Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre II. Questions de sources et d’historiographie

Texte intégral

1Personnage controversé, Démade est avant tout un inconnu. La principale raison de notre ignorance réside dans la faible quantité et la médiocre qualité des sources le concernant à notre disposition. En effet, la majeure partie des mentions de l'orateur provient d'aphorismes qu'il aurait prononcés, de petites anecdotes et de réparties qui nous le montrent sous le jour le plus noir, majoritairement rapportés par Plutarque dans ses biographies de Démosthène et de Phocion ou au hasard de ses Œuvres morales. Leur authenticité, j'entends par là la certitude qu'elles ont été prononcées par Démade, est toujours discutable, rarement assurée. C'est pourtant à partir de ces textes peu sûrs et très polémiques qu'a été bâtie la réputation de l'orateur. Ce paradoxe mérite d'être étudié.

Les sources sur Démade

  • 1 Les références sont rassemblées (dans leur majorité) dans PA/APF, no 3263 et LGPN. Récemment, Trai (...)

2Les textes de toute nature évoquant la personnalité ou l'action politique de Démade sont nombreux et peuvent permettre d'appréhender l'une et l'autre1. Mais c'est peu dire que, dans l'ensemble, leur qualité est discutable. Entendons-nous : il n'y a pas d'un côté des sources qui, parce qu'elles sont contemporaines, auraient par nature une qualité intrinsèque supérieure à d'autres, plus tardives et indirectes. Car la partialité des premières peut être tout aussi grande et les déformations subséquentes tout aussi dommageables que celles des secondes. 11 est toutefois vrai qu'il est sans doute plus commode pour l'historien de débrouiller les fils d'une dialectique contemporaine (je pense au débat entre Démosthène et Eschine) que ceux, passablement emmêlés par des strates successives, issus d'une tradition séculaire et souvent contradictoire. Autant dire qu’un travail préalable d'analyse est nécessaire pour replacer, lorsque c'est possible, chaque texte, chaque passage, dans son contexte tout autant littéraire qu'historique. Mais, à bien regarder, ce n'est là que pain quotidien de l'historien.

Les sources contemporaines

  • 2 Cicéron, Brutus, 36 : cuius nulla extant scripta ; Quintilien 2.17.3 ; 12.10.49. Blass 1880, 269-2 (...)
  • 3 Souda. Δημάδης, 414 : ἔγραψεν 'Απολογισμòν πρòς 'Ολυμπιάδα [...], 'Ιστορίαν περί Δήλου καὶ τῆς γεν (...)

3Nous ne possédons aucun discours authentique conservé sous le nom de Démade. Cicéron et Quintilien2 affirmaient déjà qu'il ne subsistait plus en leur temps aucun de ses discours, mais il est impossible de préciser si cette absence provient de la non publication par l'orateur de ses harangues que l'on devine toutefois nombreuses, ou du choix drastique opéré après sa mort par les soins des bibliothécaires d'Alexandrie. Sans pouvoir avancer d'éléments de preuves, et même si la première hypothèse est en général acceptée, on ne peut pas écarter la deuxième. Alors que l'on a conservé de Démade un nombre considérable de propos ou d'apophtegmes (à l'authenticité sujette à caution, comme on le verra), on comprend mal comment ceux-ci auraient pu circuler sans avoir été au préalable copiés – pas nécessairement par lui, il est vrai. Outre un Discours sur les douze aimées, dont nous reparlerons, il aurait composé selon la Souda un Plaidoyer auprès d'Olympias et une Histoire de Délos et de l'origine des enfants de Letô3 mais, encore une fois, aucune œuvre reconnue ne subsistait plus du temps de Cicéron, ce qui fait douter de ces paternités bien tardives.

  • 4 Déni., Couronne, 283.
  • 5 Dinarque, C. Démosthène, 101 ; Polyeucte, Rhét. gr. Walz. IX, 545. Texte traduit par Gauthier 1985 (...)
  • 6 Dinarque, C. Démosthène, 89 ; 104.
  • 7 Dinarque, f. Aristogiton, 15.
  • 8 Hypéride. C. Démosthène. 25.
  • 9 Arist., Rhét., 2.24.1401 b.
  • 10 Plut., Démosthène, 10, 2. C'est sans doute de Théophraste que Cicéron (Orat. 90) s’inspire, lorsqu (...)

4Les références contemporaines à Démade proviennent avant tout du corpus, indubitable celui-ci, des orateurs attiques. Autant dire, à l’image des rapports tendus entre les différents protagonistes connus à l'époque où a vécu Démade, que la sérénité n'est guère de mise, mais on est plutôt surpris, compte tenu de l'image détestable de notre homme dans la tradition postérieure, de la relative indulgence dont font preuve ses contemporains à son encontre. Démosthène, évoquant en 330 dans le plaidoyer Sur la Couronne sa désignation personnelle pour prononcer l'oraison funèbre des morts de Chéronée, indique que Démade ne fut pas investi de cette charge, bien qu'il eût procuré la paix à la cité4. A aucun moment dans ce bref passage, il ne laisse entendre que l'orateur avait une mauvaise réputation à l'Assemblée. C'est d'ailleurs la seule allusion de Démosthène à Démade, mais il est vrai que ses discours sont rares après 338, date à partir de laquelle nous avons des renseignements sur l'action politique de Démade. Dinarque est plus critique – c'est le moins que l’on puisse dire. Il reproche l’érection d'une statue en bronze de Démade sur l'agora et c'est le même événement qui lui vaut les accusations croisées de Polyeucte de Sphettos et de Lycurgue5. Dinarque dénonce également sa responsabilité dans la disparition de l'argent apporté par Harpale en 324 ; encore le fait-il dans des termes assez peu virulents si on les compare avec la violence de la charge contre Démosthène qui, il faut tout de même le préciser, était la cible privilégiée du discours de Dinarque6. Toutefois, dans un autre discours, il souligne que la politique de Démade avait été, dans une certaine mesure, utile à la cité7. Hypéride, l'accusateur essentiel dans l'affaire d'Harpale, fait aussi allusion aux détournements dont les deux hommes s'étaient rendus coupables8. Nous possédons une autre source contemporaine mais d'essence différente, seule allusion d'Aristote à Démade, qui indique à titre d'exemple un procédé rhétorique consistant à prendre la succession de deux faits pour une relation causale : “C'est ainsi que Démade imputait toutes les défaites à la politique de Démosthène, car la guerre la suivit”9. Plus, même, une phrase de Théophraste rapportée par Plutarque, pourtant peu enclin à reconnaître quelque mérite à Démade, semble indiquer que l'on voyait en lui le meilleur orateur de son temps : “Ariston de Chios a rapporté une opinion de Théophraste sur ces deux orateurs. Comme on lui demandait ce qu’il pensait de Démosthène en tant qu'orateur, il répondit : ‘Il est digne de la ville’ ; et ce qu'il pensait de Démade au même point de vue :'Il est au-dessus de la ville’’’10.

  • 11 Démétrios, Sur le Style, § 282 : “Les δημάδεια aussi sont véhémentes, malgré leur originalité et l (...)
  • 12 Diod. 17.15.5 : τῇ τοῦ λόγου δεινότητι. Aulu Gelle, Nuits attiques, 1 1.10.6 : homo eloquentissimu (...)
  • 13 Sidoine Apollinaire, Lettres, 8.1.2 dictio obscura.
  • 14 Doxopatrès, Προλεγομένα τῆς ῥητορικῆς (Rhét. gr. Walz, VI, 25 : cf. III. 610). Un fragment de Pyth (...)
  • 15 De Falco 1954, 96 : “Quando parla all'assemblea, non ricerca il periodo tecnicamente perfetto di I (...)

5Les contemporains lui reconnaissaient donc des talents oratoires qu'ils plaçaient fort haut dans la hiérarchie rhétorique. Avec le temps, on est allé vers plus de précision en même temps que des jugements négatifs apparaissaient puis s'imposaient. Démétrios, auteur d'un traité Sur le Style, précise les qualités de Démade : puissance du verbe teinté d'allégorie, d'hyperbole et d'emphase11. Diodore, évoquant l'un de ses plus brillants succès diplomatiques, affirme que ce fut “grâce à l'habileté de son discours” et Caius Gracchus, cité par Aulu Celle, en faisait, à la suite de Théophraste, “l'homme le plus éloquent de sa cité”12. Parallèlement pourtant, le personnage, défini comme malfaisant, fut affublé de jugements négatifs sur ses capacités à la tribune, alourdis qui plus est de connotations morales. Son style, que pourtant plus personne n'était capable d'évaluer, fut jugé obscur13 et, dans les cinq grandes catégories rhétoriques répertoriées et classées par ordre de mérite, la dernière et la plus méprisable, représentée par Démade, est dite “propre à flatter le peuple” (κολακευτική)14 Cette évolution dans les jugements, de plus en plus négatifs au fur et à mesure que l'on s'éloigne des faits, a fini par peser sur les analyses des modernes : alors que nous ne possédons aucun texte un peu long dont on serait sûr de l'origine qui nous permettrait d'étudier de près ses qualités oratoires et littéraires, V. de Falco n'hésite pas à analyser le style de Démade, qu'il juge inférieur à celui d'Isocrate ou de Démosthène, en des termes sans doute excessifs, eu égard, encore une fois, à l'inexistence de discours authentiques15.

  • 16 Gotteland 1997, 107-119.
  • 17 Ces discours définissent les contours du pire des sycophantes. Sur le personnage, voir Sealey 1960

6Les conclusions que l'on peut tirer des sources littéraires contemporaines sont loin d'être négatives. Et cette remarque me semble d'importance car elle montre que Démade ne passait pas, aux yeux de ses contemporains, pour le traître que la tradition postérieure a voulu dénoncer. Démosthène en parle comme celui qui avait apporté la paix à la cité après Chéronée et n'avance pas la moindre allégation de trahison ou de corruption. Aristote voit en lui un redoutable professionnel de la tribune, Théophraste le désigne comme le meilleur orateur de son temps et, à tout prendre, Hypéride et Dinarque sont bien moins sévères à son égard qu'à l'encontre de Démosthène. Pour corroborer l'idée d'un homme détestable en tous points, cela fait peu, surtout lorsque l'on sait la facilité avec laquelle les orateurs athéniens se plaisaient à accueillir les rumeurs malveillantes, puis à les répandre à leur tour au travers de leurs discours16. L'accusation de trahison, qui venait si aisément à la bouche des politeuomenoi athéniens, est ainsi absente de toutes les allusions contemporaines à Démade. A l'inverse, si nous n'avions, comme pour Démade, que ces seuls passages pour définir l'action de Démosthène, nul doute que nous ne verrions en lui rien d'autre qu'un personnage trouble comme c'est aujourd'hui le cas d'Aristogiton, cible de trois discours violemment hostiles, deux de Démosthène et un de Dinarque17. Encore les reproches et les accusations portés contre Démade se limitent-ils à deux épisodes – sur lesquels nous aurons bien entendu à revenir – le décret lui accordant l'honneur d'une statue de bronze et sa participation aux distributions lors de l'affaire d'Harpale. Ces deux anecdotes n'ont pourtant eu au final que peu d'influence sur la légende noire qui entoure notre homme dans la littérature postérieure à sa mort, contrairement à une troisième connue de nous par un fragment d'Hypéride (frag. 76) reprochant à Démade d'avoir proposé un décret accordant la proxénie à un partisan de Philippe. Euthycratès d'Olynthe, seul exemple contemporain associant Démade à une politique ouvertement favorable aux intérêts de Philippe. Encore convient-il de souligner que nous avons sans doute là l'écho du débat qui eut lieu à Vecclèsia à l'occasion du vote du décret : c'est plus cette proposition et la personnalité d'Euthycratès qui sont attaquées que Démade, lequel, dans les quelques lignes qui ont subsisté, n'est pas accusé d'une manière ou d'une autre de trahison à l'encontre de la cité. En d'autres termes, les propos défavorables à Démade que l'on trouve dans la littérature et dans l'art oratoire de son temps apparaissent d'une banalité extrême dans la guerre rhétorique permanente que se livraient les politeuomenoi athéniens, et même plutôt en retrait de ce que l'on était en droit de supposer, compte tenu de la détestable réputation du personnage dans l'histoire.

Les historiens

7J'entends par “historiens” tous ceux qui ont laissé une trame suivie des événements du temps de Démade et non point une simple biographie de tel ou tel personnage : j'étudierai donc plus loin Plutarque. En fait, si l'on excepte trois rapides allusions d'Arrien dont deux sont conservées par l'Epitomè de Photios, seul Diodore de Sicile peut ici être utile. Il parle de Démade en quatre occasions :

  1. Sur le champ de bataille de Chéronée, Démade, prisonnier comme deux mille autres Athéniens, reproche ouvertement à Philippe après la bataille son manque de retenue dans la victoire18. Cette anecdote, que Diodore rapporte d'auteurs antérieurs (λέγουσι δέ τινες) est la plus fameuse concernant l'orateur et veut expliquer la fulgurance de sa carrière : Philippe aurait alors remarqué son franc-parler et l'aurait envoyé à Athènes, porteur d'une proposition de paix. L'histoire n'a rien d'invraisemblable et a été acceptée comme authentique, même si on lui connaît des variantes19. En tout cas, Démosthène, on l'a vu plus haut, indique avec netteté que Démade est à l'origine de la paix de 338 et fournit comme une confirmation contemporaine, sinon de la phrase retenue par Diodore, du moins de son action concrète à ce moment. Récemment, P. Carlier a mis en doute la véracité de l'épisode20, le seul à donner à l'homme un rôle positif dans les événements. Je discuterai plus loin cette question car il semble difficile, compte tenu précisément de l'aspect monolithique des sources sur Démade, de croire qu'une source (laquelle ?) aurait pu inventer pour Démade un rôle utile à la cité s'il ne l'avait pas effectivement eu.
  2. En 335, après la révolte de Thèbes châtiée par Alexandre, le roi exigea que lui fussent livrés les orateurs anti-macédoniens. Diodore, dont les propos sont confirmés par Arrien, précise que seul le talent oratoire de Démade convainquit le roi d'abandonner ses prétentions21. Plutarque met quant à lui en avant l'action de Phocion entièrement négligée par Diodore.
  3. Après la déroute de la coalition des cités grecques autour d'Athènes en 322, Démade est encore désigné par le peuple pour négocier la survie de la cité. Diodore le présente comme le chef de la délégation athénienne, alors que Plutarque, une lois encore, met en valeur son héros Phocion22. On note, comme dans le passage précédent, l'existence de deux traditions, plaçant alternativement Démade et Phocion23 au premier rang des Athéniens en ce moment crucial pour la cité.
  4. En 319, Démade est de nouveau envoyé en ambassade auprès d'Antipater pour obtenir le départ de la garnison macédonienne de Munychie, installée depuis 3 2 224. Mais, pour avoir auparavant voulu jouer des dissensions entre Antipater et Perdiccas, Démade fut convaincu par le premier de trahison et exécuté sur-le-champ.

8On remarque que les quatre allusions de Diodore à Démade sont toutes positives : elles montrent un orateur habile, soucieux de défendre les intérêts de la cité, tout a l'opposé de l'image du traître, du sournois et du corrompu qui prévalut ensuite. La question des sources de Diodore se pose là de façon cruciale, et l'on doit accepter le tait qu'il existait, dans l'historiographie du temps d'Alexandre et des Diadoques, une tradition faisant de Démade un Athénien dans la lignée de ces hommes politiques avant tout préoccupés par l'intérêt immédiat de leur cité.

La tradition anecdotique

  • 25 Ce qui est le cas de la quasi-totalité des fragments repris par des auteurs postérieurs. Cela ne v (...)

9Elle forme l’essentiel des renseignements que nous possédons sur le personnage. Toutefois, Démade n’étant que rarement le protagoniste majeur d'un fait, il n'intervient que de manière accessoire. Ces anecdotes, pour la plupart issues des Vies ou des Œuvres morales de Plutarque, ont la particularité de porter sur l'orateur, avec une belle unanimité, des jugements négatifs, et c'est dans ce vivier d'épisodes que l'historiographie moderne a puisé sans compter pour peaufiner le portrait actuel de Démade. Il va de soi que nous devons nous pencher sur l'authenticité de ces phrases qui, dans leur totalité, sont sorties de leur contexte historique25, ce qui n'aide ni à leur datation ni à leur interprétation, pour peu que l'on ne pose pas, dès l'abord, le postulat du cynisme supposé de l'Athénien.

  • 26 Élien, Hist. Variée. 12.43. Sur la valeur de ce texte, voir infra, p. 42-43.
  • 27 La paternité du traité rhétorique Περὶ ἑρμηνείας qui évoque ces δημάδεια (§ 282-286), a longtemps (...)
  • 28 De Falco. 1954, 17.

10Ces historiettes peuvent mettre en exergue l'origine obscure de Démade26, mais elles concentrent de préférence leur intérêt sur sa pensée et sur son action politiques ainsi que sur son inexistante moralité individuelle. Elles prennent la forme de jugements à l'emporte-pièce, de commentaires acerbes de ses contemporains et surtout de propos attribués à Démade lui-même. La postérité connaissait d'ailleurs des aphorismes prononcés par Démade sous le nom de δημάδεια mais la date de création d'une forme ou d'une autre de recueil d'expressions de Démade est très largement dépendante de la personnalité de l'auteur du traité Sur le Style, un certain Démétrios qui, le premier, utilise ce mot de δημάδεια. Si ce Démétrios est, comme certains l’ont pensé, le Phalérite qui gouverna Athènes au nom de Cassandre entre 318 et 307, il est certain que nous serions dans l’obligation de remonter fort haut dans le temps, à la lin du ive siècle ou au début du iiie l'existence formelle de ces dhmãdeia, mais une telle identification est assez peu probable27. Néanmoins, de Falco, indépendamment de la personnalité exacte de ce Démétrios, considère que ces expressions se sont constituées très tôt en un corpus plus ou moins officiel – mais il est vrai qu'il croit en l’authenticité de la plupart d'entre elles – et pense que Théophraste a déjà pu y puiser28.

  • 29 Plut.. Mor. 126 c ; 818 e ; Cléomène, 27.2 ; Phocion, 22.5.
  • 30 Plut., Phocion, 20.5.
  • 31 Plut., Phocion. 30.4-7 ; [Eschine], Lettres, 12.8.
  • 32 Plut., Mor. 126 c ; 1011 b.
  • 33 Plut., Phocion. 1.1-4 ; 20.5 ; 30.5 : Élien. Hist. Variée. 14.10.
  • 34 Plut., Démosthène. 11.5 ; Mor. 525 e.
  • 35 Plut Phocion, 30.4 ; 1.3 : 20.5 ; Démosthène. 1 1.5 ; Ath., 2.44 b ; Plut., Mor. 525 c.
  • 36 Plut., Démosthène. 7.2. Le nom de Démade n’est certes pas cité, mais l'allusion à un matelot (le p (...)
  • 37 Diod. 10.9.1.

11En toutes circonstances, il est présenté comme un être dénué de tout sens moral, favorable à la paix et aux Macédoniens29 sans aucune nuance, alors qu'il se moque ouvertement d’Athènes, assimilée par lui à une petite vieille tout juste bonne à boire de la tisane, et de ses institutions, qu'il abandonnerait volontiers pour celles de Sparte30. Sa richesse, récente, acquise par une corruption avérée et même avouée sans vergogne, est insolente31. Il est aussi décrit comme le démagogique défenseur du principe de la distribution des deniers publics aux citoyens, de la caisse du fonds des spectacles, qui lui permit de faire son mot le plus fameux en affirmant que “le theorikon est le ciment de la cité32. Il semble avoir pour fonction essentielle de symboliser le repoussoir idéal, qu'il soit opposé à Phocion33 ou a Démosthène34. Passé à la postérité comme faiseur de bons mots et d'expressions imagées, il a pourtant lui-même subi, si l'on en croit Plutarque, de la part de ses contemporains réunis pour l'occasion dans des saynètes suggestives, des jugements d'une sévérité sans appel, prononcés dans un style percutant et définitif. C'est Antipater qui prétendait n'avoir que deux amis à Athènes, Phocion et Démade, mais il ne parvenait ni à faire accepter de présents au premier ni a en rassasier l'autre, accusant aussi Démade devenu vieux de ne plus être, telle une victime dépecée, qu'une langue et un ventre : c'est Phocion qui lui reproche de se vêtir de coûteux habits, Démosthène qui l'accuse d'adultère, l'orateur Pythéas qui le montre ivre a la tribune de la Pnyx. la figure du gros mangeur étant reprise par Plutarque35. Et c'est peut-être lui que vise encore le Béotien lorsqu'il se plaint, par Démosthène interposé, de ce que “des matelots ivres et ignorants étaient écoutés et occupaient la tribune”36. Diodore, l'un des rares auteurs ayant recueilli du personnage de Démade une image plutôt positive, dans un fragment conservé de la longue digression qu'il rédigea sur Pythagoras, affirme cependant que “Démade considérait qu'il fallait, en matière de serment, envisager son propre intérêt, voir si. en se parjurant, on obtenait quelque avantage et si, en y étant fidèle, on conservait son bien”. Tout au contraire de Pythagoras donc, il ne comprenait pas le serment “comme un gage de bonne foi (πίστεως ἐνέχυρον), mais comme un procédé de duperie et de gain”37.

  • 38 Plut., Phocion. 30.8-10 : Démosthène. 31.4-6 : Photios, 2.70 a.
  • 39 Sidoine Apollinaire, Lettres. 8.1.2.
  • 40 Δημώδης, 414.

12Quant à sa mort, due selon Diodore à un jeu d'une trop grande finesse diplomatique compte tenu des forces diminuées de la cité, elle est présentée par Plutarque comme la vengeance posthume de Démosthène envers qui Démade avait, en 322, proposé un verdict de mort ou, par le patriarche Photios, dans une synthèse des accusations précédentes, comme le châtiment de sa vénalité (δωροδοκία), de sa traîtrise (προσοδία) et de sa mauvaise toi permanentes (ἀπιστία)38. En règle générale, plus l'on s’éloigne du IVe siècle, et plus la dureté des mots se renforce. Au Ve siècle de notre ère, Sidoine Apollinaire, qui voit en lui l'ennemi irréductible de Démosthène. décrit Démade comme un envieux (liuidus), d'une méchanceté évidente (malitiae clarae)39. Et, en bout de course de toute la tradition classique, la Souda définit Démade comme un “démagogue fourbe” (δημαγωγòς πανοῦργος)40.

  • 41 De Falco 1954. Déjà, Blass 1880, 243-244, acceptait le principe de l'authenticité de ces passages, (...)

13Un tel déchaînement laisse d’autant plus perplexe qu’il ne correspond en rien à l’image que l’on a pu déduire en première analyse des sources littéraires contemporaines. Cette contradiction doit nous amener en toute logique à poser la question de l’authenticité et de la valeur historique de ces anecdotes, ce que V. de Falco et P. Treves se sont efforcés de faire, avec des conclusions très divergentes. Le premier les accepte pour une grande partie d’entre elles, ce qui ne va pas sans obstacles quasi insurmontables, tandis que le second se montre beaucoup plus critique41 : bien que tout doive s'apprécier au cas par cas et qu'il ne soit pas bon d’avoir une position systématique, la position de Treves, plutôt sceptique sur l'origine de ces δημάδεια, me semble préférable, pour plusieurs raisons que je vais examiner à présent.

  • 42 Xén., Hell, 2.3.56.
  • 43 Des “Apophtegmes laconiens” avaient cours au IVe siècle : Arist., Rhét. 2.21.1394 b ; Werhli 1973.

14La première, c'est que, dès l’Antiquité, le principe et la véracité mêmes de ces phrases illustres étaient remis en cause par les historiens. Ainsi, à propos de la sentence célèbre prononcée en 404 par Théramène au moment où on l'obligeait à boire la ciguë (“A la santé du beau Critias !”). Xénophon, qui la rapporte, livre ce jugement : “Je n'ignore pas qu'il ne s’agit là que de bons mots (ἀποφθέγματα), qui ne méritent guère d'être signalés (οὐκ αξιόλογα)”42. Il le fait, pourtant, mais avec une évidente méfiance pour l'authenticité de ce genre de paroles, dont on voit aussi, par la réflexion de Xénophon, qu'elles jouissaient déjà en son temps d'une assez large audience et d'une certaine crédibilité pour ne pas parler de crédulité43.

  • 44 Sources qui, dans le cas de Démade, ont disparu et que nous ne pouvons par conséquent plus vérifie (...)
  • 45 Phocion. 20.5. De Falco 1954, 32 (frag. xlv). sans s’interroger sur la vraisemblance historique d' (...)

15On soulignera ensuite l'importance de Plutarque dans leur transmission, et s'il semble difficile – mais non impossible – de croire qu'elles surgissent de l'imagination du moraliste de Chéronée qui n'hésitait pas, pour les besoins de sa cause, à malmener de manière assez sensible les sources sur lesquelles il s'appuyait44, on doit penser qu'elles ont eu, avant lui, leur propre vie. Il n'est pas aisé, dans ces conditions, de vouloir séparer le bon grain de l'ivraie, de décerner au passage des brevets d'authenticité ou d'en refuser d'autres, mais il est pourtant indispensable de s'interroger sur leur valeur respective. On remarquera déjà que, dans deux traités, les Apophtegmes des rois et des généraux et les Apophtegmes laconiens, Plutarque reprend plusieurs fois la même maxime en n'hésitant pas à lui donner des auteurs différents. De plus, certains des propos accordés à Démade sont visiblement apocryphes, comme par exemple celui qui évoque une tentative de subversion du régime athénien. Démade aurait en effet demandé : “Pourquoi, Phocion, ne conseillons-nous pas aux Athéniens d'adopter le régime des Lacédémoniens ? Si tu le veux, je suis prêt à rédiger un décret et à prendre la parole en ce sens”45. Rien de ce que nous savons de la démarche politique de l’orateur ne vient étayer d’une manière ou d’une autre une telle assertion et, en ce temps-là de surcroît, on ne voit pas ce que la politeia lacédémonienne pouvait avoir d’attractif. D’autres, nous aurons l’occasion de le voir, recèlent un fond de vérité, mais elles ont été déformées au moins dans l’interprétation historique que l’on est en droit de leur donner. C’est pourquoi il est nécessaire, lorsque nous en avons la possibilité, de les replacer dans leur contexte, ce que Plutarque ne fait que très exceptionnellement.

  • 46 Élien, Hist. Variée, 14.10 : “Les Athéniens élirent Démade à la stratégie au lieu de Phocion. Aprè (...)
  • 47 Plut., Phocion, 20.5 : “A quoi Phocion repartit : “En vérité, il te siérait bien, à toi qui sens s (...)
  • 48 Plut., Démosthène, I 1.5 (Mor. 803 d) : “Démade ayant dit : ‘Démosthène me faire la leçon ? Mais c (...)
  • 49 Plut.. Mor. 216 c : “Comme Démade disait que les faiseurs de tours avalaient les épées laconiennes (...)

16En fait, il s'agit pour nous de démêler les fils d'un double questionnement : ces anecdotes sont-elles authentiques ou bien ont-elles été forgées après coup ? Et. si elles sont authentiques, j'entends par là qu'elles reprennent des épisodes ou des paroles contemporaines de Démade, sont-elles véridiques ? Car c'est enfoncer une porte ouverte de rappeler que contemporanéité et vérité sont deux choses différentes et qui n'ont pas à tout coup de lien direct entre elles. Ce qui rend au premier abord ces propos et apophtegmes suspects, c'est qu'ils ne cadrent pas avec l'art de la répartie et de l'improvisation que toutes les sources concèdent pourtant à Démade : beaucoup de situations mises en scène montrent qu'il trouva au contraire toujours plus subtil que lui. Et curieusement, c'est Phocion, qui ne passe pourtant guère dans les sources contemporaines pour un homme doué de grandes qualités rhétoriques, qui lui dame le pion avec le plus d'aisance. Élien, dans un passage grevé d'une erreur rédhibitoire (il fait de Démade un stratège), montre une réplique cinglante de Phocion46 ; ce dernier rejette aussi avec mépris et ironie sa proposition d'instaurer à Athènes le régime lacédémonien47. C'est encore Démosthène qui répond avec assurance à ses propos moqueurs48 ou le roi de Sparte Agis qui montre sa supériorité dans ce domaine49. Il y a là une évidente contradiction entre des qualités orales et une capacité indéniable pour l'improvisation, qui lui sont unanimement reconnues, et l'infériorité dans laquelle il est toujours placé à l'occasion de ces anecdotes. Elle doit faire douter de la véracité de toutes ces petites joutes verbales.

  • 50 16.87 : “Eh quoi ! lui dit-il. tandis que la fortune te donne un air d'Agamemnon, tu ne rougis pas (...)
  • 51 Plut., Phocion. 30.7 : “Quand il maria son fils Déméas, il lui dit : ‘Moi. mon fils, quand j’ai ép (...)
  • 52 Plut., Mor. 525 c (repris en Mor. 188 f).
  • 53 Plut., Phocion, 1.3 ; 30.4 : Mor. 525 e (repris en Mor. 183 f) ; Démosthène, 11.5 ; Phocion, 20.5.
  • 54 Phocion, 20.3 ; Mor. 715 c.
  • 55 Plut., Mor. 818 e ; Cléomène, 27.2.

17Les propos qu'on rapporte de lui ne le mettent pas non plus en valeur. Certes, sa franchise vis-à-vis de Philippe sur le champ de bataille de Chéronée est mise à son crédit par Diodore de Sicile50 mais la plupart du temps, c'est le cynisme qui suinte du personnage. Il étale avec délectation son état de parvenu51 ou son goût pour les gros repas52. Que dire lors des mots dont l'accablent ses adversaires ou même ses alliés de circonstance ? Antipater se plaint de sa cupidité permanente, Démosthène évoque sa méchanceté pure et raille ses aventures extraconjugales, Phocion condamne son penchant éhonté pour la richesse matérielle53. Les moments où des paroles ou des actes de Démade peuvent être utiles à la cité sont de façon systématique retournés au désavantage de l’orateur. Plutarque le fait disparaître du champ de bataille de Chéronée, et c'est de lui-même que Philippe, ébloui dans un premier temps par sa victoire, reprend ses esprits54. Son attitude prudente au moment de la guerre d'Agis est assimilée à un refus lâche de se battre et devient la preuve de sa propension à dilapider l'argent public en distributions individuelles au détriment de l'intérêt de la cité55.

  • 56 Cloché 1923-1924 ; Gehrke 1976. 89-108, emprunte passablement à Cloché, dont il accepte le jugemen (...)
  • 57 Colin 1925, 310 et 336.

18Même si quelques paroles de portée plus neutre – que nous aurons l'occasion d'analyser-ont été conservées, l'impression demeure d'un aspect exagérément tendancieux. Évoquer l’authenticité de ces petits textes revient donc à poser la question de la valeur historique de la source principale, la Vie de Phocion de Plutarque. Nombreux sont les savants qui ont accordé et accordent toujours, avec des nuances dans le vocabulaire et dans la tonalité générale mais sans désaccord sur le fond, un satisfecit d'ensemble à l'œuvre du Béotien. P. Cloché, dans son article très détaillé sur les années 322-317 correspondant aux ultimes années de Phocion, H. J. Gehrke et L. A. Tritle dans les biographies qu'ils ont consacrées au stratège ces dernières années56, s'entendent pour accepter les thèses de Plutarque et donc, sans étudier jamais de façon approfondie ses sources, pour considérer comme authentiques les propos attribués à Démade ou les épisodes le mettant en scène. Bien sûr, il existe même chez ceux que j'appellerais les historiens “traditionnels”, fidèles à Plutarque, des exceptions, pas toujours désintéressées, d'ailleurs. Lorsque l'on veut se persuader de l'innocence de Démosthène dans l'affaire d'Harpale, on peut trouver bon de considérer les propos de Plutarque accusant formellement Démosthène d'“anecdotes bien invraisemblables”, quand bien même, pour sculpter les portraits de Démade ou Phocion, on en use avec délectation. Il ne s'agit là que de remises en cause circonstancielles57.

  • 58 Cawkwell 1979 ; Bearzot 1985.
  • 59 Xén. Hell., 5.4.61.
  • 60 Plut., Phocion, 6.3 ; Diod. 15.34.5 ; Bearzot 1985, 83-84. Trille 1988, 56-67 et 1991,4270 n. 56, (...)
  • 61 Plut., Phocion, 6.2-4 ; 14 ; 17.7.
  • 62 Le rapprochement est fait de manière explicite en 38.5. Il préfère subir une injustice que de la c (...)

19Sans doute faut-il rechercher dans l’admiration littéraire sans bornes portée à l'œuvre de Plutarque depuis la Renaissance la raison principale de son succès comme historien. Mais l'acceptation de principe de ses thèses sur la foi de la solidité de ses sources n'est plus aujourd'hui de mise, et singulièrement dans cette Vie de Phocion. G. Cawkwell, dans sa recension du livre de Gehrke, avait déjà relevé les principales difficultés soulevées par cette version bienveillante envers Phocion, tandis que C. Bearzot s’est livrée à un travail plus méthodique58, en pointant les diverses invraisemblances et erreurs contenues dans l'œuvre de Plutarque, comme celle qui confie à Phocion le commandement de l'aile gauche de la flotte athénienne à la bataille de Naxos en 376, alors qu'il n'a que vingt-six ans et qu'une telle responsabilité incombait à un stratège, ce qu'il ne pouvait pas être en raison de son âge. Le bref récit fait par Xénophon des préparatifs de la bataille montre bien que les Athéniens n'auraient pas confié une telle responsabilité à un jeune homme inexpérimenté59. Tout au plus, si sa présence dans la Hotte devait être acceptée, était-il triérarque, ce qui n'est certes pas la même chose, mais contredirait alors la version officielle d'un Phocion sans richesses. Enfin, le récit de la bataille fourni par Diodore indique que l'aile gauche de la flotte était commandée par un certain Kédôn60. Quelle que soit l'option choisie (il n'eut aucun rôle marquant à Naxos ou bien il était triérarque, donc riche), elle s'oppose aux faits présentés par Plutarque pour mettre en valeur son héros. Il y a donc de la part du biographe entière reconstruction de l'épisode, voire invention pure et simple, et la Vie n'est, dans son ensemble, qu'une suite de petites histoires dont le seul rôle est de mettre en exergue la prétendue personnalité de Phocion. Ainsi – entre autres exemples bien invraisemblables – ce dernier est-il présenté comme le mentor de Chabrias, pourtant plus âgé que lui, le seul vainqueur de Philippe à Byzance en 339, et même l'inspirateur de l'expédition d'Alexandre contre le Grand Roi61 : sans doute n'est-il pas nécessaire pour l’instant de poursuivre la liste des faussetés ou exagérations qui foisonnent dans cette biographie. C. Bearzot a eu le mérite de dépoussiérer les interprétations conventionnelles de ce texte en montrant que le Phocion de Plutarque n'était en aucun cas une figure historique, mais le produit intellectuel des écoles philosophiques athéniennes qui souhaitaient faire de lui, condamné à mort et exécuté pour trahison en 318, la victime d'une foule déchaînée, ce qui n’était pas sans rappeler la fin de Socrate62.

  • 63 Cf. infra, p. 86-88.
  • 64 Frazier 1996. 128-130 (citation p. 130).
  • 65 Roberts 1994, 111-117, notamment p. 116-1 17 à propos de Phocion.

20C'est donc la crédibilité générale de la Vie de Phocion que C. Bearzot a mise en cause avec les meilleurs arguments et il s'agit alors de comprendre et de remettre à sa juste place Plutarque historien. On sait le rôle majeur qu'il joua et qu'il joue toujours dans l'appréhension des événements et des hommes de l'époque classique – et singulièrement du IVe siècle. Même s'il n'a pas pour souci premier de livrer une narration historique, mais de scruter l'action de ses héros et les manifestations tangibles de leurs vertus ou de leurs vices, il est le seul à offrir, par la succession de ses biographies, une trame chronologique jusqu'en 322 : de Lysandre à Phocion en passant par Agésilas, Pélopidas et Démosthène, il a dessiné les contours d'un siècle avant tout mû par le poids des grands hommes. Or, on a remarqué plus haut que la majorité des anecdotes mettant en situation Démade provenait de Plutarque, de la biographie de Phocion en particulier, et de quelques passages de ses Œuvres Mondes qui ne font que la relayer ou la dédoubler. Ces historiettes possèdent un cadre d'ensemble qui n'est pas toujours dénué de vraisemblance ni même de véracité : ainsi, dans l'anecdote où Démade propose à Phocion de changer la politeia de la cité, Plutarque met involontairement en scène un orateur sûr de son influence auprès du peuple. Lorsqu'il le présente haranguant ses concitoyens pour les dissuader de s'engager aux côtés des Lacédémoniens en 331 et usant pour y parvenir d'un stratagème, Plutarque part d'une réalité : Démade était bien alors trésorier de la caisse militaire, mais sa rouerie à cette occasion a toutes les chances d'être une invention pure et simple63. Tout est déformé dans le sens unique d'une tradition très hostile au personnage et il est d'autre part aisé de voir que ces jugements lapidaires sur Démade ressortissent à un ensemble de clichés touchant ceux que l'on appelle les “démagogues athéniens”, depuis Cléon, lourdement attaqué par Thucydide, jusqu'à Démade, dernier représentant de cette galerie de “figures noires”. Dangereux pour la cité dans son ensemble, infréquentables pour les honnêtes gens, ils illustrent l'évolution naturelle d'une mauvaise politique, qui les pousse à céder toujours davantage aux passions de la populace et aboutit à des mœurs individuelles éhontées. Mais il s'agit là, comme F. Frazier a pu l'écrire, d'un topos, conjuguant “platonisme philosophique et conservatisme politique”64. A l’inverse, chez Plutarque et dans la littérature dont il dépend, les grands hommes d’État ont pour fonction de souligner, par leur destin funeste, le même manque de discernement du peuple65. A coup sûr, un traité Sur la malignité de Plutarque serait à écrire.

  • 66 Sans poser le débat en termes trop généraux, on ne peut que faire le parallèle avec un corpus, qui (...)
  • 67 Blass 1880. 242, semble le premier avoir supputé l'existence d'une collection précoce de dits (“es (...)
  • 68 1. Démosthène accusé par Démade de ne boire que de l'eau (Lucien, Démosthène. 15 = frag. IV) ; pour (...)
  • 69 De Falco 1954, 97-99. critiqué par Treves 1933b, 108.

21Que retenir en définitive de ces δημάδεια ? Files portent en elles un paradoxe initial et, à bien des égards, rédhibitoire : comment furent conservées des phrases d'un orateur qui passait pour n'avoir publié aucun de ses discours ? Soit donc elles prennent racine dans un recueil66 qui circulait du temps même de Démade – lequel aurait publié ses œuvres, mais toutes nos sources affirment le contraire – soit, inventées de toutes pièces, elles n'ont aucune valeur historique. Certes, il est possible, nécessaire même, de ne pas être à ce point catégorique et il faut peut-être préférer une solution intermédiaire, supposant la publication plus ou moins précoce de “dits mémorables” de l'orateur, par ses soins ou non67. Mais tout de même : un nombre appréciable des paroles que certains auteurs anciens lui attribuent auraient, selon des sources divergentes, été prononcées par d'autres. J'ai ainsi relevé dix δημάδεια – et la liste n'est sans doute pas exhaustive – reconnus comme tels, pour lesquels nous possédons une autre paternité68 et, sans que ces confusions soient dirimantes, elles laissent à tout le moins planer un doute supplémentaire sur leur authenticité. Certaines de ces confusions sont d'ailleurs grossières car, si le fait de mettre en garde les Athéniens contre Égine avait encore quelque sens au temps de Périclès, il est bien évident que cet avertissement n'en avait plus aucun au temps de Démade. Il devient alors extrêmement difficile de découvrir la vérité sauf, comme le tait de Falco, à postuler sans la moindre preuve que Démade empruntait systématiquement aux autres orateurs69. En quelque sorte, à sa malignité politique s'ajoutait un tempérament de plagieur. Démonstration commode, certes, mais qui ne fait référence qu'à ces petits textes à l'authenticité douteuse et qui ne repose guère que sur la vilenie supposée du personnage.

  • 70 Treves 1933b 27, eu égard à la collection de δημάδεια, surnomme Démade le “petit Pascal (“Pasquino (...)
  • 71 De Falco 1954, 17, croit en l'authenticité de la majorité des δημάδεια issues de la tradition véhi (...)
  • 72 Sur le Style. § 283-285 (= de Falco, frag. liii, xii, xv, xviii).

22Que peut-on déduire de probable sur l'orateur ? La rhétorique de Démade, d'après les textes les plus fiables (Démétrios), a sans doute usé, voire abusé, de phrases imagées et lapidaires, assez percutantes pour frapper les esprits de ses contemporains, lesquels, d'une manière plus ou moins déformée, en ont gardé le souvenir. On ne peut cependant l’enfermer dans un corset aussi réduit70 : que Démade ait été un grand orateur – Théophraste, un contemporain, le confirme – n'est pas niable, non plus qu'il se distinguait de ses concurrents par l'emploi de figures de style originales, mais ces réalités ne doivent pas aboutir à la conclusion que toutes les paroles que la tradition lui attribue ont été effectivement prononcées par lui. Les qualités oratoires indéniables de l’homme, l’emploi fréquent et personnel qu'il faisait de certaines figures de style puissantes et imagées, ont sans aucun doute amené les auteurs postérieurs à lui accorder la paternité de maximes qui y ressemblaient ou, c'est plus probable, en forger dans un style “à la Démade”. A l’inverse toutefois, cela ne signifie pas que toutes aient été inventées : on comprendrait bien, au contraire, qu'autour d'un noyau de phrases réellement prononcées par l'orateur, peut-être publiées dès la fin du ive siècle (auquel cas, on pourrait imaginer un Théophraste à l'initiative d’un tel recueil), aient été agrégées au fil du temps des répliques et des sentences venues d'autres orateurs ou imaginées plus tard, dans les écoles de rhétorique71. Je résisterai à la tentation de réaliser un classement entre passages authentiques et faux, parce qu'une telle séparation ne peut être qu'impressionniste et donc hautement hypothétique. Je me contenterai de signaler que les apophtegmes repris par Démétrios, qui s'insèrent bien dans des discours publics, ont les meilleurs chances d'être des δημάδεια véridiques72. Aussi, à la différence de V. de Falco, j'aurais tendance à réduire à l'extrême ce noyau originel et à en écarter toutes les paroles de portée morale, les plus nombreuses, non point sous le prétexte quelles ternissent la réputation de l'individu, mais parce qu'elles rapportent des propos privés dont on ne voit pas comment ils auraient pu être retenus, et parce qu’elles poursuivent un but prémédité et vicié : dresser le portrait d'un repoussoir.

  • 73 Noël 1999, 193-211.

23En conséquence, on doit en toute légitimité admettre que la plupart de ces petits épisodes pittoresques, insérés dans un cadre littéraire et philosophique bien précis, n'ont qu'une valeur historique réduite et même, sans crainte d'erreur manifeste, les considérer en majorité comme mensongers. Ils pourraient avoir été attribués à Démade parce qu’ils mettaient en scène un Phocion ou un Démosthène avec lequel il avait (ou aurait) eu maille à partir, ou encore parce que le style de certaines réparties dont on avait oublié l'auteur réel convenait à celui que l'on reconnaissait à l'orateur. On peut, in fine, rapprocher le destin de ces δημάδεια de celui des γοργίεια σχήματα, ces figures de style attribuées à Gorgias, dont une étude récente vient de montrer qu'il ne saurait être question de lui en accorder la paternité73.

  • 74 Plut., Démosthène, 11.7.
  • 75 A la manière de de Falco. Gehrke 1976. 121-179. s'interroge sur l'authenticité des apophtegmes att (...)

24Ces apophtegmes ne concernent pas que Démade : Plutarque confie ainsi posséder sur Démosthène une foule d'anecdotes sur le personnage et de propos qu'il était supposé avoir tenus, mais ajoute qu'il ne souhaite pas s'étendre davantage74. Le moins que l'on puisse dire est qu'il n'a pas eu, avec Phocion, par exemple, de tels scrupules. On ne compte pas moins, dans la Vie de Phocion, de cinquante-quatre propos du héros qui, avec une belle unanimité, sont destinés à prouver sa grandeur d'âme et ses qualités d'homme d'État – ce qui, dans une perspective platonicienne, revient au même. Et si l'on compare avec la biographie qu'il a consacrée à Démosthène, où Plutarque met dans la bouche de l'orateur douze réparties seulement, on constate que les phrases historico-philosophiques rapportées par le moraliste de Chéronée sont d'autant plus nombreuses que les connaissances réelles sur l'homme sont nébuleuses. Pour tout dire, et en n'exagérant que fort peu, les seules Vies de Plutarque comparables dans leur structure narrative à celle de Phocion, remarquable par l'extrême pauvreté de faits relatés rattachables à des événements précis, sont celles de Thésée et de Lycurgue. Le biographe s'est contenté d'accumuler des anecdotes comme suspendues dans cet intemporel philosophique dans lequel vivait non pas Phocion, mais plutôt l'image éthérée qu’il en conservait, et cette Vie se réduit alors pour nous à une simple série d'apophtegmes dont les Grecs étaient si friands, et qu'ils estimaient authentiques dans la mesure où ils correspondaient à l'image qu'ils gardaient du personnage supposé les avoir prononcés75. Les Apophtegmes ku oniens du même Plutarque offrent à cet égard une comparaison commode. Les paroles de Léonidas, pour ne citer qu'un exemple, dont aucun chercheur ne s'aventurerait aujourd'hui à proposer l'authenticité, n'étaient pas mises en doute dans l'Antiquité puisqu'elles s'harmonisaient avec ses exploits attestés par les auteurs les plus anciens. A la limite, chacun pouvait, sans penser mal faire, créer une parole “digne de Léonidas”. Mais qui ne voit que, pour un personnage malmené par les sources, un chemin inverse, quoique parallèle, était possible ? Attribuer à Démade des réparties cyniques, en inventer de toutes pièces, n'était pas considéré comme une malfaçon puisque, de toutes les manières, tous le savaient, il s'agissait d'une vraie crapule. Chacun apporta ainsi sa pierre à l'édifice.

25Bien sûr, Plutarque n'est pour nous que la chambre d'enregistrement de siècles de tradition historique, et il conviendra en temps voulu, de comprendre, si l'on admet la fausseté des jugements sur Démade, comment s'est créée cette “légende noire”.

Les textes apocryphes. Le discours “Sur les douze années”

  • 76 Pour une analyse du possible contexte historique de ce discours. Worthington 1991.90-95. Cependant (...)
  • 77 Parmi les historiens relativement récents, je n'ai trouvé que Oikonomidès 1956, 122, Dieckhoff 196 (...)

26La collection des orateurs attiques comporte un discours que la tradition attribuait à Démade76. Bien que la Souda compte ce discours comme une œuvre authentique, sur la base première des réflexions de Cicéron et Quintilien rappelées plus haut, ainsi que sur des critères internes de la qualité de l'expression, la critique moderne s'est tôt persuadée de l'aspect apocryphe du discours et rares aujourd’hui sont ceux qui penchent encore pour son authenticité77. Ce n'est point tant la multiplication des lieux communs qui dérange pour l'accepter – les “vrais” orateurs attiques savaient les manier à la perfection et ce sont même ces topoi qu'attendait d'eux leur auditoire – qu'un certain nombre de caractères internes.

  • 78 Diogène Laërce 5.81. Par les “dix années” de Démétrios, il faut entendre bien sûr celles qu’il pas (...)

27Le titre du discours, tout d'abord, censé représenter un auto-plaidoyer de Démade pour justifier sa propre action politique, est déjà suspect. On cerne mal cette période de douze années (338-326 ? 335-323 ?) qui aurait servi de support chronologique à une éventuelle défense. D'autre part, ce titre ressemble de trop près à une œuvre similaire, composée depuis Alexandrie par Démétrios de Phalère pour défendre son action politique passée et intitulée Sur les dix années, pour qu'il s'agisse d'une simple coïncidence78. On ne voit pas non plus le souffle d'un fort talent dans ces lignes consciencieuses mais ternes, très en-deçà de ce que la fougue proverbiale de l'homme laissait espérer. Enfin et surtout, et j'aurai l'occasion de l'illustrer à plusieurs reprises, nombre de passages révèlent d'étonnantes lacunes par rapport à ce que nous savons de la véritable carrière politique de Démade par les inscriptions (nulle allusion à sa prestigieuse charge de trésorier des fonds militaires ni aux ambassades sacrées auxquelles il participa et que, parfois, il mena) et de franches erreurs sur bien des points. Mais si le rédacteur de ce prétendu discours ignore tout de l'activité politique de Démade telle que l'on peut la reconstituer, même par bribes, à partir de la documentation épigraphique, il se montre en revanche d'une belle prolixité dès lors qu'il évoque certains moments privilégiés de sa vie rapportés par les sources littéraires et – mais faut-il s'en étonner ? – d'une absolue fidélité à ces dernières. A cette méconnaissance flagrante des faits historiques, s'ajoute une sensibilité exacerbée de la personnalité supposée de Démade, touchant au sentimentalisme, qui frôle le ridicule.

  • 79 A noter la position originale de Treves 1958, 364-366, selon lequel ce discours aurait été composé (...)

28L'auteur anonyme de ce pastiche a toutes les chances d’avoir vécu à l'époque impériale79 et d'avoir puisé, pour la matière historique, aux topoi qui avaient alors cours, et que nous connaissons pour l'essentiel. D’un point de vue historique, ce texte n'apporte rien et ne nous livre pas de fait original susceptible de s'appuyer sur une source aujourd’hui disparue, ce qui accentue un peu plus son aspect scholastique. Son intention n’est pas même claire : s'agit-il vraiment de la défense posthume d'un homme qu'un rhéteur a cru injustement attaqué ou bien n'est-ce qu'un plaidoyer extrême, un exercice d'école pour défendre l'indéfendable, un discours “d'avocat du diable”, dirions-nous ? Je serais enclin à suivre cette dernière solution et à ne voir dans ce travail qu'un témoignage supplémentaire d'une profonde défiance envers le personnage de Démade.

  • 80 Pap. Berol. 13045 (cl. de Falco 1954, 68-82 pour le texte et ses éditions successives : frag. xci)
  • 81 De Falco 1954, 42-88.
  • 82 Par exemple de Falco 1954,46-47.

29Un autre texte est supposé rapporter les discours prononcés lors du procès de Démade en 319 et à l'issue duquel il fut condamné à mort80. Il se présente sous la forme d'un dialogue vif entre Dinarque de Corinthe, l'accusateur, dont le nom est livré par Plutarque, et Démade en personne. Il s'agit en fait d'une suite de poncifs reposant sur des faits connus par d'autres sources mais, comme dans le plaidoyer précédent, il ne fournit pas la moindre information originale à l’exception, peut-être, si la restitution proposée est bien valable, d'une ambassade dirigée par Démade et adressée à Perdiccas – mais qui ne pourrait être que le prolongement inventé d'un fait avéré, la recherche d'un accord entre Athènes et le prétendant à la couronne. Personne n'a jamais vu dans ces lignes autre chose qu’un simple exercice d'école, que de Falco fait remonter aussi haut que le iie siècle avant notre ère. D'autres textes, se limitant parfois à une seule phrase, ont encore été publiés par de Falco sous la rubrique “exercices rhétoriques”81, textes prouvant qu'aux périodes hellénistique et impériale, l'on avait conservé le souvenir de l'art oratoire de Démade, même si ce dernier, comme on l'a constaté avec les anecdotes si fréquentes chez Plutarque, était largement déformé. Tous ont considéré néanmoins ces lignes publiées au hasard des découvertes papyrologiques comme de pures et simples fictions bien que, dans certaines d'entre elles, de Falco ait cru déceler une origine véridique, issue de quelque source aujourd'hui disparue82.

30Dans ces conditions, si l'on peut utiliser de tels textes à titre documentaire, il n'est pas envisageable de les considérer à l'égal d'une source, fût-elle indirecte, l'auteur n'ayant pas le moindre souci d'une forme ou d'une autre de vérité historique. Croire ou laisser croire que le discours Sur les douze années par exemple, est un plaidoyer de l'action de Démade, et prendre appui sur ce travail pour expliquer cette dernière, aboutit à une impasse méthodologique.

Démade dans l'épigraphie

31L'importance quantitative et qualitative de Démade dans les inscriptions des années 340-320 est tout à fait remarquable, mais elle a en général été passée sous silence par les historiens modernes, sans doute parce qu’elle ne correspondait pas à la perception que l'on avait de l'homme.

  • 83 Hansen 1987, II, 40. Des listes partielles ont été établies par Oikonomidès 1956 et Rhodes 1972, 2 (...)
  • 84 Pour Lycurgue, cf. Schwcnk, 15, 21, 25, 27, 36, 48, 53. Pour Démosthène, IG, II2, 230. On se perd (...)
  • 85 IG, II2, 1627, I. 241-248 (cf. 1628 I. 460-465 ; 1629, I. 721-729 : 1631, I. 100-105). En 325/4, i (...)
  • 86 IG, II2, 1628, 1. 339-349 (cf. 1629, 1. 859-869 ; 1631, 1. 60-65) ; IG, II2, 380 (Williams 1989, 2 (...)
  • 87 Mitchel 1962, 213-229 (SEG 21, 1965, 305).
  • 88 FD, III-1, no 511 (Syll. 3. 296).
  • 89 FD, III-4, no 383 (Syll.3 297).
  • 90 IG, VII, 4254. 1. 24 (Michel. 108 ; Syll.3 298 ; Choix. 2 ; Schwcnk. 50 ; Petrakos 1997, no 298 ; (...)
  • 91 Williams 1989, 22.

32Toutes sources confondues, on connaît de lui l’initiative de vingt-deux décrets83 ; plus étonnantes encore sont les dix-huit occurrences épigraphiques de propositions faites par Démade que nous avons conservées, nombre considérable qui dépasse de loin tout ce que l'on peut voir par ailleurs. Par comparaison, il en a subsisté sept propositions de décret de Lycurgue et une seule de Démosthène84. La plupart sont des décrets honorifiques votés en faveur de personnages dont Athènes espérait se concilier les grâces, souvent des Macédoniens ou des proches de Philippe – pour ce que nous pouvons en savoir – mais ces cas sont loin d'être systématiques, et il est parfois impossible de faire un lien entre l'homme honoré et la cour de Pella. Les inscriptions montrent également un Démade soucieux de la marine en proposant de réformer des trières85, préoccupé de l'approvisionnement en grains de la cité ou de l'organisation de l'agora du Pirée86. En dehors du champ législatif, l'épigraphie nous le montre trésorier des fonds militaires, sans doute pour la pentétérie 334-33187, membre d'une Pythaïde prestigieuse vers 33088, honoré à Delphes vers la même époque89, puis, avec neuf autres épimélètes, par le peuple athénien pour avoir veillé à la bonne célébration des cérémonies traditionnelles au sanctuaire d'Amphiaraos d'Orôpos90. Nous reviendrons bien entendu plus longuement sur tous les épisodes suggérés par ces rappels rapides, mais on conviendra qu'ils ne corroborent guère le portrait de Démade brossé par Plutarque. En revanche, ces divers témoignages se rapprochent beaucoup plus des propos livrés par les contemporains et que nous avons rappelés au début de ce chapitre. On sera par conséquent en accord avec la réflexion de bon sens de J. Williams pour qui “you don't make a man military treasurer or send him out as religious ambassador unless you respect his integrity and trust bis compétence and patriotism”91.

  • 92 Voir ainsi IG,II2, 241 (336), 335 (333), 346 (331). 372 (321), 383b (319).

33Malheureusement pour Démade – et ce n'est certes pas la dernière fois que nous serons amenés à évoquer cette idée de malchance qui semble l'avoir poursuivi dans la postérité – les textes épigraphiques dans lesquels il apparaît sont en général dans un état tout à fait déplorable92. Aucun texte majeur susceptible d'être analysé par les épigraphistes ou les historiens, dans lequel il serait mentionné ou aurait joué un quelconque rôle n'a subsisté, à l'exception de deux ou trois comptes des trésoriers des arsenaux, textes qui manquent précisément d’une publication approfondie et commentée, et qui ne forment pas le fonds documentaire privilégié des historiens du ive siècle.

34On devine la méthode que je revendique : sans rejeter par esprit de système les sources littéraires, il faut reconnaître que les inscriptions nous donnent du personnage public une image évidemment plus proche de la réalité que la masse disparate des textes moralisants. C'est ce renversement de perspective qui me permettra d'aboutir à des conclusions sur Démade radicalement différentes de celles auxquelles sont parvenus les commentateurs modernes dans leur immense majorité, et que nous allons à présent apprécier.

Démade et les historiens modernes

35Ainsi que je l'ai signalé au début, la tradition historiographique a, dans son ensemble, suivi les conclusions fort peu nuancées de Plutarque. Sans se lancer dans une énumération fastidieuse de tous ceux qui ont vu en Démade l'illustration même de la décadence et de la déchéance d'Athènes, ni dans un florilège trop important de citations prises au hasard de la littérature, il convient de comprendre la démarche de ces historiens. L'Histoire Grecque de G. Glotz en offre à mon sens un condensé tout à fait saisissant ; que l'on ne se trompe néanmoins pas sur la signification de ma réflexion : il ne s'agit évidemment pas d'avoir l'outrecuidance de tourner en ridicule l’œuvre d'un prédécesseur de la dimension de Glotz. Mon seul but est de suivre le cheminement d'une pensée qui me semble, à bien des égards, exemplaire, et dont les conclusions tranchées en ce qui concerne notre personnage font encore pour partie autorité.

  • 93 Note de Glotz : Il figure en 340 parmi les citoyens qui se portent cautions pour les trières prêté (...)
  • 94 Note de Glotz : Démade, fr. 7, 8, cf. 12 (Or. att. Didot, t. ii. p. 442).
  • 95 C'est avec des mots presque identiques que Cloché 1937, 200. un an après Glotz, décrit le personna (...)

“C'était un homme de petite naissance. Il avait été matelot comme son père, puis ouvrier du port et batelier. Obligé de gagner sa vie de bonne heure, il n'avait point passé par les écoles de rhétorique et de philosophie : tout ce qu’il savait, il l'avait appris sur les quais du Pirée et les bancs de la Pnyx. Il s'entraîna de lui-même à la parole par la pratique de la tribune et ne manqua aucune occasion d'y paraître du jour où il acquis un peu de fortune93. Avec son bagout de gavroche, sans préparation, il l'emportait sur tous les hommes politiques, sans excepter Démosthène, par sa facilité d'improvisation et son esprit de répartie ; aussi, bien qu'il n'écrivît aucun de ses discours, et pour cause, il était regardé par les bons esprits comme le premier orateur de son temps94. Dépourvu de scrupules, amoureux de luxe et de plaisir, il ne voyait dans la politique que son intérêt et professait un superbe mépris pour la foi jurée, pour la loi, pour la patrie. La paix à tout prix était son idéal : il trouvait que le temps était passé des grandes entreprises. “Il n'y a plus, disait-il, qu'à gouverner les épaves de l'État” ; car “la cité n'est plus la guerrière que les ancêtres ont vu combattre sur mer, mais une vieille traînant la sandale et se gorgeant de tisane” Il avait déjà fait de l'opposition à Démosthène. La défaite de Chéronée lui fournit une occasion magnifique de se pousser au premier rang et. par-dessus le marché, d'obtenir de Philippe un beau domaine en Béotie avec les moyens d'avoir de la vaisselle d'or et une belle écurie de course”. 1936, 36295.

  • 96 Blass séparait déjà les orateurs en deux groupes : les “Redner der patriotischen Partei” et les “R (...)
  • 97 Aymard 1948. 180.
  • 98 Roussel 1938, 382. Rat 1934, 335, qui s'appuie explicitement sur les travaux de Roussel, en fait “ (...)
  • 99 Treves 1958, 375 : “svergognatissimo e impudente”.
  • 100 Braccesi 1970, 292 : “screditatissimo Demade”.
  • 101 Mossé 1971, 164.
  • 102 Atkinson 1973, 312 : “unpopular pro Macedonian politician”.
  • 103 Will 1979, 1. 31.
  • 104 Green 1990, 41 : “potbellied, devious Demades”.
  • 105 Marzi 1991, 70 : “dalle labbra tumide et dagli occhi scintillanti d'intelligenza e di avidità”.
  • 106 Sirinelli 2000, 334. Les pages réservées à la biographie de Phocion (p. 329-334) ne font pas montr (...)

36Glotz n'est pas le premier à avoir écrit de telles choses sur Démade. On le devine très imprégné des travaux de Blass, Beloch et Schäfer. qui ont dessiné les contours de l'histoire politique athénienne du ive siècle, établi le classement despoliteuomenoi en partis peu ou prou identiques à ceux de leur époque et, à l'intérieur de la cité, réalisé un partage net entre les bons, ceux du “parti patriotique” et les “méchants”, qui agissaient moyennant prébendes au nom de la Macédoine96. Il ne fut pas davantage le dernier ni surtout le plus excessif. A. Aymard reprend, sinon mot pour mot, du moins idée pour idée, les propos de Glotz97, P. Roussel voit en lui un “personnage taré, agent suspect de la Macédoine”98, P. Treves. un individu “flétri à l'extrême et impudent”99, L. Braccesi “un homme tout à fait discrédité”100, C. Mossé un “orateur vulgaire qui ne cherchait même pas à cacher sa vénalité101, K. Atkinson un “politicien pro-Macédonien impopulaire”102, E. Will. un “politicien véreux qui avait fait carrière au service de l'ennemi”103. P. Green parle du “ventripotent et sournois Démade”104, M. Marzi, qui, pourtant, défend par moments sa politique, décrit un homme “à la parole boursouflée et aux yeux pétillant d'intelligence et d'avidité”105, J. Sirinelli le surnomme “l’affreux, le corrompu”106. Il semble, à la lecture de ce florilège, que toute analyse nuancée s'évanouisse dès qu'il s'agit de Démade.

  • 107 Plut., Démétrios, 12.1 (Aristophane, Cavaliers, 382).
  • 108 Croiset 1947, 641-642. Les pages concernant Phocion et Démade se limitent à une paraphrase sans le(...)
  • 109 Cloché 1923. 165 : “Aussi dénué que possible de scrupule et de patriotisme, aussi léger de convict (...)
  • 110 Colin 1946, 228.
  • 111 Colin 1925-1926. Inversement, Démade est attaqué sans ménagement dans cet article. Ainsi 1925, 336 (...)
  • 112 “Lui, dont tous les membres sont comme façonnés à la perversité : les yeux à une luxure dévergondé (...)
  • 113 Hypéride, R. Euxénippos, 12.
  • 114 Colin 1946, 161. Rappelons qu'il n'y avait pas de “ministère public” à Athènes.
  • 115 Cf. infra, n. 50 p. 142. Il est remarquable de souligner que ces jugements outranciers sur Démade (...)

37Mais, pour reprendre le mot d'Aristophane apprécié de Plutarque, il y eut “plus chaud que le feu”107. Dans une saisissante opposition entre un Phocion idéalisé et un Démade diabolisé, A. Croiset décrit ce dernier “fils de batelier, sans mœurs, impudent au-delà de toute vraisemblance”, “gros, buveur, viveur et paresseux”, en insistant sur ses prétendues tares morales108. P. Cloché est sans nul doute celui qui est allé le plus loin en dépeignant Démade en des termes assez invraisemblables109. Un tel déchaînement, une telle violence verbale se comprennent sans doute dans la mesure où Cloché se fondait de façon quasi exclusive sur les sources littéraires pour sa description de l'Athènes d'après la guerre lamiaque (c’est-à-dire sur Plutarque, avant tout), mais cet aveuglement doit aussi s'interpréter dans le contexte très nationaliste des années immédiatement postérieures à la Première Guerre Mondiale, quand la politique athénienne se pensait en termes tranchés de “patriotes” et d'“antinationaux”. Dans son Démosthènes publié en 1937, si le jugement n'a pas varié, si les mots restent durs, ils n'atteignent pas l'outrance de 1923-1924. G. Colin, dans sa notice introductive du Contre Démosthène d'Hypéride, examine la responsabilité de Démosthène dans l'affaire d'Harpale et se trouve dans la délicate position de devoir défendre d'une accusation de corruption celui que la tradition historique présente dans la position avantageuse du patriote inflexible. Et l'idée même que le héros de la tin de l'indépendance athénienne puisse être coupable se heurte à la symbolique du patriotisme tel que Colin veut se l'imaginer : “S'ensuit-il qu'il s'impose à nous sans appel, et que nous soyons tenus de considérer Démosthène comme tombé, sur la fin de sa vie, par amour du lucre, au rang d'un Démade ou d’un Aristogiton ? J'en conviens, cette pensée me serait pénible ; j’ai cherché, je cherche toujours le moyen d'y échapper”110. Étonnant aveu, on en conviendra, qui nous permet de savoir que Colin n'avait pas été convaincu par sa propre argumentation développée dans le long article qu'il avait consacré quelques années plus tôt à la défense de Démosthène111. Même attitude chez F. Durrbach, dans l'un de ses commentaires d’un fragment de Lycurgue, où l'orateur attaque violemment un adversaire dont le nom n'est pas précisé. L'explication de Durrbach est directe : “On pense reconnaître dans ces lignes un portrait de Démade, et c’est pourquoi on attribue le fragment au discours où cet orateur était pris à partie”112. Le syllogisme transparaît en filigrane à partir de la première prémisse, inattaquable à ses yeux : Démade est une crapule. Ensuite, la logique s'enchaîne, implacable, et puisque le texte parle d’une crapule, il fait donc référence à Démade. On voit, par ces exemples, que toute l'interprétation des documents historiques provient d'un principe de base selon lequel Démosthène et Démade correspondent à des figures identifiables sans la moindre nuance. D'un côté, la vertu à l'état pur, de l'autre, la coquinerie poussée à son paroxysme. Plus généralement, ce sont tous les personnages de cette époque qui sont préalablement connotés : en réservant pour plus tard la ligure de Phocion – mais l'on a déjà donné quelques échantillons de sa perception par les Modernes – on doit en dire tout autant de Lycurgue. Dans son plaidoyer Pour Euxénippos. Hypéride qualifie Lycurgue de μέτριος καὶ ἐπιεικής, “mesuré et convenable”113. Pourtant, ce compliment ne s'harmonise pas avec ce que l'on sait de Lycurgue par une tradition remontant pour l’essentiel au décret de Stratoclès, voté en 307 : “On ne s'attendait guère à voir appliquer cette épithète au citoyen austère, au justicier inflexible qui assumait si volontiers le rôle du ministère public et y apportait une telle rigueur que ses réquisitoires étaient, disait-on, écrits avec une plume trempée dans du sang”114. D'où sa traduction embarrassée de l'expression en question, “qui passe pour réaliser la juste mesure... de toutes les convenances”, interprétant plus ce que G. Colin sait ou imagine de Lycurgue qu'elle ne transpose les mots d'Hypéride115.

  • 116 Harris 1995, 136 : “Diplomacy was replaced by flattery” ; p. 154 : “Nor did Aeschines ever imitate (...)
  • 117 De Falco, qui, dans un méritoire effort, a entrepris de recenser tous les fragments attribués à to (...)

38On distingue nettement l'intrusion dans tous ces commentaires, qu'il serait facile mais oiseux de multiplier, de connotations morales ne s'appuyant au mieux que sur les anecdotes transmises par Plutarque et dont j'ai tenté de montrer plus haut le peu de confiance que l'on devait leur témoigner. Même lorsque l'on parvient à se défaire de cette gangue moralisatrice imposée par les sources antiques, le jugement politique que l'on porte sur Démade manque souvent d'équilibre. Ainsi, E. M. Harris, qui a pourtant brossé d'Eschine un portrait nuancé, fort loin de correspondre à l'image caricaturale donnée par son adversaire, n'a pas adopté la même démarche avec le tout autant critiqué Démade. Selon lui, ce dernier ne lit rien d'autre que remplacer la diplomatie par la flatterie dans ses relations avec la Macédoine, comme si pour Harris il était indispensable, pour laver Eschine des accusations et des injures lancées contre lui par Démosthène, de décharger sur un autre le poids d'une inévitable trahison116. Plus généralement, on se rend compte que les sources épigraphiques n'occupent pas, dans l'étude de la période, la place qu'elles méritent117.

  • 118 Élien, Hist. Variée. 12.43.
  • 119 Ath. 2.44 b (qui cite Pythéas) ; Plut.. Mor : 804 b.
  • 120 [Eschine], Lettres, 12.8 ; Souda, Δημάδης, 415 : καὶ κτήματα ἐν Βοιωτία παρὰ Φιλίππου δωρεὰν ἔλαβε (...)
  • 121 Démosthène, 10.1 : “Ses improvisations (αὐτοσχεδιάζοντα) l'emportaient sur les discours préparés e (...)
  • 122 Cf. aussi de Falco 1954, 89-90 : Canfora 1994, 511. Trédé 1997, 275 parle de lui comme d'un “brill (...)

39Mais, pour en revenir à ce passage de Glotz, l'intérêt doit se porter sur ses sources et l’utilisation qu’il en fait. La connaissance de ses origines sociales, tout d'abord, se fonde sur un passage polémique et, j'aurai l'occasion de le montrer plus loin, faux, d'Élien118 – qu'il était difficile, pour Glotz, d’ériger en source très fiable-, sur une notice de la Souda et sur quelques lignes du discours apocryphe Sur les douze années, dont on a vu qu'il ne faisait que reprendre les divers poncifs courant sur Démade à l'époque impériale. En outre, deux sentences que lui attribue Plutarque illustrent le cynisme de l'homme et justifient son abandon de l'intérêt public, une citation extraite par Athénée d'un orateur concurrent et une autre chez Plutarque encore servent de base aux phrases péremptoires sur son amour des plaisirs de la table119, quelques accusations tardives, issues d'une lettre apocryphe d'Eschine et d’un paragraphe de la Souda, dénoncent une richesse acquise sur les dépouilles des anciens alliés béotiens grâce à ses bonnes relations avec Philippe de Macédoine120. Qu'un témoignage ne s'intègre pas dans cette logique, il est aussitôt retourné. Le jugement flatteur de Théophraste sur les qualités rhétoriques de Démade, supérieures à celles de Démosthène, est implicitement retenu par Glotz, mais déformé : par un entraînement acquis de bonne heure sur les quais du Pirée ( ?), il ne possède plus qu'un “bagout de gavroche”, expression péjorative à ses yeux, dont le champ sémantique s'éloigne beaucoup des termes choisis par le successeur d'Aristote. En fait, il existe chez nombre d'historiens ou de philologues une impossibilité conceptuelle d'imaginer meilleur orateur que Démosthène, ce qui explique l'unanimité de ses détracteurs à ne voir en lui, suivant en cela une remarque de Plutarque121 qu'un improvisateur né – Glotz le reprend explicitement122. Comme si c'était la seule qualité que, pour faire droit à la remarque de Théophraste qu'il n'était pas aisé de dissimuler, les savants, nourris au grec travaillé de Démosthène, voulaient bien lui reconnaître, ou plutôt lui concéder.

  • 123 Glotz 1936, 363.
  • 124 Mossé 1971, 139.

40Même retournement, tout aussi arbitraire, de son franc-parler devant Philippe sur le champ de bataille de Chéronée qui, loin d'être mis à son crédit, ne fait que donner “une saveur nouvelle à l'adulation”123 et son succès diplomatique incontestable après Chéronée a été obtenu “par ses intrigues”124. Ou encore, un renseignement gênant est discrètement escamoté. Ainsi, tout en connaissant l'inscription IG, II2, 1623, 1. 188 sqq., évoquant des garanties déposées par vingt-trois citoyens athéniens, trois ans avant Chéronée, pour livrer des trières aux Chalcidiens en lutte contre Philippe, parmi lesquels on trouve Démade aux côtés de Démosthène et d'Hègésippe. Glotz n’en tire jamais argument pour dire que Démade faisait partie de ces cercles, assez riches et opposés à Philippe pour s'engager dans de telles avances. L'affaire est passée sous silence car elle ne s'accorderait pas avec l’image négative que l'historien est en train de dessiner, celle d'un homme que l'on dit enrichi par ses complicités avec l'ennemi macédonien.

41Je le répète : il n'y a pas dans mes propos la moindre ironie désobligeante vis-à-vis de G. Glotz ou de tous ceux que j'ai cités, et pas davantage une condamnation pour erreur manifeste. Je m'efforce tout simplement de suivre, depuis Plutarque jusqu'à nos jours, le cheminement d'un jugement qui passait pour évident en son temps.

  • 125 Grote 1869, XI. 372-379 et XII, 100-101. Sur l'importance de Grote dans l'étude de la Grèce ancien (...)
  • 126 Beloch 1884, 232.
  • 127 Ferguson 191, 1, 7 ; Tarn 1927, 440.
  • 128 Mitchel 1962, 213-229 : 1970, 16-17.
  • 129 Gauthier 1985, 109-1 10 : Carlier 1990. 223-224 : Marzi 1991,70-83.
  • 130 Will 1983, 139-140.
  • 131 Sealey 1993, 208-21 1 ; Habicht 2000, 8-9.
  • 132 Williams 1989. 19-30. Voir aussi sa Ph. D. 1982. dans laquelle il ne se prise néanmoins pas de dép (...)

42Néanmoins, quand bien même cette position a été et, à bien des égards, reste, la plus répandue, il serait faux de croire en une version univoque. Faux également de prétendre que nous avons là une forme ou une autre de “conflit des générations”, car des positions bien plus modérées que celles que j'ai indiquées se retrouvent dès le xixe siècle. Déjà, G. Grote, s'il accordait à Phocion la première place dans la conduite des affaires après Chéronée, insistant sur sa pauvreté incorruptible et la richesse ostentatoire de Démade, ne prononçait aucun jugement de nature morale contre ce dernier125. K. J. Beloch, conscient de la distorsion entre l'image fruste du personnage véhiculée par les anecdotes de Plutarque, et certains épisodes de sa vie montrant qu'il disposait de quelque culture, concédait qu'il avait pu fréquenter occasionnellement les écoles de rhétorique et de philosophie126. W. S. Ferguson, en 1911, expliquait l'attitude de Démade devant les Macédoniens par son souci de défendre les intérêts d'Athènes et W. W. Tarn, tout en stigmatisant un homme “sans valeur et corrompu”, admettait, paraphrasant la remarque de Dinarque, qu'il avait su rendre de services à sa cité127. En republiant avec de nouvelles lectures trois inscriptions délaissées, F. W. Mitchel a incontestablement permis de réévaluer la place de Démade dans la vie politique d'Athènes entre 338 et 322, et les publications postérieures, quand elles connaissaient cet important article, devaient en tenir compte128. Sans le dire de façon toujours explicite, l'historiographie récente a intégré cette dimension et reconnu, même si l'homme demeure encore souvent antipathique, que Démade s'était préoccupé avec grand soin des intérêts de ses compatriotes129. Parfois même, elle est allée plus loin. W. Will, dans son étude sur les relations entre Athènes et Alexandre, a décrit Démade sous un jour très nuancé. Tout en reconnaissant ses liens avec Philippe, il voit en lui un défenseur rigoureux des intérêts athéniens, soucieux de développer une politique d’équilibre (“eine Politik des Ausgleichs”) avec la Macédoine, persuadé qu’un soulèvement contre la puissance militaire macédonienne n’était pas possible. Surtout, Will affirme avec force – il est le premier à tirer toutes les conclusions des travaux de Mitchel – que les apophtegmes à l’authenticité douteuse comptent moins pour comprendre l’homme politique que les renseignements concrets issus de l’épigraphie130. R. Sealey a de son côté souligné l’importance de Démade dans la vie politique athénienne après 338, en insistant sur le fait qu’il a sauvé les vies de Démosthène et d’autres Athéniens notoirement anti-macédoniens, dont la tête était réclamée par Alexandre après la révolte manquée de Thèbes, soulignant également sa participation active à la politique de redressement financier que la postérité a accordée au seul Lycurgue. Chr. Habicht, à son tour, tout en concédant que Démade n’avait pas une conscience aussi rigoureuse que celle d’un Lycurgue ou d’un Hypéride, admet que Démade n’était pas l’ami des Macédoniens et qu’il n’avait en vue que l’intérêt de sa cité131. J. Williams est allé le plus loin dans cette voie de rééquilibrage : reprenant à son compte dans un article au sous-titre volontairement provocateur (“A ‘Revisionnist' Interprétation”) cette position d’un homme avant tout soucieux de sa cité – position que seuls peuvent mettre en doute ceux qui préfèrent les anecdotes de Plutarque aux témoignages de l’épigraphie – il balaie toutes les accusations de corruption dont il est couvert132. A ma connaissance, Williams est le seul à être allé à ce point à l’encontre de la thèse communément admise, même par ceux qui reconnaissent à l’orateur des qualités d’administrateur, d’un Démade avide d’argent et corrompu par l’argent macédonien.

Notes

1 Les références sont rassemblées (dans leur majorité) dans PA/APF, no 3263 et LGPN. Récemment, Traill 1996, 85-89, a repris utilement tous les textes anciens, littéraires comme épigraphiques, sur le personnage. C'est une base de travail désormais indispensable, même si aucun commentaire critique discutant de la valeur ou de l'authenticité de ces passages n’accompagne les références.

2 Cicéron, Brutus, 36 : cuius nulla extant scripta ; Quintilien 2.17.3 ; 12.10.49. Blass 1880, 269-272 ; Burtt 1954, 334.

3 Souda. Δημάδης, 414 : ἔγραψεν 'Απολογισμòν πρòς 'Ολυμπιάδα [...], 'Ιστορίαν περί Δήλου καὶ τῆς γενέσεως τῶν Λητοῦς παίδων. Sur la première œuvre, et. infra, p. 30-31. En ce qui concerne la seconde, il y a peut-être une confusion avec un plaidoyer d'Hypéride portant précisément sur ce sujet (Hypéride. P. Euxénippos, 19-26). Sur cette affaire assez peu claire, voir Engels, 1993 189-191 ; Habicht 2000, 39. Pour l'intervention de Démade à Délos, cf. n. 66 p. 145.

4 Déni., Couronne, 283.

5 Dinarque, C. Démosthène, 101 ; Polyeucte, Rhét. gr. Walz. IX, 545. Texte traduit par Gauthier 1985, 109. Lycurgue, Frag. VIII CUF (=91-1 Sauppe).

6 Dinarque, C. Démosthène, 89 ; 104.

7 Dinarque, f. Aristogiton, 15.

8 Hypéride. C. Démosthène. 25.

9 Arist., Rhét., 2.24.1401 b.

10 Plut., Démosthène, 10, 2. C'est sans doute de Théophraste que Cicéron (Orat. 90) s’inspire, lorsqu'il écrit : “Nul ne l'emporte, dit-on, sur Démade”. Ce jugement a gêné tous les contempteurs de Démade qui se sont efforcés d’en réduire la portée. Voir par exemple les acrobaties de Croiset 1947. 643, ou l’attitude de Treves 1958, 341, pour qui la phrase de Théophraste possède une signification polémique à l’égard de Démosthène : ce serait donc, selon lui, Démosthène que Théophraste voulait diminuer, Démade n’intervenant que dans ce but. La position de Treves, ne prenant appui que sur l’impossibilité conceptuelle à imaginer meilleur orateur que Démosthène, semble un peu désespérée.

11 Démétrios, Sur le Style, § 282 : “Les δημάδεια aussi sont véhémentes, malgré leur originalité et leur aspect insolite. Leur véhémence provient de l’emphase, d’un certain tour allégorique et. en troisième point, de l’hyperbole”. Sur l’auteur de ce traité, en qui il est impossible aujourd'hui de retrouver Démétrios de Phalère, et la date de sa composition, cf. infra, note 27 p. 22.

12 Diod. 17.15.5 : τῇ τοῦ λόγου δεινότητι. Aulu Gelle, Nuits attiques, 1 1.10.6 : homo eloquentissimus ciuitatis suae.

13 Sidoine Apollinaire, Lettres, 8.1.2 dictio obscura.

14 Doxopatrès, Προλεγομένα τῆς ῥητορικῆς (Rhét. gr. Walz, VI, 25 : cf. III. 610). Un fragment de Pythéas transmis par Athénée, le représente arrivant ivre à la tribune (2.44 b) : réalité plus ou moins accidentelle ? exagération rhétorique ? mensonge pur et simple ?

15 De Falco 1954, 96 : “Quando parla all'assemblea, non ricerca il periodo tecnicamente perfetto di Isocrate né il vigore delle argomentazioni o l’armonia e il ritmo di Demostene”.

16 Gotteland 1997, 107-119.

17 Ces discours définissent les contours du pire des sycophantes. Sur le personnage, voir Sealey 1960.

18 Diod. 16.87.

19 D'après Sextus Empiricus (Mathématiciens. 1.295). ce seraient des vers de l'Odyssée (10.383-385) que Démade aurait déclamés alors que Philippe l'invitait à se joindre à la fête qu'il organisait pour la victoire. Stohée (Florilège, 54.47) raconte de son côté qu'il aurait mis en exergue la faiblesse du commandement athénen face aux qualités stratégiques de Philippe. Sur l'authenticité de ces paroles, voir intra, p. 56-57.

20 “Il n'est pas exclu que cette anecdote ait été précisément inventée pour justifier [sa place éminente dans les années suivantes] : Démade doit son ascension à la faveur des souverains macédoniens, mais il devrait cette faveur à son franc-parler même” : Carlier 1990, 223.

21 Diod. 17.15.3-5 ; Arrien, Anabase, 1.10.4.

22 Démosthène. 23.6 – 24.1 : Phocion. 17.6-7.

23 Diod. 18.18.1-2 : Plut., Phocion, 26.2-4 ; Photios. 2.69 a.

24 Diod. 18.48. Une version plus mélodramatique est rapportée par Photios (qui résume Arrien). 2.70 a.

25 Ce qui est le cas de la quasi-totalité des fragments repris par des auteurs postérieurs. Cela ne va évidemment pas sans problèmes méthodologiques, sur lesquels on consultera l'analyse pénétrante de Lenfant 1999, notamment p. 119-121.

26 Élien, Hist. Variée. 12.43. Sur la valeur de ce texte, voir infra, p. 42-43.

27 La paternité du traité rhétorique Περὶ ἑρμηνείας qui évoque ces δημάδεια (§ 282-286), a longtemps été accordée au péripatéticien Démétrios de Phalère (cf. Diels 1874. 107). Mais la recherche la plus récente l'a rejetée : Chiron 1993, XIII-XL, apres avoir discuté toutes les options, conclut à une rédaction de la fin du iie siècle avant notre ère. Même conclusion de Kennedy 1994. 88. Un élément de nature historique dans les cinq paragraphes consacrés à l'éloquence de Démade devrait permettre d'aller dans le sens d'une composition relativement tardive. Au § 285, l'auteur explique une fort célèbre phrase de Démade assimilant Athènes à une petite vieille sirotant de la tisane en des termes trop éloignés de la réalité du temps – que Démétrios de Phalère. jeune contemporain de Démade connaissait – pour être de sa main : “quant à ‘sirotant de la tisane’, c’est une allusion au fait que les fonds militaires s'épuisaient alors en distributions de viandes et en banquets”. Cette accusation ne se retrouve en rien durant la vie de Démade et l'on ne sache pas que les unes ou les autres aient été à quelque moment payées sur la caisse militaire. L'argumentation de Démétrios se comprend mieux dans un contexte historique où l'image de Démade est fortement dégradée et où le mode de fonctionnement des finances militaires d'Athènes est tombé dans l'oubli, au moins après le milieu du iiie siècle avant notre ère.

28 De Falco. 1954, 17.

29 Plut.. Mor. 126 c ; 818 e ; Cléomène, 27.2 ; Phocion, 22.5.

30 Plut., Phocion, 20.5.

31 Plut., Phocion. 30.4-7 ; [Eschine], Lettres, 12.8.

32 Plut., Mor. 126 c ; 1011 b.

33 Plut., Phocion. 1.1-4 ; 20.5 ; 30.5 : Élien. Hist. Variée. 14.10.

34 Plut., Démosthène. 11.5 ; Mor. 525 e.

35 Plut Phocion, 30.4 ; 1.3 : 20.5 ; Démosthène. 1 1.5 ; Ath., 2.44 b ; Plut., Mor. 525 c.

36 Plut., Démosthène. 7.2. Le nom de Démade n’est certes pas cité, mais l'allusion à un matelot (le prétendu métier de Démade avant sa fortune à l'Assemblée) est transparente ou avait l'intention de l'être. Cette anecdote étant supposée se rapporter au tout début de la carrière politique de Démosthène, nul besoin d'insister sur son anachronisme grossier.

37 Diod. 10.9.1.

38 Plut., Phocion. 30.8-10 : Démosthène. 31.4-6 : Photios, 2.70 a.

39 Sidoine Apollinaire, Lettres. 8.1.2.

40 Δημώδης, 414.

41 De Falco 1954. Déjà, Blass 1880, 243-244, acceptait le principe de l'authenticité de ces passages, puisque c'est à partir d'eux qu'il s’attache à définir le style de l'orateur. Si Treves 1933b estime apocryphes la plupart des fragments qu'il étudie, cela ne l'empêche pas d'être d'une fidélité absolue à leur esprit puisqu'il présente Démade, au fil de quelques phrases ciselées et choisies, comme la honte d'Athènes.

42 Xén., Hell, 2.3.56.

43 Des “Apophtegmes laconiens” avaient cours au IVe siècle : Arist., Rhét. 2.21.1394 b ; Werhli 1973.

44 Sources qui, dans le cas de Démade, ont disparu et que nous ne pouvons par conséquent plus vérifier. Mais lorsqu'on peut le faire, les résultats sont sans ambiguïté. De Romilly 1988, a montré les déformations auxquelles se livre Plutarque à l'égard de Thucydide de manière à le plier à ses idées personnelles et Lenfant 1999, 111-113, a relevé deux exemples parlants de “remaniement camouflé”, selon ses propres termes, du texte d'Hérodote par Plutarque. Thucydide et Hérodote sont deux auteurs dont nous pouvons aujourd'hui encore contrôler les dires exacts.

45 Phocion. 20.5. De Falco 1954, 32 (frag. xlv). sans s’interroger sur la vraisemblance historique d'une telle phrase, ni sur les conditions même de sa conservation, l'estime authentique.

46 Élien, Hist. Variée, 14.10 : “Les Athéniens élirent Démade à la stratégie au lieu de Phocion. Après avoir été élu, arrogant, il s'approcha de Phocion et lui dit : ‘Loue moi ce sale manteau que tu portais habituellement durant ta stratégie’. Mais le second répliqua : ‘Jamais tu ne manqueras de saleté aussi longtemps que tu te conduiras ainsi’”.

47 Plut., Phocion, 20.5 : “A quoi Phocion repartit : “En vérité, il te siérait bien, à toi qui sens si fort la myrrhe et qui portes une si belle chlamyde, de prôner devant les Athéniens les repas en commun et de faire l'éloge de Lycurgue !”’. Un “mot” de Démosthène rapporté par Plutarque affirmait par ailleurs que Phocion était “la hache de [ses] discours” (Phocion, 5.9 ; Démosthène, 10.2). Cette thèse d'un Phocion grand orateur est défendue avec passion par Trille 1991,4282-85, mais aucune source contemporaine, si l'on excepte un autre mot, conservé par le même Plutarque (Phocion, 5.5) qu'aurait prononcé Polyeucte de Sphettos, ne fait allusion à une quelconque activité rhétorique de Phocion et ce fragment “démosthénien”, comme la plupart des δημάδεια, n'a ni consistance ni valeur historiques. Dans le traité Sur le Style évoqué plus haut, Démétrios ne parle à aucun moment de Phocion. On voit que les seules allusions à Phocion orateur proviennent de Plutarque, qui insiste sur sa prétendue volonté de composer des discours brefs, “laconiques” (Phocion, 5.6-9). Aucun décret proposé par Phocion – c'était quand même le domaine privilégié de tout orateur – n'est connu de nous, ni par l'épigraphie, ni par la littérature. Cf. encore Mor. 811 a.

48 Plut., Démosthène, I 1.5 (Mor. 803 d) : “Démade ayant dit : ‘Démosthène me faire la leçon ? Mais c'est la truie qui en remontre à Athéna !’, Démosthène répondit : ‘Celte Athéna s'est fait prendre en flagrant délit d'adultère’”.

49 Plut.. Mor. 216 c : “Comme Démade disait que les faiseurs de tours avalaient les épées laconiennes à cause de leur petitesse. Agis le jeune répondit : “Et pourtant, les Lacédémoniens atteignent leurs ennemis avec ces épées”’. Cf. 191 e et Lycurgue, 19.4. où le nom de Démade n’est pas cité.

50 16.87 : “Eh quoi ! lui dit-il. tandis que la fortune te donne un air d'Agamemnon, tu ne rougis pas de jouer le rôle de Thersite !”.

51 Plut., Phocion. 30.7 : “Quand il maria son fils Déméas, il lui dit : ‘Moi. mon fils, quand j’ai épousé ta mère, mon voisin lui-même ne s'en est pas aperçu ; toi. pour contribuer aux frais de tes noces, tu as des rois et des dynastes’”. Pour l'invraisemblance d’un tel propos, cf. infra, p. 152.

52 Plut., Mor. 525 c (repris en Mor. 188 f).

53 Plut., Phocion, 1.3 ; 30.4 : Mor. 525 e (repris en Mor. 183 f) ; Démosthène, 11.5 ; Phocion, 20.5.

54 Phocion, 20.3 ; Mor. 715 c.

55 Plut., Mor. 818 e ; Cléomène, 27.2.

56 Cloché 1923-1924 ; Gehrke 1976. 89-108, emprunte passablement à Cloché, dont il accepte le jugement d'ensemble, mais sans l'excès de la formulation. Cf. encore Tritle 1988. qui prend nettement le parti de Phocion.

57 Colin 1925, 310 et 336.

58 Cawkwell 1979 ; Bearzot 1985.

59 Xén. Hell., 5.4.61.

60 Plut., Phocion, 6.3 ; Diod. 15.34.5 ; Bearzot 1985, 83-84. Trille 1988, 56-67 et 1991,4270 n. 56, admet simplement une exagération de Plutarque, naturelle dans le cadre d'une biographie, qui ne remet pas en cause la validité générale du texte. 11 ne résout ! cependant pas l’impossibilité absolue que représente la mention d'un Phocion stratège de la Hotte athénienne à vingt-six ans.

61 Plut., Phocion, 6.2-4 ; 14 ; 17.7.

62 Le rapprochement est fait de manière explicite en 38.5. Il préfère subir une injustice que de la commettre (32.6) et le long récit de sa condamnation puis de son exécution (§ 35-38) est calqué sur les événements de 399 : grandeur d'âme au moment fatidique, absence de tout sentiment de vengeance ; cf. Duff 1999. 141-145. Si Tritle 1991. 4264-65 et 4290-92, reconnaît que l’image de Phocion fut modelée à partir de celle de Socrate, il accepte néanmoins les thèses de Plutarque et voit dans l'exécution de Phocion l'illustration des tensions permanentes existant entre le peuple et les philosophes. Williams 1982, 25 n. 74, croit par exemple en une influence de l’Académie sur Phocion, mais inverse en fait les données du problème : il estime en effet que celui-ci a volontairement modelé son attitude au moment fatidique sur celle de Socrate, ce qui me semble assez improbable. Au-delà de ces suppositions, faut-il quand même préciser que ce ne fut pas un philosophe – cette dimension du personnage est entièrement inconnue des sources contemporaines – que les Athéniens exécutèrent, mais un partisan résolu de la Macédoine et un soutien affirmé au maintien de la garnison de Munychie ? Cet épisode de la mort de Phocion. très réinterprété donc, assura la belle destinée posthume de l'homme. Le tableau de Nicolas Poussin, Paysage avec funérailles de Phocion (Musée de Cardiff) paraît s'inspirer des rapides détails donnés sur la mort de Phocion par Cornélius Népos (Phocion, 4.4), qui précise qu'il fut enseveli par des esclaves, Plutarque affirmant de son côté que son cadavre fut enseveli au-delà d'Eleusis par un spécialiste de ces basses besognes (Phocion, 37.3-4). Pour terminer, rappelons qu'un mépris identique de la mort se retrouve dans les prétendus propos d'Agis IV de Sparte (Plut.. Mor. 216 d) : on sait les liens que la tradition antique reconnaissait entre les rois réformateurs de Sparte au iiie siècle et le philosophe stoïcien Sphairos de Borysthène (Plut.. Cléomène, 1 1.1-4). Sur les prétendus liens entre Phocion et les écoles philosophiques athéniennes, voir encore n. 60 p. 129.

63 Cf. infra, p. 86-88.

64 Frazier 1996. 128-130 (citation p. 130).

65 Roberts 1994, 111-117, notamment p. 116-1 17 à propos de Phocion.

66 Sans poser le débat en termes trop généraux, on ne peut que faire le parallèle avec un corpus, qui reste à peaufiner, de toutes ces “phrases historiques” prononcées par tel ou tel homme d’État. La mythologie de l'histoire de France, pour se limiter à elle, fourmille de maximes dont la fonction première n'est pas la véracité pure mais l'illustration sentencieuse d'une réalité – ou d'une légende.

67 Blass 1880. 242, semble le premier avoir supputé l'existence d'une collection précoce de dits (“es mag frühzeitig eine Samntlung von Δημάδεια”). Mais Oikonomidès 1956, 129. s'avance trop hardiment lorsqu'il fait de Démade (ii), le petit-fils de l'orateur, le premier collecteur des mots de son grand-père.

68 1. Démosthène accusé par Démade de ne boire que de l'eau (Lucien, Démosthène. 15 = frag. IV) ; pour Athénée, c'est Pythéas qui est à l'origine rie ce reproche. 2. Démade évoque les armes des Macédoniens cachant les lois (frag. V) ; image identique d'Hypéridc (frag. 27 Burtt 1954). 3. L'armée d’Alexandre privée de son chef est aveuglée (Démétrios, Sur le Style. § 284 = frag. xv) ; mot de Léosthène pour Plut., Mur. 336 f, bien que le même Plutarque (Mar. 181 f et Galba. 1.5), l’accorde aussi à Démade. 4. Les Athéniens tueront Phocion s'ils se mettent en colère (Plut., Mor. 811 a = frag. xlvii) ; mot de Démosthène (Plut., Phocion, 9.8). 5. Alexandre comparé à un lion gorgé de meurtres (Plut., Démosthène. 23.6 = frag. li) ; Démade est un lion gorgé de meurtres pour Démosthène ([Plut.], Mor. 526 a). 6. Démade compare les Athéniens à des flûtes que l'on peut faire taire en leur ôtant le bec (frag. lvii) ; métaphore identique chez Eschine, C. Ctésiphon. 229, où c'est Démosthène qui est la cible de la comparaison. 7. Démade récite des vers de l'Odyssée à Philippe (Sextus Empirieus, Mathématiciens. 1.295 = frag. lxv) ; c'est Xénocrate qui les prononce en présence d’Antipater en 322 (Diogène Laëree 4.2.9). 8. Démade a reçu dix talents pour se taire (Aulu Gelle. Nuits uniques. 1 1.10.6 = frag. lxvi) ; c'est Démosthène qui en est accusé par [Plut-1, Vit. X. Oral. 848 b. 9. Égine est une taie dans l'oeil du Pirée (Ath. 3.99 d = frag. lxvii) ; propos célèbre attribué à Périclès (Plut., Périclès. 8.7 : Mor. 186 c : 803 a ; Arist., Rhét.. 3.10, 141 1 a). 10. Les éphèbes sont le printemps de la cité (Ath. 3.99 d = frag. lxviii) ; autre propos attribué à Périclès par Arist., Rhét., 1.7, 1365 a ; 3.10, 141 1 a). Une remarque identique à propos des apophtegmes de Démétrios de Phalère a été faite par Sollenberger 2000. 323-324. Plus généralement, Fairweather 1974, 266-267, a exprimé les plus vives réserves sur l'attribution à tel ou tel de ce type de paroles.

69 De Falco 1954, 97-99. critiqué par Treves 1933b, 108.

70 Treves 1933b 27, eu égard à la collection de δημάδεια, surnomme Démade le “petit Pascal (“Pasquino”) de l'hellénisme”. II fallait oser.

71 De Falco 1954, 17, croit en l'authenticité de la majorité des δημάδεια issues de la tradition véhiculée par Plutarque. Il admet aussi la constitution précoce d'un recueil de paroles dans lequel puise Théophraste et l'attribution postérieure de propos qui n'étaient pas siens. Cette dernière conclusion est partagée par Treves 1933b, 107-108, bien qu'il ait une opinion tout à fait divergente sur l'authenticité de ces sentences.

72 Sur le Style. § 283-285 (= de Falco, frag. liii, xii, xv, xviii).

73 Noël 1999, 193-211.

74 Plut., Démosthène, 11.7.

75 A la manière de de Falco. Gehrke 1976. 121-179. s'interroge sur l'authenticité des apophtegmes attribués à Phocion. qu'il accepte pour la plupart, à l’instar de Tritle 1991.4274-78, sous prétexte qu'ils puisent leur origine dans des sources du ive siècle. D'une part je doute de cet argument car ces sources ont peu à dire sur sa vie (il en aurait été autrement si ces témoignages remontaient aux années c. 350-c. 32(1), d'autre part et, d'un point de vue méthodologique cela me paraît plus important, une telle position de principe confond contemporanéité et vérité. D'ailleurs, Cawkwell 1979, 271-272, est beaucoup plus sceptique : “What confidence can one hâve in ancient writer [i.e. Plutarque] who knows so little about the first sixty odd years of his hero's life and stuffs il wilh dubitable dicta ?''. Sealey 1967. 186. a eu des mots plus définitifs encore pour qualifier ces prétendus propos de Phocion, “a collection of priggish sayings”. Duff 1999, 133, a relevé aussi le peu d'intérêt de Plutarque pour la chronologie dans cette Vie de Phocion. Ceci s'explique sans doute par l'absence de renseignements sur le sujet – et bien sûr par le fait qu’il n'y avait pas grand-chose à dire de ses maigres exploits.

76 Pour une analyse du possible contexte historique de ce discours. Worthington 1991.90-95. Cependant, à partir du moment où l'idée d'un travail scholastique a été acceptée par tous, une telle entreprise paraît un peu vaine.

77 Parmi les historiens relativement récents, je n'ai trouvé que Oikonomidès 1956, 122, Dieckhoff 1969 et Momigliano 1991. 128. pour accepter la paternité de Démade.

78 Diogène Laërce 5.81. Par les “dix années” de Démétrios, il faut entendre bien sûr celles qu’il passa comme gouverneur (épimélète) d’Athènes au nom de Cassandre (317-307). Le rapprochement entre les deux titres a été fait par Blass 1880, 240.

79 A noter la position originale de Treves 1958, 364-366, selon lequel ce discours aurait été composé à Athènes entre 318-317 (date de l'exécution de Phocion et de l'arrivée au pouvoir de Démétrios de Phalère) et 307, quand ce dernier fut chassé. Il n'a guère été suivi.

80 Pap. Berol. 13045 (cl. de Falco 1954, 68-82 pour le texte et ses éditions successives : frag. xci).

81 De Falco 1954, 42-88.

82 Par exemple de Falco 1954,46-47.

83 Hansen 1987, II, 40. Des listes partielles ont été établies par Oikonomidès 1956 et Rhodes 1972, 269-270, ce dernier indiquant seulement les décrets dont une partie au moins du formulaire a survécu. Je mentionne en appendice les dix-huit décrets conservés proposés par Démade.

84 Pour Lycurgue, cf. Schwcnk, 15, 21, 25, 27, 36, 48, 53. Pour Démosthène, IG, II2, 230. On se perd en conjectures sur ce déséquilibre, notamment en ce qui concerne Démosthène, qui, selon ses défenseurs, aurait laissé agir ses partisans en première ligne sans se découvrir lui-même.

85 IG, II2, 1627, I. 241-248 (cf. 1628 I. 460-465 ; 1629, I. 721-729 : 1631, I. 100-105). En 325/4, il fait acheter des équipements pour les navires : IG, II2, 1629, 1. 346-351 ; 1. 690-699.

86 IG, II2, 1628, 1. 339-349 (cf. 1629, 1. 859-869 ; 1631, 1. 60-65) ; IG, II2, 380 (Williams 1989, 26).

87 Mitchel 1962, 213-229 (SEG 21, 1965, 305).

88 FD, III-1, no 511 (Syll. 3. 296).

89 FD, III-4, no 383 (Syll.3 297).

90 IG, VII, 4254. 1. 24 (Michel. 108 ; Syll.3 298 ; Choix. 2 ; Schwcnk. 50 ; Petrakos 1997, no 298 ; Veligianni-Terzi 1997. no B 16).

91 Williams 1989, 22.

92 Voir ainsi IG,II2, 241 (336), 335 (333), 346 (331). 372 (321), 383b (319).

93 Note de Glotz : Il figure en 340 parmi les citoyens qui se portent cautions pour les trières prêtées aux Chalcidiens (IG, II2, 1623, 1. 188).

94 Note de Glotz : Démade, fr. 7, 8, cf. 12 (Or. att. Didot, t. ii. p. 442).

95 C'est avec des mots presque identiques que Cloché 1937, 200. un an après Glotz, décrit le personnage.

96 Blass séparait déjà les orateurs en deux groupes : les “Redner der patriotischen Partei” et les “Redner der makedonischen Partei” (1880, 1 ; 129). Beloch entérine l’idée d’une opposition systématique et permanente entre Démosthène et Démade (1884, 233-234). Avec plus de nuances, et surtout sans condamnation morale. Schäfer, 1887, 20-25, avait admis toutes les accusations portées à son encontre.

97 Aymard 1948. 180.

98 Roussel 1938, 382. Rat 1934, 335, qui s'appuie explicitement sur les travaux de Roussel, en fait “le chef du parti défaitiste |...| personnage taré |...| convaincu d’intelligences avec l'ennemi et tenu pour être à la solde de la Macédoine”.

99 Treves 1958, 375 : “svergognatissimo e impudente”.

100 Braccesi 1970, 292 : “screditatissimo Demade”.

101 Mossé 1971, 164.

102 Atkinson 1973, 312 : “unpopular pro Macedonian politician”.

103 Will 1979, 1. 31.

104 Green 1990, 41 : “potbellied, devious Demades”.

105 Marzi 1991, 70 : “dalle labbra tumide et dagli occhi scintillanti d'intelligenza e di avidità”.

106 Sirinelli 2000, 334. Les pages réservées à la biographie de Phocion (p. 329-334) ne font pas montre d'une critique excessive envers Plutarque.

107 Plut., Démétrios, 12.1 (Aristophane, Cavaliers, 382).

108 Croiset 1947, 641-642. Les pages concernant Phocion et Démade se limitent à une paraphrase sans le moindre esprit critique des passages de Plutarque, dont Croiset épouse, au-delà de la thèse d'ensemble, toutes les erreurs et les confusions : il confond par exemple Antigone et Cratère (cf. infra, n. 37 p. 124), le sort des statues de Démade et celles de Démétrios de Phalère (cf. infra, p. 82). Nombreux sont les historiens à s'être complus dans ce vocabulaire moral, évoquant tout à la fois la corruption, la luxure, le libertinage et la bassesse morale de l'individu (Treves 1933b, 118-121).

109 Cloché 1923. 165 : “Aussi dénué que possible de scrupule et de patriotisme, aussi léger de convictions et d’idées que de conscience et d'honneur, rempli d'une avidité insatiable qui devait stupéfier et quelque peu irriter les Macédoniens ; bref, il apparaît comme le type du politicien versatile et fourbe et l'un des pires aventuriers de tribune qu’ait connus l'Athènes du ive siècle, qui n’en manqua pas”. Cloché 1924, 7, à propos de sa mort : “Les Athéniens |...| se faisaient sans doute peu d'illusions sur la valeur et la sincérité de sa “conversion” et [...] n’attachèrent peut-être qu'une importance limitée à la disparition de cette misérable épave des luttes politiques”. Cloché est de loin le plus dur à l'égard de Démade, sans doute emporté par son admiration pour une “cause nationale” qui renseigne davantage sur l'état d'esprit de la France aux lendemains immédiats de la Première Guerre Mondiale que sur l'Athènes du temps.

110 Colin 1946, 228.

111 Colin 1925-1926. Inversement, Démade est attaqué sans ménagement dans cet article. Ainsi 1925, 336 où, quoique lui concédant quelques mérites pour avoir rendu des services à sa cité. Colin le décrit “sans éducation et sans scrupules [...]. Il sert la Macédoine parce qu'il est payé par elle”.

112 “Lui, dont tous les membres sont comme façonnés à la perversité : les yeux à une luxure dévergondée, les mains à la rapine, le ventre à la gloutonnerie, les parties dont nous ne pouvons prononcer le nom avec décence à toutes les turpitudes, les pieds à la fuite : si bien qu’on peut se demander si ces vices sont une émanation de sa personne, ou s'il n'est pas lui-même un de ces vices” : frag. viii-4 CUF. trad. F. Durrbach (= 104 Sauppe). Burtt 1954, 153, dit aussi de deux fragments de Lycurgue, dont celui-ci, qu'ils “have been referai to this speech [i.e. contre les honneurs proposés à Démade] because their subject matter seems appropriate”. On voit que ce jugement, qui remonte à Sauppe au milieu du xixe siècle, est bien partagé.

113 Hypéride, R. Euxénippos, 12.

114 Colin 1946, 161. Rappelons qu'il n'y avait pas de “ministère public” à Athènes.

115 Cf. infra, n. 50 p. 142. Il est remarquable de souligner que ces jugements outranciers sur Démade proviennent, pour l'essentiel, de savants français. Sans doute faut-il y voir l'admiration de l'Université française pour l'œuvre de Plutarque mais aussi et surtout pour la personnalité et le rôle politique de Démosthène et des adversaires de la Macédoine. On n'oubliera pas que la véritable naissance de l'histoire grecque scientifique – même si je n'oublie pas V. Duruy ni N. Fustel de Coulanges – date en France des débuts de la troisième République. L'Université a un rôle assigné dans le redressement du pays : former les cadres de la revanche après la défaite militaire de 1870. La Macédoine, telle qu'elle est analysée de ce côté-ci du Rhin, est regardée au travers du prisme déformant de l'Allemagne du IIe Reich et, dans cette optique, fait figure d'ennemie déclarée de la démocratie, athénienne antique ou française contemporaine. Sur cet environnement général, se greffent des expériences individuelles : le jeune Gustave Glotz a huit ans lorsque sa famille décide de quitter son Alsace natale, refusant par là-même la tutelle prussienne sur la région nouvellement occupée. Dans ces conditions, la représentation d'un Démosthène adversaire acharné de Philippe puis d'Alexandre s’érige en modèle absolu pour les démocrates de tous les temps et tous ceux qui, à un moment ou à un autre de leur carrière, se sont opposés à lui, sont regardés comme des traîtres – ce que Démosthène lui-même ne se privait d'ailleurs pas de proclamer. J'ajouterai toutefois, sans vouloir à tout prix jouer les Salomon mais pour ne pas non plus, par pur masochisme, accabler l'Université française, que, à pareille époque, de l'autre côté du Rhin, les thèses d'un E. Drerup (Ans einer Advokatenrepublik), publiées en pleine Première guerre mondiale, tout à fait anti-athéniennes et pro-macédoniennes à l’excès, ne brillaient pas non plus par leur art consommé de la nuance.

116 Harris 1995, 136 : “Diplomacy was replaced by flattery” ; p. 154 : “Nor did Aeschines ever imitate the example of Demades, who was eager to play the politics of flattery”.

117 De Falco, qui, dans un méritoire effort, a entrepris de recenser tous les fragments attribués à tort ou à raison à Démade, n'utilise jamais les inscriptions pour tenter de mesurer, dans les dernières pages de son livre, l'importance historique du personnage. Plus près de nous. Mitchell 1997. 196, dans le résumé quelle donne de l'action de Démade, ne fait que reprendre, en les paraphrasant, les sources littéraires : pas la moindre allusion aux si nombreuses inscriptions qui rythment sa carrière politique.

118 Élien, Hist. Variée. 12.43.

119 Ath. 2.44 b (qui cite Pythéas) ; Plut.. Mor : 804 b.

120 [Eschine], Lettres, 12.8 ; Souda, Δημάδης, 415 : καὶ κτήματα ἐν Βοιωτία παρὰ Φιλίππου δωρεὰν ἔλαβεν.

121 Démosthène, 10.1 : “Ses improvisations (αὐτοσχεδιάζοντα) l'emportaient sur les discours préparés et construits de Démosthène”.

122 Cf. aussi de Falco 1954, 89-90 : Canfora 1994, 511. Trédé 1997, 275 parle de lui comme d'un “brillant improvisateur”.

123 Glotz 1936, 363.

124 Mossé 1971, 139.

125 Grote 1869, XI. 372-379 et XII, 100-101. Sur l'importance de Grote dans l'étude de la Grèce ancienne, Motnigliano 1994. 15-31.

126 Beloch 1884, 232.

127 Ferguson 191, 1, 7 ; Tarn 1927, 440.

128 Mitchel 1962, 213-229 : 1970, 16-17.

129 Gauthier 1985, 109-1 10 : Carlier 1990. 223-224 : Marzi 1991,70-83.

130 Will 1983, 139-140.

131 Sealey 1993, 208-21 1 ; Habicht 2000, 8-9.

132 Williams 1989. 19-30. Voir aussi sa Ph. D. 1982. dans laquelle il ne se prise néanmoins pas de déplorer l’image misérable (“sorry picture”) offerte par sa vie privée 11982. 23-25). Mais il finit par penser que sa mauvaise réputation en tant qu’homme politique “is one of the many injustices of history” (ibid., 138).

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search