Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre VIII. La soumission d’Athènes et la mort de Démade 322-319

Texte intégral

  • 1 La source sur les opérations navales de la guerre lumiaque est essentiellement Diod. 18.9-13. Troi (...)

1En deux temps, la défaite sur mer à Amorgos1 puis sur terre à Crannon mit Athènes et ses alliés à genoux. Moins que la défaite militaire, ce sont les conséquences dans la cité qui nous intéressent ici, ainsi que le rôle joué par Démade dans ces moments troublés et dans les trois années qui suivirent, essentielles pour lui, bien sûr en raison de son exécution en 319, mais aussi pour sa destinée posthume. Il accompagna ou fut à l'origine de décisions lourdes de conséquences, très sévèrement jugées par les historiens antiques comme modernes. Plusieurs textes évoquent sa participation aux discussions qui s’ouvrirent sitôt les opérations terminées.

Le rôle de Démade dans les ambassades de 322

2Après la défaite finale des coalisés à Crannon, plus rien n'empêchait Antipater de se porter contre Athènes et de lui faire peut-être subir le sort qu’Alexandre avait infligé à Thèbes quelques années auparavant. Devant cette menace, comme en 336 puis en 335, ce fut Démade que le peuple envoya à la rencontre du régent, avec pour unique mission de sauver ce qui pouvait encore l'être.

“Ayant par cette manœuvre brisé la coalition des Grecs, Antipater se portait contre les Athéniens avec toute son armée. Isolé et privé du secours de ses alliés, le peuple était dans un profond désarroi. Tous plaçaient leurs espoirs en Démade et criaient de l'envoyer en ambassade auprès d’Antipater pour conclure la paix. Mais, prié de venir donner son avis, Démade se garda bien d'obtempérer. (2) Il était en effet sous le coup d'une triple condamnation pour illégalité et, se trouvant de ce fait privé de ses droits civiques, il lui était interdit par la loi de donner son avis. Mais le peuple lui rendit ses droits et il fut aussitôt envoyé en ambassade avec Phocion et quelques autres”. Diod. 18. 18.1-2.

“Aussitôt, Antipater fit avancer son armée en direction d'Athènes. Démosthène et Hypéride quittèrent la ville ; (3) quant à Démade, qui ne pouvait rien payer de ce qu'il devait pour ses condamnations (il avait été condamné sept fois pour illégalité et, frappé d'atimie, il n'avait plus le droit de parler au peuple), il fut alors amnistié et proposa un décret portant qu'on enverrait à Antipater des ambassadeurs avec pleins pouvoirs pour négocier la paix, (4) Le peuple effrayé appela Phocion et dit qu'il n'avait confiance qu'en lui seul”. Plut., Phocion, 26.2-4.

“Lorsque les Grecs furent défaits à Lamia, Antipater, dans sa précipitation de transporter la guerre en Asie, souhaitait conclure une paix rapidement et il lui importait peu de laisser Athènes et le reste de la Grèce libres. Mais Démade et d'autres traîtres à Athènes persuadèrent Antipater de n'avoir aucune pensée amicale pour Athènes et, en effrayant le peuple des Athéniens, ils furent la cause des garnisons que les Macédoniens installèrent à Athènes et dans la plupart des autres cités. Mon jugement est confirmé par le fait suivant. Après leur désastre en Béotie, les Athéniens ne devinrent pas les sujets de Philippe, bien qu'ils aient perdu dans l’aventure deux mille prisonniers et mille tués. Mais, quand ils ne furent que deux cents tombés à Lamia, ils furent asservis par les Macédoniens”. Paus. 7.10.4-5.

[“Phocion] s'attira à la fin de sa vie la haine violente de ses concitoyens, en priorité parce qu'il s'était entendu avec Démade pour livrer la ville à Antipater”. Cornélius Népos. Phocion, 2.1.

3Ces quatre textes ne sont bien sûr pas tous de même valeur historique et ont une inégale portée polémique : notre travail consistera à comprendre les différentes origines de ces témoignages plutôt qu'à rechercher un improbable consensus qui mettrait en accord des auteurs aux vues très divergentes. Ils peuvent en fait être séparés en deux groupes bien distincts : le premier de ces groupes correspond aux passages de Diodore et de Plutarque qui évoquent les préliminaires aux négociations qui s'ouvrirent tant bien que mal ; les deux derniers textes, ceux de Pausanias et de Cornélius Népos, négligeant les aspects diplomatiques des événements, font reporter sur Démade seul pour l'un, sur Phocion et Démade pour l'autre, la responsabilité finale dans l'asservissement d'Athènes. Il semble naturel d'analyser ces deux perspectives l'une après l'autre.

  • 2 Voir ainsi Gehrke 1976, 87-89. Contrairement à ce que croit Bearzot 1985, 183, je ne pense pas que (...)
  • 3 Bearzot 1985, 41-42.

4Que la situation fût grave, bien plus qu'en 338 ou qu'en 335, c'est une évidence, et les commentateurs modernes ont à l'envi souligné l'angoisse qui s'était emparée des Athéniens2. Athènes pouvait être considérée comme ville ouverte et le principe d'une ambassade vers Antipater fut décidé. Diodore et Plutarque s'accordent sur la situation juridique de Démade : tous deux précisent qu'il était alors sous le coup d’une condamnation pour illégalité (graphe paranomôn), bien entendu liée à la proposition qu’il avait portée devant le peuple d’accorder des honneurs divins à Alexandre. Tous deux avancent aussi les noms de Démade et de Phocion pour l’ambassade qui allait suivre, mais ils divergent sur son responsable premier. Et, à dire vrai, seul Diodore fournit une trame cohérente des événements : devant le désarroi du peuple, Démade est sollicité pour partir. C’était compréhensible, car il avait à son actif de beaux succès diplomatiques antérieurs, chacun gardant sans doute en mémoire le résultat inespéré de son entrevue avec Alexandre en 335. Il ne pouvait cependant pas représenter la cité en raison de sa condamnation dans l’affaire de la divinisation d’Alexandre ; pour Diodore, il fut amnistié et lit partie des ambassadeurs qui rejoindraient Antipater “avec Phocion et quelques autres”. Par ces mots, il semble indiquer sa prééminence dans cette ambassade car, à tous égards, encore une fois, ses succès précédents parlaient pour lui3 Plutarque offre une trame sensiblement différente : notons d’abord sa plus grande sévérité initiale envers Démade, qui ne saurait désormais nous surprendre. Tandis que Diodore parlait de trois condamnations, Plutarque en évoque sept. Il rend compte aussi d'un décret désignant des ambassadeurs munis des pleins pouvoirs pour négocier avec Antipater. Mais c'est dans la place respective de Démade et de Phocion qu'il présente les divergences les plus notables avec Diodore, et de manière assez incohérente, puisqu’il met en scène dans un premier temps un dèmos pressé d'amnistier Démade puis, dans un second temps, de refuser à quiconque d'autre que Phocion sa confiance pour l'ambassade en question. Il y a là une contradiction flagrante ne pouvant s'expliquer que par une distorsion des faits de la part de Plutarque, sans doute soumis à des sources elles-mêmes divergentes, certaines d'entre elles faisant de Démade le protagoniste essentiel de l'affaire, d'autres, présentant un récit hagiographique envers Phocion, de celui-ci le seul homme qui comptât vraiment à Athènes dans les moments difficiles. Le Béotien a superposé les deux traditions, conservé en l'amputant de sa conclusion celle connue de Diodore, tout en mettant en point d'orgue celle qui faisait de son héros le sauveur de la cité.

  • 4 Williams 1989, 25-26. Néanmoins, l’idée d'une position prééminente de Phocion parmi les ambassadeu (...)

5Doit-on concilier à toute force ces deux scénarios ? Cette entreprise semble difficile. La décision politique d'amnistier Démade ne peut évidemment se comprendre dans la mesure où ce dernier n'aurait été que l'un des nombreux ambassadeurs que le peuple s'apprêtait à faire partir : isolé au milieu de tous ses collègues, il aurait sans difficulté aucune pu être remplacé par un anonyme. La seule solution en harmonie avec cette décision exceptionnelle consiste à faire de Démade le responsable premier de cette ambassade, celui en qui les Athéniens plaçaient toute leur confiance, et d'admettre que Phocion en faisait partie, mais en un rang secondaire. Ajoutons que cette première place de Démade n'est point faite pour surprendre, étant donné que nous l'avons trouvé au premier rang incontesté de toute la diplomatie athénienne depuis 3384.

  • 5 On pourrait même jusqu'à dire “politique d’équilibriste”. On aura néanmoins compris, en tout cas, (...)
  • 6 Il semble bien qu'il y ait eu deux ambassades, la première pour entendre les exigences d'Antipater (...)

6Reste à expliquer ce qui peut apparaître comme une contradiction avec les conclusions précédentes auxquelles nous sommes parvenus concernant l'engagement clair de Démade lors de la guerre lamiaque : était-il bien prudent d'envoyer pour représentant des intérêts de la cité un homme qui avait encouragé à la guerre ? A cette vraie question, on peut répondre par une autre question : qui envoyer d'autre ? Quel autre citoyen athénien avait, dans les années passées, montré quelque talent de négociateur ? Mais surtout, sa condamnation récente pour son décret en faveur d'Alexandre en faisait une victime du régime, l'homme idéal donc pour de possibles négociations avec les Macédoniens, et on en fit, au prix d'une amnistie rapide, le chef de la délégation athénienne. En réalité, on retrouve ici tout ce que fut la politique d'équilibre prônée par Démade depuis la défaite de Chéronée5 : il avait épousé les hésitations de sa cité en 335 et 331, son sentiment de révolte en 322. Seule une longue analyse pourrait dire s'il ne fut qu'un démagogue attentif à suivre les penchants de la foule ou s'il contribua à modeler l'opinion de ses concitoyens : je discuterai de la question plus loin. A tous points de vue, il représentait bien Athènes et c'était donc l'homme qu’il fallait : mais on ne peut pas dire qu'Athènes était, en 322, dans une position aussi forte que treize ans plus tôt, quand Démade était parvenu à réduire les prétentions d'Alexandre6.

  • 7 Cornélius Népos. Phocion, 2.1.
  • 8 Staatsverträge, III. no 415. Diod. 18.4-5 : Plut.. Phocion. 27.2. Cf. Gehrke 1976, 89-90 ; William (...)
  • 9 Les derniers soubresauts de la présence athénienne à Samos posent des problèmes de chronologie. To (...)
  • 10 Ce renseignement est fourni par Diodore de Sicile (18.48.1) à l'occasion de la mort de Démade troi (...)

7C'est au résultat de ces ambassades que la postérité jugea Démade, qui les avaient menées et avait accepté de le faire. El, en ce sens, les propos de Pausanias et Cornélius Népos recoupent les mêmes lignes de fracture que celles observées entre Diodore et Plutarque puisque, tandis que le premier ne parle que de Démade (et “d'autres traîtres”), le second évoque la responsabilité conjointe de Démade et Phocion7. Il est vrai qu'il s'agit des conséquences à plus long terme pour la cité, conséquences nées des conditions imposées par les vainqueurs, que l'on peut brièvement rappeler8 : garnison macédonienne à Munychie, disparition du régime démocratique ancestral au bénéfice d'une constitution censitaire, capture des vaisseaux restés intacts après la bataille d'Amorgos, disparition de la ligue de Corinthe qui constituait un cadre juridique certes déséquilibré, mais qui offrait au moins l'avantage d'unir les Grecs et leur hègemôn et de créer des rapports de réciprocité. Désormais, les cités grecques devaient négocier et envisager de nouvelles relations avec la Macédoine de façon isolée, et il va de soi que le déséquilibre, déjà tangible en 337, ne pouvait que s'accentuer. A quoi l'on ajoutera la disparition de la clérouquie de Samos – les insulaires et leurs descendants revinrent l'année suivante9 – ce qui était certes l'application d'une décision d'Alexandre, mais que la défaite rendait inéluctable. Seul adoucissement, souvent passé sous silence, à ce diktat macédonien que l'on devrait, à bon droit, porter au crédit de l'activité diplomatique de Démade, la garnison installée au Pirée était temporaire, même si aucun terme précis n'était fixé pour sa disparition10.

  • 11 “Dolchstoß-Version” : l’expression est de Lehmann 1997, 83.
  • 12 A un point tel que Williams 1989, 25 n. 34, se demande si Pausanias ne confond pas ici Démade et C (...)

8Les phrases de Pausanias puisent leur origine dans une source d'inspiration démocratique et pro-démosthénienne, en déformant la réalité de façon très défavorable à Démade. Pour Pausanias en effet, qui confond dans sa narration la bataille de Lamia avec celle de Crannon, Antipater ne se souciait guère d'Athènes et pensait d'abord à se porter en Asie ; à le lire, la décision finale du régent de punir Athènes résulterait des seules intrigues de Démade, qui l'aurait poussé à installer, contre son idée première, une garnison en Attique. L'énormité de l'accusation, qui n'est bien évidemment corroborée par aucune autre source, transparaît dans les explications quelque peu sophistiques fournies par Pausanias lui-même : mille tués à Chéronée n'avaient pas menacé les bases du régime athénien, deux cents à Lamia y parvinrent. Il est facile de reprendre l'auteur, de rappeler que la défaite finale n’avait pas eu lieu devant Lamia, mais que les défaites navales de 322 accentuées par celle de Crannon la même année avaient rendu tout espoir de défense illusoire ; que, si Antipater avait effectivement l'intention de passer en Asie, il n'avait certainement pas celle de laisser derrière lui une résistance armée. Pausanias accrédite ici l'idée de la trahison intérieure d'un régime démocratique abattu par une clique oligarchique, version athénienne et prodémocratique du “coup de poignard dans le dos”11, dont la formulation en ces termes permet de comprendre à quel point les accusations portées contre Démade dès l'Antiquité reposaient sur des arguments tout à fait spécieux12.

  • 13 Cloché 1923, 170 : 1924, 5.

9La seule question utile de se poser est de savoir si les ambassadeurs de 322, Démade au premier rang d'entre eux, avaient quelque chance d'obtenir de meilleures conditions de paix. En parlant de “traîtres”, Pausanias sous-entend qu'un refus, prononcé par d'autres hommes plus courageux et attachés à leur cité, aurait permis que subsistât la démocratie. P. Cloché accepte sans barguigner cette tradition et présente un Démade allant au-delà des exigences d’Antipater et approuvant “la paix humiliante de 322”13. Pourtant, une telle assertion ne tient pas car elle fait totale litière de la situation militaire et de la crainte réelle de destruction de la ville que devaient ressentir les Athéniens. Après tout, la révolte de Thèbes avait moins menacé Alexandre que la guerre lamiaque n’avait mis le régent du royaume en difficulté. Imaginer dans ces conditions une seule seconde que les Athéniens avaient le moindre espace de négociation au sens strict du mot est une erreur, qui néglige l'implacable réalité : les armes avaient parlé et la cité n’avait plus aucun moyen de résister, aucune possibilité de continuer la guerre. Affirmer le contraire peut être, comme dans la tradition transmise par Pausanias, un thème de propagande démocratique qui préférait cette thèse du “coup de poignard dans le dos” à un aveu banal de défaite militaire, mais cette analyse ne possède pas de consistance historique. Si sur cette question, un reproche peut être fait à Démade, ce serait d'avoir cru, parce qu'il était parvenu à de beaux résultats dans ses ambassades précédentes, que sa présence seule permettrait de renverser le sort des armes. Mais il ne serait pas non plus illogique, en inversant les données de la question, de se demander si Démade et les autres ambassadeurs n'ont pas évité des maux pires encore que ceux que les clauses du traité allaient imposer.

La condamnation à mort de Démosthène et Hypéride

10Il y a sans doute une explication fondamentale à la damnatio memoriae dont Démade fut la victime : une des mesures exigées par Antipater concernait les orateurs anti-macédoniens et, une fois de plus. Démade fut en première ligne. Deux textes évoquent sa responsabilité personnelle dans la condamnation à mort qui frappa ces derniers :

“Le peuple les [Démosthène et ses amis] condamna à mort sur la proposition de Démade”. Plut.. Démosthène, 28.2.

“Dans le sixième livre (sur les Successeurs d'Alexandre), Arrien raconte comment les partisans de Démosthène et Hypéride s'échappèrent d'Athènes : Aristonicos de Marathon et Himerios, frère de Démétrios de Phalère, se réfugièrent à Égine et. tandis qu'ils y séjournaient, le peuple athénien décréta leur mort à la requête de Démade, et Antipater mit le décret à exécution”. Photios 2.69 b.

  • 14 Le renseignement est livré par [Plut.], Vit. X Oral. 847 d. mais Démocharès devait alors être très (...)
  • 15 Démosthène se suicida à Calaurie, Hypéride. rattrapé et torturé, fut exécuté : Plut. Démosthène. 2 (...)
  • 16 Plut. Démosthène, 31.4.

11Ces deux témoignages ne sont pas discutables. On notera simplement que le peuple prit la décision, sur proposition de Démade, de condamner à mort Démosthène, Hypéride, Aristonicos et Himeraios alors que tous quatre avaient fui la ville. Selon une tradition. Démocharès, le neveu de Démosthène, qui devait faire parler de lui lors des restaurations démocratiques de 307 et 287, se serait ouvertement opposé à cette exigence du régent, mais il peut s’agir là d'une reconstruction post eventum14 : nous n'avons sinon aucune trace d'une opposition en règle à cette exigence macédonienne. Ce fut une condamnation à double détente, qui donna une couverture légale aux assassinats directs ou indirects dont furent victimes Hypéride et Démosthène15, base évidente de l'opprobre qui couvrit Démade par la suite. On peut admettre que ce ne fut pas l'acte le plus glorieux posé dans toute sa carrière et, compte tenu de la dimension politique flatteuse dont jouit Démosthène après sa mort, il semble naturel que celui qui avait proposé à ses concitoyens de voter sa mort encourût un reproche définitif. En allant plus loin encore on pourrait même dire, étant donné la concurrence féroce que se livraient les hommes politiques athéniens, que Démade a peut-être vu sans déplaisir excessif la disparition de deux adversaires patentés – je pense surtout à Hypéride avec lequel les rapports furent souvent tendus sinon conflictuels. Ainsi, Plutarque alla jusqu'à dire que l'exécution de Démade en 319 n'était rien moins que la réplique de la justice (Dikè) à la mort de Démosthène16.

  • 17 Tracy 1995, 20. Williams 1989, 25, voit dans la proposition de Démade la réponse inéluctable aux é (...)

12Mais une fois cela dit et expliqué, et en se dégageant si possible de toute considération morale, il nous faut revenir à la seule question que nous devrions nous poser : les Athéniens pouvaient-ils ou non espérer obtenir de meilleurs résultats diplomatiques ? J'ai déjà dit qu'il n'était guère possible de parler de “négociations” en 322. le déséquilibre entre les forces de chacun étant par trop disproportionné. En 338, les Athéniens pouvaient compter sur leur flotte, sur le souhait de Philippe d'épargner une cité dont le prestige lui profiterait dans ses perspectives d'expédition asiatique, et dont la volonté de se défendre becs et ongles restait intacte. En 322 en revanche, on n'en était plus là car les Macédoniens avaient montré qu'il n'existait pas de limite apparente à leur puissance militaire tandis que, de leur côté, les Athéniens n'avaient plus de flotte, disparue dans les eaux d'Amorgos, ou capturée. Ils ne disposaient surtout plus de contingents à aligner, tout au plus une dizaine de milliers de citoyens mobilisables, n’avaient plus d'alliés, obligés de traiter de leur côté, face à une armée macédonienne bien plus nombreuse, aguerrie, et susceptible d'être à l’infini grossie par des troupes mercenaires que l'inépuisable trésor, fruit de la conquête, pourrait solder sans difficulté. Soyons clair : il n’y avait pas, d'un point de vue athénien, la plus petite raison d'espérer, et tout bien pesé, une garnison macédonienne à Munychie, un changement de politeia, la perte de la clérouquie de Samos et le sacrifice de quelques anti-macédoniens réclamés par le vainqueur, quoique difficiles à accepter, ont dû être considérés comme la conséquence logique de la défaite et un moindre mal par beaucoup d'Athéniens, surtout pour ceux et leurs familles qui ne comptaient pas parmi les proscrits, serais-je tenté d'ajouter. En condamnant Démosthène et Hypéride à mort, les Athéniens, dans leur majorité – car il ne faudrait pas, dans le cadre d'une démocratie, faire retomber sur le seul initiateur du décret la responsabilité d'une décision collective – désignaient des victimes expiatoires et pensaient ainsi détourner sur leurs seules têtes la vengeance des Macédoniens17. Ce n'était pas la première fois que l'on envoyait à la mort un bouc émissaire. Dans des circonstances différentes, il est vrai, il y avait eu des précédents : Philocratès en 346, le stratège Lysiclès en 338 avaient été condamnés à mort et exécutés. On serait presque en droit de dire que condamner à mort des hommes en fuite (ni Démosthène, ni Hypéride n'étaient alors à Athènes) a pu, avec quelque lâcheté, j'en conviens, être considéré par leurs juges comme une chance qu'ils leur offraient de sauver leur vie. A l'inverse, refuser les exigences macédoniennes engageait la survie de la cité ; au moins Athènes était-elle préservée et n'avait-elle pas subi le sort d'Olynthe en 348, de Thèbes en 335 ou de Tyr en 332 : massacres de masse, réduction en esclavage de la population survivante, destruction totale de la ville, chacun connaissait les méthodes des Macédoniens. En ce sens, la décision du peuple de condamner Démosthène, Hypéride et leurs amis obtint le résultat escompté. Athènes, la ville et les citoyens, furent physiquement épargnés par la colère macédonienne mais en contrepartie, la constitution démocratique ancestrale disparut dans la tourmente.

  • 18 Plutarque (Phocion. 27.5) parle d'une “constitution ancestrale fondée sur le cens” (τὴν πάτριον ἀπ (...)
  • 19 Plut., Phocion. 32.7 (cl. Gehrke 1976, 97 n. 58). Sans doute influencé par Plutarque, Lehmann 1997 (...)
  • 20 Diod. 18.48.1, accepté par Williams 1982. 117-118.
  • 21 Plut., Phocion, 27.7-8.
  • 22 Plut.. Phocion. 30.8. Lehmann 1997. 26 n. 21.
  • 23 Dreyer 1999a, 185 n. 296 : “Die Gruppe der Opportunisten um Demades [...], die Gruppe der Technokr (...)

13Un régime censitaire18 s'installa alors, qu'il faut étudier dans le contexte des rapports entre Athènes et la Macédoine, car il est le fruit de la défaite et non pas de la pensée politique profonde de Démade. Plutarque comme Cornélius Népos indiquent qu'il fut dirigé par Démade et Phocion – mais Démade, si l'on en croit le nombre imposant de décrets présentés par ses soins qui nous ont été conservés, semble bien toujours l'homme le plus influent, alors que le rôle politique de Phocion a une nouvelle fois été très exagéré, notamment par Plutarque, qui le présente comme στρατηγòς καὶ ᾂρχων de la cité19. Diodore dit d’ailleurs avec netteté que Démade administrait la cité (πυλιθεύεσθαι)20 et une fois de plus, il faut préférer la version de Diodore à celle, emplie de préjugés, de Plutarque. La politique suivie par Phocion, si l'on en croit ce dernier, apparaît d'ailleurs bien peu transparente : il indique que le vieux stratège s'était opposé, en présence d'Antipater, à l'établissement de la garnison21 puis, sans craindre le paradoxe, il le montre freinant autant que faire se peut les initiatives athéniennes en 3 19 pour obtenir son départ. On peut certes y voir un changement d'opinion de sa part22 mais cette prétendue attitude de résistance de Phocion est à juger à l'aune de celle qu'il aurait eue en 338, quand Plutarque précise qu'il avait conseillé aux Athéniens de ne pas se lier les mains en entrant dans la ligue de Corinthe. Les deux épisodes en fait se répondent et visent à donner à Phocion une stature de patriote indéfectible et d'opposant systématique aux positions défendues par Démade. Ce sont des inventions a posteriori, largement démenties par ce que l'on peut reconstituer, au moyen d'autres sources, de la carrière militaire et de l’activité politique de Phocion. La distinction, faite par B. Dreyer, entre un “groupe des opportunistes” réunis autour de Démade et un “groupe des technocrates”, dirigé par Phocion, au-delà des termes choisis, tout à fait discutables, ne fait droit qu'à la volonté de séparer à tout prix les deux hommes, de classer Démade parmi les vélléitaires et de donner au second une épaisseur historique seulement reconnue par Plutarque23.

  • 24 IG. II2. 394. 1.3-4. Williams 1989. 26 : Tracy 1995. 18 et 2000, 322 ; Lehmann 1997. 25-27 ; Dreye (...)
  • 25 Lehmann 1997, 31.
  • 26 Nombre d'Athéniens rejetés de la politeia. 12 000 d'après Plut., Démosthène. 28.7, lurent installé (...)
  • 27 Pollux. 8.11. Ferguson 1911.22-24.
  • 28 Δημάδης, 414 : οὗτος κατέλυσε τὰ δικαστήρια καί τοὺς ρητορικοὺς αγῶνας. Le décret proposé par Lach (...)

14Le fonctionnement interne de la cité ne paraît pas avoir été de beaucoup modifié et restait dans son ensemble démocratique, comme le maintien du tirage au sort le prouve de manière éclatante. Les travaux les plus récents sur la question s'accordent en effet à mettre en évidence l'absence de transformations institutionnelles fondamentales, susceptibles d'altérer l'essence même de la politeia24 : rien à voir donc avec les bouleversements qui accompagnèrent la défaite en 403 et on ne trouve pas non plus trace, au sommet de l'État, d'un quelconque Critias25. Il y eut cependant des changements tangibles, imposés par la défaite et par les exigences macédoniennes, au premier rang desquels la diminution drastique du nombre de citoyens, à un moment où la cité devait encore absorber le retour des clérouques de Samos26. Le fonds des spectacles fut probablement aboli à cette époque, cependant que le trésorier des fonds militaires disparaît de notre documentation27. Ces décisions étaient plus la conséquence mécanique des nouvelles conditions politiques qu'une volonté de nature oligarchique. Les plus pauvres des Athéniens ayant disparu, sinon physiquement, du moins de la liste des citoyens, les distributions du theorikon n'avaient plus de raison d'être. Quant au ταμίας τῶν στρατιωτικῶν, on voit mal l'utilité qu'il pouvait désormais avoir, dans une cité désarmée, ayant abdiqué toute volonté de se battre contre le puissant du moment. La Souda va plus loin encore, affirmant que Démade “abolit les tribunaux et les joutes oratoires”28. Il est vrai que nous ne disposons plus de discours à partir de 322, mais, si la disparition de plaidoyers politiques peut s'expliquer par la perte de la liberté de parole si chère au cœur des démocrates, il est plus délicat de donner la même explication à l'inexistence dans le corpus rhétorique athénien d'affaires privées qui, elles, durent se poursuivre. Et, comme nous ne possédons pas davantage de discours postérieurs au rétablissement de la démocratie en 318 puis en 307, il est préférable de voir dans cette fin un choix conscient de ceux qui regroupèrent les différents discours dans des recueils, à quoi l'on n'omettra pas de signaler que la disparition tragique de Démosthène et d'Hypéride a probablement été ressentie comme une vraie coupure.

  • 29 IG, II2, 383b (+ Add. p. 660) = SEG, 21. 1965, 305.

15Aussi, et pour autant que les décrets et leurs intitulés fournissent quelque indication sur la nature du régime, on doit constater que l'on ne distingue pas de transformations majeures dans le contenu des psèphismata votés par l'assemblée. Et, à ce jeu. Déntade est toujours fort actif. Pour preuve, les décrets honorifiques qu'il continue de proposer, de manière inlassable, tant sur le plan intérieur que sur le plan extérieur. Dans ce domaine, qui nous intéresse ici, existe une continuité évidente entre la politique menée par Démade avant et après 322. Si certains de ces textes, par trop délabrés, ne fournissent pas le moindre enseignement utile29, d'autres donnent des éclairages tout à fait intéressants.

  • 30 Meritt 1944, 234-241 no 6 (SEG, 21, 1965, 306 ; Agora, xvi. 100). Tataki 1998. 166, conserve le po (...)
  • 31 Agora, xvi. 151 : “The nature of Nikostratos’ services cannot be determined. Lines 12 and 15-16 su (...)

16Une inscription datée des tout derniers mois de la vie de Démade, en 319, livre un décret voté par le peuple à l’initiative de Démade pour un certain Nicostratos, dont l'ethnique se lit Φιλ[ιππεύς]. C'était la proposition de Benjamin Meritt dans l'editio princeps, et on ne voit pas une autre possibilité que celle de la cité de Philippes à cette date, ce qui renforce la thèse de liens privilégiés avec des Macédoniens influents que Démade avait tissés dès après Chéronée30. J'ai déjà dit qu’il ne fallait voir là qu'une suite d'actions pragmatiques, en rien assimilable avec une forme ou une autre de collaboration ou de collusion avec l'ennemi. On ignore cependant tout des services rendus par Nicostratos à Athènes31.

  • 32 IG, II2. 398a (Bielman 1994, no 9 ; Veligianni-Terzi 1997, no 167). Cf. IG, II2, 399 (Bielman 1994 (...)
  • 33 Bielman 1994, 43 : “Une objection subsiste : Démade [...] est un politicien connu pour ses sympath (...)

17Une autre inscription donne une image plus révélatrice encore de l'orateur, il s'agit d’un décret honorifique très mutilé voté en faveur d'un certain [---]phanès, dont on ignore l’origine géographique, qui a sauvé des Athéniens lors du combat naval dans l'Hellespont (la guerre lamiaque, sans doute, ce qui implique une datation de la stèle entre 322 et 319), les a renvoyés dans leur cité en payant les frais de leur voyage et a expédié du blé à Athènes en temps de disette. Si le nom du rogator n'est pas conservé, les similitudes extrêmes avec un autre texte ont amené tous les commentateurs à admettre que Démade était l'auteur de la proposition de décret32. Ce texte est important en ce qu'il montre un Démade n'ayant en rien renié son engagement de la guerre lamiaque, toujours soucieux des intérêts de sa cité et apparemment dégagé ici de tout lien direct ou indirect avec la Macédoine. Voire même opposé à cette dernière, car il n'est pas neutre de proposer des honneurs à un ami de la cité ayant soutenu celle-ci dans une guerre malheureuse, alors que les ennemis occupent une citadelle du Pirée. De toute évidence, ce décret cadre mal avec la perspective traditionnelle d'un Démade pieds et poings lié au pouvoir macédonien, et, pour résoudre cette contradiction entre l'idée que l'on se fait de Démade et l'acte politique que représente ce décret, il a parfois été interprété dans le sens d'un acte opportuniste33. En réalité, cette inscription fait un lien précis entre les centres d'intérêt à la fois extérieurs et intérieurs de Démade, toujours préoccupé de maintenir les meilleurs rapports possibles avec tous ceux qui pouvaient être utiles à la cité. C'étaient souvent des Macédoniens ou des gens proches de la cour de Pella, mais cet exemple montre bien que les Athéniens, même après 322, et dans la mesure où ils en avaient la latitude, cherchaient à recréer des parcelles d'autonomie. En ce sens, on devine une continuité manifeste dans la politique suivie par Démade avant et après la défaite militaire.

  • 34 IG, II2, 545 (à rapprocher de IG, II2, 2406 ; cf. SEG, 21. 1995. 83). Sur l'aide thessalienne aux (...)

18On doit rapprocher ce texte d'une autre inscription, tout aussi révélatrice de la farouche volonté athénienne de conserver le plus d'indépendance possible : une stèle, datée de 321/320 ou de 320/319. de toutes les façons antérieure à la disparition de Démade et contemporaine de sa domination à l'assemblée, honore des Thessaliens exilés et réfugiés à Athènes. Or, l'on sait que les Thessaliens avaient participé à la guerre lamiaque aux côtés des Athéniens34. A nouveau, et de manière plus affirmée encore que dans le décret voté en faveur de [—]phanès. les Athéniens choisissent d'honorer certains de ceux qui les avaient soutenus contre les Macédoniens quelque temps plus tôt. Il n'y a donc pas, dans la politique athénienne poursuivie entre 322 et 319, le plus petit témoignage d'une attitude servile à l'égard d'Antipater. Et l'on se doit de souligner que, une fois de plus, Démade, de loin le plus influent à la Pnyx en ces années, fut l'inspirateur de cette politique, qui n'avait pas pour objectif premier de plaire au vainqueur macédonien, mais pour souci essentiel de défendre pied à pied les intérêts d'Athènes. Tout porte à croire que Démade. même après la capitulation, ne désespérait pas de retrouver pour sa cité, à plus ou moins longue échéance, son antique indépendance.

Les dernières tentatives de Démade et sa mort

  • 35 Plut., Phocion, 1.1 (Moi : 803 a). Voir également un apophtegme de la même eau, comparant Athènes (...)

19Démade ne se contenta pas de gérer ce qui pouvait l'être, “d'administrer les débris du naufrage de la cité”, comme l'une des paroles qu'il aurait prononcée le laisse entendre, et qui pourrait bien s'adapter à la situation d'Athènes après 32235. Il se lança dans des combinaisons diplomatiques complexes, qui furent directement la cause de sa mort. Quatre textes rappellent sa lin.

  • 36 Pour le texte et l'interprétation de cette phrase, cf. supra, n. 10 p. 116-117.

“En Macédoine, l'état de santé d'Antipater empira et son grand âge contribuait à sa lin prochaine. C'est alors que les Athéniens envoyèrent en ambassade auprès d'Antipater Démade, qui administrait la cité dans un sens favorable aux Macédoniens. Les Athéniens réclamaient d'Antipater, comme il s'y était engagé à l'origine, le retrait de la garnison de Munychie36. (2) Antipater était au début convenablement disposé à l'égard de Démade. Mais par la suite, après la mort de Perdiccas, on découvrit dans la correspondance royale (ὲν τοῖς βασιλικοῖς γράμμασιν) des lettres dans lesquelles Démade encourageait celui-ci à passer au plus vite en Europe pour attaquer Antipater. Ce dernier devint alors hostile à Démade et garda sa haine cachée. (3) C'est pourquoi, quand Démade eut réclamé, conformément aux instructions du peuple, l’exécution de cette promesse en lançant trop franchement des menaces à propos de la garnison, Antipater, sans donner de réponse, livra au bourreau Démade et son fils Déméas, membre lui aussi de l’ambassade. (4) Ils furent donc emmenés dans une sorte de masure et mis à mort pour les raisons annoncées”. Diod. 18.48.

“Quant à Démade, il ne jouit pas longtemps de son odieuse renommée. La Justice qui vengeait Démosthène l’amena chez les Macédoniens, dont il était le flatteur éhonté, pour périr à bon droit de leurs mains. Déjà peu estimé auprès d’eux auparavant, il tomba alors sous le coup d’une accusation irréfutable. (5) Une lettre de lui fut surprise, dans laquelle il pressait Perdiccas d’attaquer la Macédoine et de sauver les Grecs qui. disait-il, n’y étaient rattachés que par un vieux fil tout rongé (ώς ἀπò σαπροῦ καὶ παλαιοῦ στήμονος), désignant ainsi Antipater. (6) Dinarque de Corinthe l’accusa de ce fait et Cassandre, exaspéré, égorgea le fils de Démade dans les bras de son père, puis il le lit tuer lui-même. Cette extrême infortune apprit à Démade que les traîtres se vendent eux-mêmes les premiers, ce dont Démosthène l’avait souvent averti sans parvenir à le convaincre”. Plut., Démosthène, 3 1.4-6.

  • 37 La confusion de Plutarque est ici manifeste : c’est Perdiccas et non Antigone le destinataire de l (...)

“Les Athéniens importunaient Phocion pour qu’il persuadât Antipater de retirer la garnison mais, soit qu’il ne pensait pas le convaincre, soit plutôt qu’il vit le peuple devenu sage et de conduite obéissante sous l’emprise de la peur, il différait toujours l’ambassade, persuadant toutefois Antipater de ne pas exiger le versement de l’indemnité de guerre, mais d’attendre et d’accorder quelque délai. Alors, les Athéniens firent appel à Démade. Celui-ci accepta volontiers l’ambassade et partit avec son fils pour la Macédoine sous l’influence de quelque daimôn à un moment où Antipater était déjà malade et où Cassandre, maintenant détenteur du pouvoir, avait découvert une lettre de Démade à Antigone37 en Asie, l’appelant à venir se montrer en Grèce et à la Macédoine qui ne tenaient plus qu’à un vieux fil tout rongé (ἐκ παλαιοῦ καὶ σαπροῦ στήμονος) – il désignait ironiquement par là Antipater. Dès que Cassandre vit Démade, il le lit appréhender puis, ordonnant à son fils d’avancer le premier, il l’égorgea, de sorte que le sang couvrit les vêtements du père, puis il mit à mort ce dernier après lui avoir reproché son infidélité (ἀχαριστία) et sa trahison (προδοσία) et l’avoir couvert d’insultes et d’outrages”. Plut., Phocion, 30.8-10.

“(Arrien) rapporte que. peu de temps après. Démade fut amené en Macédoine par Cassandre et égorgé, après qu’on eût tué son enfant dans ses bras. Cassandre alléguait que Démade avait insulté son père en écrivant à Perdiccas de sauver les Grecs attachés à un vieux fil tout rongé (άπò σαπροῦ καί παλαιοῦ στήμονος), termes par lesquels Démade se moquait d’Antipater. Dinarque de Corinthe était son accusateur. Démade subit le châtiment de sa vénalité (δωροδοκία), de sa traîtrise (προδοσία) et de sa constante mauvaise foi (ἀπιστία)”. Photios 2.70 a.

  • 38 Même anecdote de la phrase de Démade représentant Antipater comme un vieux fil rongé, rappel du no (...)
  • 39 On peut même ajouter une autre version, moins crédible encore, transmise par la Sonda dans le dern (...)

20On devine encore une fois, à la lecture de ces quatre passages, l’existence de traditions assez différentes sur la mort de Démade, celle véhiculée par Diodore ayant une portée “historique” plus poussée, alors que celle d’Arrien, transmise par Photios et dont on voit avec clarté qu’elle reproduit la même source que celle de Plutarque38, est affublée d’une mise en scène mélodramatique et affectée de surcroît d’une dimension moralisante39. Et, une fois de plus, il faut bien avouer que la description proposée par Diodore paraît très supérieure aux versions offertes par Plutarque et Arrien.

  • 40 Démade proposa encore un décret la dixième prytanie de l'archontat de Neaichmos (320/319). Son amb (...)
  • 41 On rapprochera la mise en scène de cette vengeance et le souvenir, conservé par Photios, du sort d (...)
  • 42 Contra. Dreyer 1999a, 184 n. 288, qui accepte la version donnée ici par Plutarque (mais ne discute (...)

21Diodore est en effet le seul à donner une explication admissible de l'ambassade décidée par les Athéniens en 31940 : Démade, qui la dirigeait, allait à Pella demander le retrait de la garnison macédonienne installée à Munychie depuis 322, et dont on apprend a cette occasion qu'elle devait n'être que temporaire. Les explications données par Plutarque sont par trop moralisatrices et se contredisent dans les deux versions qu'il décline. Dans la Vie de Démosthène, il ne fait nulle allusion à une décision du peuple d'adresser une ambassade à Antipater, et ce serait la Justice qui aurait amené Démade à se jeter ainsi dans la gueule du loup afin de venger la mort de Démosthène dont il était responsable, explication certes pittoresque, mais insuffisante41. Quant a Arrien, il montre Cassandre l'amenant de force en Macédoine pour y être exécuté. Ces deux récits ne résistent pas à l'analyse, et, à tout prendre, le scénario que propose Plutarque dans la Vie de Phocion, différent du précédent, se rapproche à la fois de Diodore et de ce que l'on devine être la vérité. Il parle de l'envoi par le peuple de Démade auprès du régent, même s'il reprend encore l'idée d’un daimôn guidant ses pas vers la Macédoine et son destin. En fait, il faut à nouveau dire que seule la narration de Diodore fournit une trame cohérente des événements, conforme aux usages institutionnels athéniens, que l'on peut ainsi reconstituer et dans lesquels il n'est ni indispensable ni légitime île faire intervenir le moins du monde Phocion42. Les Athéniens, après une délibération, envoyèrent une ambassade menée par Démade – car c'était lui le plus influent a l'ecclèsia – pour demander l'application de l'accord de 322 stipulant le caractère provisoire de la garnison installée au Pirée, ce qui permet au passage d'infirmer l'idée d'une Athènes, privée par l'exil ou l'atimie de fait de milliers de citoyens, soumise par conséquent à la botte d’une poignée d'oligarques pro-macédoniens : la cité restait dans son esprit démocratique. Mais on comprend bien que Plutarque n'ait pas transmis cette information d'un Démade partant en Macédoine demander le retrait des troupes macédoniennes car, et c'est le moins que l'on puisse dire, pareille attitude ne correspondait en rien à son comportement politique – dans la vision faussée, bien sûr, qu’il en avait.

  • 43 Bien connue des sources littéraires comme en témoignent les deux allusions de Plutarque, et épisod (...)

22Les sources s'accordent néanmoins pour dire que le refus macédonien de retirer la garnison ne fut pas la raison majeure de l'échec de Démade, puisque, avec une belle unanimité, et quoiqu’avec des nuances, elles évoquent une lettre adressée quelque temps plus tôt à Perdiccas. Plutarque (et Arrien) ajoute, comme on pouvait s'y attendre, une phrase “mémorable” de Démade, qui, dans sa lettre, aurait comparé Antipater à un vieux fil rongé. On n’a guère de moyens de vérifier la véracité d'un tel propos, et de toutes les façons, ce n’est pas très important : Diodore, notre source la plus fiable sur ces événements, n'y fait en tout cas aucune allusion43. Ce qui est sûr et essentiel, c'est qu'une lettre écrite par Démade à Perdiccas parvint dans les mains d'Antipater et de son fils Cassandre.

  • 44 Williams 1982, 135 n. 359, 182 et 1989. 19-20, parle d'un acte politique intelligent, venu d'un ho (...)
  • 45 Sur ces approches diplomatiques, cf. Bengtson 1964, I. 73-74 ; Briant 1973, 201 n. 3. La thèse sel (...)
  • 46 L’année de la mort de Perdiccas et de la conférence de Triparadeisos est l'une des croix de la chr (...)
  • 47 Diod. 18.18.4. Will 1979, 22-24.
  • 48 Habicht 2000, 65.
  • 49 Williams 1989, 27.
  • 50 Remarque de Ferguson 191 1. 27.

23Si la teneur de la lettre n’est pas livrée avec exactitude (en dehors de la métaphore transmise par Plutarque et Arrien), on peut supposer que Démade tenta de jouer, très vite après la fin de la guerre lamiaque, des dissensions naissantes entre les successeurs d'Alexandre. Sans doute avait-il deviné ou pressenti avant bien d'autres les luttes qui allaient s'engager, et nous avons là un lait tendant à prouver son intelligence politique44. En même temps donc qu'il maintenait avec le régent Antipater des rapports apparemment amicaux, il avait des contacts au moins écrits avec Perdiccas et peut-être dirigea-t-il une ambassade officielle auprès de lui45. Ce dernier étant mort en 32046, on ne voit guère que la question de Samos susceptible à la fois d'être du ressort de Perdiccas et d'intéresser au plus haut point un dirigeant athénien. On se souvient en effet qu'après la soumission de 322, Antipater avait affirmé que le sort de Samos serait décidé par les rois, c’est-à-dire, en pratique par Perdiccas, puisque ce dernier avait été désigné tuteur de Philippe Arrhidée et de l'enfant d'Alexandre et Roxane par le règlement de Babylone47. Que Démade, pour parvenir à ses fins, ait cherché, dans les mois qui suivirent la défaite, à convaincre en vain Perdiccas de laisser Samos à Athènes est une certitude. Mais ce que les textes de Diodore, Plutarque et Arrien laissent entendre va plus loin : Démade aurait, en son temps, cherché à attiser la querelle entre les deux hommes et laissé entendre à Perdiccas qu'il aurait le soutien d'Athènes dans le cas d'un conflit direct avec Antipater. On ne peut en dire davantage, mais le calcul n'était pas forcément mauvais. C'était en fait un pari, celui de la victoire d'un homme plus préoccupé de desseins asiatiques que d’affaires grecques et dont la victoire aurait fait un maître beaucoup plus accommodant, en tous cas plus lointain, qu'un régent de Macédoine toujours inspiré par une politique de domination sur la Grèce héritée de Philippe. En ce sens, le succès de Perdiccas aurait sans doute permis le retour à une démocratie authentique et une autonomie plus grande, mais sa mort détruisit ce bel édifice et la découverte du double jeu de Démade détermina son élimination48. On peut adhérer à la réflexion de J. Williams, pour qui Démade “pursued recovery of autonomy for Athens through diplomacy so hazardous that it led to bis death”49. Sans doute avait-il aussi surestimé son influence personnelle sur un homme qu’il connaissait depuis presque vingt ans (rappelons qu’il avait peut-être proposé un décret en son honneur en 337) et sa capacité à convaincre50, mal apprécié aussi la situation militaire et diplomatique du temps-bien floue, il est vrai, et tout à fait nouvelle. Démade avait réagi d’après les habitudes diplomatiques traditionnelles, mais, au-delà de l’exécution d’un homme en qui ils n’avaient plus confiance, ni Antipater ni Cassandre ne pouvaient à ce moment envisager l’abandon de la garnison du Pirée, moins par l’avantage stratégique qu’elle représentait (et qui n’était déjà pas mince) que par le risque de voir s’établir en Grèce propre, chasse gardée du régent, un pouvoir hostile à Pella. Les événements postérieurs allaient donner raison à cette attitude puisque c’est la résistance de la garnison de Munychie qui permit, in fine, à Cassandre de s'imposer à Athènes.

24On doit donc interpréter la mort de Démade comme l'élimination d'un Athénien décidément pas assez “pro-macédonien”, en tout cas trop peu sûr pour le pouvoir de Pella, que ce soit un Antipater déclinant ou un Cassandre aux dents longues qui ait pris la responsabilité de se débarrasser de lui. Ses négociations avancées avec Perdiccas mises au jour montraient à quel point il était – je préciserais : il était resté – un opposant à la cause macédonienne, lui qui avait été accepté en 322 précisément pour sa fidélité supposée. Un autre élément joua en cette occasion. En faisant disparaître Démade venu réclamer, au nom de ses concitoyens, le départ de la garnison de Munychie, en bafouant, et avec quelle insolence, la loi non-écrite qui protégeait traditionnellement les ambassadeurs de toute violence physique, la Macédoine coupait court à toute réitération de cette demande et à toute velléité d’indépendance ou d'autonomie athénienne. Elle entendait signifier que les temps où, même diminuée, la cité pouvait encore négocier, étaient révolus, que les formes diplomatiques jusqu'alors en usage n'avaient plus lieu d'être. Or. ces temps avaient coïncidé avec la toute puissance de Démade à l'assemblée et, à ce titre, sa disparition était plus qu'un symbole.

  • 51 Cloché 1923, 184-186. Sa mort est traitée d'ailleurs avec grande désinvolture et sur un mode badin (...)
  • 52 Gehrke 1976. 102.

25Cette mort, au service de la cité et de sa liberté, aurait pu servir sa cause posthume, le mettre au rang des martyrs de la démocratie ou à tout le moins, le laver de certaines accusations de trahison. Il n’en a rien été. Plutarque a mis en scène une extravagante vengeance post mortem de Démosthène, et les tractations de Démade a l'adresse de Perdiccas ont au contraire accentué l'aspect opportuniste d’un personnage que le Béotien n'a cessé de décrire comme fourbe. Et les historiens modernes lui ont trop souvent emboîté le pas : lamentable fin, en quelque sorte, pour un politicien misérable. Chez P. Cloché, par exemple, la responsabilité que Démade prenait en allant demander au nom du peuple le retrait de la garnison, devient un simple moyen de se pousser un peu plus en avant et de substituer la domination de Perdiccas à celle d'Antipater et de Cassandre, et la plume de W. W. Tarn ne fait que recopier la conclusion de Plutarque51. Plus nuancée, l'analyse de H. J. Gehrke, selon lequel Démade fut exécuté parce qu'il était un facteur d'incertitude, si elle ne reprend pas l'outrance des précédents commentateurs, postule néanmoins une position politique torse et imprévisible de Démade, ce qui ne me semble pas le moins du monde évident52.

  • 53 Marzi 1991.78.
  • 54 Diod. 18.48.3 : κατὰ τὰς ὺπò τοῦ δήμου δεδομένας ἐντολάς. Cette tradition se retrouve chez Plut., (...)
  • 55 L'oligarque croqué par Théophraste, Caractères. 26. montre que de telles tendances existaient.
  • 56 Ferguson 191 1, 28. C'étaient pourtant ces mêmes citoyens de plein droit qui avaient voté le princ (...)
  • 57 Wilhelm 1908, 90 ; Treves, 1958, 357 ; de Sanctis 1966, 252 ; Bearzot 1985, 204 ; Williams 1989, 2 (...)
  • 58 Philippe : Phocion. 17.6 ; Alexandre : 17.9-10 ; Antipater : 26.6 ; Ményllos : 28.1 ; Nicanor : 31 (...)

26Un certain nombre de chercheurs ont souligné qu'il pouvait y avoir, dans l'affaire, des connivences à Athènes même. Pour M. Marzi, qui reprend une partie de l'argumentation de P. Cloché, son ambassade était destinée à retrouver du crédit auprès des démocrates et ne pouvait donc que rencontrer l'hostilité des philomacédoniens, qui saisirent l'occasion de se débarrasser de lui : l'initiative viendrait donc d'Athènes53. Cette explication me parait faussée en ce qu'elle postule les opinions non démocratiques de Démade, ce qui n'est pas du tout assuré, même en un temps de démocratie censitaire, et en ce qu'elle sous-entend une démarche à la fois personnelle et hypocrite. Or, faut-il le rappeler, Démade ne part pas en ambassade de son propre chef, mû par une quelconque volonté de retrouver une confiance amoindrie, mais mandaté par le peuple dont il n'est que le porte-parole54 car c’est ainsi que fonctionne une cité, et les modifications institutionnelles de 322 n'y ont rien changé. Par contre, l’existence à Athènes d'une politique ouvertement favorable à la Macédoine, doit désormais correspondre à un fond de vérité : nul doute qu'après 322, les tendances oligarchiques de certains cercles athéniens55 prirent peu à peu le dessus, et une alliance avec les Macédoniens, sans les arrières-pensées d'indépendance d'un Démade, représentait leur ligne de conduite. W.S. Ferguson pensait que les bénéficiaires de la citoyenneté au titre des réformes imposées en 322 avaient plus à perdre qu'à gagner d’un retrait de la garnison de Munychie56 et il désignait alors les responsables de l'exécution de Démade, Phocion et son entourage. Cette accusation, qui remonte à A. Wilhelm, relayée par d'autres historiens modernes57, repose, outre sur des motifs de vraisemblance (c'est Phocion qui prend le pouvoir en 319 après l’exécution de Démade), sur un fait assez troublant : Plutarque indique en effet que Dinarque de Corinthe, l'accusateur de Démade lors de la dernière ambassade, était l'ami de Phocion. Faut-il voir là un début de preuve de la culpabilité de Phocion dans l'affaire ? On ne saurait bien sûr trancher, et tout au plus peut-on mettre en avant certaines coïncidences. Ce qui est certain, c'est que, si l'on en croit les sources littéraires, Phocion cultivait des amitiés personnelles avec les Macédoniens les plus influents. Selon Plutarque, il fut l’ami personnel de Philippe, Alexandre. Antipater et des deux commandants de la garnison macédonienne du Pirée, Ményllos, puis Nicanor58, ce qui fait tout de même beaucoup et ces liaisons dangereuses, surtout les deux dernières parce qu’elles interféraient directement dans la vie de la cité, expliquent son exécution lors du retour fugace de la démocratie en 318-317. Mais aucune source ne nous parle alors d’une vengeance posthume de Démade...

  • 59 Plut., Phocion, 38.1. Trille 1991,4293.
  • 60 Le moins que l’on puisse dire est qu’il est parvenu à ses fins comme le prouvent les deux récentes (...)
  • 61 Deux fragments conservés par Plutarque (Phocion. 4.3-4 ; 17.9-10) “offrono un rittrato idealizzato (...)
  • 62 Landucci-Gattinoni 1997, 116-117. Le mot “traditore” est peut-être excessif dans la mesure où, dep (...)

27On peut à présent analyser l’origine de l’extraordinaire et décidément imméritée destinée posthume de Phocion. La démocratie retrouvée ne tint pas longtemps et Cassandre imposa dès 317 à Athènes une domination qu’il exerça au travers de Démétrios de Phalère. Or, ce dernier, ancien ami et allié de Phocion, avait été condamné comme lui à mort quelque temps auparavant, mais il était parvenu à s’enfuir. Son retour, dans les bagages du régent de Macédoine, s’accompagna en toute logique de la réhabilitation de Phocion. Plutarque affirme que les Athéniens se repentirent de sa mort et décidèrent de lui élever une statue de bronze59, interprétation tendant à faire croire que la démocratie athénienne avait donné là un nouvel exemple d’inconstance, mais on ne saurait être d’une naïveté excessive : il est plus que probable que ce ne fut pas le même dèmos qui condamna et réhabilita Phocion. En faisant voter de tels honneurs par une assemblée désormais à lui dévouée, Démétrios de Phalère organisa les fondements de sa politique et inventa, autant par idéologie que pour ses intérêts immédiats personnels, le personnage de Phocion tel qu’il apparaît dans les sources, à savoir général courageux, politique inflexible et philosophe vertueux60. Les dix années de son gouvernement dressèrent le cadre de l’hagiographie naissante ; ses fonctions postérieures à Alexandrie, après son éviction d’Athènes, lui donnèrent toute latitude pour en préciser les contours. L’idéalisation de Phocion fut donc fort précoce dans les milieux philosophiques pro-macédoniens et un auteur tel que Douris de Samos, lui aussi élève de Théophraste, en fut un autre zélé propagandiste61. Et c’est ainsi, pour reprendre les mots de F. Landucci-Gattinoni, qu’une certaine tradition historiographique a transformé un traître à la démocratie athénienne en martyr de la liberté62.

  • 63 Pour une adhésion sans partage à cette vision, cf. Treves 1933a. 143-193 ; Glotz 1936, 452-453.
  • 64 La proposition de ce décret a été conservée par [Plut.]. Vit. X Orat. 850 f-851 c. Il prévoit l'ér (...)
  • 65 Comme veut le croire Cloché 1937, 305. Marasco 1984, 77-78, insiste à plus juste titre sur sa fidé (...)
  • 66 Tracy 2000b. 232, accepte également la thèse de la captation de l’héritage de Lycurgue et de Démos (...)
  • 67 Pol. 12.13-14 ; Cicéron, Brutus, 286.

28A l'inverse, et quels que fussent les services que Démade avait rendus à la cité, la condamnation de Démosthène et d'Hypéride, dont il prit la responsabilité devant l'assemblée et la postérité, devint déterminante dès lors que la démocratie fut restaurée en 307. L'atmosphère euphorique qui régna à nouveau dans les années 280, l'arrivée au premier plan du neveu de Démosthène, Démocharès, allaient dresser pour jamais l'image démocratique du martyr à la cause de la liberté d'Athènes – et de la Liberté tout court – en donnant un visage et un nom à la démocratie athénienne63. Que Démocharès, en faisant voter par l'Assemblée un décret honorifique posthume en faveur de Démosthène64, n'ait pas seulement désiré perpétuer le souvenir de son glorieux parent65 mais ait voulu par ce biais renforcer sa position personnelle dans la cité66 et façonner pour les besoins de sa cause la statue du Commandeur, inventé un homme “qui a dit non”, et gommé pour cela les aspérités du personnage en négligeant d'évoquer ses hésitations après Chéronée et son implication dans l'affaire d'Harpale, tout cela est assez évident. Cicéron, qui pouvait de son temps encore lire Démoeharès, soulignait la portée plus rhétorique qu'historique de ses œuvres67. Mais, si l'on veut à présent revenir à Démade, on comprend que Démocharès, en idéalisant la figure de son oncle, se chargeait de détruire celle de son bourreau.

Notes

1 La source sur les opérations navales de la guerre lumiaque est essentiellement Diod. 18.9-13. Trois inscriptions athéniennes y font des allusions : IG, II2, 398, 493.1. 19-21.505. L'étude de ce groupe de textes permet d'y voir un peu plus clair dans la chronologie. Il y eut en réalité trois engagements entre la flotte macédonienne commandée par Cleitos et celle d'Athènes commandée par Euétion, le premier au large du cap Kenaion, l'extrémité occidentale de l'Eubée qui ferme le golfe de Lamia, un second dans l'Hellespont où la flotte athénienne tenta sans succès d'empêcher le passage d'une armée de secours à Antipater, le troisième enfin au large d'Amorgos (Ashton 1977 : Morrison 1987 ; Schmitt 1992, 130-142 ; Morrison-Coates 1996, 13-19).

2 Voir ainsi Gehrke 1976, 87-89. Contrairement à ce que croit Bearzot 1985, 183, je ne pense pas que Gehrke dramatise la situation.

3 Bearzot 1985, 41-42.

4 Williams 1989, 25-26. Néanmoins, l’idée d'une position prééminente de Phocion parmi les ambassadeurs athéniens, qui suit à la lettre les propos de Plutarque, est fort répandue dans lhistoriographie : par exemple, tout récemment. Harris 2000, 489. De son côté, Lehmann 1997, 83 n. 106, évoquant les lacunes de Lycurgue dans le domaine de la politique extérieure, considère que celle-ci avait été exercée par Démosthène (“dass in diesen Jahren der Kernbereich des ‘Ressorts’ der Aussen – und Sicherheitspolitik Athens fest in der Hand des Demosthenes lag”) et cela jusqu'au tournant (“Wende”) de l'affaire d’Harpale. Il s'appuie avant tout sur l'existence des deux discours de Dinarque et d’Hypéride prononcés contre Démosthène à cette occasion. Mais cet argument est aisément réversible : si ces deux discours ont été conservés par des bibliothécaires scrupuleux, n'est-ce pas plutôt parce qu'ils concernaient Démosthène et non parce que celui-ci jouait alors un rôle primordial dans les affaires de la cité ? Au contraire, le nombre et l'importance des ambassades menées par Démade auprès des Macédoniens en 338, 336 et 335, la place majeure que les sources lui accordent dans la révolte d'Agis en 331, dans l'acceptation de la nature divine d'Alexandre en 324, sans compter ses interventions diverses à Orôpos, à Delphes, à Délos, toutes choses que nous examinerons par ailleurs, impliquent que, s'il fallait désigner un homme capable d'illustrer une politique extérieure d'Athènes en ces années 338-324, ce serait Démade et non Démosthène qu'il faudrait choisir. Sans doute Lehmann est-il trop sensible au mythe démosthénien et à la pénombre qui recouvre la carrière de Démade.

5 On pourrait même jusqu'à dire “politique d’équilibriste”. On aura néanmoins compris, en tout cas, que je refuse pour Démade le qualificatif de “modéré” qui est parfois appliqué à toute une frange des hommes politiques athéniens du ive siècle.

6 Il semble bien qu'il y ait eu deux ambassades, la première pour entendre les exigences d'Antipater, la seconde, après acceptation du peuple, pour se soumettre aux conditions du vainqueur (Cloché 1923, 164-173 : Williams 1989, 24-25). On ne peut pas dire qu'il y eut négociation au sens strict du terme car la situation ne s'y prêtait guère pour les Athéniens.

7 Cornélius Népos. Phocion, 2.1.

8 Staatsverträge, III. no 415. Diod. 18.4-5 : Plut.. Phocion. 27.2. Cf. Gehrke 1976, 89-90 ; Williams 1982, 106-112 : Habicht 2000, 59-61.

9 Les derniers soubresauts de la présence athénienne à Samos posent des problèmes de chronologie. Toute la question tourne autour de l'inscription publiée par Habicht 1957, no I, 156-164 (Choix, 8 ; Bielman 1994, no 7), décret honorifique en l'honneur du Chalcidien Antiléon (de nouveaux fragments publiés par Hallof 1998 permettent de savoir qu’Antiléon fut honoré en même temps que son fils : Bull.ép. 1999. 425). Le Chalcidien est intervenu dans une affaire obscure : des Samicns exilés, installés sur le continent à Anaia (depuis 324 ? avant ?), tentèrent de rentrer de force dans leur patrie d'origine, appliquant ainsi par eux-mêmes le rescrit royal. Ils en furent empêchés par le stratège athénien en poste à Samos. qui les captura et qui les envoya à Athènes où ils furent condamnés à mort. Ce décret rappelle des événements qui se sont déroulés entre 324 et 321, date du retour définitif des Samiens exilés et de leurs descendants. Bielman 1994, 24-31, reprend toutes les hypothèses de chronologie proposées par les différents savants (Habicht 1957 et 1972 ; Errington 1975 ; Rosen 1978) et conclut, avec bonheur me semble-t-il, que les Samiens tentèrent leur coup de force durant l'été 322, alors que l'âme de la guerre lamiaque avait changé de camp, et que le Chalcidien obtint la libération des prisonniers juste après la défaite athénienne de Crannon.

10 Ce renseignement est fourni par Diodore de Sicile (18.48.1) à l'occasion de la mort de Démade trois ans plus tard : “Les Athéniens réclamaient d'Antipater, comme il s'y était engagé à l'origine, le retrait de la garnison de Munychie” (Ἀθηναῖοι [...] άξιοῦντες τòν Ἀντίπατρον, καθάπερ ἦν ἐξ ἀρχῆς ώμολογηκώς, ἐξαγαγεῖν τὴν φρουρὰν ἐκ τῆς Μουνυχίας). La traduction de ce même passage par Goukowski 1978, 67 : “Ils priaient Antipater de retirer la garnison de Munychie comme il s'y était engagé à l'origine”, donne selon moi une interprétation trop inspirée par un réflexe hostile à Démade. Diodore ne dit pas des Athéniens qu'ils “priaient Antipater” : traduire άξιοῦντες par “prier” interprète la démarche de l'ambassade comme une action de suppliant, alors que le sens normal est “croire juste”, d'où “demander, réclamer”, sans qu'y soit associée la moindre notion d'humilité. De son côté, le participe ὠμολoγηκώς évoque une notion d'accord entre des parties. Que Démade ait été envoyé auprès d'Antipater en 319 pour demander l'application pratique de cette clause de la paix de 322 est en outre un argument supplémentaire pour penser qu'il en avait été le négociateur. Pour le texte dans son intégralité, cf. infra, p. 123-124.

11 “Dolchstoß-Version” : l’expression est de Lehmann 1997, 83.

12 A un point tel que Williams 1989, 25 n. 34, se demande si Pausanias ne confond pas ici Démade et Callimédon, que Plutarque (Phocion, 27, 4-5) présente comme l'un de ceux qui convainquirent Antipater d’installer ladite garnison. Cette analyse est possible mais l'éventuelle confusion de Pausanias provient peut-être plus simplement de la dégradation absolue de l'image de Démade dans les sources dont il disposait.

13 Cloché 1923, 170 : 1924, 5.

14 Le renseignement est livré par [Plut.], Vit. X Oral. 847 d. mais Démocharès devait alors être très jeune, à peine plus de vingt-cinq ans (cf. Tracy 2000b, 228). Il n'est pas impossible qu’il ait voulu, après 307, accréditer l'idée de son opposition de toujours à la Macédoine.

15 Démosthène se suicida à Calaurie, Hypéride. rattrapé et torturé, fut exécuté : Plut. Démosthène. 28-30 ; Phocion, 29.1. Pour Treves 1958, 345, l'exécution des orateurs s’est faite “cou la esplicita connivenza e la preventiva autorizzazione di Demade”, formulation plutôt exagérée, qui tend à faire de Démade le maître d'œuvre de la condamnation – exigée par le Macédonien, faut-il le rappeler.

16 Plut. Démosthène, 31.4.

17 Tracy 1995, 20. Williams 1989, 25, voit dans la proposition de Démade la réponse inéluctable aux événements (“Demades acted responsibly if not courageously in bowing to necessity”) et rapproche son mot fameux qu'il méritait d'être pardonné “parce qu'il gouvernait les débris du naufrage de la cité” (Plut., Phocion, 1.1 = Mor : 803 a : de Falco frag. xvii). de cet épisode dramatique.

18 Plutarque (Phocion. 27.5) parle d'une “constitution ancestrale fondée sur le cens” (τὴν πάτριον ἀπò τιμήματος πολιτείαν) tout comme Diodore (18.18.4 : ἀπò τιμήσεως), qui ne la qualifie toutefois pas d“'ancestrale”. L’adjectif πάτριος a bien entendu fonction, pour les partisans de ce régime, de le rattacher à une hypothétique période ancienne et glorieuse de l’histoire de la cité. Avec justesse. G. de Sanctis préfère parler de “costituzione timocratica” (1966, 249 : cf. encore Gehrke 1976, 90-97 : Habicht 2000. 63-66). Sur les caractères techniques de ce passage à un nouveau régime et sur des éventuelles influences aristotéliciennes, cf. Poddighe 1997. On comprend néanmoins qu’après la restauration démocratique de 318. le régime né de la défaite ait été qualifié d'oligarchie (IG, II2. 448, 1. 59 : ἐν τῆι ὀλιγαρχίαι). Si l'on s'écartait de la vérité institutionnelle, on se rapprochait davantage de la manière dont les Athéniens ressentirent les événements. Le caractère pro-macédonien du régime avait d'ailleurs crû depuis la mort de Démade, moins par le fait que c'était le seul Phocion – accordons-le lui enfin – qui était au pouvoir, que parce que la cité ne pouvait désormais plus espérer le départ de la garnison de Munychie, expression la plus visible de cette domination. De manière similaire, en 287, les Athéniens appelèrent encore “oligarchie” le régime qui se mit en place après le retour de Démétrios Poliorcète en 295 : Shear 1978. 1. 79-83 (décret pour Callias de Sphettos) ; [Plut.], Vit. X Orat. 851 f. Cf. Habicht 2000, 106.

19 Plut., Phocion. 32.7 (cl. Gehrke 1976, 97 n. 58). Sans doute influencé par Plutarque, Lehmann 1997, 26 n. 21, parle de Démade “als ‘zweiten Mann’ eines promakedonischcn ‘Satelliten-Regimes’”. “SatellitenRegime” est une expression acceptable. Voir par contre en Démade le second d'une cité où Phocion, qui n’est pas nommé dans la phrase, mais dont le rôle est implicite, serait au premier rang, me semble être une révérence excessive aux thèses de Plutarque, dont je me suis efforcé de montrer les errements. Même position de Dreyer 1999a. 184. qui intitule son chapitre “die Regierung des Phokion”, et ajoute : “Phokion, der gegenüber Demades eindeutig die erste Stelle, im Staat nach der Kapitulation von 322 einnahm” (cf. infra, n. 42 p. 125). Le silence épigraphique sur l'activité éventuelle de Phocion est d'ailleurs éloquent : aucun texte n'y fait la moindre allusion. De Sanctis (1966, 251) avance comme cause de cette absence la possible destruction des stèles lors du retour de la démocratie. On comprend mal pourquoi, dans ces conditions, les textes mentionnant Démade auraient subsisté.

20 Diod. 18.48.1, accepté par Williams 1982. 117-118.

21 Plut., Phocion, 27.7-8.

22 Plut.. Phocion. 30.8. Lehmann 1997. 26 n. 21.

23 Dreyer 1999a, 185 n. 296 : “Die Gruppe der Opportunisten um Demades [...], die Gruppe der Technokraten im engsten Bereich um Phokion”.

24 IG. II2. 394. 1.3-4. Williams 1989. 26 : Tracy 1995. 18 et 2000, 322 ; Lehmann 1997. 25-27 ; Dreyer 1999a. 185. L’apparition énigmatique de l'anagrapheus en lieu et place du grammateus a parfois été considérée comme le signe de la transformation institutionnelle qui aurait eu lieu alors. Cependant, si Diodore affirme que, lors de la restauration démocratique, tous les magistrats furent alors démis de leurs fonctions, on sait que l'anugrapheus subsiste jusqu'à la fin de l'année civile : Dow 1963. 38-54 ; Williams 1984. 301 n. 4. La Boulé de 322/1 ne fut pas davantage dissoute (IG. II2. 371,373) : de Sanctis. 1966, 251 n. 1.

25 Lehmann 1997, 31.

26 Nombre d'Athéniens rejetés de la politeia. 12 000 d'après Plut., Démosthène. 28.7, lurent installés en Thraee. L'hypothèse, développée par Jaschinski 1981, 135-136, selon lequel la plupart des Athéniens de Samos seraient restés dans l'île en dépit de la perte de leurs droits civiques et de la confiscation de leurs biens, si elle est possible dans certains cas, ne saurait faire figure de généralisation.

27 Pollux. 8.11. Ferguson 1911.22-24.

28 Δημάδης, 414 : οὗτος κατέλυσε τὰ δικαστήρια καί τοὺς ρητορικοὺς αγῶνας. Le décret proposé par Lachès pour son père Démocharès, le neveu de Démosthène, précise que l'honoranus s'est toujours montré digne de la démocratie, et a. entre autres bienfaits, assuré la protection des tribunaux (δικαστήρια : [Plut.], Vit. X Oral. 851 f), intimement liés, on le voit, à l'idée de démocratie.

29 IG, II2, 383b (+ Add. p. 660) = SEG, 21. 1965, 305.

30 Meritt 1944, 234-241 no 6 (SEG, 21, 1965, 306 ; Agora, xvi. 100). Tataki 1998. 166, conserve le point d'interrogation qui semble superflu, saut à voir dans Φιλ[---] le papponyme de Nicostratos, ce qui est peu probable d'après l'ordonnancement du décret.

31 Agora, xvi. 151 : “The nature of Nikostratos’ services cannot be determined. Lines 12 and 15-16 suggest sonie conspiraey against athenian interests which had perhaps been frustated by Nikostratos' good offices, of which the Athenian peuple are properly appreciate (1. 19-20)”.

32 IG, II2. 398a (Bielman 1994, no 9 ; Veligianni-Terzi 1997, no 167). Cf. IG, II2, 399 (Bielman 1994, no 6). Walbank 1990, 444 et n. 37, a proposé de rattacher à ce fragment IG, II2, 438 et 612, mais n’indique pas la disposition des trois fragments. Lehmann 1997, 26 n. 21, parle à cette occasion d’un “bemerkenswert patriotisehe Geste”, mais il ajoute “zumindest für Demades”, ce qui. à mon sens, était sans doute de trop.

33 Bielman 1994, 43 : “Une objection subsiste : Démade [...] est un politicien connu pour ses sympathies pro-macédoniennes. Pourquoi aurait-il appelé aux honneurs un homme qui avait soutenu la révolte antimacédonienne d’Athènes durant la guerre lamiaque ? [...] La réponse pourrait résider dans les arcanes de la politique athénienne au lendemain de la guerre lamiaque. Démade – opportuniste, comme à son habitude – paraît alors désireux de s'attirer la sympathie des milieux patriotes, financièrement peu favorisés sous le régime censitaire imposé par la Macédoine”. Cette légende d'un Démade converti de fraîche date à la démocratie, cherchant à tout prix, et par pur opportunisme, l'alliance avec les “radicaux”, se trouve déjà chez Treves 1958, 348 (qui parle du “neo-radicalismo di Demade”), Lingua 1978. 43 et Marzi 1991, 78 mais, à l'exception du résistible postulat de l'opportunisme et de la fourberie de Démade, on ne voit pas sur quoi elle repose.

34 IG, II2, 545 (à rapprocher de IG, II2, 2406 ; cf. SEG, 21. 1995. 83). Sur l'aide thessalienne aux révoltés de 323/2, Hypéride, Or. fun. 13 ; Diod. 18.9.1.

35 Plut., Phocion, 1.1 (Moi : 803 a). Voir également un apophtegme de la même eau, comparant Athènes abattue à une petite vieille affaiblie (Démétrios, Sur le Style, § 285).

36 Pour le texte et l'interprétation de cette phrase, cf. supra, n. 10 p. 116-117.

37 La confusion de Plutarque est ici manifeste : c’est Perdiccas et non Antigone le destinataire de la lettre de Démade, comme le disent les autres textes, dont le précédent de Plutarque lui-même.

38 Même anecdote de la phrase de Démade représentant Antipater comme un vieux fil rongé, rappel du nom de l’accusateur. Dinarque de Corinthe, et étonnante évocation de Déméas, le fils de Démade, assassiné “dans les bras de son père”, alors qu’il avait dépassé la trentaine.

39 On peut même ajouter une autre version, moins crédible encore, transmise par la Sonda dans le dernier paragraphe très contus (cf. supra, n. 33 p. 49) de la notice qu’il réserve à Démade, indiquant qu’il fut jeté à la mer à Amphipolis (Ghiggia 1999, 160). Il n’y a pas grand-chose à dire de cette tradition.

40 Démade proposa encore un décret la dixième prytanie de l'archontat de Neaichmos (320/319). Son ambassade et son exécution doivent donc dater de l'été 319, et précédèrent de peu la mort d’Antipater. cf. Dinsmoor 1931.27 n. 6.

41 On rapprochera la mise en scène de cette vengeance et le souvenir, conservé par Photios, du sort d'Archias de Thourioi, le chasseur d'exilés pour le compte d'Antipater, qui eut la vie d'Hypcride et Démosthène. Comme il se doit dans ce genre d'histoires moralisatrices, Arehias mourut dans la honte et la misère (2.70 a). Lingua 1978. 44. a émis l'hypothèse d'une influence, dans cet épisode, des Histoires de Démocharès. Mais si son œuvre englobait, comme bien l'on pense, les événements auxquels lut mêlé son oncle, nous n'avons rien conservé qui puisse le confirmer. Marasco 1984, 98-99, dans son étude fouillée sur le personnage, n'en a pas trouvé trace.

42 Contra. Dreyer 1999a, 184 n. 288, qui accepte la version donnée ici par Plutarque (mais ne discute pas le texte de Diodore) et en tire argument pour penser que Phocion était la personnalité première du régime. De même, Williams 1989, 29, admet le récit de la Vie de Phocion, où celui-ci est pressenti en priorité pour mener l'ambassade en question. Soulignons à nouveau son absence totale dans la description proposée par Diodore et il y tout lieu de croire que, une lois encore, Plutarque a voulu de toute force présenter son héros a la tête de la cité.

43 Bien connue des sources littéraires comme en témoignent les deux allusions de Plutarque, et épisode dramatique entre tous, cette lettre est, comme il fallait s'y attendre, au cœur des reproches faits à Démade dans l'exercice rhétorique Pap. Berol. 13045 (de Falco 1954. frag. xci), 1. 188-204 ; 254-259 ; 330-334. Cela ne lui donne pour autant pas un brevet d'authenticité, surtout que certains passages de cette prétendue missive ont de quoi laisser perplexe. Ainsi “Démade signale à Perdiccas qu'il descend des Pisistratides et, qu'à ce titre, il peut prétendre à la tyrannie (1. 258-261). A ce même endroit du réquisitoire, Démade n’est pas appelé par son nom mais surnommé “le rameur”, ὀ κωπηλάτης. Sur la valeur de ce surnom forgé bien après sa mort, supra, n. 22 p. 46.

44 Williams 1982, 135 n. 359, 182 et 1989. 19-20, parle d'un acte politique intelligent, venu d'un homme resté démocrate de coeur, Lehmann 1997, 26 n. 21, évoque une “hochpolitische und gezielte Aktion”.

45 Sur ces approches diplomatiques, cf. Bengtson 1964, I. 73-74 ; Briant 1973, 201 n. 3. La thèse selon laquelle il aurait été envoyé en ambassade auprès de Perdiccas repose sur un texte bien fragile, le Pap. Berol. 13045 (de Falco frag. xci) et le papyrus est de plus en cet endroit fort mutilé. On y lit. 1. 228-229 : άπεστ[άλκαμεν πρεσ|βείαν περὶ Σάμου. Sur la portée historique de cet exercice rhétorique, cf. supra, p. 32-33. Beloch 1925. 76, avait le premier défendu l’idée d'une ambassade menée par Démade auprès de Perdiccas (cf aussi Williams 1982 107 n. 201 et 1989, 27 ; Habicht 2000, 60).

46 L’année de la mort de Perdiccas et de la conférence de Triparadeisos est l'une des croix de la chronologie du début de l'époque hellénistique. Les partisans d'une datation haute (321) et d'une datation basse (320, que j'adopte ici parce qu'elle s’harmonise assez bien avec les derniers faits et gestes de Démade) sont également fournis. Dreyer 1999b. 39-40 n. 5 donne une liste exhaustive des auteurs qui ont pris parti pour l'une ou l'autre date. Voir également Habicht 2000, 416 n. 20.

47 Diod. 18.18.4. Will 1979, 22-24.

48 Habicht 2000, 65.

49 Williams 1989, 27.

50 Remarque de Ferguson 191 1. 27.

51 Cloché 1923, 184-186. Sa mort est traitée d'ailleurs avec grande désinvolture et sur un mode badin : “Sur les détails pittoresques de cette mort, voir le récit si coloré de Plutarque” (1924, 6 n. 3). Tonalité enjouée contrastant, on s'en doute, avec le lyrisme patriotique qui orne sa narration de la mort de Démosthène (1937, 304-305). Tarn 1927. 475 : “Men only saw in his death a just rétribution on one who had moved the death-sentenee upon Demosthenes”. Plus nuancé peut-être (une lois n'est pas coutume), Treves 1958, 343, en reprenant néanmoins le thème de la vengeance posthume, remarque que “quanto più l'aureola délia consacrazione demostenicodemocratica, e le postume vendette esercitate su Antipatro e su Cassandro, parveno togliere a Demade, il merito, o la pietà, d'un, sia pure involontario, martirio : e imprimere, invece, al cadavere suo e del suo tiglio le stimmate d'un'incompianta espiazione”. L'idée de fond, qu'on l’appelle vengeance ou expiation, demeure toutefois la même.

52 Gehrke 1976. 102.

53 Marzi 1991.78.

54 Diod. 18.48.3 : κατὰ τὰς ὺπò τοῦ δήμου δεδομένας ἐντολάς. Cette tradition se retrouve chez Plut., Phocion, 30.6, qui ajoute que Phocion ne voulut pas se charger d'une telle besogne.

55 L'oligarque croqué par Théophraste, Caractères. 26. montre que de telles tendances existaient.

56 Ferguson 191 1, 28. C'étaient pourtant ces mêmes citoyens de plein droit qui avaient voté le principe de l'ambassade en 319.

57 Wilhelm 1908, 90 ; Treves, 1958, 357 ; de Sanctis 1966, 252 ; Bearzot 1985, 204 ; Williams 1989, 29 n. 52.

58 Philippe : Phocion. 17.6 ; Alexandre : 17.9-10 ; Antipater : 26.6 ; Ményllos : 28.1 ; Nicanor : 31.3-6. Si l’anecdote signalant qu’Alexandre réservait ses formules de politesse aux seuls Antipater et Phocion (Phocion. 17.10). puisée par Plutarque chez Douris de Samos et Charès de Mytilène. proches du roi. a. avec ses exagérations, quelques chances d’être vraie (Landucci-Gattinoni 1997, 77), elle doit être replacée dans son contexte : Phocion était vu par le pouvoir macédonien comme un ami sûr. le seul peut-être dont il disposait à Athènes. L’épisode de 335, où il avait tenté de faire accepter par le peuple la livraison des otages réclamés par Alexandre, en avait donné une belle illustration et le roi avait pu alors apprécier son indéfectible concours.

59 Plut., Phocion, 38.1. Trille 1991,4293.

60 Le moins que l’on puisse dire est qu’il est parvenu à ses fins comme le prouvent les deux récentes biographies très favorables au personnage. Gehrke 1976 et Tritle 1988. L’idée que la source essentielle de Plutarque pour sa Vie de Phocion serait d’origine péripatéticienne et associée au nom de Démétrios de Phalère, est acceptée par deux historiens ayant de Phocion une opinion diamétralement opposée : Bearzot 1985, 26-32 et Tritle 1991, 4290-92. Sur le rôle de Démétrios de Phalère dans la réhabilitation de Phocion, voir encore Robert 1945, 532-533. A dire vrai, toutes les écoles philosophiques annexèrent rapidement Phocion. Le Lycée, bien entendu, avec Démétrios, mais aussi l’Académie puisqu'il passait pour avoir suivi les leçons de Platon puis de Xénocrate (Plut., Phocion, 4.2 ; 14.7 ; Mor. 1126c). L'école cynique affirmait de son côté qu'il avait été l'élève de Diogène de Sinope (Diogène Laërce, 6.76). A en croire toutes ces références, ce n'est pas l'instruction qui manqua au personnage ! Bruni 1993, 301-302, cite les nombreuses sources qui font des dirigeants athéniens du ive siècle (Chabrias, Démosthène, Hypéride, Phocion) les auditeurs assidus de Platon, mais l'influence pratique de l'Académie sur le cours des événements est un mythe ou un leurre (Brunt, ibid., 332).

61 Deux fragments conservés par Plutarque (Phocion. 4.3-4 ; 17.9-10) “offrono un rittrato idealizzato di Focione” (Landucci-Gattinoni 1997, 74).

62 Landucci-Gattinoni 1997, 116-117. Le mot “traditore” est peut-être excessif dans la mesure où, depuis 338, Phocion n'avait guère donné de gages à la démocratie.

63 Pour une adhésion sans partage à cette vision, cf. Treves 1933a. 143-193 ; Glotz 1936, 452-453.

64 La proposition de ce décret a été conservée par [Plut.]. Vit. X Orat. 850 f-851 c. Il prévoit l'érection d'une statue de bronze sur l'agora et énumère une impressionnante liste de bienfaits dont la cité lui était redevable, bienfaits qui justifiaient bien sûr la statue en question. Celle-ci, œuvre du sculpteur Polyeuctos, est bien connue par des répliques romaines.

65 Comme veut le croire Cloché 1937, 305. Marasco 1984, 77-78, insiste à plus juste titre sur sa fidélité aux idéaux de son oncle, du moins à ceux que la mémoire sélective de la cité avait choisi de conserver.

66 Tracy 2000b. 232, accepte également la thèse de la captation de l’héritage de Lycurgue et de Démosthène par Stratoclès et Démocharès à des fins politiques personnelles.

67 Pol. 12.13-14 ; Cicéron, Brutus, 286.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search