Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

6. Les fusées céramiques

Texte intégral

6. 1. Présentation générale

  • 193 Rouquette 1991, 6.
  • 194 Voir les nombreux exemples présentés dans Wilson 1992.

1Les fusées céramiques sont également utilisées pour la réalisation de voûtes. Contrairement à certains auteurs193, nous les distinguons des vases étudiés précédemment, car leur filiation est loin d'être établie même s'ils avaient la même fonction. Elles sont formées d’un corps cylindrique ouvert à une extrémité (partie femelle) et terminé à l'autre par un goulot façonné par le potier (partie mâle). Les traces de tournage sont visibles sur le corps, ce qui donne un aspect cannelé plus ou moins prononcé à la paroi. Ces éléments étaient emboîtés les uns dans les autres, la partie mâle se fixant dans la partie femelle du suivant afin de constituer un arc de cercle (fig. 77). Leur juxtaposition formait une voûte qui servait de coffrage à la maçonnerie, à l'instar des cintres de bois. Les fusées céramiques ont été très fréquemment employées dans les voûtes des thermes194.

Fig. 77 : Schéma de mise en place d'une voûte en fusées céramiques (dessin A. Bouet).

6. 2. Les fusées céramiques en Gaule Narbonnaise

2Pour la Gaule Narbonnaise, il n'y a pas d'exemple de l'emploi certain de ces fusées en milieu thermal, les découvertes étant anciennes ou isolées. Tout au plus peut-on noter leur existence sur quelques sites ayant livré des bains. Les critères considérés, outre le nombre d'individus, sont la hauteur et le diamètre.

  • 195 Trouvaille non localisée précisément. Les travaux sont effectués à cette époque autour d'un puits m (...)
  • 196 Cet élément, qui se trouve dans une vitrine du musée du site, appartient à une collection privée qu (...)

Note195195
Ntote196
196

3D'autres fusées céramiques ont été découvertes en Gaule Narbonnaise sur des sites n'ayant pas livré de thermes.

Fig. 78 : Les fusées céramiques en Gaule Narbonnaise. a : Hyères-les-Palmiers, Olbia (De Poitevin De Maureillan 1907, pl. 21). b : Saint-Cyr-sur-Mer, Les Lecques (dessin A. Bouet). c-e : Fréjus, Clos de la Tour (dessins A. Bouet). f-j : Montredon-des-Corbières, Le Castelas (dessins C. Sanchez), k : Servian, Saint-Adrien (Espérou & Roques 1976, 7).

  • 197 L'exemplaire conservé dans les réserves du Musée Borély à Marseille (Bouches-du-Rhône) ne provient (...)

4On connaît enfin plusieurs sites sous-marins (épaves ou découvertes isolées) au large des côtes gauloises qui ont livré plusieurs éléments197.

  • 198 Les éléments d'Antibes ont aujourd'hui disparu du musée. Il ne nous a donc pas été possible de les (...)

Note198198

  • 199 Le Musée d'Aquitaine de Bordeaux (Gironde) possède une fusée céramique exposée dans une vitrine. La (...)

5Ailleurs en Gaule, les fusées céramiques sont extrêmement rares puisqu'on ne peut citer qu'un exemple dans l'état actuel de la recherche199.

  • 200 Ces éléments ont été découverts dans un puits très détruit. Les quelques céramiques retrouvées au f (...)

Note200200

6. 3. Quelques éléments de réflexion sur les fusées céramiques

  • 201 Wilson 1992.
  • 202 Scurati-Manzoni 1992.

6Les fusées céramiques ont déjà fait l'objet d'une étude monographique201 concernant l'ensemble de l'Empire romain, mais qui est loin d'être exhaustive pour la Gaule Narbonnaise. Elles pourraient avoir été créées en Grande-Grèce et en Sicile où le site de Morgantina en a livré des exemples datés du début du iiie s. a.C. Avec une longueur d'environ 70 cm, celles-ci se caractérisent par leur taille supérieure à celles postérieures. La technique semble être peu employée par la suite avant le iie s. p.C. On la retrouve cependant dans la Maison de Fabius Rufus (VII insula occidentalis 19) à Pompéi202, forcément antérieure à l'éruption du Vésuve, et à Doura Europos au milieu du ier s. p.C. L'emploi de ce matériau se multiplie à partir de la tin du iie s. p.C, en Afrique, à l'exception toutefois de la Maurétanie Tingitane où il semble beaucoup moins fréquent, en Sicile, en Italie. Il est toujours utilisé à l'époque tardive dans des bâtiments paléochrétiens des ve et vie s. p.C. Les fusées céramiques sont extrêmement rares en Orient et elles sont absentes de la Germanie. Quelques exemples sont répertoriés dans des forteresses de Bretagne où ils pourraient avoir été introduits au début du iiie s. p.C.

Fig. 79 : Les fusées céramiques en Gaule, a : Trans-en-Provence, Saint-Vincent (dessin A. Bouet). b : Agde, Musée de La Clape, Cap d'Agde (Rouquette 1991,8). c : Gruissan, Épave Mateille A (Solier 1981, fig. 59). d-f : Saint-Raphaël. Épave Dramont E (Santamaria 1995, 77). g-h : Limoges, Clinique Chénieux (Loustaud et al.. 36).

  • 203 Si l'élément des Lecques à Saint-Cyr-sur-Mer appartient à la villa, il pourrait être un peu plus an (...)

7Dans ce tableau général, comment apparaissent les découvertes de Gaule Narbonnaise ? Celles-ci se concentrent essentiellement sur la côte provençale, entre Saint-Cyr-sur-Mer (?) et Fréjus, mais il existe également une petite concentration dans la région de Narbonne (Sauvian, Montredon-des-Corbières) (fig. 80). Plus au nord, le matériau est quasiment inconnu, le cas de Limoges apparaissant aujourd'hui comme un unicum. Le grand vide constaté en Germanie pourrait donc s'étendre bien plus au sud. Cette répartition est également confirmée par les découvertes faites dans des gisements sous-marins, également fréquents tant le long des côtes provençales qu'au large de Narbonne. Les datations reconnues correspondent tout à fait à ce que l'on connaît par ailleurs, à savoir une expansion de cette technique durant l'Antiquité tardive, à Fréjus avant la fin du ive s. p.C., au ive/ve s. p.C. à Servian, au ve/vie s. p.C. à Trans-en-Provence203. Les découvertes sous-marines font partie de la même fourchette chronologique que celles terrestres, premier quart du ve s. p.C. pour l'épave Mateille A à Gruissan et deuxième quart pour celle Dramont E à Saint-Raphäel.

  • 204 Santamaria 1995, 191.
  • 205 Doit-on envisager une production locale pour les exemples de Limoges, à l'instar de ceux de Chester (...)

8Une question importante est celle de l'origine de ces matériaux. Étaient-il fabriqués en Gaule ou importés ? Aucune production n'est mentionnée par Fr. Le Ny dans les ateliers des Gaules, des Germanies et des provinces alpines. Leur répartition, essentiellement en bordure des côtes, démontre qu'ils étaient probablement importés par voie maritime. Ceci est confirmé par l'épave Dramont E qui provenait d'un port de l'actuelle Tunisie204, région où les fusées sont très abondantes, et peut-être par celle Mateille A dont le mobilier céramique est africain205.

Notes

193 Rouquette 1991, 6.

194 Voir les nombreux exemples présentés dans Wilson 1992.

195 Trouvaille non localisée précisément. Les travaux sont effectués à cette époque autour d'un puits moderne du site (découverte de tombes paléochrétiennes), à l'emplacement du port antique, au pied de la muraille orientale et dans les thermes de L'Almanarre à l’est d'Olbia (découverte d’un dallage de marbre). Il est possible que la découverte ait été réalisée sur le dernier emplacement.

196 Cet élément, qui se trouve dans une vitrine du musée du site, appartient à une collection privée qui mêle objets découverts aux environs et d'origine lointaine (Grèce). Sa provenance locale n'est pas garantie.

197 L'exemplaire conservé dans les réserves du Musée Borély à Marseille (Bouches-du-Rhône) ne provient pas de la région, mais de l'Epave Lavezzi VI en Corse (Bebko 1971, 43).

198 Les éléments d'Antibes ont aujourd'hui disparu du musée. Il ne nous a donc pas été possible de les dessiner.

199 Le Musée d'Aquitaine de Bordeaux (Gironde) possède une fusée céramique exposée dans une vitrine. La provenance locale de cet élément n'est pas garantie. Renseignement A. Ziegle.

200 Ces éléments ont été découverts dans un puits très détruit. Les quelques céramiques retrouvées au fond évoquent la première moitié du ier s. p.C. Les fusées peuvent être bien postérieures.

201 Wilson 1992.

202 Scurati-Manzoni 1992.

203 Si l'élément des Lecques à Saint-Cyr-sur-Mer appartient à la villa, il pourrait être un peu plus ancien car celle-ci est abandonnée au iiie s. p.C. Il reste en suspens le problème de la datation des fusées de Limoges.

204 Santamaria 1995, 191.

205 Doit-on envisager une production locale pour les exemples de Limoges, à l'instar de ceux de Chester, Grande-Bretagne (Wilson 1992, 120)?

Table des illustrations

Légende Fig. 77 : Schéma de mise en place d'une voûte en fusées céramiques (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Note195195Ntote196196
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 78 : Les fusées céramiques en Gaule Narbonnaise. a : Hyères-les-Palmiers, Olbia (De Poitevin De Maureillan 1907, pl. 21). b : Saint-Cyr-sur-Mer, Les Lecques (dessin A. Bouet). c-e : Fréjus, Clos de la Tour (dessins A. Bouet). f-j : Montredon-des-Corbières, Le Castelas (dessins C. Sanchez), k : Servian, Saint-Adrien (Espérou & Roques 1976, 7).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Note198198
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9594/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Note200200
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9594/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 79 : Les fusées céramiques en Gaule, a : Trans-en-Provence, Saint-Vincent (dessin A. Bouet). b : Agde, Musée de La Clape, Cap d'Agde (Rouquette 1991,8). c : Gruissan, Épave Mateille A (Solier 1981, fig. 59). d-f : Saint-Raphaël. Épave Dramont E (Santamaria 1995, 77). g-h : Limoges, Clinique Chénieux (Loustaud et al.. 36).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9594/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search