rapprocher ou des comparer autant d’exemples sont décidément trop peu nombreux. On aimerait pouvoir étudier des stratégies économiques au sein des grandes gentes, de l’ordre sénatorial en général, vérifier l’existence même de ces stratégies, en distinguant les divers liens : père/fils : frères ; oncle/neveu. Cette enquête n’entend pas démentir des analyses élaborées antérieurement, tout juste sur quelques points aspire-t-elle à marquer des nuances.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Éditions des sources antiques

Constans, L.-A., J. Bayet et J. Beaujeu, éd. (1934-1996) : Cicéron, Correspondance, Paris, l-XI (citée supra CUF).

Shackleton Bailey, D. R., éd. (1964-1970) : M. Tulli Ciceronis Epistulae ad Atticus. Cambridge, I VII (citée supra SB).

— (1977) : M. Tulli Ciceronis Epistulae ad Familiares, Cambridge, I-II (citée supra SB).

— (1980) : M. Tulli Ciceronis Epistulae ad Quintum fratrem et Marcum Brutum. Cambridge (citée supra SB).

— (1987) : M. Tulli Ciceronis Epistulae ad Atticum. I-II, Stuttgart (citée supra BT).

— (1988a) : M. Tulli Ciceronis Epistulae ad Quintum fratrem. Epistulae ad Brutum accedunt Commentariolum petitionis. Fragmenta epistularum. Stuttgart (citée supra BT).

— (1988b) : M. Tulli Ciceronis Epistulae ad Familiares, Stuttgart (citée supra BT).

Tyrell. R. Y., et L. C. Purser, éd. (1901-1933) : The Correspondence of M. Tullius Cicero. I-VII, Dublin, 2e et 3e éditions (citée supra TP).

Watt. W. S. (1958) : Ciceronis epistulae ad Quintum fratrem. Oxford (citée supra Watt).

Les textes cités sont empruntés à la BT. D. R. Shackleton Bailey a publié en 1999 dans la Loeb Classical Library une nouvelle édition des Lettres à Atticus (4 vol.). Cette édition reprend à de très rares exceptions près le texte latin qu'il avait donné pour la BT.

Études

Adami, F. (1942) : “Der Legat Q. Tullius Cicero”, NJAB. 5. 45-48.

Andreau,.J. (1990) : “Activité financière et liens de parenté en Italie romaine”, in : Andreau & Bruhns 1990, 501-526.

Andreau, J. et H. Bruhns, éd. (1990) : Parenté et stratégies familiales dans l'antiquité romaine. Actes de la Table ronde des 2-4 octobre I986 (Paris. M. S. H.), Coll. EFR 129, Rome.

Aubert, J.-J. (1994) : Business Managers in Ancient Rome. A Social and Economie Study of'Institores, 200 B.C.-A.D. 250. Leyde.

Carcopino, J. (1947) : Les Secrets de la correspondance de Cicéron, Paris. I II.

Deniaux, El. (1993) : Clientèles et pouvoir à l'époque de Cicéron. Rome.

Dixon, S. (1986) : “Family Finances : Terentia and Tullia”, in : Rawson 1986, 93-120.

Drumann, W. et P. Grobe (19292) : Geschichte Roms in seinem Übergange von der republikanischen zur monarchischen Verfassung, 6, M. Tullii Cicero, Leipzig, 637-666, no 10.

Früchtl, A. (1912) : Die Geldgeschafte bei Cicero, Diss. Erlangen.

Garrido Bozié, J. M. (1951) : “Quintus filius”, G&R, 20, I 1-25.

Geiger, J. (1973) : “The Last Servilii Caepiones of the Republic”, AncSoc, 4, 143-156.

Harvey. P. B. (1990) : “Cicero Epistulae ad Quintum fratrem et ad Brutum : Content and Comment” (= recension de Shackleton Bailey 1980], Athenaeum. 2, 319-350.

Liehtenberger, A. (1895) : De Ciceronis repriuata, Paris.

Mac Dermott, W. C. (1971) : “Q. Cicero”. Historia, 20. 5-6, 702-717.

Madaren, M. (1966) : “Wordplays involving Bovillae in Cicero's Letters”, AJPh, 87. 192-202.

Martin, S. D. (1989) : The Roman Jurists and the Organization of Private Building in the Late Republic and the Early Empire, Bruxelles.

Mitchell, T. N. (1991) : Cicero, the Senior Statesman, Londres.

Mtinzer, L. (1943) : RE, VIIA 2. col. 1286-1306,.y.v. Tullius no 31.

Nicolet, Cl. (1967) : “Arpinum, AEmilius Scaurus et les Tullii Cicerones”, REL, 45. 276-304.

— (1974) : L'Ordre équestre à l'époque républicaine, II, Paris.

Rawson, B., éd. (1986).The Family in Ancient Rome, New Perspectives, Ithaca.

Schmidt, O. E. (1899) : “Ciceros Villen”, Nette Jahrbiicher für das klassische Altertum, 2, 328-55 et 466-497.

Shackleton Bailey, D. R. (1976) : Two Studies in Roman Nomenclature, American Classical Studies, The American Philological Association, New York.

Shatzman. 1. (1972) : “The Authority of the Roman General over Booty”. Historia, 21-2, 177-205.

(1975) : Senatorial Wealth and Roman Politics, Latomus, 142, Bruxelles.

Solin, H. (1987) : c.r. de Shackleton 1976, Gnomon, 59, 595-601.

Stinchcomb,.J. (1932) : “Literary Interests of a Roman Magnate Quintus Tullius Cicero”, CW, 26, 1-7. Treggiari. S. (1969) : Roman Freedmen during the Late Republic, Oxford.

Wiener, W. (1930) : Quintus Tullius Cicero, Halle (non uidi).

Wiseman. T. P. (1966) : “The Ambitions of Quintus Cicero”, JRS, 56, 108-115.

Notes

1 Pour les éditions du texte, nous avons eu recours aux instruments de travail suivants : Constans et al. 1934-1996 (citée infra CUF) : Shackleton Bailey 1964-1970 (citée infra SB) ; Shackleton Bailey 1977 (citée infra SB) ; Shackleton Bailey 1980 (citée infra SB) ; Shackleton Bailey 1987 (citée infra HT ; Shackleton Bailey 1988a (citée infra HT. sans risque de confusion puisque les volumes suivent un classement par destinataires) ; Shackleton Bailey 1988b (citée infra BT ; Tyrell & Purser 1901-1933 (citée infra TP) ; Watt 1958.
Les citations cicéroniennes sont empruntées à la BT. Dans les cas où les difficultés d'établissement du texte venaient sensiblement modifier l’étude, nous avons donné quelques éléments d’apparat critique, en conservant le conspectus siglorum de la BT.

2 Dixon 1986.

3 Lichtenberger 1895.

4 Früchtl 1912. Quelques pages sont spécifiquement consacrées à Quintus (89-92).

5 Carcopino 1947. Voir spécialement 1.306. n. 2 : “Il y aurait tout un chapitre à écrire avec la Correspondance sur les mauvaises relations de Cicéron avec son frère Quintus et avec les membres de cette famille désunie”. Sans doute Carcopino pensait-il surtout aux querelles familiales du ménage Quintus-Pomponia. plus qu’aux questions financières et patrimoniales.

6 Shatzman 1975. Pour les notices, voir 403-427.

7 Adami 1942 ; Drumann & Grotte 19292 (spéc. 659-662 sur son patrimoine) ; Mac Dermott 1971 ; Münzer 1943 ; Stinchcomb 1932 ; Wiener 1930. Quelques éléments sont aussi à prendre dans l'étude consacrée à Quintus le jeune, neveu de Marcus : Garrido Bozié 1951.

8 Plut.. Cicero. 8.6 ; 20.3 ; 33.4 ; 47-49 ; Caesar. 24 ; Suét., Diuus Iulius, 14.2 ; Aug., 3.2 ; Appien, Gallica. 20 ; Bella Ciuilia. 4.20 ; Dion Cassius 40.7-11 ; 47.10.6-7.

9 Andreau 1990.

10 Andreau 1990, 509 ; 518 ; 520-521 (spécialement sur les frères Cicéron) ; 524.

11 Cic., Ad Atticum. 1.5.2 (fratrem minorem) : Ad Quintum fratrem. 1.3.3 (<aetate> prope aequalem). Mac Dermott 1971, 704 suggère que Marcus est né fin 106 et Quintus début 102. Mais les allusions multiples de Cicéron à sa date anniversaire (3 janvier) contredisent cette hypothèse : Cic., Att., 7.5.3 ; 11.9.3 ; 13.42.2.

12 Stinchcomb 1932 défend au contraire l'image d'un Quintus impliqué dans la vie intellectuelle de son temps, tandis que Mac Dermott 1971, 703 est plus nuancé : il souligne l'intérêt de Quintus pour ces questions mais pense que l'affection fraternelle a poussé Marcus à les exagérer.

13 Cic., Art., 1. 14.7 : Q. frater, qui Argiletani aedifici reliquum dodrantem emit HS DCCXXV, Tusculanum uenditat ut, si possit, emat Pacilianam domum. Nous ne connaissons pas par ailleurs ce Pacilius, ni la demeure dont il est fait ici mention. Il est peu probable que la vente du domaine de Tusculum couvre le montant nécessaire pour l'immeuble sur l'Argilète.

14 II fut préteur en 62. peut-être même praetor urbanus, et participa à ce titre à la lutte contre les derniers Catiliniens dans le Bruttium. En 61, il est proconsul d'Asie et son commandement est deux fois prorogé. En 58, de retour à Rome, il participe activement au rappel de Cicéron. En 57-56, il est légat de Pompée en Sardaigne ; puis en 54-52, il occupe les mêmes responsabilités auprès de César en Gaule ; enfin en 51-50, auprès de Marcus en Cilicie.

15 Cic., Att., 1.14.7 : tu mandata effice quae recepisti. Cette remarque est précédée de la formule ut ad priuata redeam, formule récurrente dans les lettres. Shackleton Bailey (note ad toc.) souligne ceci : le verbe redire peut implicitement souligner que les affaires privées, tout particulièrement les affaires financières, sont le premier sujet de la lettre, par rapport auquel tout le reste est digression (il se peut aussi que le verbe redire marque simplement le retour au sujet initial). En tout état de cause, les affaires privées de Quintus sont évoquées au beau milieu des priuata de Marcus.

16 Ces instructions précises, en général orales et accompagnant la lettre, peuvent toucher au domaine des affaires publiques (Cic., Fam.. 1.9.10 ; 3.3.1 ; Att, 7.16.1...) tout comme à la sphère des affaires privées (Cic. Att 1.15.2 ; 4.7.3 ; 16.1.5...).

17 Cic., Att., 1.12.2 (mando tibi <Attico> plane totum ut uideas cuius modi sit) ; 1.13.6 (où Cicéron demande à Atticus de régler définitivement une affaire, qui est probablement le cas d'Hilarus).

18 Cic., Ad Quintum fratrem. 3.1.23 : T. Anicius mihi saepe iam dixit sese tibi suburbanum si quod inuenisset non dubitaturum esse emere.

19 T. Anicius nous est inconnu par ailleurs. II ne peut être question de le confondre avec C. Anicius, sénateur, mentionné à trois reprises dans la correspondance (Cic., Ad Quintum fratrem. 2.8[9].3 ; Fam.. 7.26.2 ( ?) ; Fam. 12.21). Cicéron en parle toujours en termes très favorables (familiaris meus, uir omnibus rebus ornants). Voir Harvey 1990, 2, 319-350, 347.

20 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.24 : te de suburbano emendo cum ad illum scribas non modo ad me non scribere sed etiam aliam in sententiam [de suburbano] scribere, et cum ad illum scribas nihil te recordari [de se] de ep<ist>ulis illis quas in Tusculano eius tu mihi ostendisti.

21 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.24 : de suburbano cura ut sciam quid uelis et simul ne quid ille turbet uide.

22 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.4.5 : de suburbano, quod non properas laudo ; ut habeas hortor.

23 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.5.6 : f Crebrius f ut ante ad te scripsi, Romae est et quod ualde iuuat, omnia debere tibi renuntiat.
† Crebrius † : C. Rebilus Orelli, fortasse recte dixit SB : Cincius coniecit TP coll. Ad Quintum fratrem, 3.1.6 : fortasse significatur M. Taurus dixit Watt coll. Ad Quintum fratrem, 3.1.4
quod ualde iuuat, omnia debere tibi scripsit SB : qui omnia adnuat (sic ΣC : adunat RM : adiurat δ : adnuit Schmidt fortasse recte dixit Watt) debere tibi ualde Ω
renuntiat codex incertus ap. Verburgium, Schmidt :-ant Ω :-auit Constans : alii alia.

24 Le rapprochement opéré par Purser avec Cincius est assez surprenant car le Cincius en question a part aux embellissements de la maison de Quintus à Rome et, au même titre que Philotime, il en assure la surveillance. Le Philotime en question n’est pas l’affranchi bien connu de Marcus, qui joue par la suite un rôle dans l’administration des biens de Terentia ; c’est un homonyme, au service de Quintus (Cic., Ad Quintum fratrem, 3.7.[9].7). Cincius quant à lui est un procurator d’Atticus, il joue auprès de lui un rôle de courtier en affaires et Marcus le mentionne assez souvent dans ses lettres, pour des périodes où Atticus est absent de Rome. Quel rapport pourrait-il y avoir entre Cincius/Crebrius et Quintus dans une affaire de dettes ? Je ne le vois pas, au vu des autres passages de la correspondance où ce personnage apparaît : sur neuf mentions, deux seulement figurent dans des lettres à Quintus (Cic., Ad Quintum fratrem, 2.2.1 et 3.1.6), sans que jamais il soit question d’emprunt pour Quintus lui-même (la première des deux lettres évoque certes un emprunt, mais les éventuels contractants seraient Lentulus et Sestius, Quintus a servi seulement de relais dans l’information). Quant à Watt, il pensait que le personnage mentionné ici pouvait être M. Taurus, mais l’hypothèse reste difficile à admettre. Shackleton Bailey qui souligne pourtant la validité de l’hypothèse d’Orelli (graphiquement proche) conserve Crebrius et suggère que ce personnage doit de toutes façons être quelqu’un avec qui Quintus a été en contact en Gaule. Ce C. Caninius Rebilus était un lieutenant de César (Cic., Att., 7.3.3), il est surtout connu parce que Cicéron ridiculise son éphémère consulat suffect en 45 (Cic., Fam., 3.30.1).

25 De toutes façons, la correction proposée par SB, philologiquement discutable, introduit une légère variation de sens mais ce qui concerne la reconnaissance publique de la dette n’en est pas affecté.

26 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.7[9].8 : de Felicis testamento querare, si scias, quas enim tabulas se putauit obsignare, in quibus in uncia firmissimum <locum> tenes, uero (lapsus est per errorem et suum et Scurrae serui) non obsignauit ; quas noluit, easobsignauit.
uncia SB : unciis Ω : singulis unciis TP : iii unciis Constans
<locum> tenes (tenemus TP), <;eas>; uero Wesenberg
Scurrae SB : Sicurae Ω.

27 La leçon retenue par SB amène à comprendre que Quintus aurait hérité d’un douzième, tandis que celle de Constans conduit à un héritage du quart. Quant à la divergence sur le nom de l’esclave, elle importe assez peu. Voir Solin 1987, 595-601 (spéc. 599).

28 Cic., Ad Quintum fratrem, 2.3.7 : Domus tibi ad lacum Pisonis Luciniana conducta est... tuam (domum) in Carinis mundi habitatores Lamiaeconduxerunt.
lacum Jordan : lucum Ω
Liciniana Munatius, vulg. olim : Lucceiana Orelli : Luciliana, Luculliana, etiam Viniciana adieceris
Lamiae Manutius : cami(a)e Ω.
Le génitif Pisonis peut porter sur lucum/lacum ou sur l'adjectif renvoyant aux anciens propriétaires de la maison. Constans comprend ainsi : “la maison de Pison, près du bois sacré, qui lui vient des Licinii”. Mais on pourrait tout aussi bien admettre : “la maison de Licinius, près du bois de Pison”. La localisation de cette demeure, quelle que soit la leçon retenue, fait difficulté.

29 Plut., Cicero, 8. Le quartier des Carines (Rodrigue/Almeida 1993. LTVR, 1, 239-240. s. ». Carinae). sans être une zone très luxueuse, abritait au iie siècle la petite maison du consul M'. Manilius (Cic., Paradoxes, 6.3.50) ou encore, un siècle plus tard, celle du grammairien Lenaeus (Suét., Grammairiens 15). Les Carines restent un quartier recherché au dire de Virgile (Énéide, 8.361). Sur la maison de famille des Tullii Cicerones, voir Lichtenberger 1895, 9, 10 n. 1 et 23 ; Shatzman 1975, 403 et 425. Sextus Rufus (De regionibus urbis Romae, IV. éd. Nisard. Paris, 1845. 903) situe la maison patrimoniale des Cicéron (auita Ciceronum) dans la regio IV.

30 Cic., Ad Quintum fratrem, 2.11.3 : noster Lamia. D'origine équestre, Ælius. Lamia occupe plus tard les devants de la scène politique, comme édile en 45, et peut-être comme préteur en 42.

31 Cic., Ad Quintum fratrem. 3.1.4.

32 Cic..Att., 7.18.4 : Quintus frater laborat ut tibi quod debet ab Egnatio soluat ; nec Egnatio uoluntas deest nec parum locuples est. sed cum tale tempus sit ut... (non) hoc tempore aut domi nummos Quintus Imbeat aut exi<ge>re ab Egnatio aut uersuram usquam facere possit.

33 Lichtenberger 1895, 61-62 souligne l'inégalité des interventions, L'aîné lut plus souvent utile à son frère que son frère cadet ne le fut pour lui. Les charges exercées par Quintus outre-mer suffisent-elles à l'expliquer ? Lichtenberger met en avant un intérêt plus grand de l’aîné pour le patrimoine du cadet, alors que l'inverse ne se vérifie pas. Les bonnes relations de Marcus et d'Atticus peuvent aussi expliquer ces interventions, alors que Quintus et Atticus, au vu de la correspondance, ne paraissent pas particulièrement unis par des liens de sympathie.

34 Ce sénateur est cité dans la correspondance d’abord comme une relation amicale (Cic.. Att., 5.21.5 : noster Q. Titinius) mais dont les recommandations sont peu fiables. Par la suite, c'est surtout son fils qui est mentionné : il a. aux yeux de Cicéron, trahi, en passant du côté de César au début de la guerre civile. Titinius le père, pompéien, ne fut pas pardonné tout de suite par César et s'en plaint, ce qui lui vaut un commentaire sévère (Cic.. Att., 10.3a.2 : homo ridiculus).

35 L. Ligus n'est évidemment pas le tribun hostile de 58. mais l’ami mentionné dans Cic.. Att., 14.6.1 (Ligus noster). A part ses activités de faenerator, rien n'est connu de lui.

36 Cic.. Att., 10.11.2 : Illa de ratione nummaria non sunt eius modi (saepe enim audio ex ipso) ut non cupiat tibi praestare et in eo laboret. (...) Soleo mirari de nescio quis HS XX cum audio ex illo urgeri. Vides enim profecto angustias. Curari tamen ea tibi utique iubet. An existimas illum in isto genere lentulum aut restrictum ? Nemo est minus.

37 Parmi les autres exemples cités par Cicéron pour excuser son frère, il y avait une somme de 12 000 sesterces. Sur cette dette-ci, les manuscrits divergent quant au montant de la somme, tandis que le texte semble sûr pour le montant de la dette de Quintus. SB remarque qu’on attendrait une somme plus élevée pour la dette de Q. Axius, pour souligner alors combien la dette de Quintus est ridicule. Mais la somme de 12 000 sesterces est bien confirmée par une lettre légèrement postérieure (Att., 10.15.4, avec une somme moins sujette à caution car elle est notée en toutes lettres et il n’y a pas divergence dans les manuscrits). Sans entrer dans une comparaison, les 20 000 sesterces en question sont en tout état de cause une faible dette pour un sénateur comme Quintus, et pour son créancier Atticus, qui paraissait mettre en cause la volonté de payer de la part de Quintus, d’où l’intervention du frère aîné pour s’assurer que tous les efforts avaient été faits (Früchtl 1912, 91).

38 Cic., Att., 10.15.4 : de Quinto fratre, scito eum non mediocriter laborare de u<e>rsura, sed adhuc nihil a L. Egnatio expressit.

39 Cic., Att., 12.28.3 : de Castriciano negotio, si Castricius pro mancipüs pecuniam accipere uolet eamque ei solui ut nunc soluitur, certe nihil est commodius. Sin autem ita actum est ut ipsa mancipia abduceret, non mihi uidetur esse aequum (rogas enim me ut tibi scribam quid mihi uideatur ; nolo enim negoti Quintum fratrem quicquam habere).

40 Avant lui, SB avait écarté l’idée que Quintus aurait promis à Castricius de payer une dette par un lot d’esclaves et se serait finalement dédit. Il insiste surtout sur les intérêts communs des deux frères dans cette affaire, question sur laquelle je reviendrai dans la troisième partie.

41 Cic., Att., 12.30.2 : de mancipüs Castricianis commodissimum esse credo transigere Egnatius, quod scribis te ita futurum putare.

42 C’est l’interprétation de Früchtl 1912, 91 qui, se fondant sur Att., 7.18.4, observe qu’on emploie régulièrement le verbe exigere pour désigner l’encaissement d’une dette.

43 Cic., Att., 12.5.1 : quod autem os in hanc rem ἔpavov a te ! fac non ad δiψῶσαv Kpήvηv sed ad Πειρήvηv ad eum uenisse <aut> “ἄμπvευμα oεpvòv Aλφεioû”, ut scribis, hauriret, in tantis suis praesertim angustiis. Πoî τaῦra ἄpa ἀπoσKήψƐi ? ; sed ipse uiderit.

ΠƐiρήvηv| Victorius : HEPINHN uel sim. Ω
aut add. Lamb, (marg.)
ἂµπvƐυµα ς ç. ἀvαπv MmR : om. Bds
fort. 'AλφƐoῦ cum Pindaro scribendum dixit SB
τὴv κpήvnv scripsit SB : INTEPHNHN Mm, sim. O : κρήvnv (aut certe πpήknv)Z1 : ὅληv κp- Beaujeu hauriret scripsit SB : -ire Ω

44 Cic.. Att., 2.6.2 : scripsi ad quaestores urbanos de Quinti fratris negotio. Vide quid narrent, ecquae spes sit denari an cistophoro Pompeiano iaceamus.

45 Drumann & Gröbe 19292 4, s. u. C. Pompeius Magnus, 544 : Früchtl 1912, 90.

46 Cic., Att., 2.16.4 : quaestores autem, quaeso, nun etiam de cistophoro dubitant ? Nam si aliud nihil erit, cum erimus omnia experti, ego ne illud quidem contemnam quod extremum est.

47 Cic., Ad Quintum fratrem, 1.3.7 :... ego acceptam ex aerario pecuniam tuo nomine frustra dissiparim.

48 II s'agit du futur triumvir et peut-être de Q. Servilius Caepio Brutus, le futur tyrannicide. Sur ce dernier, voir Münzer, RE, XI. 1917, col. 972-973, s. u. Iunius, no 52. Mais Geiger 1973, 143-156 (spécialement 148-151 et 154) propose avec précaution I'identification pour ce passage dans la mesure où la désignation est inhabituelle. Sans exclure qu'il s'agisse de Caepio Brutus, Geiger envisage, de façon assez convaincante, une autre hypothèse, qui ferait de ce Q. Servilius Caepio le fils du préteur de 91. D'abord très proche de Pompée, il passa dans le camp césarien, adopta Brutus et épousa Hortensia, la fille de l'orateur. Il disparaît des sources peu après 58, époque où il est mentionné comme créancier de Quintus Cicéron. Pour un état de la question : Shackleton Bailey 1976.

49 La formule utilisée plus bas (M. Antonio quantum tu scripseras et Caepioni tantundem solutum est) ne permet pas de dire s'il s'agit de “la somme que tu mentionnes dans ta lettre” ou bien “du billet que tu avais souscrit”.

50 Voir supra note 29.

51 Cic., Att., 2.4.1 : cura ut cum Titinio quoquo modo poteris transigas. Si in eo quod ostenderat non stat, mihi maxime placet ea quae male empta sunt reddi, si uoluntate Pomponiae fieri poterit.

52 Münzer (RE, VI A 2, 1937, col. 1549, s. u. Titinius, no 29) l’identifiait avec le sénateur Q. Titinius (qui est mentionné une demi-douzaine de fois dans la correspondance). SB met en cause cette indentification, eu égard à la fréquence du nom.

53 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.3 : (fundus) quem tibi proximis nundinis Arpini de Fufidio HS CCCIƆƆƆCIƆ emeramus. Il pourrait s'agir de Q. Fufidius, chevalier romain, qui est originaire d'Arpinum. Fufidius est aussi connu par deux lettres de recommandation de l'année 46. adressées à M. Iunius Brutus (Cic.. Fam., 13.11.1 et 13.12.1). Il a été tribun militaire en Cilicie quand Marcus en était gouverneur. Sur ce personnage, voir : Nicolet 1967, 276-304, spécialement 302 ; id. 1974, 883-884 ; Deniaux 1993, 501-503.

54 Cicéron. Ad Quintum fratrem, 3.1.3 : fundum audio te nunc Bobilianun nette retinere. nunc ς : hunc Ω.
Bobil(l)ianum (bouill-) Ω : Bovillanum Lambinus, Watt'. fortasse Babul(l)ianum uel Babuleianus dixit SB : Fufidianum Constans.
Constans conjecture Futidianus (correction reprise par U. Moricca éd., Turin, 1955) mais SB fait ajuste titre remarquer qu'on ne comprend pas comment Marcus pourrait dans le même courrier informer son frère d'une acquisition récente et lui reprocher de vouloir déjà la vendre (note ad loc. ; argumentation identique dans Shatzman 1975, 426. n. 942) ; de plus SB défend la correction nunc au lieu de hunc, ce qui va aussi contre l'hypothèse du Futidianus (Shackleton Bailey 1976. 16-17). Harvey 1990, 346 appuie la conjecture de SB. Babuleianum. ou Babul(l)eianus, en citant, outre le fundus Babuleianus attesté le long du Liris, au sud-est d'Arpinum (CIL., X, 5370), l'existence d’un M. Cassius Babullianus à Capoue (CIL. X, 8225). Quant à la leçon Bovillanum, qui vient des notes en marge de l'édition Lambinus et est reprise par Watt, elle se heurte selon SB à une objection topographique : on ne connaît pas de Bovillae, Bovilla ou Bovillum qui soit situé près d'Arpinum (le seul Bovillae attesté se trouve sur la voie Appienne et très loin d'Arpinum). Pourtant Maclaren 1966. 192-202 spécialement 196 sq. gardait nunc et Bovillanum, comprenant ainsi : "J'ai acheté pour ton compte cette magnifique propriété ; mais je comprends qu'actuellement tu souhaites conserver ta résidence de Bovillae". Dans cette hypothèse, Quintus aurait souhaité la vendre pour payer le Futidianus et aurait changé d’avis. Maclaren propose de voir un jeu de mots sur Bovillus : de même que la via Vitularia tire son nom du bétail mené au marché, Marcus désignerait la propriété comme un Bovillanus, une bouverie en quelque sorte.

55 Cic.. Ad Quintum fratrem. 3.1.3 : de eo quid uideatur ipse constitues.

56 Cic., Ad Quintum fratrem. 3.1.3 : nos pretium seruare posse, si uendere uellemus.
L’idée est qu’en soi, ce ne serait pas une perte d’argent, car il y aurait une servitude imposée à l’acheteur sur l'eau du terrain.

57 Cic., Ad Quintum fratrem, 2.4.2 : redemptori tuo dimidium pecuniae curaui.

58 Martin 1989, 53-54.

59 Cic., Ad Quintum fratrem. 2.5.3 : in aream tuam discessi. Res agebatur mullis structoribus. Longilium redemptorem cohortatus sum. Fidem mihi faciebat se uelle nobis placere. Domus erit egregia ; magis enim cerni iam poterat quam quantum ex forma indicabimus ; itemque nostra celeriter aedificabatur.

60 Cic.. Ad Quintum fratrem, 3.1.6 : urbanam expolitionem urget ille quidem et Philotimus et Cincius ; sed etiam ipse crebro interuiso, quod est facile factu.

61 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.

62 Pour la liste des propriétés, avec l’ensemble des références, voir Lichtenberger 1895, 60 ; Schmidt 1899 passim ; Shatzman 1975, 425-427.

63 Selon SB (ad loc.), le premier serait un entrepreneur et le second son assistant. Dans le § 3 de la même lettre, on voit Marcus et Mescidius comparer le contrat et les travaux entrepris.

64 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.1 : cameras quasdam non probaui ; mutari iussi.

65 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.2 : columnas neque rectas neque e regione Diphilus collocarat. Eas scilicet demolietur.
Harvey 1990, 345 donne la bibliographie sur les realia de la locatio/conductio à travers les textes littéraires. A titre de comparaison, voir la lettre où Pline le Jeune (9.39) donne ses instructions à l’architecte Mustius pour des travaux de réfection.

66 Lichtenberger 1895, 54-55.

67 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.1. Voir SB ad loc.

68 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.1.3 (arcessere). SB (ad loc.) réfute les analyses de Treggiari 1969, 99 sur le contrat qu’aurait souscrit Cillon et sur le statut de Cillon, selon lui un affranchi. Treggiari en faisait un esclave, souscripteur du contrat et travaillant avec d’autres esclaves subordonnés. Cette hypothèse était aussi celle de Martin 19X9. 55. n. 53. Mais Aubert 1994, 154-155, n. 130 signale que ce type de situation juridique ne se rencontre pas avant l'époque d’Auguste voire de Néron.

69 Nicéphore est probablement un affranchi (Treggiari 1969, 107). SB n’excluait pas qu'il fût esclave. Aubert 1994, 154-155 rappelle que l'esclave ne peut contracter avec son propre maître.

70 Cic.. Ad Quintum fratrem. 3.4.5 : de Ascanione tu uero quod uoles facies ; me nihil interpono.

71 On comprend mal pourquoi il est fait mention du préteur au beau milieu des affranchis.

72 Le Castricius en question n'est pas le M. Castricius qui est cité dans 2 Verr. 3.185, un marchand mort en 59 à Smyrne et honoré par la cité (Cic.. Pro Flacco 75). Il s'agit ici de l'homme avec lequel les frères sont en affaires en 45.

73 Cic., Att., 2.7.5 : Castricianum mendum nos corrigemus ; et tamen ad me Quintus HS CCIƆƆ IƆƆ scripserat, non <ut> ad sororem tuam HS f XXX af.
CCIƆƆ IƆƆ R : CCIƆƆ IƆƆƆ uel sim. Ω (exc. R)
ut add. Malaespina
XXXV coniecit SB : XXXM Constans : alii alia
a PMm : at GN : ad V : a te R
A remarquer le glissement des pronoms entre le nous et le je.

74 Cic., Att., 12.28.3 (rogas enim me ut tibi scribam quid mihi uideatur ; nolo enim negoti Quintum fratrem quicquam habere ; quod uideor tibi intellexisse tibi uideri idem) et 12.30.2. Sur cette affaire, voir Früchtl 1912, 115-116.

75 Cic., Ad Quintum fratrem, 1.3.7 : qua re quid ad me scripsisti de permutatione ? quasi uero nunc me non tuae facultates sustineant.

76 Cic., Att., 4.3.6 : re familiari comminuti sumus. Quinti fratris tamen liberalitati pro facultatibus nostris, ne omnino exhaustus essem, illo recusante subsidiis amicorum respondemus. Voir Früchtl 1912, 90 ; Lichtenberger 1895, 60 ; Shatzman 1975, 416.

77 Cic., Att., 11.13.4 : Quintus queritur per litteras sibi nos nihil dedisse, qui neque ab illo rogati sumus neque ipsi eam pecuniam aspeximus. Sed uelim uideas quid sit quod confici possit quidque mihi de omnibus des consili ; et causam nosti.

78 Cic, Att., 13.46.4 : Quinto delegabo si quid aeri meo alieno superabit et emptionibus, ex quibus mi etiam aes alienum faciendum puto. Beaujeu (CUF) comprend le texte comme une boutade.

79 Cic., Att., 15.20.4 : in eam diem cadere nummos qui a Quinto debentur.

80 Shatzman 1975, 420, n. 918 rapproche ce passage de Cic., Att., 13.46.4 et pense qu’il s’agit de la même somme, donc que ce n’était pas une plaisanterie (même interprétation pour Lichtenberger, 1895, 62 ; uide contra la trad. CUF). Mais un peu plus loin (p. 426), la formulation est plus nuancée et Shatzman parle seulement du frère aîné “prêt à lui consentir un prêt”.

81 Shatzman 1975, 426-427.

82 Cic., Att., 4.3.2 : Quinti fratris domus primo fracta coniectu lapidum ex area nostra, deinde inflammata iussu Clodi.

83 Cic., Ad Quintum fratrem, 2.14.3 : illa etiam magni aestimatio mea, άµφiλαφίαv illam tuam et explicationem debitorum tuorum. Illud quidem sic habeto, nihil nobis expeditis ualebimus fore fortunatius. D’autres légats étaient animés par les mêmes motivations. Ainsi en est-il de Trebatius : Cic., Fam., 7.17.1 (pecunia ablata domum redire properabas) ; 7.16.3 (te diuitem futurum... bene nummatum te futurum) ; 7.13.1 (moriar ni... puto te malle a Caesare consuli quam inaurari !).

84 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.6[8].1 : rogo ut in istis molestiis et laboribus et desideriis recordere consilium nostrum quod fuerit profectionis tuae. Non enim etiam commoda quaedam sequebamur parua ac mediocria. Quid enim erat quod discessu nostro emendum putaremus ? Praesidium firmissimum petebamus ex optimi et potentissimi uiri beneuolentia ad omnem statum nostrae dignitatis. Là encore, soulignons le glissement des adjectifs possessifs : nostrae dignitatis.

85 Wiseman 1966, 109.

86 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.6(8]. 1 : plura ponuntur in spe quam petimus ; reliqua ad iacturam reseruentur.

87 Cic., Ad Quintum fratrem, 3.7[9].4 : de mancipiis quod mihi polliceris, ualde te amo et sum equidem, uti scribis, et Romae et in praediis infrequens ; sed caue, amabo, quicquam quod ad meum commodum attineat, nisi maximo tuo commodo et maxima tua facultate, mi frater, cogitaris.

88 Sur le partage du butin par le général en chef, voir Shatzman 1972.

89 Mitchell 1991. 191-192.

90 Cic., Fam., 7.7.2 (imperatorem <habes> liberalissimum, aetatem opportunissimum) ; 7.17.2 ; 1.9.12.

91 Cic., Att., 5.6.2 ; 5.10.4...

92 Mac Dermott 1971 fait un parallèle, audacieux mais somme toute parlant, avec les Kennedy.

93 Andreau 1990, 521.

94 Cic., Alt., 14.13.5 : esse rumores me ad lacum quod habeo uenditurum, minusculam uero uillam utique Quinto traditurum uel impenso pretio.

95 Cic., Fin., 4.68 (dans une critique des principes stoïciens sur le souverain bien) : cum enim, quod honestum sit, id solum bonum esse confirmatur, tollitur cura ualetudinis, diligentia rei familiaris, administratio rei publicae, officia uitae, ordo gerendorum negotiorum, officia uitae...

96 Cic., De officiis 2.87 : res autem familiaris quaeri debet eis rebus a quibus abest turpitudo, conseruari autem diligentia et parsimonia, eisdem etiam rebus augeri.

97 CiC..Att., 13.42.1.

98 Cic., Att., 15.26.1.

99 Garrido Bozic 1951. 12-16 (avec les références aux sources).

100 Cic., Att., 10.10 ; 10.11 : 10.12.

101 Cic., Att., 15.29.2.

102 Appien. Bella Ciuilia. 4.4 ; Dion Cassius 47.10.6-7.

103 Cic. Att., 12.17 (Marcianus cité seul) ; 12.53 (Marcianus et Montanus ; cf. 12.52.1 pour la mention du séjour avec Marcus junior) ; 13.1.1 (les Tullii).

104 Cic. Att., 12.52.1 :... Montanum Planco debere quod praes pro Flaminio sit (la lettre date de mai 45 : on ne sait à quand remonte l'obligation contractée) : 16.15.5 (avec quelques variantes sur le montant des sommes dans les manuscrits mais peu importe qu'il s’agisse de 20 ou 25 000 sesterces, retenons l'ordre de grandeur de la dette).

105 Früchtl 1912. 54.

106 Cic. Att., 14.16.4 ; 14.17.6 ; 14.18.3.

107 Cic., Att., 16.15.5. Früchtl 1912. 84-85 avance que Flaminius aurait acquitté une partie de la somme et Cicéron aurait voulu acquérir un droit sur la créance de Flaminius en payant à la place de Montanus. Marcus iunior aurait pressé son père de payer la dette à la place de Montanus, ce qui ne fut pas fait à temps et le procurateur de Montanus, Aurelius, aurait dû emprunter à un très haut intérêt.

108 Cornelius Nepos, Atticus, 15.3 :...omnia Ciceronian (...) negotia procuraret.

109 Andreau 1990, 518-519.

110 Cic., Ad Quintum fratrem, 1.3.7 mentionne un emprunt possible à Crassus et Calidius (préteur en 57 ; voir Sen. 22-23). Quintus avait de bonnes relations avec Crassus. Voir Mac Dermott 1971, 706-707.

111 Andreau 1990. 520.

112 Andreau 1990.522.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search