Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre IX. “Le premier à la tribune”. Démade dèmagôgos

Texte intégral

1Nous avons pu voir, dans les pages précédentes, l'importance que Démade prit entre 338 et 319 dans la direction de la diplomatie athénienne. Il va de soi que cette place éminente se retrouvait dans la vie politique de la cité, et l'on a des traces significatives de son rôle durant ces mêmes années. Dans ce domaine non plus, les sources littéraires ne se montrent pas tendres avec lui, cependant que les témoignages épigraphiques donnent une autre image. Ce contraste, que nous avons pu remarquer s'agissant des activités diplomatiques de Démade. est aussi tout aussi vif et nécessite une analyse critique.

Les idées politiques de Démade

2Nous sommes là entièrement tributaires des sources littéraires – et toujours au premier rang de ces dernières, Plutarque – quoique certains décrets votés à l'initiative de Démade laissent entrevoir des pistes. Or, derrière cette question des idées politiques, se profile souvent une problématique complexe, intégrant des éléments disparates tels que l'attitude plus ou moins souple à l'égard de la Macédoine, la position par rapport à la vieille antinomie démocratie / oligarchie, ou encore la classe sociale que tel ou tel homme politique athénien est censé représenter, bien que l'on ne pose pas la question pour certains, Démosthène par exemple. Pour Démade, il est à peu près impossible d'éviter, tant dans les sources littéraires que dans l'historiographie actuelle, le postulat du lien indéfectible entre lui et la cour de Pella. Et un postulat a un avantage, c'est qu'il n'est pas nécessaire de le démontrer : aussi n'est-il pas envisageable de rappeler, même sous forme non exhaustive, tous les auteurs qui ont fait de Démade un affidé de la cause macédonienne.

  • 1 Will 1983, 99 : “Neben den Opportunisten à la Demades”. Cf. aussi Bielman 1994, 43 ; Dreyer 1999a, (...)

3Ce point de départ implique nécessairement d'autres conclusions, tout aussi simples. Concernant par exemple le degré d'attachement de Démade à la démocratie, les critiques modernes, dans leur majorité, paraissent avoir tranché : c'était un opportuniste1, capable de se mouler dans quelque régime que ce soit, préoccupé seulement de la place maîtresse qu'il y occuperait. Un passage de Plutarque en offre la plus parfaite illustration :

“Démade lui dit :'Pourquoi, Phocion, ne conseillons-nous pas aux Athéniens d'adopter le régime des Lacédémoniens ? Si tu le veux, je suis prêt à rédiger un décret et à prendre la parole en ce sens’”. Plut. Phocion, 20.5.

  • 2 De Falco 1954, 32 (frag. xlv).
  • 3 “A quoi Phocion repartit :'En vérité, il te siérait bien, à toi qui sens si fort la myrrhe et qui (...)

4Cette phrase de Démade, qui aurait ainsi envisagé d'introduire la politeia des Lacédémoniens à Athènes, prise au pied de la lettre, montre en effet un étonnant renversement de perspective de la part de l’orateur prêt à abandonner sans scrupule aucun la constitution ancestrale. Elle a donc été rapprochée des événements postérieurs à 322, quand les deux protagonistes sont ensemble aux affaires, généralement acceptée comme authentique, dans sa forme comme dans son fond2 et utilisée à de multiples reprises pour attester la faible moralité publique de Démade. Il est vrai que cette anecdote fait droit à l'orateur de son habitude à prendre la parole à l'assemblée, de présenter des décrets et de son influence sur le dèmos, toutes choses qui lui donnent les apparences externes de l'authenticité. Cela dit, elle pose des problèmes insurmontables. Non point dans le cadre chronologique que l'on veut lui affecter, les événements postérieurs à la guerre lamiaque, qui virent la disparition, sur les ordres d'Antipater, de la constitution démocratique ancestrale, fournissant un moment adéquat. Mais, en dépassant la stricte question de la véracité de ce duel oratoire qui, comme toujours en pareil cas dès lors que Démade y est impliqué, tourne au désavantage de ce dernier et à la gloire de Phocion, on a beaucoup de mal à imaginer, en ces années 322-319, un système politique Spartiate assez attractif pour servir de modèle à une refondation politique de la cité d'Athènes. Rappelons simplement, sans remonter aux défaites de Leuctres en 371 ou de Mantinée en 362, que Sparte avait été défaite et son influence réduite à néant après la répression de la rébellion d'Agis III. A quoi l'on ajoutera que, dans cette cité circonscrite depuis la fondation de Messène aux seules limites de la Laconie, il ne subsistait plus que quelques centaines de citoyens : l'exemplarité de Sparte sonne faux dans cette prétendue phrase de Démade. Il faut plutôt y voir une nouvelle occasion, pour Plutarque, dans le cadre avéré de la disparition de la démocratie, d'offrir à son héros Phocion la possibilité d'une belle réplique à l'encontre de Démade3 et une nouvelle preuve, à l'époque impériale, mais en aucun cas dans le dernier quart du ive siècle, de l'idéalisation de Sparte. Voilà bien l'exemple d'un de ces δημάδεια inventés très largement après la mort de son prétendu auteur et qui ne saurait être de la moindre utilité pour comprendre en quoi consistèrent ses idées politiques. C'est néanmoins grâce à Plutarque, et à son évocation d'un autre aphorisme de Démade que nous pouvons progresser.

Κόλλα τὰ θεωρικὰ τῆς δημοκρατίας

  • 4 Plut. Mor. 1011 b (de Falco, frag. xxxvi).

5A coup sûr, cette expression désignant de manière métaphorique la caisse des spectacles (theorikon) est la plus célèbre de toutes celles qui sont passées à la postérité sous le nom de Démade, la plus reprise de tous les “dits de Démade”. Cette phrase lapidaire, transmise par Plutarque4, dont personne ne lui a jamais contesté la paternité et dont nous verrons par recoupements avec d'autres documents qu'elle correspond assez bien aux idées défendues par le personnage, nous éclaire sur la pensée politique de stricte obédience démocratique de Démade.

6Encore faut-il bien comprendre cette expression, mais surtout vouloir la bien comprendre et donc la bien traduire. Or. nombre d'historiens, enfermés dans un schéma par essence hostile à Démade, n'ont pas manqué de donner à la phrase une tonalité péjorative.

7Un excellent exemple est fourni par G. Glotz :

  • 5 Sans doute Glotz pensait-il ici à la promesse de Démade, rapportée par Plut. (Mor. 818 e). de donn (...)

“Démade lui-même, qui avait l'expérience des distributions démagogiques5 appelait le théorique la glu de la démocratie. Toujours insuffisant, toujours augmenté, le fonds de l'assistance sociale corrompait le régime, dissipait en sportules les ressources nécessaires aux services essentiels, menait aux abîmes le trésor et la cité”.Glotz. 1928, 347.

  • 6 Ainsi. Sinclair 1988. 59 et Hansen 1987. 47 (“glue”) : Marzi 1991, 82 et Faraguna 1992. 193 (“coll (...)

8Cette analyse de Glotz, ne se rattache pas aux événements postérieurs à Chéronée, mais il va de soi qu'elle montre la pensée de son auteur, tant à propos de l’utilisation des fonds des spectacles que de Démade lui-même, porte-drapeau rhétorique de son application, avant et après 338. Elle a été largement reprise par nombre d'historiens modernes, pour qui le theorikon est devenu d'une manière ou d'une autre le symbole du refus athénien de se battre6 Bien sûr, il est tout à fait possible que le terme ait joué de son ambiguïté dès l'Antiquité, mais la traduction, elle, n'en a aucune. Chacun admettra que la traduction de κόλλα par “glu”, avec tout le champ sémantique du mot, très largement négatif (engluer, gluant...), surinterprète le mot, donnant à l'institution le côté négatif évoqué plus haut, et à fauteur de cette phrase une dimension défaitiste et démagogique aisée à comprendre, qui s'intègre commodément dans ce que l'on sait, ou plutôt, l'on croit savoir de Démade. On peut même se demander si le theorikon et la perception qu'ont pu en avoir des auteurs antiques comme Plutarque ou certains modernes, n'a pas été desservie par la réputation de celui qui en a livré la définition la plus imagée – et la plus juste.

9Et l'on appréciera d'autant mieux l’évolution de G. Glotz, sur la question. Alors qu'il condamnait sans nuance le theorikon dans sa Cité grecque de 1928, voici ce qu'il écrit quelques années plus tard dans son Histoire grecque :

“La cité devenait une société anonyme de secours mutuels, avec des membres honoraires et payants d'une part, et de l'autre, des bénéficiaires qui ne payaient rien. C'est ainsi qu’il faut comprendre le fameux mot de Démade, trop souvent défiguré par un grossier contresens : il ne signifie pas que le théorique est la “glu”, mais le “ciment” de la démocratie”. Glotz. 1936, 249.

  • 7 Will 1983. 6 n. 18. mais aussi Hintzen-Bohlen 1997. 99 et Welvei 1999, 306. Il a pu y avoir influe (...)

10Glotz, pensait-il, en écrivant ses mots, à ce qu'il avait rédigé peu de temps auparavant ? Faut-il prendre cette phrase pour une forme de repentance et faut-il voir, dans ce changement radical, la prégnance de faits contemporains ? Autant de questions insolubles. On notera toutefois que, si Glotz modifie sa perception du fonds des spectacles, s’il prend justement en compte l'utilité de celui-ci dans le fonctionnement de la démocratie, un tel bouleversement intellectuel n'a pas profité à Démade, toujours et plus que jamais représenté par Glotz, comme un personnage douteux et malfaisant. Pourtant, la plupart des modernes qui ont porté sur Démade un regard nuancé ont, de façon presque naturelle, interprété l'aphorisme en question de manière positive et traduit κόλλα par “ciment” et non “glu”.Ainsi, W. Will parle-t-il de “der Kitt der Demokratie”7, reliant avec force l'institution du theorikon et le régime démocratique. Et il faut à mon sens adopter cette thèse.

  • 8 Bresson 1998, 250-251 = Bresson 2000, 243-261.
  • 9 Arist., Const. Ath. 22.7.
  • 10 Pour Lycurgue, [Plut.], Vil. X Oral. 843 d-e ; pour Démade, Plut., Mor. 818 e. L'idée d’une confus (...)
  • 11 En des termes où, généralement, toute nuance est exclue. Ainsi, au milieu d’autres. Buchanan 1962, (...)
  • 12 Glotz 1938, 200, se contente d'insister dans cet épisode sur l'inflexibilité judiciaire de Lycurgu (...)

11On doit en revenir en effet aux sources de la cité, qui est avant tout dans l’esprit de ses membres un club de privilégiés, pour lequel partager le produit d’une richesse imprévue en autant de bénéficiaires qu’il y a de citoyens relève d’une attitude naturelle, que seules des circonstances exceptionnelles peuvent contrarier8. On pense en premier lieu au revenu inespéré né des mines du Laurion découvertes entre les deux guerres médiques, que Thémistocle parvint, par sa persuasion, à diriger vers la construction d’une flotte9. A l’inverse, c’est à une distribution que se livra Lycurgue – pourtant considéré par la plupart des commentateurs modernes comme un responsable financier rigoureux voire inflexible – après la confiscation des biens du riche Diphilos et c’est une mesure identique que, d’après Plutarque, proposa Démade en 331 pour dissuader ses concitoyens d’affecter l’argent à des trières en vue d’aider les Spartiates révoltés. Il n’est d’ailleurs pas impossible de penser que les deux épisodes, celui mettant en scène Démade et celui rappelant l’action de Lycurgue, n’en font en réalité qu’un seul, comme pourrait l’attester le montant identique de cinquante drachmes distribué à chaque citoyen dans les deux cas10. On se bornera à constater que la plupart des historiens ont reproché au second11 une pratique dont, à ma connaissance, peu ont fait grief au premier12. Sans doute y avait-il eu discussion, dans les années précédant Chéronée, sur la destination des surplus des revenus de la cité, et nombre de discours de Démosthène témoignent de la lutte existant entre partisans de l’affectation de ces sommes à la préparation et à l’entretien de la guerre, et donc de les diriger vers la caisse militaire (stratiôtikon), et ceux qui préféraient assurer aux plus pauvres des Athéniens l’entrée au théâtre (theôrikon). Cependant, après 338, la question se posait en termes nouveaux et, s’il faut accorder la paternité de l’aphorisme à Démade, nous sommes probablement contraints de le replacer dans le contexte postérieur à Chéronée, c'est-à-dire dans une période de nature assez différente.

  • 13 On ne peut pas écarter l'idée selon laquelle la taxe du douzième sur les céréales des trois clérou (...)
  • 14 Pour n'avoir pas été exigée en ces années, l'eisphora ne fut pour autant pas abolie. Divers décret (...)
  • 15 Ferguson 191 1. 21-22 ; Bearzot 1985, 201.

12Y avait-il même, à ce moment-là, un véritable choix à opérer sur la destination de ces sommes ? Sans doute, la caisse des stratiôtika existait-elle toujours et devait-elle être alimentée par quelques sources13. Cela dit, Athènes était officiellement en paix avec la Macédoine et nous n'entendons nulle part parler d'une levée à'eisphora14 : une destination “civile” de cet argent était par conséquent plus naturelle. La distribution de (petites) sommes aux citoyens nécessiteux était la condition sine qua non du maintien d'une forme de démocratie sociale. Que Démade, dans des conditions dont on ignore tout, il va sans dire, ait proclamé de manière aussi directe le lien entre la caisse des spectacles et la démocratie montre d'un côté l'excellente perception qu'il avait de la situation intérieure à Athènes, de l'autre, et c'est ce qui nous intéresse ici, sa position tout à lait favorable au régime démocratique15.

  • 16 Cette thèse de l'existence de quatre partis à Athènes est largement issue des réflexions de Blass (...)
  • 17 Bianco 1994, 108, résume bien la situation historiographique en faisant de lui le “leader filomace (...)
  • 18 Mitchell&Rhodes 1996. 18-22, rappellent que le lait d'avoir un ennemi personnel déclaré est une ch (...)
  • 19 Comme on peut le déduire de Déni., Org. fin., 20. Cf. Carlier, 1995, 243-244.
  • 20 Rhodes 1994, 579, estime que, sous le règne de Philippe néanmoins “we are doser to modem party pol (...)
  • 21 Diodore de Sicile (18.10.1) affirme qu'en 322, les possédants (κτηματικοί) conseillaient la paix, (...)
  • 22 Engels 1993, 180-181, montre que l'origine de ces partitions anachroniques est à chercher dans la (...)

13Les historiens modernes ont tenté de situer chacun des protagonistes du temps à l'intérieur de la double opposition démocrates / oligarques et promacédoniens / antimacédoniens, d'imaginer un partage des rôles-les pro-macédoniens a la tête de la politique extérieure, les anti-macédoniens aux commandes de la politique intérieure – et, pour ce qui concerne notre sujet, de calculer ainsi la position de Démade, sans toujours éviter de tomber dans le piège de l'anachronisme. En raison de la politique d'équilibre qu'il a toujours prônée à l'égard de la Macédoine, les commentateurs en ont tait alternativement, au gré de leur propre grille d'analyse de la vie politique athénienne en ces années, le chef de file de la faction démocratique du parti macédonien (K. J. Beloch et G. de Sanctis), un promacédonien et antidémocrate (P. Cloché et O. Reinmuth) ou ont admis que sur le plan intérieur, il était partisan d'une démocratie modérée (W. S. Ferguson, P.1 Rhodes)16. Sans doute cette dernière assimilation prend-elle pour appui l'historiette de Plutarque sur son intention de faire adopter la politeia de Sparte, dont j'ai déjà dit ce qu'il fallait en penser, et, avec davantage de raisons, sur sa participation au régime censitaire né de la défaite de 322. Tous ou presque sont d'accord pour faire de lui un pro-macédonien de premier rang17..Je ne sais exactement s'il convient de suivre ces classements socio-politiques dans une cité athénienne dont les principaux protagonistes politiques paraissent, au ive siècle, se séparer ou se regrouper sur des motifs avant tout personnels18. On doit au contraire, sans gros risque de se tromper, refuser d'évoquer l'existence de partis à Athènes, quel que soit le sens que l'on donne à ce mot, de “majorité” susceptible de changer selon les jours ou les moments, tous termes qui présupposent des différences idéologiques ou d'appréciation de la situation d'ensemble entre groupes plus ou moins constitués. Qu'il y ait des réseaux autour d’un ou de plusieurs hommes est assez probable19, mais l'histoire tumultueuse des relations entre les différents orateurs montre que l'on ne saurait aller trop loin dans cette voie. Cette théorie des partis a enfermé le débat sur la vie politique athénienne dans une impasse et peut-être même une erreur : car, qui dit partis, dit opinions divergentes sur tel ou tel point, éloignements soudains suivis de rapprochements tactiques entre ces partis, tout un “jeu politique” que l'on est quand même bien en peine de retrouver dans nos sources. Moins que l'impossibilité conceptuelle d'imaginer une forme ou une autre de regroupements autour d'un ou de plusieurs hommes, c'est l'absence de politique alternative à Athènes en ces années qui incite à repousser cette thèse20. En fait, cette dernière pourrait se rattacher historiquement à l'existence des anciennes hétairies qui, discréditées depuis les dernières années du ve siècle, quand elles participèrent aux bouleversements institutionnels de 41 1 et 404, ne jouent plus de rôle politique en ces temps. Plus encore, cette théorie des partis paraît résulter d'un rapprochement forcé avec la situation bien différente qui prévaut à la fin de la République à Rome21, voire avec les réalités historiques des xixe et xxe siècles22. En tout état de cause, rien de tout cela ne convient pour décrire la situation politique d'Athènes entre 338 et 319.

  • 23 Le culte en l'honneur de la déesse Dèmokratia est bien sûr le plus révélateur de cette réaction dé (...)

14On ne distingue, dans l'action politique de Démade, aucun opportunisme dans son attitude favorable au régime ancestral, même dans les années 322-319, quand il participa au gouvernement censitaire imposé par la Macédoine, et rien, dans l'activité législative de Démade, ne corrobore une impression de ce genre. Nombre de chercheurs ont mis en évidence une résurgence de l'esprit démocratique dans les années qui suivent la défaite de 338. Le décret d'Eucratès voté en 337 doit se comprendre dans le cadre, non d'une prétendue lutte de circonstance entre partisans et adversaires de la Macédoine, mais dans celui d'une idéologie démocratique partagée par l'immense majorité des Athéniens. Et, compte tenu de la place centrale jouée par le personnage après Chéronée, il est à tout le moins difficile de l'imaginer hostile ou même étranger à ce qui paraît bien être une vague de fond23.

15Du fait de l'influence acquise par Démade à l’assemblée, il est naturel de le voir porté par ses concitoyens aux plus hautes charges de la cité. L'importance numérique et qualitative de celles-ci permettent de saisir toute la confiance que les Athéniens mettaient en lui.

Les responsabilités politiques

16Il convient dans un premier temps de régler la question de la stratégie que Démade aurait exercée selon Élien :

“Les Athéniens élirent Démade à la stratégie au lieu de Phocion. Après avoir été élu, arrogant, il s'approcha de Phocion et lui dit : ‘Loue moi ce sale manteau que tu portais habituellement durant ta stratégie’. Mais le second répliqua : ‘Jamais tu ne manqueras de saleté aussi longtemps que tu te conduiras ainsi”’. Élien. Hist. Variée. 14.10.

  • 24 Cette prétendue parole de Démade est pourtant classée sans discussion parmi les “frammenti genuini (...)

17Il est évident que l'on n'a pas à croire en l'élection à la stratégie de Démade. Aucun orateur n'a jamais exercé cette responsabilité militaire au ive siècle, Démade pas davantage que Démosthène ou Hypéride. Et l'on peut trouver pour le moins étrange que les sources littéraires, incapables de mentionner au moins l'une des magistratures réellement occupées par Démade, nous en livrent une que l'orateur n'exerça pas. Cette anecdote, comme de multiples autres opposant Démade à Phocion, est révélatrice de la façon dont Démade est jugé. Et toujours, l'on notera que la meilleure réplique vient de son adversaire quand bien même Démade passait pour être le plus habile dans cet art. En fait, ce passage d'Élien prouve, s’il en était besoin, le peu de valeur historique qu'il faut accorder à ce type de sources, dont le seul but est de dévaloriser Démade en le présentant sous un jour cynique et arrogant, et de sculpter encore davantage la figure d'un Phocion tout empreint de noblesse et de sagesse, seul à être parvenu, si l'on en croit Plutarque, à recréer l'unité perdue du commandement sur le champ de bataille et de la primauté à la Pnyx24.

  • 25 Charitonidis 1961 (Agora, xv, 42, 1. 145). Charitonidis a proposé pour ce catalogue de bouleutes l (...)

18Une fois de plus, c'est vers l'épigraphie que nous devons nous tourner pour saisir ce que furent les responsabilités civiques de Démade. Le premier renseignement le fait membre du Conseil, sans doute en 336/335, bien que la date ne soit pas certaine25, mais, compte tenu du mode de désignation de la Boulè, il n'y a pas de conclusions significatives à en tirer.

  • 26 Il fut désigné responsable des arsenaux, ce qui dénote bien entendu la confiance que ses concitoye (...)
  • 27 Mitchel 1962, 213-229 (SEG, 21, 1965, 552).

19Rappelons, pour commencer, que Démade s'était préoccupé de renforcer la marine athénienne. Divers textes épigraphiques montrent dans ce domaine une activité sinon débordante, du moins réelle, tout à fait naturelle au demeurant, pour un orateur athénien digne de ce nom26. Une autre inscription donne néanmoins à la carrière de Démade un côté exceptionnel en montrant qu’il avait été désigné trésorier des stratiôtika. La relecture et le rapprochement de trois fragments d'inscriptions IG, II2, 1493, 1494, 1495, par F. Mitchel27 ont en effet ouvert de nouvelles perspectives :

[7] τάδε ἔχομεν χρήματα [χρυ]-
σών|ητ]α εἰς τὰς νίκ[ας καὶ]
τά π[ομ]πεῖᾳ uac. ἐπὶ τῆ[ς Αἰαν uel Αεων]-
[10] τίδ[ος] πέμπτης πρυ[τανεί]-
ας [πα]ρ[ὰ] ταμίου στ[ρατιω]-
[τ]ι[κῶν Δη]μάδους Π[αιανι[-
[ῶς · ]TTTT vac.
[ἐπὶ τῆς Ίπ]ποθωντ[ίδος ἔκ]-
[15] [της πρυτανείας παρὰ τα]-
[μίου στρα]τιῳτ[ικῶν Δημά]-
[δους Παια[νιῶς ·[---]
[ἐπὶ τῆς Κε]κροπίδ[ος έβδό]-
[μης πρυτα]νείας π[αρὰ τα[-
[20] [μίου στρατ]ιωτι[κῶν Δημά]-
[δους Παιανιῶς ·---

  • 28 Mitchel 1962, 219, remarque que la somme minimale que l'on peut inférer est de 29 talents ou de 19 (...)

Traduction (1. 7-13) : “Nous avons reçu les sommes suivantes, changées en or pour les Victoires et les objets de procession : sous la cinquième prytanie exercée par la tribu X. du trésorier des fonds militaires, Démade de Paiania, ( ?) talents”28.

  • 29 Wilamowitz-Moellendorf 1893, i, 208 n. 36 ; Beloch 1925, 52 n. 4. Pourtant, le même Beloch faisait (...)

20F. Mitchel remarquait que les trois fragments avaient déjà, avant son étude, été rapprochés et pour l'essentiel restitués par U. Wilamowitz et K.J. Beloch29 et que ce complément, accepté par certains, rejeté par d'autres, avait été ignoré de la plupart des commentateurs. Et c'est tout à fait dommage, car ce texte donne la preuve tangible que Démade a été élu à une magistrature prestigieuse, ne pouvant être confiée qu'à un homme disposant de la confiance du peuple : peut-être un certain nombre de jugements définitifs sur le personnage en auraient-ils été modulés si ces compléments avaient été retenus et assimilés. Mais ce n'est pas certain, tant est prégnante la phraséologie issue de Plutarque.

  • 30 Mor. 818 e : ὅτε τάς προσόδους εἶχεν ύφ'ἑαυτυῦ τῆς πόλεως. Cf. supra, p. 87.
  • 31 Arist., Const. Ath. 43.1 indique que c’était le cas au moment de la rédaction du traité. On ignore (...)
  • 32 Arist.. Const. Ath. 49.3.

21Et cette négligence est d'autant plus étrange que la tradition littéraire a conservé la trace de cette responsabilité financière, par l'inévitable biais d'une anecdote déjà évoquée qui montre Démade inciter ses concitoyens à ne pas aider Agis III dans sa révolte contre Alexandre. L'intérêt, pour notre propos, réside dans la précision donnée par Plutarque, pour qui Démade prit la parole “alors qu’il avait la responsabilité des revenus de la cité”30. Sans doute ne parle-t-il pas expressément de la charge de trésorier des fonds militaires, mais on n'attend pas toujours de Plutarque une rigueur extrême dans le vocabulaire institutionnel, surtout lorsqu'il en vient à parler de Démade. Celui-ci était donc ταμίας τῶν στρατιωτικῶν au moment de la guerre d'Agis et. Aristote précisant que l'office était détenu “de Panathénées en Panathénées”, il le fut donc d’Hécatombaion 334 à Hécatombaion 33131. Comme pour confirmer cette inscription, Aristote ajoute qu'entre autres tâches, la fabrication des Nikai était du ressort de ce trésorier, qui recevait pour l'occasion l'aide de la Boulé32.

  • 33 IG, II2, 457 + 513 (Osborne 1981c) ; [Plut.], Vit. X Oral. 851 f – 852 e. La base de la statue por (...)
  • 34 Hypéride, frag. 23 Burtt.
  • 35 Le titre même de la charge de Lycurgue, fluctuant selon les sources, semble n'avoir été fixé qu'ap (...)
  • 36 Une lettre attribuée à Démoslhène et intitulée Pour les enfants de Lycurgue, doit être également j (...)
  • 37 Ainsi, Andreadès 1933, 262-263, rapproche-t-il avec enthousiasme l'époque postérieure à 338, celle (...)

22Or, de cela, les sources postérieures ne disent mot – si l'on excepte la déformation qu'en a laissé Plutarque-et le mérite du redressement financier d'Athènes entre 338 et 322 est entièrement revenu à Lycurgue. En premier heu, le décret de Stratoclès, que l'on connaît par une stèle fort mutilée mais complétée par le projet de décret présenté devant la Boulé et conservé dans le corpus des Moralia de Plutarque33, donne une liste impressionnante, qui a beaucoup fait pour la réputation de Lycurgue, que ce soit dans la tradition littéraire ou dans l'historiographie moderne. Il faut compter également avec un fragment d’Hypéride conservé par le rhéteur Apsinès, extrait d'un discours Pour les enfants de Lycurgue, dans lequel, se plaçant en ardent défenseur du grand homme disparu, l'orateur soutient son honnêteté et rappelle que, dans ses fonctions financières, “il a trouvé des revenus, fait bâtir le théâtre, l'Odéon, les arsenaux, construire des trières et des ports”34. Certes, défendant les enfants de Lycurgue tenus de rembourser une somme qui avait disparu des comptes officiels, ne pouvait-il faire moins que vanter, peut-être à l'excès, les mérites du défunt. Mais enfin, et bien que l'on constate de façon visible que les mérites loués par Hypéride sont assez en retrait de ceux que lui accorde le décret de Stratoclès35, Lycurgue était mort depuis quelques mois seulement et on ne saurait faire passer cet éloge pour inventé de toutes pièces ni par conséquent trop réduire son action36 même si, une fois de plus, il est impératif de ne pas faire de Lycurgue une sorte de grand organisateur ayant seul autorité et ayant couvert de sa seule volonté Athènes de constructions prestigieuses37.

  • 38 [Plut.]. Vit. X Orat. 841 d. On s'accorde généralement pour admettre que le texte parvenu jusqu'à (...)
  • 39 Habicht 2000, 36-37.
  • 40 Bien entendu, cette hypothèse d’un accord fondamental entre les deux hommes est rejetée par tous c (...)
  • 41 Sans que l'on sache s'il faut ou non le rattacher à cet événement ou à un autre connu. Athénée évo (...)
  • 42 Mitchel 1962, 222 ; 1970, 17-18 (mais il est en retrait ensuite quand, p. 28-51. il en vient à par (...)

23Il n'empêche que les mérites de Démade furent occultés et, par un système de vases communicants, dans leur totalité rangés au crédit de Lycurgue. Ainsi, d'après la tradition transmise par [Plutarque] à la suite de la Vie de Lycurgue, c'est lui et lui seul qui aurait fait fabriquer pour la cité les Nikai en or et les vases processionnels38, ce que cette inscription dément d'évidence. Faut-il, une fois de plus, rappeler haut et fort la supériorité des sources épigraphiques sur des textes littéraires à ce point empreints de préjugés ? Démade et Lycurgue ont travaillé dans un sens parallèle à la même politique de redressement financier de la cité et à aucun moment l'on ne devine entre eux des différences d'ordre politique ou idéologique. Chr. Habicht a justement fait remarquer que tous deux proposèrent le même jour avec succès des décrets devant l'assemblée du peuple39, simultanéité parfaite qui souligne l'existence d’une majorité identique à l'ecclèsia pour les deux hommes et l'on verra plus loin qu'il participèrent ensemble à des théories conduites à Delphes et Orôpos40. Certes, ils eurent l'occasion de s'opposer-et nous en avons eu la démonstration avec l’épisode des honneurs votés pour Démade en 33541. Cet événement n'empêcha pourtant pas leur participation commune aux affaires financières dès l’année suivante, date de l'élection de Démade à la présidence de la caisse militaire, et preuve absolue de l'aspect circonstanciel de l’opposition entre les deux hommes. Comme le constate F. Mitchel, en guise de conclusion logique à la réévaluation politique de Démade qu’entraînait la redécouverte de ses responsabilités financières, “il seems somewhat ironie that only Lycurgus should finally have received any credit for a job which actually had been executed by so many men, not least of whom was Demades”42. En fait, ce sont les conditions du retour de la démocratie en 307/306 qui permettent de comprendre cette captation au moins partielle d'héritage en faveur de Lycurgue, conditions dont il fait à présent rendre compte.

  • 43 Will 1983, 99-100 : Merker 1986, 49 ; Faraguna 1992. 246 : Kralli 1999, 149 ; Tracy 2000b, 228.
  • 44 Humphreys, 1985, 219.

24Le moins que l'on puisse dire est que le décret en faveur de Lycurgue a été voté à l'initiative d'un homme un peu trouble, Stratoclès, dans une époque qui ne l'était pas moins. Sans doute le nouveau régime mis en place après dix ans de tyrannie, de domination et de présence militaire macédoniennes avait-il intérêt à rechercher dans le passé une légitimité incontestable, en soulignant un aspect à la fois démocratique, pour faire pièce à la défunte tyrannie, et antimacédonien, pour signifier la fin de la domination de Cassandre43. Sur ces deux aspects, la figure de Lycurgue convenait à merveille et, statufié à tous les sens du terme, il devenait un héros de la cité, élevé au rang d'Harmodios et d'Aristogiton, une pièce de musée, a-t-on pu écrire44, avec toutes les déformations que l'on peut redouter dans un tel exercice de canonisation civique.

  • 45 Plut., Démétrios, 9. Habicht 1970, 44-54 : 2000, 89-97. Stratoclès fut particulièrement influent à (...)
  • 46 Plut., Mor. 798 e : “Il ne faut pas aborder les affaires publiques pour trafiquer et s'enrichir, c (...)
  • 47 Voir ainsi la contribution de Hedrick 2000, pour qui le décret de Stratoclès se veut aussi témoign (...)
  • 48 IG, II2, 460. 1. 36 et IG. II2, 1492 B. 1. 123. Ferguson 1911, 102-103 : Merker 1986, 47-50 (PA/AP (...)
  • 49 Lewis 1997, 226.
  • 50 Will 1983, 99, insiste sur la volonté déterminée de Stratoclès d'inscrire Lycurgue dans une contin (...)

25On sait que, parallèlement au décret qu'il proposa en faveur de Lycurgue, Stratoclès en fit rédiger d'autres d'une servilité sans faille à la personne de Démétrios Poliorcète qui venait de chasser l'homme-lige de Cassandre. Démétrios de Phalère, lui accordant des honneurs plus qu'humains45. Plutarque a laissé de lui une anecdote (mais, là encore, que vaut-elle ?) indiquant un cynisme évident dans sa conduite des affaires publiques et Stratoclès fut accusé de menées anti-démocratiques par le poète et évergète athénien Philippidès46. Au-delà de la simple personnalité controversée du rogator et des conditions historiques complexes qui président à la restauration démocratique de 30747, il y avait, dans le personnel politique apparu après la chute de Démétrios de Phalère, des gens personnellement intéressés à l'édification de ce modèle politique : le propre fils de Lycurgue, Habrôn, fut, l'année même où était voté le décret de Stratoclès, élu ἐπὶ τῇ διοικήσει et, l'année suivante, ταμίας τῶν στρατιωτικῶν48. Ainsi, à des circonstances politiques précises expliquant le retour en grâce de Lycurgue, s'ajoutent des contingences familiales, le fils de Lycurgue étant bien sûr désireux, pour renforcer sa position personnelle, de grandir l'image de son père, fut-ce au prix de quelques entorses avec l'exactitude historique, entorses qui ne semblent pas avoir autrement formalisé les Athéniens, parce que malmener la vérité était chose assez courante à la tribune. L’heure n'était plus à apprécier la subtilité de la politique de Démade à l’égard d'Antipater, le père de Cassandre, et les périodes de restauration ne sont point de celles où règne la nuance. Bien des Athéniens encore en vie avaient connu Démade, suivi, dans leur majorité, ses conseils et sa politique, mais celle-ci n’était plus de mise. Lycurgue n'avait guère eu de préoccupations diplomatiques, n'avait jamais sauvé sa cité d'un danger pressant, ne s'était pas non plus sali les mains dans des négociations avec Antipater et, à ce titre, il faisait désormais une figure plus présentable que celle de Démade. Le décret de 307/306 reflète donc avant tout ce que Stratoclès et ses amis voulaient rappeler de l'histoire et de la vie de Lycurgue49. On peut, sans trop d'hésitation, parler de re-création de l'histoire récente d'Athènes dans ce décret où, un peu à l'image de certains régimes totalitaires du xxe siècle, on a choisi d'enlever un personnage (Démade, en l'occurrence) d'une photographie et où l’on a remodelé un autre personnage, en lui donnant un aspect inflexible vis-à-vis de la Macédoine, qui n'apparaît pas constant à la lecture des sources contemporaines50.

  • 51 E.g. Cloché 1937, 217 ; Faraguna 1992. 257-268. L’idée d’un Lycurgue, à l’origine de toutes les in (...)
  • 52 Il n'est pas jusqu'à l'activité législative où ne soit impliqué Démade. En effet, un décret propos (...)

26Et il faut remarquer l'aisance avec laquelle l'historiographie postérieure, beaucoup plus dépendante des sources dérivées du décret de Stratoclès que des jugements antérieurs, a accepté l'idée d'un Lycurgue au patriotisme sourcilleux, isolé aux commandes du redressement financier, militaire et moral d'Athènes après la défaite de Chéronée. Elle a donc accordé au seul fils de Lycophron non seulement la paternité presque absolue du programme de construction que connaît Athènes en ces années, mais encore celle du renouveau des cultes et de la flotte ainsi que des transformations institutionnelles que l'on voit poindre alors51. Tous les éléments que nous avons apportés doivent permettre de moduler ce tableau et accorder, dans tous ces domaines de la politique de la cité, une place, qu'il n'est pas aisé de préciser, à Démade52. Les modernes, parfois sans s'en rendre compte, ont accrédité la thèse de la suprématie de Lycurgue en parlant d'époque “lycurguéenne” pour la période postérieure à Chéronée. Et même un auteur comme F. Mitchel, qui a pourtant permis une meilleure appréciation de l'œuvre de Démade, a cru devoir intituler la synthèse qu'il a réalisée Lykourgcm Athens, pour ne rien dire des innombrables chapitres d'ouvrages plus généraux, faisant une place jugée légitime à “l'ère de Lycurgue”.

Les représentations religieuses

27Démade fut aussi, avec d'autres Athéniens, désigné à de nombreuses reprises par la cité pour la représenter dans certaines ambassades religieuses.

  • 53 IG, VII. 4254, 1. 24 (Michel, 108 ; Syll 3. 298 ; Choix, 2 ; Schwenk, 50 ; Petrakos 1997, no 298 ; (...)
  • 54 Cf. Schwenk, 40 et 4I.
  • 55 Knoepfler 1993, 296 ; Mikalson 1998, 33.
  • 56 Agora, xv. 49 (Schwenk, 56 : Petrakos 1997, no 299) 1. 1-3 : οἵδε ἐπέδοσαν εἰς τò ἀνάθημα ὃ ἀνέθηκ (...)

28C'est ainsi qu'en 329/8, Démade fit partie des dix epimeletai honorés par le peuple pour avoir veillé à la bonne célébration des cérémonies traditionnelles (procession, concours et tout ce qui concerne la panégyrie) dans le sanctuaire d'Amphiaraos à Orôpos, région qui venait d'être remise à Athènes par la volonté macédonienne53. Démade est, entre autres, associé à Phanodèmos (qui dirigeait les dix epimeletai54,) à Lycurgue, à Nikératos, fils de Nicias et à Thymocharès, fils de Phaidros, de Sphettos. On mesure, à la qualité des délégués, l'importance de cette participation pour la cité55. A quoi l'on ajoutera un texte complémentaire du précédent, une liste de vingt-et-un bouleutes de l'année 328/7 et de dix autres citoyens ayant contribué ensemble à une offrande (ἀνάθημα) de nature et de valeur indéterminées, parmi lesquels figure le nom de Démade juste après celui de Phanodèmos56. Comme la stèle a été mise au jour non loin du site du sanctuaire d'Amphiaraos, le lien avec la première inscription se fait de lui-même et ajoute un peu plusà la dimension de Démade.

  • 57 La date de 326 avait été avancée par Lewis 1955, 34. Mais, mettant en perspective ce texte et les (...)
  • 58 FD, 111-1, no 511 (Syll. 3 296) : [ὀ δ]ῆμος ὀ Ἀθηναίων τῶι Ά[π|όλλωνι ἀν[έθηκεν·Ἰ|εροποιοὶ οἰ τὴν (...)
  • 59 Délit. Couronne, 114 (cf. ACF, no 10652 et Faraguna 1992, 220-221). Sur l’ensemble de ces personna (...)
  • 60 Faraguna 1992, 217-219 : Harding 1994, 28-30.

29Plus révélateur encore, Démade participa, à une date qu'il est difficile de préciser, entre 330 et 32557, à une ambassade solennelle envoyée à Apollon Pythien : une dédicace de hiéropes a été découverte à Delphes attestant l'organisation d'une Pythaïde58. Ses membres avaient pour mission de préparer la cérémonie, de conduire la théorie vers le sanctuaire et d'offrir pour la cité les sacrifices ancestraux. Parmi les dix citoyens représentant chacun une tribu, et outre Démade, on retrouve Phanodèmos, Lycurgue et Nikératos, qui faisaient déjà partie des epimeletai envoyés au sanctuaire d'Amphiaraos, ainsi que Néoptolémos, dont Démosthène signale qu'il versa de l'argent lors de multiples souscriptions publiques, et fut pour cela honoré par le peuple. En d'autres termes, l'ambassade est prestigieuse, composée d'hommes d'expérience ayant chacun endossé par le passé plusieurs responsabilités politiques majeures59. Et il est tout à fait intéressant, comme l'a mis en évidence M. Faraguna, de souligner que Démade est le seul, avec Phanodèmos, à être présent sur ces trois listes qui donnent un aperçu des personnes les plus influentes de l'époque. Or, Phanodèmos semble s'être spécialisé dans les affaires religieuses60 et, de ce point de vue, sa place éminente est compréhensible. Celle de Démade ne se conçoit pas si on persiste à voir en lui le personnage incapable et fourbe que se complaisent à présenter les sources littéraires ; elle l'est bien davantage dès lors que l'on accepte l'idée d'un homme attaché à représenter au mieux les intérêts de sa cité et apprécié comme tel par ses concitoyens.

  • 61 Croissant 1996, 127-139.
  • 62 Bousquet 1964, 667. Thèse retenue par Mitchel 1970. 44. Croissant 1996 et Jacquemin 1999, 25 n. 14 (...)
  • 63 Cf. FD. IV-6. no 14, p. 49-57 (photographie p. 50). La stèle représente Athéna et très certainemen (...)

30Cette dernière inscription a d'abord permis de souligner la place prépondérante d'Athènes à Delphes en ces années et donc de relativiser par ce biais l'idée d'un affaiblissement généralisé des positions de la cité61, mais encore de faire un rapprochement avec la Colonne d'acanthe, offerte au dieu vers la même époque. J. Bousquet a avancé l'hypothèse que cette dernière aurait pu être consacrée au moment de la Pythaïde en question et a pensé voir là une initiative de Lycurgue62. C'est bien sûr possible, mais je me demande si, une nouvelle fois, on n'accorde pas de manière indue la première place à Lycurgue, sur l'unique prétexte d'un prestige dont j'ai tenté de montrer qu'il avait été pour partie forgé bien après sa mort. En effet, une autre inscription de Delphes prouve que Démade en personne fut honoré63 :

FD, III-4. no 383 (Syll.297)
Θεoς·
Δημάδει Δη[μέου]
Άθηναίωι [---]
[---]

  • 64 FD. III-4, 65.
  • 65 Un autre membre de la délégation athénienne. Glauketès, fils de Glaucos, fut semblablement honoré (...)

31Celte inscription, très mutilée, ne permet pas de savoir quels étaient les honneurs que les Delphiens avaient accordés à Démade. H. Pomtow, dans l'édition du texte de la Sylloge, restitue un décret entier avec octroi l'honneurs étendus pour Démade et ses descendants, proxénie, promantie, proédrie, prodikia, asylie et atélie, ce qui lui vaut une réflexion dubitative de J. Pouilloux, l'éditeur de la stèle dans le fascicule des Fouilles de Delphes64. Même si l'on doit se ranger derrière la bannière de la prudence, il n'en demeure pas moins vrai que Démade a été honoré à Delphes, et il est extrêmement tentant, comme le faisait Pomtow, de donner une date identique aux deux inscriptions. Alors, sans vouloir faire absolument de Démade le chef de la délégation athénienne65, il ne me paraît pas légitime, eu égard à ces honneurs delphiques, d'en accorder de toute force la direction à Lycurgue.

  • 66 ID, 104-33 B, 1. 9 : [Δημά]δης Δημέoυ Παιανιεὺς ἐγκαυσ-. Commentaire de l'éditeur.J. Coupry, p. 12 (...)
  • 67 Δημάδης. 414 : ἔγραψεν [...]Ἰστορίαν περὶ Δήλου καὶ τῆς γενέσεως τῶν Λητοῦς παίδων. Cf. supra, n. (...)

32Démade est encore attesté à Délos, dans un acte amphictyonique hélas désespérément mutilé, où seul son nom subsiste, sans que l'on puisse déduire quoi que ce soit de l'action qu'il avait entreprise66. On ajoutera qu'une autre source rattache Démade à l'île d'Apollon, par le biais d'une histoire de Délos que, selon la Souda, il aurait composée67.

  • 68 Wirth 1997, 197. n. 27. note, à juste titre à mon sens, que Démade joua avec Lycurgue un rôle acti (...)
  • 69 Sans préjudice bien sûr pour des préoccupations plus locales, comme le décret qu’il proposa en 320 (...)

33Malgré donc les imperfections qualitatives et quantitatives de nos sources, les documents à notre disposition permettent de voir que Démade, seul ou en délégation, a été élu pour représenter les intérêts athéniens dans les grands sanctuaires où, par tradition, ils se manifestaient, Delphes, Délos et l'Amphiaraion, nouvellement acquis. Ces désignations multiples n'ont de sens que dans la mesure où l'homme passait pour défendre la cité, y compris dans les zones où la domination macédonienne n'existait pas : en clair, Démade n'avait pas, aux yeux de ses concitoyens, l'unique étiquette d'un négociateur des affaires entre Athènes et la Macédoine. Et si, au risque de me répéter, il n'est pas question dans mon esprit de retrancher aux mérites de Lycurgue, on voit, à la diversité des ambassades religieuses de Démade, que celui-là ne fut pas le seul responsable de la réorganisation des cultes à Athènes68. Comme il sied, peut-être, à un orateur dont les liens avec l’extérieur étaient forts et nombreux, Démade a montré dans ses interventions une dimension internationale69 bien plus grande que celle de Lycurgue, que Ton voit peu agir hors de l’Attique.

Le souci de l’approvisionnement en blé

  • 70 Platon, Critias, 110 e-112 a. Cette vision a été contestée avec beaucoup de bon sens par Garnsey 1 (...)
  • 71 Dém.. C. Leptines, 31.
  • 72 L'exemple du décret en l’honneur des rois du Bosphore Cimmérien (IG. II2. 212) n'est qu'en apparen (...)
  • 73 Les textes les plus fameux sur la sitodeia des années 333-325 sont [Dém.], Dionysodôros, 7-10 et [ (...)
  • 74 Xén., Mémorables, 3.6.13 ; Arist., Const. Ath. 43.4.

34L’approvisionnement en blé fut toujours, pour les Athéniens, le talon d’Achille de leurs relations extérieures. Le fait que l'Attique, point aussi infertile que les descriptions un peu apocalyptiques dans un texte fameux de Platon ne le laissent entendre70, ne produisait pas suffisamment de céréales pour nourrir la nombreuse population quelle renfermait71, obligeait la cité, depuis toujours, serait-on tenté de dire, à se préoccuper des importations de grains et de la sécurité des convois. Jusqu’en 338 en effet, Athènes comptait sur sa propre force militaire pour assurer des arrivées régulières de céréales et il n’y a pas lieu, dans ces conditions, de s’étonner de ne pas trouver avant cette date le moindre étranger influent honoré par le peuple pour avoir approvisionné la cité72. Par contre, après 338 et quelle que soit la puissance numérique et théorique de la flotte de guerre athénienne, l’acheminement des convois de grains par l’Hellespont ou depuis l’Égypte reposait à la fois sur le bon vouloir des Macédoniens, qui contrôlaient désormais la région des détroits et les ports d’exportation de l’Égypte, et sur celui des négociants que l’on pouvait attirer par la présence d’un gros marché au Pirée. A ces circonstances dès lors structurelles, s’en ajoutèrent d’autres, conjoncturelles. Il est difficile de faire la part des mauvaises récoltes successives en Grèce propre, des menées spéculatives organisées depuis l’Égypte par le nouveau satrape. Cléomène de Naucratis, ou encore de l’augmentation du prix des céréales par accroissement de la demande, elle-même liée au ravitaillement indispensable de l’armée d’Alexandre, au moins jusqu’en 33073, mais il est certain que la situation était devenue des plus incertaines. Déjà, selon le Socrate décrit par Xénophon, la première tâche du dirigeant politique résidait dans l’obligation de se préoccuper de l’approvisionnement des marchés et Aristote précise que, de son temps, l'assemblée principale délibérait en priorité sur les questions d'approvisionnement en blé et de défense du territoire74. Il faut admettre que, dans ce domaine non plus, Démade n'a pas failli car plusieurs inscriptions rapportent son action pour faciliter l'arrivée de grains à Athènes, mais dans des conditions tout à fait neuves pour la cité.

  • 75 Voir notamment l’inscription d’Andros IG. XII.5. 714 (+ Supplément p. 119), traditionnellement dat (...)
  • 76 Pour des exemples au iiie siècle, voir Habicht 1997. 135-136.

35A l'image de leurs alliés insulaires du ive siècle, remerciant tel commandant d'avoir favorisé l'arrivée de blé75. les Athéniens s'en remettent désormais à l'amitié ou à la bienveillance de tel ou tel personnage important, roi, général ou intime des grands du monde d'alors, qui, en contrepartie de son aide, se voyait octroyer des honneurs variant avec la hiérarchie du bienfaiteur et l'importance de son action, jamais inférieurs à la citoyenneté. Une bonne partie de l'action politique de Démade, tournée vers cette ardente nécessité de nourrir la cité, se déroule dans ce cadre d'une cité explorant toutes les pistes pour importer des grains, et les décrets honorifiques qu'il fit voter pour des Macédoniens influents, inaugurant ainsi une longue série qui ne devait plus s'interrompre76, doivent se comprendre dans ce contexte d'une Athènes ravalée au rang des autres cités grecques.

  • 77 [Plut.]. Vit. X. Orat. 845 f. Son neveu Démocharès précise ailleurs que Démosthène versa un talent (...)

36Si la tradition conservée par l'auteur anonyme de la biographie de Démosthène indique que celui-ci fut nommé responsable des achats de blé après Chéronée77, c'est un texte d'une toute autre qualité qui nous renseigne sur l'action réelle de Démade :

IG,II
2 1629. 1. 859-869
οἵδε τῶν τριηράρχων,
ὧν ἐδίπλωσεν ή βουλὴ
ή ἐπὶ Χρέμητος ἄρχοντ[oς]
τὴν τριήρην, ἢν εἶχεν
ἒκαστος αυτῶν, ἀργύρι
ον κατέβαλον ἀποδέκτα[ις]
τοῖς ἐπὶ Χρὲμητος ἄρχοντυ(ς]
καὶ ὐπελογίσαντο ἐξ ὧν ἐ
πέδοσαν εἰς τὰ σιτωνικὰ
κατά ψήφισμα δήμου, ὃ
Δημάδης Δημέο(υ) Παια(νιεὺς) εἶπε.

Traduction : “Liste des triérarques dont le Conseil en charge sous l'archontat de Chrêmes (326/325) avait doublé l’amende pour la trière de chacun et qui ont remis l’argent aux apodectes en poste sous l'archontat de Chrémès et ont porté à leur compte une contribution volontaire à la caisse des céréales, selon le décret du peuple que Démade de Paiania a proposé”.

  • 78 Faraguna 1992. 225 ; Gabrielsen 1994. 166.

37Suit une liste de débiteurs, dont le premier, Conon, le fils du stratège Timothée, éclaire par son cas le sens profond du décret de Démade78 : Conon devait depuis déjà longtemps cinq mille drachmes ; il en rembourse mille selon les termes du décret et deux de ses amis versent en son nom les quatre mille drachmes restantes. C'était là un moyen habile et efficace de recouvrer des créances publiques en alimentant un fonds plus immédiatement utile que celui réservé à la marine.

  • 79 Cf. Bielman 1994. no 9. Le nom de Démade n'apparaît pas dans l'intitulé, détruit. Mais les similit (...)

38D’autres inscriptions, plus classiques dans leur contenu, honorent des étrangers qui ont, à des moments divers, permis un bon approvisionnement de la cité, et c'est Démade qui a pris l'initiative du décret honorant un certain [---]phanès pour avoir sauvé des Athéniens lors d'un engagement naval de la guerre lamiaque, renvoyé à ses frais les citoyens concernés et, c’est ce qui nous intéresse ici, ravitaillé en blé la cité dans un moment de disette79 :

IG. II2, 398a, 1. 11-14
[K]αὶ σπάνεως [σίτου γενομένης τ]-
[òv σ]ῖτον τòν ἐν [--- ἀπέσ|-
[τει]λεν πυρῶν μ[εδίμνους.... Ἀθήν|-
[αζε]

Traduction : “... une disette s'étant produite [...], il envoya à Athènes ( ?) médimnes de blé”.

  • 80 IG, II2, 400. L'allusion à la guerre lamiaque est ici moins directe que dans le décret précédent. (...)
  • 81 IG. II2. 380 (Syll.3 313 : Michel, 1 14). Cf. Williams 1989, 26. Contrairement à ce qu'écrit Marzi (...)

39Mêmes causes, mêmes effets, à une date à peu près identique, puisque Démade a encore proposé un décret honorifique pour un certain Eucharistos, qui a permis l'importation de blé à Athènes et aidé la cité durant la guerre lamiaque80, nouvelle preuve que, dans l'esprit des Athéniens, il s'agissait de deux volets d'une même politique favorable à la cité. En 320, il propose un décret sur l'organisation de l'agora du Pirée et sur l'autorité des agoranomes, à qui étaient désormais dévolues les responsabilités auparavant confiées aux astynomes81. Cette inscription est sans doute révélatrice de la nouvelle situation d'Athènes et surtout du Pirée après 322 : le décret remet aux agoranomes le soin de l'entretien des rues du Pirée et de l'organisation des processions en l'honneur de Zeus Sôter et de Dionysos. Il n'est pas interdit de voir dans cette réorganisation urbaine et religieuse l'une des conséquences de l'occupation récente de Munychie par les troupes macédoniennes. Il est bien sûr vain d'espérer lire dans cette inscription une description précise du contexte historique, mais le décret de Démade se comprend à mon sens dans celui-ci.

  • 82 Schwenk. 5, 1. 19. Pour la richesse céréalière de l'île, cf. Brun 1996, 76 n. 53. Une inscription (...)
  • 83 Cloché 1924. 5-6. Jugement contraire de Tracy 1995, 20, qui s'impose.
  • 84 Les prémices de cette nouvelle politique d'importation sont, on le sait, antérieurs à la défaite d (...)

40Peut-être pourrait-on même rajouter à cette liste déjà bien remplie un texte fort délabré, quasi incompréhensible, où subsiste cependant le nom l'île de Lemnos, dont on sait qu'elle était un véritable grenier pour Athènes82. Bref, on devine au travers de ces textes la perpétuation chez. Démade d'une volonté athénienne séculaire d'assurer à la forte population de l'Attique tout ce que le terroir ne pouvait lui donner. Il ne s'agit pas là de “menus décrets louant et récompensant des étrangers qui avaient rendu des services à divers Athéniens” et encore moins de “choses en elles-mêmes de minime importance”, susceptibles de prouver quelque désir facile de plaire à certains Athéniens, jugement qui dénote une évidente incompréhension de la réalité ou plus exactement un refus définitif d'accorder le plus mince crédit à l'œuvre de Démade83, mais de décrets d'une grande portée pour la cité et ses citoyens. Rien d'exceptionnel non plus, mais rien de démagogique, sauf à admettre qu'une telle politique le lut dans toute l'histoire de la Grèce des cités. Simplement, les moyens d'approvisionner la cité avaient changé. Dorénavant, ce n'étaient plus des convois protégés par des trières athéniennes depuis le Bosphore qui acheminaient le grain au Pirée, mais la bonne volonté de quelques puissants ou l'intérêt bien compris de négociants attirés à Athènes par la perspective d'un marché d'importance. L'indépendance céréalière, c'était du passé, pas forcément révolu d'ailleurs dans l'esprit des Athéniens, mais en attendant des jours meilleurs, il fallait survivre, la faire porter sur Démade le poids politique et moral de tous ces bouleversements, qui ne sont pas le résultat mécanique de la défaite militaire de 338, car ils apparaissent dès la fin de la guerre des Alliés84, suppose une réactivation préalable et erronée du principe antique du bouc-émissaire.

  • 85 IG, II2. 399 (Michel. 1472 t Bielman 1994. n 6. p. 18-22, qui présente les différentes proposition (...)

41En réalité. Démade s'est comporté à l’image de tous les dirigeants de toutes les cités grecques, attentif à la défense des intérêts de ses compatriotes. Nous avons noté qu'il avait organisé le retour d'Athéniens, sauvés de la captivité après la guerre lamiaque. Il est intéressant de souligner que Démade ne s'est pas contenté de suivre cette politique en un moment particulièrement difficile pour la cité. C'est ainsi qu'en 327, il propose des honneurs pour Eurylochos de Kydonia, qui a payé la rançon de nombreux Athéniens prisonniers en Crète et qu'il a renvoyés à Athènes à ses frais. Il s'agissait probablement de victimes de pirates réduits en esclavage85. Certains de ses détracteurs ont pu voir une fois de plus dans cette action un geste démagogique. Il me semble plus raisonnable de considérer Démade, non point comme un héros injustement oublié de l'histoire d'Athènes en ces temps difficiles, mais comme un politeuonienos comme un autre, ni meilleur, ni pire, essayant avec les faibles moyens qu’autorisait l’état de la cité, de faire de son mieux pour sauvegarder au maximum les intérêts d'Athènes. Et si. au cours de ma démonstration, j'espère avoir fait rendre justice à ces réquisitoires exagérés prononcés à son encontre, ne demeure alors que la plus régulière des accusations portées contre lui : la corruption.

Notes

1 Will 1983, 99 : “Neben den Opportunisten à la Demades”. Cf. aussi Bielman 1994, 43 ; Dreyer 1999a, 185 n. 296.

2 De Falco 1954, 32 (frag. xlv).

3 “A quoi Phocion repartit :'En vérité, il te siérait bien, à toi qui sens si fort la myrrhe et qui portes une si belle chlamyde, de prôner devant les Athéniens les repas en commun et de faire l’éloge de Lycurgue !”’ Plut.. Phocion, 20.5.

4 Plut. Mor. 1011 b (de Falco, frag. xxxvi).

5 Sans doute Glotz pensait-il ici à la promesse de Démade, rapportée par Plut. (Mor. 818 e). de donner cinquante drachmes à chaque citoyen en cas de non-participation à la guerre d'Agis en 331. Sur cet épisode, ci. supra, p. 87-89.

6 Ainsi. Sinclair 1988. 59 et Hansen 1987. 47 (“glue”) : Marzi 1991, 82 et Faraguna 1992. 193 (“colla”). Gehrke 1976. 29 n. 16. 30 (“der Kleister der Demokratie”).

7 Will 1983. 6 n. 18. mais aussi Hintzen-Bohlen 1997. 99 et Welvei 1999, 306. Il a pu y avoir influence successive chez ces trois auteurs germanophones. Pickard-Cambridge 1927, 222, après avoir montré le lien entre theorikon et principes démocratiques, traduisait déjà l'aphorisme de Démade par “cernent of the democracy”.

8 Bresson 1998, 250-251 = Bresson 2000, 243-261.

9 Arist., Const. Ath. 22.7.

10 Pour Lycurgue, [Plut.], Vil. X Oral. 843 d-e ; pour Démade, Plut., Mor. 818 e. L'idée d’une confusion possible des deux épisodes a été proposée par Jones 1957. 34, acceptée par Buchanan 1962, 80-81 n. 2 et Mitchel 1970. 17 η. 1, mais elle est réfutée par Loomis 1998. 228, qui s’appuie sur les différences des conditions de distribution.

11 En des termes où, généralement, toute nuance est exclue. Ainsi, au milieu d’autres. Buchanan 1962, 81 : “In any event, I cannot, with Plutarch, excuse Demades’ offering of such a seductive bribe to the Athenian populace regardless of what he thereby successfully prevented [...] And indeed, Plutarch himself refers elsewhere to Demades as the ναυάγιον τῆς πόλεως, a litting epithet for one who had the audacity to pronounce the theorika to be the “κόλλα τῆς δημοκρατίας”.

12 Glotz 1938, 200, se contente d'insister dans cet épisode sur l'inflexibilité judiciaire de Lycurgue, mais ne commente pas le principe même de la distribution. Par contre, Durrbach 1890, 45-46, condamne avec virulence cette action, estimant qu'une telle répartition aboutissait “à flatter chez le peuple le goût trop naturel du gain facilement acquis, l'intéresser au dénouement des procès, par suite encourager les délations et vicier le cours de la justice. On peut s'étonner de voir Lycurgue, en dépit de ses principes sévères d'administration, contribuer en cette circonstance à encourager un mal dont Athènes avait beaucoup souffert. C'est qu'il y avait là, sans aucun doute, des exigences si fortes qu'il eût été imprudent d'y résister”. Cet étonnement de Durrbach provient de la vision éminement positive qu’il a de Lycurgue.

13 On ne peut pas écarter l'idée selon laquelle la taxe du douzième sur les céréales des trois clérouquies d'Imbros, Lemnos et Skyros, mise en place en 375/4 (Stroud 1998) servait encore à l’approvisionnement régulier de la caisse militaire.

14 Pour n'avoir pas été exigée en ces années, l'eisphora ne fut pour autant pas abolie. Divers décrets athéniens de la période en envisagent toujours l'éventuelle levée : Tod. 178.1. 27-28 (Schwenk. 1) : Tod, 198. I. 31-32 (Schwenk. 48 ; Choix. 6).

15 Ferguson 191 1. 21-22 ; Bearzot 1985, 201.

16 Cette thèse de l'existence de quatre partis à Athènes est largement issue des réflexions de Blass 1880, 129 et Beloch 1884, 249-250, lequel parle, pour la période postérieure à Chéronée, de “eine neue Epoche der Parteibildung”.Cette théorie a fait florès et a été à de multiples reprises relayée par les historiens postérieurs. Démade a. de son côté, été souvent associé au groupe des possédants modérés : Beloch, ihid. : Ferguson 191 1. 5 η. 1. le voit comme “the leader of this faction [i.e. citizens of moderate means]”.puis, un peu plus loin, “the démocratie leader of propertied classes” (p. 30). Ct. encore Tarn 1927. 440 ; de Sanctis 1966. 251. Habicht 2000, 55, fait de Démade. conjointement avec Phocion, le “porte-parole des propriétaires fonciers” (“Sprecher der Grundbesitzer” dans la version originale 1995. 47, alors que cette précision socio-économique est absente de la traduction anglaise, 1997, 36). Treves 1958, 344-360, le compare à Théramène. Rhodes 1972, 269-270, l'associe aussi au groupe des “possédants modérés”, Williams 1982, 105, en fait un “démocrate pragmatique”. Par contre. Cloché 1923, 170 et 1937, 205, en fait un oligarque pro-macédonien, comme Reinmuth 1971,50 (“pro-Macedonian Oligarch”). Certains, pour définir la situation politique dans la cité, iront jusqu'à parler, sans retenue aucune, d'une “droite” et d'une “extrême gauche”, réunies dans l’attaire d’Harpale pour discréditer le “groupe centriste (Braccesi 1966. 37). Déjà, Treves 1958, 339, avait parlé de “la estrema sinistra iperidea” : on n'est pas éloigné de la caricature. Mitchel 1970, 11, réfute catégoriquement ce découpage et la position de Lehmann 1997. 31. qui parle d’une “schematische Etikettierung” à propos de ces quatre factions plus ou moins coalisées, paraît la plus réaliste. Engels 1993, 51-56 parle aussi de “schematische Zerrbild” (p. 51). A noter enfin la position originale de Carlier 1995, 243, qui, s'il estime légitime de parler de “parti antimacédonien”, hésite à envisager l'existence d'un “parti promacédonien” avant 338-ce qui suppose qu’il l'admet après cette date. Voir l'étude historiographique de la question des “partis” à Athènes au ive siècle par Sawada 1996, 57-60.

17 Bianco 1994, 108, résume bien la situation historiographique en faisant de lui le “leader filomacedone”.

18 Mitchell&Rhodes 1996. 18-22, rappellent que le lait d'avoir un ennemi personnel déclaré est une chose normale à Athènes et que cette inimitié loti, le cas échéant, une amitié), est à la base des relations que non s appelons “politiques”. Bien qu'aujourd'hui plutôt en retrait (cf. note précédente), cette idée de partis plus ou moins formés a encore ses partisans. Témoin Schwenk 1997, 33, qui va jusqu'à parler de “coalition de gouvernement” de quatre partis distincts à l'image du Parlement britannique. Cf. encore Faraguna 1992, 213-224 et infra, n. 58 p. 144.

19 Comme on peut le déduire de Déni., Org. fin., 20. Cf. Carlier, 1995, 243-244.

20 Rhodes 1994, 579, estime que, sous le règne de Philippe néanmoins “we are doser to modem party politics than at most times in Athenian History” (formulation quasi identique dans Mitchell-Rhodes 1996, 27). La formule est habile et recouvre une forme de vérité car il y avait alors une vraie discussion et un vrai affrontement sur la conduite à tenir vis-à-vis de Philippe. Rhodes refuse néanmoins le principe de partis après 338, remarquant au passage que Lycurgue et Démade avaient coopéré.

21 Diodore de Sicile (18.10.1) affirme qu'en 322, les possédants (κτηματικοί) conseillaient la paix, alors que les démagogues incitaient le peuple (πλῆθος) à la guerre. De son côté. Cornélius Népos (Phocion, 3.1) insiste sur le lait qu'en 318 à Athènes, “il y avait deux factions (factiones) : l'une soutenait la cause du peuple (poputi causant agebat), l'autre celle des plus riches (optimates)”, ce qui pose un réel problème compte tenu de ce que seuls les plus riches avaient conservé le droit de cité après 322. Sans doute Népos voit-il la situation athénienne au travers du prisme déformant des luttes politiques romaines du temps de son ami Cicéron.

22 Engels 1993, 180-181, montre que l'origine de ces partitions anachroniques est à chercher dans la vie politique intérieure des États à la fin du xixe siècle.

23 Le culte en l'honneur de la déesse Dèmokratia est bien sûr le plus révélateur de cette réaction démocratique : IG. II2, 1496,1. 131-132 ; 140-141. Cf. Mitchel 1970, 44-45 ; Faraguna 1992, 273. Notons aussi que des sacrifices, dans cette même inscription, sont attestés à Ammon, Eirenè. Agathè Tychè, Zeus Sôter et Hermès Hégemonies : Mikalson 1998, 37. Agathè Tycltè avait, dès 335/334, un temple avec son trésor : IG. II2, 333. 1. 19-20 (Schwenk. 21). Sur le décret d'Eucratès, symbole d'une volonté démocratique farouche et non point illustration de luttes de “partis”, cf. en dernier lieu Sawada 1996. 83. En réalité, toute l'action que. de manière synthétique, nous résumons sous l'appellation de “politique de Lycurgue” est tendue vers ce seul idéal (Engels 1992).

24 Cette prétendue parole de Démade est pourtant classée sans discussion parmi les “frammenti genuini” par de Falco 1954, 32 (frag. xliv), sans que soit soulignée l'invraisemblance institutionnelle de sa stratégie. Beloch 1884, 249, l'avait également comptée comme authentique. Sur Phocion décrit par Plutarque comme chef du peuple et chef de guerre. Phocion, 7.5-6.

25 Charitonidis 1961 (Agora, xv, 42, 1. 145). Charitonidis a proposé pour ce catalogue de bouleutes la date de 336/335. Rhodes 1972. 4 et Trille 1988. 116. l’acceptent, mais elle a été contestée par Larsen 1962, 104-108, qui préfère une année antérieure à 341/340, en raison de la forme du nominatif pluriel en ῆς au lieu de εῖς, lequel n'apparaitrait pas avant cette date. Notons la remarque technique, tout en se souvenant que de telles irrégularités de forme ne sont pas rares dans l'épigraphie attique.

26 Il fut désigné responsable des arsenaux, ce qui dénote bien entendu la confiance que ses concitoyens lui témoignaient (Gabrielsen 1994, 14-13 ; 294 ; Wirth 1997, 197 n. 27). Cf. supra, p. 91-92.

27 Mitchel 1962, 213-229 (SEG, 21, 1965, 552).

28 Mitchel 1962, 219, remarque que la somme minimale que l'on peut inférer est de 29 talents ou de 19 talents si l'on inclut un vacat.

29 Wilamowitz-Moellendorf 1893, i, 208 n. 36 ; Beloch 1925, 52 n. 4. Pourtant, le même Beloch faisait de lui, plus tôt il est vrai (1884, 249), et avant d'avoir eu connaissance de la proposition de Wilamowitz. le trésorier du theorikon, s'inspirant pour cela du passage de Plutarque cité note suivante. Dans le même sens, Buchanan 1962, 81 et Hammond 1967, 619.

30 Mor. 818 e : ὅτε τάς προσόδους εἶχεν ύφ'ἑαυτυῦ τῆς πόλεως. Cf. supra, p. 87.

31 Arist., Const. Ath. 43.1 indique que c’était le cas au moment de la rédaction du traité. On ignore cependant avec exactitude le moment où la fonction est devenue quadriennale : en 338/7, la charge était annuelle ([Plut.], Vit. X Oral. 842 f) et, à la fin du siècle, elle l'était redevenue (IG. II2, 1492, 1. 118-124 ; 124-138). Mitchel 1962, 223, admet que le changement a dû se faire en 338 et que Démade a eu une charge quadriennale, en quoi il trouve l’accord de Develin 1984, 135 et 1971,380, mais rencontre le scepticisme de Rhodes 1972. 237, qui préfère une magistrature annuelle, avec possibilité de réélection.

32 Arist.. Const. Ath. 49.3.

33 IG, II2, 457 + 513 (Osborne 1981c) ; [Plut.], Vit. X Oral. 851 f – 852 e. La base de la statue portant le nom de Lycurgue a été également retrouvée (IG. II2. 3776).

34 Hypéride, frag. 23 Burtt.

35 Le titre même de la charge de Lycurgue, fluctuant selon les sources, semble n'avoir été fixé qu'après sa mort. Il est en effet absent de la description des institutions par Aristote, et le nom ὀ ἐπὶ τῇ διοικήσει n’apparaît qu'avec le décret de Stratoclès, ce qui n'est pas un excellent gage et ne laisse pas de gêner. Mais le problème est rendu plus aigu encore par l'existence d'un décret honorant Xénoclès de Sphettos (Meritt 1960, no 3, p. 2-4 ; SEG 19, 1963, 1 19 ; Lewis 1997, 227-229) pour s'être acquitté de la charge d'[ἐ]πὶ τῆι διοι[κήσει τῆς π]όλεως. L'inscription a été datée des années c. 330, c'est-à-dire des années où Lycurgue passa pour avoir joué le premier rôle dans les affaires financières de la cité. Mais l'activité politique de Xénoclès est attestée par l’épigraphie sur une période de quarante années, de 346/345 à 306/305 (APF. no 11234 ; Ampolo 1979 ; Faraguna 1992, 228-229) et il est peut-être aventuré de lier ce décret à la personnalité de Lycurgue. Toutefois, quand bien même l’inscription daterait de c. 330, on remarque que ce n’est pas Lycurgue qui est mentionné comme ό ἐπὶ τῆι διοικήσει et c'est de manière tout à fait arbitraire que l'on fait de Xénoclès un membre de son cercle d'amis (Meritt 1960, 4 ; Mac Kendrick 1969, 24 ; Ampolo 1979. 173 ; Faraguna, 1992, 198). Dans le même sens, le discours d'Hypéride C. Démoslhène, 28, mentionne bien, sous une autre forme, la charge des revenus publics, mais le passage est très abimé et G. Colin y a inséré le nom de Lycurgue sur la foi du décret de Stratoclès. Voir la discussion sur les divers noms de la charge de Lycurgue chez Clavaud 1987. 161-162. qui refuse qu'en soient tirés des arguments défavorables à son activité réelle, chez Merker 1986. 43 n. 9, qui livre une bibliographie exhaustive sur la question et exprime ses doutes sur les responsabilités précises qu'il exerça, et chez Wirth 1997, 208 n. 64, qui préfère insister sur la nature des compétences financières de Lycurgue que sur le titre exact qu'il portait.

36 Une lettre attribuée à Démoslhène et intitulée Pour les enfants de Lycurgue, doit être également jointe au dossier. Véritable couronne mortuaire de l’orateur, et quoi qu'en dise son dernier éditeur (Clavaud 1987, 59-61). son authenticité, comme celle des autres lettres parvenues jusqu'à nous sous le nom de Démosthène ne me paraît pas assurée, malgré l'autorité de Blass 1877. 383-393 et de tous ceux qui l'on suivi leg. Durrbach 1890. 19-21 ; Braccesi 1966 ; 1970, 290 : Merker 1986. 46). Je ne me reconnais certes aucune compétence pour juger de la qualité ni du style de ces lettres, mais je remarque que les arguments stylistiques invoqués pour exciper de leur authenticité sont très impressionnistes (ibid., 36). D’un point de vue historique, j'avoue, et sans vouloir donner l'impression de verser en permanence dans l’hypercritique, éprouver quelques difficultés à imaginer que des lettres d'un banni, condamné pour détournement d'argent dans l’affaire d'Harpale – puisque ces lettres au Conseil et au Peuple ont été écrites d'exilaient pu espérer avoir quelque portée auprès des autorités de la cité. De façon générale, accorder la paternité réelle de ces lettres à Démosthène me semble en priorité dicté par la croyance en un Démosthène, idole abattue par les menées d'Hypéride et de ses partisans et, pour reprendre les mots de Clavaud 1987. 32. toujours au centre des préoccupations des Athéniens. Je crois avoir au contraire montré que Démosthène ne compte plus beaucoup après 338 et ces lettres s'inscrivent, selon toute vraisemblance, dans la légende qui naquit autour de l'orateur bien après sa mort. Badian 1961,33, trouve de même ces lettres “hautement suspectes”.

37 Ainsi, Andreadès 1933, 262-263, rapproche-t-il avec enthousiasme l'époque postérieure à 338, celle de Lycurgue, de celle antérieure à 430, celle de Périclès (de même, Habicht 2000, 43). Mais le raisonnement est biaisé aux deux bouts. Chacun sait qu'en 430, l'Acropole était loin d'avoir son aspect définitif, cependant qu'en 338, bien des travaux achevés “sous Lycurgue” avaient débuté depuis déjà quelques années. La réflexion d'Hintzen-Bohlen 1997. 11-14, met justement en perspective les apports respectifs d'Eubule et Lycurgue.

38 [Plut.]. Vit. X Orat. 841 d. On s'accorde généralement pour admettre que le texte parvenu jusqu'à nous est la demande écrite faite aux autorités pour obtenir les honneurs. Le décret de Stratoclès dans sa version épigraphique, très abîmé, n'a pas conservé cette mention des Victoires ni des vases processionnels.

39 Habicht 2000, 36-37.

40 Bien entendu, cette hypothèse d’un accord fondamental entre les deux hommes est rejetée par tous ceux qui se plaisaient à établir des cloisons étanches entre “bons” et “méchants” de l’histoire. Ainsi Durrbach 1890, 23 n. 6, qui, il est vrai, ne disposait pas des relectures de Wilamowitz, commente-t-il la phrase de Plutarque signalant les responsabilités financières de Démade : “Il est pourtant difficile d'admettre que Démade et Lycurgue se soient jamais partagé la direction des finances”. La conclusion s'impose alors d'elle-même : “Peut-être est-il plus simple de croire à une confusion faite par Plutarque”.

41 Sans que l'on sache s'il faut ou non le rattacher à cet événement ou à un autre connu. Athénée évoque un discours de Lycurgue contre Démade (1 1.476 d). La Souda (Λυκοῦργος. § 825) signale aussi ce discours et ajoute une “Défense contre Démade”. Les autres accusations de Lycurgue contre Démade paraissent avoir été assez formelles.

42 Mitchel 1962, 222 ; 1970, 17-18 (mais il est en retrait ensuite quand, p. 28-51. il en vient à parler de l'œuvre de Lycurgue : Démade n'est plus une seule fois cité) ; Rosen 1978, 27. Faraguna, dans son analyse de la réorganisation des cultes et de la fabrication des Victoires, parle du rôle éminent de Lycurgue, mais ne dit rien à cette occasion de Démade (1992, 372-373). Et dans le commentaire qu'il donne de l'inscription IG, II2. 1493, s'il parle du ταμίας τῶν στρατιωτικῶν, il n'évoque pas la présence de Démade à ce poste. Plus surprenante encore est l'attitude de D. Harris 1995, 33-37, dans son analyse des trésors du Parthénon. Non seulement elle ne cite pas une seule fois le nom de Démade pour les années 335-330, occultant entièrement son travail au profit de Lycurgue qu’elle présente comme le seul réorganisateur de la cité après Chéronée, mais elle s'aide pour cela (entre autres) d'IG, II2, 1493-1495, qui citent le nom de Démade et pas celui de Lycurgue.

43 Will 1983, 99-100 : Merker 1986, 49 ; Faraguna 1992. 246 : Kralli 1999, 149 ; Tracy 2000b, 228.

44 Humphreys, 1985, 219.

45 Plut., Démétrios, 9. Habicht 1970, 44-54 : 2000, 89-97. Stratoclès fut particulièrement influent à l’Assemblée après 307 : vingt-deux décrets proposés par lui, dont vingt entre 307 et 301, ont survécu, partie visible d'une activité législative plus grande encore (Habicht 2000, 89-90).

46 Plut., Mor. 798 e : “Il ne faut pas aborder les affaires publiques pour trafiquer et s'enrichir, comme Stratoclès, Drontocleidès et leurs amis, qui s'invitaient mutuellement à venir à la moisson d'or – c'est ainsi qu'ils appelaient, en plaisantant, la tribune”. Cf. Habicht 2000, 158.

47 Voir ainsi la contribution de Hedrick 2000, pour qui le décret de Stratoclès se veut aussi témoignage d'une information officielle pour les citoyens, par réaction au silence des années de Démétrios de Phalère.

48 IG, II2, 460. 1. 36 et IG. II2, 1492 B. 1. 123. Ferguson 1911, 102-103 : Merker 1986, 47-50 (PA/APF. no 15). Le titre officiel de la fonction d'Habrôn, ὀ ἐπὶ τῇ διοικήσει, ainsi que son contenu, ont sans doute été mis en place par Démétrios de Phalère (cf. supra, n. 35 p. 139).

49 Lewis 1997, 226.

50 Will 1983, 99, insiste sur la volonté déterminée de Stratoclès d'inscrire Lycurgue dans une continuité anti-macédonienne. Sawada 1996, 76, admet que l'image de Lycurgue proposée par ce décret contient sans doute quelque exagération et a pu même être fabriquée de toutes pièces. Sans aller jusque là, Oikonomidès 1986, 14, 51. souligne que le décret conservé dans le manuscrit du pseudo-Plutarque a été alourdi de phrases ampoulées, qui n'apparaissent pas dans la version épigraphique. Rappelons qu'Hypéride (P. Euxénippos, 12), pour qualifier Lycurgue, n'avait pas trouvé d'autres adjectifs que “mesuré et convenable” (μέτριος καί έπιεικής). De plus, dans une sorte d'oraison funèbre à sa mémoire (frag. 23 Burtt). il affirme qu'il vécut “sagement” (σωφρόνως). Le mot, certes, peut désigner de bonnes dispositions à l'égard du peuple (il apparaît peut-être dans une inscription de 331 : Schwenk. no 38, 1. 12-13), mais il y a des termes plus forts pour désigner un parangon d'austérité et d'inflexibilité. Cf. supra, p. 37. Télescopage du vocabulaire : Aristote désigne sous le nom de ἐπιεικεῖς les aristocrates qui dirigeaient Athènes avant la mort de Périclès et l'accession à la première place dans la cité des roturiers (Const. Ath. 28.1). Le mot prit d’ailleurs assez vite une connotation politique : en 411. Thucydide désigne sous l'appellation έπιεικεῖς tous ceux qui sont favorables aux Quatre-Cents (8.93.2), et pour Plutarque (Phocion, 35.3), il s'agit en fait des oligarques, partisans de la Macédoine en 318.

51 E.g. Cloché 1937, 217 ; Faraguna 1992. 257-268. L’idée d’un Lycurgue, à l’origine de toutes les innovations institutionnelles que l'on constate dans l’Athènes du temps, est solidement ancrée dans les esprits et s'appuie sur une tradition antique bien affirmée, prompte à accorder la paternité de toute décision à un seul homme : la même remarque peut être faite pour ce qui concerne les réformes de Clisthène ou les transformations politiques du milieu du Ve siècle, laissées à la sagacité de Périclès. Pour en revenir à Lycurgue, Errington 1994, 149. 160, met ainsi sur le compte de l'activité législative de l'Étéoboutade l'apparition de l'assemblée principale, dont le premier témoignage date de 337/6.

52 Il n'est pas jusqu'à l'activité législative où ne soit impliqué Démade. En effet, un décret proposé par lui en 337/6 évoque un rapport préalable des thesmothètes : Schwenk, 51. 6-7 : |Δ|ημἀδ[ης Δημέου Παιανιεὺς εἶπεπερί ὧν οί θεσμο]θέτα[ι λέγουσι κτλ.] (cf. 1. 27 : [θ]εσμοθέτ[...]). La stèle est presqu'entièrement détruite et peu de mots sont intelligibles : on notera néanmoins la mention à deux reprises dans ce texte de l’île de Lemnos et celle du “roi” (τòμ βασι[λεά]). Peut-être faut-il imaginer une nouvelle définition de la législation concernant l'île, après que celle-ci (et les autres clérouquies du peuple) ait été confirmée par Philippe comme partie intégrante d'Athènes.

53 IG, VII. 4254, 1. 24 (Michel, 108 ; Syll 3. 298 ; Choix, 2 ; Schwenk, 50 ; Petrakos 1997, no 298 ; Veligianni-Terzi, no B 16).

54 Cf. Schwenk, 40 et 4I.

55 Knoepfler 1993, 296 ; Mikalson 1998, 33.

56 Agora, xv. 49 (Schwenk, 56 : Petrakos 1997, no 299) 1. 1-3 : οἵδε ἐπέδοσαν εἰς τò ἀνάθημα ὃ ἀνέθηκεν ἡ βουλή ἡ ἐπ Εὐθυκρίτυυ ἄρχοντος. βουλευταί κτλ. 1. 18-20 : οἵδε ἐκ τῶν ἄλλων ὲπέδοσαν Φανόδημος Θυμαιτά(δης), Δημ〈ά〉δης Παιανιεύ(ς) κτλ.

57 La date de 326 avait été avancée par Lewis 1955, 34. Mais, mettant en perspective ce texte et les deux précédents concernant Oropos. Charitonidis 1961,43-44. a proposé la date de 330, arguant de l'antériorité probable de l'offrande de Delphes. L'hypothèse de Charotonidis a séduit Lewis lui-même (1968, 337-378 n. 29). La solution de la prudence, préférant une fourchette assez large (330-325) est peut-être la meilleure.

58 FD, 111-1, no 511 (Syll. 3 296) : [ὀ δ]ῆμος ὀ Ἀθηναίων τῶι Ά[π|όλλωνι ἀν[έθηκεν·Ἰ|εροποιοὶ οἰ τὴν Πυθαίδα ἀγαγόντες. Voir dans cette présence conjointe de Lycurgue et Démade la preuve d'une réconciliation des partis (Tarn 1927, 448) ou le témoignage d'une “période de détente et d'union relative entre les partis” (Cloché 1937. 264, s'inspirant de Colin 1905. 22 : cf. encore Treves 1958, 346 ; Reinmuth 1971,50) procède d'une vision à coup sûr anachronique du fonctionnement des institutions athéniennes, mais aussi et surtout d'une vision obviée de la personnalité de Démade. L'idée d'un “gouvernement de coalition” alors en place à Athènes, dont on devine les prémices chez Beloch. a été argumentée par Ferguson 1991, 7-10, sur la base de ce texte. Comment expliquer en effet l'association de Démade et de Lycurgue dans une telle ambassade, s’ils étaient ennemis irréconciliables ? Colin 1905. 22, écrit ainsi : “Peut-être faut-il tenir compte de l'union, dans la même théorie, de Lycurgue et de Démade, c’est-à-dire des représentants de deux politiques opposées, l'un ennemi déclaré de la Macédoine, l'autre partisan à tout prix, sinon vendu à Alexandre”. On comprend donc que cette théorie du “gouvernement de coalition” est née d’une perception déformée du rôle de Démade dans l'Athènes du temps. Treves 1958, 346. toujours lui, accepte la participation de Démade à un gouvernement de coalition, en précisant qu'il a collaboré, presque contre son gré (“quasi suo malgrado”) à un mouvement de résistance aux côtés de Lycurgue et Hypéride. Imaginer enfin que les “anti-macédoniens” ne purent empêcher Démade de participer à cette ambassade (et à celles qui devaient suivre) aux côtés de Lycurgue (Lingua 1978, 32) va dans le même sens de l'anachronisme et d'un calcul erroné de la place réelle de Démade dans la cité.

59 Délit. Couronne, 114 (cf. ACF, no 10652 et Faraguna 1992, 220-221). Sur l’ensemble de ces personnages, voir les études prosopographiques, identiques dans leurs conclusions, réalisées par Lewis 1955, 27-36, Faraguna 1992, 220-221 et Mikalson 1998, 34-35.

60 Faraguna 1992, 217-219 : Harding 1994, 28-30.

61 Croissant 1996, 127-139.

62 Bousquet 1964, 667. Thèse retenue par Mitchel 1970. 44. Croissant 1996 et Jacquemin 1999, 25 n. 148.

63 Cf. FD. IV-6. no 14, p. 49-57 (photographie p. 50). La stèle représente Athéna et très certainement le dèmos des Delphiens.

64 FD. III-4, 65.

65 Un autre membre de la délégation athénienne. Glauketès, fils de Glaucos, fut semblablement honoré (Syll.3 298b). Fut-ce le cas de tous les représentants athéniens ?

66 ID, 104-33 B, 1. 9 : [Δημά]δης Δημέoυ Παιανιεὺς ἐγκαυσ-. Commentaire de l'éditeur.J. Coupry, p. 123 : “Malgré l'hésitation de ma propre lecture, je serais assez tenté de reconnaître ici le célèbre Démade. [...] Le nom de celui qui resta jusqu'à sa mort, en 319, l'un des Athéniens les plus en vue et les plus agissants n'est pas pour surprendre, dans un document de Délos, vers la fin de notre période amphictyonique”.

67 Δημάδης. 414 : ἔγραψεν [...]Ἰστορίαν περὶ Δήλου καὶ τῆς γενέσεως τῶν Λητοῦς παίδων. Cf. supra, n. 3 p. 18.

68 Wirth 1997, 197. n. 27. note, à juste titre à mon sens, que Démade joua avec Lycurgue un rôle actif dans les affaires religieuses.

69 Sans préjudice bien sûr pour des préoccupations plus locales, comme le décret qu’il proposa en 320, aux termes duquel la cité s'engageait à réparer la route du Pirée empruntée par la procession de Zeus Sôter et Dionysos (IG, II2, 380).

70 Platon, Critias, 110 e-112 a. Cette vision a été contestée avec beaucoup de bon sens par Garnsey 1988. 134-149. Trop souvent, les référents des auteurs modernes en matière de richesse et de fertilité se fondent plus ou moins sur les terres à blé des grandes puissances céréalières contemporaines.

71 Dém.. C. Leptines, 31.

72 L'exemple du décret en l’honneur des rois du Bosphore Cimmérien (IG. II2. 212) n'est qu'en apparence en contradiction avec cette réflexion. Car la livraison de blé en question ne représente qu'une part des accords bilatéraux entre deux États qui sont passés à cette occasion et il restait surtout à acheminer les céréales de la Crimée vers l’Attique : seule la puissance navale d'Athènes pouvait sécuriser le transport.

73 Les textes les plus fameux sur la sitodeia des années 333-325 sont [Dém.], Dionysodôros, 7-10 et [Arist.], Économique, 2.1352 a-b. à quoi l'on ajoutera bien entendu la “stèle des céréales de Cyrène” : cf. Will 1983, 107-113 : Laronde 1987. 30-33 ; Marasco 1992. 39-52 ; Brun 1993 : Bresson 2000, 280. Les pages de référence sur la situation à Athènes en ces années demeurent celles de Garnsey 1988. 150-164.

74 Xén., Mémorables, 3.6.13 ; Arist., Const. Ath. 43.4.

75 Voir notamment l’inscription d’Andros IG. XII.5. 714 (+ Supplément p. 119), traditionnellement datée des années 350-338, inscription que Reger 1994. 309-321. sur des critères avant tout paléographiques, abaisse jusqu’au second ou au troisième quart du iiie siècle.

76 Pour des exemples au iiie siècle, voir Habicht 1997. 135-136.

77 [Plut.]. Vit. X. Orat. 845 f. Son neveu Démocharès précise ailleurs que Démosthène versa un talent lors d'une disette pour des achats de blé (851 b).

78 Faraguna 1992. 225 ; Gabrielsen 1994. 166.

79 Cf. Bielman 1994. no 9. Le nom de Démade n'apparaît pas dans l'intitulé, détruit. Mais les similitudes entre ce texte et IG. II2. 399. dont Démade est le rogator, ont conduit tous les commentateurs à admettre que c'était bien lui qui avait proposé ce décret (cf. supra, p. 122). La date n'est pas autrement assurée, mais la mention, plus haut dans le texte (1. 6-7) d'une “bataille navale dans l'Hellespont” oblige à voir là une allusion aux opérations navales de la guerre lamiaque. Le texte date donc des années 322-319.

80 IG, II2, 400. L'allusion à la guerre lamiaque est ici moins directe que dans le décret précédent. Après avoir énuméré les interventions d'Eucharistos pour faire livrer du blé à un prix convenable, le décret souligne qu'il s'est comporté en bienfaiteur [ἐν] τῶι πρόσθεν χρ[όνωι] (1. 10-11). Sur les décrets frumentaires votés par les Athéniens depuis 338. cf. Tracy 1995, 30-35.

81 IG. II2. 380 (Syll.3 313 : Michel, 1 14). Cf. Williams 1989, 26. Contrairement à ce qu'écrit Marzi 1991, 78, je ne vois pas en quoi on peut parler ici de “décret de travaux publics démagogiquement populaires”.

82 Schwenk. 5, 1. 19. Pour la richesse céréalière de l'île, cf. Brun 1996, 76 n. 53. Une inscription athénienne de 374 tout récemment publiée (Stroud 1998) montre que les clérouquies de la mer Égée (Imbros, Lemnos, Skyros) produisaient beaucoup de céréales.

83 Cloché 1924. 5-6. Jugement contraire de Tracy 1995, 20, qui s'impose.

84 Les prémices de cette nouvelle politique d'importation sont, on le sait, antérieurs à la défaite de Chéronée. Les dikai emporikai, procédures accélérées des contentieux commerciaux, dont l'existence est avérée quelque temps après la guerre des Alliés, représentaient aussi un moyen pour la cité d'attirer des négociants vers le Pirée. On aura du mal à admettre qu'il s'agit lit de la décision d'une cité sûre d'elle-même et dominatrice.

85 IG, II2. 399 (Michel. 1472 t Bielman 1994. n 6. p. 18-22, qui présente les différentes propositions de datation et d’interprétation de la stèle ; Veligianni-Ter/i 1997. no A 154). La date précise du décret a été proposée par Habicht 1994, 9-13. qui souligne qu'un même Pamphilos présidait la séance de l'Assemblée dans ce décret et dans IG. II2. 452, daté de Gamélion 328/327. Walbank 1990, 444, propose de raccorder à cette stèle deux fragments non jointifs IG. II2, 438 et 612), mais il ne livre pas l'économie d'ensemble du texte ainsi repris.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search