Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Chapitre I. À la recherche de Démade : questions de méthodologie

Texte intégral

  • 1 La plus notable de ces exceptions étant la publication de tous les fragments authentiques ou suppo (...)
  • 2 Sur Phocion, voir Gehrke 1976, Bearzot 1985 et Tritle 1988 ; sur Hypéride, Engels 1993. Les travau (...)

1Sans doute semble-t-il étrange de tenter une biographie de l'orateur athénien Démade : comme j'aurai l'occasion de le rappeler assez souvent, les sources sur le personnage sont éparses et de qualité discutable. Aussi bien, à de rares exceptions près, les historiens lui ont-ils consacré de simples articles1 et l'on peut légitimement considérer qu'il ne vaut pas davantage. Par contre, les autres protagonistes de l'histoire d'Athènes entre 338 et 322, Démosthène, bien sûr, mais encore Lycurgue, Phocion ou Hypéride, ont bénéficié d'études si nombreuses qu'il n'est guère envisageable d’en faire une relation exhaustive2.

  • 3 Pol. 10.21.8. Plutarque (Alexandre, 1.2), se définissait d'ailleurs lui-même comme un compositeur (...)
  • 4 Voir les remarques de Le Bohec 1993. 5.

2De plus, je suis conscient des dangers d'une biographie, dont les motivations sont parfois ambiguës. On peut l'entreprendre par sympathie ou par admiration envers le personnage étudié ou dans un souci de réhabilitation – ce qui revient un peu au même – ou pour appréhender une époque. Dans tous les cas, le genre possède en lui-même ses propres limites, le principal risque étant de grossir à l'excès l'action de l'individu en question, de le considérer comme une sorte d'astre autour duquel se meuvent de pauvres petites planètes, en somme de ne voir les événements qu'il a traversés, parfois menés, souvent subis, qu'au travers du prisme déformant de l'individu, et d'en faire le moteur de l'histoire. Dans l'Antiquité déjà, le problème avait été soulevé et Polybe distinguait le genre biographique, par nature élogieux, du genre historique, soumis à une recherche raisonnée et démonstrative des événements3. Ajoutons à cela que certaines dérives de la littérature historique, touchant parfois au roman, ont pu, auprès de certains, déconsidérer toute biographie4. Il serait cependant faux de croire qu'identifier le risque suffise à l'écarter et, au fil des pages, le lecteur pourra sans doute partager cette réflexion générale liminaire.

  • 5 Quelques éléments chronologiques. Plutarque le qualifie de γέρων en 319 (Phocion, 1.3). S'il faut (...)
  • 6 Gigante 1971.

3Concernant Démade, il semble que la question méthodologique inhérente à toute biographie prenne de l'ampleur, car il n'est pas possible d'écrire l'histoire de sa vie selon l'ordre canonique, origines, formation, âge mûr, postérité. A l'exception d'une notice, brève et parfois confuse de la Souda, il n’existe pas de biographie antique du personnage et nous ignorons jusqu'à l'année de sa naissance, que l’on peut simplement fixer quelque part entre 390 et 3805. Connu surtout au travers de brèves anecdotes plus que de récits suivis et cohérents, perdu au milieu d’Athéniens contemporains dont la stature historique semble le dépasser de beaucoup (qu'il suffise de citer les noms de Démosthène, Hypéride, Lycurgue ou Phocion), il représente, dans les sources antiques, dans les commentaires byzantins6 comme dans l'historiographie qui dépend naturellement de tous ces textes, l'antithèse absolue des derniers héros de l'indépendance athénienne face à la puissance de la Macédoine. S'il faut employer une expression forte, on peut dire sans hésiter que Démade correspond, pour cette époque, à l'image parfaite de l'homme politique fourbe, et c'est bien ainsi qu'il est traité. Tour à tour décrit comme traître, corrompu et démagogue, on ne voit que perversion et cynisme d'un homme profitant de l’abaissement de sa cité pour se pousser au premier rang et faire sa fortune personnelle.

4Soyons clair dès l'abord : cette description antique et moderne, que je développerai tout à loisir, ne correspond pas à ce que je crois être la réalité. Si la dureté des mots des auteurs anciens comme des historiens modernes est sans appel, il convient de comprendre le contexte dans lequel elle a été créée. Contexte antique, certes, mais aussi contexte contemporain.

  • 7 Glotz 1936, 305.
  • 8 Will 1985, 279-281.
  • 9 Hanson 1989, 197-218.

5Car quelle histoire écrivons-nous ? La question peut paraître saugrenue, tant la réponse paraît aller de soi : nous cherchons bien entendu tous les éléments susceptibles de retrouver la vie antique, dans tous les secteurs qui semblent importants. Mais c'est précisément dans le choix de ces domaines, dans l'interprétation des événements, qu'il peut y avoir matière à réflexion. Au-delà de ce que P. Veyne appelle ‘‘l'allongement du questionnaire”, inhérent à tout développement des études historiques, pouvons-nous en effet être certains de n'avoir point notre esprit en quête de passé contaminé par des préoccupations actuelles ? Lorsque, par exemple, G. Glotz écrit en 1936 du fonds militaire, que, après la paix de Philocratès, “l'intérêt des basses classes était de le réduire à la portion congrue, pour faire entrer le plus possible dans la caisse de l'assistance publique et des menus plaisirs”7, comment ne pas craindre que les débats de son temps sur le réarmement de la France et les polémiques que suscitèrent dans certains milieux l'instauration des congés payés ne transparaissent, volens nolens dans une telle phrase ? En tout cas, on doit constater que les mots employés par Glotz pour définir la situation, “assistance publique”, “menus plaisirs”, correspondent mieux aux années immédiatement antérieures à la seconde guerre mondiale qu'à ce que nous pensons savoir aujourd'hui d'Athènes en 346. E. Will a souligné naguère à quel point K. J. Beloch et M. Rostovtzeff voyaient le monde hellénistique au travers des rivalités nationales de leur temps ou comment la “bonne conscience” colonialiste avait inspiré la représentation que C. Préaux se faisait de l’œuvre des Lagides8. En fait, l'approche des problèmes et des questions, ce que l'on peut appeler la sensibilité, influe sur notre façon de penser et d'imaginer le passé et. aujourd’hui, cette “bonne conscience” a laissé la place au “sanglot de l'homme blanc”, ce qui, d'un point de vue historique, ne vaut peut-être pas mieux. Comment ne pas remarquer, dans le domaine de la polémologie, la concordance entre la manière très crue, très directe, de décrire aujourd'hui le champ de bataille grec et ses horreurs par V. D. Hanson9 et celle, tout aussi expressive de sang et de bruit, employée par S. Spielberg dans Il faut sauver le soldat Ryanl Et comment ne pas mettre en parallèle la vision purement agonistique d'un combat hoplitique sans souffrances qui prévalait il y a encore une trentaine d'années quand, en même temps, un film tel que Le jour le plus long (D Day) décrivait un champ de bataille où les morts se couchaient en silence sur le sable de Normandie ? C'est qu'en réalité, s'il y a concordance, il n’y a pas coïncidence : pour des raisons qu'il n'est pas lieu de développer ici, et quelles que soient les vraies précautions prises par Hanson pour s'arrêter à la seule utilisation des textes anciens, il ne peut qu'être influencé, à l'heure où violence et guerre s'étalent sans nuances sur les écrans de télévision, où le sang coule d'abondance au cinéma, par notre vision devenue réaliste des drames.

  • 10 Andreadès 1933, IX-XIII (citation p. XII).

6Nous prenons toujours le risque de l'anachronisme. L'importance croissante du champ de recherches économiques et financières depuis un demi-siècle en histoire ancienne ne provient-elle finalement pas de la prise en compte de la domination de ces mêmes faits économiques et financiers par nos sociétés contemporaines ? En 1933, paraissait la seconde édition du livre de A. Andreadès sur les finances du monde grec antique, ouvrage qui fait pour partie encore autorité. Or, Andreadès était un spécialiste des finances publiques de la Grèce de son temps et l'introduction de son ouvrage montre bien qu'il étudie ce thème dans une large perspective diachronique, allant d'Homère jusqu’à la guerre balkanique de 1912. Il ajoute même que “having lived in tintes of war and post war finance, we are now in a position to understand more perfectly the problems which confronted the Greek World during the Peloponnesian War and thereafter”10. En d'autres termes, ces exemples, que l'on pourrait multiplier à l’infini, laissent craindre que l'analyse du passé soit pervertie par les contraintes et les modes de pensée du temps présent. A tout le moins, les interférences potentielles planent comme une menace.

  • 11 Par exemple, Thc. 1.22.4 : “Si l'on veut voir clair dans les événements passés et dans ceux qui, à (...)
  • 12 Carlier 1990, 296-298 ; Hemmerdinger 1992, 149-152. Il y aurait certes beaucoup à dire de ce Démos (...)

7La tradition d'une forme ou d'une autre d'“actualisme” en histoire s'intègre dans ce type de remarque. Probablement influencé par la croyance, tenace chez les Grecs, en un retour du temps à son point de départ et donc en une répétition plus ou moins fidèle des événements, chacun sait, croit savoir ou espère, que l’étude de l’histoire permet de mieux comprendre le présent et d’appréhender le futur avec plus de force et de confiance11. L'héritage des Grecs étant revendiqué avec insistance par la culture occidentale, l'histoire grecque a longtemps servi de référence obligée et d’explication commode à une forme ou une autre de permanence des vertus et des tares morales de la nature humaine. P. Carlier, dans son Démosthène, a bien montré comment un homme politique tel que Clemenceau avait, en 1926 déjà, cherché à insérer son œuvre d’homme d’État dans une lignée de refus du renoncement et de farouche patriotisme qui, paraît-il, remontait à Démosthène12.

  • 13 J. Lang, François Ier ou le rêve italien. Paris, 1997 : F. Bayrou, Henri IV. le roi libre. Paris 1 (...)
  • 14 De Romilly 1995, 254 : “De page en page, il m’a semblé que chaque détail me faisait signe et me pa (...)
  • 15 De Callataÿ 1989, 262-263.
  • 16 De Romilly 1995, 11. Quand ce n'est pas, à demi-mot, entre Alcibiade et Bernard Tapie, ancien prés (...)
  • 17 Hanson 1999, 190. Alexandre, héros romantique et civilisateur, créé de toutes pièces par une histo (...)

8Depuis quelques années, une partie de la classe politique française s’est laissé emporter par un tel torrent et nombreuses sont les éminences de la République, qui, bonne fille, leur laisse des loisirs dont on ne soupçonnait pas l’ampleur, à inscrire leur action dans celle d’un prestigieux personnage historique. De François Ier à Henri IV, de Louis-Napoléon le Grand à Georges Mandel, sans oublier de plus récents Montesquieu et Charles-Quint – des biographies, exclusivement13 – ces hommes politiques reprennent à leur façon le flambeau de Clemenceau qui, lui, rédigeait son Démosthène au soir de sa vie. Tous ont en commun le souci, extrait aux forceps, de prouver “l'actualité” de leur héros. Le recul des études classiques a mis l'histoire ancienne à l’écart de cette captation récente, ce qui ne signifie pas qu’elle soit à l'abri de toute tentation. A cet égard, le livre de J. de Romilly, Alcibiade, est un condensé d'actualisme où la grande spécialiste de l'œuvre de Thucydide se penche sur les épisodes de la vie d'un Alcibiade, illustrateur idéal selon elle du déclin d'Athènes durant la guerre du Péloponnèse, épisodes que, par exemples multiples, elle rapproche ouvertement de situations de la France de la dernière décennie du xxe siècle14. De tels exercices de style sont stimulants : comparer les masses de métaux précieux pillées par Alexandre à Suse et à Persépolis à celles prises aux trésors aztèques et incas est évocateur et éclairant15 mais je ne vois pas ce que la compréhension de l'histoire ancienne a à gagner de rapprochements entre Périclès et de Gaulle16 ou, plus révélateur encore, entre Alexandre et Hitler17. Peut-être notre discipline austère – l'histoire ancienne – ressent-elle le besoin, pour attirer sur elle une attention disparue, de trouver des cas vaguement parallèles ou ressemblants, mieux connus du grand public.

  • 18 Ober 1996, 13-17.

9Il n'est pas question, au nom d'un positivisme strict et frileux, de refuser le principe comparatiste, qui a permis une meilleure compréhension des mentalités18. Cette démarche s'impose même en un certain sens : voir les événements actuels dans une large perspective historique et les éclairer partiellement à la lueur de faits ou de situations que l'on retrouve, avec des différences, bien entendu, dans un passé plus ou moins profond. Mais faire l'inverse, c'est-à-dire prétendre comprendre le passé au travers de situations contemporaines ou, s'agissant d'une biographie, aborder un personnage historique en ayant a priori en vue des similitudes de situation, revient naturellement à privilégier, et quelles que soient les précautions liminaires posées, tout ce qui, dans l'action de l'individu en question, peut se rapprocher de tel événement contemporain que l'on souhaite mettre en exergue, et de négliger ce qui s’y insère mal ou pas du tout. De cette manière, l'action de tel ou tel peut être surinterprétée en fonction de considérations qui n'ont rien à voir avec les réalités du temps. Ce n'est plus de l'actualisme, c'est de l'anachronisme et, en ce sens, je doute qu'il y ait une modernité de Périclès ou de Montesquieu.

10Bouquet de banalités ? C'est probable, et l'on pourrait se demander ce que ces lignes introductives viennent faire dans une étude sur Démade. C’est qu'avec cet orateur, l'historiographie a atteint une sorte de point culminant de surinterprétation. Sans doute n'a-t-elle pas tous les torts, puisqu'elle puise ses origines dans un ensemble de sources très défavorables, mais on sait aussi que les différents contextes historiques depuis le xixe siècle ont contaminé l'étude du monde grec des cités, et tout particulièrement celle des relations entre Athènes et la Macédoine. Au gré des circonstances et des pays, les différents protagonistes de l'histoire athénienne de la seconde moitié du ive siècle ont été utilisés, consciemment ou non, avec leurs qualités ou prétendues telles, pour servir de grilles d'explication aux événements de l'époque contemporaine. Démosthène, par exemple, est souvent devenu le parangon de la résistance éternelle à toute agression, Lycurgue, le modèle du patriotisme sourcilleux, et Phocion, l'idéal de la vertu civique. Trois images positives, comme on l'aura compris, que l'on pouvait proposer comme modèles politiques. Et en regard de ces purs héros, porteurs vaincus mais honorables de la flamme de la liberté grecque qu'Athènes n'aurait eu de cesse de lever haut et fort, apparaît Démade, repoussoir absolu s'il en est : aucune circonstance atténuante ne lui est reconnue, nul mérite ne lui est imputé, toutes les vilenies propres à la nature humaine sont condensées dans le personnage. Il est sans doute commode, dans un premier temps, d'expliquer cette vision unilatérale de l'homme par l'exaltation inversée de ses trois contemporains.

  • 19 Démosthène : Cawkwell 1969 (cf. Carlier 1990, 300-302). Phocion : Bearzot 1985. Démade : Williams (...)

11Ces portraits croisés et définitifs se sont néanmoins, depuis quelques années, un peu fissurés et les analyses sont devenues beaucoup plus nuancées. Démosthène n'est plus pour tous les historiens le modèle achevé de l'homme politique, les mirages qui entouraient la vie de Phocion se sont un peu dissipés cependant que Démade n'est plus tout à fait le traître manifeste que l'on se plaisait tant à vilipender19. Ce n'est pas que les historiens d'aujourd'hui soient moins prisonniers de schémas de pensée que ne l'étaient leurs devanciers, mais ils vivent dans une époque qui voit peut-être le monde avec un esprit moins manichéen, où la frontière entre “bons” et “méchants” est devenue plus floue. Quelques expériences médiatiques encore récentes comme les faux massacres de Timisoara en 1989 ou le témoignage pourtant convaincant mais mensonger d'une pseudo-infirmière koweïtienne venant en 1991, avec force larmes et sanglots dans la voix, expliquer comment les envahisseurs irakiens jetaient les nouveaux-nés prématurés hors des couveuses qui les abritaient, ont achevé de jeter la suspicion sur tout témoignage. Le doute méthodique s’est installé à nouveau – chose excellente pour l'historien.

  • 20 Deux exemples de ces réhabilitations récentes, qui ne tombent pas non plus dans l'angélisme béat. (...)

12Autant dire que je suis absolument conscient de l'aspect “contemporain” des pages qui vont suivre. Elles sont certes le reflet de celui qui les a écrites, mais tout autant de son époque. Car il serait faux de croire ou d'imaginer que, avertis désormais de ce danger méthodologique, nous soyons à l'abri des embûches : nous subissons bien entendu des contraintes, d'un autre genre. Notre époque se plaît à déboulonner les statues et à lacérer les icônes, tandis qu'il est au contraire de bon ton, par un souci de contradiction synonyme apparent d'indépendance d'esprit et de rejet de la “pensée unique”, de cultiver l'art du paradoxe, de réhabiliter des personnages historiques que la postérité avait condamnés20. Il s'ensuit qu'un travail épousant les lignes de force de son temps est appelé à vieillir, mais j'ai tout de même l'espoir, parce qu'il s'appuie sur des realia, qu'il dira plus sur Démade et Athènes dans la seconde moitié du ive siècle que sur notre époque. Du moins est-ce le but que je me propose d'atteindre.

  • 21 Je pense notamment aux travaux de Will 1983, Faraguna 1992. Schmitt 1992, Engels 1993, sans oublie (...)

13Peut-on, par conséquent, envisager ce travail comme une forme ou une autre de “réhabilitation” de Démade ? Je l'ai dit à peine plus haut, celle-ci a été déjà engagée. Et, plutôt que d'une réhabilitation, qui implique des jugements de nature morale, je préfère parler d'une réévaluation de l'homme politique, dans ses rapports avec la Macédoine, dans son travail quotidien à la tribune. Entendons-nous : il ne s'agit pas de réécrire une histoire d'Athènes sous Alexandre, divers travaux d'excellente qualité ayant été publiés ces dernières années sur le sujet21. Mon but est plutôt d'analyser les épisodes de l'histoire de la cité auxquels Démade a été mêlé, d'essayer de comprendre quelle fut sa vraie place, en me livrant à un décryptage des sources en premier lieu littéraires, dont j'espère démontrer, en raison de leur lourde partialité idéologique, qu'il n'est pas raisonnable de les accepter sans critique, puis en scrutant la façon dont les historiens contemporains ont compris et repris ces sources. Cette dernière phase de mon travail explique sans doute la lourdeur parfois excessive de certaines notes.

14D'un point de vue méthodologique, le scepticisme de principe ne vaut peut-être pas mieux que la crédulité générale et il ne s'agit pas de substituer l'hypercritique vis-à-vis des sources à une acceptation docile de leurs leçons. La critique des textes n'a de sens que si elle s'accompagne d'une démarche visant à expliquer leur point de vue, à en décrypter la genèse, Dans cette perspective, il faudra aller sur le terrain de la morale, non point tant pour montrer ou démontrer que Démade n'était pas ce que l'on en a dit, que pour analyser comment s'est construite, autour de lui, l'expression historique et littéraire d'un kakos.

Notes

1 La plus notable de ces exceptions étant la publication de tous les fragments authentiques ou supposés tels de Démade par de Falco 1954.Cf. en outre Treves 1933b, l958 : Gigante 1971 ; Lingua 1978 : Williams 1989 : Marzi 1991. Oikonomidès 1956 a de son côté très utilement rassemblé les témoignages épigraphiques sur Démade. complétant donc le travail de de Falco qui s'était limité aux seuls textes littéraires.

2 Sur Phocion, voir Gehrke 1976, Bearzot 1985 et Tritle 1988 ; sur Hypéride, Engels 1993. Les travaux sur Lycurgue sont très nombreux mais aucune étude d'ensemble du personnage n'a récemment été tentée, si l'on excepte Mitehel 1970, déjà ancien il est vrai.

3 Pol. 10.21.8. Plutarque (Alexandre, 1.2), se définissait d'ailleurs lui-même comme un compositeur de Vies, et non comme un historien, ce qui ne l'empêchait pas. à d'autres moments, de penser pourtant qu'il écrivait une histoire (Tib. Graccluts. 1.1). Cf. Hershbell 1997, 225-228.

4 Voir les remarques de Le Bohec 1993. 5.

5 Quelques éléments chronologiques. Plutarque le qualifie de γέρων en 319 (Phocion, 1.3). S'il faut comprendre cette expression dans son sens politique, il devait donc avoir alors atteint sa soixantième année. Son fils Déméas, qui propose un décret en 320, ne peut être né après 350. Schäfer 1887, 22 et Thalheim 1901, 2703, lui assignent 380 pour date de naissance ; pour Lewis 1955, 34, il est né avant 380, alors que Davies 1971, 100, le fait naître vers 390 ou peu après. Une date trop haute est toutefois exclue : en effet, Lycurgue (C. Léocrate, 39), indique que seuls les moins de cinquante ans avaient participé physiquement au combat de Chéronée. Démade a donc dû naître peu après 388/387 et devait avoir un peu moins de cinquante ans en 338. En tout état de cause, cela en fait un contemporain absolu de Démosthène.

6 Gigante 1971.

7 Glotz 1936, 305.

8 Will 1985, 279-281.

9 Hanson 1989, 197-218.

10 Andreadès 1933, IX-XIII (citation p. XII).

11 Par exemple, Thc. 1.22.4 : “Si l'on veut voir clair dans les événements passés et dans ceux qui, à l'avenir, en vertu du caractère humain qui est le leur, présentent des similitudes ou des analogies” (trad. J. de Romilly), ou encore Plutarque, Mor., 305a-b : “La plupart des gens pensent que les choses merveilleuses de l’histoire ancienne sont des inventions et des mythes en raison des éléments invraisemblables qu'ils contiennent. Mais depuis que j'ai découvert que des événements similaires étaient arrivés dans les temps actuels, j'ai relevé des exemples de l'histoire des Romains”.

12 Carlier 1990, 296-298 ; Hemmerdinger 1992, 149-152. Il y aurait certes beaucoup à dire de ce Démosthène, rédigé avec l'éloquence que ce dernier méritait et que l'on accorde à Clemenceau, mais qui nous renseigne moins sur Démosthène que sur le rôle de l'homme politique idéal et intemporel tel que Clemenceau se le représentait. Il me suffira de souligner trois points : aucune date n'est mentionnée : Démade n'est cité qu’à une seule reprise, comme orateur exceptionnel : Lycurgue ne l'est jamais, peut-être parce que la réputation flatteuse dont il jouit dans l'historiographie aurait été en mesure de faire de l'ombre à Démosthène.

13 J. Lang, François Ier ou le rêve italien. Paris, 1997 : F. Bayrou, Henri IV. le roi libre. Paris 1994 : P. Séguin, Louis-Napoléon le Grand. Paris. 1992 ; N. Sarkozy, Georges Mandel, le moine de la politique, Paris, 1994 ; A. Juppé, Montesquieu le Moderne. Paris, 1999 ; J.-P. Soisson, Charles-Quint. Paris, 2000. Je ne doute pas de la poursuite d'un tel filon.

14 De Romilly 1995, 254 : “De page en page, il m’a semblé que chaque détail me faisait signe et me parlait, plus ou moins clairement, de notre temps”.

15 De Callataÿ 1989, 262-263.

16 De Romilly 1995, 11. Quand ce n'est pas, à demi-mot, entre Alcibiade et Bernard Tapie, ancien président d'un prestigieux club de football et ministre éphémère (ibid. 257-258).

17 Hanson 1999, 190. Alexandre, héros romantique et civilisateur, créé de toutes pièces par une historiographie dont le meilleur représentant est W. W. Tarn, a disparu au profit d'un simple massacreur aviné et est devenu l'un des “worst monsters history has to offer” (Hanson, ibid. ; cf. dans le même esprit Bosworth 1996). Dans un cas comme dans l'autre, il n'est pas sûr que l'image d'Alexandre gagne en vérité historique.

18 Ober 1996, 13-17.

19 Démosthène : Cawkwell 1969 (cf. Carlier 1990, 300-302). Phocion : Bearzot 1985. Démade : Williams 1989.

20 Deux exemples de ces réhabilitations récentes, qui ne tombent pas non plus dans l'angélisme béat. L'action du stratège Charès, très durement attaqué par Eschine et Théopompe, symbole (et souvent bouc émissaire) de l'agression et de l'oppression athéniennes dans les dernières années de la seconde Confédération, a été réévaluée par Salmond 1996. Démétrios de Phalère, gouverneur mis en place en 317 par Cassandre. traditionnellement rangé parmi les “tyrans'”, brocardé pour avoir parsemé Athènes de ses nombreuses statues, est désormais vu par Tracy 2000a, 331, comme “a talented negociator, a competent lawgiver and quite a respectable scholar and philosopher”.

21 Je pense notamment aux travaux de Will 1983, Faraguna 1992. Schmitt 1992, Engels 1993, sans oublier bien entendu Habicht 2000. A propos de ce dernier livre, et après bien des hésitations, j'ai fini par adopter la version française de cet ouvrage fondamental en raison de quelques argumentations nouvelles insérées par l'auteur même par rapport à l'édition originale en allemand. En tout état de cause, il convient d'éviter de passer par le truchement de la traduction anglaise, qui n'est pas sans approximations ni oublis (cf. pour un exemple d'approximation, infra n. 16 p. 135).

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search