Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

4. Les briques claveaux

Texte intégral

4. 1. Présentation générale

  • 140 Fincker 1986.
  • 141 Benoit 1977,61.

1Certaines briques claveaux – à tenons et encoches – ont déjà fait l'objet, il y a quelques années, d'une étude technique140 sur laquelle nous ne reviendrons pas. Elles ont des formes variables, rectangulaires ou trapézoïdales. Certaines possèdent uniquement deux tenons disposés à une extrémité, d'autres deux à cet endroit et. à l'autre extrémité, deux mortaises. Le centre de la brique est parfois évidé (fig. 47). Témoignage de leur emploi comme claveau, la plupart ont un profil en coin plus ou moins prononcé selon la taille des pièces à couvrir. Quelle que soit la forme des briques, la voûte est toujours construite de la même façon. Elle se compose d'arcs parallèles équidistants. L'espace entre chacun d'eux est obturé, selon la forme des claveaux par une ou deux séries de briques plates reposant sur les mortaises et/ou sur les tenons (fig. 48). Le mode d'accrochage de ces arcs aux parois de la pièce peut être aisément reconstitué à partir des Thermes du Nord de Cimiez à Nice qui conservent encore une très belle élévation. Toute une série d'entailles au profil curviligne – hautes de 150 cm, larges de 35 à 45 cm, profondes de 35 cm à la base et distantes d'environ 35 cm les unes des autres – est aménagée au sommet de la paroi (fig. 49a). Ces emplacements reçoivent chacun un arc141. Le même dispositif est visible – bien qu'en partie masqué par des restaurations – sur la face nord des thermes de la Porte d'Orée à Fréjus constitué par le mur d'une pièce froide, probablement le, frigidarium (fig. 49b).

4. 2. Les briques claveaux en Gaule Narbonnaise et dans ses environs

2Il est possible d'établir un classement selon la forme des briques claveaux, qui traduit des fonctions différentes. Les critères retenus sont la hauteur et la largeur hors tenons de l'élément, son épaisseur à la base et au sommet ainsi que les dimensions de l'ouverture située dans le corps de la brique lorsqu'il y en a une.

3Groupe 1 : les briques claveaux à tenons.

  • 142 Pauc 1982. 150.
  • 143 Pauc 1982, 150 et fig. 24-9.

4Les briques claveaux comportant deux tenons ont un corps de forme quadrangulaire ou trapézoïdal. Plusieurs éléments de ce type ont été découverts sur des sites ayant livré des thermes. Ils peuvent être classés selon leur forme. Selon R. Pauc, ils étaient placés dans le mur comme des fiches. Ils devaient, par leur partie saillante, servir de console ou de corbeau142. Si tel peut être le cas des éléments au profil particulier retrouvés dans l’atelier des Sagnes II à Saint-Denis Catus143, les très nombreuses autres découvertes réalisées dans les thermes montrent qu'il s'agit toutefois d’éléments de voûte.

5Groupe 1a : les briques claveaux quadrangulaires à tenons

6Les briques claveaux du Groupe l a se caractérisent par la forme quadrangulaire de leur corps. Étant peu nombreuses en Narbonnaise, nous avons classé dans un même tableau celles provenant de cette province et d'autres venant des régions environnantes.

Fig. 47 : Les différentes parties d'une brique claveau (dessin A. Bouet).

Fig. 48 : Restitution de différents types de voûtes constituées de briques claveaux (dessins A. Bouet).

Fig. 49 : Système d'ancrage des arcs en briques claveaux dans une paroi, a : Thermes du Nord de Cimiez à Nice. b : Thermes de la Porte d’Orée à Fréjus (clichés A. Bouet).

  • 144 Bien que les trois briques claveaux retrouvées ne soient pas complètes, nous les avons classées dan (...)

Note144144

7Groupe 1b : les briques claveaux trapézoïdales à tenons

8Les briques claveaux du Groupe lb se caractérisent par la forme trapézoïdale de leur corps. Comme précédemment, les éléments de Narbonnaise et ceux des régions voisines ont été placés ensemble.

  • 145 La brique n’étant pas entière, c'est à titre d’hypothèse et par comparaison avec l’élément très pro (...)

Note145145

Fig. 50 : Les briques claveaux quadrangulaires à tenons (Groupe 1a) en Gaule du Sud. a-c : Coudoux, La Vautubière (dessins A. Bouet). d : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B (dessin A. Bouet). e : Sanxay (dessin Fr. Blanchet). f-g : Tourves, Muscapeù (dessins A. Bouet). h : Muret, Bourdaya (dessin A. Bouet).

Fig. 51 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons (Groupe 1b) en Gaule du Sud. a : Lugon (Ducasse 1969, 140). b : Saint-Aignan (Ducasse 1969, 140). c : Saint-Denis, Co d'Esperou (Cambon 1986, 282). d : Sainte-Colombe de Duras, Anzas (Barraud 1972-1973, 54).

9Groupe 2 : les briques claveaux à deux mortaises.

10Les briques claveaux du Groupe 2 se différencient des précédentes par la présence de deux mortaises situées à une extrémité et d'un orifice en son centre. Le mode de mise en place des arcs est identique à celui des briques du Groupe 1. La seule différence est la place de la brique qui, posée sur les mortaises et non sur les tenons, se situe sur l'extrados de l'arc. On peut distinguer deux types de briques claveaux entrant dans ce groupe.

11Groupe 2a : les briques claveaux trapézoïdales à deux mortaises.

12Ces éléments sont en nombre limité ; ils ont une forme trapézoïdale. Etant peu nombreux en Gaule Narbonnaise, nous avons rassemblé dans un même tableau ceux provenant de la province et ceux ayant pour origine les régions avoisinantes.

  • 146 La brique n'étant pas entière, c'est à titre d’hypothèse qu'elle a été classée dans ce groupe.

Note146146

Fig. 52 : Les briques claveaux trapézoïdales à mortaises (Groupe 2a) en Gaule du Sud. a : Les Marty s. Domaine des Forges (Cambon 1986, 282). b : Montagne, Barraud (Ducasse 1969, 140). c : Sainte-Colombe de Duras. Anzas (Barraud 1972-1973. 54).

13Groupe 2b : les briques claveaux trapézoïdales à deux mortaises et orifice central quadrangulaire.

14Nous n'avons qu'un seul site sur lequel a été trouvé un élément de ce type.

Fig. 53 : Les briques claveaux trapézoïdales à mortaises et orifice central quadrangulaire (Groupe 2b) en Gaule du Sud : Saint-Agnant, Le Châtelet (David & Gabet 1973,25).

15Groupe 3 : les briques claveaux à tenons et mortaises.

16Les briques claveaux du Groupe 3 se différencient des précédentes par la présence de deux tenons à une extrémité et de deux mortaises à l'opposé. Le mode d'assemblage des arcs parallèles est identique à celui des briques des Groupes 1 et 2. Seul change le lien entre chaque arc qui ne se fait plus par une seule rangée de briques mais par deux, l'une appuyée sur les tenons, l'autre sur les mortaises, créant ainsi un conduit entre chaque arc. Au-delà de ces critères généraux, les briques claveaux ont des formes différentes et il est possible de les classer en plusieurs sous groupes.

17Groupe 3a : les briques claveaux quadrangulaires à tenons et mortaises.

18Les briques claveaux du Groupe 3a se caractérisent par la forme quadrangulaire de leur corps.

  • 147 Les thermes n'appartiennent pas à l’état originel des constructions.
  • 148 Les thermes n'appartiennent pas à l'état originel des constructions.
  • 149 Aucune brique claveau n'est entière. Les mortaises mesurent 6 cm, les tenons 4 cm. Les briques étai (...)

Note147147
Note148
148
Note149
149

19D'autres découvertes sont à mentionner sur des sites n'ayant pas encore livré de thermes ou sur des lieux de production.

  • 150 Estampille Clarianus (Verguet 1974).
  • 151 Aucune brique ne peut être reconstituée intégralement mais on peut penser que les tenons et les mor (...)

Note150150
Note151
151

Fig. 54 : Les briques claveaux quadrangulaires à tenons et mortaises (Groupe 3a) en Gaule Narbonnaise. a : Digneles-Bains, Résidence pour Personnes Agées (dessin A. Bouet). b : Fréjus, Clos Saint-Antoine (dessin A. Bouet). c : Gaujac, Saint-Vincent, Thermes B (dessin A. Bouet). d : Hyères-les-Palmiers, Olbia, Thermes du Nord (dessin J.-Chr. Treglia). e : Mireval-Lauragais, L'Estrade (dessin A. Bouet). f : Sallèles d'Aude, Clots de Raynaud (dessin A. Bouet d'après Laubenheimer 1990, 105).

20On note également des découvertes sur des sites voisins de la Narbonnaise.

  • 152 La présence d'une cavité circulaire dans l'un des éléments est liée à sa réutilisation comme couver (...)
  • 153 Voir paragraphe 7. 3. 2. 3.
  • 154 Élément très rare, les briques reliant les arcs ont été retrouvées. Elles mesurent de 36 à 43 cm de (...)

Note152152
Note153
153
Note154
154

21Groupe 3b : les briques claveaux trapézoïdales à tenons et mortaises.

22Les briques claveaux du Groupe 3b se caractérisent par la forme trapézoïdale de leur corps.

  • 155 Bien que partiel, nous avons classé cet élément dans ce groupe au vu de sa grande ressemblance avec (...)

Note155155

23Une seule découverte est à mentionner sur un site de production.

Fig. 55 : Les briques claveaux quadrangulaires à tenons et mortaises (Groupe 3a) hors de Gaule Narbonnaise. a : Mouchan, Gelleneuve (Fouet 1960. 9). b : Nice, Cimiez, Thermes du Nord (dessin A. Bouet). c : Valentine, Arnesp (dessin A. Bouet).

Fig. 56 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons et mortaises (Groupe 3b) en Gaule Narbonnaise. a : Cazères, Saint-Cizy (dessin A. Bouet). b : Cazères, Saint-Vincent de Couladère (dessin A. Bouet). c : Loupian, Les Prés-Bas (dessin D. Rouquette), d-e : Loupian. Bourbou (dessins A. Bouet).

24A noter également que des briques claveaux de ce type ont été découvertes sur des sites proches de la Narbonnaise, qu'ils aient livré des thermes ou qu'il s'agisse de fours.

  • 156 Les tenons ont pour particularité d'être triangulaires.
  • 157 Les briques de ce groupe appartiennent au Type A de la typologie de H. Rivière. Elles ne représente (...)
  • 158 Les tenons ont pour particularité d'être triangulaires.
  • 159 Les briques claveaux ont des tenons triangulaires. D'autres fragments ont été dégagés dans une foui (...)

Note156156
Note157
157
Note158
158
Note159
159

Fig. 57 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons et mortaises (Groupe 3b) en Aquitaine, a : Loupiac, Saint-Romain, Rotje (dessin J. Marian). b : Montmaurin, Lassales (Fouet 1969, 138). c : Montréal. Séviac (d'après Monturet & Rivière 1986. 246). d-e : Périgueux, Les Bouquets (Barrière 1996, 82).f : Pouzac (dessin R. Vié). g : Saint-Germain d’Esteuil, Brion (dessin A. Bouet). h : Saint-Martin - Laguépie, Sommard (Blanc 1980, 9).

25Groupe 4 : les briques claveaux à tenons, mortaises et orifice central.

26Les briques claveaux du Groupe 4 se différencient de celles du Groupe 3b par la présence d'un orifice central qui allège le poids de la brique et permet une meilleure fixation car la cavité peut être remplie de mortier. Il est possible de distinguer des sous-groupes en fonction de la forme de la brique et de celle de la cavité. Aucun exemple n'a été retrouvé en Gaule Narbonnaise. Pour cette raison, la liste ci-dessous n'a pas la prétention d'être exhaustive.

27Groupe 4a : les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central ovoïde.

28Les briques claveaux de ce groupe se caractérisent par une cavité centrale ovoïde.

  • 160 Les briques de ce groupe appartiennent au Type B1 de la typologie de H. Rivière. Elles représentent (...)
  • 161 Les briques de ce groupe appartiennent au Type B2 de la typologie de H. Rivière. Elles représentent (...)

Note160160
Note161
161

Fig. 58 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central ovoïde (Groupe 4a). a : Auch, Musée archéologique (Cambon 1986, 282). b-c : Montréal. Séviac (d'après Monturet & Rivière 1986. 248).

29Groupe 4b : les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central en U.

30Ces briques claveaux se caractérisent par une cavité centrale en forme de U.

  • 162 Les briques de ce groupe appartiennent au Type C de la typologie de H. Rivière. Elles représentent (...)
  • 163 Variante C1.
  • 164 Variante C2.

Note162162
Note163
163
Note164
164

Fig. 59 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central en U (Groupe 4b) : Montréal, Séviac (d'après Monturet & Rivière 1986, 248-250).

31Groupe 4c : les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central quadrangulaire.

32Ces briques claveaux se caractérisent par une forme trapézoïdale et par la présence d'un orifice central de forme quadrangulaire.

Fig. 60 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central quadrangulaire (Groupe 4c). a-b : Barzan, Moulin du Fâ (dessins L. Basalo).

33Groupe 4d : les briques claveaux quadrangulaires à tenons, mortaises et orifice central quadrangulaire.

34Ces briques claveaux se caractérisent par une forme quadrangulaire et par la présence d'un orifice quadrangulaire.

Fig. 61 : Les briques claveaux quadrangulaires à tenons, mortaises et orifice central quadrangulaire : Mayrinhac-Lentour, Couvent à Bonnefont (Pauc 1982, 117).

35Groupe 5 : les briques claveaux à quatre mortaises.

36Les briques claveaux du Groupe 5 se caractérisent par la présence de quatre mortaises aménagées en vis-à-vis sur les longs côtés de la brique. La seule différence avec les éléments du Groupe 3 apparaît lors de la mise en place des arcs. En effet, les briques plates reliant deux arcs parallèles et qui forment l'intrados de la voûte doivent être mises en place en même temps que les arcs car elles sont solidement fixées dans son épaisseur. Aucune brique de ce type n'a été retrouvée en Narbonnaise dans l'état actuel de la recherche. On peut distinguer plusieurs groupes en fonction de la présence ou non d'une ouverture centrale. La liste que nous donnons ne se veut pas exhaustive.

37Groupe 5a : les briques claveaux à quatre mortaises sans ouverture centrale.

38Ces briques claveaux se caractérisent par un corps plein.

  • 165 Les mesures sont approximatives car ces briques ont aujourd'hui disparu. Nous les avons restituées (...)

Note165165

  • 166 Le corps de la brique conserve la trace d'arrachement de deux tétons qui pourraient avoir servi à r (...)
  • 167 Ces éléments ont été interprétés comme appartenant à un bas fourneau. Cette fonction est erronée. D (...)

Note166166
Note167
167

Fig. 62 : Les briques claveaux à quatre mortaises sans ouverture centrale (Groupe 5a). a : La Croisille-sur-Briance, Liégeaud (dessin A. Bouet d'après Eygun 1963, 476). b : Limoges, Brachaud (dessin J.-P. Loustaud). c : Périgueux, Les Bouquets (Vesone 1979, 66). d : Périgueux, Campniac 2 (dessin A. Bouet).

39Groupe 5b : les briques claveaux à quatre mortaises et orifice central en U.

40Ces briques claveaux se caractérisent par un corps comportant un orifice central en forme de U.

  • 168 Cette brique étant partiellement conservée, c'est la forme de l'ouverture centrale qui nous l'a fai (...)

Note168168

  • 169 Cette brique étant partiellement conservée, c'est la forme de l'ouverture centrale qui nous l’a fai (...)
  • 170 Cette brique étant partiellement conservée, c’est la forme de l'ouverture centrale qui nous l’a fai (...)

Note169169
Note170
170

Fig. 63 : Les briques claveaux à quatre mortaises et orifice central en U (Groupe 5b). a : Flaugnac, La Molayrette-Basse, Champ de l’Église (Pauc 1982, 117). b : Montdoumerc, Saint-Geniès-de-la-Millau (Pauc 1982. 117). c : SaintCyprien, Les Espeillans (Pauc 1982, 117). d : Saint-Géry, Lavit (Pauc 1982, 117). e : Saint-Paul-de-Loubressac, Saint-Gervais (Pauc 1982, 117).

4. 3. Les limites de l'étude

41Il existe une série de briques claveaux qui ne sont pas conservées intégralement. Leur corps est rectangulaire et elles comportent deux tenons. Il est toutefois impossible de préciser si elles présentent uniquement ceux-ci (Groupe la) ou en plus deux mortaises (Groupe 3a). Le nombre relativement important du groupe à tenons par rapport à celui à mortaises laisse penser qu'elles appartiennent plus vraisemblablement au Groupe la.

  • 171 La petite taille du fragment ne permet pas une restitution de la brique contrairement à ce que prop (...)

Note171171

Fig. 64 : Les briques claveaux fragmentaires à deux tenons en Gaule Narbonnaise. a : Digne-les-Bains, Résidence pour Personnes Agées (dessin A. Bouet). b : Faverges, Le Thovey (dessin A. Bouet). c : Mas-Saintes-Puelles, Bernardis (dessin A. Bouet). d : Mazerolles du Razès, Brieu (dessin A. Bouet). e-f : Mireval-Lauragais, L'Estrade (dessins A. Bouet). g : Nîmes, Z.A.C. des Halles, (dessin A. Bouet). h : Peyriac-Minervois, Gourgouli (dessin A. Bouet). i : Riez, Lit de la rivière Auvestre (dessin A. Bouet). j : Toulouse, Saint-Michel-du-Touch, Thermes du Centre (Baccrabère 1988a, 152).

  • 172 Deux sites d'Aquitaine ont livré des briques claveaux trop fragmentées pour être classées : atelier (...)

42Il faut mentionner également la présence de quelques briques claveaux non conservées dans leur intégralité. Leur corps est rectangulaire et elles ont deux mortaises. Il est toutefois impossible de préciser si elles présentent uniquement ces aménagements (Groupe 2) ou possèdent en plus deux tenons (Groupe 3b). Au vu de la rareté des éléments du Groupe 2, on peut penser qu'il s'agit plutôt de la deuxième série172.

Fig. 65 : Les briques claveaux fragmentaires à deux mortaises en Gaule Narbonnaise. a : Lambesc, Le Grand Verger (dessin A. Bouet). b : Riez. Thermes de l'Est (dessin A. Bouet). c-d : Vaisonla-Romaine, Maison du Buste en Argent (dessins A. Bouet).

Fig. 66 : Les briques claveaux fragmentaires à deux mortaises hors de Gaule Narbonnaise.
a : Cajarc, Carrade (Pauc 1982.17).
b : Lavercandière, Frau (Pauc 1982, 117).

4. 4. Quelques réflexions sur les briques claveaux en Gaule du Sud

43La répartition géographique des briques claveaux dans la partie méridionale de la Gaule appelle quelques commentaires (fig. 67). Ces éléments sont très présents dans toute la partie sud de la Narbonnaise. Ils sont, en revanche, extrêmement rares au nord de Vaison-la-Romaine puisqu'on ne peut citer qu'une seule découverte à Faverges. En Aquitaine, les éléments sont fréquents dans toute la partie occidentale de la province.

  • 173 II faut probablement rajouter une partie des briques fragmentaires à deux tenons qui peuvent appart (...)
  • 174 Des briques semblables ont été dégagées dans les Thermes II de Labitolosa (Espagne). Elles ne sont (...)

44Les briques les plus simples, à deux tenons (Groupe 1), ne sont pas très courantes ; elles se retrouvent uniquement dans la partie sud de la Narbonnaise173 (fig. 68). En Aquitaine, hormis l'exemple septentrional de Sanxay, quelques exemples ont été dégagés entre Lugon et Sainte-Colombe de Duras. Les dimensions sont variables. A retenir la présence de briques de très petite taille à Tourves et à Coudoux en Narbonnaise comme à Lugon et Saint-Aignan en Aquitaine permettant la couverture d'espaces restreints. Les briques du Groupe 2, à deux mortaises, sont très rares (fig. 69). Le site des Martys apparaît en effet comme un unicum pour la Narbonnaise ; en Aquitaine elles sont un peu plus fréquentes avec trois lieux de découverte. Les briques plus complexes à tenons et mortaises (Groupe 3) sont beaucoup plus courantes. Elles forment un ensemble homogène au sud d'une ligne Vaison-la-Romaine/Montréal, qui recoupe tant la Narbonnaise que l'Aquitaine (fig. 70). Elles sont également présentes dans la partie occidentale de l'Aquitaine. Les briques à tenons, mortaises et orifice central (Groupe 4) ne sont pas présentes en Narbonnaise (fig. 71). On les rencontre dans l'extrémité sud de l'Aquitaine et dans une zone plus restreinte autour de Saintes. La découverte de Mayrinhac-Lentour apparaît totalement isolée. On peut faire la même constatation pour les briques à quatre mortaises (Groupe 5) qui sont absentes de Narbonnaise mais présentes en Aquitaine, dans un secteur compris entre Cahors et Limoges174 en passant par Périgueux (fig. 72). Cette répartition, qui prend en compte les composantes de la brique (présence ou non de tenons et de mortaises), montre l'existence de zones de répartition homogène des briques claveaux.

  • 175 La plupart des briques claveaux présentées par G. Brodribb pour la Bretagne antique ont également u (...)

45La forme générale de la brique autorise également des constatations intéressantes. En effet, les briques de forme quadrangulaire sont fabriquées dans tout le sud de lu Narbonnaise ainsi que dans la partie nord à Faverges. En Aquitaine, les découvertes se concentrent dans un secteur globalement nord-sud qui s'étend de Cahors à Sanxay, coupant ainsi la province en deux. Seul les sites de Mouchan et de Valentine s'écartent de cette zone. Ce dernier est à rattacher à l'aire de la Narbonnaise (fig. 73). Les briques de forme trapézoïdale couvrent une aire géographique qui s'étend à l'ouest de la zone précédemment définie, couvrant la partie sud/sud-ouest de l'Aquitaine et qui touche les marges de la Narbonnaise (Cazères). On peut également délimiter un secteur périphérique où les découvertes sont marginales : Périgueux et Saint-Martin-Laguépie en Aquitaine, Les Martys et Saint-Denis en Narbonnaise (fig. 74). Les découvertes faites à Loupian sont à l'écart de cette zone et apparaissent comme tout à fait marginales175. Nouvelle répartition encore si l'on prend en compte la présence d'un orifice central. Aucune n'a été mise au jour en Narbonnaise (fig. 75). Elles sont présentes en revanche en trois secteurs de l'Aquitaine : dans une partie de l'extrémité méridionale de la province, autour de Cahors et de Saintes.

Fig. 67 : Carte de répartition des briques claveaux en Gaule du Sud. 1. Anthéor 2. Auch 3 Bar/un 4. Cajarc 5. Cazères 6. Coudouv 7. La Croisille-sur-Briance 8. Digne-les Bains 9. Faverges 10. Flaugnae 11 Fréjus 12. Gaujac 13. Hyères-les-Palmiers. Olbia 14. Lalonquette 15. Lambesc 16. Lavercandière 17. Limoges 18. Loupiac 19. Loupian 20. Lugon 21. Les Martys 22. Mas-Saintes-Puelles 23. Mayrinhac-Lentour 24. Mazerolles du Razès 25. Mireval-Lauragais 26. Montagne 27. Montdoumerc 28. Montmaurin 29. Montoulieu 30. Montréal 31. Mouchan 32. Muret 33. Nice 34. Nimes 35. Ordan-Larroque 36. Pengueux 37. Peyriac-Minervois 38. Pouzac 39. Riez 40. Roaix 41. Rouffiac 42. Saint-Agnant 43. Saint-Aignan 44. Saint-Cyprien 45. Saint-Denis 46. Saint-Germain d'Esteuil 47. Saint-Géry 48. Saint-Gilles 49. Saint-Martin-Laguépie 50. Saint-Paul-de-Loubressac 51. Saint-Sever 52. Sainte-Colombe de Duras 53. Saintes 54. Sallèles d'Aude 55. Sanxay 56. Sauvian 57. Taradeau 58. Toulouse 59. Tounes 60. Vaison-la-Romaine 61. Valentine.

Fig. 68 : Carte de répartition des briques claveaux à tenons (Groupe 1) en Gaule du Sud.

Fig. 69 : Carte de répartition des briques claveaux à deux mortaises (Groupe 2) en Gaule du Sud.

Fig. 70 : Carte de répartition des briques claveaux à tenons et mortaises (Groupe 3) en Gaule du Sud. 1. Anthéor 2. Cazères 3. Digne-les-Bains 4. Fréjus 5. Gaujac fi. Hyères-les-Palmiers. Olbia 7. Lambesc 8. Loupiac 9. Loupian 10. Lugon 11. Mireval-Lauragais 12. Montmaurin 13. Montoulieu 14. Montréal 15. Mouchan 16. Nice 17. Périgueux 18. Pouzac 19. Roaix 20. Rouffiac 21. Saint-Aignan 22. Saint-Germain d'Esteuil 23. Saint-Gilles 24. Saint-Martin-Laguépie 25. Saintes 26. Sallèles d'Aude 27. Sauvian 28. Taradeau 29. Vaison-la-Romaine 30. Valentine.

Fig. 71 : Carte de répartition des briques claveaux à tenons, mortaises et orifice central (Groupe 4) en Gaule du Sud.

Fig. 72 : Carte de répartition des briques claveaux à quatre mortaises (Groupe 5) en Gaule du Sud.

Fig. 73 : Carte de répartition des briques claveaux quadrangulaires en Gaule du Sud. 1. Anthéor 2. Cajarc 3. Coudoux 4. La Croisillesur-Briance 5. Digne-les-Bains 6. Faverges 7. Flaugnac 8. Fréjus 9. Gaujac 10. Hyères-les-Palmiers, Olbia 11. Lambesc 12. Lavercandière 13. Limoges 14. Mas-Saintes-Puelles 15. Mayrinhac-Lentour 16. Mazerolles du Razès 17. Mireval-Lauragais 18. Montdoumerc 19. Mouchan 20. Muret 21. Nice 22. Nîmes 23. Périgueux 24. Peyriac-Minervois 25. Riez 26. Roaix 27. Saint-Cyprien 28. Saint-Géry 29. Saint-Gilles 30. Saint-Paul-de-Loubressac 31. Sallèles d'Aude 32. Sanxay 33. Sauvian 34. Taradeau 35. Toulouse 36. Tourves 37. Vaison-la-Romaine 38. Valentine.

46Au-delà des critères retenus, on se rend compte que la forme générale des briques varie au sein d'un même groupe, les unes étant trapues, d'autres élancées, certaines ayant un profil de claveau plus ou moins accentué. Il est frappant de constater par exemple, que les éléments des sites relativement proches comme Loupiac ou Saint-Germain d'Esteuil ont tous deux des formes élancées qui sont très voisines.

47La répartition des briques claveaux témoigne de l’existence de zones d'influence, nées de la circulation de cartons dans les ateliers de potiers ou de traditions locales.

  • 176 Sur les protections des charpentes contre l’humidité, voir Vitruve Traité d'architecture, 7.4.3.
  • 177 Dans certains édifices romains, la voûte en béton peut être renforcée d’arcs de briques pris dans l (...)
  • 178 Les briques claveaux utilisées étaient à tenons et mortaises (Groupe 3A). Les feuillures de l’extra (...)

48Selon qu'elles ont seulement des tenons, des mortaises ou les deux à la fois, la fonction des briques claveaux diffère. La présence des tenons (Groupe 1) induit une seule assise de briques entre les arcs (fig. 48). La couverture pouvait alors rester telle quelle et protéger simplement les charpentes de l'édifice de l'air chaud et humide de la salle thermale176. Mais elle pouvait également servir de coffrage pour une voûte maçonnée couvrant la salle177. On peut penser qu'elle remplissait plutôt cette fonction, comme le montrent les découvertes faites dans les Thermes du Nord à Cimiez. En effet, lors du dégagement du frigidarium, des pans de voûte ont été retrouvés effondrés sur le sol. Le blocage de mortier reposait sur des arcs de briques claveaux178. Les briques du Groupe 2 ont la même fonction que celles du Groupe I. La seule différence consiste dans le fait que le blocage repose sur les briques de l'extrados et non plus sur celles de l'intrados. Si l'on peut penser que, pour les voûtes édifiées avec des briques du Groupe 1, les arcs doubleaux pouvaient être masqués par l'enduit de mortier de la pièce, tel ne pouvait pas être le cas pour ceux des voûtes édifiées avec des briques du Groupe 2. La différence de niveau devait entraîner, du fait de la clarté pénétrant dans la pièce par les fenêtres, un subtil jeu d'ombres et de lumière.

  • 179 Fincker 1986.
  • 180 Le chauffage des voûtes évite la condensation qui retombe en goutelettes sur la tête des baigneurs, (...)

49Les briques des Groupes 3, 4 et 5 ont en commun de supporter, sur les tenons et les mortaises, deux assises de briques ménageant des conduits indépendants entre les arcs. La destination de ces derniers a bien été étudiée par M. Fincker179. S'ils sont en relation avec le système de chauffage des parois, ils participent au chauffage de la voûte, l'air chaud s'évacuant par une cheminée aménagée au sommet de l'arc180. Si tel n'est pas le cas, ils peuvent participer à la ventilation ; mais alors, la présence d'évents mettant en communication ces conduits avec l'extérieur est indispensable. Il est toutefois possible que le voûtement ainsi constitué ail servi, comme pour les briques des Groupes 1 et 2. de coffrage à une voûte maçonnée.

Fig. 74 : Carte de répartition des briques claveaux trapézoïdales en Gaule du Sud. 1. Auch 2. Barzan 3. Cazères 4. Lalonquette 5. Loupiac 6. Loupian 7. Lugon 8. Les Martys 9. Montagne 10. Montmaurin 11. Montoulieu 12. Montréal 13. Ordan-Larroque 14. Périgueux 15. Pouzac 16. Rouffiac 17. Saint-Agnant 18. Saint-Aignan 19. Saint-Denis 20. Saint-Germain d'Esteuil 21. Saint-Martin-Laguépie 22. Saint-Sever 23. Sainte-Colombe de Duras 24. Saintes.

Fig. 75 : Carte de répartition des briques claveaux à orifice central en Gaule du Sud. 1 Auch 2. Barzan 3. Flaugnac 4. Lalonquette 5. Mayrinhac-Lentour 6. Montdoumerc 7. Montréal 8. Ordan-Larroque 9. Rouffiac 10. Saint-Agnant 11. Saint-Cyprien 12. Saint-Géry 13. Saint-Paul-de-Loubressac 14. Saint-Sever 15. Saintes.

  • 181 Fincker 1986. 146.
  • 182 A l'exception de l'atelier de Carjac datant des années 70 p.C. Le morceau est trop fragmentaire pou (...)
  • 183 Selon la datation généralement admise. Sur le problème de cette datation, voir paragraphe 7. 3. 2. (...)

50Reste en suspens une autre question : celle de la datation des briques claveaux. M. Fincker propose une période d'utilisation qui s'étend de la fin du iie s. p.C. au début du ive s.181. Il convient de reprendre le problème à la base et d'examiner les datations en fonction du classement que nous venons de réaliser. Les éléments les plus anciens du Groupe 1 se rencontrent à Gaujac au milieu du ier s. p.C. et probablement à Nîmes dans les années 60-80 p.C. Les briques des Martys (Groupe 2) remontent au dernier tiers du ier s. p.C. Celles des Groupes 3. 4 et 5 qui permettent le chauffage de la voûte sont toutes plus tardives182, après 90 et avant 120/130 à Limoges, première moitié du iie s. à Montréal, avant le milieu du iie s. p.C. à Taradeau, deuxième moitié du iie s. p.C. à Périgueux, iie s. p.C. à Roaix, début du iiie s. à Cimiez183, iiie/ive s. à Cazères (Saint-Vincent de Couladère), première moitié du ive s. à Saint-Martin-Laguépie, ive s. à Montoulieu.

51Il se dégage de cette énumération l'impression d'une élaboration des briques claveaux en deux temps. A partir du milieu du ier s. et durant le demi siècle suivant, sont mis au point les éléments les plus simples, à tenons ou à mortaises, servant uniquement de coffrage à la voûte. Si les concepteurs ont imaginé tour à tour des briques avec des tenons ou des mortaises, les premières ont connu un fort développement, alors que les secondes ont été rapidement abandonnées, le premier procédé ayant été jugé probablement plus facile à mettre en œuvre. Ce n'est que dans un deuxième temps – à l'extrême lin du ier s. p.C. ou au début du siècle suivant – que le système des briques à tenons et mortaises permettant le chauffage des voûtes a été élaboré par développement de celui mis au point avec les premières briques. La date d'apparition des briques à tenons et mortaises doit donc être avancée de près d'un siècle par rapport à celle jusque-là retenue.

  • 184 Brodribb 1987, 46.

52Reste le problème du heu de création des briques claveaux. Ce matériau demeure inconnu en Italie. Vu les exemples précoces et divers (briques à tenons, briques à mortaises) connus en Narbonnaise qui évoquent des tâtonnements dans la conception, on peut émettre comme hypothèse que ces éléments ont été mis au point dans cette région. G. Brodribb ne fait pas état des briques les plus simples à tenons ou mortaises en Bretagne antique184.

Notes

140 Fincker 1986.

141 Benoit 1977,61.

142 Pauc 1982. 150.

143 Pauc 1982, 150 et fig. 24-9.

144 Bien que les trois briques claveaux retrouvées ne soient pas complètes, nous les avons classées dans ce groupe du fait de la grande ressemblance de leurs dimensions avec celles de la villa de Muscapeù à Tourves.

145 La brique n’étant pas entière, c'est à titre d’hypothèse et par comparaison avec l’élément très proche par ses dimensions de Lugon qu’elle a été classée dans ce groupe.

146 La brique n'étant pas entière, c'est à titre d’hypothèse qu'elle a été classée dans ce groupe.

147 Les thermes n'appartiennent pas à l’état originel des constructions.

148 Les thermes n'appartiennent pas à l'état originel des constructions.

149 Aucune brique claveau n'est entière. Les mortaises mesurent 6 cm, les tenons 4 cm. Les briques étaient plus épaisses du côté des mortaises que des tenons.

150 Estampille Clarianus (Verguet 1974).

151 Aucune brique ne peut être reconstituée intégralement mais on peut penser que les tenons et les mortaises retrouvés en petit nombre font partie d'un seul et même type de brique. La mortaise mesure 4,8 sur 2,5 cm.

152 La présence d'une cavité circulaire dans l'un des éléments est liée à sa réutilisation comme couverture de caniveau.

153 Voir paragraphe 7. 3. 2. 3.

154 Élément très rare, les briques reliant les arcs ont été retrouvées. Elles mesurent de 36 à 43 cm de long pour 13,5 à 14,5 cm de large et une épaisseur de 3 cm.

155 Bien que partiel, nous avons classé cet élément dans ce groupe au vu de sa grande ressemblance avec la découverte du site de Saint-Cizy sur la même commune.

156 Les tenons ont pour particularité d'être triangulaires.

157 Les briques de ce groupe appartiennent au Type A de la typologie de H. Rivière. Elles ne représentent que 2 % des découvertes du site.

158 Les tenons ont pour particularité d'être triangulaires.

159 Les briques claveaux ont des tenons triangulaires. D'autres fragments ont été dégagés dans une fouille au 10, Rue Port Larousselle à Saintes et le musée archéologique en possède dans ses réserves quelques exemplaires.

160 Les briques de ce groupe appartiennent au Type B1 de la typologie de H. Rivière. Elles représentent 11 % des découvertes du site.

161 Les briques de ce groupe appartiennent au Type B2 de la typologie de H. Rivière. Elles représentent 22 % des découvertes du site.

162 Les briques de ce groupe appartiennent au Type C de la typologie de H. Rivière. Elles représentent 65 % des découvertes du site. Dans ce type, on peut distinguer deux variantes.

163 Variante C1.

164 Variante C2.

165 Les mesures sont approximatives car ces briques ont aujourd'hui disparu. Nous les avons restituées à partir des photos et des plans publiés dans la bibliographie. Pour cette raison, il est difficile de distinguer si le corps de la brique est trapézoïdal ou quadrangulaire. Nous pensons plutôt à la première solution.

166 Le corps de la brique conserve la trace d'arrachement de deux tétons qui pourraient avoir servi à régler les joints de mortier.

167 Ces éléments ont été interprétés comme appartenant à un bas fourneau. Cette fonction est erronée. De telles briques, dégagées dans l'effondrement d'une pièce tiède des thermes de la villa de Brachaud à Limoges, montrent qu'il s'agit de briques claveaux à la fonction identique aux précédentes.

168 Cette brique étant partiellement conservée, c'est la forme de l'ouverture centrale qui nous l'a fait classer dans cette catégorie.

169 Cette brique étant partiellement conservée, c'est la forme de l'ouverture centrale qui nous l’a fait classer dans cette catégorie.

170 Cette brique étant partiellement conservée, c’est la forme de l'ouverture centrale qui nous l’a fait classer dans cette catégorie.

171 La petite taille du fragment ne permet pas une restitution de la brique contrairement à ce que propose le fouilleur.

172 Deux sites d'Aquitaine ont livré des briques claveaux trop fragmentées pour être classées : atelier de Carrade à Cajarc (Lot) ; datation : 70 p.C (Pauc 1982, 116-117) (fig. 66a) ; atelier de Frau à Lavercandière (Lot) (Pauc 1982, 116-117) (fig. 66b).

173 II faut probablement rajouter une partie des briques fragmentaires à deux tenons qui peuvent appartenir à ce groupe comme au Groupe 3.

174 Des briques semblables ont été dégagées dans les Thermes II de Labitolosa (Espagne). Elles ne sont pas façonnées dans l'argile, mais taillées dans le calcaire (Magallón et al. 1995b, p. 85).

175 La plupart des briques claveaux présentées par G. Brodribb pour la Bretagne antique ont également une forme trapézoïdale (Brodribb 1987. 46).

176 Sur les protections des charpentes contre l’humidité, voir Vitruve Traité d'architecture, 7.4.3.

177 Dans certains édifices romains, la voûte en béton peut être renforcée d’arcs de briques pris dans la maçonnerie (Lugli 1957, 667).

178 Les briques claveaux utilisées étaient à tenons et mortaises (Groupe 3A). Les feuillures de l’extrados étaient ici inutilisées. Même constatation pour les aménagements de la Porte d'Orée à Fréjus. Ces dernières forment, en effet, la voûte d'une pièce froide.

179 Fincker 1986.

180 Le chauffage des voûtes évite la condensation qui retombe en goutelettes sur la tête des baigneurs, comme le rapporte Vitruve (Traitéd'architecture, 8.2.4).

181 Fincker 1986. 146.

182 A l'exception de l'atelier de Carjac datant des années 70 p.C. Le morceau est trop fragmentaire pour avoir une certitude quant à son appartenance au Groupe 3.

183 Selon la datation généralement admise. Sur le problème de cette datation, voir paragraphe 7. 3. 2. 3.

184 Brodribb 1987, 46.

Table des illustrations

Légende Fig. 47 : Les différentes parties d'une brique claveau (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 48 : Restitution de différents types de voûtes constituées de briques claveaux (dessins A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 49 : Système d'ancrage des arcs en briques claveaux dans une paroi, a : Thermes du Nord de Cimiez à Nice. b : Thermes de la Porte d’Orée à Fréjus (clichés A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Note144144
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Note145145
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 50 : Les briques claveaux quadrangulaires à tenons (Groupe 1a) en Gaule du Sud. a-c : Coudoux, La Vautubière (dessins A. Bouet). d : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B (dessin A. Bouet). e : Sanxay (dessin Fr. Blanchet). f-g : Tourves, Muscapeù (dessins A. Bouet). h : Muret, Bourdaya (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 51 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons (Groupe 1b) en Gaule du Sud. a : Lugon (Ducasse 1969, 140). b : Saint-Aignan (Ducasse 1969, 140). c : Saint-Denis, Co d'Esperou (Cambon 1986, 282). d : Sainte-Colombe de Duras, Anzas (Barraud 1972-1973, 54).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Note146146
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 52 : Les briques claveaux trapézoïdales à mortaises (Groupe 2a) en Gaule du Sud. a : Les Marty s. Domaine des Forges (Cambon 1986, 282). b : Montagne, Barraud (Ducasse 1969, 140). c : Sainte-Colombe de Duras. Anzas (Barraud 1972-1973. 54).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 53 : Les briques claveaux trapézoïdales à mortaises et orifice central quadrangulaire (Groupe 2b) en Gaule du Sud : Saint-Agnant, Le Châtelet (David & Gabet 1973,25).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Note147147Note148148Note149149
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Note150150Note151151
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 54 : Les briques claveaux quadrangulaires à tenons et mortaises (Groupe 3a) en Gaule Narbonnaise. a : Digneles-Bains, Résidence pour Personnes Agées (dessin A. Bouet). b : Fréjus, Clos Saint-Antoine (dessin A. Bouet). c : Gaujac, Saint-Vincent, Thermes B (dessin A. Bouet). d : Hyères-les-Palmiers, Olbia, Thermes du Nord (dessin J.-Chr. Treglia). e : Mireval-Lauragais, L'Estrade (dessin A. Bouet). f : Sallèles d'Aude, Clots de Raynaud (dessin A. Bouet d'après Laubenheimer 1990, 105).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Note152152Note153153Note154154
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Note155155
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 55 : Les briques claveaux quadrangulaires à tenons et mortaises (Groupe 3a) hors de Gaule Narbonnaise. a : Mouchan, Gelleneuve (Fouet 1960. 9). b : Nice, Cimiez, Thermes du Nord (dessin A. Bouet). c : Valentine, Arnesp (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 56 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons et mortaises (Groupe 3b) en Gaule Narbonnaise. a : Cazères, Saint-Cizy (dessin A. Bouet). b : Cazères, Saint-Vincent de Couladère (dessin A. Bouet). c : Loupian, Les Prés-Bas (dessin D. Rouquette), d-e : Loupian. Bourbou (dessins A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Note156156Note157157Note158158Note159159
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 57 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons et mortaises (Groupe 3b) en Aquitaine, a : Loupiac, Saint-Romain, Rotje (dessin J. Marian). b : Montmaurin, Lassales (Fouet 1969, 138). c : Montréal. Séviac (d'après Monturet & Rivière 1986. 246). d-e : Périgueux, Les Bouquets (Barrière 1996, 82).f : Pouzac (dessin R. Vié). g : Saint-Germain d’Esteuil, Brion (dessin A. Bouet). h : Saint-Martin - Laguépie, Sommard (Blanc 1980, 9).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Note160160Note161161
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 58 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central ovoïde (Groupe 4a). a : Auch, Musée archéologique (Cambon 1986, 282). b-c : Montréal. Séviac (d'après Monturet & Rivière 1986. 248).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Note162162Note163163Note164164
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 59 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central en U (Groupe 4b) : Montréal, Séviac (d'après Monturet & Rivière 1986, 248-250).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 60 : Les briques claveaux trapézoïdales à tenons, mortaises et orifice central quadrangulaire (Groupe 4c). a-b : Barzan, Moulin du Fâ (dessins L. Basalo).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 61 : Les briques claveaux quadrangulaires à tenons, mortaises et orifice central quadrangulaire : Mayrinhac-Lentour, Couvent à Bonnefont (Pauc 1982, 117).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Note165165
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Note166166Note167167
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 62 : Les briques claveaux à quatre mortaises sans ouverture centrale (Groupe 5a). a : La Croisille-sur-Briance, Liégeaud (dessin A. Bouet d'après Eygun 1963, 476). b : Limoges, Brachaud (dessin J.-P. Loustaud). c : Périgueux, Les Bouquets (Vesone 1979, 66). d : Périgueux, Campniac 2 (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Note168168
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Note169169Note170170
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 63 : Les briques claveaux à quatre mortaises et orifice central en U (Groupe 5b). a : Flaugnac, La Molayrette-Basse, Champ de l’Église (Pauc 1982, 117). b : Montdoumerc, Saint-Geniès-de-la-Millau (Pauc 1982. 117). c : SaintCyprien, Les Espeillans (Pauc 1982, 117). d : Saint-Géry, Lavit (Pauc 1982, 117). e : Saint-Paul-de-Loubressac, Saint-Gervais (Pauc 1982, 117).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Note171171
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 64 : Les briques claveaux fragmentaires à deux tenons en Gaule Narbonnaise. a : Digne-les-Bains, Résidence pour Personnes Agées (dessin A. Bouet). b : Faverges, Le Thovey (dessin A. Bouet). c : Mas-Saintes-Puelles, Bernardis (dessin A. Bouet). d : Mazerolles du Razès, Brieu (dessin A. Bouet). e-f : Mireval-Lauragais, L'Estrade (dessins A. Bouet). g : Nîmes, Z.A.C. des Halles, (dessin A. Bouet). h : Peyriac-Minervois, Gourgouli (dessin A. Bouet). i : Riez, Lit de la rivière Auvestre (dessin A. Bouet). j : Toulouse, Saint-Michel-du-Touch, Thermes du Centre (Baccrabère 1988a, 152).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 65 : Les briques claveaux fragmentaires à deux mortaises en Gaule Narbonnaise. a : Lambesc, Le Grand Verger (dessin A. Bouet). b : Riez. Thermes de l'Est (dessin A. Bouet). c-d : Vaisonla-Romaine, Maison du Buste en Argent (dessins A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 66 : Les briques claveaux fragmentaires à deux mortaises hors de Gaule Narbonnaise.a : Cajarc, Carrade (Pauc 1982.17).b : Lavercandière, Frau (Pauc 1982, 117).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 67 : Carte de répartition des briques claveaux en Gaule du Sud. 1. Anthéor 2. Auch 3 Bar/un 4. Cajarc 5. Cazères 6. Coudouv 7. La Croisille-sur-Briance 8. Digne-les Bains 9. Faverges 10. Flaugnae 11 Fréjus 12. Gaujac 13. Hyères-les-Palmiers. Olbia 14. Lalonquette 15. Lambesc 16. Lavercandière 17. Limoges 18. Loupiac 19. Loupian 20. Lugon 21. Les Martys 22. Mas-Saintes-Puelles 23. Mayrinhac-Lentour 24. Mazerolles du Razès 25. Mireval-Lauragais 26. Montagne 27. Montdoumerc 28. Montmaurin 29. Montoulieu 30. Montréal 31. Mouchan 32. Muret 33. Nice 34. Nimes 35. Ordan-Larroque 36. Pengueux 37. Peyriac-Minervois 38. Pouzac 39. Riez 40. Roaix 41. Rouffiac 42. Saint-Agnant 43. Saint-Aignan 44. Saint-Cyprien 45. Saint-Denis 46. Saint-Germain d'Esteuil 47. Saint-Géry 48. Saint-Gilles 49. Saint-Martin-Laguépie 50. Saint-Paul-de-Loubressac 51. Saint-Sever 52. Sainte-Colombe de Duras 53. Saintes 54. Sallèles d'Aude 55. Sanxay 56. Sauvian 57. Taradeau 58. Toulouse 59. Tounes 60. Vaison-la-Romaine 61. Valentine.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 68 : Carte de répartition des briques claveaux à tenons (Groupe 1) en Gaule du Sud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 69 : Carte de répartition des briques claveaux à deux mortaises (Groupe 2) en Gaule du Sud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 70 : Carte de répartition des briques claveaux à tenons et mortaises (Groupe 3) en Gaule du Sud. 1. Anthéor 2. Cazères 3. Digne-les-Bains 4. Fréjus 5. Gaujac fi. Hyères-les-Palmiers. Olbia 7. Lambesc 8. Loupiac 9. Loupian 10. Lugon 11. Mireval-Lauragais 12. Montmaurin 13. Montoulieu 14. Montréal 15. Mouchan 16. Nice 17. Périgueux 18. Pouzac 19. Roaix 20. Rouffiac 21. Saint-Aignan 22. Saint-Germain d'Esteuil 23. Saint-Gilles 24. Saint-Martin-Laguépie 25. Saintes 26. Sallèles d'Aude 27. Sauvian 28. Taradeau 29. Vaison-la-Romaine 30. Valentine.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 71 : Carte de répartition des briques claveaux à tenons, mortaises et orifice central (Groupe 4) en Gaule du Sud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 72 : Carte de répartition des briques claveaux à quatre mortaises (Groupe 5) en Gaule du Sud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 73 : Carte de répartition des briques claveaux quadrangulaires en Gaule du Sud. 1. Anthéor 2. Cajarc 3. Coudoux 4. La Croisillesur-Briance 5. Digne-les-Bains 6. Faverges 7. Flaugnac 8. Fréjus 9. Gaujac 10. Hyères-les-Palmiers, Olbia 11. Lambesc 12. Lavercandière 13. Limoges 14. Mas-Saintes-Puelles 15. Mayrinhac-Lentour 16. Mazerolles du Razès 17. Mireval-Lauragais 18. Montdoumerc 19. Mouchan 20. Muret 21. Nice 22. Nîmes 23. Périgueux 24. Peyriac-Minervois 25. Riez 26. Roaix 27. Saint-Cyprien 28. Saint-Géry 29. Saint-Gilles 30. Saint-Paul-de-Loubressac 31. Sallèles d'Aude 32. Sanxay 33. Sauvian 34. Taradeau 35. Toulouse 36. Tourves 37. Vaison-la-Romaine 38. Valentine.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 74 : Carte de répartition des briques claveaux trapézoïdales en Gaule du Sud. 1. Auch 2. Barzan 3. Cazères 4. Lalonquette 5. Loupiac 6. Loupian 7. Lugon 8. Les Martys 9. Montagne 10. Montmaurin 11. Montoulieu 12. Montréal 13. Ordan-Larroque 14. Périgueux 15. Pouzac 16. Rouffiac 17. Saint-Agnant 18. Saint-Aignan 19. Saint-Denis 20. Saint-Germain d'Esteuil 21. Saint-Martin-Laguépie 22. Saint-Sever 23. Sainte-Colombe de Duras 24. Saintes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 75 : Carte de répartition des briques claveaux à orifice central en Gaule du Sud. 1 Auch 2. Barzan 3. Flaugnac 4. Lalonquette 5. Mayrinhac-Lentour 6. Montdoumerc 7. Montréal 8. Ordan-Larroque 9. Rouffiac 10. Saint-Agnant 11. Saint-Cyprien 12. Saint-Géry 13. Saint-Paul-de-Loubressac 14. Saint-Sever 15. Saintes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9588/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search