Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre VI. La guerre d’Agis (331) et le pacifisme de Démade

Texte intégral

1La période qui s'ouvre, avec un Alexandre parti à la conquête de l'empire perse, voit des relations semble-t-il apaisées avec la Macédoine, et de fait, ce n'est qu'en une seule occasion – la guerre d'Agis III – qu'apparut une certaine tension entre la cité et le pouvoir hégémonique. Les espoirs athéniens d'indépendance sont mis en veilleuse, en attendant, peut-être, des circonstances plus favorables. C'est l'époque où les renseignements que nous possédons sur Démade font de lui un homme essentiel dans le jeu politique athénien, plus important, à coup sûr, qu'on ne l'imagine souvent et, au travers de trois événements célèbres, la guerre d'Agis, les honneurs divins accordés à Alexandre, la guerre lamiaque et ses suites, on peut distinguer la manière dont Démade entendait régler les rapports avec la Macédoine. Encore une fois, je soulignerai que cette politique, prudente à l'égard d'un pouvoir militaire fort, n'excluait pas une farouche volonté d'assurer à Athènes sa liberté et le maintien de tout ce qui faisait sa force. Et c'est dans cet esprit qu'il convient, à mon sens, de comprendre la position politique de la cité et de Démade dans la guerre d'Agis.

Le refus de l'engagement athénien

  • 1 Sur ce point, on consultera l'article ancien et la longue mise au point récente de Badian 1961 et (...)
  • 2 Sur cette guerre égéenne, Thommassen 1984 et Debord 1999, 457-472.
  • 3 Anson 1989, 44-49.
  • 4 Arrien, Anabase. 1.19.8. Ce fut bien entendu un grief majeur d'Alexandre à l'encontre des Athénien (...)
  • 5 Cos : Arrien, Anabase. 2.13.4 ; 3.5.6. Chios : Diod. 17.29.2 ; Arrien. Anaba.se. 2.13.4. Les cités (...)
  • 6 Arrien, Anabase, 2.2.2-3.
  • 7 Arrien, Anabase. 2.1.4 ; 2.13.4 ; Quinte Curce. 4.1.37.
  • 8 Diod. 17.29.3 ; Arrien. Anabase. 2.1.1 ; 2.2.4.

2On aura compris qu'il n’est pas question ici d'aborder l'ensemble de la question1, mais de saisir quelle fut la position de Démade dans l'affaire et les explications que l’on peut en donner. On sait qu'Athènes, malgré quelques intentions initiales bien vite abandonnées, décida de ne pas se lancer dans l'aventure d'une alliance offensive avec Sparte. La contre-attaque perse sur mer, dite aussi “guerre égéenne”, lancée depuis 333 par Memnon de Rhodes puis, après sa mort, par Pharnabaze2, avait fait long feu. Pourtant, les premiers succès de la flotte perse avaient suscité quelque espoir parmi les adversaires de la Macédoine. C'est que cette marine, même si elle n'avait pas su empêcher le passage des détroits par l'armée d’Alexandre, était redoutable, capable de mettre en ligne trois cents navires3. Cette puissance numérique, jointe au fait que l'emprise macédonienne sur la mer était loin d'être totale, explique la reconquête des îles. Depuis Samos, qui servit de base de ravitaillement aux Perses-soit que ceux-ci en eussent pris le contrôle, soit qu'ils pussent compter sur l'aide objective des clérouques athéniens4 – la contre-attaque, où s'illustra l'amiral Memnon de Rhodes, permit de reprendre aux Macédoniens les autres grandes îles de l'est égéen. Cos, Chios, Lesbos5. La mort de Memnon n'interrompit pas pour autant l'offensive. Son successeur Pharnabaze s'empara de Ténédos, au débouché méridional du détroit de l'Hellespont6, et poussa même jusque dans les Cyelades, puisque sa présence est attestée à Siphnos. où Pharnabaze eut une entrevue avec le roi de Sparte Agis III, et à Andros en 3337. Ce pouvait être un bon moment pour secouer le joug macédonien, et plusieurs sources nous montrent d'ailleurs les partisans d'Alexandre en Grèce en proie alors aux plus vives inquiétudes8. La bataille d'Issos rendit caduque cette progression car, à la nouvelle de la défaite de Darius, Pharnabaze, qui se trouvait alors à Siphnos, préféra revenir à Chios, pour prévenir d'éventuels soulèvements.

  • 9 Arrien. Anabase. 2.1.4 ; 2.2.2.
  • 10 Les tyrannies mises en place, à Lesbos par exemple, ne comptèrent pas peu dans la vision négative (...)
  • 11 Arrien, Anabase, 2.20.2 ; 3.2.3-7 ; Quinte Curce, 5.9 ; 8.12.

3L'année suivante vit une reprise en main des îles et de la mer Egée par l'amiral d'Alexandre, Hègélochos. Toutes les îles conquises par les Perses repassèrent rapidement du côté macédonien, souvent d'elles-mêmes car l'entrée des îles dans la mouvance perse se faisait dans les termes de la paix d'Antalcidas de 3869, ce qui, on en conviendra, n'avait rien d'exaltant et servait la propagande macédonienne de libération des cités grecques10. La domination d'Alexandre s'étendait à présent sur des îles où la souveraineté macédonienne ne s'était jusque là jamais exercée, comme Cos et Rhodes11. Bien qu'aucune source ne nous le précise, il va de soi que les Cyelades, sitôt parti Pharnabaze, retournèrent dans le giron macédonien.

  • 12 Diod. 17.22.5 ; Arrien, Anabase. 2.2.3 ; Plut.. Phocion, 21.1-2 ; [Plut.]. Vit. X Oral. 847 a ; 84 (...)
  • 13 Arrien. Anabase. 1.16.6-7. Cf. Mitchel 1970, 7-8.
  • 14 Cawkwell 1979, 179, voit trois raisons fondamentales au refus athénien d'entrer en guerre : la peu (...)

4Il était indispensable de rappeler ces événements et il faut avoir ce cadre à la fois géographique et historique en tête pour mieux apprécier la position athénienne en 331, au moment de la révolte d’Agis III. Il convient d'ajouter, et cela a son importance, que, l'année précédente, Alexandre s'était emparé de Tyr, ce qui lui assurait par là-même, outre le contrôle de la flotte phénicienne, celui de la totalité des littoraux de la Méditerranée orientale. Quelle était désormais futilité réelle des centaines de trières qui attendaient dans les docks du Pirée le moment propice, quand Alexandre pouvait, le cas échéant, en aligner un plus grand nombre encore, et trouver parmi ses nouveaux sujets phéniciens ou le stock de mercenaires qui grossissait – et qu'il n'aurait maintenant aucune difficulté à payer – des combattants en nombre très supérieur à celui qu'Athènes mobiliserait ? A quoi l'on n'aura garde d'oublier que l'armée d'Alexandre comptait aussi un nombre non négligeable d'Athéniens, susceptibles de représenter autant d'otages entre les mains du roi. Depuis le début de l'expédition, vingt navires athéniens avec leurs équipages étaient intégrés à la flotte d'Alexandre, équipages qu'il conserva avec lui après la bataille du Granique. De plus, les Athéniens avaient dû encore contribuer par des hommes et par des trières à la flotte commandée par Hègélochos, chargée de la reconquête de la mer Egée après l’offensive de Memnon de Rhodes puis de Pharnabaze12. Enfin, des prisonniers athéniens au service du Grand Roi, capturés à la bataille du Granique, avaient été déportés en Macédoine et contraints aux travaux forcés13. Bref, la tenaille était absolue et si, conformément à ce qu'affirme le Pseudo-Plutarque. Hypéride s'était élevé contre l'exigence de fournir trières et marins à la Hotte royale, on ne voit pas comment, nombre de citoyens ayant des membres de leur famille ou des amis prisonniers ou otages en puissance, le peuple pouvait le suivre dans cette voie de refus14. Sparte, au contraire, parce qu'elle n'appartenait pas à la ligue de Corinthe et n'avait pour cette raison pas envoyé le moindre soldat participer à l'expédition d'Asie, avait par conséquent les mains plus libres.

5Le but de mon développement n'est pas de faire de Démade un héros méconnu, mais de comprendre à la fois son attitude à certains moments clés de l'histoire athénienne, et surtout la façon dont les historiens postérieurs (antiques comme modernes) ont apprécié, en la déformant largement, sa politique. Lorsque vint le moment de choisir entre un soutien au soulèvement d'Agis et une neutralité qui signifiait bienveillance à l'égard de la Macédoine, on devine qu'il y eut discussion à Athènes. La position de Démade, si l'on en croit Plutarque, fut claire : pas de soutien à l'action, jugée aventureuse, d'Agis.

“Il n'est pas mauvais non plus de détourner l'intérêt du peuple vers d'autres avantages, comme le lit Démade lorsqu'il se trouva à la tête des revenus de la cité (ὅτε τὰς προσόδους εἶχεν ύφ έαυτῶ τῆς πόλεως). Le peuple désirait envoyer des trières au secours des révoltés contre Alexandre et exigeait l'argent nécessaire. L'argent est là. dit-il. J'avais prévu de vous distribuer une demi-mine pour la fête des Choes. Mai), si vous le préférez pour cela, vous pouvez en disposer comme de votre argent propre'. De cette façon, il dissipa les accusations que le peuple portait contre Alexandre car, pour ne pas être privés de la distribution, ils renoncèrent à l'expédition”. Plut., Mor. 818e.

  • 15 Mitchel 1970. 14 n. 40 : Sealey 1993. 206. La principale difficulté provient de la précision d'un (...)
  • 16 Will 1983. 73-77 considère cette anecdote comme une fiction antidémocratique : “Die Anekdote ist a (...)

6Si ce passage ne fait aucune allusion à Agis ni à la guerre que celui-ci mena, et malgré quelques difficultés, il est pourtant impossible de ne pas le mettre en relation avec les événements de 33115, d'abord parce que, mise à part la révolte de Thèbes qui n'avait pas mené les esprits athéniens aussi loin, l'on ne connaît pas d'autres soulèvements contre la Macédoine, ensuite et surtout parce que l’expression de Plutarque “alors que [Démade| avait la responsabilité des finances de la cité”, correspond à l'époque (334-331) où, comme nous le verrons, il exerça la fonction de trésorier des fonds militaires, ce qui cadre chronologiquement avec la révolte d'Agis16. Un autre passage de Plutarque fait une allusion indirecte à la position critique de Démade sur l'entrée en guerre éventuelle d'Athènes aux côtés de Sparte :

  • 17 Cf. Moi : 191 e et Lycurgue, 19.4, où le nom de Démade n'est pas cité.

“Comme Démade disait que les faiseurs de tours avalaient les épées laconiennes à cause de leur petitesse. Agis le Jeune répondit :'Et pourtant, les Lacédémoniens atteignent leurs ennemis avec ces épées”’. Plut. Mor. 216 c17.

  • 18 Comme le soutient Treves 1958, 339, qui parle en termes tranchés de ce propos : “Il mottegio, tris (...)
  • 19 Treves 1933b, 118 (et 1958, 339), sous prétexte qu'Eschine n'en dit rien l’année suivante, exclut (...)
  • 20 Faraguna 1992, 256. Le décret proposé par Lycurgue qui fournit ce renseignement date de 330/329 (T (...)
  • 21 C. Léocrate. 46-51.

7Il ne faut pas prendre cette anecdote au pied de la lettre. J'ai tenté de montrer, au début de ce livre, que nous avions là le type même de ces δημάδεια, censées illustrer les qualités oratoires de Démade ainsi que son cynisme18, mais qui prouvent à l’inverse qu’il n’avait jamais le dernier mot. Elle doit donc être rejetée, même si l’on ne peut pas exclure qu’elle ait été inventée à partir d’un noyau véridique, une ambassade menée par Agis à Athènes afin de convaincre la cité de la rejoindre dans son soulèvement, et si elle part d’une base solide, à savoir la véritable opposition de Démade à tout soutien aux Spartiates19. Cela dit, il apparaît de tous ces témoignages indirects qu’une discussion s'engagea à l'assemblée. M. Faraguna a rapproché la promesse d'une epidosis de quatre mille drachmes faite par le métèque Eudèmos de Platées d’une proposition d'entrer en guerre pour l'occasion, mais cette hypothèse est difficile à retenir20 : les sources ne semblent pas en effet indiquer que les Athéniens soient allés aussi loin dans leur volonté belliciste. On ignore par exemple tout de la position précise de Lycurgue, mais on a un indice du manque d’enthousiasme qui fut le sien en cette occasion à l'analyse d'un passage du Contre Léocrate. contemporain de la révolte d'Agis. Dans une sorte d'oraison funèbre dédiée aux combattants tombés à Chéronée. l'orateur se lance dans une défense acharnée et sans nul doute sincère de la vaillance dont ils firent alors preuve. On chercherait cependant en vain le plus faible appel à secouer alors le joug macédonien. L'atmosphère est lourde, désabusée, peu propice à soulever la volonté guerrière des Athéniens21. Comme ses concitoyens, Lycurgue est condamné et résigné à l'attente mais, pour autant que je le sache, jamais cette attitude n’a été mise au compte d'une alliance objective entre lui et le pouvoir macédonien.

  • 22 Mitchel 1970, 13. Contra Badian 1967. 172. qui n'imagine pas une position favorable de Démosthène (...)
  • 23 De Falco 1954, 22.

8Démade, s'il défendit le principe de non-intervention à l'assemblée – mais il est réellement impossible de savoir s'il utilisa à ce dessein le subterfuge relaté par Plutarque – ne dut pas être le seul à le faire, sans quoi son influence sur le peuple eût été bien plus grande encore qu'on ne saurait l'imaginer. A dire vrai, c'est plutôt un soutien contemporain à la révolte d'Agis que l'on chercherait en vain. Peut-être Hypéride y fut-il favorable, et l'on a vu plus haut que l'on avait quelques raisons de rattacher le discours Sur le traité avec Alexandre à cet épisode. De son côté. Démosthène, comme quatre ans plus tôt lors du soulèvement de Thèbes, peut-être après quelques velléités22, se rangea du côté de Démade et de l'immense majorité des Athéniens. Si l'idée d'une ambassade Spartiate est loin d'être saugrenue (j'ai déjà dit que l'on pourrait en avoir un écho assourdi dans cette anecdote de Plutarque opposant Agis III et Démade), une longue hésitation est peu vraisemblable, car la puissance de Sparte, fort déclinante, n'était pas considérée comme une aide suffisante pour assurer le succès de l'opération23. Outre la crainte évidente qu'inspirait Alexandre, il ne faut pas non plus négliger le souvenir, encore très présent dans les mémoires athéniennes, de la neutralité farouche dans laquelle s'étaient drapés les Lacédémoniens au moment de Chéronée. Nul doute que des orateurs hostiles à toute intervention aient usé de cet argument rhétorique pour inciter les Athéniens à ne pas secourir Sparte, à lui renvoyer en quelque sorte son refus de 338. A nouveau, il ne faudrait pas oublier que les rancunes, fraîches ou recuites, étaient tenaces dans le monde des cités. L'idée qu'une attitude panhellénique ait pu se manifester dans ces occasions-là, attitude fort belle au demeurant et respectueuse du souvenir de la seconde guerre médique, a toutes les chances d'être le produit d'une reconstruction intellectuelle tardive sinon moderne. Certes, nous savons, nous, que l'hégémonie macédonienne était appelée à durer, mais était-ce le cas en ces années pour les Grecs en général et pour les Athéniens en particulier ? La puissance royale était chose nouvelle et devait, auprès de bien des contemporains, passer pour exceptionnelle et donc temporaire. Beaucoup devaient penser que, d'ici à quelque temps, les choses reprendraient leur cours normal et, dans cette perspective, l'abaissement définitif d’une cité telle que Sparte n'était peut-être pas vue par tous les Athéniens comme un drame absolu. Enfin, le panhellénisme, qui avait beaucoup servi dans les discours des décennies précédentes, n'avait jamais trouvé d'application pratique – en dehors d'une nouvelle utilisation propagandiste par Philippe et Alexandre – et il relevait un peu de l'idéal isocratique, c'est-à-dire de l'imaginaire.

  • 24 L’hypothèse de Potter 1984. voyant dans IG, II2, 399 (Bielman. n° 6), texte dans lequel Démade pro (...)
  • 25 Eschine. C. Ctésiphan. 165-167 : Dinarque, C. Démosthène, 34-35 : Plut., Démosthène, 24.1. Carlier (...)

9En résumé, on pressent l'ombre d'une forte majorité désireuse de ne point se lancer dans une guerre jugée aventureuse24 et lorsque, peu de temps après les événements, les orateurs racontent cet épisode de l'histoire de leur cité, aucun ne met en avant la position particulière de tel ou tel responsable athénien – sinon pour souligner la mollesse de Démosthène en l'affaire25.

Démade pacifiste forcené ?

10Les deux événements que nous venons de rappeler – soulèvements manqués de Thèbes et de Sparte – devant lesquels Démade défendit le même refus de participer aux opérations militaires, ont accrédité la thèse d'un pacifiste absolu, dont l'attentisme servait trop les intérêts de la Macédoine pour qu'une telle attitude constituât une simple coïncidence. Sans que l'on puisse avec certitude les rattacher à l’épisode de 331, Plutarque toujours, dans deux passages qui ne brillent pas par leur puissance évocatrice ni par leur clarté, évoque à demi-mot des tentatives de Démade pour détourner les Athéniens de toute action militaire :

“Démade disait des Athéniens qu’ils étaient à contre-temps partisans de la guerre, qu’ils ne votaient jamais la paix qu’une fois revêtus de leurs manteaux de deuil”. Plut.. Mor. 126 c.

  • 26 La première phrase, plutôt sibylline, laisse supposer un bellicisme naturel des Athéniens seulemen (...)

“Démade, un jour que les Athéniens voulaient mettre à flot leurs trières et y faire embarquer les équipages alors qu’ils n'avaient pas d’argent, s’écria : “Avant de piloter, il faut pétrir”’. Plut., Cléomène, 27.226.

  • 27 Démétrios, Sur le Style, § 285 : “La cité n'est plus la guerrière que les ancêtres ont vu combattr (...)
  • 28 Glotz 1936, 362 ; Treves 1933b, 1 18. Pour Cloché 1937, 219, “il est très naturel que Démade se so (...)

11D’autres propos, attribués à Démade, frisant le cynisme, renforcent cette impression d’un politicien convaincu de la déchéance militaire de sa cité, le plus célèbre sans doute étant le rapprochement qu’il aurait fait entre Athènes et une vieille femme épuisée, songeant avant tout à une douce quiétude de fin de vie27. On ne s'étonnera alors pas de découvrir en Démade, sous la plume de G. Glotz, un homme pour qui “la paix à tout prix était son idéal : il trouvait que le temps était passé des grandes entreprises” et P. Treves va plus loin encore dans l’incompréhension des faits et dans l'anachronisme en définissant la situation morale d'Athènes à ce moment par l'expression de panem et circenses28. Cette position, assez largement répandue parmi les critiques historiques, mérite une analyse plus poussée.

  • 29 Gauthier 1985. 124.
  • 30 Cloché 1934. 180.
  • 31 Par exemple. Andreadès, en parlant de la politique de Démade : “Toward the end ol the 4th century, (...)

12De fait, elle n'est pas pertinente, car elle s'insère dans une réflexion qui ne vise pas le seul Démade, même si celui-ci en forme un peu l'aboutissement et en représente le paradigme absolu. Il faut faire remonter cette théorie aux lendemains de la guerre des Alliés (357-355), lorsque les Athéniens durent concéder aux révoltés l'indépendance qu'ils réclamaient. C’est alors qu'apparaît au premier plan Eubule, et. à sa suite, tous ceux que l'on a pris coutume d'appeler les “modérés athéniens”, dont Isocrate et Xénophon, sur la fin de sa vie, seraient les porte-parole, les représentants d’une tendance pacifiste de la société athénienne, lasse de guerres incessantes, et qui décident de tourner le dos à l'impérialisme – ou, si l’on préfère employer le vocabulaire de Glotz, aux “grandes entreprises”. Cette analyse, dominante assez longtemps dans l'historiographie, a l'avantage de donner un “sens” à l'histoire, d'expliquer les raisons profondes de la défaite athénienne de Chéronée : les Athéniens avaient perdu le goût de se battre pour la puissance de leur cité, l'égoïsme avait triomphé au détriment de l'intérêt général et, comme l'écrit avec raison et non sans humour Ph. Gauthier, ils n'avaient pas volé leur déroute finale29. Eubule. dans sa fonction de trésorier du fonds des spectacles cherchant à détourner de la guerre les Athéniens en remplaçant les soldes par des distributions30, Démade, par le refus d’aider Sparte en utilisant, d’après Plutarque, comme argument ultime auprès de ses concitoyens le tait qu’une expédition leur ferait perdre le bénéfice de cinquante drachmes31, seraient deux ligures d’une même politique pacifiste, contraire au souvenir de la grandeur de la cité, et favorisant, sans le savoir l’émergence pour le premier, en toute connaissance de cause la consolidation pour le second, de la puissance macédonienne.

  • 32 Paus., 1.8.2 ; 9.16.2. Belloni 1983, 127-143 ; Dreher 1995, 105.
  • 33 Cawkwell 1963. 47-67. Cf. encore Burke 1984. 111 1-120.
  • 34 Dinarque, C. Démostliène, 96 ; IG, II 2. 1627, 1. 352-354 ; 1611, 1. 9 ; 1613, 1. 302.
  • 35 C’est ce que montre avec clarté Näf 1997.
  • 36 Dobexch 1968. 129 n. 30 : “Richtig gezeichnet ist der aufgeklärte, realistische und kraftlose Egoi (...)

13Mais il faut en rabattre. A coup sûr. un désir de paix traverse la société athénienne en cette seconde moitié du ive siècle, et on peut même le faire remonter plus haut, à la lin du premier quart du siècle, lorsque le sculpteur Képhisodotos réalisa une statue des plus symboliques, représentant la Paix (Eirénè), tenant la Richesse (Piaulas) dans ses bras32. Nombre de travaux ont cependant montré que l’attitude d’Eubule n’était en rien pacifiste ni même attentiste. Parmi eux, il faut faire une place légitime à l’article de G. Cawkwell33. qui a insisté sur tout ce que les sources nous apportent pour comprendre quelle fut sa politique. Ainsi. Dinarque évoque-t-il des trières construites “sous Eubule”, témoignage conforté par les comptes navals qui ont conservé le souvenir de bois acheté par Eubule pour la construction de ces mêmes trières, lesquelles passèrent d’ailleurs de 283 unités en 357/356 à 349 en 353/35234. Les positions jugées vitales pour la cité furent l’objet de soins attentifs (l’Eubée, par exemple) et. bien que. de manière indiscutable, il y ait, en ce milieu du siècle à Athènes une véritable réflexion sur la paix, il n’est vraiment pas possible de parler d’un quelconque “parti de la paix”35. En fait, la partition des hommes politiques athéniens entre patriotes sourcilleux, partisans d’un affrontement direct avec la Macédoine, et orateurs pacifistes préoccupés avant tout de ne rien tenter, au risque d’assister à la disparition de la liberté de leur cité, donne l’impression d’être le produit d’un contexte historique, celui de l’Entre-Deux-Guerres, qui n’a rien à voir avec la réalité du ive siècle. Notons d’ailleurs que, pour la majorité des historiens qui évoquent ce courant pacifiste dérivant peu à peu vers un égoïsme sordide, Démade demeure la figure la moins recommandable36.

  • 37 Entre autres Burke, 1985. 251-264 et Engels 1992a.
  • 38 Badian 1961, 37 ; Faraguna 1992, 398. Par contre, Engels 1992a ne cite pas une fois le nom de Déma (...)
  • 39 IG, II2. 1627. 1. 241-248 (cf. 1628. 1. 460-465 ; 1629, 1. 721-729 ; 1631, 1. 100-105). Cf. Gabrie (...)
  • 40 IG. II 2, 1629. 1. 348-349 : ταρροὺς έπὶ τετρήρεις οὕς Δημάδης είσεπρίατο ; 690-699. Cf. Gabrielse (...)
  • 41 A quoi l'on pourrait ajouter, si la mention qui la porte est bien des années 334-331, la présence (...)
  • 42 On appréciera la belle image donnée par Williams 1982. 22. qui préfère aux expressions “pacifiste” (...)

14Je crois tout à fait que ces conclusions peuvent être étendues à la politique menée sous l’impulsion de Démade, dans des conditions bien entendu différentes et des circonstances qui ne l’étaient pas moins. Les différents historiens ont à l’envi mis en avant la politique de redressement conduite par Lycurgue, qui se matérialisa par un accroissement sensible des revenus de la cité et, sur le plan militaire, par un très net renforcement de la marine37. S’il n’est pas dans mon intention de diminuer la volonté de Lycurgue dans cette politique, il est impératif de lui en faire partager le mérite avec Démade38. En effet, l’épigraphie livre sur ce dernier et sur la politique qu'il conduisit des enseignements fort instructifs, souvent passés sous silence, sans doute parce qu’ils ne s'accordaient pas avec l'image que Plutarque, en premier lieu, adonné du personnage. C'est ainsi qu’en 329/328, il fit passer un décret décidant de la réforme de quelques trières39, preuve de l'intérêt qu'il portait à ce qui demeurait la force essentielle de l'armée athénienne. En 328/327 (ou en 327/326), il lit acheter des rames pour les tétrères, ces nouveaux bâtiments à quatre rangs de rameurs dont la cité commençait à se doter, et d'autres agrès40. El que l'on ne croie pas que la stature de Lycurgue ait dominé toute la scène politique athénienne de la période jusqu'à en éclipser de son vivant tous ses rivaux : j'ai signalé plus haut que Démade avait exercé la fonction de trésorier des fonds militaires, ce qui illustre sa place majeure dans la vie politique et prouve que les centres d'intérêt manifestés par son élection à la tête des finances militaires ne faisaient pas de lui un homme intéressé à la recherche de la paix comme une fin en soi41. Simplement, il a considéré qu'en 331, les conditions pour une révolte réussie n'étaient pas réunies. Ce n'était pas être pro-macédonien que de le penser42.

Une politique de décrets honorifiques

  • 43 IG, II2. 335 (+ SEG. 21. 1965, 274 ; Schwenk. 23) ; 346 (Schwenk, 37).

15Outre cette activité législative que l’on ne saurait passer sous silence, on retrouve Démade rogator de nombreux décrets honorifiques, ce qui atteste encore son influence prépondérante dans tout ce qui touchait à la diplomatie et aux relations extérieures de la cité. Certains de ces décrets sont dans un état de délabrement tel qu'ils n'autorisent aucune conclusion43, mais d'autres montrent une évidente continuité dans son action.

  • 44 IG. II2. 405 (+ SEG. 21, 1965, 275 : Schwenk, 24 : Osborne 1981a. II, 87, qui penche pour l'origin (...)
  • 45 Schwenk 1985, 134, avec renvoi à Mitchel 1962. 213-29.
  • 46 IG, II2, 353 (Schwenk. 51 et p. 250 : “This decree confirms the tact that Demades did not restrict (...)

16En 334/3, Démade proposa d’octroyer la citoyenneté à un certain Amyntor, fils de Démétrios, dont l'origine est inconnue44. L'onomastique oriente plutôt vers la Macédoine, mais C. J. Schwenk est plus dubitative : “The appearance of Demades as proposer does not require that Amyntor be Macedonian or have Macedonian connections ; Demades' career was less stereotyped than most previous scolars have assumed”45. Un tel jugement est tout à fait compréhensible de la part d'une épigraphiste qui s'attache aux realia de la documentation primaire et qui lait un cas second des propos et apophtegmes d'origine douteuse transmis par Plutarque. Dans le même ordre d'idées, un autre décret, daté de 329/328, montre l’activité diplomatique de Démade : des honneurs sont en effet votés sur sa proposition à un homme, dont le nom a disparu, fils de Choiros de Larissa46

  • 47 Osborne 1981a. II, 86-87 ; Heckel 1991,39 ; Veligianni-Terzi 1997, 87.

17Faut-il voir, dans ces deux témoignages, la preuve de la collusion entre Démade et le pouvoir macédonien ? Tout me semble en réalité être question de dosage, de nuance et de perspective. Il faut dire que nous ignorons tout, absolument tout, des sentiments réels de Démade vis-à-vis d'Alexandre en ces années. Utiliser ces inscriptions honorifiques pour illustrer son esprit de collaboration active avec la Macédoine et conforter ainsi le jugement des sources littéraires, peu dignes de confiance comme j'ai tenté de le montrer, me semble relever d'un raisonnement biaisé. On ne saurait exclure que l'Amyntor indiqué dans le premier texte soit un Macédonien et, malgré tous les légitimes conseils de prudence donnés par C. J. Schwenk, il faut bien avouer qu'il s'agit là de la piste la plus sérieuse que l'on puisse avancer en raison de l'onomastique, bien macédonienne, mais aussi du contexte historique. Plus, même, ce ne pouvait être qu'un personnage puissant, et l'hypothèse récente de voir en lui rien moins que le père d'Héphaistion est, a défaut de pouvoir être plus solidement étayée, a tout le moins tentante47. Un décret honorifique est voté, il n'est nul besoin d'y insister longtemps, en remerciement d'un bienfait ou d'un service que la personne honorée a rendu, mais aussi dans l'espoir qu’un état d'esprit similaire se perpétuera dans l'avenir. En d'autres termes, une telle décision du peuple solde le passé et engage l'avenir. Or, qui, en 334/333, sinon la Macédoine, est en mesure de rendre quelque service a une cité comme Athènes ? D’un autre côté, et quelles que soient les interrogations, encore une fois bienvenues, de C. J. Schwenk à propos du fils de Choiras, Larisséen, on ne saurait imaginer un homme éloigné d'un centre de décision, et seule l’amitié objective avec Alexandre (ou plus exactement Antipater, en cette année 329/328) ou, à tout le moins, un degré élevé de confiance, explique son influence et la possibilité qui fut sienne d’aider Athènes – et d'en être remercié par voie officielle.

  • 48 Glotz 1936. 453-454 : “Malgré toute son habileté, son éloquence se trouve parfois en défaut et son (...)
  • 49 Pol. 18.14 : “(Démosthène) jugeait tout en fonction des intérêts spécifiques d'Athènes et il pensa (...)
  • 50 E. M. Harris 1995.

18Comment alors interpréter, au-delà de ces deux textes, la politique de Démade à l'égard de la Macédoine ? Sans doute l'historiographie moderne doit-elle beaucoup aux discours de Démosthène, dont la nuance dans l'analyse et dans l'énoncé n'est pourtant pas la qualité première. Tous ceux qui, à un moment ou à un autre, n'entrèrent pas dans le schéma qu’il avait préétabli d'une opposition catégorique à l’égard de la Macédoine, étaient rangés au nombre des traîtres. Eschine, bien sûr, fut le plus vilipendé, et l’on sait que la majorité des historiens modernes prirent sans hésiter contre lui le parti de Démosthène48, bien que cette attitude ait été dénoncée dès l'Antiquité par Polybe, par exemple49, et que la recherche moderne ait plutôt nuancé le jugement que l'on devait porter sur l'adversaire de Démosthène50.

  • 51 Schmitt 1992, 61 : “Audi geht es nicht an, ihn als einen von den Makedonen gekauften Lumpen hinzul (...)

19C'est peu dire que cette thèse véhiculée par Démosthène est critiquable, surtout si elle est appliquée à une époque postérieure à Chéronée, quand la question n’est plus de savoir comment organiser la cité dans la perspective d'une guerre contre la Macédoine, mais de voir la manière dont on peut survivre à la défaite. Que l'on ne se méprenne pas sur mes propos : je ne cherche pas à faire l'apologie de la collaboration et il va de soi que je n'ai ici en vue que la situation d'Athènes dans les années 338-322. Mais je n'ai pas non plus pour mission de définir les contours éventuels d'un héroïsme livresque et encore moins de réfléchir en termes contemporains sur ce qu'il aurait pu ou dû être une attitude de résistance. En ce qui concerne Démade, il ne convient pas d'oublier qu'il avait, avant 338, donné assez de gages à sa volonté de combattre par tous les moyens l'expansion macédonienne (aide aux Chalcidiens d'Eubée, participation personnelle effective à la bataille de Chéronée) pour qu'il ne soit pas légitime de le soupçonner de pensées pro-macédoniennes51, ce que ses concitoyens ne tirent quant à eux à aucun moment, même après sa mort.

  • 52 Tod, 178,1. 11-13.
  • 53 IG. Il2, 356 (Tod. 199 : Schwcnk, 58). Rosen 1978. 30.
  • 54 IG. II2. 1628, I. 40-42 ; Diod. 18.25.6. La famille de Thrasybule, joignait, à cet aspect anti-macé (...)

20En fait, mutatis mutandis, la situation d'Athènes en ces années se rapproche assez de ce qu'elle avait pu connaître en 404 ou en 386, lorsque la défaite militaire annonçait des lendemains difficiles. Mais qui, parmi les sources anciennes ou parmi les historiens contemporains, avança jamais le reproche aux Athéniens assiégés par les troupes de Lysandre, ou menacés par une asphyxie similaire en 386, d'accepter les conditions du vainqueur et de se vendre ainsi a la cause Spartiate ? La réalité de 338 et des années suivantes était plus dure encore : on ne devinait pas, en raison de la maîtrise de l'ensemble du monde grec par Philippe, puis par Alexandre et par son représentant en Macédoine Antipater, la moindre faille susceptible d'être exploitée à court terme. Les Athéniens, comme l'ensemble des Grecs, s'étaient accoutumés depuis la fin de la guerre du Péloponnèse à des alliances changeantes, dans lesquelles les maîtres de l'instant trouvaient sur leur chemin une coalition de mécontents de circonstance et d'adversaires traditionnels. Sans cesse, l'équilibre ancien était rompu, sans cesse un nouveau se mettait en place, tout aussi éphémère et instable que le précédent. Mais les piliers coutumiers de cette balance of power n'étaient plus désormais en mesure de jouer leur ancien rôle. En 335, Thèbes avait été physiquement rayée de la carte de la Grèce ; en 331, Sparte, déjà très affaiblie depuis la perte de la Messénie, avait été mise hors-jeu. Sans repères identifiables dans un monde bouleversé, Athènes restait seule, ce qui ne l'empêcha pas de conserver farouchement son indépendance tout le temps qu'elle le put. C'est ainsi qu'en 337 déjà, les Athéniens avaient accordé, sur la proposition d'Hègésippe de Sounion, des récompenses aux Acarnaniens qui avaient militairement aidé les Athéniens l'année précédente52. En 327, la cité honora Memnon de Rhodes, sans doute le petit-fils du général de l'armée perse mort quelques années plus tôt : le texte rappelle ses ancêtres, Artabaze et Pharnabaze, et il fallait une bouillante volonté d’autonomie voire de provocation à l’égard des Macédoniens pour honorer ainsi le descendant d’une famille à ce point liée à la cause perse53. Dans le même sens d'une indépendance recherchée. Thrasybule d'Erchia, qui. en 334, avait défendu Halicarnasse assiégée par Alexandre aux côtés de Memnon de Rhodes, fut élu en 326/325 à la stratégie54.

21Le nom de Démade n'apparaît explicitement dans aucun de ces documents. La stèle portant le décret en l'honneur de Memnon est fort délabrée et n'a pas conservé le nom de celui qui proposa ces honneurs. Mais nous verrons Démade, après la déroute de 322, et sans craindre des mesures de rétorsion macédoniennes, proposer de la même manière des honneurs à certains étrangers qui avaient secouru les Athéniens malheureux dans la guerre lamiaque. Dans le cas de l'élection à la stratégie de Thrasybule, il semble difficile d'imaginer que ce fut sans son approbation et, s'il n'est pas question de présenter Démade comme un deus ex machina capable de hisser seul aux plus hautes fonctions un ennemi déclaré d'Alexandre, on ne décèle pas d'opposition réelle, concernant les relations extérieures de la cité, à l'équilibre et la prudence prônées et menées par Démade en ces années. Tout porte donc à croire que cette politique de balancier, bien loin d'être le témoignage d'un double jeu opéré par des tendances rivales, a en priorité été celle de Démade. Par son action diplomatique efficace, il géra le présent, non sans préparer l'avenir néanmoins, comme on le verra plus loin. L’accuser de trahison à la cause d'Athènes (mais quelle cause ?) ou voir en lui la personnification de l’abâtardissement de la cité correspond peut-être à l'image que, par confort intellectuel, certains ont voulu se faire du ive siècle athénien, mais ne résiste pas à l'examen des sources.

  • 55 Réflexions de Briant 1999. 318-319.

22D'un point de vue méthodologique, il est peu recommandable de “peser, même avec scrupule, la vraisemblance d'une interprétation et de l'opposer à la vraisemblance, déclarée moindre, d'une autre”. Le rôle de l'historien est bien plutôt de “disséquer les hypothèses et les raisonnements pour mettre au jour, comprendre, expliquer et éventuellement mettre en doute les fondements documentaires des divergences interprétatives”55. Et à cet égard, s'il est préférable de privilégier les textes épigraphiques contemporains, qui ne sont point lestés de la charge idéologique ou moralisante des écrits littéraires postérieurs, il n'est pas raisonnable pour autant de leur faire dire des choses qu’ils ne disent pas ni ne prétendent dire. Pour en revenir à Démade, les décrets honorifiques qu’il a proposés doivent s'expliquer par le seul souci, de l'orateur comme de l'assemblée qui suivit sa démarche, de sauvegarder par cette voie les avantages matériels que l'étal militaire de la cité ne permettait pas d'obtenir par la guerre. Dans la vision d'une “mission” d'Athènes à diriger le monde grec, il n'y a effectivement rien de glorieux dans cette attitude et l'on est en droit de la considérer comme un aveu d'échec. Il ne faut cependant pas se leurrer : elle était la conséquence directe de la défaite militaire et on voit mal ce qu'il eût été possible de rien faire d'autre. Cette politique avait au moins l’avantage de préserver un avenir que personne, à Athènes comme partout dans le monde grec des cités, suspendu aux résultats de l'expédition d'Alexandre, ne pouvait entrevoir.

Notes

1 Sur ce point, on consultera l'article ancien et la longue mise au point récente de Badian 1961 et 1994.

2 Sur cette guerre égéenne, Thommassen 1984 et Debord 1999, 457-472.

3 Anson 1989, 44-49.

4 Arrien, Anabase. 1.19.8. Ce fut bien entendu un grief majeur d'Alexandre à l'encontre des Athéniens. Cf. infra, n. 35 p. 104 pour les incertitudes pesant sur les responsabilités athéniennes.

5 Cos : Arrien, Anabase. 2.13.4 ; 3.5.6. Chios : Diod. 17.29.2 ; Arrien. Anaba.se. 2.13.4. Les cités de Lesbos, prises par la persuasion ou par un siège (Mytilène) : Arrien, Anabase, 2.1.1-4.

6 Arrien, Anabase, 2.2.2-3.

7 Arrien, Anabase. 2.1.4 ; 2.13.4 ; Quinte Curce. 4.1.37.

8 Diod. 17.29.3 ; Arrien. Anabase. 2.1.1 ; 2.2.4.

9 Arrien. Anabase. 2.1.4 ; 2.2.2.

10 Les tyrannies mises en place, à Lesbos par exemple, ne comptèrent pas peu dans la vision négative qu'offrait le retour perse. A Érésos, Tod, 191 ; à Méthymna et Antissa, Arrien, Anabase. 3.2.3-7.

11 Arrien, Anabase, 2.20.2 ; 3.2.3-7 ; Quinte Curce, 5.9 ; 8.12.

12 Diod. 17.22.5 ; Arrien, Anabase. 2.2.3 ; Plut.. Phocion, 21.1-2 ; [Plut.]. Vit. X Oral. 847 a ; 848 e.

13 Arrien. Anabase. 1.16.6-7. Cf. Mitchel 1970, 7-8.

14 Cawkwell 1979, 179, voit trois raisons fondamentales au refus athénien d'entrer en guerre : la peur du manque de grains (mais les problèmes aigus d'approvisionnement paraissent plus tardifs), la présence de garnisons macédoniennes menaçantes à Chalcis. Thèbes et Corinthe, et l'existence d'otages athéniens. De façon peut-être un peu trop irénique. Sawada 1996. 65-67. insiste sur une atmosphère apaisée entre Athènes et la Macédoine, bonnes relations décrites par Diod. 17.62.7, et illustrées par quelques gestes postérieurs de bonne volonté comme le renvoi à Athènes des statues d'Harmodios et d’Aristogiton (Arrien, Anabase, 3.16.7-8). Mais la dédicace à Athéna Parthénos de trois cents boucliers pris sur les Perses après le Granique en 334, combat à l'issue duquel de très nombreux Athéniens ayant combattu du côté perse furent déportés en Macédoine (ef. note précédente), bien loin de représenter un hommage à la cité qui l'avait, un siècle et demi plus tôt, précédé dans sa victoire contre les Perses, pouvait tout au contraire à ce moment-là être considéré comme une provocation supplémentaire d'Alexandre à l'égard d'Athènes.

15 Mitchel 1970. 14 n. 40 : Sealey 1993. 206. La principale difficulté provient de la précision d'un soutien en trières. On voit mal l'intérêt qu'il pouvait représenter pour Sparte, car l'on sait que toutes les opérations de la “guerre d'Agis” se déroulèrent sur terre.

16 Will 1983. 73-77 considère cette anecdote comme une fiction antidémocratique : “Die Anekdote ist ahnlich Demades frg. 13 [Plut., Mor. 818e] Produkt einer demokratiefeindlichen Überlieferung” (p. 75 n. 155).

17 Cf. Moi : 191 e et Lycurgue, 19.4, où le nom de Démade n'est pas cité.

18 Comme le soutient Treves 1958, 339, qui parle en termes tranchés de ce propos : “Il mottegio, tristemente efficace, del cupido cinismo popolaresco del demagogo”.

19 Treves 1933b, 118 (et 1958, 339), sous prétexte qu'Eschine n'en dit rien l’année suivante, exclut la possibilité d'une ambassade conduite en personne par Agis III. L'argument n’est pas décisif.

20 Faraguna 1992, 256. Le décret proposé par Lycurgue qui fournit ce renseignement date de 330/329 (Tod. 198. 1. 1 1-15 = Schwenk, 48) : ἐπειδὴ [Εὔδημ]ος πρότερόν τε έπη|γ|γ[είλατο τ]ῶι δήμωι έπιδώσειν [εἰ]ς [τòν π]όλεμον εἵ τ|ι] δέ[οι]το [XXX]Χ [δ]ραχμάς. Il est possible que l'expression πρότερόν τε se réfère effectivement à la situation de 331. Mais, en l'absence de toute autre précision, on ne peut trancher, car on pourrait tout autant voir là des promesses de dons faites au lendemain de Chéronée, annulées en raison de la paix intervenue peu après.

21 C. Léocrate. 46-51.

22 Mitchel 1970, 13. Contra Badian 1967. 172. qui n'imagine pas une position favorable de Démosthène au soulèvement, même à son début.

23 De Falco 1954, 22.

24 L’hypothèse de Potter 1984. voyant dans IG, II2, 399 (Bielman. n° 6), texte dans lequel Démade propose des honneurs pour Eurylochos de Kydonia, qui avait payé la rançon d’Athéniens capturés par des ennemis (le mot est restauré), la preuve d'un engagement militaire entre flotte Spartiate et flotte athénienne, ne tient guère. Aucune source postérieure n’évoque une guerre ouverte entre les deux cités et la datation décisive de l'inscription par Habicht (1994, 9-13 : cf. infra, n. 85 p. 149) détruit ce fragile édifice.

25 Eschine. C. Ctésiphan. 165-167 : Dinarque, C. Démosthène, 34-35 : Plut., Démosthène, 24.1. Carlier 1990. 245-246 ; Faraguna 1992. 256. A l'instar de l'affaire thébaine, les historiens ont supputé les chances de victoire d’une révolte généralisée. Badian 1967, 181-183, est l'un des rares à penser que la guerre aurait pu s’engager sous les meilleurs auspices pour une coalition et rend explicitement Démosthène responsable de cette occasion manquée, suivant en cela peut-être trop fidèlement les accusations assez partiales d'Eschine et Dinarque.

26 La première phrase, plutôt sibylline, laisse supposer un bellicisme naturel des Athéniens seulement annihilé par la défaite militaire. La seconde, tout aussi peu explicite, pourrait signifier qu’avant de mettre les vaisseaux à l'eau, il fallait penser au ravitaillement des équipages et par extension, à leur solde.

27 Démétrios, Sur le Style, § 285 : “La cité n'est plus la guerrière que les ancêtres ont vu combattre sur mer. mais une petite vieille traînant la sandale et sirotant de la tisane” (πόλιν, oὐ τὴν έπὶ προγóων τὴν ναύμαχον, ἀλλὰ γραῦν, σανδάλια ύποδεδεμένην καὶ πτισάνην ροφῶσαν).

28 Glotz 1936, 362 ; Treves 1933b, 1 18. Pour Cloché 1937, 219, “il est très naturel que Démade se soit opposé à tout soulèvement”, et Rat 1934, 335, fait de lui. au même titre que Phocion, “le chef du parti défaitiste”. Plus près de nous. Dieckhoff 1969, 78-82. dans un article au titre évocateur, “Zwei Friedensreden”. étudie la démarche selon lui parallèle d'Andocide et Démade. analyse la pensée de ce dernier à partir du discours Sur les douze années qu'il tient pour authentique (ainsi que les fragments qui lui sont attribués), et pense y déceler une volonté panhellénique d'entente et un désir de paix sans arrière-pensée avec Philippe.

29 Gauthier 1985. 124.

30 Cloché 1934. 180.

31 Par exemple. Andreadès, en parlant de la politique de Démade : “Toward the end ol the 4th century, the sacrifice of the highest patriotic welfare for the sake of the distribution of money became quite indisguised” (1933, 299 n. 2). Non sans sous-entendu, Hammond 1967, 619, fait de Démade le trésorier du theorikon.

32 Paus., 1.8.2 ; 9.16.2. Belloni 1983, 127-143 ; Dreher 1995, 105.

33 Cawkwell 1963. 47-67. Cf. encore Burke 1984. 111 1-120.

34 Dinarque, C. Démostliène, 96 ; IG, II 2. 1627, 1. 352-354 ; 1611, 1. 9 ; 1613, 1. 302.

35 C’est ce que montre avec clarté Näf 1997.

36 Dobexch 1968. 129 n. 30 : “Richtig gezeichnet ist der aufgeklärte, realistische und kraftlose Egoismus eines Phokion und Aischines oder, auf niedrigerem Niveau, eines Demades”. Sur la question des “partis” à Athènes au ive siècle, voir également n. 16 p. 135.

37 Entre autres Burke, 1985. 251-264 et Engels 1992a.

38 Badian 1961, 37 ; Faraguna 1992, 398. Par contre, Engels 1992a ne cite pas une fois le nom de Démade.

39 IG, II2. 1627. 1. 241-248 (cf. 1628. 1. 460-465 ; 1629, 1. 721-729 ; 1631, 1. 100-105). Cf. Gabrielsen 1994, 138.

40 IG. II 2, 1629. 1. 348-349 : ταρροὺς έπὶ τετρήρεις οὕς Δημάδης είσεπρίατο ; 690-699. Cf. Gabrielsen 1994. 155. Kralli 2000, 121 n. 30 : “From 332/1 to 326/5, Demades was concerned with the maintenance and improvement of the Athenian navy”.

41 A quoi l'on pourrait ajouter, si la mention qui la porte est bien des années 334-331, la présence de Xénoclès de Sphettos – et non de Lycurgue – à la tête de l'administration des finances (cf. infra, n. 35 p. 139).

42 On appréciera la belle image donnée par Williams 1982. 22. qui préfère aux expressions “pacifiste” ou “pro-macédonien” le mot de “colombe” (“dove”).

43 IG, II2. 335 (+ SEG. 21. 1965, 274 ; Schwenk. 23) ; 346 (Schwenk, 37).

44 IG. II2. 405 (+ SEG. 21, 1965, 275 : Schwenk, 24 : Osborne 1981a. II, 87, qui penche pour l'origine macédonienne du récipiendaire).

45 Schwenk 1985, 134, avec renvoi à Mitchel 1962. 213-29.

46 IG, II2, 353 (Schwenk. 51 et p. 250 : “This decree confirms the tact that Demades did not restrict his activities to proposing honors for Macedonians only, although this tact is tempered by the close relationship between Thessaly and the Macedonian king at this time”). On doit souligner que, vers cette époque, un autre décret honorant un Larisséen a été voté par l'assemblée : Agora. XVI. 134.

47 Osborne 1981a. II, 86-87 ; Heckel 1991,39 ; Veligianni-Terzi 1997, 87.

48 Glotz 1936. 453-454 : “Malgré toute son habileté, son éloquence se trouve parfois en défaut et sonne le creux : sous l'homme d'État perce le cabotin. Son mysticisme de théâtre lui fait remplacer les bonnes raisons par les légendes et des citations poétiques. A travers les phrases arrondies, une perpétuelle affectation de bon ton laisse visiblement suinter le mensonge”. Croiset 1947, 665 : “Ce qui lui a manqué, c’est une pensée plus haute et une âme plus honnête”. Sans surprise, même conclusion de Cloché 1937, 246-247.

49 Pol. 18.14 : “(Démosthène) jugeait tout en fonction des intérêts spécifiques d'Athènes et il pensait que tous les Grecs devaient calquer leur conduite sur celle d'Athènes ; sinon, il les rangeait parmi les traîtres. en quoi, selon moi. il se trompait”.

50 E. M. Harris 1995.

51 Schmitt 1992, 61 : “Audi geht es nicht an, ihn als einen von den Makedonen gekauften Lumpen hinzulstellen”.

52 Tod, 178,1. 11-13.

53 IG. Il2, 356 (Tod. 199 : Schwcnk, 58). Rosen 1978. 30.

54 IG. II2. 1628, I. 40-42 ; Diod. 18.25.6. La famille de Thrasybule, joignait, à cet aspect anti-macédonien affirmé, une tradition favorable aux Thébains : Davies 1971, 239.

55 Réflexions de Briant 1999. 318-319.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search