Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre X. Démade et la corruption

Texte intégral

1L'accusation, venue de l'Antiquité et acceptée par les historiens modernes, de la corruption de Démade est l'une des plus récurrentes touchant le personnage. Il n'est qu'à puiser dans la tradition littéraire pour comprendre ce que les Anciens pensaient sur ce point de l'orateur athénien, et dans l'historiographie moderne pour voir avec quel entrain leurs jugements négatifs furent relayés.

Le dossier à charge

  • 1 Plut., Phocion, 30.7.
  • 2 Δημάδης, 415 : ίπποτρέφει δέ kαὶ ἠγωνίζετο Όλυμπιάσι kαὶ ἐνίκα.
  • 3 Kyle 1987, 166-167 : “The famous displays of the parvenu Demades included an Oympic win in 328” : (...)

2A la base de la réputation de vénalité de Démade, on retrouve son enrichissement supposé après Chéronée. Une anecdote de Plutarque en forme d’aveu du père à son fils Déméas rappelant sa pauvreté originelle et sa fierté de voir les puissants du temps offrir des présents somptueux pour le mariage du fils donne la tonalité générale : Démade est un parvenu heureux d’étaler sa richesse récente1. J’ai montré, dans un précédent chapitre, qu'une telle accusation ne tenait pas debout, un témoignage épigraphique prouvant de manière irréfutable que Démade possédait déjà quelque fortune avant 338. Cette richesse très importante est indiquée encore dans la Soucia qui précise, dans la notice consacrée à Démade, que ce dernier entretenait une écurie de course avec laquelle il remporta l'épreuve de chars aux Jeux Olympiques2. Cette information, fournie par une source pour le moins tardive et qui n’est attestée nulle part ailleurs, néanmoins acceptée sans discussion, a servi à renforcer l'image d'un Démade à la richesse ostentatoire3 et l'a assimilé à l'un de ces νεόπλουτοι que se plaisent à vilipender tous les auteurs anciens, parce que leur fortune récente ou prétendue telle laissait suspecter une origine douteuse voire frauduleuse. Soyons précis : avant de croire une telle anecdote, on aimerait connaître l'origine de ce renseignement sur lequel s'est appuyé le lexicographe, pour juger de la véracité d'une affirmation dont ne soufflent mot les autres sources défavorables. Comme on s'y attend, Plutarque nous livre, sous une forme plus anecdotique qu'historique, une suite de ragots chargés de prouver l'évidence de cette richesse étalée :

“On prétend qu'Antipater lui-même disait de deux amis qu'il avait à Athènes, Phocion et Démade, il n'avait jamais pu ni décider l'un à accepter ses présents, ni en rassasier l'autre. (5) Et assurément Phocion étalait comme un mérite la pauvreté dans laquelle il vieillissait après avoir été tant de fois stratège des Athéniens et avoir eu des rois pour amis, tandis que Démade se glorifiait de sa richesse au moment où il violait les lois. (6) Il y avait alors à Athènes une loi qui défendait d'admettre un étranger dans un chœur, sous peine d'une amende de mille drachmes infligée au chorège ; or, Démade fit paraître un chœur formé uniquement d'étrangers, au nombre de cent, et il apporta en même temps au théâtre l'amende de mille drachmes pour chacun de ces choreutes. (7) Quand il maria son fils Déméas, il lui dit : ‘Moi. mon fils, quand j’ai épousé ta mère, mon voisin lui-même ne s'en est pas aperçu ; loi, pour contribuer aux frais de tes noces, tu as des rois et des dynastes””. Plut., Phocion, 30.4-7.

  • 4 De Falco 1954, 30 (frag. xxxiii).
  • 5 Wilson 2000, 168-169.
  • 6 Mac Dowell 1990, 277 : “The anecdote is dubious : could one khoregos present two chorus of fifty a (...)
  • 7 Treves 1958, 342 n. 19, pourtant par nature peu enclin à critiquer à l'excès les sources hostiles (...)

3Il peut paraître aisé de démonter la manière dont est présentée cette bordée d’accusations, qui débute par des “on dit” (λέγουσιν), et qui a pour seul but d'opposer en une dichotomie moralisante le vertueux Phocion qui, tel Diogène le Cynique, rejette toute richesse, et l’infâme Démade, qui s’y agrippe. Les autres charges que le Béotien fait peser sur le personnage ne sont pas crédibles et on ne voit pas que des sources contemporaines s'en rapprochent. Qu'il ait payé une amende de cent fois mille drachmes (seize talents deux tiers !) pour un flagrant et intentionnel pied-de-nez aux institutions de la cité, sans que les orateurs athéniens, si prompts à dénoncer toute incartade par rapport aux traditions civiques, y aient fait la moindre allusion, est tout simplement invraisemblable. Plutôt que de suivre V, de Falco qui, à propos d'un autre fragment à l'authenticité tout aussi douteuse, affirme sans ambage “non porta alcun elemento contro l'autenticità”, il serait plus judicieux d'un point de vue méthodologique, d'inverser les priorités et de se demander, à partir de l'examen de sources croisées, s'il y a quelque vérité dans les propos et les actions qu'on lui prête4. L'anecdote d'un Démade s'estimant au-dessus des lois et mettant en scène un chœur d'étrangers en violation délibérée de la loi, si elle est acceptée par de très récents travaux5, aurait mérité à tout le moins une confirmation issue d'une source moins systématiquement hostile à Démade, s'il en existe une et elle a été légitimement mise en doute par d'autres6. Gageons toutefois que l'on n'aurait pas attendu Plutarque pour en parler et que l'on en aurait eu un écho dans les discours contemporains. En tout état de cause, une telle attitude s'oppose de manière drastique aux sentiments démocratiques tels que nous avons pu les analyser au chapitre précédent. Quant à la troisième historiette relatée par Plutarque, que des “rois” et des “dynastes” (mais lesquels ?) aient contribué aux noces de Déméas ne prouve qu'une chose, l'anachronisme du témoignage, à moins de supposer que Philippe Arrhidée et le jeune Alexandre IV aient souhaité honorer Démade, ce qui serait une singulière preuve de l'importance du personnage ! Mais on ne doit pas douter de la fausseté historique de ce passage fabriqué de toutes pièces par les sources auxquelles se réfère Plutarque – ou par Plutarque en personne7.

4En réalité, aux yeux des Anciens, la seule fortune honnêtement gagnée provient en ligne directe des ancêtres, et une richesse est d'autant plus estimable qu'elle est assurée par la souche la plus ancienne possible et de préférence assise sur la terre. Et c'est se situer très en dessous de la vérité que d'écrire que Démade ne correspondait pas à cette figure – du moins telle qu'on a voulu la présenter. En fait, le schéma, simple, sinon simpliste, a vite été mis en place. Sa pauvreté avant 338 étant une évidence, fausse, bien entendu, mais peu importe ici, sa richesse après l'étant tout autant, elle ne pouvait provenir que de ses accointances douteuses avec le pouvoir macédonien. Démonstration apparemment implacable. Que nous disent les textes ?

5Le passage cité in extenso plus haut donne déjà une réponse, Démade a reçu des présents d'Antipater, et cette idée revient à plusieurs moments dans nos sources :

“Démade assistait un jour au repas de Phocion et, voyant que sa table était frugale et simple, il lui dit :'Je m'étonne, Phocion que, pouvant te contenter d'un tel repas, tu prennes part aux affaires publiques”. En effet, Démade lui-même ne faisait de la politique que pour satisfaire son estomac et, estimant qu'Athènes ne pourvoyait qu’insuffisamment à son intempérance, il mettait aussi à contribution la Macédoine. C'est pourquoi Antipater disait de cet orateur devenu vieux qu'il ne restait de lui. comme d'une victime de sacrifice dépecée, que la langue et le ventre”. Plut.. Mor. 525 c.

“Je ne pouvais pas ignorer que Démade possédait des hôtelleries (πανδοκεια) en Béotie, qu’il cultivait des champs de vingt charrues (χωρῖα ζευγῶν εἲκοσιν ἀροῦντα) et qu'il se servait de vases d’or (χρυσός ἒχοντα φιάλας)’’. [Eschine] Lettres, 12.8.

  • 8 Cette anecdote reprend un propos attribué par Aulu Gelle à Caius Gracchus, mais on la retrouve aus (...)

“Alors qu'un acteur se vantait d'avoir reçu un gros talent pour une seule représentation, Démade, l’homme le plus éloquent de la cité, lui aurait répondu (respondisse dieitur) : ‘Tu trouves merveilleux d'avoir gagné un talent en parlant ? Moi pour me taire, j’en ai reçu dix du roi !’”8. Aulu Celle, Nuits attiques, 1 1.10.6.

  • 9 Δημάδης, 415 : κτήματα ἐν Βοιωτία παρὰ Φιλίππου δωρεὰν ἔλαβεν. On note toutefois quelques différen (...)
  • 10 Un grammairien d'Alexandrie. Hérodien. rédigeant au iiie siècle de notre ère un traité sur les fig (...)
  • 11 Plutarque, Démosthène. 23.6 parle de cinq talents. Diodore de Sicile (17.15.3) est de son côté plu (...)

6Ces textes, avec leurs différences, reprennent des thèmes identiques. S'il n'est plus nécessaire de présenter la valeur historique du témoignage de Plutarque, qui reprend dans son traité, grosso modo, les accusations déjà proférées dans la Vie de Phocion, on doit dire quelques mots succincts de la lettre prétendument écrite par Eschine. Jusqu’à plus ample informé, personne ne croit désormais en l'authenticité des Lettres d'Eschine, mais c'est pourtant sur ce travail de falsificateur, que la Souda connaissait sans doute puisqu’elle en reprend la tonalité générale9. que l'on s'est fondé pour illustrer la richesse démesurée de Démade, acquise (la Souda le dit expressément tout autant que Plutarque et Aulu Gelle) par ses amitiés avec la Macédoine, thème devenu assez vite l'un de ces multiples topai qui entaillent et alourdissent la carrière de Démade10. Et comme la richesse de la Macédoine ne suffisait pas à son appétit – c'est le sens du propos de Plutarque – Démade s'enrichissait tout autant sur la cité. Il parvint, si l'on en croit toujours le même Plutarque, à extorquer de l'argent aux orateurs réclamés par Alexandre après la révolte de Thèbes pour intercéder auprès du roi en leur faveur11.

  • 12 Souda. Δημάδης, 415 : δὶς δἐ παρανόμων ἣλω ; Diod. 18.18.2 ; Plutarque, Phocion. 26.2.

7Une autre preuve de cette attitude devant l'argent serait la série de condamnations dont il fut victime. Sur ce point, les sources divergent. La Souda affirme qu'il fut condamné deux fois pour illégalité, Diodore trois fois et Plutarque, sept fois12. Il est difficile de se prononcer sur le chiffre exact, mais deux condamnations seules sont rapportées en détail, la première pour avoir fait accepter le principe de la divinisation d'Alexandre, qui n'est pas une affaire d'argent, la seconde pour l'affaire d'Harpale, qui en est une.

  • 13 Plut. Phocion. 18.1-8. Le commentaire de Duff 1999, 136, me paraît frappé au coin du bon sens : “T (...)
  • 14 Plut., Phocion, 18.3 ; 19.3-4. Dans un ordre d'idée similaire, Élien s'émerveille de la modestie ( (...)
  • 15 Hypéride frag. 23 Burtt : [Dém.]. Lettres, 3.2-3 ; [Plut.]. Vit. X Orat. 841 c-842 b. Le décret de (...)
  • 16 Soulignons le topos de l'homme austère et digne, qui marche pieds nus et se vêt sobrement. Socrate (...)

8Il faut admettre que la description précise et pointilleuse par Plutarque des richesses accumulées grâce à ses malversations par Démade n'a qu'un but, poursuivre l'édification d'un anti-modèle. Tout au contraire, on l'aura compris, est présenté Phocion, revu et corrigé par la tradition aboutissant à Plutarque : il refuse avec dédain les somptueux cadeaux qu'Alexandre lui offre, marche nu-pieds et sans manteau en plein hiver, va lui-même chercher l’eau à son puits, se détourne des banquets somptueux et tire sa vertu de sa pauvreté même13. Son épouse, comme il se doit, mène une vie à l'unisson : elle pétrit le pain de ses mains, sort accompagnée non pas d'une suite mais d'une seule servante et, faiseuse de bons mots au même titre que son époux, elle avoue que sa seule parure est son mari14. On le voit, si l'on accepte comme véridiques tous ces propos sur la vie privée du grand homme, la maisonnée de Phocion ne devait pas être la plus drôle d'Athènes, mais on y possédait ténacité, répartie et vertu ! Phocion n'est d'ailleurs pas le seul à bénéficier de l'estime générale des auteurs d'époques hellénistique et romaine dans ce domaine sensible de l'argent. Tous ceux qui ont laissé dans la mémoire une impression de grandeur et de vertu élevée passent pour avoir donné durant leur vie l'exemple du désintéressement absolu et de la pauvreté vertueuse. Un autre héros positif, Lycurgue, ne saurait avoir été, dans sa vie, capable de la moindre malversation15 et il mène, malgré sa richesse, une vie simple, s'habillant toujours du même manteau et ne portant de chaussures que lorsque c'était vraiment nécessaire – comme Phocion16.

  • 17 Les arguments développés par Démétrios de Phalère sont au nombre de quatre (Plut. Aristide. 1.2-4) (...)
  • 18 Épaminondas (Mor. 192 b-c) et Lysandre (Mor. 230 a) sont pareillement pauvres selon Plutarque. Cf. (...)

9Mais le cas le plus exemplaire de l'attitude de Plutarque vis-à-vis de la pauvreté des héros qu'il met en scène dans ses biographies, est sans nul doute celui de l'Athénien Aristide, parce qu'il développe, dès l'introduction de sa biographie, tout un paragraphe où il discute de ses sources qui analysent ce point. Il part du constat que la majorité des auteurs affirment qu’Aristide était très pauvre et qu'il laissa à sa mort deux filles dans la plus extrême gêne. A cette tradition, majoritaire selon lui, s'opposent les renseignements livrés par Démétrios de Phalère, qui présente tout au contraire un ensemble d'arguments tendant à accréditer sa richesse. Si certains d'eux ne peuvent être confirmés17, nous savons, sans ambiguïté aucune, grâce aux listes archontales, qu'Aristide fut bien désigné archonte en 489/488 en un temps, faut-il le rappeler, où il était nécessaire de faire partie de la classe censitaire la plus riche, celle des pentacosiomédimnes, pour prétendre à cette charge. Plutarque prétend – à tort, bien entendu – qu'il fut élu archonte après les guerres médiques, en raison de la vertu qu'il avait manifestée durant les combats. Sa tentative de nier l'évidence en dit long sur sa volonté de plier la vérité à l'idéologie stoïcienne corrigée par ses perspectives propres : Aristide devait être pauvre pour atteindre à cette vertu suprême qui est celle du véritable homme d'État18.

  • 19 Hist. Variée. 2.43 : πενέστατοι ἐγένοντο oἰ ἄριστοι τῶν'Ελλήνων (Aristide, Phocion, Épaminondas, P (...)

10Il serait illusoire de croire que Plutarque soit le seul à offrir pareille vision : Élien, autre grand collecteur de rumeurs en tous genres, emprunte cette même veine par deux fois et affirme contre toute vraisemblance que les meilleurs des Grecs vivaient dans la pauvreté19. De fait, cette conclusion, dans le droit fil de la pensée stoïcienne, avait fini par s'imposer : vertu, publique comme privée, et détachement pour les biens matériels de ce monde, allaient nécessairement de pair et l'homme politique recommandable devait allier toutes ces qualités.

  • 20 Carlier 1990, 223-224 ; Gauthier 1985, 109. Schmitt 1992. 61 et Habicht 2000, 28. nuancent davanta (...)
  • 21 Treves 1933b, 110.

11Les historiens modernes, y compris ceux qui ont porté un regard nuancé sur Démade, sont presque unanimes sur un point : c’était un homme vénal20. Je n'ai d'ailleurs certes pas l'intention de faire de Démade un personnage détaché de toute richesse et stoïcien de cœur avant l'heure : quand bien même elles sont orientées, les sources correspondent peut-être à une forme de réalité. Et au travers de l'affaire d'Harpale à laquelle Démade fut mêlé, nous en avons une confirmation certaine, mais on n'est pas obligé d'aborder la question empli de certitudes et de présupposés, en s'appuyant sur des commentaires excessifs comme celui de P. Treves pour qui Démade, dans l'affaire d'Harpale “accolse il denaro per cupidigia indifferente, non per fede politica”21. Un tel jugement, assez bien partagé dans sa brutalité par d'autres auteurs, n’a pas pour seul but de définir le personnage de Démade. Il sous-entend également que deux attitudes différentes étaient possibles dans l’affaire d'Harpale, détourner à son profit exclusif l'argent du Macédonien et s'enrichir par cupidité pure et simple, ou bien utiliser ces richesses dans un but politique et militaire. Accuser Démade de la première attitude, c'est aussi un moyen détourné de laisser croire que Démosthène a agi “per fede politica si l'on veut reprendre les mots de Treves. Car, loin des propos définitifs de Plutarque, il faudra enfin se poser une question, la plus importante de toutes à mes yeux : si la corruption de Démade était à ce point avérée, si toute sa carrière politique avait été emplie de coquineries en tous genres et tendue vers le seul but d'amasser la plus grosse fortune possible, comment expliquer alors la confiance que les Athéniens ne cessèrent de lui témoigner durant presque vingt années ? Se plaisaient-ils donc à élire, pour les représenter lace a une puissance étrangère ou dans une ambassade sacrée, d'invétérées canailles ? Le rôle exact de Démade dans l'affaire d'Harpale devrait permettre d'apprécier un peu mieux la situation.

Démade et l'affaire d'Harpale

  • 22 On se reportera utilement au travail de Bruyn 1995. 142 η. 150, qui rappelle les contributions ant (...)
  • 23 Glotz 1938, 213-217. Dans le même esprit, Schafer 1887. 320-350 : Colin 1925, 306-350 et 1926, 31- (...)
  • 24 Carlier 1990, 261-267. Elle est parfois réduite, notamment chez Treves 1958, 338, à un-piccolo o g (...)
  • 25 Dinarque, C. Démosthène, 58 ; 94 ; Quinte Curee, 10.2.6-7.

12Il n’est pas nécessaire ici de reprendre l'ensemble de la question. La bibliographie sur le sujet est immense22, quoique le sujet ait souvent été traité dans une perspective trop strictement athénienne avec, parfois, un but plus ou moins avoué : laver, contre toute vraisemblance historique, Démosthène du réquisitoire de malversation qui pèse sur lui. Ainsi raisonne Glotz, qui évoque avec pudeur des imprudences – mais n'imagine pas une seconde une utilisation personnelle des fonds détournés par le héros du patriotisme athénien. Sa condamnation, avant tout politique, devient le fruit d'une étrange conjonction des extrêmes, les pro et les anti-macédoniens23. Avec des nuances diverses, cette analyse a été suivie par une majorité d'historiens, la plupart insistant néanmoins sur les larges incertitudes qui planent sur cette ténébreuse affaire24. Pour, sinon la comprendre dans tous ses éléments, du moins l'apprécier du mieux possible, il est nécessaire d'analyser ce que nous appellerions aujourd'hui “le scandale d'Harpale” ou “l'Harpalosgate”, au choix des démocraties, dans son environnement historique contemporain général, où se heurtent, dans une chronologie que nous ne maîtrisons pas très bien, un ensemble de faits soumis à de fortes interactions : l'arrivée du trésorier d'Alexandre, donc, l'édit royal sur le retour des bannis et les négociations qui s'ensuivirent, ainsi que la proposition de rendre des honneurs divins a Alexandre, le tout sur un fond de mécontentement athénien et d’une inquiétude diffuse et sourde qui grondait25.

  • 26 Arrien. Anadase. 7.12.7 : Diod. 17.108.7 ; Ath. 13.595 e. Schmitt 1992. 37-39.
  • 27 Idée avancée par Ashton 1983, 57-59. qui rappelle que des bruits circulaient sur une possible atta (...)
  • 28 Arrien, Anabase ; 3.6.19 ; Diod. 17.108.6 ; Ath. 13.586 d ; 596 b. Cf. Osborne 1981a, iii, 79.
  • 29 Ainsi, Worthington 1994, 318.
  • 30 Les bateaux avec lesquels Harpale était venu furent confisqués et apparaissent dès lors dans les i (...)

13Résumons les faits. Le trésorier d'Alexandre, qui s'était livré durant l’expédition de son maître en Asie à de multiples détournements de fonds pour son usage personnel, s'enfuit de Tarse dès lors qu'il apprit qu'Alexandre était arrivé à Suse. Il partit accompagné de trente navires, six mille hommes, et pas moins de cinq mille talents26, espérant obtenir asile auprès d'Athènes, que chacun savait à l'affût de la moindre occasion de se libérer du joug macédonien. Prudents, parce qu'ils avaient peut-être commencé des négociations avec Alexandre sur la question de Samos, ou parce que, dans l'émoi des rumeurs qui perlaient sur les volontés d'Alexandre, ils virent, dans cette escadre, une première offensive royale27, les Athéniens refusèrent l'entrée du Pirée à l’homme et à son escadre. Il revint quelques semaines plus tard, sans son armée cette fois, mais avec sept cents talents d’argent. Il avait reçu quelques années auparavant la citoyenneté athénienne pour avoir envoyé du blé à Athènes dont était originaire l'une de ses maîtresses28, et l'on a parfois voulu voir, dans l'autorisation finale de pénétrer dans la ville accordée a Harpale, l'aménité des Athéniens incapables de rester insensibles à la demande d’un homme, citoyen athénien, venu de surcroît maintenant en position de suppliant29. C'était quand même un suppliant un peu particulier, qui arrivait avec une très grosse somme. Les Athéniens hésitant sur la conduite à tenir, Harpale fut mis au secret et son argent sous séquestre, car il était impossible de jouer aussi ouvertement le double jeu consistant à donner asile à Harpale et a rechercher en même temps un accommodement avec Alexandre sur la question de Samos30. L’ancien trésorier royal parvint à s'enfuir, mais, des sept cents talents initiaux, l’on n’en découvrit plus que la moitié. Harpale parti, l'affaire débuta.

  • 31 Hypéride, C. Démosthène, 11 ; Dinarque, C. Démosthène, 6, 45, 89, 100 : C. Philoclès. 1 ; Plut., D (...)

14L’Aréopage enquêta six mois durant pour savoir ce qu’il était advenu de l’argent disparu. Abrégeons : Démosthène fut reconnu coupable d’avoir détourné vingt talents. Démade, six mille statères. Furent encore condamnés des hommes en vue, Philoclès, stratège au moment de l’arrivée d’Harpale, Chariclès, le gendre de Phocion, Polyeucte de Sphettos, qui avait parlé contre les honneurs accordés à Démade dix ans plus tôt. Képhisophôn de Paiania, un ami de Démosthène, d’autres encore31. Comme je tenterai de le montrer plus loin, s'interroger sur le fait que les accusés aient ou non profité des largesses d’Harpale est un peu vain car c’est difficilement niable et ce n’est d’ailleurs pas sur cette base que les accusés organisèrent leur défense. Il me semble plus profitable de se demander pourquoi Harpale crut utile de verser de l'argent à Démosthène, Démade et d'autres encore. Il s’agit la d'un témoignage précieux de l’influence que le fuyard reconnaissait à ces deux hommes – qui furent apparemment les mieux pourvus. En fait, ce que l'on a vu de l’attitude de l'un comme de l'autre dans les années précédentes, indique qu'ils étaient les plus réticents à un brusque revirement de leur politique de compromis à l'égard d'Alexandre et ce d'autant Plus que toutes les voies diplomatiques n'avaient pas été épuisées dans l’épineux problème du retour des exilés. Démade, surtout, avait plaidé pour une politique ménageant le futur sur le dossier de la divinisation d'Alexandre, espérant donner par là un gage de bonne volonté en échange d'une position royale plus conciliante dans l'affaire de Samos. Bref, ni Démade ni Démosthène n'étaient gagnés d'avance à une éventuelle révolte et Harpale, au fait des mœurs de la cité, a naturellement pensé que sur l'argent qu'il amenait avec lui, des distributions ciblées en faveur des maîtres de la parole à Athènes étaient le moyen le plus efficace de plaider sa cause.

  • 32 Colin 1926, 40 ; Cloché, 1937, 296-297 ; Glotz 1938, 214. Il est aisé de remarquer que les thurifé (...)
  • 33 Badian 1961.33-40, considère que Démosthène et Démade employèrent l'argent d'Harpale à cette fin. (...)
  • 34 Ainsi Treves 1958, 336, considère-t-il que Démade agit “per soddisfar la propria avidità di denaro (...)
  • 35 Worthington 1986b.

15Reste à savoir si Démosthène et Démade ont pratiqué envers Harpale un double jeu, promettant de soutenir ses efforts tout en se gardant bien de le taire et de conserver par devers eux les sommes en question. On a parfois voulu croire que les sommes prélevées par Démosthène étaient destinées à alimenter une caisse noire, indispensable pour convaincre les indécis d'autres cités dans la lutte qui s'annonçait32 ou même pour lever directement des mercenaires33. Ces deux hypothèses permettent, dans l'optique des défenseurs de l'orateur, de donner un sens moral, patriotique, à ce qui ne serait sinon qu'un banal détournement de fonds, mais elles supposent aussi que, dès ce moment-là, Démosthène pensait à une prochaine révolte, ce qui fait fi de la situation réelle de la cité et des protagonistes de l'affaire à ce moment-là. Notons enfin que si Démosthène a bénéficié de l’indulgence de certains historiens modernes, Démade n'en a guère profité et on considère comme acquise et évidente l'idée que son intervention dans l'affaire avait de simples mobiles financiers34. Je ne connais pas d'historiens, à l'exception d'E. Badian, ayant avancé l'idée d'éventuels fonds secrets qu'il aurait ainsi alimentés. D'ailleurs, que ce soit pour l'un ou pour l'autre, je n'imagine pas une seconde pareille interprétation car, et pour autant que la chronologie proposée par I. Worthington35, la plus économique de toutes celles proposées, soit juste, les Athéniens ne désespéraient pas, lorsque l'argent d'Harpale disparut, de trouver encore une issue favorable aux négociations en cours à propos de la clérouquie de Samos. Quels que fussent d'autre part les mécontentements athéniens et leur ampleur, le retour annoncé d'Alexandre n'était pas de nature à trop exciter les ardeurs belliqueuses.

16On doit, dans ces conditions, admettre que Démosthène et Démade ont récupéré à leur profit exclusif les sommes qu'ils ont détournées de l'argent apporté par Harpale. Furent-ils néanmoins condamnés pour cala ? Rien n'est moins sûr mais, avant d'envisager une condamnation de nature politique, il est indispensable d'examiner la question d'une éventuelle vénalité. Et il convient, pour juger des reproches faits à Démade, non pas de déplorer une quelconque dégénérescence de l'esprit civique à Athènes, mais de s'interroger sur la signification réelle de ces pratiques délictueuses dont lui et tous les orateurs de l'Athènes classique furent un jour ou l'autre accusés.

La “corruption” à Athènes au ive siècle et le cas de Démade

  • 36 II ne faut pas aborder les affaires publiques pour trafiquer et s'enrichir, comme Stratoclès, Drom (...)
  • 37 Par exemple, Platon. République, 3.390 d.
  • 38 Mais pas uniquement les orateurs, et pas seulement au ive siècle. Le remarquable travail de Harvey (...)
  • 39 E.g. Aristophane. Cavaliers, 802, 996 et passim : Nuées, 591 ; Platon le Comique, ap. Alh. 6.229 t
  • 40 Ath. 8.341 e (Edmonds II, F.4). Sont cités, outre Hypéride, Démosthène, Moroiclès, Callisthène et (...)
  • 41 Dém.. Couronne. 298 (ἀδιάφθτορος) ; Eschinc, Ambassade, 8. Ce n'était pas la première fois que Dém (...)
  • 42 Plut., Phocion, 23.3.
  • 43 “C'est que lui est pauvre, parce qu'il est honnête, et que toi tu es riche, parce que tu as beauco (...)
  • 44 Pour Wankel 1982, 45-46, les seules accusations susceptibles d’être vraies sont celles où un accus (...)

17L'accusation de corruption fait partie intégrante, presque normale et attendue, de la polémique rhétorique ou philosophique. Plutarque la reprend à de multiples reprises à l'encontre de Démade, mais ce dernier est loin d'être le seul mis en cause. Ainsi, il rappelle, pour le condamner, un mot de Stratoclès indiquant que l'on pouvait se servir impunément dans les caisses de la cité36. Il serait bien entendu faux d'imaginer qu'un tel réquisitoire se retrouve uniquement chez Plutarque ou chez les philosophes prompts à dénoncer un amour immodéré pour les richesses matérielles37. S'il est impossible de reprendre toutes les accusations de corruption que se lancent au visage les orateurs athéniens38, on se contentera de rappeler que de telles récriminations ne leur sont pas propres et apparaissent tout autant chez les auteurs comiques39. Athénée a ainsi conservé un fragment du poète Timoclès, accusant, sur le mode de la dérision, divers orateurs, parmi lesquels Hypéride, a priori le plus à l’abri de pareille flèche, d'avoir eu leur part aux générosités d'Harpale40. On peut même dire que ces accusations forment un topos parmi tant d'autres, destinés, dans les duels oratoires, a dévaloriser l'adversaire ou, en se présentant soi-même comme incorruptible, à se donner une image vertueuse de défenseur des intérêts exclusifs de la cité. Ce n'est pas sans quelque sourire ironique que l'on lit Démosthène accusant tous les hommes politiques de la Grèce de son temps de s'être vendus à l'ennemi et ajoutant que lui seul est et a été inaccessible a la corruption, s'attirant des 343 pour cela les remarques narquoises d'Eschine41. Dans l'esprit des adversaires de la démocratie telle qu'elle était en vigueur à l'époque, la dénonciation récurrente de la corruption, au milieu de multiples autres tares inhérentes au système démocratique, vise à démontrer les imperfections rédhibitoires de ce régime, la perte dramatique des anciennes valeurs, bref, la décadence de la cité. Selon le schéma proposé par Plutarque, les orateurs volent le Trésor public, les riches refusent de payer leurs contributions, les jeunes ne tiennent pas leur rang face à l'ennemi42. Il serait faux d'imaginer en Athènes la seule cité où de tels griefs soient attestés. Plutarque, toujours lui, montre Epaminondas, autre beau modèle philosophique plus ou moins authentique, dénonçant l'enrichissement frauduleux de l'un de ses concitoyens au détriment de la cité43. Bref, et, encore une fois, sans faire un catalogue exhaustif de toutes les accusations vraies ou fausses traînant dans les textes anciens, la corruption semble de toutes les époques et de toutes les cités. Il n'est bien entendu pas question de prendre, si je puis dire, pour argent comptant toute cette littérature, et ceux qui se sont penchés sur la question ont eu tôt fait de détruire la plupart de ces accusations44. Mais il faut aller plus loin et. en formulant de manière un peu brutale et incongrue la question, définir ce que l'on entend par corruption dans une cité grecque antique.

  • 45 Que la corruption passive seule fût poursuivie ressort distinctement d'Arist., Const. Ath. 54.2 et (...)
  • 46 Ainsi Hypéride et Lycurgue : [Plut.]. Vit. X Orat. 848 f : 852 d. Pour Thucydide, 2.65.8, Périclès (...)
  • 47 SEC. 45. 1995. 1 160. 1. 10-11. Si la restitution ne paraît pas devoir faire problème, Cargill 199 (...)
  • 48 Cf. le décret honorifique en faveur de Phanodèmos en 342 (IG, II2. 223. 1. 5 ; Syll.) 227) et deux (...)
  • 49 Ainsi. Képhisodôros de Xypetè est-il honoré en 196/195 par le peuple pour avoir “pendant trente an (...)
  • 50 Dover 1974, 67 ; Whitehead 1983, 66 n. 34 ; Veligianni-Trezi 1997, 285.

18En langage contemporain, on entend par corruption un échange malhonnête entre un avantage indû et une somme versée à une personne détentrice d'un certain pouvoir de décision. C'est-à-dire quelle fonctionne en deux pôles également frauduleux et complémentaires, le corrupteur, qui achète cet avantage, et le corrompu, qui vend sa position dominante, ce que Injustice moderne désigne sous les expressions de “corruption active” pour le premier et de “corruption passive” pour le second. Mais les Grecs, à la différence de la jurisprudence actuelle, ne blâmaient que ceux qui recevaient, les corrupteurs passant au contraire pour habiles45. Deux mots sont utilisés de manière presque exclusive pour désigner ce que l'on traduit, de façon approximative par “vénalité” ou par “corruption”, δωροδοκία et διαφθορά (et surtout le verbe au passif διαφθειρέσθαι), plus rarement δεκασμός. La δωροδοκία, c'est accepter les cadeaux, sans précision d'origine, et les personnages positifs de cette période d'Athènes, demeurés insensibles aux charmes de ces présents, sont dits ἀδωροδόκητοι46. Cette phraséologie ne reste pas, comme on pourrait le penser, confinée au cercle étroit de la plate rhétorique ou de la philosophie vertueuse : les soldats athéniens en poste à Samos honorent en effet le peuple et le Conseil des Athéniens (sans doute ceux de la métropole) parce qu'ils ont agi [ἀδωροδο]κήτως à leur égard, c'est-à-dire sans les tromper par voie de corruption47. L'adverbe se retrouve à d'autres reprises dans l'épigraphie athénienne du ivsiècle48 mais son emploi ne se limite pas non plus à la seule période classique49. Ce serait néanmoins une erreur d'inférer de la multiplicité de ces occurrences honorant des Athéniens inaccessibles à la corruption qu'il s'agissait d'une pratique courante dans la cité. C'est que l'adverbe ἀδωροδοκήτως, loin de posséder en creux une tonalité négative, gardait une acception positive et désignait l'action de servir la cité sans se préoccuper de sa richesse personnelle, en d'autres termes, ne pas avoir hésité à dépenser pour elle sur sa fortune propre50. On en conviendra, il s'agit là d'une définition bien plus étendue que la simple incorruptibilité dont on fait grand cas à propos du Phocion des philosophes. De toute évidence, les contemporains du vrai Phocion ne lui auraient pas décerné un tel titre.

19Il semble donc qu'il y ait des différences sensibles entre la corruption moderne et la δωροδοκία antique. Très souvent, l'affaire de corruption, du moins telle qu'elle est vécue dans le quotidien actuel, ressortit à des affaires de nature politico-financière qui sont légion dans l'histoire des démocraties, pour ne pas parler de notre époque. Seulement, on peut se demander si. dans la façon de percevoir une situation vaguement similaire dans l'Antiquité – je pense à des “détournements” d'argent – un certain nombre d'historiens n'a pas analysé l'affaire d'Harpale, par exemple, au travers du prisme déformant d'événements plus récents. Si. comme on vient de le rappeler, la corruption s'organise dans les sociétés contemporaines en convainquant, moyennant finances, un décideur politique de quelque niveau à fermer les yeux sur une pratique en marge de la règlementation ou de la loi, ou à favoriser tel ou tel, la situation en Grèce ancienne est toute différente. Un texte d'Hypéride dénote en effet des habitudes assez éloignées des nôtres :

“C’est que. je l'ai déjà dit devant le peuple, juges, vous voulez bien laisser les stratèges et les orateurs retirer quelque enrichissement (δί[δοτε έ]κόντες τοῖς στρατηγοῖς καὶ τοῖς ρήτορσιν ὠφελεῖσθαι) ; cela ne leur est pas accordé par les lois, mais sous l'effet de votre bonté et de votre générosité (πραότητος και φιλανθρωπίας). Il existe une seule réserve, que ce qui a été pris le soit avec votre consentement et non à votre détriment. Or, Démosthène et Démade, avec les décrets et les proxénies votés dans la cité, ont, je pense, touché plus de soixante talents, sans compter l'argent provenant du roi de Perse et d'Alexandre”. Hypéride, C. Démosthène, 25.

  • 51 Brun & Descat 2000, 227.
  • 52 Colin 1946, 260 n. 1. Cf. déjà 1905, 74, où il précisait sa pensée : “Après tant de déclarations s (...)

20Ces phrases appellent bien sûr des commentaires mais on écartera ici toute évocation des stratèges, dont les possibilités de tirer profit d'une expédition militaire sont d'un ordre très différent51. Deux grands types de positions ont été défendues à partir de ce texte, mettant en cause certes Démosthène et Démade, mais allant beaucoup plus loin, jusqu’au cœur de l'organisation de la démocratie athénienne. Certains se sont attachés à expliquer ce passage au travers de l'affaire d'Harpale exclusivement et donc en privilégiant la personnalité des deux accusés. Étant donné la perception antithétique par la majorité des modernes des deux protagonistes mêlés à cette affaire, il y avait là une forme de contradiction dans laquelle on risquait de s'empêtrer, dès lors que l'on s’attachait à défendre Démosthène, et que l'on pourrait formuler en ces termes : comment éviter de confondre dans une même opprobre le patriote fougueux et le traître cupide ? G. Colin, fervent défenseur de la mémoire démosthénienne, se trouve passablement embarrassé dans son commentaire du passage en question : “Il y a là une indication curieuse sur la vie politique à Athènes [...] Démosthène a pu user de telles libertés, comme les autres orateurs ; mais nous n'en conclurons pas avec Hypéride, bien que la même affirmation se retrouve dans Dinarque (i, 41 sqq, et surtout 103-104), qu'il faille l'assimiler à Démade”52. On ne saurait être plus direct : quand bien même l'accusation se trouve dans deux sources contemporaines, elle n'est ni possible ni envisageable s'agissant de Démosthène, alors qu'elle est évidente pour Démade et que l'on accorde toute crédibilité aux anecdotes tardives de Plutarque concernant ce dernier. Ce jugement, qui s'apparente à une sorte d'apothéose de Démosthène et à une damnatio memoriae parallèle de Démade, s'il s'inscrit dans la longue litanie des analyses croisées sur les deux personnages, fait fi du propos d'Hypéride qui dépasse le cas de Démosthène et de Démade pour évoquer une pratique visiblement normale à Athènes.

  • 53 Hansen 1990, 316-317.
  • 54 C'est ainsi qu'Hypéride, probablement en 341. lors d'une epidosis qui permit de mettre à l'eau qua (...)
  • 55 Nous avons ainsi vu Démade apporter sa garantie financière pour des trières prêtées aux Chalcidien (...)

21Un excellent connaisseur de la vie politique athénienne du ive siècle, Μ. H. Hansen, tire de ce texte des conclusions beaucoup plus équilibrées, qui dépassent avec bonheur les cas personnels. Après avoir dressé un inventaire des fort nombreuses accusations dont furent victimes les orateurs, il conclut que “les Athéniens toléraient donc que leur personnel politique reçût des cadeaux”. Mais à cette latitude accordée par le peuple, il y avait selon lui une contrepartie, les très fortes amendes auxquelles, en cas de procès perdu, les hommes politiques pouvaient être condamnés : “plus on s'élevait, plus on tombait de haut”53. Hansen voit dans les sommes élevées que les orateurs (et pas seulement Démade !) gagnaient, la contrepartie des risques financiers qu'ils prenaient. A cela j'ajouterai d'autres éléments : lorsqu'une souscription publique était décidée par le peuple, les orateurs se devaient d'apporter une contribution substantielle54 et ils étaient tenus encore de se porter garants en cas de créance douteuse55. Les risques n'étaient d’ailleurs pas seulement financiers, comme le démontrent les destinées finales de Démosthène, Hypéride, Démade ou Phocion. Lycurgue est le seul homme politique athénien du temps à être mort dans son lit.

  • 56 Cette habitude n'était pas exclusivement grecque et Briant 1996, 330, a bien montré, avec ses spéc (...)
  • 57 Dém., Couronne, 295 : 19.260, 265 : Diod. 16.53.2 ; 56.2-4 : Pans. 4.28.4. Perlman 1976, a mis en (...)
  • 58 Plut. Phocion. 18.6 ; Alexandre. 39.4. On retrouve la même tradition chez Homère quand l'un des pr (...)
  • 59 Mitchell 1997. 182.
  • 60 Dém., Ambassade, 166-168. Harvey 1985. 106-107.

22La pratique des cadeaux était normale dans le monde grec56, et on doit en rattacher l'origine à l'antique tradition des présents d'hospitalité (ξένια) dont on a maints exemples dans les poèmes homériques. En toute logique, les ambassadeurs recevaient des cadeaux (Philippe était connu pour ses largesses à leur égard57) et un refus n’était ni compris ni admis de la part du donateur58. Rien n’est simple toutefois, et de nombreuses ambiguïtés pouvaient demeurer. En effet, si la coutume homérique du don et du contre-don s'effectue entre personnes de rang et de statut égaux, n'obligeant à rien d'autre qu'à une suite ininterrompue d’échanges de nature et de valeur identiques, il n'est pas certain du tout que la situation était comprise ainsi lorsque Philippe et surtout Alexandre, dans la position dominante qui était la leur, offraient des présents. Il s'agissait là de rapports tout à fait déséquilibrés, qui transformaient nécessairement la portée du geste. D'autre part, on sait que le mot δώρον, “cadeau”, possède aussi la signification de “vol”. La frontière entre les deux sens était par essence mouvante et donc susceptible d'interprétations divergentes, et ce qui était vu comme un cadeau légitime par quelqu'un pouvait être considéré comme un détournement par un autre59. Pour en rester aux rois de Macédoine, le don impliquait sans doute dans leur esprit réciprocité, mais non plus comme dans l'épopée sous forme de présents de valeur marchande analogue : il devenait instrument de persuasion. Selon Démosthène, Philippe a agi avec Eschine dans cette zone floue, où les cadeaux d'hospitalité que l'on acceptait prenaient parfois l'allure d'une trahison aux yeux des adversaires60.

  • 61 Williams 1989, 21. Cf aussi Hammond & Griffith 1979. 696.
  • 62 Perlman 1976. 232.

23Certains historiens ne se satisfont pas de cette explication quelque peu atténuante et vont plus loin encore, affirmant que, puisqu'il n'était pas convenable de refuser des présents, ce devenait un devoir pour un ambassadeur ou un homme politique influent de les recevoir. J. Williams, dont on a déjà dit que la contribution réévaluait sensiblement la politique de Démade, estime que le fait pour un ambassadeur grec de recevoir des cadeaux d'un roi ou d'un régent prouvait l'établissement par ses soins de bonnes relations de travail avec un pouvoir étranger, qui devaient lui permettre par la suite de parvenir à des arrangements avantageux pour la cité61. Le présent devient la preuve tangible du succès de l’ambassadeur. Car, même si la ligne de partage ne nous semble pas très nette et donnait lieu parfois à des équivoques, il serait illusoire de penser que les Athéniens étaient perpétuellement dans une incertitude juridique : ce sont les intérêts de la communauté qui fixent le cap et déterminent le sens de l'action de l'homme politique face à ces cadeaux. Les accusations de corruption que se lancent à la tête les orateurs athéniens ne sont jamais vraiment centrales dans le débat qui les oppose. Elles ont pour fondement une action censée avoir porté préjudice aux intérêts de la cité, et la charge de δωροδοκία a pour seul rôle de donner des armes et des arguments convenus à un conflit de nature avant tout politique62.

24En conséquence, et non seulement à propos de Démade mais de l'ensemble du personnel politique athénien, la question ne devrait pas être tant de savoir si certains étaient ou non sensibles aux sirènes de l'argent et des cadeaux, mais si, pour ce qu'ils ont reçu, ils ont ou non servi les intérêts athéniens. En réalité, et c'est bien là le sens des propos d'Hypéride. le seul type de dôron considéré comme illégal était celui dont les conditions d'acceptation mettaient enjeu la sûreté de la cité. On devine bien entendu toute la dimension subjective de cette affirmation et c'est bien pour cette raison que, au ve comme au ive siècles, les accusations de détournement d'argent ou de corruption étaient si nombreuses. Car, ce qui était favorable ou préjudiciable à la cité ne pouvait être perçu comme tel que bien après les événements, une fois que ceux-ci avaient abouti à une conclusion dont on était à même de percevoir les effets positifs ou négatifs. Venaient alors les récompenses pour l'orateur qui avait permis l'heureuse issue de l'entreprise, ou la condamnation de celui qui, en récupérant des avantages matériels, avait donné de mauvais conseils. Celui-ci succombait alors sous un double chef d’accusation, politique erronée proposée au peuple et enrichissement privé consécutif aux cadeaux reçus, dont les adversaires du jour ne se faisaient pas faute d'affirmer qu'ils n'étaient jamais que le fruit d'une trahison stipendiée : le présent se retournait contre son bénéficiaire et se muait en témoignage objectif de son forfait. On peut être ou paraître choqué de telles pratiques, réprouvées par la morale contemporaine tout autant que par celle d'un Plutarque qui ne comprenait plus grand-chose au fonctionnement d'une cité des temps classiques, mais on ne peut l'être qu'en les jugeant au travers de notre propre grille d'analyse. Dans ces conditions, autant sont vains les efforts pour laver Démosthène de ces accusations, que sont fallacieux les jugements de valeur négatifs portés à l'encontre de Démade.

  • 63 Mais il y avait, bien sûr, les émoluments perçus lors des plaidoyers de la justice civile. Et l'on (...)
  • 64 Plut.. Démosthène. 25.5-6 : [Plut.], Vit. X Oral. 848 h. Plutarque rapporte ce fait à l'affaire d' (...)
  • 65 Il est vrai que l'accusation provient de son vieil adversaire. Eschine. C. Ctésiphon. 103-104. Mai (...)

25Si l'on veut préciser encore, la principale indication que nous livre Hypéride est la tolérance du peuple vis-à-vis du personnel politique de rang élevé concernant ce que nous appellerions aujourd'hui l'enrichissement personnel : sans qu’une loi les y autorise expressément, les orateurs, dont le travail public n'était pas rémunéré, faut-il le rappeler63, avaient quelques occasions de se payer de leur temps passé aux affaires de la cité. Le discours donne deux exemples, les décrets et les proxénies. Le premier terme, vague, doit recouvrir un champ d'application fort vaste, dont nous sommes bien incapables de définir les contours exacts. Lorsqu'on 335, Alexandre réclama la livraison des Athéniens les plus notoirement hostiles à la Macédoine, une rumeur, dont je me suis déjà fait l’écho, voulut que Démade reçût cinq talents de ceux qu'il défendit devant le peuple. Vraie ou fausse, nous ne le saurons jamais, mais elle n’a rien d'inconcevable. Plus révélateur encore, Démosthène perçut beaucoup d'argent, dit-on, pour se taire à l'Assemblée et simula une extinction de voix64. Faut-il, plus largement, imaginer que tout rogator d'un décret avait, en amont de ce dernier, reçu des gages de ceux qui étaient intéressés au vote de ce décret ? C'est au moins probable pour les accords internationaux. En 341, Démosthène reçut ainsi un talent de la part de la cité d'Oréos pour soutenir devant le peuple athénien une proposition d'alliance entre les cités eubéennes et Athènes65. De la même manière, si l'on suit Hypéride, le bénéficiaire d'un décret de proxénie se devait de prendre un avocat pour plaider sa cause, et l'argent qu'il lui versait devenait alors la juste rétribution d'un travail assez long. Et, comme l'orateur le précise, c'est l'intérêt de la cité qui prime en l'espèce.

  • 66 Plut. Démosthène. 20.4-5 : [Plut.]. Vit. X Orat. 847 f. C’est sans doute à cet épisode que se réfè (...)
  • 67 Plut. Démosthène. 14.2.

26Nul ne saurait donc nier le fait que Démosthène a profité de certaines largesses, de diverses origines. Plutarque affirme que l'on retrouva à Sardes des archives prouvant qu'il avait perçu des Perses des sommes importantes66. Cette information, qui ne fait que corroborer une tradition qui le faisait passer pour sensible aux cadeaux67, trouve une autre confirmation dans l'affaire d'Harpale, dans laquelle toutes les sources, contemporaines (Dinarque, Hypéride) ou tardives (Plutarque, Pseudo-Plutarque) montrent que Démosthène a reçu une grosse somme de l’ancien trésorier royal.

  • 68 Wirth 1997, 197 n. 27 : “Die Besteehlichkeit teilt Demades mit den meisten seiner Kollegen und Amt (...)
  • 69 Dém., Couronne. 298.

27Alors, il n'est en effet pas douteux que, de son côté, Démade a touché de l'argent d'Harpale et si l'on veut, pour désigner son attitude dans l'affaire, employer le terme de vénalité, il faut l'utiliser aussi pour tous ses collègues politeuomenoi – et pas seulement Démosthène68. Mais, au contraire de ce dernier qui s'était quelques années auparavant drapé dans la vertueuse position d'un homme insensible aux cadeaux69 et devait, dans l'impossibilité de se contredire, nier de telles évidences, Démade l'avouait, parce que, de telles pratiques étant sues et tolérées des Athéniens, il ne craignait pas de se voir accusé d'une quelconque pratique frauduleuse. Durant l'enquête menée pour l'affaire d'Harpale, et s'il faut en croire Dinarque, Démade convint qu'il avait participé aux distributions opérées par l'ancien trésorier d'Alexandre :

  • 70 Dors-Méary 1990, 32 traduit ce passage par “tout en avouant sa vénalité tant présente que future”, (...)

“Tu [Démosthène] es encore plus audacieux que Démade qui, tout en reconnaissant d’avance devant le peuple son attitude insensée (άπόνοια), et en avouant de même qu’il touche de l’argent et qu’il en touchera (λαμβάνειν καί λήψεσθαι)70, n’a pourtant pas osé montrer aux juges son visage, ni juger bon de contredire le Conseil”. Dinarque, C. Démosthène, 104.

  • 71 Clavaud 1987. 131. 155 (et déjà Colin 1925. 336) ; Carlier 1990. 223-224, Canfora 1994, 519, l’app (...)

28Il semble difficile de mettre en doute le texte de Dinarque, quand bien même on se doit de le déblayer de quelques scories touchant à l’essence même d’un discours de procédure judiciaire, qui n’a pas vocation à être nuancé. Mais l’aveu de Démade a été interprété avec les travers que la tradition littéraire a conservés du personnage, et c’est ainsi qu’on a pu le décrire comme “cupide et cynique, [jugeant] inutile de faire semblant d’être incorruptible. Il proclame volontiers qu’il touche et qu’il touchera encore”71. En d’autres termes, cet aveu transmis par Dinarque a beaucoup compté dans la fabrication des historiettes dont Plutarque s’est fait pour nous le compilateur.

  • 72 Phocion, 18.3 ; 20.3 ; 30.5.
  • 73 Plutarque insiste à de nombreuses reprises sur l'incorruptibilité de son héros, refusant les somme (...)

29Le rapport que les sources hellénistiques et impériales possèdent à l’égard de l’argent est très empreint de considérations moralisatrices qui n’avaient guère cours dans les milieux politiques athéniens au ive siècle. Plutarque peut, à de multiples reprises, vanter la pauvreté de Phocion72 ; on voit mal comment cet homme, stratège plusieurs fois, aurait pu mener une carrière militaire sans posséder un bien-fonds susceptible de lui assurer largement de quoi vivre sans être tenu de travailler. Cette pauvreté, qui rejoint la modestie de vie d’un Socrate, le refus de tout bien matériel d’un Diogène, destinée à prouver le détachement du héros par rapport aux biens de ce monde, n’a rien de réel et tout de philosophique. Peut-être, après tout. Phocion n’a-t-il pas touché d’argent de la part d’Harpale73. Pourtant, cette attitude risque bien de ne pas avoir été motivée par l’éventuelle et incertaine incorruptibilité de l’homme. Ne recevaient en effet de l’argent que ceux dont l'influence sur le peuple rendait indispensable l’amitié ou l’alliance pour faire accepter une décision. Or, on a déjà eu l’occasion de le dire, l’importance de Phocion dans l’Athènes du ive siècle a été de beaucoup exagérée par la tradition dont Plutarque se fait le porte-voix. Ce qui revient à dire que. si Phocion ne fut jamais accusé de détournements, c’est avant tout parce qu’il n’avait pas dans la cité une position qui lui permettait de l’être. Il n’y a rien de cynique dans cette conclusion qui peut paraître faire fi d’une certaine morale, mais de quelle morale parlons-nous ? Encore une fois, il ne convient pas de juger les mœurs athéniennes du ive siècle avant notre ère ni en vertu des valeurs qui sont aujourd'hui les nôtres, ni d'après les enseignements dispensés par la philosophie stoïcienne qui connaissait le succès que l'on sait dans les hautes sphères de la société du Haut-Empire. Il est sans doute plus utile de prendre pour référent ultime la pensée du ive siècle, telle que l'on peut la saisir au travers des orateurs.

  • 74 Dém., C. Aphobos iii , 22 : “Je recourrai ici aux vraisemblances : vous reconnaîtrez tous, je supp (...)
  • 75 Une même ignorance de l’activité du “vrai” Phocion était d’ailleurs avouée par Cornélius Népos (Ph (...)

30Or, la pauvreté, bien loin d’être alors la preuve suprême de la vertu, était suspecte, surtout s'agissant des politeuomenoi, car elle était perçue comme un risque supplémentaire de corruption puisqu'elle était par nature tentatrice. Par exemple, c'est bien parce que la famille d'Eschine ne faisait pas partie des classes aisées de la société athénienne que Démosthène postule sa trahison et sa vénalité sans état d'âme aucun, mais cette idée pouvait aussi être énoncée comme une vérité d'évidence, dans le contexte d'une affaire privée cette fois74. C'est sur ce double topos d'une prétendue pauvreté initiale de Démade suivie d'un enrichissement rapide que l'on s'est appuyé pour fourbir les armes explicatives de sa trahison stipendiée et de sa vénalité viscérale, tandis que c'est en l’oubliant, ou, plus exactement en la retournant au nom d'un stoïcisme de pacotille (le sage méprise l'argent), que Plutarque et ses fidèles ont érigé la statue de Phocion. Ce criant anachronisme de pensée permet d'aboutir, me semble-t-il, à une conclusion importante : les sources à la disposition de Plutarque concernant Phocion ne remontent pas plus haut que l'époque hellénistique. Guidées par le seul souci d'offrir, et, si besoin, d'inventer, l'exemple d'un homme d'État philosophe, elles s'étaient déjà livrées en leur temps à une reconstruction artificielle de la vie du pseudo-grand homme, sans avoir de bases documentaires précises sur sa carrière politique et son activité militaire, tout simplement parce que Phocion n'avait pas laissé de traces très marquantes dans l'histoire d'Athènes. Ce sont ces lacunes qui expliquent la vacuité désespérante de faits et d'événements historiques que l'on a déjà notée dans la biographie que lui consacra Plutarque75. Sans égard aucun à la véracité historique qui ne les intéressait pas, les écoles philosophiques, que l'on devine très actives en l'espèce, ont comblé ces vides par des apophtegmes, bien en phase avec leurs enseignements, mais plus du tout en harmonie avec la pensée et avec l'époque où vécut le véritable et pâle Phocion.

  • 76 Hypéride, C. Démosthène, 14 : “Dans ses discours, il (Démosthène) accuse le Conseil [de l'Aréopage (...)
  • 77 Le stratège Lysiclès fut condamné à mort, comme si la défaite de Chéronée lui était imputable (Lyc (...)
  • 78 Dinarque, C. Démosthène, 60.
  • 79 Dinarque, C. Aristogiton, 15 : Plut., Pliocion, 22.5. Schmitt 1992, 45. Peut-être paya-t-il de sui (...)

31Après ce long détour, nous pouvons à présent revenir à l'affaire d'Harpale. En appliquant aux événements de 324-323 le passage d'Hypéride – compte tenu du moment où ce dernier prononce son discours, et quand bien même le propos se veut général, il est impossible de dissocier la phrase en question de l'affaire en cours-ce n'est pas tant le détournement d'argent que les Athéniens décidèrent de condamner, qu'un acte politique qui les plongeait dans le plus grand embarras. En ayant accepté l'argent d'Harpale, Démosthène et Démade avaient placé la cité en porte-à-faux puisqu'ils se faisaient les complices de manière indirecte du trésorier félon : n'oublions pas que l'ambassade à propos de Samos était encore en suspens. Dans cette optique, la condamnation des “coupables” était aussi une façon d'amadouer le roi, elle revenait à lui faire savoir que la cité était disposée à châtier ceux qui désobéissaient à la politique officielle qu'elle suivait. Que Démosthène ait été sacrifié sur l'autel de la prudence, que l'on puisse voir en lui un bouc émissaire, semble une hypothèse plausible-la meilleure – mais qui n'en exclut pas une autre, plus humaine : Hypéride a vu là l'occasion de se débarrasser de deux adversaires. Cette dimension politique est avancée par Démosthène lui-même dans le plaidoyer disparu qu'il prononça lors de son procès76 et nombreux sont les historiens modernes à avoir accepté pareille conclusion, avec d'autant plus d'aisance que l'habitude de trouver un homme sur qui l'on faisait retomber l'entière responsabilité d'une défaite militaire ou de l'échec d'une ambassade, semble avoir été solidement ancrée dans les mentalités grecques, comme on l'a vu à propos du décret reconnaissant la nature divine d’Alexandre77. La preuve la plus visible de la dimension politique de la condamnation des deux hommes est la punition dont ils furent frappés. A Démosthône, on infligea une amende de cinquante talents, grosse somme, certes, mais très en dessous de la peine prévue applicable à un cas de δωροδοκία, qui prévoyait une amende au décuple de la somme incriminée (Démosthène aurait dû être condamné à deux cents talents) ou la mort78. Quant à Démade, sa condamnation, réelle, n'eut qu'une portée symbolique puisqu'on le voit, a l'annonce de la mort d'Alexandre, prendre la parole devant l'Assemblée79.

  • 80 Schmitt 1992, 45 : “Zwar wurde besonders Demosthenes mit beträchtlichem Aufwand als Makedonenfreun (...)
  • 81 Badian 1961 donne une explication à la fois politique et personnelle de la chute conjointe de Démo (...)
  • 82 Schmitt 1992. 46-47.
  • 83 L'expression est de Colin 1925, 349, qui parle aussi, visant Hypéride, de “la plus immorale des al (...)

32L'idée d’une condamnation aux dimensions politiques, politiciennes dirions-nous, est corroborée par les discours et fragments de Dinarque, Hypéride et Pythéas. Leurs arguments ont une dimension très générale : Démosthène, Démade et les autres sont des incompétents et des corrompus, de surcroît alliés objectifs des Macédoniens. En fait, il ne s'agit là que de vulgaires topoi et de flèches personnelles qui masquent mal l'absence d'une politique franchement anti-macédonienne80, appelant par exemple à une guerre de libération, ce dont les procureurs de Démade et de Démosthène se gardent bien. Il faut donc comprendre cette condamnation comme le fruit des luttes intestines qui agitent la classe des politeuomenoi athéniens au ive siècle. Ces affrontements sont d'autant plus vifs et personnels qu'ils ne reposent pas sur de nettes différences d’appréciation politique de la situation. En d'autres termes, moins les orateurs se séparent sur la stratégie à adopter de façon concrète vis-à-vis d'Alexandre – non avec des mots, mais avec, le cas échéant, des armes – et plus ils étalent au grand jour leurs méfiances et haines réciproques. A cet égard, la position d'Hypéride, seul vrai vainqueur de l'affaire d'Harpale, puisque la condamnation de Démosthène et Démade mettait provisoirement en retrait de la Pnyx les hommes les plus influents et le poussait au premier plan, est révélatrice. Pour O. Schmitt, les divergences de fond entre les trois hommes sont minimes, mais contrairement aux deux autres. Hypéride n'a jamais tissé de liens personnels avec des Macédoniens haut placés, d'où sans doute ses propos a priori moins conciliants à l'encontre du roi81. Peut-être cède-t-il aussi, au soir de sa vie, au vertige suprême de dominer l'assemblée, ce qui expliquerait son alliance de circonstance avec Pythéas, qui devait peu de temps après rejoindre la cour macédonienne82. Surtout, même s'il est excessif de parler, pour le front constitué contre Démosthène, de “coalition d'extrémistes” des deux bords, la figure de Démosthène, contrairement à ce que ses fougueux défenseurs d’aujourd’hui ont peine à admettre, était loin de faire l'unanimité à Athènes83.

33Cette vision d'un procès politique a été acceptée, certes avec des divergences, par la plupart des commentateurs modernes, ceux comme O. Schmitt ou W. Will, qui mettent en avant l'opposition structurelle entre hommes politiques athéniens dans le cadre de la démocratie ou ceux qui, comme G. Glotz, s'interdisent de penser Démosthène, symbole intemporel du patriotisme flamboyant, à l'image d'un vulgaire voleur. On aura depuis longtemps compris dans quel camp je me rangeais.

34Toutefois, si je parviens à la même conclusion d’une sentence plus politique que financière, je me sépare de la plupart des commentateurs sur deux points. Le premier tient à l'argent. Je ne suis pas de ceux qui considèrent qu'il est impossible d'élucider ce point de l'enquête, et je crois avoir montré que les mœurs athéniennes ne s'opposaient pas à un profit personnel des orateurs pour des négociations dont le peuple espérait lui aussi tirer bénéfice d'une heureuse conclusion. Le second, plus important à mes yeux, c'est que j'associe pleinement Démade à ce verdict politique : je ne vois dans les sources disponibles aucune raison de refuser à l'un ce que l'on accorde à l'autre, alors qu’ils sont inextricablement mêlés dans cet épisode ténébreux de la vie politique athénienne.

  • 84 Wirth 1997, 197 n. 27, souligne que, si la vénalité de Démade est avérée, “sie braucht einen Blick (...)
  • 85 Dinarque, C. Aristogiton, 15. Ce mot n'est certes pas neutre : l'étude de Veligianni-Terzi 1997, 2 (...)

35Démade a donc gagné de l'argent et accru sa fortune grâce à ses activités politiques – comme tous ses autres collègues orateurs. Était-il pour autant “vénal” et “corrompu” dans le sens le plus cynique possible où, quelles que fussent ses propres idées, il ne défendait que celles qui lui rapportaient ? Adopter cette conclusion, c'est emboîter aveuglément le pas à Plutarque, dont le seul but est de fournir à la postérité le modèle de Phocion, homme d'État idéal et idéalisé, victime des complots de la populace. D'un point de vue moralisant, le but est sans doute atteint, mais d'un point de vue historique, le fossé est trop grand entre l'image diabolisée de Démade et celle que renvoient les sources épigraphiques, dont je ne me lasserai jamais de dire qu'elles doivent avoir la priorité pour comprendre ce que les Athéniens pensaient de lui. Démade eut avant tout pour souci principal l’intérêt de la cité84. Qu’il n’ait pas choisi à cette fin, à partir de 338, l'itinéraire d'Hypéride. c'est une évidence. Les tenants du patriotisme pur et dur ont pu, a notre époque, et en confondant les situations antiques et celles de leur temps, être sensibles à l'inflexibilité de la position de ce dernier. Mais les perspectives qu’ouvrait Hypéride n'étaient pas adaptées à la situation et c'est pour cela qu'elles avaient été rejetées par un peuple qui n'était évidemment pas oublieux de la grandeur de son histoire (la guerre lamiaque et toutes les révoltes de la cité jusqu'à celle de 88 le montrent assez), mais qui pensait aussi a vivre, voire à survivre, ce dont ne paraissent pas se soucier certains historiens d'aujourd'hui, lesquels rejettent avec dédain et mépris la politique menée par Démade. D'ailleurs, son accusateur le plus déterminé, Dinarque, lors du procès de l'affaire d'Harpale, admet que l'action de Démade avait été par le passé profitable (χρήσιμος) à la cité85. Cette concession, dans le contexte nécessairement défavorable d'un réquisitoire qui ne brille pas, par ailleurs, par son art de la nuance, est en elle-même la preuve la plus éclatante de l'attachement prioritaire de notre homme aux intérêts d'Athènes et de la manière dont il était perçu par ses concitoyens. Qu'il n'ait pas été plus “athénien” qu'Eschine (dont on n'a aucune raison de croire qu'il tut un traître à la cause de sa cité), que Démosthène, Lycurgue ou Hypéride est certain. Mais nous n'avons aucun élément concret pour penser qu'il le fut moins que ceux dont la postérité a modelé la figure de patriotes absolus.

Notes

1 Plut., Phocion, 30.7.

2 Δημάδης, 415 : ίπποτρέφει δέ kαὶ ἠγωνίζετο Όλυμπιάσι kαὶ ἐνίκα.

3 Kyle 1987, 166-167 : “The famous displays of the parvenu Demades included an Oympic win in 328” : Golden 1998, 173, insiste moins sur cet aspect, mais souligne l’avantage politique qu'il pouvait exploiter de cette victoire : “Demades must have thought that competing, and winning above all, Consolidated and enhanced his position”. On ne s'étonnera pas que Glotz, 1936. 362, vante sa “belle écurie de course”. Cf, aussi Faraguna 1992. 393 n. 48 . Cohen 1992, 89 n. 141.

4 De Falco 1954, 30 (frag. xxxiii).

5 Wilson 2000, 168-169.

6 Mac Dowell 1990, 277 : “The anecdote is dubious : could one khoregos present two chorus of fifty at the same festival ? And even if he offered to pay, would the aliens have been allowed to perform ?” Il est intéressant de remarquer que ce n'est pas sur la portée polémique de l'assertion de Plutarque que Mac Dowell se fonde pour mettre en doute l'information, comme si on n'était pas étonné de voir quelqu'un comme Démade se comporter ainsi.

7 Treves 1958, 342 n. 19, pourtant par nature peu enclin à critiquer à l'excès les sources hostiles à Démade. range cet apophtegme parmi les fragments inauthentiques, en raison de l'anachronisme de la juxtaposition des deux termes de “rois” et de “dynastes”, qui n'est pas d'un usage commun avant le milieu du iiie siècle.

8 Cette anecdote reprend un propos attribué par Aulu Gelle à Caius Gracchus, mais on la retrouve aussi, avec des variantes, mise au compte de Démosthène (Aulu Gelle. Nuits uniques, 11.9.2 : Plut., Démosthène, 25.5-6 ; [Plut. ], Vit. X Oral. 848 b). Même si Aulu Gelle précise avec soin qu’il n'est pas sûr de la réalité de l'épisode (“dieitur'), son imputation, apparemment gratuite, à Démade, en dit long sur le discrédit qui l'avait touché dès le IIe siècle avant notre ère et d’ailleurs, de Falco 1954, 38-39 (frag. lxvi), assez indulgent sur la question de l'attribution à Démade de ces apophtegmes, classe cette phrase parmi les “frammenti di dubbia autenticita”.

9 Δημάδης, 415 : κτήματα ἐν Βοιωτία παρὰ Φιλίππου δωρεὰν ἔλαβεν. On note toutefois quelques différences : le terme, pour désigner les biens de Démade est résumé en un mot plus neutre (κτήματα), et c’est Philippe qui est désigné nommément, ce qui accroît le doute sur la valeur du témoignage. Même s’il est toujours possible que Philippe se soit livré à des confiscations en Béotie après 338. le contexte postérieur à la destruction de Thèbes en 335 paraît mieux adapté ; mais ce n'est plus Philippe, dans ce cas, qui pouvait donner ces biens à Démade. On peut s'interroger sur les liens entre ces deux témoignages (la lettre du Pseudo-Eschine et la notice de la Souda) et une accusation de Démosthène scion lequel Eschine aurait possédé des propriétés en Béotie, en des termes qui se rapprochent assez de ceux employés par le lexicographe (Couronne, 41 : κτήματ ἔχων ἐν τῆ Βοιωτία). Il a pu y avoir détournement sur le compte de Démade d'une accusation lancée contre Eschine par celui qui plagiait cet orateur comme si. le fait étant avéré puisqu'il provenait de l'autorité indiscutable de Démosthène, la seule possibilité pour un défenseur d'Eschine était d'en faire porter la responsabilité sur un autre – je veux dire sui Démade. Pour une pareille attitude, cl. E. M. Harris 1995, 154.

10 Un grammairien d'Alexandrie. Hérodien. rédigeant au iiie siècle de notre ère un traité sur les figures de rhétorique (Περί σχημάτων) rapporte, dans le cadre de son analyse de l’antithèse dans le discours, le propos d’un orateur anonyme s’opposant à Démade : Toi, Démade, tu reçois des cadeaux de Philippe, mais pas moi ; tu consens a t'engraisser avec lui, contre la cité, mais pas moi. Tu t’es réuni avec ses ambassadeurs pour conspirer, je ne l'ai pas lait” (Rhét.. gr Walz, VIII, 602-603). De Falco 1954, 46-47 (frag. lxxx), à la suite de Blass, attribue cette diatribe, pourtant extraite d'un exercice d'école, a Polyeucte de Sphettos, qui l'aurait prononcée à son retour de l'ambassade menée pat Démade auprès de Philippe en 338. On ne sache cependant pas que cette ambassade immédiatement postérieure à Chéronée ait déclenché un quelconque procès à son encontre – bien au contraire. Clavaud 1987, 131-132, rapproche ce propos rapporté par Hérodien d'un passage du discours de Démosthène, Couronne, 265, qui utilise le même genre de parataxe à l'encontre d'Eschine, pour rattacher ce fragment à un discours de l’orateur prononcé contre Démade. De Falco développe ailleurs (p. 93-94) cette idée d'un Démade ayant reçu beaucoup d'argent des Macédoniens. Comme on s'en doute, le savant italien n'est pas le seul. Ainsi. G lot/1936, 362 : “La défaite de Chéronée lui fournit une occasion magnifique de se pousser au premier rang et, par-dessus le marché, d'obtenir de Philippe un beau domaine en Béotie avec les moyens d'avoir de la vaisselle d'or et une belle écurie de course. Cloché 1923, 185, voit Démade “amassant largement les profits matériels que pouvait lui rapporter son zèle anti-national. Croiset 1947, 642 en tait l'homme d'affaires de Philippe et d’Alexandre, qui le rémunérèrent. Cette assertion du Pseudo-Eschine est également acceptée par des historiens habituellement plus prudents : Davies 1971, 100, considère que le scepticisme de Treves 1933b, 111 n. 1 à ce sujet est “needless”. Rosen 1978, 32, parle des dons d'Alexandre à Démade (“die Geldgeschenke an Demades”).

11 Plutarque, Démosthène. 23.6 parle de cinq talents. Diodore de Sicile (17.15.3) est de son côté plus circonspect, se contentant d'un “on dit” : πεπεισμένος ὐπò τῶν περὶ Δημοσθένην, ὥς φασι, πέντε ταλάντοις ὰργυρίου. Cf. supra, p. 74-78.

12 Souda. Δημάδης, 415 : δὶς δἐ παρανόμων ἣλω ; Diod. 18.18.2 ; Plutarque, Phocion. 26.2.

13 Plut. Phocion. 18.1-8. Le commentaire de Duff 1999, 136, me paraît frappé au coin du bon sens : “The incident is of a doubtful historicity”. La considération morale l'emporte de très loin sur l'authenticité. Pour les autres épisodes d'un Phocion inaccessible à toute forme de richesses, 4.4 ; 18.3 ; 20.3 ; 30.5 ; Cornélius Népos, Phocion. 1 ; 4.4. Même si je ne crois guère à la pauvreté de Phocion, on doit admettre que nous n'avons aucun témoignage épigraphique de l'une de ses triérarchies éventuelles. Mais il n'est pas le seul riche Athénien à être dans ce cas : Démade, quoique riche, n'est pas davantage attesté comme triérarque, et on peut dire la même chose de Phanodèmos.

14 Plut., Phocion, 18.3 ; 19.3-4. Dans un ordre d'idée similaire, Élien s'émerveille de la modestie (sôphrosunè) de l'épouse de Phocion, qui taisait elle-même ses propres vêtements (Hist. Variée, 7.9).

15 Hypéride frag. 23 Burtt : [Dém.]. Lettres, 3.2-3 ; [Plut.]. Vit. X Orat. 841 c-842 b. Le décret de Stratoclès parle de Lycurgue comme d'un homme αδιάφθορος, ce que l'on traduit par “incorruptible” (ainsi dans son édition du décret de Stratoclès, Colin 1946. 7).

16 Soulignons le topos de l'homme austère et digne, qui marche pieds nus et se vêt sobrement. Socrate était d'ailleurs décrit comme tel par Xénophon (Mém.. 1.6.2) et Platon (Banquet, 220 a-b). Encore une lois apparaît au grand jour la similitude voulue et. très probablement, créée, entre le mode de vie de Socrate et celui des Grecs du ive siècle dont la tradition a retenu les aspects positifs. Ainsi, selon Xénophon. Agésilas endurait sans crainte le froid (Agésilas, 5.3) et. pour Plutarque, il sortait en plein hiver sans chiton (Mor. 210 a-b).

17 Les arguments développés par Démétrios de Phalère sont au nombre de quatre (Plut. Aristide. 1.2-4) : il possédait un domaine à Phalère ; il fut désigné archonte ; il lut ostracisé (seuls les riches et les puissants l'étaient) : il fut chorège et remporta une victoire.

18 Épaminondas (Mor. 192 b-c) et Lysandre (Mor. 230 a) sont pareillement pauvres selon Plutarque. Cf. Russell 1973, 55-57.

19 Hist. Variée. 2.43 : πενέστατοι ἐγένοντο oἰ ἄριστοι τῶν'Ελλήνων (Aristide, Phocion, Épaminondas, Pélopidas. Lamachos, Socrate, Éphialte) ; 1 1.9 : oἰ των ’Ελλήνων ἄριστοι πενία διέζων παρὰ πάντα τòν βίον (Aristide. Phocion, Épaminondas, Scipion [ ?], Éphialte). En 3.17, il fait de Périclès, Aristide, Épaminondas, Phocion et Éphialte des philosophes.

20 Carlier 1990, 223-224 ; Gauthier 1985, 109. Schmitt 1992. 61 et Habicht 2000, 28. nuancent davantage.

21 Treves 1933b, 110.

22 On se reportera utilement au travail de Bruyn 1995. 142 η. 150, qui rappelle les contributions antérieures essentielles, parmi lesquelles on retiendra celles de Badian 1961. Goukowsky 1981. 65-77. Jaschinski 1981 et Will 1983, 1 13-128. Plus récemment, voir Engels 1993, 308-326 et Blackwell 1999, seul ouvrage centré autour de l’affaire.

23 Glotz 1938, 213-217. Dans le même esprit, Schafer 1887. 320-350 : Colin 1925, 306-350 et 1926, 31-88.

24 Carlier 1990, 261-267. Elle est parfois réduite, notamment chez Treves 1958, 338, à un-piccolo o grosso scandale municipale d'una democrazia in declino”.

25 Dinarque, C. Démosthène, 58 ; 94 ; Quinte Curee, 10.2.6-7.

26 Arrien. Anadase. 7.12.7 : Diod. 17.108.7 ; Ath. 13.595 e. Schmitt 1992. 37-39.

27 Idée avancée par Ashton 1983, 57-59. qui rappelle que des bruits circulaient sur une possible attaque d'Alexandre contre Athènes (Ath. 12.538 b). Ces bruits n'étaient peut-être pas infondés, d'ailleurs, puisqu'ils émanaient de Gorges d'Iasos, honoré quelque temps plus tard par les Samiens pour avoir joué un rôle efficace à la cour en leur faveur (Syll.3 312). D'autre part, on savait à ce moment la teneur du rescrit qui serait lu à Olympie par Nicanor de Stagire. Harpale et Nicanor pouvaient, dans un premier temps et dans l’ignorance exacte de la situation du trésorier d'Alexandre, être considérés comme les deux faces d'un même danger.

28 Arrien, Anabase ; 3.6.19 ; Diod. 17.108.6 ; Ath. 13.586 d ; 596 b. Cf. Osborne 1981a, iii, 79.

29 Ainsi, Worthington 1994, 318.

30 Les bateaux avec lesquels Harpale était venu furent confisqués et apparaissent dès lors dans les inventaires des épimélètes des arsenaux (IG, II2. 1631, 1. 171-174. Ashton 1983, 59 : Worthington 1986a).

31 Hypéride, C. Démosthène, 11 ; Dinarque, C. Démosthène, 6, 45, 89, 100 : C. Philoclès. 1 ; Plut., Démosthène, 25.4 ; [Plut.], Vit. X Orat. 846 a. Schmitt 1992, 42-49.

32 Colin 1926, 40 ; Cloché, 1937, 296-297 ; Glotz 1938, 214. Il est aisé de remarquer que les thuriféraires de l'orateur, prompts à mettre en exergue un éventuel manque de preuves sur la question de sa culpabilité dans les détournements d'argent dont il fut accusé (thèse déjà avancée durant l'Antiquité : [Démosthène], Lettres. 2.13-15). n en avancent pas davantage à l'appui de leur thèse optimiste ne reposant que sur l'image positive qu'ils se font de Démosthène (Clavaud 1987. 153). Comme il faut bien rendre compte de cette disparition d'argent, tous se limitent à parler d'imprudences, comme s'il existait à Athènes des fonds secrets plus ou moins mis à la disposition des dirigeants de la cité. Quant à la vision de Clemenceau (1926. 105), selon lequel la politique de Démosthène était trop haute pour qu'une telle accusation eût la moindre chance d'être vraie, inspirée de la réflexion de Colin 1926. 74, on peut aussi y voir le plaidoyer d'un homme d'État cherchant à rendre inimaginables ses propres malversations avérées dans le “scandale de Panama”.

33 Badian 1961.33-40, considère que Démosthène et Démade employèrent l'argent d'Harpale à cette fin. La position de Badian est originale dans le sens où, à ma connaissance, il est le seul à mettre en parallèle l'action des deux hommes (cf. note précédente). Elle n'emporte pas davantage ma conviction.

34 Ainsi Treves 1958, 336, considère-t-il que Démade agit “per soddisfar la propria avidità di denaro”.

35 Worthington 1986b.

36 II ne faut pas aborder les affaires publiques pour trafiquer et s'enrichir, comme Stratoclès, Dromoclidès et leurs amis, qui s'invitaient mutuellement a venir à la moisson d'or, car c'est ainsi qu'ils appelaient, en plaisantant, la tribune”. Plut., Mor. 798 e.

37 Par exemple, Platon. République, 3.390 d.

38 Mais pas uniquement les orateurs, et pas seulement au ive siècle. Le remarquable travail de Harvey 1985, 113-1 17, se termine par cinq pages d'un impressionnant index locorum relatif à des accusations de détournements de fonds publics ou de corruption.

39 E.g. Aristophane. Cavaliers, 802, 996 et passim : Nuées, 591 ; Platon le Comique, ap. Alh. 6.229 t.

40 Ath. 8.341 e (Edmonds II, F.4). Sont cités, outre Hypéride, Démosthène, Moroiclès, Callisthène et Démon. Badian 1961, 42, estime que la pièce a été jouée au printemps 323 (cf. aussi APF, no 13912), alors que Braccesi 1973. 423, préfère l'année précédente.

41 Dém.. Couronne. 298 (ἀδιάφθτορος) ; Eschinc, Ambassade, 8. Ce n'était pas la première fois que Démosthène vantait sa propre incorruptibilité et la vénalité de ses adversaires (cf. encore Paix, 12 ; Philippique III. 37-39). Lorsque Lucien, au iie siècle de notre ère, met dans la bouche de Philippe l’incorruptibilité absolue de Démosthène (Démosthène. 33), il ne faut y voir que la tentative, postérieure à la mort de l'orateur et à son apothéose démocratique, de lui refaire une virginité sur ce point délicat. Cette réhabilitation un peu désespérée de Démosthène rencontre un écho favorable chez Plutarque (Démosthène. 31.1-3) qui rapporte l'anecdote suivante, presque contemporaine du Béotien. Un homme avait caché de l'or entre les mains de la statue de Démosthène, puis l'y retrouva à la même place quelque temps après. Ce fut l'occasion, poursuit Plutarque, de célébrer l'incorruptibilité (τò ἀδωροδόκητον) de Démosthène, et je ne suis pas certain que le moraliste pratique ici une ironie au deuxième degré. Au-delà de cette historiette, Cargill 1985, 84-85, qui, on le sait, promène sur Athènes en général un regard bienveillant, considère que, dans ses attaques, Démosthène a en général visé juste. Je me sens davantage en accord avec Cawkwell 1978, 122, pour qui l'orateur n'a cessé de proclamer, sans vraie raison, que la corruption était à la base des succès de Philippe et qu'il a fini par en persuader la postérité.

42 Plut., Phocion, 23.3.

43 “C'est que lui est pauvre, parce qu'il est honnête, et que toi tu es riche, parce que tu as beaucoup volé la cité” : Plut. Mot : 809 a. De son côté, bien sûr, il refuse avec dédain l'argent qu'on lui tend : Mor. : 192 b-c.

44 Pour Wankel 1982, 45-46, les seules accusations susceptibles d’être vraies sont celles où un accusé a comparu en citation directe pour corruption. La plupart des autres accusations qui traînent viennent coiffer une démonstration dans laquelle la corruption n’est pas au centre du débat : mais c'est un détour obligé dans le discours Cf. Harvey. 1985, 89-90.

45 Que la corruption passive seule fût poursuivie ressort distinctement d'Arist., Const. Ath. 54.2 et Dinarque. C. Aristogiton, 17. Cf. Harvey 1985. 79-81. qui fournit de multiples exemples.

46 Ainsi Hypéride et Lycurgue : [Plut.]. Vit. X Orat. 848 f : 852 d. Pour Thucydide, 2.65.8, Périclès était ἀδωρότατος. “le plus intègre possible”, “le moins accessible aux cadeaux”.

47 SEC. 45. 1995. 1 160. 1. 10-11. Si la restitution ne paraît pas devoir faire problème, Cargill 1995. 183-184, n'est pas certain de l'attribution de ce texte au ive siècle, même s’il est conscient de la difficulté de proposer l'idée d’une garnison athénienne au siècle précédent. L’invocation “à la bonne Fortune” qui débute cette inscription s'adapte sans doute mieux au ive qu'au ve siècle.

48 Cf. le décret honorifique en faveur de Phanodèmos en 342 (IG, II2. 223. 1. 5 ; Syll.) 227) et deux décrets de tribus datant du milieu du siècle (IG, II2, 1 148, 1. 4-5 ; 1 153. 1. 5). Veligianni-Trezi 1997. 205-209.

49 Ainsi. Képhisodôros de Xypetè est-il honoré en 196/195 par le peuple pour avoir “pendant trente ans mené une action politique pure et incorruptible” (καθαρῶς καὶ ἀδωροδοκήτως) : SEG, 25. 1971. 1 12. I. 9-10. Cf Osborne 1981a. l. 153.

50 Dover 1974, 67 ; Whitehead 1983, 66 n. 34 ; Veligianni-Trezi 1997, 285.

51 Brun & Descat 2000, 227.

52 Colin 1946, 260 n. 1. Cf. déjà 1905, 74, où il précisait sa pensée : “Après tant de déclarations si nettes de sa part, on a peine à croire que, sur latin de sa vie, il se soit mis en contradiction avec lui-même et qu'il ait alors trahi l'intérêt de sa patrie pour de l'argent”. “Peine” est bien le mot.

53 Hansen 1990, 316-317.

54 C'est ainsi qu'Hypéride, probablement en 341. lors d'une epidosis qui permit de mettre à l'eau quarante trières, s'inscrivit pour deux navires. En 340, alors qu'il était triérarque. il assuma les frais d'une chorégie alors que la loi le dispensait de cette double dépense ([Plut.], Vit. X Oral. 849 f). La liste des libéralités de Démosthène est impressionnante : [Plut.], Vit. X Orat. 845 f-846 a ; 850 f-851. Son adversaire Eschine lui même en confirme une partie (C. Ctésiphon, 17). Cf. Migeotte 1992, 17-20. Démade aussi a participé à une epidosis dans le cadre d'une offrande au sanctuaire d'Amphiaraos (Agora. xv, 49 ; Schwenk, 56). Cf. supra, p. 143.

55 Nous avons ainsi vu Démade apporter sa garantie financière pour des trières prêtées aux Chalcidiens d'Eubée, en compagnie de Démosthène. Hègésippe de Sounion, Phaidros de Sphettos ou encore Conon, le fils de Timothée : IG. II2. 1623. 1. 160-190. Cf. supra, p. 44-46.

56 Cette habitude n'était pas exclusivement grecque et Briant 1996, 330, a bien montré, avec ses spécificités, l'usage que les Achéménides en ont fait.

57 Dém., Couronne, 295 : 19.260, 265 : Diod. 16.53.2 ; 56.2-4 : Pans. 4.28.4. Perlman 1976, a mis en exergue l'utilisation diplomatique faite par Philippe de cette pratique des cadeaux.

58 Plut. Phocion. 18.6 ; Alexandre. 39.4. On retrouve la même tradition chez Homère quand l'un des prétendants de Pénélope affirme comme une vérité d'évidence : “Il n’est pas bien de refuser un don” (Odyssée, 18.287). A la seule évocation de l'épisode, on comprend que cette attitude de refus était comprise comme une marque de défiance, un rejet préalable à l'établissement de relations amicales.

59 Mitchell 1997. 182.

60 Dém., Ambassade, 166-168. Harvey 1985. 106-107.

61 Williams 1989, 21. Cf aussi Hammond & Griffith 1979. 696.

62 Perlman 1976. 232.

63 Mais il y avait, bien sûr, les émoluments perçus lors des plaidoyers de la justice civile. Et l'on ne doit pas douter que les “bons”, ceux qui savaient se faire entendre du peuple lors des grandes discussions politiques, étaient chers.

64 Plut.. Démosthène. 25.5-6 : [Plut.], Vit. X Oral. 848 h. Plutarque rapporte ce fait à l'affaire d'Harpale, alors que d’autres traditions, qui remémorent ses aveux passés alors en cette occasion, ne font pas de lien avec cet épisode. Le Pseudo-Plutarque le présente comme une réplique de Démosthène à un acteur du nom de Polos. Aulu Gelle, citant Critolaos, Nuits attiques, 11.9, parle, lui, d'ambassadeurs venus de Milet achetant le silence de Démosthène. Mais on a vu plus haut (supra, n. 8 p. 153) que ce même Aulu Gelle accordait à Démade la paternité d'une telle réponse. Pour ajouter à la confusion. Pollux 7.104, affirme que Démade a accusé Démosthène de s'être livré à ce silence rémunérateur. En somme, sous l'Empire, on ne savait plus qui avait incriminé qui de cette parole assez cynique : cf. Loomis 1998, 94.

65 Il est vrai que l'accusation provient de son vieil adversaire. Eschine. C. Ctésiphon. 103-104. Mais on lira d'autres exemples de gros bénéfices tirés de leurs activités politiques par les orateurs-et pas le seul Démosthène – dans Hansen 1990, 316.

66 Plut. Démosthène. 20.4-5 : [Plut.]. Vit. X Orat. 847 f. C’est sans doute à cet épisode que se réfère Hypéride. C. Démosthène. 25.

67 Plut. Démosthène. 14.2.

68 Wirth 1997, 197 n. 27 : “Die Besteehlichkeit teilt Demades mit den meisten seiner Kollegen und Amtsgenossen”.

69 Dém., Couronne. 298.

70 Dors-Méary 1990, 32 traduit ce passage par “tout en avouant sa vénalité tant présente que future”, ce qui me semble une interprétation assez tendancieuse.

71 Clavaud 1987. 131. 155 (et déjà Colin 1925. 336) ; Carlier 1990. 223-224, Canfora 1994, 519, l’appelle “le théoricien déclaré de la vénalité politique”.

72 Phocion, 18.3 ; 20.3 ; 30.5.

73 Plutarque insiste à de nombreuses reprises sur l'incorruptibilité de son héros, refusant les sommes mirifiques des Macédoniens qui le pressaient d'accepter : il rejette à deux reprises cent talents d'Alexandre (Phocion. 18.1-7) et néglige tout autant les avances similaires de Ményllos, le chef de la garnison installée à Munychie en 322 (30.1) et d'Antipater (30.4). Bien entendu, il est inaccessible à l'or d’Harpale (21.5). Néanmoins, son gendre Chariclès fut condamné dans l’affaire (21.5).

74 Dém., C. Aphobos iii , 22 : “Je recourrai ici aux vraisemblances : vous reconnaîtrez tous, je suppose, que les faux témoins sont déterminés par l'appât du gain, s’ils sont misérables (trad. L. Gernet. CUF). Ober 1989, 237-238. Cf. supra, p. 43.

75 Une même ignorance de l’activité du “vrai” Phocion était d’ailleurs avouée par Cornélius Népos (Phocion, l.l). Cf. supra, n. 13 p. 59.

76 Hypéride, C. Démosthène, 14 : “Dans ses discours, il (Démosthène) accuse le Conseil [de l'Aréopage] de vouloir sa perte pour plaire à Alexandre”.

77 Le stratège Lysiclès fut condamné à mort, comme si la défaite de Chéronée lui était imputable (Lycurgue, frag. 75 ; Diod. 16.88). Sans multiplier les références historiques, on a déjà cité l'exemple des Thébains venus implorer en 395 l’aide d'Athènes, cité dont neuf ans plus tôt, ils avaient réclamé la destruction totale, affirmant que cette exigence n'avait été formulée, contre l'avis de la majorité, que par un seul représentant de la cité (Xén., Hell., 3.5.8).

78 Dinarque, C. Démosthène, 60.

79 Dinarque, C. Aristogiton, 15 : Plut., Pliocion, 22.5. Schmitt 1992, 45. Peut-être paya-t-il de suite l'amende à laquelle il fut condamné et ce, grâce à sa richesse indéniable. Mais Démosthène s'exila et il ne passe pas pour avoir été l'une des plus petites fortunes de la cité. Faut-il alors croire que la peine de Démade fut plus légère que celle de Démosthène ? Badian 1961. 35. suivi par Habicht 2000, 51, considère qu'il fut condamné à l'exil, prenant à la lettre les mots de Dinarque (§ 104). Si exil il y eut. il faudrait qu'il ait été bien bref pour le voir à la Pnyx a l'annonce de la mort d'Alexandre. Les mots de Dinarque indiquent seulement qu'il accepta sa condamnation initiale par l'Aréopage, sans aller, comme Démosthène, jusqu'à l'Héliée. Badian a aussi proposé, pour expliquer cette différence de traitement, que les détournements de Démade avaient été inférieurs à ce que l'on croit habituellement : les 6 000 statères dont tait état Dinarque (C. Démosthène. 89) seraient, non des statères d'or (ce qui équivaudrait grosso modo aux vingt talents d'argent détournés par Démosthène), mais des monnaies d'argent, ce qui limiterait le cadeau à deux talents. Ce point ne peut être éclairci.

80 Schmitt 1992, 45 : “Zwar wurde besonders Demosthenes mit beträchtlichem Aufwand als Makedonenfreund denunziert, doch bemühten die Ankläger hier lediglich einen einschlägigen Topos”.

81 Badian 1961 donne une explication à la fois politique et personnelle de la chute conjointe de Démosthène et Démade : ils auraient été condamnés parce qu'ils ne disposaient plus de soutiens auprès des Macédoniens. Héphaistion, protecteur de Démosthène, meurt en 324 et, la même année. Alexandre charge Cratère de superviser l'action d'Antipater, dont Démade était proche.

82 Schmitt 1992. 46-47.

83 L'expression est de Colin 1925, 349, qui parle aussi, visant Hypéride, de “la plus immorale des alliances avec le parti macédonien” (1926, 87). Lingua 1978, 40, va dans le même sens en affirmant que l'hétérogénéité des accusés (Démosthène et Démade – ou plutôt, celle qu’il a de leur image) prouve “che lo scandalo [...] fosse stato montato da elementi estremistiei di parte democratica” pour se débarrasser de Démosthène (voir également supra, n. 16 p. 135). J’ai tout autant de difficultés à croire que “Dinarque et Hypéride veulent abattre une idole en ruinant la légende qui l'environne” (Clavaud 1987. 32). Si légende antique il y a. elle est largement postérieure à sa mort. Quant à une autre légende, plus contemporaine, on devine à ces mots qu'elle n'est pas éteinte.

84 Wirth 1997, 197 n. 27, souligne que, si la vénalité de Démade est avérée, “sie braucht einen Blick für die Realität nicht auszuschließen”.

85 Dinarque, C. Aristogiton, 15. Ce mot n'est certes pas neutre : l'étude de Veligianni-Terzi 1997, 203-204 et 281, montre d'une part qu'il s'agit d'un adjectif qui apparaît à ce moment dans le vocabulaire des inscriptions (340/339 pour la plus ancienne occurrence, 335/334 pour un décret honorant un Athénien), d'autre part qu'il est attaché à une action à la fois concrète et précise. On peut logiquement admettre que, parmi les interventions bénéfiques de Démade, Dinarque pensait au moins à celles de 338 et 335.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search