Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

Conclusion

Texte intégral

1Cette étude apporte, nous semble-t-il, une nouvelle vision sur les matériaux de construction en terre cuite qui sont généralement peu considérés lors d'une fouille ou dans une publication. Ils apparaissent désormais comme un élément supplémentaire permettant la compréhension des transformations survenues dans un édifice thermal, transformations qui n'ont pas forcément touché son enveloppe architecturale.

2La date d'utilisation des différents types de matériaux a également été étudiée. Il a bien souvent été possible de préciser leur époque d'apparition. Les datations jusque-là admises à partir parfois de sites prestigieux – tels Pompéi ou Herculanum – ont été remises en question, preuve que les cités campaniennes n'étaient pas toujours à la pointe de l'évolution architecturale. Il ressort que l'époque flavienne est une période extrêmement riche, où sont créées ou développées de nouvelles formes de matériaux comme les bobines ou les briques claveaux, alors que se multiplient en Gaule Narbonnaise les édifices balnéaires.

  • 355 Goudineau 1979, 242.

3La répartition géographique de ces différents éléments que nous avons mise en évidence ne correspond pas à la zone de diffusion d'un seul atelier. Il est très aisé de constater que ces matériaux, bien que de forme semblable, se différencient les uns des autres par leur pâte ou leurs dimensions. Il s'agit donc d'une série d’ateliers situés dans une même région (les échanges à longue distance représentent, nous l'avons vu. un volume restreint) qui produisaient des matériaux de forme voisine. Ceci est le témoignage de la circulation de cartons, de recueils de formes au sein des unités de production, qui étaient copiés plus ou moins fidèlement par les potiers. Ces “Skizzenbücher”, tels que les évoquait Chr. Goudineau pour les mosaïques355, étaient donc utilisés lors de la construction des édifices privés et publics pour des réalisations prestigieuses et ornementales, mais également pour la fabrication des éléments très modestes et purement techniques que sont les matériaux de terre cuite des thermes.

Notes

355 Goudineau 1979, 242.

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search