Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Conclusion

Qui était Démade ?

Texte intégral

  • 1 La réévaluation de l'œuvre historique de Diodore, réévaluation qui ne fait pas mystère d'indiscutab (...)

1Peut-être trouvera-t-on qu'en redessinant le personnage de Démade, j'ai quelque peu malmené les sources littéraires, davantage fait preuve d’esprit de contradiction que de sens critique et manié de façon excessive l'hypercritique et le paradoxe. C'est après tout possible. Cependant, il m’a paru impératif de chercher à replacer les mentions du personnage dans la littérature et leurs origines dans le contexte qui les a vu naître, puis de les confronter avec les témoignages épigraphiques, ce qui leur donnait derechef un autre éclairage. Chacun sait que les Grecs, pour ne parler que d’eux, avaient des conceptions de l'histoire qui n'étaient pas toujours mues par le simple désir de comprendre le passé, et la manière dont les orateurs du ive siècle recomposaient les événements plus ou moins récents en dit d'ailleurs long sur l'évanescence de l'idée même de vérité, mais aussi la valeur pédagogique qu’ils reconnaissaient à l'histoire – ou plutôt à la façon toute personnelle qu'ils avaient de la rapporter. Si l'on veut simplifier, nous dirions que Démosthène et les autres orateurs n’étaient pas Hérodote-et ils n'en avaient d'ailleurs ni l'intention ni la prétention. Or, nous ne connaissons Démade que par des textes polémiques, à l'exception de Diodore de Sicile qui, une fois n'est pas coutume, a fait ici figure de source la plus fiable1. Aussi ai-je tenté de retrouver, au fil des pages précédentes, la manière dont s'était construite l'histoire d'Athènes dans les années qui séparent Chéronée de la mort de Démade. Des héros positifs ont été créés, idéalisés, pour des desseins qui ne se limitaient pas au pieux entretien de la mémoire, car ceux qui furent à l'origine d'une tradition élogieuse avaient tous quelque chose à gagner en érigeant les statues de bronze de Phocion, Lycurgue ou Démosthène, au propre comme au figuré. Cela s'est réalisé en trois étapes, correspondant à trois pulsations violentes de l'histoire intérieure d’Athènes hellénistique.

2Démétrios de Phalène, ami de Phocion, qui avait pu échapper en 318 aux règlements de compte au cours desquels celui-ci fut condamné à mort et exécuté, eut beau jeu, dès 317, de peaufiner la figure d'un Phocion martyr, victime d'une populace aveugle. Outre qu'il honorait, en faisant dresser sa statue sur l'agora, l’homme dont il avait été le fidèle partisan, il présentait comme modèle de vertu celui qui avait tout fait pour éviter l'expulsion de la garnison macédonienne de Munychie, garnison sur laquelle Démétrios de Phalèie s’appuya durant dix ans pour représenter Cassandre dans sa cité. Son exil en 307 et surtout sa position à la tête de la Bibliothèque d'Alexandrie lui fournirent tout loisir de détailler le portrait de Phocion qu’à sa suite les écoles philosophiques travaillèrent jusqu'à en faire l’exemple inaltérable de l'homme politique poussant la noblesse de caractère jusqu'à mépriser la mort injuste que lui faisait subir un dèmos qui, décidément, ne méritait pas de diriger la cité. Mais parce que, durant de nombreuses années, et notamment de 322 à 319, Phocion et Démade, avec une pensée et des objectifs peut-être différents, avaient poursuivi une politique identique, il était impératif de souligner et au besoin d’inventer ce qui était susceptible de les différencier dans leur prétendue moralité publique et privée. Tel fut le rôle dévolu aux aphorismes de Démade.,qui présentent un personnage d’une flagrante immoralité et d’un opportunisme cynique dans la pratique du pouvoir.

3En 307, au moment de la défaite de Cassandre et de la chute concomitante de Démétrios de Phalère, la figure de Phocion n’était plus envisageable pour les démocrates de retour aux affaires, eux qui l’avaient précisément condamné quelques années auparavant. Pourtant, le nouveau régime avait tout autant besoin d’une référence morale. Ce fut Lycurgue. Stratoclès, un orateur ambigu si l’on en croit les sources, avant tout préoccupé de rendre hommage aux puissants de son temps et aux héros du passé pour mieux asseoir son pouvoir dans la cité, fit voter un décret posthume rappelant, en les amplifiant et même en les inventant, les mérites passés de l’orateur, lui accordant la responsabilité pleine et entière de toutes les mesures de redressement intérieur après Chéronée, et omettant par là même de rappeler celle des hommes qui l’avaient secondé, épaulé ou même dépassé — au premier rang desquels Démade. Habrôn, le propre fils de Lycurgue, prenait en même temps la direction des finances de la cité avec le titre officiel de ό έπὶ τ διοικήσει, et l’année suivante, la tête de la caisse militaire : la destinée de Lycurgue était tracée et assurée. Quand bien même celle-ci apparaît moins usurpée que celle de Phocion, elle eut pour Démade une conséquence tout autant négative : il n’était certes pas accablé d’accusations grossières et mensongères, mais il disparaissait de l’histoire d’Athènes qu’il avait pourtant contribué à rédiger.

  • 2 Polybe rappelle, en la critiquant, la thèse défendue par Timée, selon qui Démosthène s’était opposé (...)

4Le troisième et ultime moment de la déchéance historique de Démade se situe en 287, lors du retour de la démocratie après la chute définitive de Démétrios Poliorcète, et s'identifie avec l’arrivée au premier plan de Démocharès, le neveu de Démosthène. Il fallait célébrer a nouveau la restauration de la patrios politeia d’une cité libérée du joug macédonien. Quelle meilleure figure potentielle que celle de Démosthène qui, dans les discours publiés par ses soins, se faisait le dénonciateur inlassable et solitaire de la menace macédonienne ? Un demi-siècle s’était écoulé depuis la bataille de Chéronée, et le souvenir d’une politique bien moins rigide qu’il avait épousée vis-à-vis du vainqueur après cette date s'était estompé des mémoires. Ne demeurait plus que l’image d’un opposant résolu à l'expansion macédonienne, que les sbires d’Antipater avaient assassiné. En symbolisant la restauration démocratique d’Athènes, il devenait the right man at the right place et ce d'autant plus aisément que son neveu, qui joua un certain rôle dans sa cité entre 287 et 280, avait tout intérêt a le grandir. Bien sûr, cette réécriture du passé, qui se faisait au détriment de la stricte vérité historique2 sans avoir autrement choqué les habitudes politiques grecques, ne pouvait se faire sans que celui qui avait pris la responsabilité de faire condamner à mort les proscrits de 322 n’endossât pour jamais dans la littérature l'habit du traître à la cause de Démosthène, de la cité, de la démocratie, d’une forme “d’éternel grec” en quelque sorte. C’est dans cette atmosphère intellectuelle que prit naissance une tradition historiographique d'obédience démocratique, dont Pausanias est pour nous l'écho le plus représentatif, visant à taire accroire que la démocratie pouvait encore être sauvée après Amorgos et Crannon, ou que les têtes exigées par Antipater pouvaient être épargnées. La thèse du “coup de poignard dans le dos” avait pris corps et, pour ses promoteurs, c'était Démade qui avait levé l'arme. Les bases historiographiques de la descente aux Enfers de l’orateur étaient désormais posées.

5Elles n'auraient toutefois sans doute pas suffi à emporter l'adhésion des historiens postérieurs, antiques comme modernes, si elles n'avaient reposé sur un fondement si solide qu'il n'a que récemment été ébranlé : la certitude d’un déclin, voire d'une décadence d'Athènes au cours du ive siècle.

  • 3 Voir par exemple les remarques suggestives de Bertrand 1996.

6L'étude du discours antique comme moderne sur le déclin et la décadence d'Athènes, de la cité comme institution politique et de la Grèce dans son ensemble, ne saurait être contenue dans le cadre par essence limité d'une conclusion. Il pourrait s’agir là d’un autre travail, d'une tout autre ampleur et l'on se contentera donc de dessiner ici quelques pistes de réflexion3.

  • 4 Il., 5.302-303. Une pierre, jetée par Ajax. ne pourrait être que difficilement portée des deux main (...)
  • 5 Aristophane, Grenouilles, v. 830 sqq.
  • 6 [Plut.]. Vit. X Orat. 841 f. Leurs statues de bronze furent en même temps dressées sur l'agora : Pa (...)
  • 7 Cawkwell 1997,63-69.
  • 8 Const. Ath. 28. 1-4.

7L’idée d'un monde antérieur meilleur, peuplé d'hommes d'une vertu et d'une force incomparables à celles du temps présent, est prégnante dès les premiers temps de la littérature grecque. L’Age d'Or décrit par Hésiode s'oppose aux temps de fer, ceux du poète, et Homère ne cesse de mettre en balance la force des rois de l'épopée et la faiblesse des hommes de son époque. Diomède soulève ainsi une pierre, “poids énorme, que ne soulèveraient pas deux hommes tels que les humains d'aujourd'hui”4. A l’époque historique, la guerre du Péloponnèse semble avoir eu, sur ce plan-là, un rôle de catalyseur. Déjà Aristophane se moque d'Euripide, coupable d'avoir trahi la tragédie attique et de la mener vers son déclin irréversible5. Un siècle plus tard, Lycurgue, soucieux de la conservation pure et intacte des œuvres des grands Tragiques du siècle passé que les poètes de son temps n'égalent évidemment pas, inclut bien entendu dans le corpus déposé au Métrôon les pièces d’Euripide, devenu entre temps un classique qu’il n'était pas envisageable alors d'associer à l'idée de décadence6. Thucydide, dans des attaques ad hominem contre Cléon. qu'il est impossible aujourd'hui de prendre pour argent comptant7, a modelé l'image d’un Périclès a la noble stature et d'un temps idéal où Athènes était dirigée par le meilleur des hommes politiques, en comparaison duquel ses successeurs ne pouvaient être, au mieux, que de pales imitateurs, au pire, des incapables ou des malfaisants. Au ive'siècle, nul auteur, nul orateuret au premier rang d'entre eux, Démosthène-à n'enfourcher le cheval de bataille de la puissance perdue de la cité, expliquée de préférence par la perte des grandes valeurs qui avaient fait l'Athènes du siècle précédent. On devine, chez Aristote par exemple, que déclin et corruption de la cité sont liés et contemporains de l'établissement d'une démocratie plus avancée dont, pas plus que Thucydide, il n'était un chaud partisan8.

  • 9 Ainsi. Ronnet 1951. 185 : “Que pouvons-nous deviner, à travers ce style et son évolution, du caract (...)
  • 10 Millet 1993, 182. Ober 1996, 29-31, souligne à juste titre la version univoque donnée par Thucydide (...)
  • 11 Burckhardt 1997.
  • 12 Voir à ce sujet l'excellent livre de M. Revault d’Allones (1999), qui, en faisant dans un premier c (...)

8L'historiographie moderne s'est donc appuyée sur un nombre considérable de textes pour étayer la thèse d'une sorte d'Aufstieg und Niedergang d'Athènes. Pourtant, ni Thucydide, ni Démosthène ne sont d'intouchables icônes qu'au titre de leurs immenses qualités littéraires l'on ne saurait placer au dessus de tout soupçon idéologique ou partial. Prendre en effet appui sur l'harmonie de la phrase thucydidéenne ou sur la fougue du discours démosthénien pour décider de la véracité du propos ou de la sincérité du discours met sur un même plan deux aspects bien différents, et cette confusion n'a pas toujours été évitée9. En partie aveuglée par la puissance du verbe, la critique n'a pas toujours voulu admettre que, si le thème de l'affaiblissement de la cité reposait sur certains faits indiscutables – la puissance militaire de la cité n'était plus aussi incontestable qu’au temps de Périclès – d'autres critères de comparaison pour juger d'un éventuel déclin pouvaient être avancés, tels que la stabilité politique et sociale, la vigueur de l'économie attique, la force des institutions démocratiques, la dimension culturelle de la cité, qui donneraient toutes quatre une conclusion bien différente et aboutiraient à une autre forme d'apogée d'Athènes10. Les notions binaires de zénith et de déclin sont en effet des plus subjectives et s'appuient moins sur des real ici que sur des choix initiaux qui ne sont jamais neutres : je ne suis pas certain qu’un habitant du quartier de Whitechapel à Londres avait bien conscience de vivre, à la fin du xixe siècle, l'apogée sublime du pays où il essayait de survivre, ni qu'un mineur de Courrières comprenait bien, en 1906. qu’il participait à la Belle Époque. Des analyses lucides sur les éléments fournis par Démosthène pour soutenir ses dires amènent à des conclusions qui sont loin de les prouver. Ainsi, une étude récente sur l'idée de dépolitisation des citoyens à Athènes au ive siècle aboutit à des résultats tout à fait contraires aux arguments de tribune développés par Démosthène, par exemple, dans ses Olynthiennes, où à certains jugements hâtifs de Plutarque : les Athéniens participaient bel et bien, et plus que jamais au ive siècle, aux débats de l'assemblée comme aux opérations militaires11. La crise du politique, le repli des individus sur leur vie privée, la perte des valeurs, toutes ces idées ne sont que poncifs, harangues de toutes les époques, de toutes les démocraties, et ne s’appliquent pas à la situation d'Athènes au IVe siècle12. Des philologues et des historiens, obnubilés par des mirages de domination militaire ou de grandeur d'une nation, qui pouvaient être les référents de leur temps, n'ont peut-être pas assez vu que le discours sur le déclin et la décadence était avant tout un topos, un lieu commun utile dans un pamphlet politique pour stigmatiser les adversaires du jour, mais aussi une critique explicite des institutions athéniennes du temps, capables certes d'éclairer la pensée de l’instant de Démosthène ou de Thucydide, mais insuffisants pour édicter une vérité de granit dont il n'y aurait plus à faire que l'exégèse – et surtout pas la critique.

  • 13 Pour le “déclin” de l'empire perse vu par les sources grecques, et, Briant 1996, e.g. 807-809.

9Certes, la débâcle finale a aussi modelé pour les générations futures l'image d'un déclin et les batailles de Chéronée et de Crannon ont fini par servir de point nodal et ultime d'explication : si Philippe avait vaincu les troupes coalisées de Thèbes et d'Athènes, c'est que les cités grecques (et Athènes surtout) avaient abandonné dans les années et décennies précédentes les valeurs qui avaient fait leur gloire auparavant. En ce sens, on peut souligner les cours parallèles de la pensée historiographique d'Athènes et de l'Empire perse au ive siècle : même chute finale, mêmes propos polémiques sinon pamphlétaires sur leur déclin commun13. La tâche principale des historiens, de l'Antiquité à nos jours, tut donc de scruter tout ce qui, d'une manière ou d'une autre, avait préparé la défaite athénienne, en oubliant d’une part que le sort de la bataille avait été des plus indécis, d'autre part que Chéronée représentait plus l'avènement de Philippe et de la Macédoine que la déroute d'Athènes. Il n’est plus grand monde, dans l’historiographie contemporaine, pour défendre la thèse de la “crise de la cité”, plus grand monde pour croire qu'avec Chéronée ou Crannon disparaissait la cité grecque dans son ensemble. Et pour Athènes, l’idée de “crise”, de “déclin”, ne peut plus en fait s'appuyer que sur une théorie établissant un étroit corollaire entre grandeur et impérialisme, entre apogée de la cité et asservissement des alliés.

  • 14 Bol-18.14.
  • 15 D’où sa tentative, un peu désespérée, de vouloir prouver que la défaite finale d'Athènes n'a en rie (...)
  • 16 Bien différente dans son essence et ses conséquences, la tentative de faire de P. Rutilius Rufus un (...)

10Ce sont là principes généraux d'une certaine banalité que je ne prétends pas découvrir et dont, à première vue, on discerne mal le lien avec Démade. Il existe, pourtant, dans la vision de l'histoire telle qu’elle se développe au ive siècle et jusqu'à Plutarque, qui nous en offre l'image la plus achevée. Celui-ci fut aux prises avec un dilemme apparemment insoluble : puisque les grands hommes jouent un si grand rôle dans son explication de l'histoire, comment les Athéniens ont-ils pu être vaincus alors qu’ils eurent à leur tête entre 346 et 322 des personnages aussi compétents en matières politique, financière, militaire, que Démosthène, Lycurgue ou Phocion ? Démosthène avait déjà dans ses discours offert quelques éléments de réponse. La faute en revenait au peuple d'abord, hésitant, pusillanime, oublieux du passé glorieux de la cité, aux “traîtres” ensuite, à tous ceux qui s'étaient vendus à la cause macédonienne. Polybe14 avait pourtant pointé toute la dimension partisane de cette affirmation mais, quelle que soit l'autorité de l'historien, sa critique ne lut guère entendue par les historiens postérieurs. La thèse démosthénienne, tout invraisemblable et partiale qu'elle pût être, fut adoptée par Plutarque15 et, à sa suite, par la critique moderne : Athènes disposait de dirigeants d'une compétence et d'un dévouement absolus mais les trois plus beaux fleurons de la fin de l'indépendance d'Athènes, Démosthène, Lycurgue et Phocion, virent leur bonne volonté bridée par un dénias d’une versatilité, d'une médiocrité, d'un égoïsme désespérants, cependant que, dans l'ombre, travaillaient à leur perte des traîtres notoires, Démade étant le plus abject d'entre eux16.

11Peu importait donc que les attaques publiques et privées, directes et indirectes, portées à l'encontre de Démade, dont on a vu quelles étaient fort mesurées durant le floruit de l’orateur, fussent amplifiées, déformées, inventées dans des conditions historiques particulières et précises, où il y avait des hommes, proches ou parents, qui avaient le plus grand intérêt a dorer une image tout en salissant l'autre. Cette vision, rassurante pour les historiens futurs, donnait, entre autres avantages. Lin sens à l'histoire, faisait de Démade le symbole d'une fin, et rien moins que celle d'Athènes et pourquoi pas de la cité grecque.

  • 17 Plut., Démosthène, 13.3 (de Falco 1954, frag. xix).

12Si, en exergue de ce livre, j’ai voulu rappeler une réflexion de Marc Bloch, c'est toutefois pour m’y tenir. Ainsi, mon dessein n'a pas été de prouver que Démade n’était pas le dépravé aux mœurs lamentables que certaines sources, inconsistantes et inutilement polémiques, décrivent avec horreur et délectation, tant il est vrai que, pour la littérature moralisante dont est issue la majorité des jugements sur Démade, un homme comme lui, menant une politique prétendument néfaste, ne pouvait que détenir une moralité des plus basses et vice versa. Est-il cependant nécessaire de préciser que je ne me suis jamais senti, au travers de ces pages, investi d'une mission de réhabilitation du personnage de Démade ? Il serait d'ailleurs tout aussi vain de proposer en lui la figure d'un homme à la moralité supérieure ; nous n'en savons rien et cet aspect n'a aucune importance car, dans une optique de nature historique, les mœurs personnelles supposées d'un homme politique n'ont guère d'intérêt, tant il est vrai, pour reprendre le mot du marquis de Sade et contrairement à une idée maîtresse du courant platonicien, que vices privés peuvent coexister avec vertus publiques. Mon dessein n’a pas été d'établir non plus que la politique qu’il mena fut sans faille ni sans faiblesse. Tout au contraire ne comprit-il pas l'ampleur des changements qui secouaient le monde grec et pensa-t-il trop longtemps, avec une certaine crédulité, aveuglé par certaines réussites antérieures indéniables, que sa présence au sommet de la cité épargnerait à celle-ci des malheurs plus grands encore, et qu'elle lui était indispensable – mirage auquel succombèrent bien d'autres apprentis-sauveurs après lui. Mon but aura été, et j'espère y être parvenu, de montrer que la carrière de Démade, loin de s’être révélée secondaire et néfaste aux intérêts d'Athènes, lut longue et de premier plan tout simplement parce que ses concitoyens avaient sous les yeux un homme ne cessant de manifester son attachement à la cause de sa cité, en un temps où les repères politiques traditionnels étaient bouleversés. Plus encore, mon but aura été de montrer pourquoi et comment, dans l'Antiquité, l'on a abouti à une forme de falsification de l'histoire, pourquoi et comment cette dernière a été acceptée, relayée et amplifiée par l'historiographie moderne. Et. s’il faut accorder du crédit à la phrase qu'il aurait prononcée pour justifier ses revirements politiques, affirmant qu’il avait parfois été dans ses discours en contradiction avec lui-même mais jamais avec les intérêts de la cité17, souvent reprise pour illustrer la versatilité et l'opportunisme de Démade, elle pourrait bien tout à rebours symboliser la volonté qui fut sienne de servir Athènes de son mieux.

Notes

1 La réévaluation de l'œuvre historique de Diodore, réévaluation qui ne fait pas mystère d'indiscutables confusions, a notamment été entreprise par Sacks 1990.

2 Polybe rappelle, en la critiquant, la thèse défendue par Timée, selon qui Démosthène s’était opposé aux prétentions divines d'Alexandre (12.8.2 b). Or, on a vu ce qu’il fallait en penser, et l’affirmation de Timée est donc bien l’écho de cette réécriture de l’histoire dont a bénéficié Démosthène.

3 Voir par exemple les remarques suggestives de Bertrand 1996.

4 Il., 5.302-303. Une pierre, jetée par Ajax. ne pourrait être que difficilement portée des deux mains par un homme, même jeune, d'aujourd'hui (12.381-383) ; même remarque pour Hector, portant de ses bras une autre pierre impossible à soulever par deux hommes (12.447-449) : Énée, enfin, décrit dans deux vers parfaitement similaires à ceux qui évoquent la force de Diomède (20.286-287). Ce thème est repris par Virgile, en l'exagérant encore : douze hommes seraient nécessaires pour soulever une pierre énorme, mais Énée, sans peine, y parvient (Énéide, 12.895).

5 Aristophane, Grenouilles, v. 830 sqq.

6 [Plut.]. Vit. X Orat. 841 f. Leurs statues de bronze furent en même temps dressées sur l'agora : Pans. 1.21.1-3.

7 Cawkwell 1997,63-69.

8 Const. Ath. 28. 1-4.

9 Ainsi. Ronnet 1951. 185 : “Que pouvons-nous deviner, à travers ce style et son évolution, du caractère et de l’âme de l'auteur ? Ses inégalités, comme nous l’avons remarqué au cours de cette étude, révèlent sa sincérité Iles italiques ne sont pas de moi] : le style n’atteint vraiment sa perfection que lorsque Démosthène est soulevé par une grande passion”.

10 Millet 1993, 182. Ober 1996, 29-31, souligne à juste titre la version univoque donnée par Thucydide et Démosthène des temps postérieurs à 430, opposés à un âge d'or péricléen.

11 Burckhardt 1997.

12 Voir à ce sujet l'excellent livre de M. Revault d’Allones (1999), qui, en faisant dans un premier chapitre explicitement référence à la cité grecque, montre que ce sentiment de dépérissement est consubstantiel à la démocratie.

13 Pour le “déclin” de l'empire perse vu par les sources grecques, et, Briant 1996, e.g. 807-809.

14 Bol-18.14.

15 D’où sa tentative, un peu désespérée, de vouloir prouver que la défaite finale d'Athènes n'a en rien affecté la vertu (aretè) de Phocion : Phocion, 1.4-6.

16 Bien différente dans son essence et ses conséquences, la tentative de faire de P. Rutilius Rufus un traître à la cause romaine lors de la guerre contre Milhridate VI Eupator en dit long sur la permanence des attaques personnelles dans l'historiographie antique. Mais Plutarque, qui rapporte cette attaque comme venue de Théophane de Mytilène (Pompée. 37.3), s'empresse de la réfuter (Anastasiadis 1999).

17 Plut., Démosthène, 13.3 (de Falco 1954, frag. xix).

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search