Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

8. Les briquettes

Texte intégral

8. 1. Présentation générale

1Les briquettes ont une forme quadrangulaire et des dimensions variables, mais toujours modestes. Disposées de champ et en chevrons (opus spicatum), elles forment des sols d'aspect relativement fruste, mais très solides et résistant à l'usure (fig. 104). Seule l'utilisation qui en est faite dans les thermes de la Plate-Forme à Fréjus diffère des autres bâtiments.

8. 2. Les briquettes dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

  • 285 Dans certains cas, toutes les mesures ne sont pas connues car, du fait de la bonne conservation du (...)

2Les briquettes sont un matériau relativement fréquent dans certains édifices thermaux285. Le critère retenu est celui de leurs dimensions.

Fig. 104 : Restitution d'un sol de briquettes disposées en opus spicatum (dessin A. Bouet).

3Ces sols ne sont pas l’apanage des thermes et on les retrouve dans d’autres espaces non thermaux. Il ne s’agit pas ici d’en faire un recensement exhaustif.

  • 286 Le sol étant intact, il est impossible d'obtenir toutes les dimensions de la brique.
  • 287 Voir note précédente.

Note286286
Note287287

4On connaît également en Narbonnaise un certain nombre d'ateliers en ayant fabriqué.

  • 288 Poids moyen 127 grammes.

Note288288

8. 3. Quelques réflexions sur la répartition des briquettes dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

  • 289 Nous n'avons tenu compte que des éléments en place, des ateliers de production ou des contextes dat (...)

5Les briquettes ne sont pas très courantes sur les sites de la Gaule Narbonnaise289 (fig. 105). Elles n'ont pas été particulièrement utilisées dans les thermes où elles peuvent couvrir des sols de pièces comme des fonds de bassin. Leur emploi pour les revêtements de parois les détourne de leur destination première car elles ont été conçues à l'origine pour les surfaces horizontales. Elles y sont présentes essentiellement au ier s. p.C., dès la première moitié, mais surtout à l'époque flavienne ; ceci est dû au fait que les thermes sont plus nombreux à la fin du siècle qu'au début. Les bains présentant ce type d’aménagements sont plus rares au siècle suivant avec seulement le cas du Palais du Miroir de Saint-Romain-en-Gal. Sur les sites non thermaux, les revêtements de ce type sont encore plus anciens, dès le ier s. a.C. à Narbonne et Vieille-Toulouse et au tout début du ier s. p.C. à Fréjus. Même constatation avec les ateliers de production dont les plus anciens sont augustéens et la plupart des autres du ier s. p.C. L'atelier de Sallèles d'Aude produit des briquettes seulement au iiie s. p.C.

  • 290 Autre exemple probablement dans la Maison 1 du Parc aux Chevaux à Bibracte où un opus spicatum date (...)
  • 291 Dimensions des briquettes : 10 x 5 x 2,8 cm.
  • 292 Les sols des portiques sont recouverts de mosaïque (Loustaud 1988. 109).
  • 293 Benoit 1977, 85. Sur les problèmes de datation concernant cet édifice, voir paragraphe 7. 3. 2. 3.

6L'emploi des briquettes paraît évoluer entre le ier s. a.C./ier s. p.C. et le iie s. A l'origine, on les trouve dans des espaces importants290 (bassins et sols de pièces thermales, bassins de péristyle) mais, d'aspect assez fruste, elles tendent à être remplacées par des placages de pierre ou de marbre au iie s. Les briquettes disparaissent alors des espaces importants au profit de lieux secondaires ou utilitaires où on les utilise pour leur robustesse et leur grande facilité de mise en place. Si tel est le cas dans le portique des Thermes du Palais du Miroir et pour les entrepôts de Marseille, on retrouve le même phénomène dans les thermes de la Place des Jacobins à Limoges. En effet, la palestre de 1000 m2, à l'origine recouverte de sable, a été réaménagée à l'époque d'Hadrien par la mise en place d'un opus spicatum291 devant compter plus d'un demi-million de briquettes292. L'auteur note la même utilisation des briquettes dans les Grands Thermes de la Villa Hadriana à Tivoli. Les Thermes de l'Est de Cimiez à Nice (Alpes-Maritimes) présentent aussi un revêtement d'opus spicatum autour de la natatio293.

Fig. 105 : Carte de répartition des briquettes en Gaule Narbonnaise. 1. Blagnac 2. Boutenac 3. Ceilhes-et-Rocozels 4. Fontès 5. Fréjus 6. L'Isle-sur-Dodon 7. Loupian 8. Marseille 9. Martres-Tolosane 10. Meynes 11. Mireval-Lauragais 12. Narbonne 13. Orange 14. Puissalicon 15. Saint-Julien-de-Peyrolas 16. Saint-Just 17. Saint-Marcel-sur-Aude 18. Saint-Romain-en-Gal 19. Sallèles d'Aude 20. Seyssel 21. Vaison-la-Romaine 22. Vandoeuvres 23. Vieille-Toulouse.

Notes

285 Dans certains cas, toutes les mesures ne sont pas connues car, du fait de la bonne conservation du sol. il est impossible de mesurer la largeur de la briquette.

286 Le sol étant intact, il est impossible d'obtenir toutes les dimensions de la brique.

287 Voir note précédente.

288 Poids moyen 127 grammes.

289 Nous n'avons tenu compte que des éléments en place, des ateliers de production ou des contextes datés. Il est sûr que les prospections livrent des sites comportant de tels éléments. Ne pouvant pas être datés précisément, ils n'ont que peu d'intérêt pour notre étude. Ainsi les travaux menés dans le Vaisonnais ont livré dix sites, soit 3,70 % de l'ensemble (Meffre 1992, 172).

290 Autre exemple probablement dans la Maison 1 du Parc aux Chevaux à Bibracte où un opus spicatum date des années 25/20 a.C. (Goudineau & Peyre 1993, 70-71).

291 Dimensions des briquettes : 10 x 5 x 2,8 cm.

292 Les sols des portiques sont recouverts de mosaïque (Loustaud 1988. 109).

293 Benoit 1977, 85. Sur les problèmes de datation concernant cet édifice, voir paragraphe 7. 3. 2. 3.

Table des illustrations

Légende Fig. 104 : Restitution d'un sol de briquettes disposées en opus spicatum (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Note286286Note287287
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9603/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Note288288
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9603/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 105 : Carte de répartition des briquettes en Gaule Narbonnaise. 1. Blagnac 2. Boutenac 3. Ceilhes-et-Rocozels 4. Fontès 5. Fréjus 6. L'Isle-sur-Dodon 7. Loupian 8. Marseille 9. Martres-Tolosane 10. Meynes 11. Mireval-Lauragais 12. Narbonne 13. Orange 14. Puissalicon 15. Saint-Julien-de-Peyrolas 16. Saint-Just 17. Saint-Marcel-sur-Aude 18. Saint-Romain-en-Gal 19. Sallèles d'Aude 20. Seyssel 21. Vaison-la-Romaine 22. Vandoeuvres 23. Vieille-Toulouse.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9603/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search