Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

7. Les briques

Texte intégral

1Nous ne prendrons en compte ici que les briques – quadrangulaires, carrées, circulaires ou semi-circulaires – employées pour la construction des hypocaustes, en excluant celles formant dans les parois des lits plus ou moins épais ou des parements complets dans la région toulousaine.

Fig. 80 : Carte de répartition des fusées céramiques en Gaule du Sud. 1. Agde 2. Antibes 3. Fréjus 4. Gruissan 5. Hyères-les-Palmiers, Olbia 6. Limoges 7. Montredon-des-Corbières 8. Saint-Cyr-sur-Mer 9. Saint-Raphäel 10. Servian 11. Trans-en-Provence.

7. 1. Les briques quadrangulaires

7. 1. 1. Présentation générale

  • 206 Traité d'Architecture, 2.3.3.

2Ces briques, de forme quadrangulaire, sont réalisées à l’aide d'un moule. Les auteurs n'évoquent pas la présence de tels éléments dans les hypocaustes. Seul Vitruve206, au sujet des briques utilisées à son époque, mentionne la brique lydienne d'un pied et demi sur un pied, mais il n'est pas alors question de thermes.

7. 1. 2. Les briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise

3Les briques quadrangulaires sont relativement peu fréquentes dans les thermes de Gaule Narbonnaise, du fait de leurs dimensions généralement importantes qui les rendent fragiles. Elles sont souvent fragmentées et. de ce fait, il est difficile de distinguer leur forme et. par conséquent, de les mesurer. Les critères retenus concernent leur emplacement dans les hypocaustes, leur diamètre, leur épaisseur, la présence de signes distinctifs et la datation.

  • 207 La fonction des espaces est présentée sous forme abrégée : cald. = caldarium ; sol. solium ; tepi :(...)
  • 208 Les pilettes étaient constituées de briques cassées en deux.

Note207207
Note208
208

7. 1. 3. Quelques réflexions sur les briques quadrangulaires

7. 1. 3. 1. L'emploi des briques quadrangulaires dans les hypocaustes

4Dans un hypocauste, les briques quadrangulaires sont placées à des endroits particuliers. Dans la plupart des exemples, elles recouvrent le radier sur lequel reposent les pilettes. En effet, ces dernières sont disposées régulièrement, selon un quadrillage à mailles carrées. La forme quadrangulaire des briques recouvrant le radier n'est pas une gêne ; elles sont d'ailleurs remplacées sur plusieurs sites (Caumont-sur-Durance, Thermes du Nord de Vaison-la-Romaine) par des tegulae aux rebords brisés.

  • 209 Nous restons dubitatif au sujet des briques mesurant seulement 29,5 x 22 cm de la Maison du Buste e (...)

5Plus étonnante est la présence de briques quadrangulaires supportant la suspensura. En effet, chaque brique devait reposer aux angles sur une pilette. Leur forme implique donc que les pilettes soient disposées selon une maille quadrangulaire. Il faut bien avouer que nous n'avons pas trouvé d'exemples d'une telle disposition dans les édifices dont nous possédons un relevé de détail. Nous n'avons pas ce document pour les bâtiments dans lesquels elles sont mentionnées (La Grange à Genève, Ancien Hôpital à Vienne)209. Nous ne savons pas également si toutes les briques formant la suspensura avaient les mêmes dimensions où s’il ne s'agissait que d'une minorité (celles situées le long des parois ?).

  • 210 Dans le premier exemple, les briques sont coupées en deux.

6Rare est également l'emploi de ces briques dans les pilettes. Si tel est le cas dans la villa de Gramont à Colomiers ou dans la Maison des Messii de Vaison-la-romaine210, ailleurs elles se trouvent à des endroits particuliers, qu'il s'agisse de supporter une charge plus importante que la normale (bassins des Thermes des Lutteurs de Saint-Romain-en-Gal, des Thermes du Centre de Saint-Michel-du-Touch à Toulouse) ou de renforcer un espace plus sollicité par un passage fréquent (proximité de la porte dans le bâtiment de Balaruc-les-Bains). Il s'agit, dans ces cas, d'un renforcement des pilettes carrées traditionnelles.

7. 1. 3. 2. Les dimensions

  • 211 Goulpeau 1988, 97.

7Nous sommes confronté ici au problème déjà soulevé par L. Goulpeau quant au manque de précision de certaines mesures211. Pour cette raison, nous avons, chaque fois que possible, mesuré tous les éléments à notre disposition. Nous n'avons pu toutefois retenir que dix-sept mesures qui ne fournissent pas un échantillonnage suffisant pour en extrapoler les données (fig. 83). La plupart d'entre eux ont un rapport longueur/largeur proche de 4/3. Neuf autres briques sont relativement voisines de la brique lydienne telle qu'évoquée par Vitruve, à savoir un pied sur un pied et demi. D'autres dimensions antiques se retrouvent, mais le nombre d'individus est restreint : 1 pied sur 2 pieds (une mesure), 4 paumes sur 3 paumes (une mesure), 8 paumes sur 7 paumes (1 mesure).

Fig. 81 : Les briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise. a : Annecy, Clos Pouget (d'après plan général H. Laubacher). b-e : Arles, Thermes de Constantin (dessins A. Bouet).f : Châteauneuf, Les Boissons, g : Genève, La Grange (dessins A. Bouet).

Fig. 82 : Les briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise. a : Saint-Martin d'Uriage, Uriage. b : Saint-Rémy-de-Provence, Glanum et Saint-Romain-en-Gal. Thermes des Lutteurs, c : Seyssel. Albigny-Condion, Thermes B. d : Toulouse, Saint-Michel-duTouch, Thermes du Centre, e : Vaison-la-Romaine, Thermes du Nord, f : Vaison-la-Romaine, Thermes du Sud. g-h : Vaison-la-Romaine, Maison du Buste en Argent, i : Vaison-la-Romaine, Maison des Messii. j : Vienne, Ancien Hôpital (dessins A. Bouet).

  • 212 Voir, ci-dessous, paragraphe 10. Le manque d’homogénéité des briques portant une même marque a déjà (...)
  • 213 Voir paragraphe 7. 3. 1.

8Pour certaines de ces briques, une même provenance est envisagée : tel est le cas des quatre variantes de la marque Clarianus. Bien que les exemples soient peu nombreux, on ne note pas de dimensions communes. Ces marques peuvent correspondre à des époques différentes, bien que toutes à placer dans le iie s. p.C.212. En revanche, on peut faire le constat inverse pour les briques caractérisées par une encoche de préhension en forme de croissant. Les exemples d'Annecy et Seyssel ont des dimensions voisines. A celles-ci, il faut ajouter les briques de Saint-Romain-de-Jalionas non retrouvées dans l'hypocauste mais formant les parois des salles chauffées des thermes. Elles ont la même marque caractéristique et des dimensions proches (28 x 42 cm). Les éléments de Seyssel et d'Annecy sont contemporains – deuxième moitié ou fin du ier s. p.C. –, ceux de Saint-Romain-de-Jalionas appartiennent à un bâtiment du ive s., mais ils y sont probablement en remploi, comme les briques rondes des pilettes estampillées Clarianus213 Ils pourraient être contemporains des bâtiments précédents ; tous ont pu avoir été produits par un même atelier.

  • 214 De Filippo & Rico 1997. Les pilettes (20 x 34) du solium des Thermes du Centre de Saint-Michel-du-T (...)

9L'étude menée sur les briques employées dans les édifices de Toulouse a montré qu'il existait, dès le début du ier s. p.C., une évolution des dimensions qui ne correspondent pas à celles mentionnées par les auteurs antiques. Si le fanum de Vieille-Toulouse du ier s. a.C. utilise des briques lydiennes, le rempart est construit au début de notre ère à l'aide de briques de 36/38 x 22/24 cm et les édifices postérieurs – à partir du milieu du siècle – sont construits avec un module plus restreint de 32 x 20 cm214. Il n'est donc pas étonnant, sur l'ensemble de la Narbonnaise et sur une période chronologique aussi longue, de constater une aussi grande diversité.

7. 1. 3. 3. La répartition géographique des briques quadrangulaires en Narbonnaise

10La carte de répartition des briques quadrangulaires n'est pas significative en elle-même, et ce pour plusieurs raisons (fig. 84). Comme dit précédemment, les exemples recensés sont minoritaires par rapport à ceux ayant existé, les autres – fragmentaires – ne pouvant pas être reconnus. D'autre part, elles sont utilisées à différents endroits dans l'hypocauste, ce qui brouille toute tentative de répartition géographique. On peut toutefois noter que ces briques sont très peu abondantes dans les hypocaustes par rapport à celles carrées.

Fig. 83 : Les dimensions des briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

7. 1. 3. 4. L'époque de production

11Les remarques précédentes sont valables ici aussi. Du fait du peu d'éléments considérés, les conclusions doivent être relativisées. On note que les bâtiments appartiennent pour la plupart au Haut-Empire (dès l'époque flavienne à Colomiers). Les Thermes de Constantin témoignent toutefois de l'emploi de briques quadrangulaires au ive ou ve s. p.C.

Fig. 84 : Carte de répartition des briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise.

7. 2. Les briques carrées215

7. 2. 1. Présentation générale

  • 216 Traité d'Architecture, 5.10.2.
  • 217 Traité d'Architecturc, 2.3.3.
  • 218 Traité d'Agriculture 39.2.
  • 219 De diversis fabricis architectonicae, 16.

12Les briques de forme carrée, fabriquées au moule, sont mentionnées par les auteurs anciens. Vitruve216 décrivant la construction d'un hypocauste, précise que le radier doit être recouvert de briques d'un pied et demi de côté (sesquipedales) (fig. 85). Les pilettes (bessales) doivent avoir deux tiers de pied de côté et être surmontées d’une suspensura formée de briques de deux pieds de côté (bipedales). Ailleurs, le même auteur217, évoquant les briques employées à son époque, mentionne deux types carrés appelés par les Grecs le pentadoron – de cinq paumes de côté – et le tetradoron de quatre paumes. Palladius218 et Faventinus219 au sujet de l'hypocauste, donnent dans l'ensemble les mêmes dimensions que Vitruve, qu'ils copient d’ailleurs.

Fig. 85 : Les briques carrées chez Vitruve (A. Bouet).

7. 2. 2. Les briques carrées en Gaule Narbonnaise

13Les briques de ce type sont très courantes en Gaule Narbonnaise. Nous avons retenu comme traits caractéristiques, hormis l'emplacement dans l'hypocauste, les dimensions et l'épaisseur ainsi que la présence de marques.

  • 220 Les thermes datent probablement du ive s. p.C. (Bouet 1996, II, 27-30). Il s'agit donc, selon toute (...)
  • 221 Voir étude ci-dessous.

Note220220
Note221
221

  • 222 Voir étude ci-dessous.

Note222222

  • 223 Voir étude ci-dessous.

Note223223

  • 224 Voir étude ci-dessous.

Note224224

  • 225 L'étude archéomagnétique a montré que les pilettes en place lors de l'abandon des thermes (fin du i (...)

Note225225

  • 226 Ces briques peuvent remonter à l'état 1 (deuxième moitié du ier s. p.C.). Elles auraient alors été (...)

Note226226

7. 2. 3. Quelques réflexions sur les briques carrées en Gaule Narbonnaise

7. 2. 3. 1. La répartition géographique

  • 227 Voir paragraphe 7. 3.

14Les briques carrées sont présentes dans toute la Gaule Narbonnaise (fig. 86). Il s'agit du matériau de base le plus répandu dans les thermes. Aucune région ne peut être individualisée, même celles où les briques rondes sont fréquentes227. Ceci tient au fait que, lorsque les pilettes sont constituées de briques rondes, les carrées se trouvent dans la suspensura.

7. 2. 3. 2. L'emploi des briques carrées dans les hypocaustes

  • 228 Voir paragraphe 7. 2. 3. 3.

15Les briques carrées sont utilisées dans les hypocaustes à différents endroits. L'immense majorité — composée des éléments les plus petits, autour de 20 à 25 cm228 — forment le corps des pilettes (fig. 87a). Autour de 30 cm, elles constituent également des pilettes, mais à des endroits où la charge est plus importante (supports de bassin). Le plus souvent, elles sont utilisées pour leur base ou leur couronnement. Ce mode de composition est fréquent, à l'exception de la villa de Saint-Hermentaire à Draguignan, lorsque le support est rond (villa du Domaine des Clarettes aux Arcs-sur-Argens) (fig. 87b). L'élément carré sommital assurait une transition entre la pilette et la brique de suspensura et donnait une meilleure assise au sol suspendu en réduisant la portée entre deux supports. On rencontre parfois le même aménagement sur des pilettes carrées (fig. 87c). Plus rarement, celles-ci sont surmontées d'un véritable chapiteau constitué de briques superposées par taille croissante. L'exemple le plus complexe est sans aucun doute celui de l'hypocauste de Gières

Fig. 86 : Carte de répartition des briques carrées en Gaule Narbonnaise. 1. Aigues-Vives 2. Aix-en-Provence 3. Aix-les-Bains 4. Aix-en-Diois 5. Alba-la-Romaine 6. Annecy 7. Annecy-le-Vieux 8. Arbin 9. Arles 10. Les Arcs-sur-Argens 11. Aurons 12. Balaruc-les-Bains 13. Bédoin 14. Béziers 15. Blagnac 16. Cannes 17. Castanet-Tolosan 18. Caumont-sur-Durance 19. Cavalaire 20. Cazères 21. Ceilhes-et-Rocozels 22. Chancy 23. Châteauneuf 24. Cognin 25. Coudoux 26. La Croix-Valmer 27. Digne-les-Bains 28. Eyguières 29. Faverges 30. Flassan 31. Fréjus 32. La Garde 33. Gaujac 34. Genève 35. Gières 36. Gigondas 37. Gilly 38. Gordes 39. Grenade 40. Hyères-les-Palmiers, Olbia 41. I.'lsle d'Abeau 42. Lattes 43. Laudun 44. Lespignan 45. Loupian 46. Lunel-Viel 47. Magalas 48. Mandelieu-La Napoule 49. Martigues 50. Martres-Tolosane 51. Les Martys 52. Montélimar 53. Montferrand 54. Mornas 55. Narbonne 56. Nîmes 57. Nissan-lez-Ensérune 58. Orange 59. Les Pennes-Mirabeau 60. Peyriac-de-Mer 61. Peyriac-Minervois 62. Puissalicon 63. Rennes-les-Bains 64. Riez 65. La Roquebrussanne 66. Saint-Denis 67. Saint-Julien-de-Peyrolas 68. Saint-Laurent-de-Carnols 69. Saint-Martin d'Uriage 70. Saint-Paul-lès-Romans 71. Saint-Paul-lèz-Durance 72. Saint-Raphaël 73. Saint-Rémy-de-Provence, Glanum 74. Saint-Romain-de-Jalionas 75. Saint-Romain-en-Gal 76. Sainte-Colombe-lès-Vienne 77. Sauvian 78. Sermérieu 79. Seyssel 80. Taradeau 81. Tavel 82. Toulouse 83. Tourves 84. Vaison-la-Romaine 85. Vers-Pont-du-Gard 86. Vienne 87. Villetelle, Ambrussum 88. Vitrolles.

  • 229 Bruhl 1958, 378.
  • 230 Degbomont 1984, 99-101.

16(Isère) où les pilettes (20 à 24 cm de côté) sont surmontées chacune de six briques de 32 cm de côté et d'une de 45 cm229 (fig. 87d). Une telle composition est unique en Gaule Narbonnaise, mais on la rencontre ailleurs230.

Fig. 87 : Les différents types de pilettes en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

7. 2. 3. 3. Les dimensions

17Comme pour les briques quadrangulaires, on est confronté ici au problème évoqué précédemment des mesures fournies par les publications tendant à globaliser l'ensemble des données. De plus, si les briques des pilettes sont généralement retrouvées entières, ce n'est pas toujours le cas pour les éléments plus gros qui, cassés à l'instar des briques quadrangulaires, ne peuvent pas être mesurés.

  • 231 Sont exclus les trois sites qui font l'objet ci-dessous d'une étude particulière.

18En fonction des mesures que nous avons pu réaliser, il apparaît nettement que les briques ne sont réellement carrées que pour un pourcentage très faible. Dans la plupart des cas, il existe une différence entre les deux côtés d'un même élément pouvant atteindre 1 à 1,5 cm. Cette constatation infirme l'impression première donnée par le diagramme des briques comprises entre 17 et 25 cm ; en effet, sur les quatre-vingt-cinq unités retenues231, quarante-six sont strictement carrées (fig. 88). L’étude des briques variant de 25 à 65 cm est encore plus nette (fig. 89). Ce phénomène a pour cause la tendance globalisante dénoncée ci-dessus. La plupart de ces mesures sont tirées des publications ; celles qui s'écartent de cette norme proviennent de relevés personnels...

19Délaissant un instant les briques les plus petites – celles qui sont inférieures à 25 cm – on peut noter que les mesures se répartissent en trois catégories. La première comprend celles mesurant environ 1 pied de côté, d'autres avoisinant un pied et demi (le tetradoron de Vitruve), les dernières enfin 2 pieds (la bipedalis de Vitruve). Ces dernières sont les plus courantes, car elles servent à la construction de la suspensura. Les mesures antiques précises ne se retrouvent presque jamais. Ainsi, celles annoncées de deux pieds au carré s'échelonnent en fait de 58,5 cm à 64 cm de côté avec, il est vrai, une majorité située entre 59,5 et 60 cm. On pourrait faire le même constat pour les briques de 1 pied de côté. L'écart est encore plus large pour celles de 1 pied et demi. L'explication s'en trouve pour une bonne part, dans la difficulté pour le potier d'anticiper le retrait de l'argile dû au séchage et à la cuisson, afin d'obtenir un produit fini correspondant aux mesures antiques. L’épaisseur des briques varie également de 4,5 à 8 cm ; dans la majorité des cas, elle est voisine de 5 cm.

Fig. 88 : Les dimensions des briques carrées (17 à 25 cm) en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

Fig. 89 : Les dimensions des briques carrées (25 à 65 cm) en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

  • 232 C'est ce qu'avait déjà remarqué L. Goulpeau (Goulpeau 1988, 101).

20Les briques pour pilettes (les bessales de Vitruve) varient de 17,5 cm à 24 cm de côté232. Même constat que précédemment : on ne trouve pas de mesures antiques précises, qu'il s'agisse des deux tiers de pied ou des trois paumes. On note toutefois une densification des nuages de points du graphique lorsque l'on tend vers elles. Celle-ci est d'ailleurs bien plus importante vers les deux tiers de pied, même si une majorité de points est comprise entre les deux dimensions antiques.

  • 233 Goulpeau 1988, 98.

21Nous avons pu réaliser une série de mesures sur des pilettes provenant de trois ensembles thermaux : quarante-trois briques ont été prises en compte dans le tepidarium des Thermes du Nord d'Olbia à Hyères-les-Palmiers (Var), quatre-vingt-sept dans les Thermes B de Saint-Vincent à Gaujac (Gard), vingt-et-une dans le caldarium des thermes 1 de la villa Saint-Pierre 1 à Eyguières, état 2, (Bouches-du-Rhône). Dans tous les cas, les briques strictement carrées sont exceptionnelles et, comme l'avait déjà noté L. Goulpeau233, leurs dimensions sont très variables au sein d'une même pilette. A Olbia (fig. 90), l'immense majorité est comprise entre 21 et 22 cm, ce qui tend à les assimiler à des éléments de deux tiers de pied de côté. A Gaujac (fig. 91), les différences sont plus grandes puisqu’elles varient de 20 à 25 cm, même si la moitié environ se situe entre 23,3 et 24,3 cm. A Eyguières enfin (fig. 92), à l'exception de trois éléments, les mesures tournent autour de 23 à 23,5 cm. Dans ces trois ensembles on peut faire le même constat : plus la durée d'utilisation d'un édifice thermal est longue, plus les écarts dans les dimensions des briques sont grands. L’écart est réduit à Olbia où l'édifice, construit à l'époque tibérienne, est abandonné à la fin du ier s. p.C. ou au début du siècle suivant, une seule phase de travaux ayant été probablement réalisée à l'époque flavienne. Il l'est également à Eyguières où l'état 2 des thermes est mis en place à la fin du IVe s. ou au début du Ve s. et abandonné dans la seconde moitié de ce même siècle. Même si l'on admet que les briques de l'état 2 proviennent (pour partie ?) du démantèlement des hypocaustes de l'état 1, la fourchette chronologique remonte seulement à la fin du iiie s. p.C. En revanche, les thermes de Gaujac – où les écarts de dimensions sont les plus importants – sont fréquentés du milieu du ier s. p.C. à la première moitié du iiie s. avec, au moins, trois états visibles dans l'architecture. Il est donc probable que chaque campagne de travaux dans l'édifice a vu un apport de nouvelles briques destinées à remplacer plus ou moins complètement les hypocaustes détériorés. Les nouvelles n'avaient pas exactement les mêmes dimensions que les anciennes.

Fig. 90 : Les dimensions des briques carrées des Thermes du Nord d'Olbia à Hyères-les-Palmiers (A. Bouet).

Fig. 91 : Les dimensions des briques carrées des Thermes B de Saint-Vincent à Gaujac (A. Bouet).

Fig. 92 : Les dimensions des briques carrées des thermes de la villa Saint-Pierre 1 à Eyguières (A. Bouet).

22Les épaisseurs sont également très variables puisqu'elles oscillent entre 3 et 6 cm. La moyenne tourne toutefois autour de 4,5 cm. Dans deux cas seulement, elles sont supérieures à 6 cm : 8 cm à Genève, 9,5 à 10 cm à Gaujac. Il s'agit de briques de double épaisseur par rapport à celles ordinairement employées. Dans les hypocaustes de la villa de La Vautubière à Coudoux par exemple, les pilettes sont constituées, pour certaines, de briques épaisses de 6 cm, pour d'autres, de 3 cm. A Gaujac, les briques de 9.5 à 10 cm d'épaisseur sont le double de celles généralement employées de 4,5 à 5 cm. Dans ce cas, les plus épaisses ne forment pas des pilettes distinctes mais elles sont, au contraire, mêlées aux autres. Présentes uniquement dans le laconicum des thermes, elles appartiennent probablement à un remaniement de l'hypocauste. La longueur de leurs côtés varie de 21 à 22 cm.

23Au terme de cette étude, peut-on discerner une évolution chronologique dans les mesures des briques carrées pour pilettes ? Si l'on se fonde sur les trois exemples d'Olbia, Eyguières et Gaujac, la réponse pourrait être affirmative. A Olbia, site le plus ancien, les briques sont plus réduites qu'à Eyguières où la construction est de l'Antiquité tardive. A Gaujac où le bâtiment est fréquenté pendant trois siècles, on retrouve un échantillonnage plus large. On aurait ainsi un agrandissement des briques de pilettes vers l'Antiquité tardive. Cependant, il est clair que le nombre de bâtiments retenus est trop peu abondant pour pouvoir en tirer un quelconque enseignement et les autres ne confirment pas forcément cette évolution linéaire. D'autre part, on peut également émettre l'hypothèse, non pas d'une évolution chronologique, mais d’une répartition spatiale. Les Thermes de l'Est de Lunel-Viel (Hérault), datés de la deuxième moitié du ier s. p.C., ont des briques comprises entre 19,5 et 20,5 cm de côté. Celles des bains de la villa de Pataran à Aigues-Vives (Gard), distants de quelques kilomètres seulement du monument précédent, ont les mêmes dimensions. Les thermes sont pourtant construits à la fin du iiie s. p.C. et sont fréquentés jusqu'au Ve s. Seule la multiplication de ce type d'exemples pourrait apporter quelques certitudes.

7. 2. 3. 4. L'époque de production

24Les briques carrées sont utilisées durant toute l'époque romaine. Elles sont présentes dans les premiers thermes dont on peut avoir le plan et les mesures jusque dans les derniers datés du Ve s. (Thermes de Constantin en Arles). Il est impossible de distinguer une période où elles auraient été moins employées.

7. 3. Les briques rondes

  • 234 De diversis fabricis architectonicae, 16.

25Ces briques, de forme circulaire, sont fabriquées à l’aide d’un moule. Si Vitruve ou Palladius, qui décrivent la construction des hypocaustes, ne mentionnent pas leur existence, en revanche Faventinus précise que les pilettes doivent être constituées de tels éléments de huit pouces de diamètre234. Les vestiges archéologiques témoignent de leur présence exclusivement pour l’élaboration de pilettes (fig. 93).

7. 3. 1. Les briques rondes en Gaule Narbonnaise

26Les critères retenus concernent le diamètre de la brique, son épaisseur et la présence possible d’une marque.

Fig. 93 : Restitution d'une pilette circulaire (dessin A. Bouet).

  • 235 Les thermes sont mis en place au ive s. p.C. Ces pilettes sont donc probablement remployées.
  • 236 Il s'agit d'un cas hypothétique car n'ont été retrouvées sur le radier de l'hypocauste que les trac (...)
  • 237 Ces briques sont retaillées dans des briques carrées (voir ci-dessus).

Note235235
Note236
236
Note237
237

27On peut mentionner également quelques découvertes sur des sites qui n'ont pas livré de structures de thermes avérées.

7. 3. 2. Quelques réflexions sur les briques rondes

7. 3. 2. I. Les dimensions

28Les considérations faites au sujet du manque de précision de certaines mesures des briques carrées ou quadrangulaires sont également valables pour les circulaires, avec toutefois la remarque qu'elles ne présentent que deux dimensions : diamètre et épaisseur.

  • 238 Ce qui correspond à la mesure donnée par Faventinus.
  • 239 Goulpeau 1988. 106-107.

29Les quelques observations qui suivent n’ont pas valeur de généralité car l'échantillonnage sur lequel elles s’appuient est bien trop modeste (fig. 94). Sur les vingt-deux diamètres recensés, douze tournent autour des deux tiers de pied (19,7 cm)238 avec une marge d'erreur de plus ou moins 3,55 %. Cinq sont proches de trois paumes (22,2 cm), avec une marge d’erreur de plus ou moins 3,15 %. On note également que le seul exemplaire – qui provient de la villa de Sauvian – correspondant au millimètre près aux trois paumes n’a pas été moulé mais retaillé dans une brique carrée ; ceci témoigne de l’emploi de la paume chez les maçons. Dans les autres cas, la marge d'erreur vient du fait que les briquetiers ne peuvent que calculer empiriquement le retrait de l’argile lors de son séchage, pour obtenir un produit fini présentant des mesures rondes. On est ici en présence des mêmes dimensions que celles relevées par L. Goulpeau au sujet des briques carrées239. Les diamètres qui n'entrent pas dans ces deux catégories sont en nombre réduit et il est délicat, en présence d'un seul élément, de trouver la mesure adoptée, 18,5 cm aux Arcs-sur-Argens (deux paumes et deux pouces ?), 25 cm à Olbia (trois paumes et un pouce ?), 27 cm à Saint-Romain-de-Jalionas (trois paumes et trois pouces ?), d’autant plus qu'elle est – au moins dans le cas d'Olbia – plus ou moins approchante. Les épaisseurs varient de 3,9 à 6 cm avec une proportion importante à 5 cm (cinq mesures).

Fig. 94 : Les diamètres des briques rondes en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

  • 240 Voir ci-dessous paragraphe 10.

30Il s’avère impossible de tenter des rapprochements entre les dimensions et les lieux géographiques, comme il est impossible de saisir une évolution dans le temps. Même les briques marquées Clarianus – dont on est sûr qu’elles proviennent d'une seule fabrique ou d’un seul groupement de fabriques et qu’elles sont d'une même époque, qui, au demeurant, couvre un siècle240 – ont des dimensions différentes, de 20 cm à Vaison-la-Romaine à 27 cm à Saint-Romain-de-Jalionas en passant par 22 cm à Carpentras.

7. 3. 2. 2. La répartition géographique des briques rondes en Narbonnaise

  • 241 La limite occidentale est à l'heure actuelle donnée par le site de Bellegarde (Gard) où une découve (...)
  • 242 Benoit 1977. Voir les commentaires sur la datation de ces édifices paragraphe 7. 3. 2. 3
  • 243 Peut-être s'étend-elle au-delà, en Italie, comme pourrait en témoigner l'alternance de briques rond (...)
  • 244 Ceci semble être confirmé par le recensement des sites effectué par G. Baccrabère dans le Toulousai (...)
  • 245 L'autre est carrée.

31La carte de répartition des pilettes rondes en Gaule Narbonnaise appelle certains commentaires (fig. 95). Le nombre d'édifices thermaux ayant livré ce matériau est peu important, une trentaine tout au plus. Deux larges zones d’implantation peuvent être distinguées. La première s'étend de l'extrémité du Languedoc oriental à la Provence et à la Côte d'Azur : délimitée au nord par Vaison-la-Romaine (Vaucluse) et Laudun (Gard)241, elle se prolonge jusqu'à Fréjus (Var). Le site de Cimiez à Nice (Alpes-Maritimes) a livré trois ensembles balnéaires dont les hypocaustes étaient en grande partie réalisés à l'aide de telles briques242. Bien que hors de la Narbonnaise, il participe probablement de la même aire d'utilisation de ces matériaux qui s'étend ainsi au-delà de la province prise en compte243. La vallée du Rhône en forme donc, dans l'état actuel de la recherche, la limite occidentale244. Autre aire de diffusion, la partie septentrionale de la Narbonnaise, entre Vienne (Isère) à l'ouest et Seyssel (Isère) et Gilly (Savoie) à l'est. Partout ailleurs, qu'il s'agisse du Languedoc, du Roussillon ou du Toulousain, les hypocaustes n'ont livré aucun élément de ce type, à l'exception toutefois de la villa de La Domergue à Sauvian ; il s'agit cependant d'un cas particulier et isolé. Les briques d'une des deux seules pilettes retrouvées dans l'hypocauste245 n'avaient pas originellement une forme ronde ; celle-ci a été obtenue par retouches de briques carrées abondantes sur le site.

  • 246 Les bâtiments de Cimiez appartiennent à cette aire.

32Les briques rondes ont pu être utilisées de diverses façons dans les pièces chauffées. La première concerne les hypocaustes réalisés en intégralité avec de tels éléments. Seul, le sommet ou la base de la pilette peut être formé d'une brique carrée. Ceci ne veut pas dire que tous les systèmes de chauffe d’un même établissement sont constitués de briques rondes. On peut trouver ainsi, côte à côte, un hypocauste à briques rondes et un autre à briques carrées. On rencontre de tels aménagements dans les deux salles des thermes de l’Enclos Milhaud à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), à L'Almanarre à Hyères-les-Palmiers (Var), sous le solium des Bouvettes à Tavel (Gard), dans le tepidarium de l’Ancien Hôpital à Vienne (Isère). Même chose dans les deux pièces chauffées de la villa du Domaine des Clarettes aux Arcs-sur-Argens (Var), dans une du Grand Sonailler à Aurons (Bouches-du-Rhône), dans le tepidarium ( ?) du Clos de Serre à Caumont-sur-Durance (Vaucluse), dans une salle des Lecques à Saint-Cyr-sur-Mer (Var), dans le laconicum de La Clémensanne à Taradeau (Var), dans la Maison aux Cinq Mosaïques de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) et dans celle du Secteur de l'École Lafayette à Toulon (Var). Autre cas plus hypothétique, les Thermes 3 de la Plate-Forme à Fréjus (Var). L'exemple le plus complet est sans aucun doute celui de la villa de Saint-Hermentaire à Draguignan (Var) où toutes les pilettes du tepidarium, du laconicum et du caldarium sont en briques rondes. Sur certains sites, les pilettes peuvent être alternativement rondes et carrées selon un plan préétabli. Ailleurs, l’emploi de briques rondes est ponctuel, correspondant plus au hasard d'un achat ou d'un arrivage de matériaux qu'à une volonté délibérée des maçons. Pour la plupart des sites, il est impossible de définir le cas de figure dans lequel on se trouve, faute de renseignements précis autres que leur simple mention (Faverges, Gordes, Saint-Romain-de-Jalionas, Sauvian). Les thermes du Bord de Mer d'Olbia, du Camp de César à Laudun, des Thermes du Palais de Vienne et de la villa du Nant des Martins à Gilly pourraient appartenir à la première série. En revanche, le site de La Brunette à Orange, par le petit nombre d’éléments retrouvés par rapport aux briques carrées, appartient au second, comme la plupart des édifices de Vaison-la-Romaine (Thermes du Centre, Maison du Buste en Argent). Le bâtiment qui illustre le plus nettement la deuxième possibilité d’emploi, est assurément celui des Thermes B de Seyssel où les briques carrées de l’état 1 ont été réutilisées à l’état 2. En raison de leur insuffisance en nombre, elles ont été complétées par des briques rondes qui forment une quinzaine de pilettes. toutes situées dans l’angle sud-ouest du tepidarium. Au terme de l’examen de la constitution des pilettes d'hypocauste, il apparaît que les édifices dans lesquels sont employées le plus massivement les briques circulaires se concentrent pour la plupart au sud de la Durance, à l’exception de Tavel et de Caumont246.

Fig. 95 : Carte de répartition des briques rondes en Gaule Narbonnaise. 1. Aix-en-Provence 2. Aix-les-Bains 3. Annecy 4. Les Arcs-sur-Argens 5. Aurons 6. Bellegarde 7. Carpentras 8. Caumont-sur-Durance 9. Draguignan 10. Faverges 11. Fréjus 12. Gilly 13. Gordes 14. Hyères-les-Palmiers, Olbia 15. Laudun 16. Orange 17. Saint-Cyr-sur-Mer 18. Saint-Romain-de-Jalionas 19. Saint-Romain-en-Gal 20. Sauvian 21. Seyssel 22. Taradeau 23. Tavel 24. Toulon 25. Vaison-la-Romaine 26. Vienne.

  • 247 Diamètre : 21,2 cm, épaisseur : 7 cm.
  • 248 Laubenheimer 1990, 103-105.
  • 249 Diamètre : 19 cm ; épaisseur : 6,5 cm. Voir Le Ny 1992, II. 439.

33La répartition géographique des briques rondes en Narbonnaise trouve-t-elle confirmation dans celles des ateliers de production ? Leurs découvertes sont en fait en nombre très limité. Dans l’atelier de Sallèles d’Aude, des briques circulaires ont bien été produites, mais en très petite quantité si l’on compare le seul exemplaire retrouvé247 aux quarante-trois briques carrées mises au jour248. Une production est également mentionnée dans l’atelier des Tuileries à Laurens (Hérault)249. Ces deux sites étant proches, on peut se demander s’ils ne témoignent pas de l’existence d'une petite zone de diffusion, dont la villa de Sauvian – elle aussi voisine – avec ses pilettes rondes taillées dans des briques carrées pourrait avoir subi l’influence. On peut également émettre l’hypothèse – certes moins probable – que ces éléments n’étaient pas utilisés dans la construction des hypocaustes mais pour la réalisation de colonnes.

  • 250 Diamètre : 30 cm, épaisseur : 4,5 cm (Blanc 1980, 8). Les fouilleurs les interprètent comme des élé (...)
  • 251 Gruat et al. 1992, 104.
  • 252 Diamètre : 17,5 cm ; épaisseur 6,8 cm. Diamètre : 18,5 cm ; épaisseur : 6 cm. Diamètre : 18/19 cm ; (...)
  • 253 Diamètre : 19,5 cm ; épaisseur : 5 cm.
  • 254 Diamètre : 19,3 cm : épaisseur : 5 cm.
  • 255 Diamètre : 20 cm ; épaisseur : 4,7/4,8 cm. Voir Pauc 1982, 109-110.

34En revanche, au nord et à l’ouest de la Narbonnaise, on retrouve à nouveau des briques pour pilettes rondes. Le but n’est pas ici d’en faire un recensement exhaustif, mais on peut mentionner toutefois qu’elles ont été produites dans les ateliers de Sommard à Saint-Martin Laguépie (Tarn)250, des Poujols à Laissac (Aveyron)251, de Carrade à Cajarc (Lot)252 et qu'elles se retrouvent à plusieurs endroits sur des sites de Cahors (Le Couvent, Bonnefont, Mayrinhac-Lentour)253 à La Molayrette Basse (Flaugnac)254 et Pelissié (Lalbenque)255.

7. 3. 2. 3. L'époque de production

35Il convient maintenant de s'interroger sur l’époque de production de ces briques circulaires. Comme pour les autres matériaux, fixer leur date d’apparition ou d’emploi dans les systèmes de chauffage n’est pas aisé car, même s’il est parfois possible d'attribuer un hypocauste à un état, rien ne dit qu'il n’a pas été édifié lors d’une phase de travaux ayant touché uniquement la suspensura et n'ayant donc laissé aucune trace archéologique. On en est ainsi réduit à définir deux termini, un terminus post quem correspondant à l’état architectural, un terminus ante quem lié à l’abandon de l'édifice. L’emploi des briques se place entre ces deux dates.

  • 256 Gruat et al. 1992, 106.
  • 257 Voir paragraphe 2. 3. 4.

36La présence de marques Clarianus sur plusieurs briques rondes témoignent de leur existence au iie s. p.C. Sur d’autres sites, tels Seyssel, Tavel ou peut-être Saint-Romain-en-Gal. qui ont subi des travaux au iie s. et sont abandonnés au siècle suivant, il est raisonnable de penser que les briques remontent également à cette époque. Existe-t-il des arguments permettant d’envisager une production dès le ier s. p.C. ? L’hypocauste du laconicum des thermes de la villa de La Clémensanne à Taradeau est formé, dans l'état 1. de pilettes circulaires. La pièce a été détruite dès l'état 2 et les briques remployées à d'autres usages. L’édifice est mis en place à l’époque flavienne et abandonné au milieu du siècle suivant, ce qui permet de situer leur date d'apparition dans la deuxième moitié du ier s. p.C. Ceci est confirmé par les deux hypocaustes, identiques, de la villa voisine du Domaine des Clarettes aux Arcs-sur-Argens qui a été occupée entre la fin du ier s. p.C. et le milieu du siècle suivant. Autre argument a silentio : tous les thermes édifiés entre le début et le milieu du ier s. p.C. qui sont abandonnés dans la deuxième moitié du siècle ou au plus tard au début du iie s., ne présentent jamais de briques rondes (Thermes de Montfau à Magalas [début du ier s. p.C.], Thermes du Nord d'Olbia [époque tibérienne], Thermes de l’Est de Lunel-Viel [vers 50-60 p.C.]). A cela, on pourrait objecter qu’ils ne se situent pas dans des zones de forte présence de ce type de briques. Or, tel n’est pas le cas pour les Thermes du Nord d'Olbia qui se placent dans une zone de ce type et dont le site a livré d'autres bâtiments – probablement postérieurs – qui en sont pourvus. Il faut donc admettre que les briques rondes pour pilettes apparaissent dans la deuxième moitié du ier s. p.C. Il est impossible, pour l'instant, d’être plus précis. Peut-être s’agit-il de la fin du siècle si l’on se fonde sur la villa des Arcs dont la date de mise en place est mieux située que celle de la villa de Taradeau. D’autres éléments, hors Narbonnaise, viennent confirmer cette datation. Le four de Poujols à Laissac (Aveyron) a produit des briques circulaires dans la deuxième moitié du ier s. p.C.256. On ne trouve pas, en revanche, de tels éléments dans les fours d’époque augustéenne, mais il est vrai que les briques carrées en sont, elles aussi, bien souvent absentes. Dernier élément enfin : nous n'avons pas trouvé, ni à Pompéi ni à Herculanum, de briques d’hypocauste circulaires, y compris dans les Thermes du Centre en construction lors de l’éruption. Est-ce la preuve de la non existence de ces matériaux à cette époque ? Nous avons toutefois vu que, en matière de tubuli257 au moins, les cités campaniennes n'étaient pas à la pointe de l'innovation.

  • 258 Monturet & Rivière 1986, 48, 57, 73.
  • 259 Fouet 1969, 139.
  • 260 Fouet 1972, 87. Le site n'est pas un sanctuaire mais une villa (Bouet 1997-1998).
  • 261 Lauffray et al. 1973, 146.
  • 262 Lauffray 1969.

37La date d'apparition étant fixée, il faut tenter de situer maintenant celle de la fin de la production. Ici. plus de difficulté, car les indices chronologiques sont moins fiables et moins nombreux. Pour le iiie s., on ne connaît pas d'autres hypocaustes présentant des pilettes carrées que celui de la villa de Saint-Loup à Mornas (Vaucluse). Il existe bien quelques sites datés de façon générale des iie et iiie s., des iiie et ive s. ou des iiie et ve s. mais on ne peut les prendre en compte ici du fait de leur chronologie trop lâche. A Aix-les-Bains, les briques rondes sont postérieures aux briques carrées datées du IIe s. Elles peuvent donc remonter à ce siècle (peut-être la fin) ou être postérieures. L’échantillon de Narbonnaise est bien trop minime pour se prononcer. Nous reviendrons sur cette période plus tard. En ce qui concerne le IVe s., on ne connaît pas d’hypocaustes nouvellement construits renfermant des briques rondes. Même constatation pour les édifices du siècle suivant. Les thermes de la villa du Grand Plan à Saint-Romain-de-Jalionas, datés des ive et ve s., présentent bien des pilettes rondes, mais les marques Clarianus montrent qu'elles remontent au IIe s. et qu'elles sont ici en remploi. Restent toutefois les villae de Caumont et de Gordes à la chronologie lâche. Toutes deux sont occupées dès le ier s. p.C. et un remploi de matériaux plus anciens n’est peut-être pas à exclure. En conclusion, nous pensons – à titre d’hypothèse – que les briques rondes ne sont plus fabriquées à partir du ive s. Certains indices complémentaires peuvent être tirés de l'Aquitaine qui possède de nombreuses constructions de l'Antiquité tardive. Dans les thermes de la villa de Séviac à Montréal (Gers), aucune pilette n'est constituée de briques rondes et ce, à quelque époque que ce soit258. Dans la villa de Lassales de Montmaurin (Haute-Garonne), de telles briques sont signalées dans la deuxième villa datée du milieu du ive s. p.C.. mais le fouilleur reconnaît que, déjà présentes dans le premier édifice, il pourrait s'agir d'un remploi259. Dans la villa de La Hillère toujours à Montmaurin, contemporain de la deuxième villa étudiée précédemment, l'hypocauste de la salle chauffée ne comprenait que des briques carrées260. Dans la villa de l'Aribère deus Glisias à Lalonquette (Pyrénées-Atlantiques), la suspensura du tepidarium est bien soutenue par des pilettes rondes, mais la pièce, toujours existante au ive s., remonte au Haut-Empire261. Absence également pour les ensembles thermaux de la Demeure des Abbés et de Barat-de-Vin à Sorde-l'Abbaye (Landes), de Las Hies à Jurançon (Pyrénées-Atlantiques)262. Ces quelques éléments peuvent confirmer l'impression qui se dégage de la Narbonnaise.

  • 263 Benoit 1977, 69.
  • 264 Benoit 1977, 81.
  • 265 Benoit 1977, 56-58. Autre indice indiquant l'absence de briques rondes au ve s. A l’emplacement des (...)
  • 266 Desbat 1992.
  • 267 CIL, XII, 7979-7980 : Laguerre 1975, 23-25.
  • 268 Benoit 1977, 80.
  • 269 La littérature concernant cette marque est abondante : voir entre autres, pour la Gaule, Fédière 19 (...)

38Il reste toutefois le problème du IIIe s. Si l’on quitte la Narbonnaise, la question d’une production de briques rondes à cette époque ne se pose pas a priori sur le site de Cimiez à Nice. En effet, les trois ensembles thermaux présentent tous des pilettes circulaires. L’édifice le plus ancien, les Thermes du Nord, possède des briques carrées. Lors des transformations postérieures qui voient l’agrandissement des pièces chaudes, ce sont des briques rondes qui sont employées263. Les deux autres bâtiments, les Thermes de l'Est et les Thermes de l’Ouest, postérieurs, ont tous des briques circulaires264. Le fouilleur date le premier édifice du début du iiie s. et les deux autres du milieu de ce même siècle265. Les critères de datation retenus sont pour le moins discutables. Le premier prend en compte les chaînages de briques des parements, longtemps considérés comme caractéristiques de l'Antiquité tardive, mais dont on sait depuis l'étude d’A. Desbat qu'ils existent en Gaule dès le début du ier s. p.C.266. Dans les Thermes du Nord, l’auteur considère comme un élément de datation la présence d’un Grand Bronze de Marc-Aurèle retrouvé dans la couche d’effondrement du frigidarium. Celui-ci ne fournit qu'un terminus post quem pour l’abandon du monument. Autre indice, la découverte des fragments de deux inscriptions datées de 198 (Septime Sévère et Caracalla) dans les Thermes de l’Est267. Contrairement à ce que prétend le fouilleur, elles ne font pas état de la construction ou de la restauration de deux baignoires de marbre ; elles y sont placées en remploi et forment une partie du revêtement. Aussi elles permettent simplement d'affirmer que les bains étaient en fonctionnement au début du iiie s. et n'apportent pas de preuve sur la date de construction. Même réflexion d’ailleurs au sujet de la monnaie de Philippe l'Arabe (244-249) découverte sur le radier d'hypocauste du laconicum du même édifice. Celle-ci a pu être perdue lors du dernier nettoyage de la chambre de chaleur et ne fournit donc qu’un terminus post quem pour l'abandon. Dernier élément enfin, la découverte de plusieurs briques de suspensura marquées MARI268 qui étaient rattachées au iiie s., mais dont on sait maintenant que la production remonte à la deuxième moitié du ier s. p.C.269.

  • 270 Bouet 1996, 1. 408-413.
  • 271 Bouet 1998, 114.
  • 272 Voir paragraphe 4. 4.

39Au terme de ces quelques réflexions, on se rend compte qu’aucune des preuves avancées par l’auteur n’autorise une datation des thermes de Cimiez au iiie s. D’autre part, le contexte régional montre que cette époque voit la disparition de nombreux bains et qu’aucun nouvel édifice d’envergure n’est construit270. Le site de Cimiez apparaîtrait ainsi comme un unicum, ce qui est, somme toute, assez peu probable. La chronologie du fouilleur est en revanche acceptable, à savoir que les Thermes du Nord sont les plus anciens des trois ensembles balnéaires. Ils succèdent à un bâtiment public antérieur mal connu, construit en petit appareil – probablement un campus271 – daté, selon le fouilleur, de la fin du ier s. p.C. Cette datation repose sur la forme des joints liant les pierres du parement. Des sondages ont été pratiqués au pied de la paroi ; à partir d’eux, sommairement décrits et sans stratigraphie publiée, il est difficile de se faire une idée précise. Cependant, au vu du matériel archéologique, rien se s'oppose à dater plus précocement ce premier édifice (époque augustéenne ?). Reste à prendre en compte les trois ensembles balnéaires. Rien ne va à l’encontre d’une datation des Thermes du Nord à la fin du ier s. p.C. ou au début du siècle suivant si l’on se fonde sur la présence de briques claveaux à tenons et mortaises qui n'apparaissent pas avant cette époque272. Les Thermes de l’Est et de l'Ouest sont postérieurs, probablement du IIe s. sans précision, alors que le premier édifice est agrandi. Les trois bains fonctionnent encore au début du iiie s. et sont abandonnés au milieu de ce siècle ou dans sa deuxième moitié, comme le montre la monnaie de Philippe l’Arabe. Il apparaît donc que Cimiez n'est pas le site prouvant indubitablement une production de briques rondes au iiie s. Ces dernières remontent plus probablement au siècle précédent.

  • 273 Les propos de Faventinus sont la preuve que des briques circulaires étaient toujours fabriquées dan (...)

40En guise de conclusion, nous pensons que la production de briques circulaires a débuté en Gaule Narbonnaise dans la deuxième moitié du ier s. p.C., peut-être à la fin du siècle. Le iie s. correspond à la grande époque de leur diffusion. Celle-ci s’est peut-être prolongée plus ou moins longtemps dans le iiie s. sans pouvoir être plus précis. Nous pensons en revanche qu’elles ne sont plus produites, au moins dans la région273, au ive s.

7. 3. 2. 4. Pourquoi des briques rondes pour pilettes ?

41Une question reste en suspens : celle de la nécessité ressentie par les maçons de l’emploi de briques rondes plutôt que carrées, pourtant produites plus anciennement. Quel avantage supplémentaire offraient les premières sur les secondes ? Nous en sommes réduit à quelques supputations. La facilité du transport ? Une plus grande facilité de manipulation ? La réponse est négative. Au contraire, dans un chargement, seules les briques carrées permettent un comblement optimum, les rondes entraînent une perte de volume.

42A noter que. dans la plupart des hypocaustes, les pilettes sont utilisées dans des pièces possédant un praefurnium, donc bénéficiant de la température la plus élevée. Par exemple, dans la villa de La Clémensanne à Taradeau, les pilettes rondes se situaient dans le laconicuni, pièce la plus intensément chauffée. Ailleurs, ce n’est pas toujours le cas : ainsi à Tavel où. si les pilettes du solium, certes directement soumises à la chaleur d’un foyer sont rondes, celles du laconicum, espace pourtant plus chauffé, sont carrées. D’autre part, on peut citer quelques cas minoritaires où de telles pilettes sont disposées dans des pièces moins chaudes, à savoir sans foyer, comme dans les villae du Domaine des Clarettes aux Arcs-sur-Argens et de Saint-Hermentaire à Draguignan.

43Par leur absence d’angle, la présence d’une tranche uniforme et lisse, les briques rondes pourraient avoir été considérées comme plus résistantes et moins soumises aux dégradations thermiques que les carrées aux angles fragiles.

7. 4. Les demi-briques rondes

7. 4. 1. Présentation générale

44Certaines pilettes sont réalisées à l'aide de deux demi-briques rondes juxtaposées. Ecartons l’idée du simple partage d’une brique circulaire. Il s’agit, bien au contraire, d’une production spécifique, distincte de la précédente. Afin d’assurer l’homogénéité de la pilette, les joints sont disposés perpendiculairement d'une assise sur l'autre (fig. 96).

Fig. 96 : Restitution d'une pilette constituée de demi-briques rondes (dessin A. Bouet).

7. 4. 2. Les demi-briques rondes en Gaule Narbonnaise

45Nous avons retenu comme critères, le diamètre et l'épaisseur de la brique ainsi que la présence ou non d'une estampille.

  • 274 L'une d'elle a un diamètre de 27 cm.
  • 275 Rougier 1988. 100-101.

46A ces exemples, il faut peut-être ajouter les quatre briques semi-circulaires274 conservées dans les réserves du musée archéologique d'Aoste (Isère) que J. Rougier275 interprète comme des éléments d'hypocauste.

7. 4. 3. Quelques réflexions sur les demi-briques circulaires en Gaule Narbonnaise

  • 276 Chauvel & Wuilleumier 1936, 89.

47Ces éléments utilisés pour l'édification de pilettes ne sont pas nombreux en Gaule Narbonnaise. A l'exception des thermes d'Uriage, ils ont été découverts anciennement. De plus, aucun élément ne peut être daté précisément. Les pilettes rondes d’Aix-les-Bains sont postérieures à celles carrées du iie s., sans précision. Elles semblent constituées essentiellement de demi-briques, mais pour certaines aussi, de briques entières, si l'on en croit les documents photographiques276. Avec l’exemple du Palais du Miroir de Saint-Romain-en-Gal qui date peut-être de la deuxième moitié du IIe s., on pourrait avoir un indice de datation pour la mise en œuvre de ces briques. Il convient toutefois de rester prudent.

48Les cinq découvertes se situent dans la même région, le nord de la province (fig. 97). Il s'agit donc d'une technique de construction propre à cette aire géographique ; il est d'autant plus dommageable d'ignorer si les constructions sont ou non contemporaines. La répartition de ces éléments les situe parfaitement dans une des deux zones d’utilisation des briques circulaires. L’emploi des demi-briques n’est en fait qu’une variante de celle des briques rondes.

Fig. 97 : Carte de répartition des briques semi-circulaires utilisées comme pilettes en Gaule Narbonnaise.

  • 277 Sillières 1987,36.
  • 278 Manière 1971, 197.

49Les briques semi-circulaires sont plus fréquemment employées pour la construction de colonnes, comme dans les villae de Gramont à Colomiers (Haute-Garonne)277 et de Saint-Vincent de Couladère à Cazères (Haute-Garonne). L'atelier des Tambourets à Couladère en a produit278.

7. 5. Les briques de revêtement pariétal

  • 279 Les briques de Gaujac ont été retrouvées par J. Charmasson en 1974 et 1975.
  • 280 Le Ny et al. 1993, 105.
  • 281 Le Ny 1992, II. 169.

50On a retrouvé, dans un certain nombre de bâtiments thermaux – du reste peu nombreux –, des briques de revêtement pariétal. Certaines présentent un peignage ou un décor un peu plus élaboré qu'à l'accoutumée. Les thermes du Clos Saint-Antoine à Fréjus ont livré deux fragments de brique présentant un quadrillage plus ou moins régulier, l'un tracé à l'aide d'une pointe (fig. 98a), l'autre d’un doigt (?) ou d’une baguette (fig. 98b). Parfois, le peignage peut être plus recherché mais, en tout état de cause, il ne servait qu’à accrocher le mortier comme on peut le voir sur certaines briques des Thermes B de Saint-Vincent à Gaujac279 (fig. 99). Des exemples semblables sont cités dans l'atelier du Bas-Rouault à Tressé (Ille-et-Vilaine)280, dans la villa de Grosswald (Moselle), à Grosskrot-Zenburg (Allemagne), à Dormagen (Allemagne) et à Rheinzabern (Allemagne)281.

51Le laconicum et le caldarium des Thermes B de Gaujac ont livré un certain nombre d'éléments différant nettement des précédents. Sur certains, on distingue un peignage longitudinal dans la partie centrale et perpendiculaire à ses deux extrémités. A celui-ci, est surajoutée une série d'incisions organisées en quadrillages (fig. 100a) ou en lignes de même orientation que le peignage ou s’en différenciant (fig. 100b-d et 101a-c). Sur d’autres éléments, la surface est divisée en quatre triangles, chacun porteur d’incisions d’orientation différente (fig. 101d et 102a). Un dernier morceau présente un décor de rosace incisé (fig. 102b). Une série de trous irrégulièrement positionnés permettait de fixer la brique à la paroi à l'aide de clous. A signaler un élément original (fig. 102c) ; un fragment retaillé en brique de pilette présente un décor recherché, mais malheureusement incomplet ; la partie inférieure est formée par un maillage de stries verticales et horizontales ; le panneau supérieur est divisé par deux lignes incisées formant trois triangles. Chacun d'eux est rempli par un guillochis. Deux types de briques sont mis en évidence : certaines sont carrées et mesurent de 36 à 41 cm de côté, d'autres, quadrangulaires, ont 40 cm de haut et 20 cm de large. Toutes les épaisseurs sont de 2,5 cm. Certains fragments ont été retrouvés en remploi dans l'état 3, retaillés en pilette ou servant à l’obturation d'un conduit d'air chaud. Ils sont donc antérieurs et peuvent remonter à l'état 1 (milieu du ier s. p.C.) ou à l'état 2 (fin du ier s. p.C. ou début du siècle suivant). Gaujac apparaît, par le nombre et la variété de ses briques, comme un unicum en Gaule Narbonnaise.

  • 282 Les briques ne peuvent pas avoir servi de revêtement de sol car le décor est trop fragile et ne pré (...)

52La face décorée ne présente aucune trace de mortier, ce qui exclut l'hypothèse d'incisions destinées à une meilleure adhérence de l'enduit. L’organisation relativement complexe de celle-ci conforte cette idée. S’agit-il alors d'un simple décor282 ? Le petit nombre d’éléments peut faire penser qu'elles n'occupaient pas la totalité des parois mais couvraient, peut-être, simplement les plinthes ( ?). La présence des clous d'accrochage dont la tête restait visible, le peu de soin apporté globalement au travail, fait présumer une esthétique assez différente de la nôtre.

Fig. 98 : Fréjus. Clos Saint-Antoine : briques de revêtement pariétal (clichés A. Bouet).

Fig. 99 : Gaujac. Saint-Vincent, Thermes B : briques de revêtement pariétal (clichés A. Bouet).

Fig. 100 : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B : briques décorées (clichés A. Bouet).

Fig. 101 : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B : briques décorées (clichés A. Bouet).

Fig. 102 : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B : briques décorées (clichés A. Bouet).

53Enfin une brique présente de larges incisions disposées de façon symétrique (fig. 102d). Devait-elle seulement de façon particulièrement soignée faciliter l’accrochage du mortier, ou représente-elle un décor relativement simple ?

  • 283 Cailler & Bachofen 1922, 31.
  • 284 Le Ny 1992, I, 179.

54L'atelier de Chancy (Suisse) a livré des briques carrées de 30 cm de côté qui ont une décoration relativement recherchée réalisée au peigne, inspirée d'une certaine symétrie283 (fig. 103). La présence de deux petites échancrures sur deux côtés opposés de la brique témoigne de leur emploi dans l'édification des doubles parois maintenues par des bobines. Fr. Le Ny envisage l'hypothèse que le peignage relativement soigné devait être vu et participait donc au décor de la salle chauffée284.

Fig. 103 : Chancy : briques décorées servant à la construction de doubles parois maintenues par des bobines (Cailler & Bachofen 1922, 31).

Notes

206 Traité d'Architecture, 2.3.3.

207 La fonction des espaces est présentée sous forme abrégée : cald. = caldarium ; sol. solium ; tepi : tepidarium ; destr. = destrictarium ; laco. = laconicum. Lorsque cette fonction n’est pas connue, l'espace est appelé du terme général de pièce chauffée.

208 Les pilettes étaient constituées de briques cassées en deux.

209 Nous restons dubitatif au sujet des briques mesurant seulement 29,5 x 22 cm de la Maison du Buste en Argent et mentionnées par le chanoine Sautel comme faisant partie de la suspensura.

210 Dans le premier exemple, les briques sont coupées en deux.

211 Goulpeau 1988, 97.

212 Voir, ci-dessous, paragraphe 10. Le manque d’homogénéité des briques portant une même marque a déjà été relevé par A. Blanchet (Blanchet 1920, 207).

213 Voir paragraphe 7. 3. 1.

214 De Filippo & Rico 1997. Les pilettes (20 x 34) du solium des Thermes du Centre de Saint-Michel-du-Touch pourraient se rattacher à ce module. La datation de l'édifice s'accorde parfaitement avec la chronologie proposée par les auteurs.

215 Nous considérerons toujours comme carrées les briques qui possèdent quelques millimètres d'écart entre longueur et largeur.

216 Traité d'Architecture, 5.10.2.

217 Traité d'Architecturc, 2.3.3.

218 Traité d'Agriculture 39.2.

219 De diversis fabricis architectonicae, 16.

220 Les thermes datent probablement du ive s. p.C. (Bouet 1996, II, 27-30). Il s'agit donc, selon toute vraisemblance, d'un remploi.

221 Voir étude ci-dessous.

222 Voir étude ci-dessous.

223 Voir étude ci-dessous.

224 Voir étude ci-dessous.

225 L'étude archéomagnétique a montré que les pilettes en place lors de l'abandon des thermes (fin du iiie s.) remontent à la construction de l'édifice.

226 Ces briques peuvent remonter à l'état 1 (deuxième moitié du ier s. p.C.). Elles auraient alors été réutilisées à l'état 2.

227 Voir paragraphe 7. 3.

228 Voir paragraphe 7. 2. 3. 3.

229 Bruhl 1958, 378.

230 Degbomont 1984, 99-101.

231 Sont exclus les trois sites qui font l'objet ci-dessous d'une étude particulière.

232 C'est ce qu'avait déjà remarqué L. Goulpeau (Goulpeau 1988, 101).

233 Goulpeau 1988, 98.

234 De diversis fabricis architectonicae, 16.

235 Les thermes sont mis en place au ive s. p.C. Ces pilettes sont donc probablement remployées.

236 Il s'agit d'un cas hypothétique car n'ont été retrouvées sur le radier de l'hypocauste que les traces d'argile circulaires liant les pilettes. Celles-ci sont restituées par les fouilleurs tantôt circulaires, tantôt carrées. Il est plus probable, selon nous, qu'il s'agisse d'éléments circulaires.

237 Ces briques sont retaillées dans des briques carrées (voir ci-dessus).

238 Ce qui correspond à la mesure donnée par Faventinus.

239 Goulpeau 1988. 106-107.

240 Voir ci-dessous paragraphe 10.

241 La limite occidentale est à l'heure actuelle donnée par le site de Bellegarde (Gard) où une découverte ancienne fait état de briques rondes marquées Clariani (Louis 1941, 6)

242 Benoit 1977. Voir les commentaires sur la datation de ces édifices paragraphe 7. 3. 2. 3

243 Peut-être s'étend-elle au-delà, en Italie, comme pourrait en témoigner l'alternance de briques rondes et carrées dans le caldarium des thermes de Vintimille (Benoit 1977, 56).

244 Ceci semble être confirmé par le recensement des sites effectué par G. Baccrabère dans le Toulousain (Baccrabère 1983). L'auteur ne mentionne aucune brique ronde.

245 L'autre est carrée.

246 Les bâtiments de Cimiez appartiennent à cette aire.

247 Diamètre : 21,2 cm, épaisseur : 7 cm.

248 Laubenheimer 1990, 103-105.

249 Diamètre : 19 cm ; épaisseur : 6,5 cm. Voir Le Ny 1992, II. 439.

250 Diamètre : 30 cm, épaisseur : 4,5 cm (Blanc 1980, 8). Les fouilleurs les interprètent comme des éléments de colonnes. Leur diamètre est important par rapport aux briques de la Narbonnaise et une telle fonction n'est peut-être pas à exclure.

251 Gruat et al. 1992, 104.

252 Diamètre : 17,5 cm ; épaisseur 6,8 cm. Diamètre : 18,5 cm ; épaisseur : 6 cm. Diamètre : 18/19 cm ; épaisseur : 6,2/6,6 cm. Diamètre : 20 cm ; épaisseur : 6,8 cm. Voir Pauc 1982, 108.

253 Diamètre : 19,5 cm ; épaisseur : 5 cm.

254 Diamètre : 19,3 cm : épaisseur : 5 cm.

255 Diamètre : 20 cm ; épaisseur : 4,7/4,8 cm. Voir Pauc 1982, 109-110.

256 Gruat et al. 1992, 106.

257 Voir paragraphe 2. 3. 4.

258 Monturet & Rivière 1986, 48, 57, 73.

259 Fouet 1969, 139.

260 Fouet 1972, 87. Le site n'est pas un sanctuaire mais une villa (Bouet 1997-1998).

261 Lauffray et al. 1973, 146.

262 Lauffray 1969.

263 Benoit 1977, 69.

264 Benoit 1977, 81.

265 Benoit 1977, 56-58. Autre indice indiquant l'absence de briques rondes au ve s. A l’emplacement des Thermes de l’Ouest, furent construits une cathédrale paléochrétienne, un baptistère, ainsi qu'un petit ensemble balnéaire constitué d'une seule pièce chauffée. Son hypocauste est constitué exclusivement de briques carrées. S'il s’agit d’un remploi, les maçons ont lait un choix délibéré car ces briques sont bien plus rares (dans le premier état des Thermes du Nord uniquement) que les briques rondes présentes partout ailleurs, y compris dans les Thermes de l’Ouest désaffectés. S’il s’agit d'une production contemporaine de l'édifice, la volonté est toute aussi claire.

266 Desbat 1992.

267 CIL, XII, 7979-7980 : Laguerre 1975, 23-25.

268 Benoit 1977, 80.

269 La littérature concernant cette marque est abondante : voir entre autres, pour la Gaule, Fédière 1981, Il et Laubenheimer 1991, 246. Pour ces marques retrouvées en Espagne, voir Rico 1993 et 1995.

270 Bouet 1996, 1. 408-413.

271 Bouet 1998, 114.

272 Voir paragraphe 4. 4.

273 Les propos de Faventinus sont la preuve que des briques circulaires étaient toujours fabriquées dans l'Empire au IVe s.

274 L'une d'elle a un diamètre de 27 cm.

275 Rougier 1988. 100-101.

276 Chauvel & Wuilleumier 1936, 89.

277 Sillières 1987,36.

278 Manière 1971, 197.

279 Les briques de Gaujac ont été retrouvées par J. Charmasson en 1974 et 1975.

280 Le Ny et al. 1993, 105.

281 Le Ny 1992, II. 169.

282 Les briques ne peuvent pas avoir servi de revêtement de sol car le décor est trop fragile et ne présente pas de trace d’usure.

283 Cailler & Bachofen 1922, 31.

284 Le Ny 1992, I, 179.

Table des illustrations

Légende Fig. 80 : Carte de répartition des fusées céramiques en Gaule du Sud. 1. Agde 2. Antibes 3. Fréjus 4. Gruissan 5. Hyères-les-Palmiers, Olbia 6. Limoges 7. Montredon-des-Corbières 8. Saint-Cyr-sur-Mer 9. Saint-Raphäel 10. Servian 11. Trans-en-Provence.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Note207207Note208208
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 81 : Les briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise. a : Annecy, Clos Pouget (d'après plan général H. Laubacher). b-e : Arles, Thermes de Constantin (dessins A. Bouet).f : Châteauneuf, Les Boissons, g : Genève, La Grange (dessins A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 82 : Les briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise. a : Saint-Martin d'Uriage, Uriage. b : Saint-Rémy-de-Provence, Glanum et Saint-Romain-en-Gal. Thermes des Lutteurs, c : Seyssel. Albigny-Condion, Thermes B. d : Toulouse, Saint-Michel-duTouch, Thermes du Centre, e : Vaison-la-Romaine, Thermes du Nord, f : Vaison-la-Romaine, Thermes du Sud. g-h : Vaison-la-Romaine, Maison du Buste en Argent, i : Vaison-la-Romaine, Maison des Messii. j : Vienne, Ancien Hôpital (dessins A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 83 : Les dimensions des briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 84 : Carte de répartition des briques quadrangulaires en Gaule Narbonnaise.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 85 : Les briques carrées chez Vitruve (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Note220220Note221221
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Note222222
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Note223223
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Note224224
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Note225225
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Note226226
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 86 : Carte de répartition des briques carrées en Gaule Narbonnaise. 1. Aigues-Vives 2. Aix-en-Provence 3. Aix-les-Bains 4. Aix-en-Diois 5. Alba-la-Romaine 6. Annecy 7. Annecy-le-Vieux 8. Arbin 9. Arles 10. Les Arcs-sur-Argens 11. Aurons 12. Balaruc-les-Bains 13. Bédoin 14. Béziers 15. Blagnac 16. Cannes 17. Castanet-Tolosan 18. Caumont-sur-Durance 19. Cavalaire 20. Cazères 21. Ceilhes-et-Rocozels 22. Chancy 23. Châteauneuf 24. Cognin 25. Coudoux 26. La Croix-Valmer 27. Digne-les-Bains 28. Eyguières 29. Faverges 30. Flassan 31. Fréjus 32. La Garde 33. Gaujac 34. Genève 35. Gières 36. Gigondas 37. Gilly 38. Gordes 39. Grenade 40. Hyères-les-Palmiers, Olbia 41. I.'lsle d'Abeau 42. Lattes 43. Laudun 44. Lespignan 45. Loupian 46. Lunel-Viel 47. Magalas 48. Mandelieu-La Napoule 49. Martigues 50. Martres-Tolosane 51. Les Martys 52. Montélimar 53. Montferrand 54. Mornas 55. Narbonne 56. Nîmes 57. Nissan-lez-Ensérune 58. Orange 59. Les Pennes-Mirabeau 60. Peyriac-de-Mer 61. Peyriac-Minervois 62. Puissalicon 63. Rennes-les-Bains 64. Riez 65. La Roquebrussanne 66. Saint-Denis 67. Saint-Julien-de-Peyrolas 68. Saint-Laurent-de-Carnols 69. Saint-Martin d'Uriage 70. Saint-Paul-lès-Romans 71. Saint-Paul-lèz-Durance 72. Saint-Raphaël 73. Saint-Rémy-de-Provence, Glanum 74. Saint-Romain-de-Jalionas 75. Saint-Romain-en-Gal 76. Sainte-Colombe-lès-Vienne 77. Sauvian 78. Sermérieu 79. Seyssel 80. Taradeau 81. Tavel 82. Toulouse 83. Tourves 84. Vaison-la-Romaine 85. Vers-Pont-du-Gard 86. Vienne 87. Villetelle, Ambrussum 88. Vitrolles.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 87 : Les différents types de pilettes en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 88 : Les dimensions des briques carrées (17 à 25 cm) en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 89 : Les dimensions des briques carrées (25 à 65 cm) en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 90 : Les dimensions des briques carrées des Thermes du Nord d'Olbia à Hyères-les-Palmiers (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 91 : Les dimensions des briques carrées des Thermes B de Saint-Vincent à Gaujac (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 92 : Les dimensions des briques carrées des thermes de la villa Saint-Pierre 1 à Eyguières (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 93 : Restitution d'une pilette circulaire (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Note235235Note236236Note237237
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 94 : Les diamètres des briques rondes en Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 95 : Carte de répartition des briques rondes en Gaule Narbonnaise. 1. Aix-en-Provence 2. Aix-les-Bains 3. Annecy 4. Les Arcs-sur-Argens 5. Aurons 6. Bellegarde 7. Carpentras 8. Caumont-sur-Durance 9. Draguignan 10. Faverges 11. Fréjus 12. Gilly 13. Gordes 14. Hyères-les-Palmiers, Olbia 15. Laudun 16. Orange 17. Saint-Cyr-sur-Mer 18. Saint-Romain-de-Jalionas 19. Saint-Romain-en-Gal 20. Sauvian 21. Seyssel 22. Taradeau 23. Tavel 24. Toulon 25. Vaison-la-Romaine 26. Vienne.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 96 : Restitution d'une pilette constituée de demi-briques rondes (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 97 : Carte de répartition des briques semi-circulaires utilisées comme pilettes en Gaule Narbonnaise.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 98 : Fréjus. Clos Saint-Antoine : briques de revêtement pariétal (clichés A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 99 : Gaujac. Saint-Vincent, Thermes B : briques de revêtement pariétal (clichés A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 100 : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B : briques décorées (clichés A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 101 : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B : briques décorées (clichés A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 102 : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B : briques décorées (clichés A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 103 : Chancy : briques décorées servant à la construction de doubles parois maintenues par des bobines (Cailler & Bachofen 1922, 31).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9597/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search