Version classiqueVersion mobile

Mentalités et choix économiques des Romains

 | 
Jean Andreau
, 
Jérôme France
, 
Sylvie Pittia

Introduction

Les origines de ce livre

Jean Andreau, Jérôme France et Sylvie Pittia

Texte intégral

1Depuis les années 1970, quelques grands thèmes ont dominé les études et débats relatifs à l’économie antique. Ce sont avant tout : le rôle du commerce, des marchés et du marché ; le rôle respectif de la ville et de la campagne ; la politique économique (ou l’absence de politique économique) des cités, des royaumes et des empires ; le rôle des esclaves ; l’évolution des techniques et des rendements ; l'évolution de l’économie antique, son éventuelle croissance et les limites de cette croissance ; et la nature des patrimoines et des divers intérêts des élites. Le présent livre se rattache à ce dernier thème, d’une façon que nous voudrions justifier brièvement.

2Comme J. Andreau le rappelle aussi au début de son chapitre sur “Les choix économiques des notables romains”, beaucoup d'études sur l’économie grecque et surtout romaine ont été consacrées, au cours des deux dernières décennies, aux intérêts économiques des divers milieux sociaux. Ces enquêtes concernent avant tout les milieux pour lesquels nous disposons de la meilleure documentation, ce qu'on peut appeler les "aristocraties” (les sénateurs, les chevaliers, une partie au moins des élites municipales d'Italie et des diverses provinces), et en outre les groupes sociaux et statutaires liés aux affaires des aristocraties, à savoir les esclaves et affranchis (soit que ces derniers, du point de vue économique, dépendent étroitement de leurs patrons, soit qu’ils paraissent au contraire relativement indépendants ; la plupart du temps, nous ignorons d’ailleurs s’ils sont indépendants ou non).

  • 1 Aubert 1994.
  • 2 Voir par exemple : Bagnall 1995 et la bibliographie qui y est indiquée ; Bagnall 1997 ; Rathbone 19 (...)

3Certaines de ces études sur les intérêts économiques des aristocraties sont fondées sur des sources déjà connues, mais que leurs auteurs étudient plus en profondeur ou réinterprètent ; c’est le cas des textes juridiques1 ou de la papyrologie2. D’autres sont menées à partir d’une documentation nouvelle. Cette documentation nouvelle est évidemment précieuse, et elle a beaucoup accru nos connaissances. Mais, comme elle relève de l’archéologie (fouilles de domaines ruraux et campagnes de prospection ; fouilles de mines, de crassiers et de bâtiments proches des mines ; fouilles d'ateliers, de fours, d’entrepôts, de boutiques, d’épaves de navires, etc.) et de l’épigraphie de l'instrumentum (marques imprimées, inscriptions peintes, graffiti), il est assez rare qu’elle permette de définir précisément le rôle joué par les personnages nommés. A plus forte raison il se révèle impossible, à partir d’un tel matériel, d’analyser les tenants et aboutissants de leur conduite économique.

  • 3 Bornons-nous à citer Amphores 1989, Rodriguez Almeida 1984 et Tchernia 1986. Parmi les recherches q (...)

4L’un des objectifs des études mentionnées ci-dessus a souvent consisté à établir une liste de noms, à répartir les noms ainsi réunis entre les divers niveaux de la hiérarchie sociale, ainsi que par époques et par régions ou localités, et à s’interroger sur la présence ou l’absence des membres des aristocraties. Ces listes permettent de se faire peu à peu une vision plus précise de l'ampleur des patrimoines et revenus des sénateurs et chevaliers et de certains autres notables (magistrats municipaux, riches affranchis). Il serait trop long, dans cette introduction, de présenter une bibliographie de ces diverses recherches. Elles illustrent en tout cas une démarche très intéressante et qui a fourni d’excellents résultats3. La qualité de ces recherches n’est donc pas en cause. Notre objectif n’est certainement pas d’en faire la critique, et, dans ce livre, nous n’entreprendrons pas de nous interroger sur la fiabilité des résultats de chacune des études auxquelles a donné lieu cette orientation de recherche.

5Mais nous avons cru remarquer que, dans la plupart des cas, cette situation ne conduit à s’interroger ni sur les choix des agents économiques, ni sur la manière dont ils prennent leurs décisions, ni sur la place que tient chacun des agents dans la gestion des actions décidées.

  • 4 Labate & Narducci 1981.

6Or, la littérature philosophique et morale, grecque et latine, a donné lieu, depuis des siècles, à une très riche bibliographie, portant en partie sur les problèmes qui se posent au "père de famille” et sur la manière dont il doit y faire face. Songeons par exemple aux traités de Xénophon, de Cicéron, de Sénèque et de Plutarque. Mais qui utilise de façon approfondie cette bibliographie quand il s’agit de parler du patrimoine des notables, et même quand il s’agit du patrimoine des auteurs de ces traités ? Pour ceux qui admettent que ces hommes pensaient à l’argent et presque exclusivement à l’argent, à quoi servirait d’analyser leurs conceptions éthiques ? Rares sont ceux qui, comme M. Labate et E. Narducci, s’efforcent de comprendre, à partir d’une réflexion éthique (ou au moins en relation avec elle), l’action publique et privée des notables qu’ils étudient4.

  • 5 Cozzo 1988 et 1991 ; Descat 1986 ; Loraux 1982 ; Vernant 1979. Voir aussi le tome 23, 1998 de la re (...)
  • 6 Voir surtout Lloyd 1990.

7Depuis quinze ou vingt ans, une série d’études relevant de ce qu’on nomme histoire des “mentalités”, ou psychologie historique, ou encore anthropologie historique, a été menée sur l’acte, sur le travail et l’effort, sur l’initiative, parfois dans le domaine latin (par P. Veyne, par exemple), le plus souvent dans le domaine grec (songeons notamment à certains travaux de A. Cozzo, de R. Descat, de N. Loraux et de J.-P. Vernant)5. Nous n’ignorons certes pas que la notion de “mentalités” a, ces dernières années, été débattue6. Le titre de ce livre et celui du chapitre dû à K. Verboven montrent que nous ne renonçons pas à l’utiliser. Mais, ici, nous ne souhaitons pas aborder de front ce débat.

8Quoi qu'il en soit, les études d’anthropologie historique ne sont presque jamais citées dans la bibliographie relative aux intérêts économiques des aristocraties. Car. dans cette bibliographie, le problème de la décision économique n’est en général pas abordé, ou de façon trop expéditive. Après avoir pointé les interventions certaines ou probables de chaque individu repéré, on se borne en général à interpréter ces interventions en fonction de mobiles psychologiques très simples et tenus pour universels (la tendance à gagner de l’argent, le désir d’ascension sociale). Il y a donc un hiatus presque complet entre les recherches portant sur les états d'esprit des notables et celles qui étudient leurs intérêts, alors qu’il est pourtant évident que leur intérêts dépendaient nécessairement de leur état d’esprit.

9La documentation textuelle est extrêmement riche en matière de prise de décision, qu'il s'agisse de la gestion des affaires publiques ou des affaires privées. Dans le domaine privé, outre les choix proprement “économiques” (achat, vente, exploitation et entretien des éléments du patrimoine ; dépense des revenus et consommation), les chercheurs modernes sont confrontés dans les sources à beaucoup d’autres décisions, concernant soit les carrières politiques, soit les décisions d'ordre familial (mariages, divorce, successions), soit d'autres formes de relations sociales (par exemple, les décisions touchant à l’évergétisme). L’étude de la prise de décision économique gagnerait beaucoup à être menée en relation avec ces autres types de prise de décision, dont chacune a fait l’objet d’une riche bibliographie, ne serait-ce qu'à travers tous les commentaires philologiques et historiques des diverses œuvres. Elle y gagnerait d’autant plus que la vie d’un notable était faite à la fois, et de façon indissociable, de politique, d'événements patrimoniaux et familiaux, de cérémonies et d'évergésies.

  • 7 Certaines recherches récentes l'ont cependant mise à contribution. Songeons notamment à Aubert 1994

10Les recherches portant sur les domaines ruraux, sur les briques et tuiles, sur les ateliers de céramique, etc., tirent parti de tel ou tel texte juridique qui concerne précisément le domaine étudié. Mais toute la littérature juridique générale sur l’action du sujet échappe trop souvent à une analyse approfondie, alors que pourtant elle a donné lieu à une complexe stratigraphie de gloses et de commentaires. Cette littérature peut, elle aussi, être davantage mise à contribution7.

  • 8 Voir Crouzet 1972 et 1985, et Verley 1985.
  • 9 Descat 1986. notamment p. 307-310.

11Il n’est pas vrai que les motifs des agents économiques, la manière dont ils se décident et conçoivent leur action, la manière dont ils choisissent les modes de gestion, soient indifférents à l'histoire économique. Une partie importante des recherches consacrées aux États modernes, avant et après la Révolution industrielle, porte précisément sur de tels facteurs8. Il n’y a pas de raison pour qu’ils soient tenus pour secondaires par l'histoire économique de l’Antiquité. L’Antiquité n’a pas connu de science économique ; si cette situation s’explique, comme le conclut R. Descat9, par l’absence d’une "catégorie de l’agent”, par “une conception de l’agent économique dans sa situation, ses choix et ses moyens de décision”, il est précisément important d’étudier ces choix. Et il reste, de toute façon, que les agents, dans la vie économique concrète, avaient des moyens de décision et exerçaient des choix. Ce sont ces choix et ces moyens qu'il s'agit d'analyser.

Objet et évolution de notre enquête

12En 1995, nous avons donc constitué un groupe de travail, dans le cadre de l'unité de recherche “Fonctionnement des systèmes économiques et sociaux dans le monde romain et hellénistique” (l’UMR 8585, qui a désormais pris le nom de “Centre Gustave Glotz"). Ce programme, dont les recherches étaient orientées vers l'histoire économique de l’Antiquité, se composait alors de X. Colin, S. Demougin, de M. Dondin-Payre, de Y. Thomas et de nous trois. Il s’est consacré à la “Prise de décision économique privée dans le monde romain”.

13Nous avons décidé de nous répartir des corpus de textes littéraires, épigraphiques ou juridiques, et d’étudier méthodiquement la prise de décision économique privée dans chacun de ces corpus. Ainsi, M. Dondin-Payre a choisi de s’occuper des biographes latins, S. Pittia de la correspondance de Cicéron et J. Andreau des traités et discours de quelques auteurs grecs du Haut Empire, Plutarque, Lucien et Dion de Pruse.

14Nous avons décidé aussi d’établir un premier classement des divers aspects de la question que nous voulions ainsi traiter. Ces aspects étaient au nombre de quatre :

  1. Les mécanismes proprement dits de la prise de décision (qui, sauf exception, sont nécessairement moins complexes que dans le cas des affaires publiques) : préparation de la décision ; manière dont elle est prise ; délais à l’issue desquels elle est prise ; identité de ceux que le père de famille fait participer à la décision (ou qui la prennent à son instigation et à sa place) ; identité et rôle des éventuels conseillers.

  2. La documentation qui était disponible à l’époque (avec les problèmes posés par les documents comptables et par leur nature) ; et éventuellement la documentation que l’on réunissait dans la perspective de la décision à prendre.

  3. Le contenu des motifs et mobiles qui conduisaient à la décision (par exemple, rôle respectif de l'intérêt financier et des facteurs non financiers dans la décision ; bénéfices relevant du "capital” proprement dit, et bénéfices relevant du “capital symbolique” ; passerelles entre les diverses formes de capital ; cupidité et désintéressement) ; et le contenu de la décision elle-même.

  4. La manière dont elle était exécutée et dont son exécution était gérée et suivie (est-ce que le maître de maison se limite à prendre quelques grandes décisions, sans s'intéresser à leur mise en œuvre, ou au contraire tient-il à exercer un contrôle à chaque phase de cette mise en œuvre ?).

  • 10 Andreau & Bruhns 1990.

15Ces propositions rejoignaient, au fond, celles qui avaient poussé J. Andreau et H. Bruhns, à partir de 1982, à créer et à animer le groupe de travail “Stratégies Familiales Aristocratiques dans l'Antiquité romaine”. Le travail de ce groupe avait abouti, en 1986, à la tenue d’un colloque, dont les actes ont été ensuite publiés en 1990, aux éditions de l’École Française de Rome10. Ce volume constitue en quelque sorte, du côté de la parenté, l’arrière plan des recherches que nous avons menées par la suite. En effet, la publication du groupe des années 1980 a montré qu’en dépit de la forte présence symbolique de la parenté dans la littérature latine (et notamment de la parenté gentilice), les décisions patrimoniales étaient, dans la société romaine classique et tardive, le fait des patres familias, qui, au moins en principe, géraient souverainement leur “maison”. On se pique d’appartenir à une lignée, et plus elle est ancienne, plus elle est prestigieuse ; mais il y a un décalage entre cette valeur symbolique de la lignée et la gestion courante du patrimoine.

16Dans le programme initié en 1995, il s’agissait donc de s’engager beaucoup plus avant dans les mécanismes de décision individuelle et dans le détail de l’activité patrimoniale et économique. S. Pittia, dans son chapitre "L'influence des liens de parenté sur la prise de décision économique : le cas des Tullii Cicerones”, s’inscrit dans la ligne du livre de 1990, mais en orientant beaucoup plus nettement le thème de la parenté vers le propos du présent livre.

  • 11 Nicolet 1990.

17Un tel thème (la “prise de décision économique privée”) nous paraissait d’autant plus adapté à notre équipe de recherche que, fondée par Cl. Nicolet, elle s’est beaucoup intéressée dans le passé à la prise de décision politique (decision-making process). Dans la première livraison des Cahiers du Centre Gustave Glotz, Cl. Nicolet insistait sur l'importance de cette étude des processus de prise de décision politiques, - étude dont il écrivait qu’en Histoire ancienne elle devait avoir un objet nettement plus large que dans la science politique contemporaine11. Étant donné les rapports extrêmement étroits que les aristocraties entretenaient avec l’État romain, il est d’autant plus intéressant de se tourner vers la prise de décision privée.

  • 12 Kurke 1991 et von Reden 1995.

18Au cours des années qui ont suivi, entre 1995 et 2000, nous avons tenu un certain nombre de réunions, où nous réfléchissions à notre démarche, où nous écoutions d'autres collègues et amis extérieurs à notre groupe mais travaillant sur des sujets proches, soit antiquisants (J.-J. Aubert, R. Descat, M. Ioannatou, K. Verboven), soit spécialistes d’histoire moderne ou d’économie (A. Guéry, J. Maucourant, J.-Fr. Schaub). Certains d’entre nous ont présenté au cours de ces séances les premiers résultats de leur enquête (par exemple J. Andreau, M. Dondin Payre et S. Pittia). Nous nous sommes efforcés en outre d’analyser des livres récents qui nous paraissaient utiles à notre propos, par exemple ceux de L. Kurke et de S. von Reden12.

19Le présent livre est le résultat des recherches de ce groupe. Il faut cependant insister sur le fait que le projet de départ a évolué en cours de route. Quant aux thèmes étudiés, il s’est élargi, comme le montre le titre de notre livre. Le dépouillement de ces corpus, dont certains n’étaient pas très riches, nous amenait à nous répéter, et il était impossible d’étudier, dans tous les corpus, les quatre aspects de la décision économique ainsi délimités. En outre, plusieurs corpus renvoyaient à tel ou tel problème général, sans l’étude duquel il était impossible d’expliquer des décisions ponctuelles. Nous avons été ainsi conduits dans deux directions différentes : une étude des choix, plus proche du projet de départ, et une étude des manières de penser, qui en découlait mais s’en éloignait davantage.

20Certains d’entre nous sont donc restés plus proches du projet de départ, et d’autres non. Le chapitre de M. Dondin Payre, par exemple, reste fidèle au projet de départ (“La prise de décision économique privée d'après les biographies”). Celui de S. Pittia traite de la correspondance de Cicéron, comme il était prévu en 1995 ; elle s'est particulièrement attachée à la manière dont les deux frères géraient chacun leur patrimoine. L’un des deux chapitres de J. Andreau (“Sur les choix économiques des notables romains”) aborde, certes, un large problème (les grandes stratégies économiques globales), mais à partir de corpus très limités, les œuvres des agronomes latins et les traités moraux et philosophiques de Plutarque. Comme celui de S. Pittia et comme l’autre chapitre de J. Andreau (“Les esclaves ‘hommes d'affaires’ et la gestion des ateliers et commerces”), il porte davantage sur les choix que sur les manières de penser.

21Au contraire, le chapitre de J. France, qui traite du corpus des monuments funéraires de la cité des Trévires et notamment de celui d’Igel, s’interroge sur les manières de penser plutôt que sur les choix. De même pour celui de K. Verboven, qui a choisi de se consacrer au groupe social des grands hommes d’affaires (“Mentalité et commerce. Le cas des negotiatores et de ceux qui negotia habent”).

22De son côté, Y. Thomas a choisi d’étudier une autre série de textes juridiques, également relatifs aux esclaves, pour montrer qu'il existait chez les jurisconsultes romains, dès le ier siècle a.C., une véritable réflexion sur le travail abstrait, une notion claire du travail comme objet autonome, “pensé en dehors des formes naturalisantes de la valeur d’usage” (“Travail incorporé dans une matière première, travail d'usage et travail comme marchandise. Le droit comme matrice des catégories économiques à Rome”). Enfin, J.-J. Aubert ouvre le débat sur le rôle de l'écrit ("L'usage de l’écriture dans la gestion d’entreprise à l’époque romaine”). Le titre du livre rend bien compte des deux directions principales de notre enquête, - les choix et les “mentalités”.

23Nous avons demandé à J. Maucourant, spécialiste de l'histoire des idées économiques et excellent connaisseur de K. Polanyi et des institutionnalistes, de réagir aux textes que nous avons écrits à partir de la documentation antique. Son texte ("Rationalité économique ou comportements socio-économiques ?”) complète très heureusement l’ensemble des autres chapitres, et il les questionne de façon stimulante.

24Même si, comme nous venons de l'expliquer, l’ensemble du livre a évolué par rapport au programme élaboré en 1995, il continue à traiter de la prise de décision économique et patrimoniale, et il nous paraît cohérent.

  • 13 Ioannatou 1997. Cette thèse de doctorat, soutenue à l’Université de Paris II en 1997, sera publiée (...)
  • 14 Ioannatou 2001.

25Parmi les collègues qui étaient venus exposer devant notre groupe certains aspects de leurs recherches, il y avait Marina Ioannatou, spécialiste d’histoire du Droit et élève de M. Humbert. Elle travaillait alors à sa thèse de doctorat13. L’exposé qu’elle avait fait devant notre groupe a été ensuite publié, sous une autre forme, dans Annales Histoire, Sciences Sociales14. En 1999, M. Ioannatou a décidé de participer complètement à notre programme et à l’UMR 8585, et d’apporter sa contribution à notre nouveau projet, qui est une étude de quelques aspects du vocabulaire économique grec et latin. Le 6 novembre 2002, alors qu'elle se trouvait dans le train Paris-Vienne, elle a été victime, au cours de la nuit, de l’incendie qui a ravagé un des wagons de ce train, tout près de Nancy. La disparition de cette amie et de cette jeune collègue de très grande qualité nous bouleverse. Nous avons tenu à ce que l’article qu’elle avait publié dans les Annales soit repris ici. Nous y avons d’autant plus tenu que cet article s'inscrit exactement dans le thème de notre projet de 1995 et dans le sujet de notre livre. Et, en pensant aussi à son compagnon et à son fils David, nous dédions ce livre à sa mémoire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Amphores 1989 : Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherches, Coll. EFR 114, Rome.

Andreau. J. et. Bruhns, éd. (1990) : Parenté et stratégies familiales dans l'Antiquité romaine, Coll. EFR 129, Rome.

Aubert. J.-J. (1994) : Business Managers in Ancient Rome, A Social and Economic Study of Institores, 200 B.C.-A.D. 250, Leyde.

Bagnall, R. S. (1995) : Reading Papyri, Writing Ancient History, Londres-New York. (1997) : The Kellis Agricultural Book (P Kell. IV. Gr. 96), Oxford.

Cozzo, A. (1988) : Kerdos, Semantica, ideologie e société nella Grecia antica, Rome. (1991) : Le passioni economiche nella Grecia antica, Palerme.

Crouzet, Fr. (1972) : Capital Formation in the Industrial Revolution, Londres.

(1985) : De la supériorité de l'Angleterre sur la France : l'économique et l'imaginaire (xviie-xxe siècles), Paris.

Descat, R. (1986) : L’acte et l’effort, Une idéologie du travail en Grèce ancienne (8e-5e siècles av. J,-C.), Annales Littéraires de l’Université de Besançon 339, Paris.

Domergue, Cl. (1990) : Les mines de la péninsule Ibérique dans l'Antiquité romaine, Coll. EFR 127, Rome.

(1994) : “Production et commerce des métaux dans le monde romain : l'exemple des métaux hispaniques d'après l'épigraphie des lingots”, Epigrafia, 61-91.

Epigrafia (1994) : Epigrafia della produzione e della distribuzione (ouvrage collectif), Coll. EFR 193, Rome.

Giardina, A. et A. Schiavone, éd. (1981) : Società romana e produzione schiavistica, I-III, Modelli etici, diritto e transformazioni sociali, Bari-Rome.

Harris, W. V., éd. (1993) : The Inscribed Economy. Production and Distribution in the Roman Empire in the Light of Instrumentum Domesticum, JRA Suppl. 6, Ann Arbor.

Helen, T. (1975) : Organization of Roman Brick Production in the First and Second Centuries A.D., Helsinki.

Ioannatou, M. (1997) : Affaires d'argent dans la correspondance de Cicéron, L'aristocratie sénatoriale face à ses dettes. Thèse de Doctorat préparée sous la direction de M. Humbert et soutenue à l’Université de Paris II (à paraître).

(2001) : “Le code de l’honneur et des paiements, Créanciers et débiteurs à la fin de la République romaine”, Annales HSS, 56, 1201-1221.

Kurke, L. (1991) : The Trafic in Praise, Pindar and the Poetics of Social Economy, Ithaca-Londres.

Labate, M. et E. Narducci (1981) : "Mobilità dei modelli etici e relativismo dei valori. il’personaggio’di Attico", in : Giardina & Schiavone 1981. 127-182.

Liou, B. et A. Tchernia (1994) : "L'interprétation des inscriptions sur les amphores Dressel 20". Epigrafia, 133-156.

Lloyd, G. E. R. (1990) : Demystifying Mentalities, Cambridge (trad, fr., Paris, 1993).

Loraux, N. (1982) : “Ponos, Sur quelques difficultés de la peine comme nom de travail", AION (archeol), 4, 171-192.

Nicolet, Cl. (1990) : "Du pouvoir dans l’Antiquité : les mots et les réalités", CCG. 1,3-11.

Rathbone, D. (1991) : Economie Rationalism and Rural Society in Third-Century A.D. Egypt, Cambridge.

Reden, S. von (1995) : Exchange in Ancient Greece, Londres.

Rodriguez Almeida, E. (1984) : Il Monte Testaccio. Ambiente, storia, materiali. Rome.

Steinby. M. (1978) : RE, Suppl. 15, s.v. Ziegelstempel von Rom und Umgebung, col. 1489-1531.

Steinby, M. (1982) : “I senatori e l’industria laterizia urbana”, Epigrafia e ordine senatorio, ouvrage collectif, Rome, I, 227-237.

Tchernia, A. (1986) : Le vin de l'Italie romaine, Rome.

Verley, R (1985) : La révolution industrielle, Paris.

Vernant, J.-P. (1979) : “Catégories de l'agent et de l’action en Grèce ancienne”, Religions, histoires, raisons, Paris, 85-95.

Notes

1 Aubert 1994.

2 Voir par exemple : Bagnall 1995 et la bibliographie qui y est indiquée ; Bagnall 1997 ; Rathbone 1991.

3 Bornons-nous à citer Amphores 1989, Rodriguez Almeida 1984 et Tchernia 1986. Parmi les recherches qui s'interrogent directement sur le rôle des agents et sur leur conduite économique, mentionnons : Domergue 1990 et 1994 ; Harris 1993 ; Helen 1975 ; Liou & Tchernia 1994 ; Steinby 1978 ; Steinby 1982.

4 Labate & Narducci 1981.

5 Cozzo 1988 et 1991 ; Descat 1986 ; Loraux 1982 ; Vernant 1979. Voir aussi le tome 23, 1998 de la revue Ktema, qui est consacré au thème “Public et privé en Grèce ancienne : lieux, conduites, pratiques”.

6 Voir surtout Lloyd 1990.

7 Certaines recherches récentes l'ont cependant mise à contribution. Songeons notamment à Aubert 1994.

8 Voir Crouzet 1972 et 1985, et Verley 1985.

9 Descat 1986. notamment p. 307-310.

10 Andreau & Bruhns 1990.

11 Nicolet 1990.

12 Kurke 1991 et von Reden 1995.

13 Ioannatou 1997. Cette thèse de doctorat, soutenue à l’Université de Paris II en 1997, sera publiée aux éditions De Boccard, probablement en 2004.

14 Ioannatou 2001.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search