Version classiqueVersion mobile

L’orateur Démade

 | 
Patrice Brun

Avant-propos

Texte intégral

1Cet essai sur Démade trouve sa genèse dans un travail collectif sur le monde grec au ive siècle. Chargé, dans cette entreprise, du chapitre sur les événements de la période 404-322, je fus très vite frappé de la violence inhabituelle des sources littéraires concernant l'orateur Démade. Peu enclin par nature à voir le monde dans un esprit trop manichéen, je résolus d'approfondir la question. Les réflexions s'accumulèrent au point qu'il ne fallut plus songer à les intégrer à l'intérieur du peu de pages réservées à Athènes entre 338 et 322 dans l'ouvrage évoqué plus haut, et pas davantage dans un article aux dimensions raisonnables.

2Ces pages aboutissent à une véritable remise en cause de Démade : le premier chapitre précise les contours de ma démarche que l'on peut résumer en quelques mots. Les sources littéraires de la période ont un aspect polémique voire pamphlétaire tel qu’il n'est raisonnablement pas possible de les accepter telles quelles, sans les replacer dans le contexte qui les a vu naître. D'où une approche critique de ces textes, les orateurs certes, mais aussi et surtout Plutarque qui, au travers des Vies d'Alexandre, Démosthène et Phocion a brossé le tableau de l'histoire d'Athènes de ces années. Pour tout ce qui touche à Démade, la confrontation permanente des textes littéraires et des nombreuses inscriptions qui le mentionnent sert de fil conducteur à mon analyse.

3La documentation sur l'histoire d'Athènes au ive siècle est abondante et la bibliographie enfle dans des proportions toujours croissantes. La maîtrise quantitative de cette dernière est l’une des plus grandes difficultés à laquelle je me sois heurté durant la préparation de cet ouvrage et il se peut donc que telle ou telle référence, pas forcément mineure, ait échappé à ma vigilance.

4L'attention portée à la bibliographie n'est d'ailleurs pas la seule dette que j'ai contractée à l'égard de ceux qui ont aidé ma démarche. A dire vrai, ce livre n'aurait sans doute pas vu le jour sans les discussions sur le ive siècle que j’ai eues avec Alain Bresson, Pierre Briant et Raymond Descat. Je tiens également à remercier M. Charalambos Kritsas qui m’a permis de travailler en toute liberté au Musée Épigraphique d’Athènes. Et j'ai, comme à l’accoutumée, j'ai pu compter sur l'amicale disponibilité de Panayotis Doukellis qui m'a signalé ou adressé d’Athènes les ouvrages et articles les plus récents qui arrivent parfois avec quelque retard dans les bibliothèques françaises. Mais, pour reprendre une formule consacrée par l'usage, la forme définitive et les conclusions de ce livre n'engagent que leur auteur.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search