Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre III. Ses origines son action avant 338

Texte intégral

1Démade apparaît dans l'histoire, à une exception près sur laquelle nous reviendrons, sur le champ de bataille de Chéronée. Il est assez logique dans ces conditions que les témoignages sur la première partie de sa vie soient inexistants ou sujets à caution. C'est pourtant à partir de ces textes douteux que l'origine sociale de Démade a été, de manière unanime, considérée comme modeste. L'historiographie a en effet suivi ces traditions et une prétendue vérité d'évidence voit en Démade un nouveau riche, un parvenu. Nous allons voir que tout n'est pas si simple.

La question de son origine sociale

2Peu de textes littéraires évoquent le milieu familial de Démade, mais il le font tous dans le même sens : Démade était un homme pauvre dans sa jeunesse, son père étant lui-même d'origine obscure. Il est indispensable d'analyser ces textes.

Déméas, le père de Démade

  • 1 Mossé 1995, 146.
  • 2 Élien. Hist. Variée. 12.45 ; Plut., Phocion, 30.7.
  • 3 [Démade], Sur les douze années. 7-8 : “Je suis le fils de Déméas, Athéniens, comme les plus âgés d' (...)

3Démade est ce que l'on a pu appeler un “homme nouveau”, dans le sens où il est le premier de sa lignée à se faire connaître dans la vie politique de la cité, comme c'est le cas de la plupart des orateurs de son temps1. Ce caractère a été commenté de bien étrange façon parles sources littéraires : Élien, dans un paragraphe de ses Histoires Variées, indique que “personne n'aurait pu dire qui étaient les pères d'Hyperbolos, Cléophon et Démade, qui pourtant devinrent les chefs (προστατν γενομένων) du peuple des Athéniens”. Plutarque va dans un sens parallèle en rapportant un propos du même Démade s'adressant à son fils : “Quand il maria son fils Déméas, il lui dit :'Moi, mon fils, quand j'ai épousé ta mère, mon voisin lui-même ne s'en est pas aperçu ; toi. pour contribuer aux frais de tes noces, tu as des rois et des dynastes’”, rappelant ainsi ses origines modestes et fustigeant son attitude de parvenu2. Et l'auteur anonyme du discours apocryphe Sur les douze années renchérit, en cherchant, non pas à nier la pauvreté qui accablait l'orateur durant sa jeunesse, mais à expliquer que celle-ci n'est pas le signe d'une faiblesse de caractère3.

  • 4 Thalheim 1901, 2703 : “Athener von niedriger Herkunft, Sohn eines Schiffers, war selbst anfangs Mat (...)
  • 5 Sinclair 1988. 191-192 : Davies 1971, no 3263 ; Williams 1989. 20.
  • 6 Faraguna 1992, 242 : “Tranne alcune eccezioni (torse Carete e Demade), i politici in questione non (...)

4Cette origine sociale a été acceptée par tous les historiens et Démade serait donc issu d'une famille pauvre. La Soucia, évoquant de manière plutôt confuse les liens de son père avec la marine, est à l'origine de quelques phrases définitives comme celle relevée chez G. Glotz. rappelant ses fonctions de matelot, ouvrier du port et batelier4. Même ceux qui ne s'aventurent pas sur ce terrain et réévaluent ostensiblement son œuvre politique, admettent cette conclusion5 et rares sont ceux qui accordent une place au doute6. Je crois pourtant qu'il n'en est rien.

  • 7 Sur Cléophon, fils de Cléippidès, Connor 1971, 153. Sur Hyperbolos. Brun 1987. On pourrait faire un (...)
  • 8 L’accusation d’illégitimité de Darius lit Codoman, issue de la propagande macédonienne, n'a bien sû (...)
  • 9 Élien, Hist. Varice. 12.43 ; Plut., Phocion, 4.1-2.

5Quelle valeur en et 1 et accorder à ces divers témoignages ? La position défendue par Élien n'est évidemment pas soutenable : le père de Démade se nommait Déméas, comme l'attestent toutes les occurrences épigraphiques et un fragment d'Hypéride (frag. 76), et c’est ainsi qu'en toute logique, il appela son fils. De plus, si l'on étudie simultanément le sort que fait subir Élien à ces trois Athéniens, on constate que non seulement l'on est capable de donner le nom du père de Cléophon, mais on sait de surcroît, grâce aux ostraka découverts à son nom et gravés à l'occasion de la procédure qui vit le bannissement d'Hyperbolos, qu'il s'agissait de Cleippidès, lequel ne fut rien moins que stratège7. On sait bien ce que signifie l'expression “né de père inconnu” dans les textes anciens : les hommes ainsi qualifiés sont de famille à tout le moins aisée, mais la fortune paternelle est, comme nous le savons par Aristophane pour Hyperbolos et Cléophon, assise sur l'artisanat et non point sur la terre, c'est-à-dire qu'elle n’est ni ancienne, ni noble. Tous ont pour autre point commun d’avoir été vilipendés par les sources d'inspiration oligarchique. Ces remarques sur les origines attestées de Cléophon doivent nous faire douter en toute légitimité de la véracité de celles de Démade telles que nous l'indique Élien et ce d’autant plus que, dans le même passage, il fait de Darius III un fils d'esclave, de Démétrios de Phalère un esclave né dans la maison de Conon et Timothée ou encore des Lacédémoniens Callicratidas, Gylippe et Lysandre, des Inférieurs (mothakes)8. Élien colporte des ragots, qui peuvent parfois posséder une part de vérité quoique déformée, mais que nous ne saurions admettre au rang de preuves formelles sans analyse préalable. En fait, le principe de base de l'historiographie antique fonctionne sur des bases manichéennes d'une simplicité désarmante : par nécessité, les personnages réputés négatifs. Hyperboles, Cléophon, Démade, sont issus des classes sociales les plus pauvres et, à l'inverse, un homme comme Phocion, pour son hagiographe Plutarque, ne saurait être de basse extraction. A une tradition, d'ailleurs rapportée au même endroit par Élien, qui fait du père de Phocion un modeste artisan, Plutarque répond en toute simplicité qu'il ne peut y croire, se demandant comment, si ç'avait été le cas, il aurait pu recevoir un telle éducation de sagesse et posséder les principes élevés qui furent siens durant sa vie9. Bien entendu, il n'est pas difficile de reconnaître l'origine oligarchique de tels jugements-et des sources de Plutarque – renforcée par le mépris bien connu des milieux aristocratiques et philosophiques athéniens pour tout ce qui touchait au monde de l'artisanat, et plus encore, à celui de la mer.

  • 10 Cette anecdote est pourtant considérée comme authentique par de Falco 1954, 36.

6Les deux autres textes évoquant les origines familiales de Démade, Plutarque et le Pseudo-Démade, risquent de ne pas valoir davantage. On voit mal comment les paroles du père à son (ils auraient pu être connues et rapportées, sauf à croire, hypothèse peu probable, que Déméas ait été à l'origine de l'indiscrétion. Il s'agit là selon toute vraisemblance de l'exemple type de ces δημάδεια qui passent pour définir le personnage dans l'étendue de ses défauts, ne correspondent à rien d'historique, mais ont été acceptés comme véridiques parce qu'ils s'accordent avec l'idée que l'on se faisait de Démade10. Quant à la troisième pièce à conviction, les lignes apocryphes sur la défense de Démade, elles ne font jamais que reprendre, en les développant et en les noyant sous un flot de rhétorique plate, où la parataxe lourdement maniée l'emporte sur le fond, les topoi qui avaient cours à l'époque de la rédaction de ce pseudo-discours.

  • 11 Ober 1989, 237-238. Cf. infra, p. 166-167.
  • 12 Aelius Aristide, Panathénaïque, 296 ; Diod. 15.33.4. Cf. Munit 1993, 156 et note 41, avec le texte (...)

7Si j'espère avoir montré que les textes sur lesquels on s'appuie pour établir les origines pauvres de Démade n'ont aucune consistance, on ne saurait toutefois se contenter d'une critique explicite et raisonnée de ces sources douteuses pour affirmer que, tout au contraire de la tradition antique, Démade était issu d'une famille aisée. Contentons-nous, au moins dans un premier temps, de souligner l'inexistence de textes contemporains évoquant une enfance misérable, mais c'est une étape importante, car l'on sait, par les invectives de Démosthène à l'encontre d'Eschine, que les orateurs attiques ne se privaient pas, lorsqu'ils en avaient la possibilité, d'attaques de cet acabit, destinées à montrer un enrichissement rapide, donc suspect et pour tout dire, malhonnête11. Cependant, bien entendu, une argumentation a silentio, même si elle permet de mettre en doute le postulat initial de la pauvreté de Démade, ne saurait suffire. De fait, d'autres témoignages méconnus ou peu utilisés peuvent permettre de nuancer de beaucoup le tableau. Ainsi, les scholies à Aelius Aristide indiquent qu'en 379/378, un des stratèges athéniens se nommait Déméas (désigné sous l'appellation de “stratège des hoplites athéniens”), le nom du père de Démade, et une variante du texte donne même le nom de Démade, sans doute par attraction avec un nom mieux connu du rédacteur de la glose. A partir de là, certains ont envisagé une confusion de Diodore de Sicile, qui parle pour cette année-là d'un stratège en exercice du nom de Démophon et il est vrai que ce ne serait pas là la première méprise de Diodore. M. Munit accepte l'idée d'un Déméas fils de Démade, stratège durant l’année 379/37812 et une telle hypothèse n’est en effet pas à exclure a priori, car nous ne connaissons pour les dix stratèges de l’année 379/378, si l’on écarte donc ce Démophon, que le seul Chabrias. Un simple coup d’œil sur les listes de stratèges du ive siècle à notre disposition montre d’ailleurs notre ignorance, et dans ces lacunes, Déméas pourrait trouver une place. La date de naissance de Démade (c. 388-380) n’est pas dirimante.

8Je conviens néanmoins d’une chose : sur le plan de la méthode historique, il n’est guère recommandable de révoquer trois textes fallacieux donnant une image cohérente pour les remplacer par un seul qui pourrait ne pas valoir beaucoup plus, avec pour seul avantage d’aller à l’encontre d’une opinio communis. Rien ne peut donc formellement être avancé pour prouver la stratégie de Déméas, mais ce témoignage d’un Démade très éloigné de la basse extraction dont on a voulu l’affubler trouve un parallèle intéressant dans l’épigraphie attique contemporaine, et permet de remettre en question à tout le moins la pauvreté originelle de l’orateur.

La richesse et la carrière politique de Démade avant 338

9Cette origine modeste de Démade a été en permanence mise en exergue, tant par les sources hostiles que par la littérature historique moderne, pour montrer que l’indiscutable richesse de l’homme parvenu au sommet après 338 était due à ses seules relations privilégiées avec la Macédoine, qui l’aurait de bonne grâce payé en récompense de ses multiples trahisons et revirements. En d’autres termes, cette origine sociale obscure donne un sens à une politique favorable aux Macédoniens que Démade n’aurait eu de cesse de mener à partir de 338. Conclusion cohérente à première vue, mais qui fait fi de la mention de Démade dans une inscription rappelant des faits de l’année 341 :

IG. II2, 1623 (+ Mitchel 1964, 338-339)
Θεοί [160]
[οἵδε] ἐγγυητοάὶ τ[ριήρω]ν
[...]
Δημάδης Δημέου [188]
Παιανι(εύς)

10On trouve d’autres noms célèbres dans cette liste de vingt-trois noms : Démosthène (1. 166). Démocharès (1. 168). Phaidros, fils de Callias de Sphettos (1. 174), Conon, fils de Timothée (1. 175), Hègésippe (1. 185). Le texte est assez peu explicite, mais la précision de la destination de ces garanties se découvre dans une autre inscription, quand la cité a recouvré ces garanties après un décret passé sur la proposition de Démade :

IG. II2, 1629, 1. 516-520
παρὰ τῶν ἐγγυητῶν τῶν
τριήρων, ὧν οί Χαλκιδῆς
ἔλαβον, άπελάβομεν
κατὰ ψήφισμα δήμου,
ὃ Δημάδης Παιανι(εὺς) εἶπε

  • 13 Traduction de Migeotte 1484, 241 et commentaire de ce passage no 69 p. 238-242 (cf. aussi 1983, 143 (...)

11Traduction : “Sur les garants des trières que les Chalcidiens avaient reçues, nous avons recouvré, conformément au décret du peuple proposé par Démade de Paiania...”13

12Le recouvrement a donc eu lieu seize ans plus tard, en 325/324, sur quinze d'entre eux dont Démosthène, Hègésippe et Conon, mais non sur Démade, qui avait dû s'acquitter de sa dette auparavant.

  • 14 A ma connaissance, seul Davies, APF, no 3263, a déduit de ce texte l'hostilité de Démade vis-à-vis (...)
  • 15 De Falco 1954, 93, qui ne recherche jamais l'aide des inscriptions pour cerner le personnage de Dém (...)
  • 16 Jordan 1975, 87. Sur les Trois Cents, élite économique et sociale athénienne soumise aux plus onére (...)
  • 17 Mitchel 1970, 15. Mais il est vrai qu’il ne semble pas avoir connaissance de cette inscription.

13Les implications immenses de cette mention de l'orateur, dans un texte rappelant une situation antérieure à Chéronée, n'ont pas fait l'objet de l'exégèse qu'elle méritait, car la participation de Démade à cette opération en faveur des Chalcidiens, en opposition directe à Philippe donc, prouve plusieurs choses. La première, évidente, est que notre homme, bien loin d'être alors un partisan des Macédoniens, figure au premier rang de ses opposants les plus en vue à Athènes, en compagnie d'un Hègésippe ou d'un Démosthène14 et, en ce sens, il est donc identifié comme un politeuomenos engagé dans une attitude hostile à Philippe par ses concitoyens15. La seconde implication est d'ordre socio-économique : Démade ne saurait, en 341, faire partie des Athéniens les plus modestes puisqu'il a accepté de servir de caution pour une somme de 845 drachmes qui, si elle n'est pas la preuve définitive d’une fortune considérable, atteste tout du moins de l’aisance du personnage, lequel n’avait pas eu besoin pour en jouir de l'argent macédonien. L'étude prosopographique de cette liste de donateurs est riche d’enseignements et permet d'aller plus loin encore. B. Jordan, dans son ouvrage sur la marine athénienne, a repris ces passages et analysé les noms de ceux qui ont accepté de servir de garantie. Sa conclusion est nette : tous sont connus pour être riches, influents en politique ou membres de grandes familles aristocratiques ou, bien entendu, les trois à la fois et “this tact establishes the strong presumption that the guarantors of the ships going to Chalkis were also members of the Three Hundred”16. On devine par ces réflexions que c'est tout l'édifice d’un Démade obscur et misérable, enrichi seulement après Chéronée grâce aux subsides étrangers, qui s'effondre. Cette donnée, qui n'est pourtant pas le fruit d'une découverte récente, devrait ou aurait dû démonter les jugements portés à partir de sa prétendue origine modeste. F. W. Mitchel, dont on a vu l'apport à notre connaissance de l'homme politique, adopte pourtant l'idée d’une basse extraction et précise que “as one might expect of a self made man. lie was an utter opportunist”17.

  • 18 La mention admise par tout un chacun de la participation de Démade à la bataille de Chéronée pourra (...)
  • 19 Ainsi. Oikodomidès 1956, 120. après avoir présenté l'inscription, ajoute : “Le ‘Promacédonien’ (ό Μ (...)
  • 20 Davies 1971, 101 : “He was certainly not an ignotus in 338, as De Falco [1954, 96] would have him”.

14Une fois encore, cette inscription est connue depuis bien longtemps ; j'ai souligné plus haut que G. Glotz la reprenait en note, ce qui ne l'a pas empêché de retenir l'image d'un homme que seules la trahison et la corruption ont tiré de l'anonymat et de la misère18. Parmi les éditeurs ou commentateurs de l'inscription, c’est parfois la surprise, mais on ressent en règle générale une incapacité à aller trop loin, une impossibilité de critiquer l'opinio commuais19. On peut regretter une fois encore la prégnance de la tradition historique, trop inspirée de Plutarque, et de son hostilité viscérale à Démade, et on se doit de constater que la littérature, contaminée par une vision partiale au plus haut degré, est contredite par un document de première main auquel, en bonne méthode, on accordera bien entendu la préférence. Démade était donc issu d'une famille aisée et, s'il n'est pas assuré que son père fut réellement stratège, on ne saurait, sans faire une grave erreur, admettre qu'il était un inconnu absolu en 3 3 820. Qu'il ait gagné en influence et en fortune après Chéronée est tout aussi évident. Mais c'est un autre aspect, que nous étudierons par la suite.

  • 21 Souda, Δημάδης, 415 : Δημάδης [...] Δημἐου ναύτου, ναύτης καὶ αὐτός, ναυπηγός καὶ πορθμεύς.
  • 22 Sextus Empiricus, Mathématiciens. 2.16. C’est le même mot employé par le Pap. Berol. 13045 (de Falc (...)

15La tradition a conservé également de Démade des liens avérés avec la mer. La Souda affirme que son père était marin, et que lui-même travailla dans le port, comme marin, constructeur de navires et batelier21 et Sextus Empiricus en parle comme d'un rameur (κωπηλάτης)22. Comme on le voit, il s'agit de renseignements pour le moins tardifs, dont on n’a pas la moindre confirmation dans les sources contemporaines, mais pourtant acceptés sans sourciller par la plupart des historiens. En lait, comme dans bon nombre d'anecdotes le mettant en scène, on peut imaginer un noyau originel véridique, amplement déformé par la suite.

  • 23 “Dans quelle attitude Démade sera-t-il représenté ? Tenant son bouclier devant lui ? Il l'a jeté à (...)
  • 24 Cox 1998, 138-139.
  • 25 Souda, Δημάδης. 415. Jordan 1975. 221.

16J. K. Davies voit, sans doute avec raison, dans un fragment de Polyeucte de Sphettos, contemporain de Démade, une allusion à l'origine sociale de Déméas, le père de Démade, et peut-être point de départ de l'ensemble des sources sur ce thème. Dans ce passage, Polyeucte attaque la proposition de décret accordant à Démade une statue de bronze sur l'agora, en des termes assez transparents23, laissant supposer que Déméas, loin d'être un rameur ou un simple porthmeus, avait des intérêts maritimes et était peut-être un nauklèros ou un emporos. En ce sens, la remarque de C. A. Cox, selon laquelle Démade tirait ses revenus de ses discours tout en conservant des intérêts dans le commerce maritime, n'est pas dénuée de fondement24. En revanche, l'hypothèse de B. Jordan, faisant de lui un marin, comme son père, mais qui parvint au rang de constructeur, naupègos, avant d'entrer en politique, ne repose guère que sur la chronologie relative établie par la Souda25. En tout cas, on saisit de façon distincte le parallélisme de ces attaques contre Démade avec celles qui avaient touché les démagogues athéniens dans les comédies d’Aristophane. Même s'il possédait des ateliers dans lesquels travaillaient sans doute plusieurs esclaves, Cléon n’était personnellement pas plus tanneur qu'Hyperbolos ne fabriquait des lampes, et il y a tout lieu de croire que Démade et déjà Déméas maniaient davantage les drachmes ou les lettres de change que la rame. Finalement, c’est peut-être Élien qui, en rapportant toutes ces calomnies, nous aura mis la bonne voie, A trop vouloir prouver...

  • 26 C'est ce qu'avait senti Beloch 1884, 232, puisqu'il l'avait décrit suivant occasionnellement dans s (...)
  • 27 Diod. 16.87.3 : τέλος δ' πό τοῦ Δημάδου καθομιληθέντα ταῖς 'Αττικαῖς χάρισι.
  • 28 Plus subtil, et sans aucun doute plus proche de la vérité, Beloch 1886. 233 considère que l'école d (...)
  • 29 De Falco 1954, 13-14 ; Oikonomidès 1956, 117. Sextus Empiricus (Mathématiciens, 2.16) affirme de so (...)
  • 30 Plut., Démosthène, 7.2. Cf. supra, n. 36 p. 23.

17L'image d'un Démade “ouvrier du port et batelier”, qui avait acquis son peu de culture et sa verve oratoire “sur les quais du Pirée”, pour reprendre les mots de G. Glotz, s'éloigne26. Les sources rhétoriques contemporaines, promptes à stigmatiser les origines obscures des adversaires politiques, ne font allusion à rien de tel concernant Démade. Diodore de Sicile rapporte même que Démade, après Chéronée, initia Philippe “aux grâces attiques”27. Quelle que soit la véracité d'une telle assertion, pour l'historien et ses sources, Démade n'était certes pas un homme dont l'éducation était de celle que l'on acquérait uniquement en grandissant au milieu des dockers du Pirée28. Et pourtant, quel merveilleux angle d'attaque pour les orateurs concurrents et adversaires que celui d'un homme à la richesse récente, acquise par le bon vouloir des Macédoniens et d'une ignorance crasse ! Comme je l'ai dit plus haut, même s'il s'agit là d'un argument a silentio, il mérite d'être pris en considération et, joint à la preuve concrète de l'aisance de Démade, fournit un démenti formel à Plutarque et, par voie de conséquence, à tous ceux qui l’ont suivi trop fidèlement. Aussi bien, le proverbe πό κώπης ἐπὶ βῆμα, “de la rame à la tribune”, rapporté par Diogène Laërce, ne saurait avoir été créé à partir de l’expérience personnelle de Démade, à l’inverse de ce qu’imagine de Falco29. Tout au plus, s’il fallait vraiment le rattacher à Démade, devrait-on conclure qu’il fut forgé par corrélation avec ce que l’on croyait savoir, à une certaine époque, du milieu familial de l’orateur athénien. En ce sens, ce proverbe pourrait avoir une origine commune avec une réflexion de Plutarque montrant Démosthène, au début de sa carrière d’orateur, dépité de voir le succès obtenu par des matelots ivrognes et ignorants30. Dans un cas comme dans l’autre, même si le nom de Démade n’est pas cité, l’allusion a paru limpide à beaucoup de commentateurs, bien qu’elle se référât à la période de formation de Démosthène, alors que Démade n’avait aucune influence connue à la Pnyx.

18On doit donc retenir de Démade quelques faits limités mais précis sur son origine sociale. Homo novus en 338, sans doute l’est-il formellement pour nous puisque les sources littéraires ne s'intéressent pas à lui avant cette date ; ignotus pour les Athéniens habitués des affaires publiques, de toute évidence, non. De son père, peut-être stratège en 379/8, Démade avait hérité une fortune d'essence maritime et commerciale suffisante pour lui permettre d'avancer à titre de garantie près de mille drachmes pour soutenir les Chalcidiens en 341. On ne peut en dire plus, mais c’est déjà beaucoup. Les “preuves” de sa trahison des intérêts d'Athènes reposant en priorité sur une richesse rapidement acquise auprès de ses amis macédoniens, on voit bien là que c'est la racine même de cette image négative qui est ainsi sectionnée.

Le milieu familial ; les liens avec Démosthène

Sa descendance

19Outre son père, qui peut avoir été stratège, son fils et son petit-fils sont connus par la littérature et l'épigraphie pour le premier, par les seules inscriptions pour le second.

  • 31 PA. no 3322 ; Hansen 1989. Il, 41.
  • 32 Pollux 10.15. Engels 1993, 142.
  • 33 Ath. 13.591 f. Une tradition rapportée par la Souda évoque de son côté un fils adopté de Démade. ho (...)
  • 34 Couronne. 129-130. Démosthène mentait moins en 343 (Ambassade. 281), quand il parlait du père d'Esc (...)
  • 35 Fairweather 1974, 245.

20On sait assez peu de choses de son fils Déméas, né aux alentours de 35531, pourtant attesté par quelques mentions littéraires et par un décret qu'il proposa. Les sources littéraires, assez portées en général à admettre que les qualités et les défauts des hommes se transmettent de génération en génération, ne lui sont guère favorables, il semble qu'une ou plusieurs accusations aient été intentées à son encontre par Hypéride, et Harpocration indique qu’il l'attaqua kata xenias, c'est-à-dire en usurpation de citoyenneté, mais il n'était déjà plus très sûr de l'authenticité du discours. Pollux cite encore un Contre Déméas, peut-être le fils de Démade, mais sans la moindre précision32. A dire vrai, un tel procès n'est pas impensable : on sait que les relations entre Hypéride et Démade furent parfois tendues et la hargne du premier peut tout à fait s'être portée à un ou plusieurs moments à l'encontre du fils du second, puisque, si l'on en croit un fragment transmis par Athénée, il l'accuse de ne pas être un enfant légitime, mais le fils né hors mariage de l'orateur et d'une joueuse de flûte33. Quant à croire que, si elle est réelle, la tentative d'Hypéride avait quelque chance d'aboutir, il ne faut pas y songer. Les accusations réciproques d'usurpation de citoyenneté étaient monnaie courante dans les duels d'orateurs, et utilisées comme un argument au milieu d’autres, sans que les juges chargés de départager les adversaires ne semblent s'en offusquer : qu'il suffise de rappeler l'énormité du mensonge proféré par Démosthène, accusant le père d'Eschine (mais il était mort) d'être un esclave du nom de Tromès et sa mère, Empousa, une prostituée de bas étage34. Ces attaques, peu reluisantes à notre goût, faisaient le quotidien des harangues de la Pnyx et, en cela, la rhétorique rejoint la comédie ancienne dans la diffamation35.

  • 36 Timon. 50-51. Sidoine Apollinaire se moque pareillement du style obscur de Démade (Lettres. 8.1.2).
  • 37 Meritt 1944, no 5, 231-233 (Oikonomidès 1956, 127-128 ; Osborne 1981a, I, D 26 ; II, 95-96 ; Agora,(...)
  • 38 Ath. 1.3.591 f.

21Lucien se moque du style oratoire de Déméas qui aurait été ampoulé36, mais on ne voit pas sur quels textes il pouvait fonder pareille assertion : nous ne sachons pas en effet que le fils de Démade ait laissé des discours que Lucien pût lire de son temps, et il y a fort à parier que la mauvaise réputation du père avait alors déteint sur celle du fils. D'ailleurs, comme l'écrit B. D. Meritt, en éditant le seul décret conservé proposé par Déméas, accordant la citoyenneté athénienne à un Platéen peu avant 32137, rien dans ce texte, tout à fait conforme aux prescriptions en vigueur, ne vient corroborer cette réflexion désobligeante. S'il faut également en croire Athénée, Déméas aurait pris la parole à 1’ecclèsia quelque temps avant la guerre lamiaque et se serait fait vertement rabrouer par Hypéride38. Sans que l’on puisse évidemment parler de carrière de premier plan (il est mort beaucoup trop jeune), Déméas s'était engagé sur les traces de son père.

  • 39 Diod. 1 8.48 ; Plut., Phocion, 31.6-10 : Arrien. in Photios, 2.70 a. Voir les textes infra, p. 123- (...)

22Cette inscription est néanmoins révélatrice des intentions du père comme du fils : celui-ci avait entamé une carrière politique, succession assez fréquente dans les usages athéniens. Et il faut voir dans l'intégration de Déméas à la dernière ambassade menée par son père en 319. laquelle devait voir la mise à mort des deux hommes, un moyen pour Démade d'initier son fils – s'il s'agissait là de sa première ambassade, mais nous n'en savons rien – aux arcanes de la diplomatie, un moyen aussi, peut-être, de le présenter aux yeux des Macédoniens comme le symbole d’une continuité et quelqu’un avec qui ils auraient à négocier dans le futur. La mort des deux hommes s'inscrit dans un contexte évidemment troublé sur lequel nous reviendrons, mais il est à souligner que. si Diodore donne de l’exécution de Démade et Déméas une version claire, dégagée de toute sentimentalité excessive, tel n’est point le cas de Plutarque ni d'Arrien39. Diodore relate sobrement donc leur arrestation puis leur exécution, laquelle se charge chez Plutarque et Arrien d’une dimension mélodramatique entachant la crédibilité de l'ensemble du récit. En effet, les deux auteurs indiquent, en des termes très voisins, que la mort de Démade fut précédée de celle de son fils... dans les bras du père, Plutarque ajoutant que le sang du fils, à l’instar d’un rite de lustration, gicla sur les vêtements de Démade. Rappelons qu’il avait à ce moment-là environ trente-cinq ans. Inutile d’ajouter que ni Plutarque, ni Arrien. qui procèdent en l’espèce d’une seule et même source, ne précisent, au contraire de Diodore, que Déméas était membre de l’ambassade et ignorent tout de son rôle dans l’affaire, comme de la personnalité même du fils de Démade. Ce qui n’est au total qu’un détail de mise en scène à la fois pathétique et moralisant réduit encore un peu plus, s’il en était besoin, la valeur historique de la Vie de Phocion de Plutarque.

  • 40 Habicht 1994, 14-18 ; Mikalson 1998, 36. Sur les tablettes de défixion. Gager 1992.

23On a retrouvé au nom de Déméas une tablette de défixion. ce qui ne signifie évidemment pas une animosité particulière à son encontre, étant donné que la plupart des hommes en vue de l’époque ont été aussi la cible de telles pratiques magiques. Le tait qu’il fait été au même titre que Lycurgue, Démosthène, Hypéride ou encore Phocion aurait plutôt tendance à grandir le rôle de Déméas dans la cité, ces tablettes ayant plus leur place dans un contexte politico-judiciaire que privé40.

  • 41 IG, II2. 713. 1. 9. Oikonomidès 1956, 128-129. en fait l'auteur d’une Histoire de Délos et de l'ori (...)
  • 42 Dinsmoor 1931, 28, reprenant une hypothèse antérieure, pensait que les décrets IG. II2, 399 et IG, (...)

24Déméas, à sa mort, laissait un jeune fils, Démade, seulement connu par un décret qu'il proposa entre 288 et 26241. Quoique solitaire et d’une portée politique réduite, ce décret est d’importance pour nous permettre de comprendre la façon dont Démade et même son fils Déméas furent perçus par leurs contemporains42. Si Démade (II) put jouer un rôle, sans doute mineur, mais assez influent pour être le rogator d’un décret plus de trente ans après la mort de son grand-père et de son père, dans le cadre d’une cité ayant alors renoué avec la démocratie, c’est qu’à tout le moins les Athéniens ne lui faisaient pas grief d’une ascendance jugée déplaisante. En d'autres termes, il y a fort à parier que les Athéniens de la première moitié du iiie siècle n’avaient pas conservé de Démade (I) le souvenir d’un traître, d’un corrompu, d’un cynique, d’un ennemi de la démocratie, bref toute cette imagerie que les sources ont voulu nous imposer par la suite. Même si cette influence tut bien trop réduite pour contrebalancer celle des descendants de Lycurgue ou Démosthène, il est probable que ce simple détail indique qu'à ce moment-là, la tradition d'un Démade traître à la cité ne s'était pas encore imposée comme vérité première et définitive.

Démade a-t-il des liens familiaux avec Démosthène ?

  • 43 Davies 1971,99-105. Badian 1961,34 n. 13 et 1967. 182, l'évoque prudemment.
  • 44 Voir une analyse détaillée de l'héritage de Démosthène dans Carlier 1990. 38.

25L'hypothèse de liens familiaux avec Démosthène n'est pas neuve. Elle se fonde sur deux faits concrets : la similitude des dèmes d'origine. Paiania, et celle de la racine des noms. Dém-. Cette question complexe a été abordée de manière exhaustive par J. K. Davies. qui ne répond pas vraiment aux problèmes qu'il soulève43. Si l'on peut accepter l'idée d'un Déméas. père de Démade, plus tourné vers les négociants que vers les gros propriétaires terriens de la mésogée. il n'est pas nécessaire pour autant de l'éloigner de bases originelles rurales, car demeure tout de même son dème, un gros bourg du centre de l'Attique. Bien entendu, dans le milieu du ivsiècle, il n'est plus question d'imaginer tous les détenteurs du démotique Paianieus comme des propriétaires terriens installés dans les limites du territoire du dème. On sait d'ailleurs que les intérêts du père de Démosthène le tournaient davantage vers Athènes que vers la campagne et, pour autant que nous puissions le déduire de la description des biens paternels dilapidés par les tuteurs, le père de Démosthène ne possédait pas la moindre propriété agricole ; il ne devait donc plus avoir le moindre lien avec Paiania – sinon, bien sûr, le démotique qu'il portait44.

26En pratique, seul le topos de base, selon lequel Démade est d'un milieu social différent et inférieur à celui de Démosthène, permet à Davies d'écarter cette hypothèse, à quoi l'on ajoutera l'image fort différente qu'ils ont tous deux laissée dans l'histoire et, nous allons le voir, la légende d'une opposition viscérale entre eux. Le premier de ces interdits peut déjà être levé car Démade n'était certainement pas originaire d'une famille pauvre, et les ancêtres de l'un comme de l'autre avaient depuis longtemps sans doute quitté la campagne pour s'installer en ville.

  • 45 APF. no 3276.
  • 46 Plut., Démosthène. 10.2 ; 1 1.5 ; 28.2 ; Mor. 525 e ; Lucien, Démosthène, 15 ; Ath., 2.44 b ; Arrie (...)
  • 47 Plut.. Démosthène. 8.7.
  • 48 Diod. 17.15.3-5 ; Plut.. Phocion. 17.6-8 ; Démosthène. 23.6.
  • 49 Arist., Rhét., 2.24.1401 h : “(Un autre sophisme) consiste à donner comme cause ce qui n'en est pas (...)

27Ces obstacles levés, demeurent alors toutes les incertitudes. Si le nom de Démade ne se retrouve pas dans le dème de Paiania en dehors de la famille de l'orateur, il n'en va pas de même pour celui de Déméas. De manière tout à fait étonnante, nous entendons parler, au milieu du ive siècle, de la famille de Démainétos, fils de Déméas, du dème de Paiania et de ses fils. Déméas et Démosthène45. Certes, les deux derniers n'ont pas de parenté avérée avec leurs homonymes mieux connus, mais on conviendra qu'il y a là des coïncidences troublantes. On ne peut pas, d'un simple revers de main, balayer l'hypothèse d’une parenté, à coup sûr éloignée, mais connue des intéressés. Si quelques anecdotes montrent qu'ils eurent l'occasion de s’opposer jusque, bien sûr, dans la condamnation à mort de Démosthène proposée par Démade lui-même, subsiste néanmoins, en bien des cas, l'impression que cette opposition est artificiellement mise en scène par nos sources et l'idée de voir en Démade l'adversaire résolu et permanent de Démosthène, idée pourtant bien partagée, n’a, en dernière analyse, guère de consistance46. A l'inverse, il n'est pas rare de voir Démade soutenir Démosthène : ainsi Plutarque souligne-t-il, et c'est d'autant plus intéressant qu'il s'agit là de l'une des très rares occasions où il présente Démade sous un jour positif, que “souvent Démade se leva pour soutenir Démosthène, alors que celui-ci ne lit rien de tel en faveur de Démade”47. A-t-il en vue l'épisode célèbre de 335 durant lequel Démade convainquit dans un premier temps le peuple de ne pas livrer ceux, dont Démosthène, qu’Alexandre exigeait pour prix de son pardon, puis, dans un second temps, le roi lui-même à se montrer magnanime ? Peut-être, comme je l'ai proposé plus haut, faut-il y voir le souvenir d'une alliance objective entre les deux hommes antérieure à 338, alliance de fait qui allait se poursuivre48. Ne tombons pas dans l'excès inverse et rien ne serait plus faux que d'imaginer des rapports iréniques. Aristote, source contemporaine et sûre, signale qu'au moins une fois. Démade attaqua publiquement Démosthène en le rendant responsable de la défaite de Chéronée49. De telles attaques étaient d'une navrante banalité dans les luttes de pouvoir qui sont le lot commun des orateurs athéniens, et nous aurons de multiples occasions de voir des exemples de rapprochements surprenants suivis de séparations rapides, les uns et les autres dictés par des intérêts personnels, souvent égoïstes, et toujours immédiats.

  • 50 Lingua 1978 admet une étroite et longue collaboration entre les deux hommes, mais il l'éclaire asse (...)

28En réalité, à de nombreuses reprises, Démade et Démosthène poursuivirent la même politique et se retrouvèrent alliés objectifs : nous les avons vu offrir tous les deux leur caution pour un prêt de trières aux Chalcidiens d'Eubée ; nous les verrons ensemble dissuader les Athéniens de soutenir les révoltes de Thèbes (335) puis de Sparte (331), accepter plus tard la nature divine d'Alexandre et être compromis côte à côte dans l'affaire d'Harpale. Cela fait beaucoup de positions communes, on en conviendra, et sur des sujets qui n'étaient pas minces. Ces rapprochements tactiques entre deux orateurs ne sauraient certes rien prouver quant à d'éventuels rapports familiaux, mais ils montrent qu'il n'existait pas un fossé infranchissable entre les deux hommes et, dans cette perspective, des liens de parenté, fussent-ils fort éloignés, trouveraient là une explication commode50.

Un mythe : l'opposition entre les deux hommes dans l'affaire d'Olynthe

  • 51 Δημάδης, 415 : οὖτος Δημοσθένη λέγοντι πέρ Όλυνθίων άντέλεγεν, Εύθυκράτη δε τòν Όλυνθίον, άτιμωθέν (...)
  • 52 Mossé 1976, 51. Cf. Beloch 1884, 233 ; Schäfer 1887. 22 ; Burtt 1954, 330. Hammond 1967, 549. relie (...)
  • 53 Wirth 1997, 197 n. 27.
  • 54 Frag. 76 : “Les arguments que Démade présente ne donnent pas les véritables raisons de la proxénie. (...)
  • 55 De Falco, pourtant enclin à accepter assez facilement l'authenticité des paroles attribuées à Démad (...)
  • 56 Un auteur byzantin. Jeun Tzetzès (Histoire, 6.118-121) indique encore que Démade attaqua Démosthène (...)

29Si l'on en croit une notice de la Souda, l'orateur s’opposa à Démosthène à propos de l'expédition d'Olynthe que les Athéniens finirent par mettre sur pied en 34851. Et, à partir de ce texte, quelques historiens admettent que Démade fit partie des adversaires de Démosthène au projet d'envoi d'une force de secours en Chalcidique. Ainsi, C. Mossé affirme-t-elle que, cette année-là, “malgré l'opposition de Démade et du ‘parti’ macédonien, le principe d'une expédition fut adopté”52. De telles conclusions peaufinent le portrait d'un homme appliqué, dès ses premiers engagements à la Pnyx, à soutenir les intérêts macédoniens par tous les moyens à sa disposition. Même en utilisant les guillemets pour adoucir la portée du jugement, évoquer l'existence à Athènes d'un parti macédonien emprunte avec un peu trop de facilité le sillon tracé par Démosthène, prompt à affubler du nom de traître quiconque s'opposait à sa politique. D'autre part, concernant Démade cette fois, une telle attitude ne cadre guère, pour le moins, avec celle que l'on a induit de sa participation au financement des trières destinées aux Chalcidiens d'Eubée quelques années plus tard. Or, entre ces deux renseignements fournis, l'un par la notice d'un lexicographe tardif, l'autre par une inscription contemporaine, le choix de l'historien est vite fait. On peut certes voir dans cette accusation la trace d'une tradition hostile53, mais je crois que l'on peut aisément expliquer l'erreur – car c'en est une – de la Souda : un fragment d'Hypéride indique que Démade, peu de temps après Chéronée, avait proposé d'accorder la proxénie à un certain Euthycratès d'Olynthe, qu'Hypéride présente comme l'un de ceux qui avaient livré à Philippe sa cité, événement rapporté aussi par le lexicographe sans doute à partir d'Hypéride54. il n'en a sans doute pas fallu davantage pour que, par assimilation entre cette demande de proxénie et la personnalité de celui qui était honoré, la Souda fît de Démade l'un des opposants à l'action démosthénienne à propos d'Olynthe en 349/348. La certitude qui fait de notre homme un suppôt de Philippe dès les premières années de sa carrière politique repose donc sur un texte sans aucune valeur historique parce que grevé d'une confusion rédhibitoire55 et, dans le cadre d'une étude historiographique, il s'agit là d'un aspect tout à fait intéressant. Car le propos de la Soucia a été accepté par beaucoup parce qu'il correspondait à la certitude d'un Démade fermement opposé à toutes les initiatives démosthéniennes. Que ce texte erroné ait été préféré dans certains cas à une source indiscutable dit bien le discrédit dans lequel est tombé Démade56.

30En réalité, ce sont l'action et l'attitude politiques de Démade qu'il convient de redresser. Sans doute n'avons-nous point de document autre que son engagement financier en faveur des Chalcidiens, mais ce dernier est fort instructif, décisif même. Il est probable que Démade faisait partie avant la bataille de Chéronée, en second rang, sans doute, d'un groupe que l'on pourrait qualifier d'anti-macédonien, en tout cas favorable à la politique intraitable menée à l'égard de Philippe par un cercle, dans lequel on compte Démosthène, Hypéride et Hègésippe. Contrairement donc à la thèse proposée par la Soucia et à la vision qu'en ont retiré certains historiens contemporains, non seulement il n'est pas possible de voir en Démade un homme qui, dès les premiers temps de son engagement politique, a soutenu ceux qui cherchaient à tout prix un accommodement avec la Macédoine, mais c'est dans l'autre camp qu'il est nécessaire et juste de le placer ; avec Démosthène tout spécialement, les points communs et l'identité des vues politiques sont nombreux.

31Ces premières conclusions sur la partie la plus mystérieuse de l'individu, ses origines, sa vie avant Chéronée, aboutissent à dresser de Démade un portrait très différent de ce qu'un lecteur assidu et confiant de Plutarque aurait imaginé. Mais il n'y a pas que le Béotien pour éclairer l'histoire d'Athènes entre Chéronée et Crannon.

Notes

1 Mossé 1995, 146.

2 Élien. Hist. Variée. 12.45 ; Plut., Phocion, 30.7.

3 [Démade], Sur les douze années. 7-8 : “Je suis le fils de Déméas, Athéniens, comme les plus âgés d'entre vous le savent, et j'ai vécu la première partie de ma vie du mieux que j'ai pu, sans commettre d'injustice à l’égard de l’ensemble du peuple ni incommoder quelque individu dans la cité. J’ai simplement essayé, en permanence, par mes propres efforts, d'améliorer mon humble situation. La pauvreté est synonyme d'embarras et de difficulté, mais elle n'apporte aucun discrédit puisqu'elle est, à mon sens, non la marque d'une faiblesse de caractère, mais celle d'une absolue infortune”.

4 Thalheim 1901, 2703 : “Athener von niedriger Herkunft, Sohn eines Schiffers, war selbst anfangs Matrose, Schiffszimmermann und Fährmann”. Cf. Glotz 1936, 455 et déjà Schäfer 1887, 21 : de Falco 1954, 12 : Mitchel 1970, 14-15 ; Carlier 1990, 223 etc.

5 Sinclair 1988. 191-192 : Davies 1971, no 3263 ; Williams 1989. 20.

6 Faraguna 1992, 242 : “Tranne alcune eccezioni (torse Carete e Demade), i politici in questione non originavano dalle ‘classe medie”’. Cf. aussi p. 240, où il le voit peut-être (“forse”) comme un homme nouveau.

7 Sur Cléophon, fils de Cléippidès, Connor 1971, 153. Sur Hyperbolos. Brun 1987. On pourrait faire une remarque similaire pour Diitréphès, qui fut phylarque, hipparque puis stratège au moins en 414/3, pourtant accusé par Aristophane de ne devoir ses charges qu'à sa richesse d'artisan, alors que son père avait déjà été stratège deux années consécutives en 424/3 et 423/2 : Aristophane. Oiseaux, 798-800. Develin 1989, 153. 160. Sur le père de Diitréphès. stratège durant la guerre du Péloponnèse, Thuc.. 4.53.1 ; 129.2. Cliarès. critiqué avec véhémence par Eschine et Théopompe, est souvent présenté comme un homme sorti du rang (cf. note précédente), ce qui n'a pas de fondement historique, comme l'a souligné Salmond 1996. 45-46.

8 L’accusation d’illégitimité de Darius lit Codoman, issue de la propagande macédonienne, n'a bien sûr aucun fond de vérité (Briant 1996, 789-792). En ce qui concerne Démétrios de Phalère, même mensonge : son ascendance servile supposée est une invention provenant de sources hostiles ou, à tout le moins, déformées de façon grossière et caricaturale. Il est possible que, par mariage, Démétrios ait tissé des liens avec la famille de Conon, d'où son entrée dans l'oikos de ce dernier, entrée dont on voit ce qu'Élien (et ses sources pro-démocratiques) en ont fait (Davies 1971, 107-108). Quant à Lysandre, Élien n'est pas le seul à se faire l'écho d’une origine non-citoyenne, écho assez ancien et pouvant remonter jusqu’à Isocrate. Comme les autres, elle est sans doute sans fondement (Bommelaer 1981,36-38).

9 Élien, Hist. Varice. 12.43 ; Plut., Phocion, 4.1-2.

10 Cette anecdote est pourtant considérée comme authentique par de Falco 1954, 36.

11 Ober 1989, 237-238. Cf. infra, p. 166-167.

12 Aelius Aristide, Panathénaïque, 296 ; Diod. 15.33.4. Cf. Munit 1993, 156 et note 41, avec le texte de la scholie à Aelius Aristide. Diodore est coutumier de ces confusions de noms, comme l'a souligné Stylianos 1998, 138, qui donne d’autres exemples probants. Mais ni lui (ib. p. 237 et 296), ni d'autres commentateurs (e.g. Develin 1989, 222) qui acceptent ou évoquent la révision du texte de Diodore. ne rattachent ce Déméas/Démade à la famille de l'orateur. Reste que la confusion de nom, si elle existe, peut tout autant venir du scholiaste que de Diodore (Cawkwell 1973. 57 n. 2). PA. no 3693 présente les deux thèses sans choisir. Un certain Δημέ[ας] a déposé une offrande à Athéna vers 385 (IG, II2. 1412. 1. 6). On ne peut néanmoins établir une quelconque relation avec le père de Démade, car le nom n'est tout de même pas très rare.

13 Traduction de Migeotte 1484, 241 et commentaire de ce passage no 69 p. 238-242 (cf. aussi 1983, 143- 144) ; Mitchel 1964, 337-351 (qui a revu la pierre, et dont le texte sert de base à celui de Migeotte) ; Gabrielsen 1994. 204-206. Sur ces trières prêtées aux Chalcidiens, voir la polémique entre Démosthène, Couronne. 87 et Eschine. C. Ctésiphon. 89-105.

14 A ma connaissance, seul Davies, APF, no 3263, a déduit de ce texte l'hostilité de Démade vis-à-vis des Macédoniens. En ce sens, on ne peut suivre Engels, 1993. 138, selon lequel sa politique avant Chéronée n'est pas claire. Mais il méconnaît cette inscription. Peut-être est-ce le souvenir de pareil soutien à la “politique démosthénienne” qu'aurait conservé Plutarque dans le passage où il affirme que “lorsque Démosthène était interrompu par les cris de la foule, Démade se dressa à plusieurs reprises et prit la parole pour le soutenir” (Démosthène, 8.7). L'essentiel de l'activité oratoire de Démosthène ayant lieu avant Chéronée, il s'agit là d'une hypothèse tentante à ne pas négliger. Schäfer 1887, 22. en faisant référence à ce passage, évoquait d'ailleurs déjà cette possibilité, et Thalheim 1901, 2703, écrivait que Démade “scheint er anfanglich des Demosthenes Politik unterstützt zu haben”. Cette interprétation par Schäfer et Thalheim du passage de Plutarque est rejetée par de Falco 1954, 90, qui ignore d'ailleurs cette inscription. Pire, peut-être, Lingua 1978, 27 n. 1, qui connaît ce texte essentiel, considère pourtant qu'il n’est pas légitime d’en déduire l’appartenance de Démade à un groupe anti-macédonien : il se borne à expliquer la présence de l'orateur dans cette liste par une parenté et une amitié probables entre les deux hommes. Il y a là comme un refus de l'évidence.

15 De Falco 1954, 93, qui ne recherche jamais l'aide des inscriptions pour cerner le personnage de Démade, écrit : “Prima di Cheronea, insomma, nulla sappiamo di Demade oratore”.

16 Jordan 1975, 87. Sur les Trois Cents, élite économique et sociale athénienne soumise aux plus onéreuses des liturgies, cf. Wallace 1989.

17 Mitchel 1970, 15. Mais il est vrai qu’il ne semble pas avoir connaissance de cette inscription.

18 La mention admise par tout un chacun de la participation de Démade à la bataille de Chéronée pourrait aussi être un indice de sa fortune : Démosthène lui-même y combattit parmi les hoplites. Mais il est vrai que rien dans nos sources ne nous indique l’arme dans laquelle servait Démade. Néanmoins, en raison de la richesse au moins relative que la garantie de prêt suppose, il y a les meilleures chances pour que ce fût au milieu des hoplites.

19 Ainsi. Oikodomidès 1956, 120. après avoir présenté l'inscription, ajoute : “Le ‘Promacédonien’ (ό Μακεδονίζων) Démade s'est engagé publiquement, c'est-à-dire devant l'Assemblée, à se joindre aux garants ‘Antimacédoniens’ (Άντιμακεδονίζοντες) du prêt, des orateurs tels que Démosthène et Hègésippe”. Les guillemets que j’ai conservés révèlent la surprise. Mais on s’arrête là.

20 Davies 1971, 101 : “He was certainly not an ignotus in 338, as De Falco [1954, 96] would have him”.

21 Souda, Δημάδης, 415 : Δημάδης [...] Δημἐου ναύτου, ναύτης καὶ αὐτός, ναυπηγός καὶ πορθμεύς.

22 Sextus Empiricus, Mathématiciens. 2.16. C’est le même mot employé par le Pap. Berol. 13045 (de Falco frag. XCI) 1. 261, pour désigner Démade : cela ne lui donne évidemment pas une grande force de vérité historique.

23 “Dans quelle attitude Démade sera-t-il représenté ? Tenant son bouclier devant lui ? Il l'a jeté à la bataille de Chéronée. Tenant alors un emblème de navire ? Mais, demandera-t-on, de quel navire ? De celui de son père ?” : Rhét. gr. Walz, IX, 545. Texte et traduction dans Gauthier 1985, 109-1 10. Sur Polyeucte de Sphettos, voir les testimonia rassemblés par Oikonomidès 1981.

24 Cox 1998, 138-139.

25 Souda, Δημάδης. 415. Jordan 1975. 221.

26 C'est ce qu'avait senti Beloch 1884, 232, puisqu'il l'avait décrit suivant occasionnellement dans sa jeunesse les écoles de rhétorique et de philosophie.

27 Diod. 16.87.3 : τέλος δ' πό τοῦ Δημάδου καθομιληθέντα ταῖς 'Αττικαῖς χάρισι.

28 Plus subtil, et sans aucun doute plus proche de la vérité, Beloch 1886. 233 considère que l'école de Démade fut la tribune de l'Assemblée du peuple. Stobée (Florilège, 29.91), a conservé un mot de Démade : comme on lui demandait quel avait été son maître, il aurait répondu “la tribune des Athéniens”. En un certain sens, il se rapprocherait ainsi de la maxime de Simonide conservée par Plutarque, affirmant que “la cité est l'école du citoyen” (Mor. 784 b : πόλις ἄνδρα διδάσκει). Remarquons enfin que la même accusation d'une origine médiocre et d'une absence d'éducation est portée par ses détracteurs, un peu trop fidèles aux thèses démosthéniennes, à l'encontre d'Eschine lequel, ignorant du passé de sa cité, n'aurait appris l'histoire d'Athènes que dans les récits qu’il entendait de son père Atrométos : Croiset 1947, 653.

29 De Falco 1954, 13-14 ; Oikonomidès 1956, 117. Sextus Empiricus (Mathématiciens, 2.16) affirme de son côté : “Il est possible de devenir orateur sans avoir appris l’art de la rhétorique, comme nous l'avons vu dans le cas de Démade [cf. 1.295] : quoique marin, il est avéré qu’il devint un excellent orateur”.

30 Plut., Démosthène, 7.2. Cf. supra, n. 36 p. 23.

31 PA. no 3322 ; Hansen 1989. Il, 41.

32 Pollux 10.15. Engels 1993, 142.

33 Ath. 13.591 f. Une tradition rapportée par la Souda évoque de son côté un fils adopté de Démade. homonyme de son père, mais du dème des Lakiades. fruit de ses relations avec une joueuse de flûte. Peut-être est-ce le souvenir de l'accusation d'Hypéride. Mais le passage est d'une grande confusion, mêlant l'orateur et son fils (mais lequel ?) et l'on ne sait pas très bien de qui exactement parle le lexicographe. Ghiggia 1999. 160-164, a récemment tenté de mettre de l'ordre dans ces lignes, et proposé de voir dans le nom de Λακιάδης qui suit celui de Démade, non point le démotique, mais un surnom. C'est possible, mais un tel sobriquet n'est pas connu. Peut-être est-il plus prudent de ne pas accorder une trop grande attention à ce passage, qui donne de la mort de Démade une version plutôt fantaisiste (cf. infra, n. 39 p. 124).

34 Couronne. 129-130. Démosthène mentait moins en 343 (Ambassade. 281), quand il parlait du père d'Eschine en l'appelant “Atromètos le grammatiste” et dénommait sa mère Glaukothéa. Eschine ne s’était jamais prétendu riche de par sa naissance, mais il étalait en contrepartie les états de service de son père, exilé à l'époque des Trente (Ambassade. 78. 147). Comme à ce moment-là, il n’y avait plus grand-monde pour contredire le propos et comme il n'y a pas de raison de refuser à Eschine ce que l'on a accordé à Démosthène (une belle aptitude au mensonge), on restera dans l'expectative. [Plut.], Vit. X Oral. 840 a-b, a fait une tentative de synthèse un peu désespérée, cherchant à combiner les propos de Démosthène et d’Eschine, mais la plupart des historiens d'aujourd'hui ont choisi d'emblée leur camp (e.g. Glotz 1936. 287).

35 Fairweather 1974, 245.

36 Timon. 50-51. Sidoine Apollinaire se moque pareillement du style obscur de Démade (Lettres. 8.1.2).

37 Meritt 1944, no 5, 231-233 (Oikonomidès 1956, 127-128 ; Osborne 1981a, I, D 26 ; II, 95-96 ; Agora, XVI, 96).

38 Ath. 1.3.591 f.

39 Diod. 1 8.48 ; Plut., Phocion, 31.6-10 : Arrien. in Photios, 2.70 a. Voir les textes infra, p. 123-124.

40 Habicht 1994, 14-18 ; Mikalson 1998, 36. Sur les tablettes de défixion. Gager 1992.

41 IG, II2. 713. 1. 9. Oikonomidès 1956, 128-129. en fait l'auteur d’une Histoire de Délos et de l'origine des enfants de Létô. que la Souda donnait à son aïeul. Il imagine aussi en lui le premier collecteur des apophtegmes de son grand-père, ce qui me semble hasardeux. Cox 1998. 163, affirme étrangement que Démade laissait à sa mort un autre fils à Athènes. On voit mal sur quelle source elle peut s'appuyer, la référence donnée (Plut.. Démosthène, 31,4) ne disant rien de tel : sans doute fait-elle une confusion avec Démade (II), son petit-fils.

42 Dinsmoor 1931, 28, reprenant une hypothèse antérieure, pensait que les décrets IG. II2, 399 et IG, II2. 400. proposés par Démade, fils de Déméas, étaient en réalité de la responsabilité de Démade (II). parce que les sxmpmedroi. présents dans ces textes, n'apparaissent pas dans notre documentation avant 318/7..J. Kirchner. dans son édition du texte IG. II2. 398, avait déjà relevé cette caractéristique épigraphique, mais n'avait pas envisagé pour autant d’accorder à Démade (II) la paternité de ces deux décrets. L'hypothèse de Dinsmoor paraît bien fragile. Bielman 1994. 19-20 n. 2. la discute et la rejette également.

43 Davies 1971,99-105. Badian 1961,34 n. 13 et 1967. 182, l'évoque prudemment.

44 Voir une analyse détaillée de l'héritage de Démosthène dans Carlier 1990. 38.

45 APF. no 3276.

46 Plut., Démosthène. 10.2 ; 1 1.5 ; 28.2 ; Mor. 525 e ; Lucien, Démosthène, 15 ; Ath., 2.44 b ; Arrien, in Photios, 2.69 b ; Sidoine Apollinaire, Lettres, 8.1.2. Pour Cloché 1937, 274. Démade est “l'un des adversaires habituels de Démosthènes”, pour Wardman 1974. 18, “the scurrilous opponent of Demosthenes”. Marek 1984, 172 (cf. p. 203), le définit comme “Gegner des Demosthenes”, Petrakos 1997, 207, comme “αντίπαλος τοῦ Δημοσθένους”. Oikonomidès, quelques décennies plus tôt (1956. 105). avait accolé le superlatif μέγιστος au même substantif. Plus généralement, nombreux (e.g. de Falco 1954. 20. 66. 90) sont ceux qui décèlent une opposition systématique et permamente entre les deux hommes. Enfin, il n'y a pas à s'attarder bien longtemps sur l’une des variantes du Roman d'Alexandre du Pseudo-Callisthène mettant en scène Eschine, Démade et Démosthène à l'occasion des exigences formulées en 335 par Alexandre (2.2-4). Démade s'oppose à Démosthène en dénonçant avec une violence extrême les prétentions du roi et en appelant à une guerre ouverte contre lui. Pourrait-on voir là la faible trace du souvenir d'un Démade moins conciliant avec le pouvoir macédonien ? Je n'y crois pas du tout, tant les inventions dont fourmille le texte sont grossières (Lysias venant témoigner en faveur de Démosthène, Platon aquiesçant à sa démarche, etc.).

47 Plut.. Démosthène. 8.7.

48 Diod. 17.15.3-5 ; Plut.. Phocion. 17.6-8 ; Démosthène. 23.6.

49 Arist., Rhét., 2.24.1401 h : “(Un autre sophisme) consiste à donner comme cause ce qui n'en est pas une : par exemple, parce qu'une chose s'est produite en même temps qu'une autre qui l'a suivie : on prend ‘après cela’pour ‘à cause de’, confusion que font surtout les hommes politiques ; c'est ainsi que, par exemple, Démade imputait tous les revers à la politique de Démosthène ; car la guerre survint ensuite”.

50 Lingua 1978 admet une étroite et longue collaboration entre les deux hommes, mais il l'éclaire assez bizarrement : Démosthène se serait servi de Démade – dont Lingua ne remet pas en cause l’immoralité – en attendant une occasion favorable pour lancer la cité dans la révolte. Cette vision d'un Démade, marionnette manipulée par Démosthène, me semble difficile à suivre.

51 Δημάδης, 415 : οὖτος Δημοσθένη λέγοντι πέρ Όλυνθίων άντέλεγεν, Εύθυκράτη δε τòν Όλυνθίον, άτιμωθέντα παρὰ Άθηναίοις, ἐψηφίσατο ἐπίτιμον εἷναι καὶ πρόξενον Άθηναίοις.

52 Mossé 1976, 51. Cf. Beloch 1884, 233 ; Schäfer 1887. 22 ; Burtt 1954, 330. Hammond 1967, 549. relie son attitude à ce moment-là avec son célèbre mot sur le theorikon, qui était le “ciment de la démocratie”. On peut d'ailleurs penser que, lorsque Adcock et Mosley, 1975, 175, écrivent qu'en 338. “Demades had openly advocated the necessity of coming to terms with Philip”, ils admettent que cet engagement était antérieur (“had”) à 338. Peutêtre pensent-ils à l'affaire d'Olynthe.

53 Wirth 1997, 197 n. 27.

54 Frag. 76 : “Les arguments que Démade présente ne donnent pas les véritables raisons de la proxénie. Si Euthycratès doit être votre proxène. permettez-moi de vous soumettre l'état des services pour lesquels il doit être honoré : “Plaise qu'il soit proxène en raison de ses paroles et de ses actes en faveur de Philippe : parce que, en tant qu'hipparque. il a livré la cavalerie olynthienne à Philippe, ce qui amena la destruction des Olynthiens ; parce que. après la capture de la ville, il a fixé la valeur des prisonniers : parce qu'il s'opposa aux intérêts de la cité à propos du sanctuaire de Délos, et que, après la défaite de Chéronée. il n'a pas enseveli le moindre cadavre ni accepté la rançon du moindre prisonnier”’ ; cl. infra, p. 66.

55 De Falco, pourtant enclin à accepter assez facilement l'authenticité des paroles attribuées à Démade et persuadé de l'opposition fondamentale entre les politiques poursuivies par Démosthène et Démade, ne croit pourtant pas en l'intervention de ce dernier dans l’affaire d'Olynthe. non point parce qu'il n'aurait pas été capable de s'opposer à Démosthène, mais sous le seul prétexte qu'il n'avait pas commencé de carrière politique ou rhétorique avant la défaite de Chéronée (1954, 42, 91 n. 6).

56 Un auteur byzantin. Jeun Tzetzès (Histoire, 6.118-121) indique encore que Démade attaqua Démosthène à propos de l'affaire d’Halonnèse. Il n'y a pas à insister beaucoup sur ce renseignement (“eine Fälschung aus der byzantinischen Rhetorenschule” pour Engels 1993. 138 n. 259), illustrant cependant l'idée que l'inimitié des deux hommes était alors considérée comme évidente et pouvait, sans risque de se tromper, être étendue à tous les épisodes de la vie politique mouvementée de Démosthène. Cette affirmation de Tzetzès a été acceptée par Beloch 1884. 233 et Schäfer 1887, 22.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search