Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre IV. L’époque de la “Paix de Démade” 338-336

Texte intégral

1Bien que, comme je l’ai rappelé, Démade apparaisse pour nous dans l'histoire au moment de la décision d'aider les Chalcidiens, il faut bien avouer que c'est sur le champ de bataille de Chéronée, et plus encore après la défaite de la phalange athénienne, qu'il joue un rôle important. Celui-ci ne devait pas se démentir les vingt années suivantes. Encore une fois, mon but n'est pas de suivre les péripéties de la cité athénienne durant ces deux décennies, mais d'éclairer la personnalité et la politique de Démade. Pour des raisons de commodité, j'aborderai dans un premier temps les rapports de Démade avec la Macédoine, en renvoyant à plus tard l'action intérieure de l'homme politique. Je ne suis pas dupe de l'inanité d'une telle dualité car c'est parce qu'il a obtenu la confiance de Philippe que Démade a pu s'imposer à la bèrma, tandis qu'il retirait de son influence auprès du peuple une forme de légitimité lui permettant de parler au nom des Athéniens face aux Macédoniens.

2Je tenterai de comprendre les épisodes diplomatiques où Démade est au premier rang, les déformations éventuelles que son action a pu subir sous l'effet de traditions politiques parfois contradictoires, ce qu'il est plausible de conserver, possible de modifier et nécessaire de supprimer. Cet aspect de l'œuvre de Démade est assez difficile à analyser en toute objectivité, car les sources essentielles y sont d'ordre littéraire, et nous avons vu plus haut le peu de confiance qu'il fallait leur accorder.

Chéronée et la “Paix de Démade” (338-336)

3La bataille de Chéronée se termina par une nette défaite des troupes athéniennes et thébaines. Si un nombre non négligeable de combattants athéniens (parmi lesquels Démosthène), abandonnant leurs armes à l'ennemi, purent s'enfuir, mille d'entre eux tombèrent sur le champ de bataille, tandis que deux mille restaient prisonniers des Macédoniens. C’est à l'issue de la bataille que Démade entre dans les sources littéraires. Diodore a rapporté le fait dans un texte célèbre :

“Quelques historiens racontent que Philippe, dans un banquet qu’il donna à ses amis pour célébrer sa victoire, ivre de vin, se promena au milieu des prisonniers de guerre et insulta leur infortune. Parmi eux, se trouvait l'orateur Démade qui, dans sa franchise παρῥησία), reprocha par quelques paroles énergiques au roi son intempérance : ‘Eh quoi ! lui dit-il. tandis que la fortune te donne un air d'Agamemnon, tu n’as pas honte de jouer le rôle de Thersite’ ! Frappé d'un tel reproche, Philippe changea d'attitude, jeta les couronnes qui ornaient sa tête, éloigna du festin tout ce qui pouvait être outrageant pour les prisonniers, et non seulement admira la franchise de Démade, mais le remit en liberté sans rançon et l'honora de son intimité. Enfin, initié aux grâces attiques par Démade, il relâcha les autres captifs sans rançon ; en un mot, déposant l'orgueil du vainqueur, il envoya des ambassadeurs pour conclure avec le peuple athénien un traité d'alliance et d'amitié”. Diod. 16.87.

  • 1 Sextus Empiricus, Mathématiciens, 1.295.
  • 2 Od., 10.383-385 : “Quel homme pourvu de sens accepterait de toucher aux mets et à la boisson avant (...)
  • 3 A Philippe qui l'interrogeait sur la valeur des Athéniens de son temps comparée à celle des ancêtr (...)
  • 4 Souda. Δημάδης. § 415 : ἐν Χαιρωνείᾳ δἐ αιχμάλωτος γενόμενος ἀφείθη καί πρεσβευτὴς ὑπὲρ τῶν αιχμαλ (...)

4Ce mot de Démade est-il authentique ? On a vu précédemment à quel point il était légitime d'avoir un doute méthodique pour ce qui concerne les δημάδεια et on restera d’autant plus prudent que ce passage de Diodore n’est corroboré par aucune autre source. Sextus Empiricus se fait l’écho d’une tradition quelque peu différente ou complémentaire1 : Démade s'adresse certes à Philippe qui veut l'obliger à se joindre à la fête donnée pour célébrer sa victoire, mais, quoique maniant toujours la métaphore homérique, il emprunte à l'Odyssée2 une réplique qui vise, comme chez Diodore, à reprocher à Philippe son manque de retenue dans la victoire. Dans la même veine de ces propos que Démade aurait prononcés après Chéronée, notons encore celui recueilli par Stobée, qui montre Démade regretter que les chefs militaires athéniens n’aient pas eu la science stratégique du Macédonien3. Quant à la Souda, si elle rappelle la capture de Démade à l'issue de la bataille, et indique qu'il fut choisi ensuite comme ambassadeur, elle ne fait nulle allusion à la moindre parole qu'il aurait alors prononcée – mais il est vrai que la phrase du lexicographe est des plus concises4.

  • 5 E.g. Mitchel 1970, 15 ; Williams 1989. 21 ; Habicht 2000, 31. Pour de Falco 1954, 34, “l'anedetto (...)
  • 6 Carlier 1990, 223.

5Diodore, Sextus Empiricus, Stobée : tous les textes qui rapportent une répartie de Démade sur le champ de bataille de Chéronée sont tardifs, alors que pas un contemporain n'y fait la moindre allusion. Presque tous les historiens, s'ils n'ont pas retenu la précision de Sextus Empiricus, qui donnait à Démade l'initiative de la libération des prisonniers athéniens, ni celle de Stobée, ont accepté pourtant la version de Diodore. Elle permet de comprendre comment un homme de rien – pourtant capable de manier avec aisance la poésie homérique – serait devenu, sous l'effet d'une simple parole courageuse bien digne de la liberté de parole (parrhèsia) dont les Athéniens se faisaient gloire, l'ambassadeur désigné par le Macédonien et accepté (mais avaient-ils la possibilité de faire autrement ?) par les Athéniens5. J'ai signalé plus haut la réserve de P. Carlier, selon lequel cette anecdote a précisément été inventée non pour expliquer l'ascension politique de Démade, mais pour donner un habillage de franc-parler et donc de courage personnel à ce qui n'était que faveur macédonienne6 – ce qui imposerait alors d'y voir une interpolation favorable à l'homme. Il paraît dans un premier temps impossible de trancher quant à l'authenticité des paroles que Démade aurait prononcées : ce que l'on a pu déduire ou induire de certains propos rapportés par Plutarque incite à la prudence et on ne peut exclure l’idée d'une déformation voire d'une invention.

  • 7 Justin 9.4. Hammond 1994. 156. L'ivrognerie du barbare, incapable, au contraire du Grec, de domine (...)
  • 8 Ellis 1994. 782. le considère déjà alors comme un “leading politician”.
  • 9 C'est du moins ce que l'on apprend d’une source tardive, Lucien, Parasite. 42. On ignore par contr (...)

6La plupart des commentateurs modernes ont donc admis que cette forte réplique avait valeur explicative et devait permettre de comprendre comment et pourquoi un inconnu était parvenu aussi vite au sommet des affaires de la cité. Seulement, si l'on remet Démade à sa vraie place avant 338, celle d'un homme qui comptait déjà dans la vie politique athénienne, même en second rang, sa promotion s'explique assez bien et il n'avait peut-être pas besoin d'invectiver Philippe pour être remarqué. Dans ces conditions, il ne me paraît pas indispensable de suivre Diodore et ses sources sur ce point et il est raisonnable de remettre en cause l'authenticité de ce témoignage. Comme l'a remarqué N. G. L. Hammond, le thème du barbare ivre, ramené à la raison par la parole d'un Grec instruit, a toutes les chances d'être l'expression d'un lieu commun du temps et. à tout prendre, le récit de Justin, où Philippe se refuse de suite à fêter sa victoire, semble plus vraisemblable7. En d'autres termes, c'est sans doute parce que Démade était déjà identifié comme un homme politique en vue qu'il fut choisi pour mener l'ambassade de paix que Philippe se proposait de diligenter en Attique et non point parce qu'il avait attiré l'attention du roi par une réplique courageuse et bien venue8. Encore une fois, il n'était pas le premier des démagogues de l'assemblée, mais il était peut-être le seul disponible sur le champ de bataille parmi les prisonniers. Hypéride et Lycurgue, membres de la Boulè, ne pouvaient à ce titre être à Chéronée avec l'armée9 et on a déjà dit que Démosthène, comme des milliers de ses concitoyens, avait pris la fuite.

  • 10 Mossé 1971, 139.

7Il n'est pas nécessaire d'aller plus loin : selon moi, sans que je puisse avancer le moindre élément de preuve mais en m'appuyant sur quelques vraisemblances tirées avant tout de la documentation épigraphique, il faut douter de la valeur historique de la phrase de Démade, laquelle, à une époque postérieure où l'on ne savait plus rien de l'influence de l'orateur dans l'Athènes d'avant Chéronée, permettait d'expliquer une ascension que l'on jugeait fulgurante. Désir de rationalisation avant tout, donc, qui donnait par voie de conséquence et de façon peut-être involontaire, une image positive de Démade, puisqu'elle lui accordait, outre cette liberté de parole si chère à la démocratie, un courage évident et il n'y a aucune raison de suivre C. Mossé, pour qui Démade, “par ses intrigues, réussit à négocier avec Philippe”10.

8De toutes manières, les contemporains, s'ils ne font pas allusion à sa prétendue répartie, ne doutaient pas de l'action de Démade dans la conclusion de la paix. Ainsi Démosthène, s'adressant à Eschine en 330, lors du procès Sur la Couronne, en un temps où chacun pouvait de lui-même se rappeler les événements encore récents :

“Quand le peuple eut à élire celui qui prononcerait l'oraison funèbre des morts au lendemain même des événements, ce n'est pas toi qui fus élu, bien que tu fusses proposé et que tu aies une belle voix, ce ne fut pas Démade, qui venait de nous procurer la paix (οὐδὲ Δημάδη. ἄρτι πεποιηκότα την ειρήνην), ce ne fut pas Hègémon ni aucun autre de vous ; ce fut moi”. Dém., Courinne, 285.

9Démade fut donc considéré par les Athéniens comme celui par lequel une paix avait été conclue en des termes plutôt avantageux et l'on peut considérer que cette phrase de Démosthène est le véritable acte de naissance de l'expression “Paix de Démade” par laquelle le traité juré entre les deux parties est depuis lors appelé. Rappelons-en brièvement les clauses. Les corps des soldats tombés (mille environ) étaient rapatriés à Athènes en même temps qu’étaient reconduits en Attique les quelques deux mille prisonniers que Philippe libérait sans rançon. Ces dispositions, bien connues par de nombreuses sources, trouvent leur aboutissement dans le discours du Pseudo-Démade :

“J'ai comme témoin la tombe des mille Athéniens dressée par les mains de nos ennemis, mains que je parvins à faire passer de l'inimitié à l'amitié pour nos morts. Alors, entrant ainsi dans la vie publique, j'ai proposé la paix, je l'avoue. J'ai proposé des honneurs pour Philippe, je ne le nie pas. En faisant ces propositions, j'ai obtenu pour vous la libération de deux mille prisonniers sans rançon, le corps de mille citoyens sans l'intermédiaire d'un héraut, l'Orôpide sans ambassadeur. La main qui a rédigé ces propositions était tenue, non pas par des cadeaux venus des Macédoniens comme mes adversaires l'allèguent faussement, mais par la nécessité du moment (καιρός), l'intérêt de la cité et la générosité du roi”. [Démade]. Sur les douze années. 9-10.

  • 11 Staatsverträge. III, no 402. La date traditionnelle de 338 pour le retour d'Orôpos dans le giron a (...)

10L'allusion à l'entrée dans la vie publique de Démade en cette occasion, l'inversion chronologique du processus honneurs décernés à Philippe / remise des corps et libération des prisonniers, trahissent un peu plus encore l'aspect apocryphe du discours. Mais l’important n’est pas là. Il est dans ce que la postérité reconnaissait à Démade, à savoir une participation active aux négociations de paix qui suivirent la défaite athénienne. Si la composition du discours est tardive, si elle est grevée d'évidents anachronismes, elle n'en fournit pas moins une vision cohérente des mœurs diplomatiques en usage et de la rhétorique grecques : l'ennemi est devenu, grâce à l'action d'un homme providentiel, l'ami. L'auteur du discours a ajouté aux clauses immédiates la réintégration d'Orôpos et de sa région dans la mouvance athénienne, bien que, de toute évidence, une telle décision n'ait pas été prise dans les heures ou dans les quelques jours qui ont suivi la bataille, mais à l'issue des négociations de paix qui allaient s'ouvrir11.

  • 12 Sealey 1967. 186 : Bearzot 1985.
  • 13 Phocion, 1.1 : “Bien qu’il ait souvent dirigé des armées et occupé les plus hautes magistratures, (...)
  • 14 En dernier lieu par Mossé 1996, 57-62. Cf. supra, p. 28.
  • 15 Plut.. Phocion. 16.4 : (οί βέλτιστοι) έν τῷ δήμωι (...) ἔπεισαν έπιτρέψαι τῷ Φωκίωνι τὴν πόλιν.
  • 16 Meritt 1952 (Schwenk, 6). Cf. infra, n. 30 p. 63.
  • 17 Mossé 1976, 61 : “Phocion peut couvrir de son autorité les négociations qui, par l'intermédiaire d (...)

11Comment ces dernières s'organisèrent-elles ? La tradition littéraire, au travers de Plutarque principalement, accorde désormais le premier rang non à Démade, mais à Phocion, bien que celui-ci n'apparaisse jamais dans le récit de Diodore. Nous entrons là de plain-pied dans la question fondamentale de l'historiographie de cette période, déjà évoquée rapidement un peu plus haut : quelle valeur accorder au témoignage de Plutarque et surtout à la Vie de Phocion qui nous donne les renseignements les plus nombreux ? Vrai débat qui a opposé deux camps, le premier disposant des troupes les mieux fournies, acceptant pour l'essentiel les thèses hagiographiques développées par Plutarque, le second niant toute épaisseur historique à cette biographie12. Comme nous sommes là dans le domaine de l'interprétation, il est difficile de poser des certitudes. En revanche, on ne peut négliger la phrase de Démosthène, prononcée huit ans seulement après les événements, parlant de l’action du seul Démade dans la paix, expression qui englobe à coup sûr l’ensemble des accords passés à cette occasion entre Philippe de Macédoine et les Athéniens. On ne peut non plus passer sous silence les lignes de Diodore qui ne citent pas un seul autre Athénien. De son côté, la Vie cle Phocion, qui fait la part belle à l’action du héros est, j’en ai donné quelques exemples plus haut, entachée de données à tout le moins suspectes, sinon fausses. J’ai déjà signalé l’impossibilité de voir en Phocion, comme l’indique pourtant Plutarque, celui qui commandait l’aile gauche de la flotte athénienne à la bataille de Naxos en 376. Difficile – c’est un euphémisme – de croire aux quarante-cinq stratégies que Plutarque lui reconnaissait, alors que les sources croisées ne lui en accordent que sept. Cornélius Népos avoue son incapacité à trouver dans la carrière de Phocion la trace de faits d’armes remarquables et ajoute que sa renommée morale l’emporte de beaucoup sur sa gloire militaire13. A mon sens. C. Bearzot a bien montré comment avait été construite, érigée, pourrait-on même dire, la stature politique et militaire d’un Phocion qui, en dehors de Plutarque, passe pour un personnage de seconde ou de troisième catégorie, presque falot. Le problème, souvent remarqué14, réside dans le poids de Plutarque pour tout ce qui touche à l’histoire du ive siècle. Le moraliste de Chéronée a, par le biais de ses biographies, donné une tonalité très individuelle au cours des événements, où les grands hommes jouent un rôle primordial. Et il présente Phocion comme le maître en sagesse d’Athènes, celui vers lequel la cité entière se tourne en cas de danger ou de nécessité. Pour ce qui concerne les événements de 338, c’est lui qui, d’après Plutarque, dirige les pourparlers et. niant contre l’évidence le moindre rôle aux autres dirigeants de la cité, le Béotien va jusqu'à affirmer que les notables (βέλτιστοι), aidés du Conseil de l’Aréopage, persuadèrent le peuple de confier la cité à Phocion15. Cette thèse n'a pas le moindre fondement historique : elle suppose une forme ou une autre de transformation institutionnelle qui verrait les aristocrates/oligarques (on voit mal quels autres mots rendraient compte de βέλτιστοι) imposer un homme à la tête de la cité, ce qui est impensable dans la structure démocratique inchangée d’Athènes après Chéronée et va à l’encontre de tout ce que nous savons de l'histoire de cette période. Il s'agit tout bonnement d’une fausseté pure et simple, à laquelle on ne doit pas accorder la plus petite créance, pas même si l'on devait retenir une confusion de Plutarque entre les événements de 338 et ceux de 322. Tout au plus pourrait-on concéder que Phocion fut, cette année-là, désigné stratège pour la défense du territoire – ce qui intègre alors son action dans le cadre institutionnel dont il n'est pas légitime de la faire sortir. Ce serait alors une altération de la réalité, mais ce n'est pas la première fois que nous serions en présence de la transformation d'un fait destinée à grandir la réputation de Phocion. Quant au soutien de l'Aréopage à une éventuelle prise de contrôle de la cité par le héros de Plutarque, il est battu en brèche par une inscription célèbre, le décret d’Eucratès contre la tyrannie, prouvant tout au contraire que, dans les mois qui suivirent Chéronée, ce Conseil fut mis sous surveillance16. Malgré ces erreurs dirimantes, l'analyse de Plutarque a pourtant été acceptée par nombre de commentateurs modernes, assez peu critiques à son égard17. Nous aurons l'occasion de voir que les grandes années de Phocion, celles où toutes les sources lui accordent une place prééminente dans la vie politique athénienne, ne sont pas postérieures à Chéronée, mais à la guerre lamiaque et même à la mort de Démade en 319. Et c'est d'ailleurs ce que semble indiquer Cornélius Népos puisque, dans les rapides paragraphes qu'il consacre à la carrière de Phocion, il fait débuter celle-ci après la guerre lamiaque. Encore une fois, il faut admettre, avec C. Bearzot, que l'hagiographie de Plutarque lui a construit des mérites et un rôle très au-delà de ce qu'ils furent vraiment. On doit ajouter, pour comprendre au moins partiellement la position de Plutarque, qu'aucune source littéraire ne mentionnait la moindre intervention de Démade dans la vie politique athénienne avant 338 alors que les dits et gestes de Phocion. inventés dans leur immense majorité – pour ne pas dire dans leur totalité – circulaient.

12En conséquence, s'il n'est pas interdit de penser que Phocion participa, au milieu d'autres Athéniens, à l'ambassade que la cité envoya auprès de Philippe (mais, à dire vrai, rien ne le prouve formellement), c’est donc Démade qui la dirigeait. Et c'est sur lui que retombèrent les bénéfices et les déboires de la paix qui s'ensuivit. Comme avantage majeur de l'accord, figurait peut-être, on l'a dit plus haut, le retour de l'Orôpide dans le giron athénien. Du point de vue de Philippe, c'était plus une punition vis-à-vis des Thébains, ses alliés de naguère, qu'une récompense accordée aux Athéniens, et un moyen d'enfoncer un coin dans une zone sensible des relations entre les anciens alliés, même si cette cession lui permettait aussi de faire accepter aux Athéniens d'autres mesures moins agréables.

  • 18 Staatsvertrage, III. no 403. Sur l’organisation interne de la nouvelle symmachie, voir Heisserer 1 (...)

13Parmi ces dernières, il faut noter l'intégration d'Athènes dans la nouvelle ligue, connue sous le nom de ligue de Corinthe, et la disparition subséquente de la seconde confédération née en 37718. Si cette disparition ne semble pas avoir été trop durement ressentie – tant il est vrai que, dans les dernières années, Athènes ne fédérait plus que les îles de l'Égée les plus petites – il n’en va pas de même pour l'entrée dans la ligue dont l’hègemôn devenait Philippe. C'est encore Plutarque, relayé par Cornélius Népos, puisant aux mêmes sources, qui nous présente la situation :

“Démade ayant proposé un décret stipulant que la cité serait incluse dans la paix commune et qu'elle entrerait dans le synédrion des Grecs, Phocion s'y opposa, disant qu'il fallait auparavant savoir ce que Philippe prétendait exiger des Grecs”. Plut., Phocion, 16.5.

  • 19 Δημάδης. § 415 : ἔγραψε δἐ και ψήφὶσμα τῷ Φιλίππῳ τους Ἒλληνας ύπακούειν.
  • 20 Ainsi Glotz, paraphrasant Plutarque : “Sur la proposition de Démade, on alla plus loin : on décida (...)

14La version proposée par la Souda, si elle ne fait pas intervenir Phocion, est plus lapidaire encore, puisque Démade aurait proposé un décret soumettant les Grecs à Philippe19. L'absence de Phocion chez le lexicographe ne doit pas être interprétée comme une tradition différente de celle de Plutarque, car il est clair que seule a été retenue ici la première partie de la phrase de Plutarque, celle qui se limitait au rôle de Démade, choix naturel puisque nous sommes dans la notice qui lui était réservée. Les historiens modernes ont, dans leur grande majorité, encore suivi la version de Plutarque mettant en scène une divergence de vues entre Démade et Phocion20.

  • 21 Gehrke 1976, 65.
  • 22 Sur l'ensemble des mesures prises à Athènes, voir Will 1983. 11-16, Faraguna 1992, 251-252 ; Wirth (...)
  • 23 Hallof & Hubicht 1995, 273-304.
  • 24 Bearzot 1985, 141.
  • 25 Démosthène, 14.1, où Phocion est présenté comme ami des Macédoniens. Il semble que cette contradic (...)

15Une double problématique s'ouvre ici : Athènes avait-elle le choix de ne pas entrer dans la ligue hellénique, comme Phocion l'aurait proposé, et y a-t-il dès ce moment une sorte de double jeu d'Athènes qu'illustreraient les réactions divergentes de Démade et de Phocion ? Deux questions embarrassantes, non point parce qu'elles sont mal posées, mais parce qu’elles reposent sur des a priori d'une grande partialité. La première idée est défendue, pour l'essentiel, par les partisans de Phocion et l'on ne s'étonnera donc pas de voir H.J. Gehrke, auteur d'une étude très favorable au personnage, reprendre à la lettre les positions de Plutarque et admettre qu'Athènes, si elle avait épousé les vues de Phocion – mais, encore une fois, aucune source contemporaine ne fait allusion à pareille intervention – aurait pu résister à cette soumission de fait à la Macédoine21. Il peut en effet étayer sa thèse sur quelques éléments concrets, auxquels Phocion est cependant totalement étranger. On sait en effet que la résistance à Philippe s'organisa très activement dès le lendemain de la bataille de Chéronée : remise en état des fortifications, mesures d'urgence proposées par Hypéride, et, l'année suivante, décret d'Eucratès contre la tyrannie, toutes décisions non suivies d’effet, mais qui avaient eu pour conséquences de mobiliser les énergies athéniennes et de faire comprendre aux Macédoniens que la cité ne laisserait pas renverser sa politeia comme d'autres cités l'avaient subi22. Ces mesures toutefois, et en priorité les deux premières, avaient été prises sous la menace immédiate de l'armée de Philippe qui campait dans la proche Béotie, mais n'avaient plus de raison d'être dès lors que la “Paix de Démade” laissait entrevoir des dispositions, sinon avantageuses, du moins inespérées. C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre l’entrée d'Athènes dans la future ligue de Corinthe et, à ce titre, il n'était pas possible pour les Athéniens de refuser une offre qui était évidemment globale, intégrant tout à la fois des aspects positifs (le contrôle d'Orôpos et du sanctuaire d'Amphiaraos, si c'est bien à cette date qu'il faut le placer), des mesures conservatoires (la reconnaissance des clérouquies insulaires de l'Égée, Imbros, Leninos, Skyros. et peut-être surtout Samos, dont on sait à présent, par la découverte récente d'une inscription essentielle, l'importance qu'elle pouvait revêtir aux yeux des Athéniens23, la possession de la flotte, le maintien de la politeia démocratique, et l'intégrité territoriale de l'Attique) et d'inévitables pertes dues à la défaite militaire (disparition de la présence athénienne en Chersonnèse de Thrace, de la Confédération de 377, soumission à l'autorité politique de Philippe). Le reproche fait en cette occasion à Démade met en place une opposition entre lui et Phocion : le premier serait le fossoyeur cynique du prestige athénien, le second le garant pointilleux de la grandeur d'une cité destinée à diriger l'Hellade, non à être soumise à l'autorité d'une autre puissance. Encore une fois, cette opposition – ce n'est certes pas la dernière fois que nous serons confrontés à pareille dualité de jugement – ne tient pas et l'on doit suivre C. Bearzot dans ses termes conclusions24. Ce n'est pas après une défaite qui, certes, ne touchait pas la marine c'est-à-dire l'essentiel des forces vives de la cité, que l'on pouvait barguigner sur l'éventualité d'une alliance de fait avec Philippe. Si jamais Phocion avait proposé de ne pas entrer dans l'alliance de Philippe, ce qui encore une fois est rien moins que prouvé et est contredit par Plutarque lui-même dans sa biographie de Démosthène25, cela n'aurait donc pas tait honneur a son intelligence politique ni à sa compréhension des événements. Toutefois, cette opposition de Phocion a toute chance de n'être que l'un des multiples épisodes d'une mise en scène factice dressant systématiquement les deux hommes l'un contre l’autre : puisque Démade a porté le décret fixant les conditions de l'entrée d'Athènes dans la ligue de Corinthe, Phocion devait s'y être opposé. Reste que les mesures énergiques prises par les Athéniens ne pouvaient qu'impressionner Philippe et influèrent sur sa décision de leur proposer une paix honorable, et surtout acceptable.

  • 26 Carlier 1990, 231.
  • 27 De manière assez, expressive, Errington 1990. 85, intégré Lycurgue et Démade dans le même camp des (...)
  • 28 Sur la question des “partis”, cf. infra, p. 135-136.
  • 29 Tod, 178. 1, 11-13 (Schwenk. 1).
  • 30 Meritt 1952, no 5, 355-359 (Schwenk, 6) : Lycurgue, C. Léocrate. 15, 52. Sur la question de l’Aréo (...)
  • 31 Lycurgue, C. Léocrate, 46-51. Loraux 1981, 125-127.

16Le second problème que soulève cette paix réside dans la question du “double jeu” que les Athéniens auraient alors pratiqué : négociations et concessions à la Macédoine avec Démade et avec d'autres partisans de la Macédoine, recherche d’une indépendance complète avec des hommes comme Démosthène et Lycurgue, voire Phocion26. Cette position repose sur les mêmes documents puisque, nous venons de le voir, pendant que les négociations s'ouvraient, la cité organisait sa défense contre une attaque de Philippe que d’aucuns croyaient imminente. Et ce n’est d'ailleurs pas la seule fois que nous aurons à évoquer cette théorie des deux fers au feu que les Athéniens auraient maniés de 338 à 322, qui aurait été pour eux une manière de composer avec une contradiction finalement légitime, l'aspiration à la tranquillité d'une part, le souvenir et l'espoir de leur domination sur le reste de la Grèce de l’autre. Cette conclusion ne me semble cependant pas pertinente, car elle isole les individus dans des groupes bien différenciés (des partis ?) dont ils n'auraient pas à sortir avec d'un côté, Démade et “les autres partisans de la Macédoine”, pour reprendre les mots de P. Carlier, de l’autre, Démosthène, Lycurgue. Hypéride, les tenants d’une ligne dure à l’égard de Philippe. Il n’est pas sûr qu’il soit possible de séparer le personnel politique en groupes aussi tranchés, les “pro” d’un côté, les “anti” de l’autre qui, d’ailleurs, peuvent changer de camp au gré des opinions des historiens27. Je croirais plus volontiers en une infinité de nuances, susceptibles de changer selon les événements et le parcours, souvent cahotique, de chaque protagoniste28. De plus, cette théorie postule que Démade était, dès 338, favorable à la Macédoine, ce qui est certes une thèse qui fait droit aux remarques de Plutarque, mais qui, comme nous l’avons déjà vu par quelques détails, ne correspond pas à la réalité : il n’a pas existé à Athènes de “pro-Macédoniens” au sens strict du terme avant 322 et peut-être même pas avant 318. La majorité des hommes politiques athéniens devaient être sensibles à cette double attitude, et cette apparente contradiction entre la soumission que la suprématie macédonienne faisait provisoirement passer pour inéluctable et l’aspiration à l’hégémonie qu’un siècle et demi de pratiques impérialistes rendait naturelle, traversait chaque dirigeant comme elle était présente chez tous les Athéniens. C’est la même année en effet (337/6) que l’assemblée vota le décret d’Eucratès contre la tyrannie ou le décret en faveur des Acarnaniens qui avaient aidé les Athéniens au moment de Chéronée29, textes forts et révélateurs d’une indépendance sourcilleuse, et les premiers décrets en faveur de Macédoniens ou d’alliés de la Macédoine. On peut y voir là les victoires successives d’un camp puis de l’autre, que séparerait l’appréciation de la conduite à tenir vis-à-vis de la Macédoine, ou la preuve de la pusillanimité du dèmos, ou encore un double jeu consciemment entretenu. Il me semble néanmoins préférable d’admettre que ces décisions en apparence contradictoires, mais que j’estime complémentaires, symbolisent les hésitations du corps civique athénien, que l’histoire récente n’avait pas habitué à pareils déboires. Le décret d’Eucratès lui-même est assez difficile à comprendre dans la méfiance dont il fait preuve à l’égard de l’Aréopage, puisque, peu de temps après, Lycurgue fait en public l’éloge de ce Conseil30. On ne négligera pas non plus, après la panique initiale de la fin de l’été 338, le fort abattement auquel la population athénienne est en proie dans les mois qui suivent Chéronée. Quelques années après, Lycurgue, en évoquant Chéronée et ses suites immédiates dans la cité, a gardé le souvenir de cette atmosphère désespérante et. de son côté, Nicole Loraux a mis en évidence l’étonnant pessimisme qui ressort de l'epitaphios de Démosthène31.

  • 32 Comme le remarque Schmitt 1992, 46.
  • 33 C'était déjà la thèse soutenue par Beloch 1925. 53, S. Tracy, pourtant remarquable connaisseur de (...)

17Il se peut bien entendu que certains démagogues athéniens aient été identifiés comme des partisans plus ou moins marqués d’une ligne politique. Mais les textes qui montrent des oppositions entre Démade et Lycurgue, entre Démade et Phocion, entre Démade et Démosthène, sont avant tout des textes – les Vies de Plutarque – dont la portée idéologique et partiale ne saurait tromper. Dans la réalité, les quatre hommes poursuivent, a partir de 338, des chemins très voisins et il n'est guère commode de distinguer leurs positions respectives32. Seule une lecture trop indulgente des sources littéraires laisse croire à la prééminence de Lycurgue ou de Phocion dans les années postérieures à Chéronée et, encore une fois, l’étude des inscriptions détruit ou devrait détruire cette idée reçue33. C'est la première fois que nous rencontrons dans les sources cette idée clairement établie d'un Dérnade partisan déterminé de la Macédoine ; ce ne sera pas la dernière.

18La place que Dérnade avait acquise ne devait pas lui être contestée dans les années suivantes. C'est que la situation militaire n'évolua pas en la faveur d'Athènes, mais dans un sens bien différent de celui que les opposants les plus déterminés à Philippe auraient pu espérer, ce qui ne pouvait que conforter la position politique personnelle de Dérnade lequel, par la force des choses, avait été l'inspirateur de la normalisation des rapports avec l’ancien ennemi après Chéronée.

Les décrets honorifiques proposés par Démade au lendemain de Chéronée

  • 34 Que l'on pense, sans bien sûr que ce soit exhaustif, au décret de Paros en faveur de Képhisophon, (...)
  • 35 La liste exhaustive des décrets passés en faveur des Macédoniens a été dressée par Kralli 2000. 1 (...)

19Durant ces années, Athènes découvrit à son corps défendant des pratiques civiques dont elle avait profité les décennies précédentes, à savoir les décrets honorifiques passés en faveur d'hommes influents auprès des puissants du temps. Auparavant en effet, c’étaient les Athéniens, souvent des stratèges, qui bénéficiaient dans les cités alliées de décrets honorifiques pour divers services rendus, une protection efficace contre un agresseur potentiel, un prêt à un moment bienvenu34. Après 338, c’est l'inverse qui se produit : Athènes est en position de quémandeur, et les décrets honorifiques votés dans les années qui suivent Chéronée le sont souvent – mais pas de manière exclusive, car il y a, sur ce plan, une réelle autonomie de l’Assemblée – au bénéfice de Macédoniens ou d’alliés officiels de la Macédoine35.

  • 36 Diod. 16.92.1. Ni Plutarque, Démosthène, 22.4, ni Pausanias. 1.9.4, ne donnent le nom du rogator. (...)
  • 37 Paus. 1.9.4 : Justin 9.4. Pour ces deux récipiendaires, cf. Osborne 1981a, T 70 avec la bibliograp (...)

20Le premier à en bénéficier fut Philippe lui-même, dont la statue de bronze fut érigée sur l’agora peu de temps après la conclusion de l'accord ; même si nous n'en avons pas de confirmation formelle, il y a de fortes chances pour que Démade ait été à l'origine de la proposition36. Alexandre fut pareillement honoré par le peuple lorsqu'il ramena, aux termes de l’accord conclu entre Athéniens et Philippe, les corps des mille Athéniens tombés sur le champ de bataille37. Deux personnalités auxquelles il n'était pas envisageable de différer l'octroi de remerciements, compte tenu des circonstances : ils en étaient la suite logique d'après les mœurs diplomatiques du temps.

  • 38 Frag. 77 (Harpocration,.s.v. Demades). Cf. Kralli 2000, 120 n. 29.
  • 39 Osborne 1981a. III. 70-71 : Schwenk 1985. 29.
  • 40 IG.II2, 239 (Schwenk, 4 ; Tod, 180). Cf. Will 1983, 26-27.
  • 41 Diod. 16.88 ; Poi. 5.10 ; Plut., Plwcion, 16.4 ; Justin 9.4. Le décret IG, II2, 402 mentionnant An (...)
  • 42 Kralli 2000, 120.
  • 43 IG. II2. 240 (Schwenk, 7 ; Tod. 181 ; Oikonomidcs 1956, I 14-1 15).

21Divers dignitaires macédoniens reçurent aussi le droit de cité sur la proposition de Démade. Un fragment d'Hypéride, tiré d'un discours Contre Démode, prononcé à une date inconnue et préservé par Harpocration, indique en effet que “nous [les Athéniens] avons fait d'Alkimachos et d'Antipater des Athéniens et nos proxènes”38. En l'état, cette phrase est incompréhensible puisqu'elle suppose deux honneurs contradictoires, la citoyenneté et la proxénie, sauf à imaginer qu'Hypéride raccourcit en une phrase deux phases distinctes39, ou qu'il exagère. Le propos de l'orateur est partiellement confirmé par l'épigraphie puisque nous avons conservé l'inscription votée en l'honneur d'Alkimachos. Datée de 337/6, elle est très délabrée et ne nous livre guère que les noms de Démade et d'Alkimachos40 : c'est dire que l'on ne peut connaître, en l'absence des considérants du décret, les raisons qui justifiaient et précisaient les honneurs que l'assemblée lui rendait. Par contre, on est mieux renseigné pour Antipater, qui fut honoré par le peuple sans doute en même temps qu'Alexandre, pour avoir escorté avec Alexandre les corps des Athéniens tués à Chéronée, remis aux vaincus en vertu de la convention passée grâce à Démade, mais il n'est pas assuré que ce dernier ait été en personne responsable du décret le concernant41. Il s'agissait là d'un signalé service et, dans l'esprit des Athéniens qui votèrent ce décret, ce n'était pas une plate flagornerie comme certains se plaisent à le dire, ni un moyen d'assurer à court terme la sécurité d'Athènes vis-à-vis de la Macédoine42, mais un témoignage sincère de reconnaissance pour un acte dont la portée était immense, en raison d'une part du culte que chaque famille pouvait désormais rendre à ses parents défunts, en raison d'autre part du nombre de victimes : rappelons qu'ils n'étaient pas moins de mille. Dans un ordre d'idées très similaire. Démade proposa la même année 337/6, durant la dixième prytanie, un décret où était honoré du titre de bienfaiteur et de proxène un homme dont le nom a disparu, mais dont nous savons qu'il avait aidé les envoyés athéniens auprès de Philippe43. Démade, qui avait probablement à nouveau mené l'ambassade, était le mieux placé pour une proposition qui paraît être la suite logique de son action diplomatique entreprise depuis 338.

  • 44 Ainsi, E. M. Harris 1995, 136-137.
  • 45 Pans. 1.9.4.
  • 46 Osborne 1981a, il. 69-70, avec les références littéraires antérieures.

22Contrairement à une position bien ancrée dans les esprits44 et véhiculée par des sources partiales45, ces différents décrets honorifiques ne montrent pas, de la part de Démade, une soumission marquée à l'égard de Philippe et ne supposent pas davantage des honneurs de nature surhumaine46. C'était une façon pour lui, en proposant ces honneurs, de faire avaliser par le peuple la politique qu'il avait suivie durant les mois postérieurs à Chéronée et on doit souligner la cohérence de cette dernière. Les décrets votés en l’honneur d'Antipater, d'Alkimachos et de l'anonyme qui avait aidé l'ambassade athénienne, sont des réponses appropriées à la situation délicate dans laquelle se trouvait Athènes après sa défaite.

23Le décret honorifique suivant entre dans un cadre à la fois similaire et différent. Similaire parce qu'il fut voté pour un ami de Philippe, mais différent parce que seule la tradition littéraire en a conservé le souvenir. Il s’agit du décret pour Euthycratès d'OIynthe, dont nous avons connaissance par le fragment 76 d'Hypéride, conservé par le rhéteur Apsinès :

  • 47 Sur l’affaire d'Euthycratès, voir le développement argumenté de Engels 1993, 136-142. que l'on pré (...)

“Les arguments que Démade présente ne donnent pas les véritables raisons de la proxénie. Si Euthycratès doit être votre proxène, permettez-moi de vous soumettre l'état des services pour lesquels il doit être honoré :'Plaise qu'il soit proxène en raison de ses paroles et de ses actes en faveur de Philippe ; parce que, en tant qu'hipparque, il a livré la cavalerie olynthienne à Philippe, ce qui amena la destruction des Olynthiens ; parce que, après la capture de la ville, il a fixé la valeur des prisonniers ; parce qu'il s'opposa aux intérêts de la cité à propos du sanctuaire de Délos, et que, après la défaite de Chéronée, il n'a pas enseveli le moindre cadavre ni accepté la rançon du moindre prisonnier’”. Apsinès. Rhét. gi : Walz. IX, 54747.

  • 48 Déni.. Chersonnèse, 40.
  • 49 Δημάδης, § 415 : οὗτος Δημοσθένει λέγοντι ύπἐρ Όλυνθίων άντέλεγεν, Εύθυκράτη δέ τòν Όλυνθίον, άτιμ (...)
  • 50 Nous ne sommes pas obligés d'adhérer au jugement de G. Colin pour qui Euthycratès “né en pays grec (...)
  • 51 Hypéride, frag. 71-75.

24La grande différence par rapport aux personnages précédemment honorés réside dans la personnalité même d’Euthycratès, qu'Hypéride présente comme l'un des Olynthiens qui permirent à Philippe de s'emparer de la cité en 348 et dont Démosthène, peu soucieux de vérité historique, proclamait en 341 dans une harangue au peuple son élimination physique par Philippe qui n'avait plus besoin de lui48. Comme on l’a vu auparavant, cette allusion d'Hypéride à Euthycratès explique que la Souda ait, par confusion entre la prise d'OIynthe en 348 et le décret voté à son intention sans doute en 337, conclu à l'opposition de Démade et Démosthène lors des discussions sur l’aide à apporter en son temps à la cité de Chalcidique49. Il n’est pas douteux qu'une telle proposition ait posé divers problèmes car, si le mot “traître” épouse d'un peu trop près les contours de l’affaire dessinés par Démosthène, on ne peut minimiser la portée du geste : comment honorer un homme qui avait, quelques années plus tôt, organisé le passage de sa cité dans le camp de Philippe et qui s'était présenté alors comme l'ennemi direct d'Athènes ?50 Les autres décrets passés au bénéfice des Macédoniens ne semblent pas avoir ému les contemporains, alors que celui en faveur d'Euthycratès en a choqué quelques-uns. Hypéride insiste sur le fait qu'Euthycratès s'était à nouveau dressé contre Athènes à propos du sanctuaire de Délos, évocation qui rappelait son propre rôle dans la défense des intérêts d’Athènes en 343, lorsqu'il avait, à Delphes devant les Amphictyons, prononcé son “Discours délien” qui l'opposait précisément à Euthycratès51. Pour la Souda, il était atimos à Athènes (ἀτιμοιθέντα παρὰ Άθηναίοις). Bref, c'était un ennemi déclaré d'Athènes que le peuple, sur la proposition de Démade, s'engageait à honorer. Comment expliquer alors une telle décision ?

  • 52 Hansen 1976, 55 n. 8.
  • 53 Xén., Hell., 3.5.8-9.

25Disons en premier lieu que le renseignement fourni par la Souda n'a aucune valeur juridique. On ne saisit pas comment un Olynthien aurait pu subir une atimie, c'est-à-dire une perte des droits civiques alors qu'il n'en possédait pas le moindre. Tout au plus pourrait-on comprendre ἀτιμωθέντα au sens de “déshonoré”, ce qui aurait quelque sens dans la mesure où la Souda suit ici fidèlement la tradition transmise par Hypéride52. De toutes les manières, il est certain que, si l'on suit les maigres propos d'Hypéride, une telle récompense est proprement incompréhensible, sauf à admettre que Démade et l'assemblée du peuple dans son ensemble souhaitaient montrer leur soumission absolue à l'égard de la Macédoine, position plutôt difficile à tenir eu égard aux précédents décrets honorifiques qui correspondaient à un service précis rendu à un moment donné. Cette incompréhension est accentuée par les derniers mots du fragment transmis par Apsinès, où Hypéride souligne qu'Euthycratès eut encore une attitude hostile à Athènes après Chéronée, refusant d'ensevelir les cadavres des combattants tombés ou la moindre rançon pour ceux qui étaient prisonniers. Cette ultime précision ne laisse pas de gêner, puisqu'elle est en contradiction absolue avec ce que nous savons de la destinée des corps des Athéniens tués sur le champ de bataille, rapportés à Athènes, ou des prisonniers, libérés sans rançon. On doit voir alors dans ces propos d'Hypéride une exagération rhétorique, bien dans la ligne des habitudes de tribune, et il faut se résoudre à l'idée qu'Euthycratès eut après 338 l'occasion de rendre quelque service aux Athéniens. Qu'il y ait eu d'ailleurs, sous la pression des circonstances, revirement de ce genre n'est point pour heurter les habitudes grecques. Pour n'évoquer qu’un seul exemple, n'avait-on pas vu, en 395, les Thébains venir demander une aide aux Athéniens alors qu'ils avaient pourtant, neuf années plus tôt, réclamé aux Lacédémoniens la destruction totale de la ville d'Athènes53 ?

  • 54 Cf. encore Dém.. Chersonnèse, 40 ; Ambassade, 265. 342 ; Diod. 16.53. Berve 1926, no 314.
  • 55 Engels 1993. 138-140, note qu'il n'est pas concevable de voir dans la proposition de Démade l'acti (...)
  • 56 Gauthier 1985, 124.

26Euthycratès n'était pas n'importe qui à Olynthe avant 348. Hypéride le présente comme le chef de la cavalerie, et l'on sait l'importance que cette arme revêtait dans l'organisation de la cité comme dans celle de la Confédération chalcidienne54. C’est assez dire qu'il est indispensable de voir en lui un officier de quelque influence. Joua-t-il un rôle dans les négociations de paix ? Est-il possible, par hypothèse, de considérer qu'Euthycratès était l'homme dont le nom a disparu, honoré par l'inscription IG, II2, 240 (Tod, 181) évoquée plus haut, pour avoir aidé les ambassadeurs athéniens auprès de Philippe ? Bien entendu, si l'on accepte à la lettre les paroles d’Hypéride, qui montre un Euthycratès poursuivant de sa vindicte les Athéniens jusqu’à refuser une sépulture aux soldats morts à Chéronée, une telle position est intenable. Suivre Hypéride avec fidélité implique en effet de juger Démade avec une sévérité extrême puisqu'il deviendrait ainsi le complice d’un ennemi d'Athènes. Cette attitude contribuerait à dessiner un peu plus l'image d'un traître, position commode recoupant celle de Plutarque, mais elle ferait peu de cas de la conscience politique du peuple athénien. Remarquons pourtant que les quelques phrases d'Hypéride, passablement sarcastiques, ne font pas porter sur Démade la responsabilité d'une quelconque félonie à l'égard de la cité55. A coup sûr, il s'est trouvé des historiens modernes pour affirmer que le dèmos n'était plus, après Chéronée, qu'une masse aboulique, prête à suivre tout démagogue lui assurant la paix à tout prix et le pain au moindre coût. Cette idée de “dépolitisation” du peuple, bien à même de plaire à tous ceux qui concluent à la mort de la cité grecque sur le champ de bataille de Chéronée, ne tient guère devant les évidences épigraphiques56 et, pour en revenir à Euthycratès, il est indispensable de voir en lui un familier de Philippe de Macédoine, ayant rendu un service important dont nous ignorons tout aux Athéniens en ces moments troublés. Il est donc impossible d'utiliser cet épisode pour modeler le portrait d'un Démade plus préoccupé de bonnes relations avec la Macédoine que de l'intérêt de sa propre cité, ni nécessaire de voir dans ce décret la preuve tangible des compromissions de l'orateur. On ne peut bien entendu assurer qu'Euthycratès est l'honorandus du décret IG. II2, 240, mais, au vrai, une telle précision importe peu.

  • 57 Bosworth 1988, 212-213 : Mitchell 1998, 213.
  • 58 Comme le souligne ajuste titre Lehmann 1997, 31, à l'opposé d'un courant encore majoritaire.

27Les deux années qui suivirent la défaite athénienne laissent donc transparaître un Démade préoccupé en quelque sorte d'apurer les comptes de Chéronée : mission à Athènes pour présenter les propositions de Philippe, ambassade officielle auprès du roi pour conclure la paix en des termes sinon avantageux, du moins inespérés pour Athènes, décrets honorifiques destinés à remercier tous ceux dont la bonne volonté avait autorisé l'heureux achèvement de ces négociations, relations qui permettraient peut-être, dans l'avenir, une consolidation des positions athéniennes auprès d'un roi encore jeune dont rien, quelque temps avant sa mort, ne laissait entrevoir la moindre faiblesse. Démade avait-il personnellement des liens privilégiés avec ceux auxquels il proposait la citoyenneté, Antipater et Alkimachos, par exemple ? L'idée en a été émise57, et elle n'est pas invraisemblable, à condition de n'envisager de tels liens qu'après Chéronée, lorsque Démade accéda à une véritable notoriété dans sa cité. Les rapports au niveau des cités se doublaient souvent, au ive siècle encore, de relations de nature privée. Seulement, voir en Démade, et pour ce motif, un représentant de la stricte obédience macédonienne est à tout le moins schématique58.

  • 59 Lycurgue : Tarn 1927. 440-443 : Mitchel 1970. 14-18 : Merker 1986. 40 ; Faraguna 1992. 257-268 : H (...)

28Tous ces éléments permettent de mieux cerner la réalité athénienne après 338. Beaucoup d’historiens ont cherché à deviner quel dirigeant athénien comptait le plus en ces années, et les réponses données, en fonction des documents qu’ils sélectionnaient selon des critères évidemment subjectifs, ont été d’une grande disparité. Pour certains, les plus nombreux, ce fut Lycurgue, pour d’autres, Démosthène, pour d’autres encore, les plus sensibles à l’interprétation plutarchéenne des événements, Phocion. Les lignes précédentes ont focalisé l’attention sur Démade et il peut être tentant d’en faire désormais le véritable hègemôn de la vie politique athénienne. Je m’en dispenserai toutefois, car il n’est pas bon d’isoler à l’extrême l’action d’un homme dans une réalité complexe que la partialité des textes contribue à nous masquer. L’idée même qu’un homme et un seul pourrait symboliser la politique athénienne en ces années a les meilleures chances d’être le produit d’une conception erronée de la situation du temps. Mais, si je résiste à faire de Démade Partisan unique de la politique athénienne des années 338-336, on ne peut réduire l’influence d’un homme auquel l’assemblée accorde, les décrets honorifiques que Démade initie en témoignent, tant de confiance pour les relations de la cité avec la Macédoine. Les pages suivantes confirmeront que cette influence ne s’est pas limitée aux seuls lendemains de Chéronée et aux uniques rapports avec la nouvelle puissance hégémonique59.

Notes

1 Sextus Empiricus, Mathématiciens, 1.295.

2 Od., 10.383-385 : “Quel homme pourvu de sens accepterait de toucher aux mets et à la boisson avant d'avoir délivré ses amis et les voir de ses yeux ?” Cette réplique est adressée par Ulysse à Circé. Mais, comme c'est souvent le cas avec ce genre de citations, Diogène Laërce (4.2.9) affirme de son côté que ces vers furent prononcés par Xénocrate devant Antipater en 322.

3 A Philippe qui l'interrogeait sur la valeur des Athéniens de son temps comparée à celle des ancêtres, Démade aurait rétorqué (Stobée, Florilège, 54.47) : “Tu aurais appris à connaître la force de la cité, ô roi. si Philippe avait mené les Athéniens et Charès les Macédoniens” (ἔγνως ἃν, ἔφη, ὦ βασιλεῦ, τὴν τῆς πόλεως δύναμιν, εί Αθηναίων μἐν Φίλιππος, Μακεδόνων δε Χάρης έστρατήγει). De Falco (frag. xlix) classe cette phrase parmi les “frammenti genuini” de Démade, tout simplement parce qu'elle “veniva insieme a lodare Filippo corne gran capitano”. C'est donc parce qu'elle conforte l'image d'un Démade flagorneur du Macédonien que cette réplique de Démade serait authentique.

4 Souda. Δημάδης. § 415 : ἐν Χαιρωνείᾳ δἐ αιχμάλωτος γενόμενος ἀφείθη καί πρεσβευτὴς ὑπὲρ τῶν αιχμαλώτων ἀπεστάλη. οὕς ἀνῆκε Φίλιππος.

5 E.g. Mitchel 1970, 15 ; Williams 1989. 21 ; Habicht 2000, 31. Pour de Falco 1954, 34, “l'anedetto ha tutta l'impronta della vericità”.

6 Carlier 1990, 223.

7 Justin 9.4. Hammond 1994. 156. L'ivrognerie du barbare, incapable, au contraire du Grec, de dominer son ivresse, a depuis l'origine été stigmatisée par les auteurs grecs : Hérodote, 1. 133.

8 Ellis 1994. 782. le considère déjà alors comme un “leading politician”.

9 C'est du moins ce que l'on apprend d’une source tardive, Lucien, Parasite. 42. On ignore par contre tout de ce que faisait le dernier orateur de quelque importance. Hègésippe. L'impossiblité d'envoyer les bouleutes sous les armes est attestée par Lycurgue. C. Léocratès, 38.

10 Mossé 1971, 139.

11 Staatsverträge. III, no 402. La date traditionnelle de 338 pour le retour d'Orôpos dans le giron athénien (à partir de Paus. 1.34.1) a été contestée par Knoeplier 1993, 295 sqq. et 1995, 360, pour qui le contexte de 335 (destruction de Thèbes) conviendrait mieux à cet épisode que celui de 338. C'est en effet possible mais, vraisemblance pour vraisemblance, l'hypothèse première est tout autant soutenable et il est difficile de se prononcer.

12 Sealey 1967. 186 : Bearzot 1985.

13 Phocion, 1.1 : “Bien qu’il ait souvent dirigé des armées et occupé les plus hautes magistratures, il est cependant plus célèbre par l’intégrité de sa vie que par son action militaire. La mémoire de celle-ci est donc nulle, alors que grande est sa renommée”. Le même Cornélius Népos, en écho à cette analyse lucide de la faible activité militaire de Phocion. précise ailleurs que “la génération d’Iphicrate, Chabrias et Timothée lut la dernière des généraux athéniens. Après eux, aucun stratège dans la cité ne fut digne de mémoire” (Timothée. 4.4) – ce qui exclut bien entendu dans son esprit Phocion de tout acte glorieux. Tritle 1991, 4262, fervent défenseur de Phocion, considère que. dans cette biographie, Népos s’est volontairement intéressé à une période précise de ht vie du vieux général (322-318). C'est certes vrai, mais il ne faut pas oublier ce que Népos dit plus haut de son ignorance absolue de hauts faits d’armes de Phocion : c’est oublier aussi que l’essentiel de la vie politique de Phocion, telle que nous la rapporte également Plutarque, est vouée à des événements et des situations postérieurs à 322. Tritle accepte aussi le chiffre des quarante-cinq stratégies, ce chiffre élevé s'expliquant selon lui par son honnêteté reconnue dans la vie publique (ibid. 4274-76 ; mais aussi Williams 1982, 26-27). En quelque sorte, chaque argument renvoie à l’autre, ce qui est la définition d’un raisonnement circulaire. De plus, ce n'est pas sur le critère de l'honnêteté (réelle ou supposée, peu importe ici), que les Athéniens désignaient leurs stratèges au IV e siècle, mais sur celui de la compétence. Cawkwell 1979, 271 calcule que, si les quarante-cinq stratégies étaient avérées, il aurait fallu que Phocion débutât sa série de commandements au plus tôt en 363/2. ce qui paraît d’autant plus improbable que les sources, dispersées mais nombreuses, ne rapportent que très parcimonieusement ses faits d'armes. Bearzot 1985, 80-83 (qui avance le chiffre de sept stratégies) et Debord 1999, 350-351, réfutent aussi cette thèse.

14 En dernier lieu par Mossé 1996, 57-62. Cf. supra, p. 28.

15 Plut.. Phocion. 16.4 : (οί βέλτιστοι) έν τῷ δήμωι (...) ἔπεισαν έπιτρέψαι τῷ Φωκίωνι τὴν πόλιν.

16 Meritt 1952 (Schwenk, 6). Cf. infra, n. 30 p. 63.

17 Mossé 1976, 61 : “Phocion peut couvrir de son autorité les négociations qui, par l'intermédiaire de Démade. s'engagèrent avec la Macédoine”. En réalité, Phocion ne possède pas la moindre autorité déléguée par le peuple à ce moment, quel que soit le sens, politique ou “moral”, que l'on peut accorder à ce mot et il ne “couvre” donc rien.

18 Staatsvertrage, III. no 403. Sur l’organisation interne de la nouvelle symmachie, voir Heisserer 1980. XXIII-XXV.

19 Δημάδης. § 415 : ἔγραψε δἐ και ψήφὶσμα τῷ Φιλίππῳ τους Ἒλληνας ύπακούειν.

20 Ainsi Glotz, paraphrasant Plutarque : “Sur la proposition de Démade, on alla plus loin : on décida l'entrée d'Athènes dans la Ligue panhellénique que projetait Philippe et dont on ne savait pas encore ce qu'elle serait. Phocion eut beau déconseiller de se lier les mains d'avance : on ne l'écoula pas” (1936, 365). Cf. aussi Will 1983. 18 : Trille 1988. 114 ; Hammond 1994. 160, Williams 1982, 30-31, admet cette attitude de Phocion, mais la traite de naïve.

21 Gehrke 1976, 65.

22 Sur l'ensemble des mesures prises à Athènes, voir Will 1983. 11-16, Faraguna 1992, 251-252 ; Wirth 1997. 194-196. Thasos et Naxos. par exemple, s'il faut en croire Dém, Couronne, 197, virent leur politeia ancestrale succomber à des tyrannies pro-macédoniennes. Le cas d’Érésos de Lesbos est souvent cité pour montrer les vicissitudes politiques d'une cité ballotée par des événements qui la dépassent de beaucoup, entre la contre-offensive perse dans l'Égée et la reprise en main finale de file et de l’ensemble de la région par les Macédoniens (Brun 1988 ; Labarre 1996. 25-31).

23 Hallof & Hubicht 1995, 273-304.

24 Bearzot 1985, 141.

25 Démosthène, 14.1, où Phocion est présenté comme ami des Macédoniens. Il semble que cette contradiction s’explique par les travaux d’origine différente qu'a compulsés Plutarque pour ses deux biographies : tradition démocratique dans Démosthène, anti-démocratique et très indulgente à son égard, sans doute issue de Démétrios de Phalère, dans Phocion, où celui-ci est un partisan appuyé et indéfectible de la Macédoine · Bearzot 1985, 26-32 : Dulf 1999, 133-134.

26 Carlier 1990, 231.

27 De manière assez, expressive, Errington 1990. 85, intégré Lycurgue et Démade dans le même camp des “moderato realists”, qui ne défendaient pas la Macédoine, mais considéraient que les intérêts athéniens étaient garantis par une coopération prudente avec le vainqueur

28 Sur la question des “partis”, cf. infra, p. 135-136.

29 Tod, 178. 1, 11-13 (Schwenk. 1).

30 Meritt 1952, no 5, 355-359 (Schwenk, 6) : Lycurgue, C. Léocrate. 15, 52. Sur la question de l’Aréopage dans le décret d’Eucratès. cf. Faraguna 1992. 270-272. de Bruyn 1995, 158-161 et les doutes de Habieht 2000. 32-33. Sawada 1996, 82-84. ne voit pas, avec raison me semble-t-il, trace dans le décret d’Eucratès d’une lutte entre partisans et adversaires de la Macédoine, mais la simple affirmation d’une idéologie démocratique.

31 Lycurgue, C. Léocrate, 46-51. Loraux 1981, 125-127.

32 Comme le remarque Schmitt 1992, 46.

33 C'était déjà la thèse soutenue par Beloch 1925. 53, S. Tracy, pourtant remarquable connaisseur de l'épigraphie athénienne du temps, écrit “although Demades the orator negociated these ternis, the main leaders of Athens after Chaironeia came to be Lykourgos, expert in finances, and Phokion, general and statesman” (1995, 8). Ce n'est pourtant pas grâce à l’épigraphie que l’on peut porter Phocion au sommet de la cité.

34 Que l'on pense, sans bien sûr que ce soit exhaustif, au décret de Paros en faveur de Képhisophon, qui avait protégé l'île et sa colonie Thasos (IG, XII.5, 1 14) ou à celui d'Arkésinè d'Amorgos pour Androtion, qui avait avancé de l'argent aux insulaires (IG. XII.7,5 = Tod. 152).

35 La liste exhaustive des décrets passés en faveur des Macédoniens a été dressée par Kralli 2000. 1 15 n. 8.

36 Diod. 16.92.1. Ni Plutarque, Démosthène, 22.4, ni Pausanias. 1.9.4, ne donnent le nom du rogator. |Démade], Sur les douze années, 9, livre seul celui de l'orateur. Un passage de l'Art oratoire d'Hermogène (§ 102-103) mentionne une ambassade de Démade auprès de Philippe. Épisode en soi assez banal mais à l'occasion duquel, selon l'auteur, le roi lui aurait demandé de préciser l’importance d'Athènes. Démade aurait alors dessiné une représentation de la cité sur une table, ce qui lui aurait valu, peut-être parce que cela équivalait à une minoration de fait, une accusation pour trahison à son retour. Un tel récit laisse plutôt dubitatif, n’est corroboré par aucune autre source et ressemble fort à une invention du rhéteur de Tarse.

37 Paus. 1.9.4 : Justin 9.4. Pour ces deux récipiendaires, cf. Osborne 1981a, T 70 avec la bibliographie antérieure (notamment Schäfer 1887, 31-34).

38 Frag. 77 (Harpocration,.s.v. Demades). Cf. Kralli 2000, 120 n. 29.

39 Osborne 1981a. III. 70-71 : Schwenk 1985. 29.

40 IG.II2, 239 (Schwenk, 4 ; Tod, 180). Cf. Will 1983, 26-27.

41 Diod. 16.88 ; Poi. 5.10 ; Plut., Plwcion, 16.4 ; Justin 9.4. Le décret IG, II2, 402 mentionnant Antipater a. depuis sa première édition, été daté des années 322-318. Le raccordement du fragment Agora I 4990 à cette stèle délabrée a permis à Tracy 1993 d'ouvrir une autre piste. Il est en effet question d'un roi (et non de deux) ce qui exclut une date postérieure à la naissance d'Alexandre IV. Mais de quel roi s'agit-il ? Tracy pense en priorité à Philippe il et assigne donc à ce décret les années 338 ou 337, bien qu'il admette que le roi puisse être Alexandre le Grand. Le décret n'a pas été proposé par Démade, mais par Archédikos de Lamptrai, qui navigua adroitement dans les eaux troubles de l'après Crannon et de la démocratie retrouvée en 318. On peut objecter à cette reconstruction que les interventions d'Archédikos sont contemporaines de la guerre lamiaque ou postérieures à elle et qu'une date plus basse, du vivant d'Alexandre ou de la courte période où Philippe Arrhidée régna seul, est sans doute préférable.

42 Kralli 2000, 120.

43 IG. II2. 240 (Schwenk, 7 ; Tod. 181 ; Oikonomidcs 1956, I 14-1 15).

44 Ainsi, E. M. Harris 1995, 136-137.

45 Pans. 1.9.4.

46 Osborne 1981a, il. 69-70, avec les références littéraires antérieures.

47 Sur l’affaire d'Euthycratès, voir le développement argumenté de Engels 1993, 136-142. que l'on préférera aux pages polémiques de Treves 1958, 375-380.

48 Déni.. Chersonnèse, 40.

49 Δημάδης, § 415 : οὗτος Δημοσθένει λέγοντι ύπἐρ Όλυνθίων άντέλεγεν, Εύθυκράτη δέ τòν Όλυνθίον, άτιμωθέντα παρὰ Άθηναίοις, ἐψηφίσατο ἐπίτιμον εἷναι καὶ πρόξενον Άθηναίοις.

50 Nous ne sommes pas obligés d'adhérer au jugement de G. Colin pour qui Euthycratès “né en pays grec, a oublié ses origines pour s'employer sans réserve en faveur de Philippe” : 1946, 102 n. 1. Même mot (προδότης), employé par Oikonomidès 1956, 113. Treves 1958. 375. considère que la raison pour laquelle Euthycratès fut honoré sur proposition de Démade est simple, “per avere tradito a Filippo la patria”. ce qui est une reprise pure et simple de l'argumentaire d'Hypéride. Mais Engels 1993, 137, à propos d'Euthycratès et de Lasthénès, tous deux alliés de Philippe dans la chute d'Olynthe. parle de “Verräter” : les guillemets (qui sont de lui) montrent qu'il n'est pas dupe de l'accusation démosthénienne.

51 Hypéride, frag. 71-75.

52 Hansen 1976, 55 n. 8.

53 Xén., Hell., 3.5.8-9.

54 Cf. encore Dém.. Chersonnèse, 40 ; Ambassade, 265. 342 ; Diod. 16.53. Berve 1926, no 314.

55 Engels 1993. 138-140, note qu'il n'est pas concevable de voir dans la proposition de Démade l'action d'un parti macédonien. Il s'agit lit, selon ses propres termes, d'un cliché (“Klischee”), que l'on serait bien en peine de découvrir dans les sources contemporaines pourtant nombreuses (Démosthène, Lycurgue. Hypéride, Dinarque). Il ne distingue pas davantage dans cette position d'Hypéride une forme de résistance anti-macédonienne aux décrets honorifiques votés en faveur des Macédoniens : c'est la personnalité d'Euthycratès qui posait problème.

56 Gauthier 1985, 124.

57 Bosworth 1988, 212-213 : Mitchell 1998, 213.

58 Comme le souligne ajuste titre Lehmann 1997, 31, à l'opposé d'un courant encore majoritaire.

59 Lycurgue : Tarn 1927. 440-443 : Mitchel 1970. 14-18 : Merker 1986. 40 ; Faraguna 1992. 257-268 : Habicht 2000, 41. Démosthène : Lehmann 1997. 106. Phocion : Gehrke 1976. 61-63. Toutes les combinaisons croisées étant possibles. Parmi elles, je note celle de Williams 1982, 4, qui imagine une coalition tenue par Lycurgue, secondé par Démosthène et Démade, et celle de Habicht 2000. 27, qui, s’il place Lycurgue à la tête de la cité, met tout de même Démade à ses côtés.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search