Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre V. La révolte de Thèbes et l'apogée de Démade 336-335

Texte intégral

1La mort de Philippe et l'avènement d'Alexandre ne modifièrent pas beaucoup les relations entre Athènes et la Macédoine, malgré quelques velléités d'indépendance. Et, dans ces conditions, la position de Démade, née de la défaite de 338, devait rester privilégiée.

Athènes et Démade à la mort de Philippe

  • 1 Diod. 16.92.1.
  • 2 Le texte constitutif de la ligue de Corinthe est fort explicite : “Je ne renverserai pas la royaut (...)

2Il est plutôt difficile de comprendre l'état d'esprit des Athéniens avant et après la mort de Philippe. Diodore1 précise que, quelque temps avant l'assassinat du roi, les Athéniens lui adressèrent une ambassade et votèrent un décret proclamant hors-la-loi quiconque tenterait de le renverser, décret bien souvent compris comme un signe de servilité supplémentaire à son égard. Mais cette ambassade n'avait peut-être pour but que la prestation (ou le renouvellement) du serment décidé à Corinthe l'année précédente, engageant les protagonistes à défendre les cadres politiques traditionnels des États membres. La Macédoine étant représentée par Philippe, le respect de la patrios politeia macédonienne, s'il est permis de parler ainsi, passait par celui de la personne même du roi et le texte du serment, tel qu'il nous a été conservé, me paraît corroborer cette hypothèse2. Disons simplement que le récit de l'ambassade donné par Diodore laisse planer un parfum de flatterie excessive sur une démarche somme toute normale eu égard aux nécessités diplomatiques du temps, sur ce qui n'était que la suite logique de la “Paix de Démade”.

  • 3 Carlier 1990, 230.

3Démade fut-il à l'origine de cette proposition ? Cette hypothèse a été soutenue3 et n'est pas saugrenue, mais, compte tenu de ce que je viens d'indiquer, il ne faudrait pas en inférer un Démade non seulement favorable alors à une politique d'entente avec la Macédoine mais plus encore attaché à la personne même du roi. Aucun élément ne permet d'aller jusque là et tout au plus, encore une fois, peut-on dire qu'imaginer Démade à la tête d'une telle ambassade n'est pas illogique, même si aucun décret d'un genre aussi particulier n'a été conservé parmi tous ceux que Démade a proposés.

  • 4 [Démade], Sur les douze années, 14, bâti à partir de Plut., Démosthène, 22.2, ou sur la même sourc (...)
  • 5 Eschine. C. Ctésiphon, 161 ; Diod. 17.4.5-6. Ce fut sans doute à ce moment que le traité d'allianc (...)
  • 6 [Démade], Sur les douze années, 14-15 : “Alors que l'ennemi campait aux abords de l'Attique el que (...)

4La situation aurait pu être bouleversée après la mort de Philippe. Tout à rebours de ces précédentes dispositions favorables à une entente avec la Macédoine, le peuple vota, sur la proposition de Démosthène, un décret accordant des honneurs au meurtrier de Philippe4, mais la démonstration de force entreprise par Alexandre dès les premiers temps de son règne calma les plus impatients de ses ennemis potentiels. Les Athéniens, comme les autres Grecs d’ailleurs, reconnurent l’hégémonie d’Alexandre, et une ambassade, mentionnée par Eschine et Diodore, qui ne donnent pas le nom du principal responsable, fut envoyée auprès du roi5. Il est possible qu’une fois encore Démade l’ait dirigée mais, à dire vrai, on n’en sait rien. Le discours qui nous est parvenu sous son nom indique en effet qu’il la menait, et les commentateurs ont accepté cette idée, par habitude avant tout, pourrait-on dire, puisque ce n’était pas la première fois qu’il conduisait une ambassade auprès d’un roi de Macédoine6. Ce ne fut pas non plus la dernière.

5Quel était l’état d’esprit à Athènes ? Le même passage du Pseudo-Démade donne une vision effrayante de l’atmosphère qui s'empara du peuple à ce moment. Cette description est de toute évidence exagérée car, malgré quelques intentions de rébellion bien vite mises sous le boisseau, Athènes ne s'était pas soulevée et Alexandre ne menaçait pas la cité. L'évocation d’une ville en état de siège où l'on avait entassé les troupeaux rappelle trop des réminiscences historiques plus anciennes (le début de la guerre du Péloponnèse) pour être crédible. Il est encore possible que l'auteur anonyme ait confondu cet épisode avec la situation de panique qui s'empara d'Athènes après Chéronée ou après la destruction de Thèbes l'année suivante.

  • 7 Will 1983, 36.
  • 8 Eschine. C. Ctésiphon, 161 ; Plut.. Démosthène, 23.3. Glotz 1938, 45.

6L'épisode ne fut donc pas paroxystique et, pour autant que nous le sachions, il n'y eut personne à Athènes pour protester contre cette reconnaissance renouvelée de la suprématie macédonienne : tous les Athéniens, y compris ceux que l'on présente habituellement comme anti-macédoniens, acceptèrent le traité puisqu'il n'y avait pas d'alternative à la politique de compromis que Démade illustrait7. Démosthène faisait partie de l'ambassade dépêchée à cette occasion, du moins avait-il été désigné pour rencontrer Alexandre, mais il n'alla pas jusqu'au bout. Pourquoi ? Pour ses contempteurs, dont Eschine, son refus prouve ses hésitations et sa peur, et Plutarque concède qu'il redoutait la colère du roi. G. Glotz, l'un de ses thuriféraires, a une autre explication, plus noble : “Démosthène en fait partie ; mais, à mi-chemin, le cœur lui manque et il s'en retourne, laissant Démade s'acquitter d'une mission trop humiliante pour lui”8. Cette position laisse supposer un Démosthène se refusant à accepter de bonne grâce la domination macédonienne en 336, mais admet aussi que les autres dirigeants athéniens, au premier rang desquels il place, en le nommant expressément, Démade, ne partageaient pas son état d'esprit et partaient, sans le moindre état d'âme, se soumettre au jeune roi. En d'autres termes, cette humiliation est compréhensible s'agissant d'un Démade, impensable pour un Démosthène. Est-il besoin de signaler qu'il s'agit là d'un jugement a priori, que ne corrobore aucune source contemporaine ? Encore une fois, mis à part quelques éventuels fanatiques pro-macédoniens qui nous sont inconnus en 336. il n'y a personne à Athènes pour accueillir avec plaisir la personnalité d'Alexandre.

La révolte manquée de Thèbes

  • 9 Will 1983. 43-47 ; Carlier 1990, 236-242.

7Plus lourde de conséquences fut la révolte manquée de Thèbes. Les circonstances sont plutôt bien connues, et il n’est pas indispensable d’y revenir dans le détail9. Rappelons simplement que Démosthène, après avoir un temps caressé l’espoir de faire renaître l’alliance athéno-thébaine de 339-338, s’était, comme beaucoup d’autres, résigné à laisser seuls les Thébains face au courroux d’Alexandre. Mais, et ce qui nous intéresse ici, quelle fut la position de Démade dans l’affaire ?

8En réalité, nous ne savons rien de son attitude avant la reddition de Thèbes. Il y a bien un passage du Pseudo-Démade pour affirmer qu’il s'opposa de suite à un secours aux Thébains :

“La cité fut exposée à un troisième et terrible danger, non point cette fois envoyé par la Fortune mais apporté par les orateurs du temps. Rappelez-vous leur conduite, quand Démosthène et Lycurgue, côte à côte dans leurs discours, avaient vaincu les Macédoniens chez les Triballes et exhibaient presque le corps d'Alexandre sur la bèma, quand, à l’assemblée, par leurs discours, ils calmaient les Thébains exilés présents et leur faisaient entrevoir l'espoir de leur libération, affirmant que j'étais ténébreux et pessimiste puisque je n'approuvais pas” [Démade], Sur les douze années, 16-17.

  • 10 Eschine. C. Ctésiphon, 238-239 ; Diod. 17.8.6. Après l'affaire d'Harpale, cette attitude que certa (...)
  • 11 Plut.. Phocion. 17.1. Will 1983, 41 : Faraguna 1992. 253.
  • 12 Sawada 1996. 64 parle d’une “great opportunity”.

9Par attraction avec ce que nous dit par exemple Plutarque de la position de Démade en 331. quand il nous le présente incitant les Athéniens à ne pas se joindre à la révolte d'Agis, il y a pu avoir confusion entre les deux événements. En fait, tout porte à penser que. si Démosthène soutint quelque temps la cause thébaine10 et donc si discussion à l'assemblée il y eut, elle fut très vite tranchée par le peuple. Il ne se trouva in fine pas grand monde pour défendre l’idée d'une intervention militaire, peut-être par crainte du jeune roi, encore qu'un mot célèbre de Démosthène rapporté par Eschine laisse croire que l'on ignorait encore toute l'étendue de ses talents. Plutarque montre la prudence conjointe de Phocion et de Démade en cette occasion et il n'est pas douteux qu'en raison de la place éminente que ce dernier tenait à l'assemblée depuis Chéronée, son avis dut être écouté11. Prudence réaliste mais peu glorieuse s'opposant à une réaction noble qui aurait eu quelques chances de succès ? Mais si le péché mignon de l'historien est de se projeter dans le conditionnel passé et s’il se trouve donc toujours des savants pour jauger de l'opportunité réelle d'un soulèvement et soupeser les chances de victoire12. il est trop facile de poser ce type de question après coup, de charger le cas échéant la réponse de connotations morales – chefs indignes de la grandeur passée d'Athènes, dèmos apeuré et dépolitisé – et en ayant de surcroît en mémoire des exemples de situations plus ou moins similaires puisés dans une histoire plus récente.

  • 13 Bosworth 1980, 92-96 : Will 1983, 37-47. Le nombre des Athéniens réclamés par Alexandre varie selo (...)
  • 14 Eschine, (. Ctésiphon, 161 : “Lui que vous n’avez pas livré, que vous n’avez pas abandonné au juge (...)

10C'est en fait après la destruction de Thèbes que Démade réapparaît de façon directe au premier plan et que toutes les sources lui accordent un rôle majeur. On sait qu'Alexandre, méfiant devant l’attitude des Athéniens qui. même s'ils n’avaient pas soutenu leurs voisins thébains dans leur révolte, ne s'étaient pas gênés pour manifester bruyamment leur joie à l’annonce (fausse) de la mort du roi dans la guerre qu’il avait menée contre les Triballes, exigea, pour prix de son pardon, la livraison par la cité des orateurs les plus en vue qui lui étaient hostiles, parmi lesquels Démosthène, bien sûr, mais aussi Polyeucte et Lycurgue13. Quel sort Alexandre leur réservait-il ? Un passage d’Eschine nous donne la clé : à l’instar des Thébains après leur révolte, le roi espérait les faire juger par le synedrion de la ligue de Corinthe14. Perspective plutôt sombre, si l’on se réfère au sort de ces mêmes Thébains, et en ce sens il est indéniable que l’intervention de Démade a sauvé la vie de Démosthène et de ses amis.

11L’affaire est connue dans ses grandes lignes. A l’assemblée qui discutait des exigences royales, Phocion proposa aux Athéniens concernés de sacrifier leurs vies pour sauver la cité dans son ensemble.

  • 15 Tous les manuscrits donnent ici le nom de Démosthène. Mais la suite de la phrase, φανερòς ἦν σώζει (...)

“De nombreux discours furent prononcés devant l’Assemblée et Phocion le Juste, qui menait une politique opposée à celle de Démosthène, affirma que ceux dont on réclamait la livraison devaient imiter les filles de Léôs et Hyakinthos en subissant volontairement la mort pour que la cité ne souffrît rien d’irrémédiable. A ceux qui ne voulaient pas mourir pour le salut de la cité, il reprocha leur manque de courage et leur lâcheté. Mais il fut chassé de la tribune par le peuple, qui écoutait ses propos avec désapprobation. Démosthène15, de son côté, développa un discours soigneusement médité et le peuple, incité par ses propos à prendre ces hommes en pitié, montra clairement qu’il voulait les sauver. A la lin, circonvenu par Démosthène – moyennant, dit-on, une somme de cinq talents (πεπεισμένος ύπò τῶν περὶ Δημυσθένην. ὥς φασι, πέντε ταλάντοις ἀργυρίου) – Démade proposa à l’Assemblée de sauver ceux qui étaient en danger et donna lecture d’un projet de décret habilement rédigé ; il comportait en effet un plaidoyer en faveur des orateurs et la promesse de les châtier conformément aux lois s’ils méritaient une punition. (4) Le peuple approuva l’artifice imaginé par Démade et ratifia le décret, envoyant auprès du roi comme ambassadeur ce même Démade accompagné de quelques autres, avec pour instructions de demander également à Alexandre, à propos des exilés thébains, la permission pour le peuple athénien de recueillir les Thébains fugitifs. (5) Démade partit en ambassade et l’habileté de son discours lui valut un succès complet : il convainquit Alexandre de décharger ces hommes des accusations dont ils étaient l’objet et d’accorder aux Athéniens tout ce qu’ils avaient demandé par ailleurs”. Diod. 17.15.3-5.

12Plutarque offre une vision quelque peu différente, qu’il décline en deux versions :

  • 16 Will 1983, 47 n. 319 : “Das οὗτοι bezieht sich auf Deinades unit seine Anhänger”. Dans l'esprit de (...)

“Tandis que les Athéniens, perplexes, délibéraient, Démade, ayant reçu cinq talents des orateurs, convint qu’il irait en ambassade et intercéderait pour eux auprès du roi. soit qu’il comptât sur l’amitié d’Alexandre à son égard, soit qu’il s'attendît à le trouver rassasié, comme un lion gorgé de meurtre. Mais c'est Phocion qui persuada le roi de faire grâce à ses hommes, et qui le réconcilia avec la ville. [24] Après le départ d'Alexandre, leur (οὖτοι) pouvoir16 fut grand, et le rôle de Démosthène très réduit”. Plut.. Démosthène, 23.6-24.1.

“Comme après la destruction de Thèbes, Alexandre ordonna que lui fussent livrés entre autres Démosthène, Lycurgue, Hypéride et Charidémos, l'assemblée se tourna vers lui (Phocion) en l'appelant par son nom à de multiples reprises”. Plut., Phocion. 17.2.

  • 17 Phocion. 17.3 : “Ces gens-là ont amené notre cité à une situation telle que si quelqu'un réclamait (...)
  • 18 Par une surprenante confusion entre la situation de 335 et celle de 322. Oikonomidès 1981, 6, décr (...)

13Les différences entre Diodore et Plutarque sont assez sensibles : Plutarque occulte la proposition fort peu courageuse de Phocion en la déformant comme il se doit au moyen d'un “dit mémorable”, par ailleurs assez peu explicite17, proposition qui l'éclaire sous un jour entièrement pro-macédonien, plus préoccupé de bonnes relations avec Alexandre que de la sauvegarde des citoyens les plus menacés, tandis qu'il voit en Démade un ami du roi de Macédoine. En minimisant l'intercession victorieuse de Démade, Plutarque tente un renversement des rôles et vise à présenter Phocion comme l'homme providentiel que le peuple attendait et qui obtint la vie sauve pour les anti-macédoniens réclamés par le roi, alors qu'au contraire, il les avaient abandonnés à sa vindicte sans le moindre scrupule et, si l'on suit Diodore, avait été chassé de la tribune sous les huées de l'assemblée. Pour parvenir à ses lins, Plutarque est obligé de faire subir quelques entorses à la réalité : puisqu'il lui est impossible de mettre Démade totalement hors-jeu, il ajoute à l'action de ce dernier une autre intervention, dont Phocion aurait l'entière responsabilité et qui aurait été décisive. Ainsi Plutarque indique-t-il ou plutôt sous-entend-il l'existence de deux ambassades, la première menée par Démade, la seconde, victorieuse, dirigée par Phocion, créant ainsi une contradiction interne à son propre récit. C'est ainsi que je m'explique les différences fondamentales existant entre les narrations de Diodore et de Plutarque. On note encore l'allusion de Diodore à de l'argent versé par Démosthène à Démade pour défendre sa cause – mais il garde ses distances avec ce qu'il semble considérer comme une rumeur (ὥς φασι) – précaution dont ne s'embarrasse pas Plutarque, lequel reprend à son compte cette accusation de corruption de Démade, rien moins que prouvée mais qui devait, dans son esprit, bien cadrer avec ce qu'il savait ou croyait savoir du personnage18.

  • 19 Errington 1990, 92.
  • 20 Hammond 1967,601.
  • 21 Tritle 1976, 118. Même remarque de Burtt 1954, 330, Burke 1977, 333. Hamilton 1999, 32. Kralli 199 (...)

14Dans sa majorité, la critique moderne a, une fois de plus, préféré Plutarque à Diodore. R. M. Errington est l'un des rares à penser que ce fut sous l'influence personnelle de Démade qu'Alexandre accepta d'abandonner sa demande19. Plus représentatif des historiens actuels, N. G. L. Hammond préfère croire, comme Plutarque, en deux ambassades successives, la victorieuse étant l'œuvre de Phocion20. On a pu aussi tenter de combiner les deux versions : L. A. Tritle affirme que l'éloquence de Démade et la réputation de Phocion se combinèrent pour persuader Alexandre de retirer ses exigences21, négligeant de ce fait la position initiale de Phocion qui espérait convaincre les hommes en question de se rendre. En tout état de cause, Phocion apparaît chez ces historiens comme le personnage central de l'affaire, alors qu'il n’est pas même cité par Diodore.

  • 22 A Susc en 367, Pélopidas put se targuer devant les Perses d'être originaire d’une cité. Thèbes, qu (...)

15Il est sans doute nécessaire de reprendre tous ces éléments et de ne pas se limiter au seul texte de Plutarque. Qu'il y eût deux ambassades est un point assuré, mais elles furent toutes deux menées par Démade, dûment mandaté par le peuple. La première vint féliciter Alexandre de son succès sur Thèbes et il serait à mon sens erroné d'imaginer là une démarche en tous points hypocrite. Il n'avait jamais manqué, à Athènes, de citoyens privés ni d'hommes publics pour voir dans la grande cité béotienne l'adversaire principal. Ce qui avait séparé Eschine de Démosthène dans les années précédant Chéronée, c'était, au-delà d'une solide inimitié personnelle, la place et le rôle de Thèbes dans le processus diplomatique. Eschine voyait en elle une ennemie héréditaire, celle qui avait rejoint les rangs perses lors de la seconde guerre médique, demandé aux Spartiates en 404 la destruction d'Athènes, réduit en esclavage en 373 les Platéens, amis de toujours, participé à l'anéantissement des Phocidiens, autres alliés traditionnels. Chacun sait qu'en matière de relations entre cités, la mémoire, en permanence réactivée, jouait un rôle considérable22. Démosthène lui, avec quelque discernement après 346, avait cherché à se concilier Thèbes devant la menace macédonienne. Cependant, il s'agissait là d'une attitude opportuniste dictée par des impératifs de défense et l’on doit rappeler que. durant l'époque classique. Thèbes et Athènes s'étaient situées dans deux camps opposés à de rares exceptions près (le quart de siècle qui va de la guerre de Corinthe à Leuctres et les années immédiatement antérieures à Chéronée). Nul doute que ce ressentiment séculaire ait été à l'origine, au moins partielle, de la décision de neutralité lors du soulèvement de 335. Je m’empresse de souligner que nous ignorons tout de la position de Démade vis-à-vis de Thèbes en ces années, mais c'est l'état d'esprit des Athéniens dans leur ensemble qui importe ici. En somme, voir à nouveau dans cette ambassade une simple et humiliante soumission à Alexandre relève d'une erreur de perspective.

  • 23 Bearzot 1985, 37-38.
  • 24 Scholie Eschine III. 159 (de Falco frag. LII).

16La seconde ambassade obtint satisfaction mais le rôle de Phocion y a encore été très amplifié23 puisque, dans le meilleur des cas, il faisait simplement partie du groupe dirigé par Démade (accompagné de quelques autres, ajoute Diodore). C'est sur celui-ci seul, comme on en aura plus loin la preuve par les honneurs qui lui furent ensuite décernés, que devait retomber l'indiscutable succès de son entreprise : convaincu par l'éloquence de Démade, précise Diodore, Alexandre retira ses exigences et se contenta de l'exil de celui qu’il devait considérer comme son plus dangereux adversaire, Charidèmos – un homme de guerre, pas un orateur. Une source indirecte signale qu'entre autres arguments, Démade aurait signifié au roi que ses adversaires, touchés par une “mort oratoire” (ῥητορικῶ θανάτῳ) et donc politique, n'étaient désormais plus dangereux24. Ce n’est néanmoins pas diminuer le mérite de Démade de souligner que la clémence d'Alexandre était un peu dictée par les événements. A la veille de son départ pour l'Asie, il n'était pas de son intérêt de laisser derrière lui une cité humiliée et toujours susceptible de se rebeller ; ce l'était encore moins de s'engager dans un siège long et incertain, Athènes, appuyée sur une flotte intacte, pouvant recevoir des renforts depuis la mer. Et se lancer dans une guerre présentée comme panhellénique après avoir rasé Thèbes, puis assiégé ou peut-être même détruit Athènes, n'était certes pas le meilleur moyen de galvaniser les troupes grecques. Pardonner pour mieux asseoir son pouvoir : la clémence d'Auguste a des antécédents chez Alexandre.

  • 25 Cf. infra, p. 164. Loomis 1998, 69-70, présente les deux textes de Diodore et Plutarque, mais ne r (...)
  • 26 Bearzot 1985. 38.

17Reste à élucider la question de la corruption. Les accusés ont-ils versé à Démade une somme d'argent pour le convaincre de plaider leur cause auprès du peuple dans un premier temps, auprès du roi dans un second ? Nous aurons l'occasion de voir que le griet de corruption à l'encontre de Démade, comme celle des autres orateurs de l'Athènes du ive siècle, est récurrente, ce qui ne signifie pas bien entendu qu'elle soit fausse et dénuée de tout fondement, mais la multiplication de ces attaques ne leur fournit pas pour autant un brevet d'authenticité. D'abord, par la définition même de ce que l'on peut appeler la corruption : on sait que les orateurs se faisaient payer, grassement d'ailleurs, pour leurs interventions dans le cadre d'un procès, par exemple, et l'affaire décrite par Diodore et Plutarque y ressemble assez25. Mais même cette hypothèse, qui affranchirait en partie Démade de ce reproche, n'est pas prouvée, loin s'en faut. En effet, on remarque que si Plutarque n’émet pas la moindre réserve sur cette accusation, Diodore se contente de rapporter ce qu’il avait lu dans l'une de ses sources, mais sans le reprendre à son compte personnel, sans doute parce que d'autres sources ne mentionnaient pas de versement d'argent ou bien parce que celle qui le faisait était elle-même fort évasive. Mais, plus que Démade, dans l'affaire, c'est Démosthène qui est visé par cette insinuation, puisqu'il accepte, lui et lui seul parmi les orateurs menacés, de payer pour se sauver : on peut soupçonner là l'influence, et bien que la morale grecque n'ait pas systématiquement réprouvé celui qui payait mais plutôt celui qui recevait, d'une tradition antidémocratique – Démosthène avait peur-à laquelle Plutarque a puisé26. Et il y a cru d'autant plus facilement, serais-je tenté d'ajouter, que, dans son esprit, l'alliance de fait entre un Démade toujours présenté comme un partisan éhonté de la Macédoine et un Démosthène de façon systématique proclamé (et même auto-proclamé, préciserais-je) inébranlable adversaire de cette dernière, devait paraître impossible aux yeux du Béotien et ne pouvoir s'expliquer que par un versement d'argent.

  • 27 Lingua 1978. Cf. supra, n. 47 p. 52.
  • 28 Diod. 17.22.5. Et sans doute aussi des fantassins : IG. II2. 329. Mitchel 1970, 7.
  • 29 La date de ce discours, dans lequel Colin 1925, 347, voit l'émanation de l'état d'esprit des “extr (...)
  • 30 Engels 1993, 139 : “Die prominente Rolle des Demades seit dem Demadesfrieden und besonders seit 33 (...)

18Or. rien n'est simple sur ce plan, et il convient de constater qu’en 336, Démosthène n’avait pas longtemps cherché à soulever sa cité, et que, l'année suivante, il avait aussi vite compris que ni Athènes, ni lui, n'avaient grand-chose à gagner dans l'aventure d’une aide inconditionnelle à Thèbes. On doit donc se borner à remarquer qu'après la révolte de Thèbes au plus tard, la politique de Démosthène s'est sensiblement rapprochée de celle, centrée sur les seuls intérêts d’Athènes, de Démade27 et l'on n'est pas obligé de voir en ce dernier un affidé de la Macédoine, prêt à tout pour s'assurer le pouvoir dans sa cité. Ne pas défendre les hommes exigés par le roi eût d'ailleurs été pour lui un excellent moyen de faire place nette et de se pousser au premier rang. Il y parvint d'ailleurs, en suivant une conduite, non point marquée par la soumission, mais toute de fermeté vis-à-vis du Macédonien vainqueur. Celui-ci obtenait bien évidemment des contreparties avantageuses, que l’on ne pouvait à présent guère lui contester, comme ces vingt navires pour l'expédition d'Asie, dont les équipages allaient servir d'otages qui ne diraient pas leurs noms28. Le châtiment exemplaire de Thèbes, le sentiment de quelques hommes politiques et de la cité dans son ensemble d'être passés tout près d'un désastre identique, avaient refroidi pour longtemps les ardeurs belliqueuses des Athéniens. L'auteur anonyme du discours Sur le Traité avec Alexandre29 prêche désormais dans le désert. Son hostilité virulente aux Macédoniens en permanence ressassée, ses appels au soulèvement ne trouvent aucun écho dans l'assemblée. Aucun orateur ne se risque plus désormais a exhorter ses concitoyens à la révolte, pas même ceux qui, tel Hypéride avant et après cet épisode dramatique, se montrèrent les plus agressifs à la tribune. Et, dans ce contexte d’une cité apeurée, une place de choix allait nécessairement revenir à ceux qui, avant la soumission de Thèbes, avaient pressenti les limites militaires d'Athènes – Démade en premier lieu dont, plus que jamais en cette occasion, on doit mettre en exergue la place centrale qu'il détenait dans la vie politique de la cité30.

19Les résultats diplomatiques inespérés que ce dernier avait obtenus d'Alexandre, alors que l'existence d'Athènes aurait pu être mise en jeu par une intervention directe aux côtés des Thébains, expliquent les honneurs qu'il reçut en récompense des bons conseils qu’il avait donnés, le premier, au peuple.

Les honneurs décernés à Démade

  • 31 On peut déduire le nom du rogator du titre d'un discours perdu de Lycurgue, Sur les honneurs décer (...)
  • 32 Kralli 1999, 147.
  • 33 Tod, 128. Schäfer 1887. 192-193 ; Beloch 1925, 52.

20Par malchance – pour nous, et pour Démade lui-même, que la postérité eût peut-être pu juger sans cela avec plus de nuances – le décret voté en son honneur, sitôt ces événements dramatiques terminés, n'a pas subsisté. Il n'est connu que par des allusions que l'on devine dès avant l'examen peu favorables au personnage, qui ne permettent pas de savoir pourquoi Démade était honoré (encore que les pages précédentes le laissent entendre), mais se focalisent sur les seules décisions du peuple et la honte subséquente rejaillissant sur la cité tout entière. Démade obtint donc, sur la proposition de Képhisodotos31, sans doute appuyé par la plupart de ceux qu’il avait tirés des griffes d’Alexandre, la nourriture au prytanée jusqu'à la fin de ses jours et l'érection sur l’agora d’une statue de bronze à son effigie32. Ce n'était pas une mince récompense car. comme le rappelle K. J. Beloch, c'était la première fois depuis un demi-siècle, lorsque de tels honneurs avaient été décernés à Conon (mort depuis presque vingt ans) et Timothée (toujours vivant au moment du décret en son honneur), qu'un citoyen était ainsi distingué33. Il est certain que l'obtention de ces megistai timai devaient lui valoir de sérieuses critiques de quelques-uns de ses contemporains, pourfendeurs indignés du non-respect de la tradition – mais peut-être aussi jaloux. Dinarque est celui qui donne les renseignements les plus précis :

“Quel décret as-tu jamais attaqué, Démosthène, alors que Démade a multiplié les propositions scandaleusement illégales ? As-tu jamais contrecarré l'une des initiatives politiques par lesquelles il a lésé l'intérêt de la cité ? Non. As-tu jamais traduit en justice pour action préjudiciable (eisangelia) à la cité l'individu coupable d'avoir si souvent enfreint les décrets du peuple aussi bien que les lois ? Jamais. Au contraire, tu n'as rien dit en voyant s'ériger sur l'agora une statue de bronze à son image, en le voyant lui-même nourri au prytanée avec les descendants d'Harmodios et d'Aristogiton”. Dinarque. C. Démosthène, 101.

  • 34 Durrhach 1890, 145. ne fait pas le lien entre les deux événements : “On peut s'étonner que Démosth (...)

21Il s'agit de replacer ce passage dans son contexte judiciaire, le discours prononcé contre Démosthène par Dinarque à l'occasion de l'affaire d'Harpale, en 324, dans laquelle étaient impliqués tant Démosthène que Démade, ce qui explique le ton virulent employé ici à l'encontre de ceux que Dinarque veut montrer comme complices. On notera que, concernant Démade. il n'est fait nulle mention d'une collusion éventuelle avec les intérêts macédoniens : Dinarque se limite à dénoncer l'action intérieure de Démade, en des termes vagues et excessifs mais sans le moindre exemple précis sur lequel s'appuyer, au travers d'accusations d'une banalité extrême, si courantes dans la rhétorique politique d'Athènes au ive siècle et ne préjugeant en rien de la réalité. On peut signaler encore que Dinarque fait remonter la complicité objective de Démosthène et de Démade assez haut dans le temps, bien avant 335, qu'il n'accrédite pas la thèse de la corruption défendue par Plutarque, et qu'il se limite à stigmatiser le silence de Démosthène lorsque la cité décerna à Démade les honneurs en question, fait assez compréhensible pourtant, puisque l'action de ce dernier lui avait sauvé la vie34. Tout cela s'harmonise avec les conclusions auxquelles nous étions parvenus plus haut quant au parallélisme de leurs cheminements politiques respectifs.

22Que Démosthène n’ait pas protesté ne signifie pas qu'il n'y eut pas d'opposition sur le moment. En fait, un discours de Lycurgue, disparu, mais connu de nous par quelques allusions postérieures, fut prononcé Contre Képhisodotos, sur les honneurs décernés à Démade. On a coutume, sans certitude aucune, de lui rattacher au moins ces deux fragments :

“Quant à moi, si je ne démontre pas que le décret est à la lois illégal et funeste, et que cet homme est indigne (ἀνάξιον) d'une récompense”. Lycurgue, frag. VIII-1 (CUF) = 57 Blass = 91 Sauppe.

“Périclès, qui prit Samos, l’Eubée et Égine. qui construisit les Propylées, l’Odéon et l’Hécatompédon, qui lit déposer dix mille talents d’argent sur l’Acropole, fut couronné de feuilles d’olivier”. Lycurgue, frag. VIII-2 (CUF) = 58 Blass = 91 Sauppe.

  • 35 Pour d'autres fragments de Lycurgue pareillement rattachés à la personnalité de Démade, cf. supra, (...)
  • 36 C. Léocrate, 51. Il proposa d'ailleurs lui-même en 334/3 un décret honorifique pour le stratège Di (...)

23Bien sûr, ces textes disent peu, mais ils reprennent pour l’essentiel les accusations de Dinarque, à savoir que Démade – s’il s'agit bien de lui, car j'insiste, on aura remarqué qu'aucun nom ne subsiste – ne mérite pas cette récompense. Mais enfin, étant donné la réputation peu flatteuse de Démade, la plupart des commentateurs ont admis, sans prudence excessive, que c'était bien notre orateur qui était visé par ces paroles peu amènes ; acceptons-le35. Dans un bel élan rhétorique, Lycurgue, dont l'aptitude à reconnaître les mérites de celui qui l'avait sauvé de la vindicte d'Alexandre ne constituait pas la qualité première, devait, à l'intérieur de son discours, établir sans aucun doute un parallèle entre Périclès et Démade, les immenses mérites du premier ayant abouti sur des honneurs sans commune mesure avec ce que Démade prétendait obtenir. Bel effet de manche, dirait-on de nos jours, mais Lycurgue – si, encore une fois, ces fragments doivent être rattachés à un discours prononcé à ce moment contre Démade – peut être pris en flagrant délit de mensonge ou de contradiction puisqu'en d'autres circonstances, il trouve normale l'érection de statues de stratèges vainqueurs36. Il n'est peut-être pas nécessaire de trop insister sur l'esprit rigoriste de Lycurgue, partie intégrante du mythe attaché à sa personne. En tant qu'orateur, il savait, comme ses collègues, actionner tous les ressorts de la rhétorique, employer les arguments qui convenaient à sa démonstration de l'instant et les retourner en cas de nécessité. Pour comprendre ce décret honorifique à sa juste valeur, il est indispensable de le replacer dans le contexte de cette année 335, marquée par la vraie peur de subir le sort des Thébains qui s'était emparée des Athéniens. C'était un sauveur que les Athéniens honoraient en Démade et non point un misérable flagorneur de la cause macédonienne.

24Cette statue de Démade a marqué les esprits, ceux du temps peut-être (Dinarque), mais surtout ceux des temps postérieurs, puisque des compilateurs ont choisi de conserver des passages de discours mentionnant cet épisode parce que, nous allons le voir, cette statue et les honneurs qui l'accompagnaient inauguraient de nouvelles pratiques. Nous en avons un autre exemple avec un fragment de l'orateur Polyeucte de Sphettos, contemporain de l'affaire, qu'il convient de rattacher aux discussions préalables à la délibération elle-même :

  • 37 Traduction partielle de Gauthier 1985, 109-110. On comprend que les habituels procureurs modernes (...)

“Dans quelle attitude Démade sera-t-il représenté ? Tenant son bouclier devant lui ? Mais il l'a jeté à la bataille de Chéronée. Tenant alors un emblème de navire ? Mais, demandera-t-on, de quel navire ? De celui de son père ? Avec un rouleau de papyrus sur lequel il aura consigné des dénonciations et des accusations de trahison ? Mais, par Zeus, il sera représenté priant les dieux : certes, comme quelqu'un de malintentionné pour votre cité, attirant par ses prières les châtiments sur vous tous, et servant les intérêts de vos ennemis”. Polyeucte, Rhét. gr. Walz. ix, 54537.

  • 38 Gauthier 1985, 109 : “Les fragments du discours [de Polyeucte] [...] révèlent la primauté, à cette (...)
  • 39 Dinarque, C. Démosthène. 43. Ce Diphilos fut triérarque et proposa une loi navale : IG. II2, 1629, (...)
  • 40 Dém., Couronne. 57 ; Eschine, C. Ctésiphon. 49. 237.
  • 41 Kralli 1999. 148 : “lt was demonstrated that diplomacy. under certain compelling circumstances, co (...)
  • 42 Selon [Plut.], Vit. X Orat. 850 b. Hypéride aurait attaqué un décret proposé par Midias accordant (...)

25On doit remarquer qu'outre la personnalité controversée de l'honorandus, accusé d'avoir abandonné son bouclier à Chéronée et d'être un sycophante notoire – mais l'art oratoire athénien excelle dans le dénigrement ad hominem – le reproche essentiel fait à ce décret, tant par Lycurgue que par Polyeucte, et même, de manière moins directe, par Dinarque, réside dans le tait que les honneurs suprêmes, les megistai timai, concernent un orateur et non, comme c'était le cas jusqu’alors, un chef de guerre38. Depuis Cléon aux lendemains de Sphactérie jusqu'à peut-être Diphilos, sans doute le fils du stratège Diopeithès, qui reçut, un peu en même temps que Démade, une statue sur l'agora et la nourriture au prytanée39. en passant par Conon et son fils Timothée, Iphicrate, Chabrias, tous les Athéniens récompensés des megistai timai étaient stratèges. Démosthène, pour avoir organisé la résistance à Philippe, renforcé les remparts et plus généralement avoir agi et parlé pour le bien du peuple, n’avait eu droit qu'à une couronne, qui avait suffi à déclencher le courroux d'Eschine40, C'était indiscutablement un grand changement, qui. peut-être plus que d'autres, montre la modification des perspectives à Athènes : c'est parce qu'il a sauvé sa cité d'un danger qui n'était pas imaginaire et qui avait été ressenti avec grande inquiétude par ses concitoyens (l'exemple de Thèbes montrait de la façon la plus crue qu'Alexandre ne plaisantait guère), que Démade reçut ces honneurs, et non parce qu'il avait obtenu un surcroît de puissance pour Athènes, par une quelconque victoire militaire41. En ce sens, c’est vrai, il inaugure une ère nouvelle, qui allait rapprocher Athènes d'une cité hellénistique, cherchant auprès de citoyens influents une intervention diplomatique concrète et une protection que ses forces militaires seules ne lui permettaient plus d'obtenir. On peut se complaire, à l'image de Lycurgue, à entonner l'antienne anachronique d'une comparaison avec les heureux temps antérieurs, où les honneurs les plus recherchés se limitaient à des couronnes de laurier, et verser, par la même occasion, une larme sur la décadence des mœurs politiques athéniennes au ive siècle. On ne peut toutefois dire, dans le contexte difficile qu'Athènes connut en 335, que ces récompenses n'étaient pas méritées et elles corroborent, au passage, l'idée selon laquelle c'était bien Démade et Démade seul qui passait, aux yeux des Athéniens, pour avoir sauvé Athènes du danger de 335. Exil donc définitivement Phocion du succès de l'ambassade42.

  • 43 A dire vrai, le seul moment où l'on perçoit des différences réelles d'approche à la fois diplomati (...)
  • 44 Will 1983, 38-59 : Sawada 1996, 57-60 pour une historiographie détaillée de la question.

26Ces attaques contre Démade ne s'inscrivent pas dans une sorte de lutte entre partisans et adversaires de la Macédoine comme on a un peu trop tendance à vouloir les enfermer. En effet, il n'est fait ni mention ni accusation d'une forme ou d'une autre de trahison que l'attitude de Démade aurait représentée à ce moment-là. La dernière phrase de Polyeucte s'adressant au peuple et montrant Démade “servant les intérêts de vos ennemis”, même si on y voit autre chose qu'une argutie de tribune, peut se comprendre comme “ennemis de la démocratie” autant que “ennemis d'Athènes”, si tant est qu'une telle dichotomie aient été envisagée par l'orateur. On demeure confondu devant la banalité et le flou du réquisitoire, organisé autour d'un triptyque très apparent dès lors que l'on étudie un peu la sémantique des accusations réciproques de Démosthène et d’Eschine, par exemple : sycophante, ennemi des dieux, traître à la cité. Ne manque à ce tableau tout en nuances que la corruption laquelle, je n'en doute pas une seconde, devait figurer dans un autre endroit du discours de Polyeucte. En réalité, et ce depuis le début du ive siècle43, les tensions entre orateurs sont extrêmement vives et elles paraissent d'ordre avant tout personnel44.

  • 45 Plut., Mor. 820 e. Imprudemment repris par Croiset 1947. 642.
  • 46 Str., 9.20 ; Diogène Laërce, 5.77. Gauthier 1985, 110 n. 110. Kralli 1999. 147 n. 35, parle d'exag (...)

27Quelles que fussent les résistances, en tout état de cause, la proposition de Képhisodotos fut acceptée par le peuple et la statue de bronze érigée, ce qui, à moins de ne voir une fois de plus dans le dèmos athénien qu'une masse apathique, idée que j'ai repoussée plus haut, prouve qu'il reconnaissait des mérites à Démade. Plutarque rapporte cependant que plus tard, “les statues de Démade furent fondues pour faire des pots de chambre”45, ce qui ne laisse pas de gêner. En effet, le pluriel employé ne cadre pas avec ce que l'on croit savoir de la situation réelle, puisque les textes nous parlent d'une seule statue. D'autre part, la même anecdote est rapportée par Strabon et par Diogène Laërce à propos des statues de bronze de Démétrios de Phalère transformées en pots de chambre après sa destitution, ce qui amène à nous interroger sur une éventuelle confusion entre les deux personnages46. J'ai déjà dit. compte tenu de la présence du petit-fils de Démade parmi le personnel politique du premier quart du iiie siècle, qu'il n'y avait sans doute pas eu de damnatio memoriae à son encontre dans les années qui suivirent sa mort. Certes, dans le contexte de la tyrannie de Démétrios de Phalère, il n'est pas interdit de penser que sa statue disparut et. pour autant que Pausanias soit complet dans sa description de l'agora au début du iie siècle de notre ère, on ne sache pas qu'elle ait subsisté. Rien ne dit pourtant qu’une vengeance populaire pour suivit Démade dans la mort au point de se laisser aller à une telle symbolique scatologique. Encore une fois, et cette idée est renforcée par la probable confusion du devenir des statues de Démétrios de Phalère et de l'unique statue de Démade, Plutarque reste prisonnier d'un schéma de pensée violemment hostile à ce dernier.

  • 47 IG, II 2, 832,1. 12-15.
  • 48 Osborne 1981a. I. 166-170 : Gauthier 1985, 104-1 12.
  • 49 Osborne 1981a, l. 170. Cf. également Kralli 1999. 143 : “I agree that the case of Demades would ha (...)
  • 50 Le pluriel n'a pas échappé à Kralli 1999, 144, qui se prononce pour un ensemble d'obligations mora (...)
  • 51 Sur ce point précis, voir infra, n. 51 p. 143.
  • 52 IG, II2. 832, 1. 16 : [συμ]βούλους ἀγαθοὐς γενομένους. On ne saurait donc souscrire au jugement pé (...)
  • 53 Cf. Brun 1987, 191-192, pour la bibliographie antérieure sur ce thème.

28Certains ont cru voir enfin dans ce décret honorifique la cause première d'un changement institutionnel à Athènes, à savoir la nécessité pour un homme appelé aux honneurs d'avoir rendu des services précis à la cité. Un décret du iiie siècle indique en effet que des lois (nomoi) stipulaient qu'un bienfaiteur, pour être reconnu tel. devait avoir érigé un trophée, ou restauré la liberté, ou offert des fonds à la cité sur sa fortune propre ou bien avoir été de bon conseil47 et certains commentateurs s'accordent à penser que ces lois datent des années c. 33048. M. J. Osborne voit dans les honneurs accordés à Démade, honneurs qu'il juge hautement contestables et même, en reprenant les mots de Lycurgue, “probably illégal”49, l'origine d’une réaction morale qui devait aboutir à la loi en question. Sans me prononcer sur la date d'entrée en vigueur de ces “lois”50 et sur leur éventuelle paternité lycurguéenne – encore que je doute un peu de la réalité d'un Lycurgue omnipotent, à l'origine de toutes les innovations qui se font jour entre 338 et 32351 – je relèverais un point majeur : l'une des dispositions prévues par ces fameuses lois, “avoir donné des conseils avisés”52. entrait exactement dans le cadre de l'action de Démade telle qu'on peut l’appréhender en 335, c'est-à-dire avoir fait comprendre aux Athéniens qu'une révolte aux côtés des Thébains n'était pas opportune et était vouée à l'échec. Enfin, je ne puis m'empêcher de constater, une fois de plus, que le cheminement intellectuel de M.J. Osborne et de I. Kralli prend pour assise première la supposée réputation détestable de Démade, dont la déplorable personnalité aurait avili la procédure des honneurs à un point tel que les Athéniens se seraient crus obligés de la réformer sitôt leurs yeux dessillés. C'est d’ailleurs, mutatis mutandis, l'explication que certains ont donné de la disparition de l'ostracisme, prétendument avilie par l'exécrable réputation de la dernière victime. Hyperboles53.

29Les années 338-335 furent celles, pour Démade, de son apparition au devant de la scène politique athénienne, en priorité en raison des relations correctes qu'il établit avec la Macédoine, en raison peut-être aussi du fait qu'il n'était pas identifié par les Macédoniens ni par les Athéniens en 338 comme un jusqu'au-boutiste d'une guerre contre Philippe dont personne ne voulait à ce moment. Ce fut sans doute une succession de hasards qui le poussa au premier rang. Si 335 marque d'une certaine manière son apogée dans les services qu'il rendit à sa patrie, les années suivantes montrèrent qu'il sut rester un politique influent.

Notes

1 Diod. 16.92.1.

2 Le texte constitutif de la ligue de Corinthe est fort explicite : “Je ne renverserai pas la royauté de Philippe ni celle de ses descendants” ([ούδὲ τ]ὴν βασιλείαν [τ]ήν Φ[ιλίππου καί των ἐκγόν]ων καταλύσω) : Tod. 177,1.12-13.

3 Carlier 1990, 230.

4 [Démade], Sur les douze années, 14, bâti à partir de Plut., Démosthène, 22.2, ou sur la même source que lui. Mais on ne peut pas aller jusqu a dire que “the pro-Macedonian government fell” : Oikonomidès 1981.5.

5 Eschine. C. Ctésiphon, 161 ; Diod. 17.4.5-6. Ce fut sans doute à ce moment que le traité d'alliance fut renouvelé autour de la personne du nouveau roi : IG, II2, 329 (cf. Heisserer 1980. 3-24).

6 [Démade], Sur les douze années, 14-15 : “Alors que l'ennemi campait aux abords de l'Attique el que le pays s’était réfugié dans la cité, que la ville, objet du combat et étonnée, était comme une étable, pleine de bœufs, de moutons et de troupeaux, sans espoir d'aucune aide, j'ai proposé la paix. Je pense et je maintiens que c'était un choix bon et efficace”. Williams 1989, 22.

7 Will 1983, 36.

8 Eschine. C. Ctésiphon, 161 ; Plut.. Démosthène, 23.3. Glotz 1938, 45.

9 Will 1983. 43-47 ; Carlier 1990, 236-242.

10 Eschine. C. Ctésiphon, 238-239 ; Diod. 17.8.6. Après l'affaire d'Harpale, cette attitude que certains jugèrent complaisante à l'égard de la Macédoine lui fut reprochée : Dinarque, C. Démosthène, 21 ; Hypéride. C. Démosthène, 17.

11 Plut.. Phocion. 17.1. Will 1983, 41 : Faraguna 1992. 253.

12 Sawada 1996. 64 parle d’une “great opportunity”.

13 Bosworth 1980, 92-96 : Will 1983, 37-47. Le nombre des Athéniens réclamés par Alexandre varie selon les sources. Plutarque en cite huit (Démosthène, 23.4) tout en indiquant qu’une autre tradition, moins tiable selon lui. parle de dix noms. Ce qui ne l'empêche pas. a un autre endroit (Phocion, 17.2), de n'en donner que quatre. Arrien (Anabase, 1.10.4-5) donne le chiffre intermédiaire de neuf, alors que la Souda (s.v. Antipater) va jusqu'à onze, mais dans un contexte confondu avec celui de la guerre lamiaque. Berve 1926, 240, Jacoby 1963, 124 et Faraguna 1992. 231-237 discutent la question. Seuls six noms, ceux de Démosthène, Lycurgue. Polyeucte, Charidèmos, Éphialte et Moroiclès, sont communs à toutes les sources. Malgré la présence d’Hypéride dans les listes dressées par Arrien. Plutarque (Phocion. 17.2) et la Souda, il est peut-être préférable de conclure à son absence. Plutarque l'omet par ailleurs (Démosthène, 23.4) et l’on sait qu’il plaida, comme Démade, dans le sens d’un refus de céder aux exigences d’Alexandre : [Plut. ]. Vit. X Oral. 848 e. Bosworth 1980, 94. qui reprend l’idée avancée par Schäfer 1887, 137 n. 2, écarte Hypéride de cette liste. De son côté, au terme d’une minutieuse enquête. Engels 1993, 162-178, estime que la demande d’extradition le concernant, est plausible mais “mit aller Vorsicht” (p. 178). Cf. encore sur cet épisode la position de Démosthène, cinq années après : Couronne. 322.

14 Eschine, (. Ctésiphon, 161 : “Lui que vous n’avez pas livré, que vous n’avez pas abandonné au jugement du synedrion des Grecs”.

15 Tous les manuscrits donnent ici le nom de Démosthène. Mais la suite de la phrase, φανερòς ἦν σώζειν βουλόμενος τοὺς ἄνδρας, se comprend mal si le sujet est effectivement Démosthène : on ne s'explique pas la précision d’un Démosthène voulant sauver la vie de ces hommes. Par contre, si l'on restitue ici Démade, elle devient plus éclairante. Cette modification mineure n'empêche pas de croire en l’existence d'un discours prononcé par Démosthène en cette occasion, discours dont nous avons par ailleurs des échos (Aristobule, FGrHist. 139 F. 3).

16 Will 1983, 47 n. 319 : “Das οὗτοι bezieht sich auf Deinades unit seine Anhänger”. Dans l'esprit de Plutarque, il désigne aussi Phocion.

17 Phocion. 17.3 : “Ces gens-là ont amené notre cité à une situation telle que si quelqu'un réclamait Nicoclès [que Plutarque présente comme l'un des intimes de Phocion |. je pousserais à lui livrer, car ce serait pour moi un grand bonheur de mourir pour vous tous”.

18 Par une surprenante confusion entre la situation de 335 et celle de 322. Oikonomidès 1981, 6, décrit les orateurs antimacédoniens “quickly cancelled all the convictions they had piled upon him [Démade], restored his politisal rights and sent him as plenipotentiary ambassador to Alexander”.

19 Errington 1990, 92.

20 Hammond 1967,601.

21 Tritle 1976, 118. Même remarque de Burtt 1954, 330, Burke 1977, 333. Hamilton 1999, 32. Kralli 1999, 147 et Habicht 2000, 34-35. Mais déjà Durrbach 1890. 10 et Tarn 1927, 357. La position est. on le voit, majoritaire.

22 A Susc en 367, Pélopidas put se targuer devant les Perses d'être originaire d’une cité. Thèbes, qui avait combattu avec le Roi à Platées en 479 (Xén., Hell., 7.1.34).

23 Bearzot 1985, 37-38.

24 Scholie Eschine III. 159 (de Falco frag. LII).

25 Cf. infra, p. 164. Loomis 1998, 69-70, présente les deux textes de Diodore et Plutarque, mais ne relève pas les doutes exprimés par le premier. Il voit dans ce versement un pot de vin (“a bribe”) plutôt qu'une rémunération pour service effectué. Tout est affaire de présentation et d’interprétation.

26 Bearzot 1985. 38.

27 Lingua 1978. Cf. supra, n. 47 p. 52.

28 Diod. 17.22.5. Et sans doute aussi des fantassins : IG. II2. 329. Mitchel 1970, 7.

29 La date de ce discours, dans lequel Colin 1925, 347, voit l'émanation de l'état d'esprit des “extrémistes du parti national”, est et a toujours été fort discutée. Sur la base d'une scholie à Démosthène (texte dans Croiset 1945, 162), certains estiment que la harangue fut prononcée en 336/335 (en dernier lieu, Debord 1999. 469). Il est vrai qu'elle ne mentionne pas la destruction de Thèbes. Mais la longue liste des entorses au traité dénoncée par l'orateur suppose un laps de temps substantiel entre l'accession au trône d'Alexandre et le discours lui-même. Faraguna 1992, 254, a proposé la date de 333 mais Habicht 2000, 40, à la suite de nombreux auteurs (Tarn 1927, 444 ; Cawkwell 1961,74 ; Lingua 1978, 34 n. 22), préfère le replacer dans le contexte politique et historique de la guerre d'Agis, c'est-à-dire en 331. Cette hypothèse lui donne un cadre convenable et cohérent.

30 Engels 1993, 139 : “Die prominente Rolle des Demades seit dem Demadesfrieden und besonders seit 335 v. Chr. kann keinem Zweifel unterliegen”.

31 On peut déduire le nom du rogator du titre d'un discours perdu de Lycurgue, Sur les honneurs décernés à Démade. prononcé contre Képhisodotos (Lycurgue, VIII CUF = frag. 91 Sauppe).

32 Kralli 1999, 147.

33 Tod, 128. Schäfer 1887. 192-193 ; Beloch 1925, 52.

34 Durrhach 1890, 145. ne fait pas le lien entre les deux événements : “On peut s'étonner que Démosthène, toujours ardent à combattre le parti macédonien, ait laissé passer une si belle occasion d'intervenir”.

35 Pour d'autres fragments de Lycurgue pareillement rattachés à la personnalité de Démade, cf. supra, n. 112 p. 36.

36 C. Léocrate, 51. Il proposa d'ailleurs lui-même en 334/3 un décret honorifique pour le stratège Diotimos qui avait vaincu des pirates : IG, II 2, 414 (Schwenk, 25) ; IG, II 2. 1623,1. 276-308 ; [Plut.], Vit. X. Oral. 844 a.

37 Traduction partielle de Gauthier 1985, 109-110. On comprend que les habituels procureurs modernes de Démade se soient offusqués d'une telle reconnaissance de ses mérites, mettant parfois ces honneurs au titre d'un malentendu : “Comme on crut que le salut d'Athènes lui était dû, ses concitoyens l'accablèrent d'honneurs” (Croiset 1947, 642). C'est parfois plus simplement l'incompréhension. Durrbach 1890, 146. parle de la “singulière motion de Képhisodotos”. Leur position se comprend néanmoins : fidèles à Plutarque, ils accordaient à Phocion et non à Démade le principal mérite d'avoir sauvé les orateurs (ainsi Durrbach 1890, 10) et les raisons fondamentales de ces honneurs décernés à Démade ne pouvaient, dans ces conditions, que leur échapper. Plus étonnant encore. Oikonomidès 1981.5, met l'érection de la statue au compte de la paix de 338 : “Immediatly after the Peace Treaty of Demades was signed between Athens and Philip. pro-Macedonian partisans proposed the dedication of a bronze statue to Demades”.

38 Gauthier 1985, 109 : “Les fragments du discours [de Polyeucte] [...] révèlent la primauté, à cette date, de la gloire militaire”.

39 Dinarque, C. Démosthène. 43. Ce Diphilos fut triérarque et proposa une loi navale : IG. II2, 1629, 1. 774 : 1631. 134. 511 ; 1632, 1. 19. Cf. PA/APF. no 4487. 168-169 ; LGPN, no 20.

40 Dém., Couronne. 57 ; Eschine, C. Ctésiphon. 49. 237.

41 Kralli 1999. 148 : “lt was demonstrated that diplomacy. under certain compelling circumstances, could indeed provide the route to a success commensurate to that of a general and call for spontaneous honours”.

42 Selon [Plut.], Vit. X Orat. 850 b. Hypéride aurait attaqué un décret proposé par Midias accordant des honneurs à Phocion. Ce renseignement a parfois été confondu avec un passage de Plutarque (Phocion, 4.2) affirmant que Glaukippos, fils d'Hypéride, accusa durement le stratège (Colin 1946, 80. à la suite de Schäfer) probablement, ainsi que l'a proposé Treves 1958. 364. à l'occasion de son procès en 318. Mais Tritle 1988. 150-151. préfère distinguer deux actions et rattacher le discours d'Hypéride à des honneurs que Midias aurait proposés après le succès de l’armée athénienne contre Philippe à Byzance en 340/39. Personne n'a jamais imaginé que ces récompenses aient pu lui être décernées en 335 alors que, si l'on suit Plutarque, c'est Phocion qui avait mené le jeu.

43 A dire vrai, le seul moment où l'on perçoit des différences réelles d'approche à la fois diplomatique et politique se situe après la guerre des Alliés, lorsque Eubule proposa une attitude moins agressive et plus défensive de l'action militaire d'Athènes.

44 Will 1983, 38-59 : Sawada 1996, 57-60 pour une historiographie détaillée de la question.

45 Plut., Mor. 820 e. Imprudemment repris par Croiset 1947. 642.

46 Str., 9.20 ; Diogène Laërce, 5.77. Gauthier 1985, 110 n. 110. Kralli 1999. 147 n. 35, parle d'exagération de Plutarque.

47 IG, II 2, 832,1. 12-15.

48 Osborne 1981a. I. 166-170 : Gauthier 1985, 104-1 12.

49 Osborne 1981a, l. 170. Cf. également Kralli 1999. 143 : “I agree that the case of Demades would have made the Athenians to think more thoroughly on the qualities of their benefactors”.

50 Le pluriel n'a pas échappé à Kralli 1999, 144, qui se prononce pour un ensemble d'obligations morales plutôt que pour des lois écrites.

51 Sur ce point précis, voir infra, n. 51 p. 143.

52 IG, II2. 832, 1. 16 : [συμ]βούλους ἀγαθοὐς γενομένους. On ne saurait donc souscrire au jugement péremptoire d'Osborne 1981a, l, 165, pour qui, avec les lois édictées, Démade “would have been ineligible under any of the four categories”.

53 Cf. Brun 1987, 191-192, pour la bibliographie antérieure sur ce thème.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search