Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

10. Les matériaux de construction en terre cuite de Gaule Narbonnaise : de la consommation locale au commerce interrégional

Texte intégral

1Au terme de l'étude des différents matériaux employés dans les thermes, il est intéressant de s'interroger sur le commerce qui a pu en être fait. Il est très difficile – voire impossible – de retracer pour chaque ensemble homogène une carte de diffusion de la production, car ceci nécessiterait une étude spécifique des pâtes, donc énormément de temps et des moyens considérables. Les circuits commerciaux et les zones de diffusion nous sont donc le plus souvent inconnus. Il est toutefois possible, dans certains cas bien précis, de mettre en évidence l'existence de zones de superficie variable.

  • 303 Brun & Congés 1994, 233.
  • 304 Goury 1984,6-7.
  • 305 Pelletier & Poguet 1993, 199.
  • 306 Brentchaloff 1980, 78.
  • 307 Sur la consommation locale des matériaux de construction, voir Rico 1993, 68-71.

2Dans de très nombreuses villae, les matériaux de terre cuite au sens large – qu'il s'agisse d’éléments spécifiques aux thermes ou généralisés à toute la demeure, telles les tuiles – ont été fabriqués à la demande sur place. C'est ce dont témoignent les découvertes de fours dans tous les domaines ruraux importants du Var, tels Le Grand Loou I à La Roquebrussanne, Pardigon 2 à La Croix-Valmer, Muscapeù à Tourves, Les Toulons à Rians ou Les Lecques à Saint-Cyr-sur-Mer303. Devant le peu de tubuli dégagés dans le four de la villa des Fonts à Saint-Julien-de-Peyrolas (Gard), on peut avancer la même affirmation304. Même processus également dans la villa Saint-Pierre 2 d’Eyguières (Bouches-du-Rhône) où les conduits d'air chaud ont pu provenir de l’atelier du site de Saint-Pierre 3 distant de quelques centaines de mètres -305. En revanche, un commerce – local ou non – doit obligatoirement être envisagé dans le cadre de thermes construits en milieu urbain, qu'il s'agisse d'édifices publics ou de bains situés dans des domus. C'est ainsi que les bobines de la Plate-Forme de Fréjus ont sans doute été fabriquées dans l'atelier de Sainte-Croix à la périphérie de l'agglomération306. A Gaujac, c'est la plupart des matériaux des thermes (briques décorées, briques claveaux, pilettes. certains types de tubuli) qui ont été produits dans un lieu très proche de l'oppidum car leur pâte comprend des nodules de grès tirés du massif sur lequel se trouve le site et qui diffèrent totalement du substrat calcaire environnant307.

  • 308 Il existe des ateliers produisant des amphores Gauloise I à pâte non sableuse.
  • 309 Laubenheimer 1985. 248.
  • 310 Guillaume 1992.

3Dans d'autres cas, c'est la nature de la pâte particulièrement caractéristique qui aide à cerner la diffusion d'une production. C'est ainsi que nous avons pu localiser la production des tubuli présentant une pâte sableuse de couleur blanchâtre, identique aux amphores Gauloise I308, dans plusieurs ateliers de la basse vallée du Rhône (Tresques (Gard), Chusclan (Gard), Bagnols-sur-Cèze (Gard), peut-être Nîmes-Rue de Seynes ( ?) (Gard))309 et enfin Les Sablières à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), seul atelier sur la rive gauche du Rhône310 (fig. 109). Des éléments de ce type ont été mis en évidence tant à Gaujac (Gard), qu'à

Fig. 109 : Carte de répartition des matériaux à pâte sableuse en Gaule Narbonnaise (amphores et tubuli). 1. Bagnols-sur-Cèze 2. Balaruc-les-Bains 3. Chusclan 4. Frontignan 5. Gaujac 6. Laudun 7. Lunel-Viel 8. Nîmes 9. Saint-Laurent-de-Carnols 10. Saint-Paul Trois-Châteaux 11. Tresques 12. Villetelle. Ambrussum.

Fig. 110 : Carte de répartition des briques à encoche de préhension en Gaule Narbonnaise.

  • 311 Sur les soixante-dix-sept fragments – malheureusement non datés – que nous avons pu examiner, 85,71 (...)
  • 312 Les amphores Gauloise 1 sont très abondantes dans les habitats de la région nîmoise, rares en Langu (...)
  • 313 En plus des amphores Gauloise I à pâte sableuse, l'atelier de Tresques a peut-être produit de la cé (...)
  • 314 C'est ce type de commerce qui a été mis en évidence pour les tuiles des ateliers cadurques (Pauc 19 (...)

4Laudun (Gard)311, Saint-Laurent de Carnols (Gard). Ambrussum (Hérault), Lunel-Viel (Thermes de l'Est. Hérault). Balaruc-les-Bains (Hérault) ou Frontignan (Mas Bernadou-Lapeyrade, Hérault)312. Les sites ou les édifices dans lesquels ces éléments ont été dégagés sont, pour la plupart, bien datés. Le rapprochement avec l'épaisseur des parois laisse penser à une production se limitant au ier s. p.C., donc contemporaine de celle des amphores Gauloise I. Les cinq ateliers les ayant fabriqués ne sont pas connus pour leur production de tubuli313. La similitude des pâtes est trop évidente pour envisager une autre aire de production que la basse vallée du Rhône, par ailleurs secteur où se trouve également une partie des édifices où ils ont été découverts. On est ici en présence d'un commerce régional314 qui s'étend sur une centaine de kilomètres en direction de l'ouest. Sur les six sites où on peut identifier la nature de l'édifice, cinq sont des monuments publics, un seul – Saint-Laurent-de-Carnols – une villa, située d'ailleurs très près des lieux de production.

  • 315 Le Ny et al 1993, 88.
  • 316 Le Ny 1992, I, 471.
  • 317 Bousquet 1967, 230-233.

5Autre exemple pouvant être individualisé, celui des briques quadrangulaires portant une encoche de préhension en forme de croissant, que l'on trouve à Annecy (Haute-Savoie), Seyssel (Haute-Savoie) et Saint-Romain-de-Jalionas (Isère) (fig. 110). Plutôt qu'un groupe d'ateliers, on peut penser à la production d'un seul écoulée dans une partie de la vallée du Rhône ou des régions environnantes dans un rayon inférieur à cent kilomètres. L'atelier du Bas-Rouault à Tressé (Ille-et-Vilaine)315, les thermes du Questel à Concarneau (Finistère) et ceux de Gennes (Maine-et-Loire)316 ont livré des briques possédant exactement la même caractéristique317. L'éloignement géographique ne permet évidemment pas de lier les deux ensembles. Il s'agit certainement de productions distinctes.

6La présence d'estampilles sur les matériaux permet, de façon bien plus aisée, de suivre la dispersion des productions. Elles ne sont toutefois appliquées que sur un pourcentage infime de matériaux. Elles ont fait l'objet de très nombreuses études qu'il est impossible de mentionner toutes dans le cadre de ce travail. Ces marques sont variées ; elles sont apposées bien souvent sur des tuiles ou des briques et plus rarement sur les matériaux d'hypocauste. Nous ne prendrons en compte ici que trois d'entre elles dont on est sûr qu'elles ont été placées non seulement sur des tegulae, mais aussi sur des matériaux de thermes.

  • 318 Fédière 1980, 14-15.
  • 319 Desbat 1984, 78.
  • 320 CIL, XII, 5679, 77.
  • 321 CIL, XII, 5679, 76, a-i.
  • 322 Fédière & Rouquette 1989, 114.

7Premier exemple : l'estampille C. Viri démentis, récemment découverte sur quatre fragments de tubuli du site de La Cougourlude à Lattes318 (fig. 111). Elle est connue également à Lyon (quartier de Trion. Rhône)319 et Sainte-Colombe-lès-Vienne. On la trouve aussi sur des éléments conservés aux musées de Lyon et de Vienne320. Des marques faisant état du gentilice Virius sont mentionnées au génitif pluriel (Viriorum) sur des briques à Die (Drôme), Seyssuel (Isère), Aix-les-Bains (Savoie), Vienne (Isère)321, Beaumes-de-Venise (Vaucluse), Flassan (Vaucluse). Une autre se trouve au Musée lapidaire de Carpentras (Drôme). L'atelier est situé, selon toute vraisemblance, dans la région de Lyon et Vienne322, mais les productions ont été écoulées de la Savoie, au nord, à l'Hérault, au sud, en passant par la vallée du Rhône. On est donc en présence d'un commerce régional qui s'étend sur presque quatre cents kilomètres, soit une distance bien supérieure à celles des exemples précédemment étudiés.

Fig. 111 : Carte de répartition des marques C. Viri Clementis en Gaule Narbonnaise.

  • 323 Verguet 1974.
  • 324 Goudineau & De Kisch 1991, 101.
  • 325 Verguet 1974, 246.
  • 326 Cela pourrait correspondre à une zone particulièrement bien prospectée où les découvertes sont égal (...)
  • 327 Verguet 1974, 246.
  • 328 Leglay 1968. 588.

8Autre exemple : Clarianus dont les marques sont fréquentes en Narbonnaise. La connaissance de cette entreprise repose sur un travail publié en 1974323 portant sur un nombre de découvertes relativement restreint. Parfois recopiée324, la carte de diffusion n'a jamais été actualisée. Clarianus n'a pas produit exclusivement des matériaux de construction utilisés dans les thermes, comme cela a parfois été écrit ; on retrouve, en effet, des tegulae portant son estampille. Il est également erroné de penser que sa production était si renommée qu'elle était recherchée par les constructeurs d'édifices thermaux325. Il est vrai, en revanche, qu'il a fabriqué une large gamme de produits utilisés dans les bains, gamme rarement aussi large pour les autres marques : en effet, on trouve ses estampilles sur des briques de toutes tailles et de toutes formes (briques de suspensura, de pilettes carrées ou rondes), sur tubuli, mais aussi dans une moindre mesure – ce qui pourrait correspondre à des productions moins importantes en volume – sur des briques claveaux et des tegulae mammatae. La zone de diffusion de ces marques peut être nettement étendue par rapport à la première carte publiée puisque, de vingt-quatre lieux mentionnés, nous sommes passé à plus de soixante (fig. 1 12). Les matériaux de Clarianus ont été diffusés dans une zone qui s'étend de Montmorot (Jura) au nord, à Martigues (Bouches-du-Rhône) au sud. A l'est, les marques s'étendent jusqu'à Aime (Savoie). La limite occidentale est bien plus proche de la vallée du Rhône, si l'on fait abstraction du site de Saint-Paulien (Haute-Loire) dont le lieu de découverte n'est pas assuré : elle s'arrête à Gravières (Ardèche). La région couverte par ses briques peut aisément être divisée en deux secteurs principaux. Le premier est limité à l'ouest par la vallée du Rhône, au nord et au sud par le Rhône et l'Isère. Il s'agit d'une région où les trouvailles sont particulièrement nombreuses. Le second comprend la région au sud de Valence. Les découvertes se concentrent dans la vallée du Rhône ou dans ses régions proches. Elles n'en sont jamais distantes de plus de quelques dizaines de kilomètres. Hormis dans la région de Vaison-la-Romaine326, elles sont plus isolées et moins denses. Contrairement à ce que pensait M. Verguet327, les matériaux Clarianus se rencontrent sur la rive droite du Rhône bien au-delà des sites de Saint-Romain-en-Gal, Sainte-Colombe-lès-Vienne, Lyon et Lentilly. M. Leglay mentionne enfin que les matériaux de Clarianus étaient exportés jusqu'en Afrique328. Nous n'en avons trouvé aucune trace et M. Verguet ne reprend pas l'information.

  • 329 Verguet 1974, 249.

9L'inventaire des marques réalisé par M. Verguet demeure tout à fait valable. Il convient simplement d'en rajouter une mentionnant Clarianac à Faverges et une autre Clariani à Bellegarde, Lyon et Aime. A partir des différentes marques, l'auteur a tenté de retracer une évolution de l’officine329. Les marques Clarianus A Deci Alpinus pourraient être les plus anciennes. Elle portent le nom du propriétaire de la briqueterie qui possède les tria nornina, précédé de celui du chef d'atelier. La durée d'une telle association serait relativement courte, ce qui explique leur petit nombre d'attestations. Alpinus disparu, ce serait Clarianus qui aurait continué à produire seul avant de créer, devant le succès remporté par ses produits, une succursale en pays voconce (marque Clariana). Si cette dernière affirmation nous paraît peu crédible, il est tout à fait probable que les marques portant les deux noms soient les plus anciennes.

Fig. 112 : Carte de répartition des marques Clarianus en Gaule du Sud.
Ardèche : 1. Alba-la-Romaine : Clariana (Observation de l'auteur). 2. Andance : Clariana (Blanc 1975, 78). 3. Annonay (Lauxerois 1977, 33). 4, Champagne : Clari|ana (Blanc 1975,79). 5. Félines (Boucher 1977,474). 6. Gravières (Lauxerois 1977, 33). 7.Limony. Clariana (Blanc 1975, 81). 8. Saint-Germain du Bas Vivarais : Clarianus M C T (CIL, XII, 5679, 25). Hautes-Alpes : 9. Aspres-sur-Buëch (Anc. Aspres-les-Veynes) : A Decius Alpinus (CIL, XII, 5679 23). 10. Serres (Verguet 1974, 244).
Bouches-du-Rhône 11.Arles : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19) ; Clariana (CIL, XII, 5679 20) ; Cla[rian... (Carnet 1990, 48-49). 12. Eygalières : Clarian (Verguet 1974, 242) ; Clariana (Verguet 1974, 243). 13. Martigues : Clarianus (Renseignement L. Rivet) ; Clariana (Renseignement L. Rivet). 14. Saint-Rémy-de-Provence : Clarian (Rolland 1944, 202-203 ; Verguet 1974, 243) ; Clarianus (Rolland 1944, 202-203).
Drôme : 15. Die : [Cla]rianus (Fédière 1980, 7-8) ; [Cla]rian[us] (Desaye 1960, 201). 16. Montélimar : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19). 17. Saillans : [Clar]ianu[s] (Desaye 1960, 210). 18. Saint-Rambert-d'Albon : Clar[... (Fédière 1980, 7). 19. Valence : Clariana (Fédière 1980, 7).
Gard : 20. Belle garde : Clariani (Louis 1941, 6). 21. Laudun : |Cla|rian|... (Charmasson 1985,37). ISÈRE : 22. Agnin : [C]larianus (Desaye & Blanc 1969, 223). 23. Champier : Clarianus (Pelletier et al. 1994 [CAG, 38/1] 60, n° 66). 24. Clonas-surVarèze : Clariana (Pelletier et al. 1994, 114). 25. La-Côte-Saint-André : Clarianus (Pelletier et al. 1994, 61). 26. Gières : Clarianus (Bruhl 1958, 378). 27. L'Isle d'Abeau : Clariana (Allais 1985, 55). 28. Saint-Baudille-de-la-Tour : Clarianus (Verguet 1974, 240). 29. Saint-Clair-du-Rhône : Clarianus (Pelletier et al. 1994, 116). 30. Saint-Étienne de Saint-Geoirs : Clarianus (Michel 1985, 141). 31. Saint-Martin d’Uriage : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19) ; Clariana (CIL, XII, 5679 20) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XII, 5679, 22). 32. Saint-Maurice-l'Exil : Clariana (Pelletier et al. 1994, 117). 33. Saint-Romain-de-Jalionas : Clarianus (Dufourg 1979-1980, 21). 34. Vienne : Clarianus (Verguet 1974, 240 et 242) ; Clariana (Verguet 1974, 243 ; Pelletier 1966, 145) ; Off Clariana (CIL, XII, 5679 20) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XII. 5679 22) ; Clarianumada (CIL, XII, 5679, 24). 35. Viriville : Clarianus (Michel 1985, 128).
Jura :36. Jeurre : Clarianus (Verguet 1974, 240). 37. Montmorot : Clarian (CIL, XIII, 12724). 38. Villards d'Héria : Clarianus (CIL, XIII, 12724) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XIII, 12724).
Haute.-Loire : 39. Saint-Paulien ( ?) : Clarian (Provost & Rémy 1994 [CAG 43], 156, n° 999).
Rhône : 40. Lentilly : [Cl]aria[... ; Cl[... (Jeancolas 1973). 41 Lyon : Clarian (CIL, XIII, 12723) ; Clariana (CIL, XIII, 12723) ; Clarianus (CIL, XIII, 12723 ; Desbat 1984, 78) ; Clariani (CIL, XIII, 12723) ; Clarianumada (CIL, XIII, 12723) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XIII, 12723). 42. Saint-Romain-en-Gal : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19). 43. Sainte-Colomhe-lès-Vienne : Clariana (CIL, XII, 5679 20) ; [Clar]iana C[.]S (CIL, XII, 5679, 21) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XII, 5679 22).
Savoie : 44.Aime : Clariani (Rémy et al 1996 [CAG, 73], 97, n° 006). 45. Aix-les-Bains : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19) ; Clariana (CIL, XII, 5679, 20) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XII, 5679, 22) ; Clarianumada (CIL, XII, 5679,24). 46. Arbin : Clariana (D'Oncieu de la Batie 1882,311). 47. Cognin : Claria[.. (Pernon 1977, 24). 48. La Ravoire : Clarianus (Rémy et al. 1996 [CAG, 73], 187, n° 213). 49. Sonnaz : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19).
Haute-Savoie : 50. Faverges : Clarianac (Renseignement A. Piccamiglio) ; Clariana (Renseignement A. Piccamiglio).
Vaucluse : 51. Apt (Verguet 1974, 244). 52. Avignon (Verguet 1974, 244). 53. Beaumont-du-Ventoux : Clarianus (Verguet 1974, 247). 54. Bédoin : [Cl]ari[an (Renseignement Fr. Trial, C. Richarté). 55. Carpentras : Clarianus (Verguet 1974, 240). 56. Entrechaux : Clarianus (Verguet 1974, 248). 57. Orange : Clarianus (Verguet 1974, 240 ; Bellet et al 1985, 323). 58. Roaix : Clarianus (Benoit 1977, 62). 59. Séguret (Meffre 1992, 154). 60. Vaison-la-Romaine : Clarian (Verguet 1974, 242 ; Sautel 1926, 482 ; Sautel 1942, 161-162) ; Clarianus (Sautel 1926,480-483 ; Jacob et al 1990, 285) ; Clariana (Verguet 1974, 243) ; Clarianus A Deci Alpin (Verguet 1974, 243-246 ; Sautel 1926, 481) ; Clarianumada (Verguet 1974, 247). 61. Villedieu (Meffre 1990, 154). 62. Violès : Clarian (Meffre 1992, 154).

  • 330 Ceci pourrait être en partie dû au fait que chaque découverte d’une marque Clarianus est datée du i (...)
  • 331 Notamment les thermes de la Rue des Farges à Lyon qui ont livré de nombreuses marques. Le bâtiment (...)
  • 332 Goudineau & De Kisch 1991. 100.

10La date de fonctionnement de cette officine est fixée entre l'époque d'Hadrien et la fin du iie s. p.C., avec apogée au milieu du siècle. Cette datation est obtenue à partir de critères archéologiques à notre avis peu sûrs et qui pourraient donc être remis en question. Il semble toutefois que la datation soit globalement valable330. Nous n'avons jamais trouvé en Narbonnaise de marques Clarianus dans un édifice thermal abandonné à la fin du ier s. p.C. ou au début du siècle suivant. D'autre part, certains travaux récents confirment cette datation331. Y. De Kisch propose le début du IIe s. comme datation des estampilles les plus anciennes332.

  • 333 Grenier 1958, 80.
  • 334 Espérandieu 1900, 195-196.
  • 335 Verguet 1974. 249.
  • 336 Goudineau & De Kisch 1991, 100.
  • 337 Mettre 1992, 154.
  • 338 Verguet 1974, 248.
  • 339 CIL, XII.
  • 340 Cagnat 1914, 301 note I.
  • 341 Leglay 1968, 588.
  • 342 Verguet 1974, 246.

11L'atelier de Clarianus n'ayant, dans l'état actuel de la recherche, jamais été localisé, nous en sommes réduit à des supputations. L'origine de ces matériaux varie en fonction des auteurs qui s'y sont intéressés. Le cognomen Alpinus et la découverte d'une marque A. Decius Alpinus à Aspres-sur-Buëch poussent A. Grenier à placer l'atelier dans la région de Gap et de Veynes. Les produits seraient alors descendus vers Arles par la Durance et vers Vienne par l'Isère333. Une origine voconce a également été envisagée, qu'il s'agisse de l'atelier dans son ensemble334 ou d'une succursale335. Devant la présence des marques considérées comme les plus anciennes (Clarianus A Deci Alpini), Y. De Kisch pense aussi que les premiers ateliers se situaient dans la région de Vaison336. Cette hypothèse semble peu vraisemblable car cette estampille ne se trouve, dans tout le sud de la Narbonnaise, qu'à Vaison alors qu'elle est bien plus souvent présente dans la partie nord de la province et, au-delà, à Vienne, Sainte-Colombe-lès-Vienne, Lyon, Saint-Martin d’Uriage, Aix-les-Bains ou Villards d’Héria. D'autre part, il a été démontré337 que le lieu de production envisagé par M. Verguet dans la région de Vaison338 comme pouvant avoir accueilli l'atelier n'est constitué que par un four dont on ne connaît pas la production et que les sites environnants ayant livré de nombreuses tuiles ne sont en fait que des habitats sans rebut de cuisson. Pour Hirschfeld339, suivi par R. Cagnat340, l'atelier serait à placer au lieu-dit Figlinis situé par la table de Peutinger à 17 milles (25 kilomètres) de Vienne, aujourd'hui Félines en Ardèche. Considérant les concordances toponymiques, M. Leglay341 enfin propose de situer l'officine à quinze kilomètres au sud de Vienne sur la commune de Saint-Clair-du-Rhône, au lieu-dit Clarasson où se trouve un site important et d'abondantes carrières de glaise. S'il est difficile d'être affirmatif sur le lieu précis de production en l'absence regrettable d'analyses de pâte, d'autres éléments sont apportés par les tria nomma de Aulus Decius Alpinus. Comme cela a déjà été relevé342, le cognomen Alpinus trahit probablement une origine alpine. D'autre part, ce nom est à rapprocher de celui de Quintus Decius Alpinus. quattuorvir de Vienne et curateur des Nautes du Lac Léman. Tout deux appartiennent probablement à la même famille. Ces éléments sont, à notre avis, les plus sérieux pour localiser, dans la région de Vienne, les ateliers de production. Ceci est d'ailleurs confirmé par la répartition des marques Clarianus qui sont particulièrement abondantes au sud du chef-lieu des Allobroges. Il était aisé, à partir de ce point central, d'exporter tant vers le sud grâce au Rhône que vers l'est par le même fleuve ou l'Isère ; alors pourquoi imaginer une production voconce massivement exportée vers le nord ?

  • 343 Sur les problèmes concernant les marquages des matériaux de construction, voir Rico 1993, 54-56.

12On est en tout cas en présence d'un commerce qui s'étend sur une zone encore plus vaste que dans le cas des marques de C. Viri Clementis. L'abondance des marques Clarianus témoigne d'un volume produit bien plus important que dans le cas précédent, à moins d'imaginer que le premier atelier marquait moins fréquemment que le second ses produits343.

  • 344 Sur ces marques et l'importance de l'année 123 qui est probablement celle d'une loi régissant la pr (...)
  • 345 Benoit 1964, 596 ; Goudineau 1981, 539.

13Dernier exemple pris en compte, celui des marques de différents types faisant état des deux consuls Q. Articuleis Paetinus et L. Veneleius Apronianus datées de l'année 123 p.C.344. Quatre types différents ont été retrouvés en vingt-huit exemplaires dans la villa du Grand Loou I à La Roquebrussanne345 :

14Marque 1

  • 346 CIL, XV, 454.

Apron(iano)
et Paet(ino) co(n)s(ulibus) Pomp(oni) Vit(alis) ex pr(aediis) Anni Veri Quint(ianis ou-anensibus)346

15Marque 2

  • 347 CIL XV, 465b.

Ex pr(aediis) Agat(hyrsi)
Aug(usti) l(iberti) Q(uintus) Pomp(onius)
Ian(uaris) Paetino et Aproniano co(n)s(ulibus)347

16Marque 3

  • 348 CIL, XV, 1529.

Apro(niano)
et Pae(tino) co(n)s(ulibus) M(arci) Vin(ici) Herculan(i)
348

17Marque 4

Apro(niano) (et Pa(etino)] e co(n)s(ulibus)
L[...]ri

18La plupart de ces briques (marques 1 à 3) proviennent des praedia Quintanensia situées dans l'ager Labicanus dans la région de Colonna, à l'est de Rome. Le domaine appartient d'abord à Trajan, puis à Plotine avant de passer à sa mort, en partie à l'affranchi Agathyrsus, en partie à M. Annius Verus et à sa femme Rupilia Faustina. Les deux autres domaines ne sont pas localisés.

  • 349 CIL, XII, 5678, 4-6.

19Des briques produites dans ces ateliers ou dans d'autres, mais mentionnant toutes la même date consulaire, ont été découvertes à plusieurs endroits de Provence, qu'il s'agisse d'Aix-en-Provence (thermes de l'Enclos Milhaud), de Rognes (quartier du Grand Saint-Paul) ou d'Arles349.

  • 350 Rico 1993, 82-83.
  • 351 Steinby 1981, 241.
  • 352 Rico 1993, 80.
  • 353 Ces éléments sont plus facilement transportables que bien d'autres matériaux. Ceci explique probabl (...)

20Ces marques témoignent d'un commerce interrégional qui couvre une aire bien plus vaste que celles envisagées jusque-là. Le petit nombre de témoignages implique un volume peu important. Il a été démontré que le commerce des matériaux de construction ne s'insérait pas dans une politique commerciale délibérée, leur transport ne répondant pas à une véritable demande car les productions locales existent350. Ces matériaux étaient utilisés pour leur poids comme complément de cargaison ou comme lest pour équilibrer les navires à leur retour au port d’attache. Étant assurés de pouvoir être écoulés à l'arrivée, ils fournissaient un revenu complémentaire au transporteur, contrairement au ballast habituel composé de sable ou de pierres. Le peu de découvertes des marques aux noms d'Apronianus et Paetinus, comme du reste des autres estampilles provenant d’Italie351, témoigne du peu d'importance de ce type de transaction en Gaule Narbonnaise. Orange forme la limite septentrionale de la diffusion des matériaux italiques en Gaule352. Au même type d'échange appartiennent probablement aussi les fusées céramiques dont la zone de production est probablement l'Afrique. Dans ce cas aussi, les lieux de découverte sont situés, pour l'essentiel, sur le littoral ou dans l'arrière-pays immédiat353.

  • 354 L'étude des sigles sur matériaux de terre cuite réalisée en Belgique montre également des répartiti (...)

21Ces quelques exemples témoignent donc de commerces à plus ou moins longue distance. Dans la plupart des cas toutefois, les productions sont écoulées au niveau local ou dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres, même si la présence d'un cours d'eau permet des échanges plus lointains comme pour Clarianus354. Les cartes de répartition des différents types de matériaux confirment cette constatation. En effet, les zones d'emploi d'éléments en terre cuite de même forme sont toujours très nettes. De telles cartes seraient impossibles à obtenir si les matériaux de terre cuite voyageaient beaucoup. Aucune zone ne devrait se dégager, la plupart des formes devant se retrouver dans toutes les régions.

Notes

303 Brun & Congés 1994, 233.

304 Goury 1984,6-7.

305 Pelletier & Poguet 1993, 199.

306 Brentchaloff 1980, 78.

307 Sur la consommation locale des matériaux de construction, voir Rico 1993, 68-71.

308 Il existe des ateliers produisant des amphores Gauloise I à pâte non sableuse.

309 Laubenheimer 1985. 248.

310 Guillaume 1992.

311 Sur les soixante-dix-sept fragments – malheureusement non datés – que nous avons pu examiner, 85,71 % (66) appartiennent à cette série. Les autres sont à pâte calcaire. Nous remercions D. Goury qui nous a autorisé à étudier ces éléments.

312 Les amphores Gauloise 1 sont très abondantes dans les habitats de la région nîmoise, rares en Languedoc occidental et en Basse-Provence. Elles sont également présentes dans l'axe rhodanien vers le nord (Laubenheimer 1985, 349).

313 En plus des amphores Gauloise I à pâte sableuse, l'atelier de Tresques a peut-être produit de la céramique commune et des matériaux de construction (sans précision), celui de Bagnols-sur-Cèze des tuiles et de la céramique commune, celui de Chusclan des tuiles (Laubenheimer 1985, 128. 140, 166).

314 C'est ce type de commerce qui a été mis en évidence pour les tuiles des ateliers cadurques (Pauc 1982,130).

315 Le Ny et al 1993, 88.

316 Le Ny 1992, I, 471.

317 Bousquet 1967, 230-233.

318 Fédière 1980, 14-15.

319 Desbat 1984, 78.

320 CIL, XII, 5679, 77.

321 CIL, XII, 5679, 76, a-i.

322 Fédière & Rouquette 1989, 114.

323 Verguet 1974.

324 Goudineau & De Kisch 1991, 101.

325 Verguet 1974, 246.

326 Cela pourrait correspondre à une zone particulièrement bien prospectée où les découvertes sont également anciennes (Meffre 1992. 153).

327 Verguet 1974, 246.

328 Leglay 1968. 588.

329 Verguet 1974, 249.

330 Ceci pourrait être en partie dû au fait que chaque découverte d’une marque Clarianus est datée du iie s. p.C.

331 Notamment les thermes de la Rue des Farges à Lyon qui ont livré de nombreuses marques. Le bâtiment est construit sous le règne de Claude ou de Néron et abandonné au iiie s. p.C. Le remaniement auquel les marques appartiennent date du iie s. (Desbat 1484, 78).

332 Goudineau & De Kisch 1991. 100.

333 Grenier 1958, 80.

334 Espérandieu 1900, 195-196.

335 Verguet 1974. 249.

336 Goudineau & De Kisch 1991, 100.

337 Mettre 1992, 154.

338 Verguet 1974, 248.

339 CIL, XII.

340 Cagnat 1914, 301 note I.

341 Leglay 1968, 588.

342 Verguet 1974, 246.

343 Sur les problèmes concernant les marquages des matériaux de construction, voir Rico 1993, 54-56.

344 Sur ces marques et l'importance de l'année 123 qui est probablement celle d'une loi régissant la production de briques, voir Lugli 1957, 559-560.

345 Benoit 1964, 596 ; Goudineau 1981, 539.

346 CIL, XV, 454.

347 CIL XV, 465b.

348 CIL, XV, 1529.

349 CIL, XII, 5678, 4-6.

350 Rico 1993, 82-83.

351 Steinby 1981, 241.

352 Rico 1993, 80.

353 Ces éléments sont plus facilement transportables que bien d'autres matériaux. Ceci explique probablement la découverte de Limoges.

354 L'étude des sigles sur matériaux de terre cuite réalisée en Belgique montre également des répartitions dans des zones de 50 à 100 km de long (De Poorter & Claeys 1989, 230-238).

Table des illustrations

Légende Fig. 109 : Carte de répartition des matériaux à pâte sableuse en Gaule Narbonnaise (amphores et tubuli). 1. Bagnols-sur-Cèze 2. Balaruc-les-Bains 3. Chusclan 4. Frontignan 5. Gaujac 6. Laudun 7. Lunel-Viel 8. Nîmes 9. Saint-Laurent-de-Carnols 10. Saint-Paul Trois-Châteaux 11. Tresques 12. Villetelle. Ambrussum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 110 : Carte de répartition des briques à encoche de préhension en Gaule Narbonnaise.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 111 : Carte de répartition des marques C. Viri Clementis en Gaule Narbonnaise.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 112 : Carte de répartition des marques Clarianus en Gaule du Sud.Ardèche : 1. Alba-la-Romaine : Clariana (Observation de l'auteur). 2. Andance : Clariana (Blanc 1975, 78). 3. Annonay (Lauxerois 1977, 33). 4, Champagne : Clari|ana (Blanc 1975,79). 5. Félines (Boucher 1977,474). 6. Gravières (Lauxerois 1977, 33). 7.Limony. Clariana (Blanc 1975, 81). 8. Saint-Germain du Bas Vivarais : Clarianus M C T (CIL, XII, 5679, 25). Hautes-Alpes : 9. Aspres-sur-Buëch (Anc. Aspres-les-Veynes) : A Decius Alpinus (CIL, XII, 5679 23). 10. Serres (Verguet 1974, 244).Bouches-du-Rhône 11.Arles : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19) ; Clariana (CIL, XII, 5679 20) ; Cla[rian... (Carnet 1990, 48-49). 12. Eygalières : Clarian (Verguet 1974, 242) ; Clariana (Verguet 1974, 243). 13. Martigues : Clarianus (Renseignement L. Rivet) ; Clariana (Renseignement L. Rivet). 14. Saint-Rémy-de-Provence : Clarian (Rolland 1944, 202-203 ; Verguet 1974, 243) ; Clarianus (Rolland 1944, 202-203).Drôme : 15. Die : [Cla]rianus (Fédière 1980, 7-8) ; [Cla]rian[us] (Desaye 1960, 201). 16. Montélimar : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19). 17. Saillans : [Clar]ianu[s] (Desaye 1960, 210). 18. Saint-Rambert-d'Albon : Clar[... (Fédière 1980, 7). 19. Valence : Clariana (Fédière 1980, 7).Gard : 20. Belle garde : Clariani (Louis 1941, 6). 21. Laudun : |Cla|rian|... (Charmasson 1985,37). ISÈRE : 22. Agnin : [C]larianus (Desaye & Blanc 1969, 223). 23. Champier : Clarianus (Pelletier et al. 1994 [CAG, 38/1] 60, n° 66). 24. Clonas-surVarèze : Clariana (Pelletier et al. 1994, 114). 25. La-Côte-Saint-André : Clarianus (Pelletier et al. 1994, 61). 26. Gières : Clarianus (Bruhl 1958, 378). 27. L'Isle d'Abeau : Clariana (Allais 1985, 55). 28. Saint-Baudille-de-la-Tour : Clarianus (Verguet 1974, 240). 29. Saint-Clair-du-Rhône : Clarianus (Pelletier et al. 1994, 116). 30. Saint-Étienne de Saint-Geoirs : Clarianus (Michel 1985, 141). 31. Saint-Martin d’Uriage : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19) ; Clariana (CIL, XII, 5679 20) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XII, 5679, 22). 32. Saint-Maurice-l'Exil : Clariana (Pelletier et al. 1994, 117). 33. Saint-Romain-de-Jalionas : Clarianus (Dufourg 1979-1980, 21). 34. Vienne : Clarianus (Verguet 1974, 240 et 242) ; Clariana (Verguet 1974, 243 ; Pelletier 1966, 145) ; Off Clariana (CIL, XII, 5679 20) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XII. 5679 22) ; Clarianumada (CIL, XII, 5679, 24). 35. Viriville : Clarianus (Michel 1985, 128).Jura :36. Jeurre : Clarianus (Verguet 1974, 240). 37. Montmorot : Clarian (CIL, XIII, 12724). 38. Villards d'Héria : Clarianus (CIL, XIII, 12724) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XIII, 12724).Haute.-Loire : 39. Saint-Paulien ( ?) : Clarian (Provost & Rémy 1994 [CAG 43], 156, n° 999).Rhône : 40. Lentilly : [Cl]aria[... ; Cl[... (Jeancolas 1973). 41 Lyon : Clarian (CIL, XIII, 12723) ; Clariana (CIL, XIII, 12723) ; Clarianus (CIL, XIII, 12723 ; Desbat 1984, 78) ; Clariani (CIL, XIII, 12723) ; Clarianumada (CIL, XIII, 12723) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XIII, 12723). 42. Saint-Romain-en-Gal : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19). 43. Sainte-Colomhe-lès-Vienne : Clariana (CIL, XII, 5679 20) ; [Clar]iana C[.]S (CIL, XII, 5679, 21) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XII, 5679 22).Savoie : 44.Aime : Clariani (Rémy et al 1996 [CAG, 73], 97, n° 006). 45. Aix-les-Bains : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19) ; Clariana (CIL, XII, 5679, 20) ; Clarianus A Deci Alpin (CIL, XII, 5679, 22) ; Clarianumada (CIL, XII, 5679,24). 46. Arbin : Clariana (D'Oncieu de la Batie 1882,311). 47. Cognin : Claria[.. (Pernon 1977, 24). 48. La Ravoire : Clarianus (Rémy et al. 1996 [CAG, 73], 187, n° 213). 49. Sonnaz : Clarianus (CIL, XII, 5679, 19).Haute-Savoie : 50. Faverges : Clarianac (Renseignement A. Piccamiglio) ; Clariana (Renseignement A. Piccamiglio).Vaucluse : 51. Apt (Verguet 1974, 244). 52. Avignon (Verguet 1974, 244). 53. Beaumont-du-Ventoux : Clarianus (Verguet 1974, 247). 54. Bédoin : [Cl]ari[an (Renseignement Fr. Trial, C. Richarté). 55. Carpentras : Clarianus (Verguet 1974, 240). 56. Entrechaux : Clarianus (Verguet 1974, 248). 57. Orange : Clarianus (Verguet 1974, 240 ; Bellet et al 1985, 323). 58. Roaix : Clarianus (Benoit 1977, 62). 59. Séguret (Meffre 1992, 154). 60. Vaison-la-Romaine : Clarian (Verguet 1974, 242 ; Sautel 1926, 482 ; Sautel 1942, 161-162) ; Clarianus (Sautel 1926,480-483 ; Jacob et al 1990, 285) ; Clariana (Verguet 1974, 243) ; Clarianus A Deci Alpin (Verguet 1974, 243-246 ; Sautel 1926, 481) ; Clarianumada (Verguet 1974, 247). 61. Villedieu (Meffre 1990, 154). 62. Violès : Clarian (Meffre 1992, 154).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9609/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search