Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

2. Les Tubuli

Texte intégral

2. 1. Présentation générale

  • 56 Les thermes du Centre Hospitalier d'Évreux (Eure) ont livré des tubuli présentant un système origin (...)
  • 57 Lettres, 90.25.
  • 58 Dans De la Providence (4.9). Sénèque mentionne l'existence de salles à manger chauffées par le sol (...)
  • 59 Digestes, 8.2.13.
  • 60 Digestes, 43.21.3.6.

1Les tubuli sont des canalisations en terre cuite, de forme quadrangulaire et de hauteur variable (fig. 21). Mis bout à bout et juxtaposés sur le parement d'un mur, ils constituent de véritables conduits qui permettent le chauffage de la totalité de la paroi. Le premier tubulus de chaque colonne reposait sur la brique de suspensura supportée par les pilettes. Des ouvertures latérales aménagées dans chaque tubulus permettaient la circulation de l'air chaud d’une colonne à l'autre. L'ensemble était maintenu par des clous de fer en forme de T56. Contrairement au système des tegulae mammatae ou des bobines, l'air chaud ne formait pas un matelas thermique uniforme dans la double paroi puisqu'il était canalisé dans une multitude de conduits, bien que la communication de l'un à l'autre soit possible par les ouvertures latérales. Ce mode de chauffage est décrit par certains auteurs antiques ; ainsi Sénèque57, vers 63 ou 64 p.C., le mentionne comme une nouveauté de son temps58. Autre témoignage important, celui du juriste Proculus59 qui, au milieu du ier s. p.C., fait état de l'interdiction de disposer des tubuli contre une paroi mitoyenne. Bien plus tard, Ulpien au début du iiie s. p.C. cite également ce mode de chauffage60.

Fig. 21 : Les différentes parties d'un tubulus (dessin A. Bouet).

2. 2. Les tubuli en Gaule Narbonnaise

2Ce type de matériau est, de loin, le plus abondant en Gaule Narbonnaise. Aussi est-il illusoire (et inutile !) de vouloir en faire un recensement exhaustif. Nous nous limiterons aux sites ayant livré des thermes en écartant ceux, simplement prospectés, qui ne donnent pas d'indice chronologique. On peut penser qu'ils sont représentatifs de l'ensemble. Nous n'en mentionnerons d'autres que dans le cas où ils apportent une datation intéressante. Sur un même site, on rencontre de nombreux exemples de tubuli qu'il est impossible (et inintéressant) de décrire par le détail. Aussi, nous nous contenterons de leurs seules dimensions. Ce n'est que dans un deuxième temps que nous étudierons quelques cas particuliers. Les critères retenus sont ceux de la hauteur et la section du tubulus ainsi que du nombre et de la forme des ouvertures latérales.

  • 61 Présence de cinq tubuli estampillés Clariana.

Note6161

  • 62 Marque Clarianac. Présence de cinq autres estampilles Clariana.

Note6262

  • 63 Type 1A. Voir ci-dessous, la description.
  • 64 Type 1B. Voir ci-dessous, la description.
  • 65 Type 5. Voir ci-dessous, la description.
  • 66 Type 6. Voir ci-dessous, la description.
  • 67 Type 8. Voir ci-dessous, la description.

Note6363
Note6464
Note6565
Note6666
Note6767

  • 68 Quatre fragments sont estampillés C. Viri Clementis.
  • 69 Des tubuli se trouvent dans des couches à partir des années 100-125 p.C.

Note6868
Note69
69

  • 70 Certains tubuli sont estampillés Clarianus. Ils doivent remonter au iie s. p.C.

Note7070

  • 71 Les tubuli ont été retrouvés uniquement dans les angles des pièces sur hypocauste.

Note7171

  • 72 Estampille Clarianus.

Note7272

3Nous ne ferons que mentionner quelques découvertes de tubuli dans des contextes non thermaux où la datation est intéressante.

  • 73 Hors de Narbonnaise, mentionnons le dépotoir de l'atelier des Poujols à Laissac (Aveyron) au nord d (...)

4On ne connaît que peu d'ateliers ayant produit un tel matériau73.

2. 3. Quelques réflexions sur les tubuli

2. 3. 1. Les dimensions

  • 74 Voir la description plus détaillée dans Le Ny 1992, 153-154.
  • 75 Fr. Le Ny parle d'un retrait de 5 à 8 % (Le Ny 1992. II. 272-276). L. Goulpeau de 12 % (Goulpeau 19 (...)
  • 76 Sur les différentes façons de procéder, voir Morgan 1979.
  • 77 Goulpeau 1988. 106.

5Les tubuli sont fabriqués74 à partir d'une feuille d'argile quadrangulaire, plus ou moins épaisse, que le potier maintient à la verticale afin de former un conduit dont il masque le raccord par lissage. Après un temps de séchage, il découpe les ouvertures latérales à l'aide d'un outil tranchant. Nous avons tiré de l'inventaire les mesures de trente cinq éléments, à savoir leur hauteur et leur périmètre (longueur) obtenu par addition des dimensions des parois principales et latérales. Le graphique proposé par nous (fig. 22), qui prend en compte les mesures antiques, n'est pas très convaincant. On ne peut pas, en effet, en tirer de conclusion générale. Les éléments dont les deux dimensions correspondent à des mesures antiques sont assez rares puisqu'au nombre de huit seulement (Hauteur (H) : 1 pied pour une largeur (1) de 1 pied + 2/3 pied ; H : 1 pied. 1 : 2 pieds ; H : 1 pied + 1/3 pied, 1 : 1 pied + 2/3 pied ; H : 1 pied + 2 paumes, 1 : 2 pieds). On constate, en revanche, que beaucoup plus nombreux sont les éléments dont une seule des mesures est proche d'une mesure antique (fig. 23) ; il s'agit, bien souvent, de la hauteur (I pied. 1 pied + 1 paume, 1 pied + 1/3 pied. 1 pied + 2 paumes). Deux raisons à ce phénomène. En séchant, l'argile perd son eau et se rétracte de façon plus ou moins importante75. Les dimensions ne correspondent pas à la réalité antique puisque prises après le séchage. Dans le cas de mesures approchantes, on pourrait considérer que le potier a pris en compte le phénomène du retrait lors de la fabrication et a tenté d'y remédier plus ou moins empiriquement. Ceci n'explique toutefois pas pourquoi les hauteurs sont plus nombreuses que les périmètres à correspondre à des mesures antiques. Peut-être cela provient-il du mode de fabrication. En effet, pour fermer le conduit, le potier est obligé de pincer les deux bords, voire de les superposer avant de lisser la jointure76. Le périmètre mesuré ne correspond donc pas exactement à la dimension de la feuille d'argile originelle. Il faut noter toutefois l'importance du 1/3 de pied dont on ne trouve pas mention dans la littérature antique et que L. Goulpeau a identifié comme étant la main77.

Fig. 22 : Les dimensions de quelques tubuli de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

Fig. 23 : Les hauteurs de quelques tubuli de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

6Les ouvertures latérales sont, pour la plupart, quadrangulaires, très rarement triangulaires. Les conduits qui en comptent quatre sont généralement plus grands que ceux dotés seulement de deux. Toutefois de grands tubuli comportent deux ouvertures. Ceux découverts dans les angles des pièces thermales de la villa de La Clémensanne à Taradeau sont originaux car ils présentent des ouvertures latérales très grandes (11,5 x 15,8 cm), facilitant le passage de l'air chaud de la double paroi fixée par des bobines aux cheminées d'angle formées de tubuli.

2. 3. 2. L'épaisseur des parois

7On peut également tenter une autre étude à partir de l'épaisseur des parois des conduits. Pour ce faire, il convient de n'examiner que des lots bien datés ; il est en effet inutile – et peu concevable – d'étudier la totalité du matériel disponible car de très nombreux ensembles ne peuvent pas être datés, si ce n'est par l'époque de construction et d'abandon de l'édifice auxquels ils appartiennent. Nous nous bornerons donc à quelques ensembles. Toutes les mesures ont été prises de façon identique, sur la face principale du conduit. L’une d'elle résulte de la moyenne de trois relevés par fragment.

Fig. 24 : Les épaisseurs des tubuli sur quelques sites de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

8Les tubuli des Thermes A de Saint-Vincent à Gaujac (Gard) (fig. 24) : Le radier de la palestre des Thermes B a livré neuf fragments de tubuli à pâte sableuse qui doivent provenir des Thermes A. Les épaisseurs varient de 0,8 à 1,2 cm. La moyenne est de 1,1 cm.
Datation : Les Thermes A sont mis en place vers 30-20 a.C. et sont détruits au milieu du siècle suivant.

9Les tubuli du “Portique" d'Ambrussum à Villetelle (Hérault) (fig. 24) : Quatre mesures ont été réalisées. Elles s’échelonnent de 1 à 1,2 cm. La moyenne est de 1,1 cm.
Datation : Ces éléments sont antérieurs à 80 p.C.

10Les tubuli des Thermes de l'Est à Lunel-Viel (Hérault) (fig. 24) : Nous n'avons pu relever que quatre mesures. L'échantillon est bien faible, mais nous le mentionnons toutefois car le bâtiment a une durée d’utilisation très courte. Toutes les épaisseurs sont de 1,1 cm.
Datation : Construction vers 50-60 p.C., abandon vers 80.

11Les tubuli du site du Mas Bernardis-Lapevrade à Frontignan (Hérault) (fig. 24) : Seules sept mesures ont pu être effectuées. L'échantillon est toutefois intéressant car la couche est bien datée. Les épaisseurs s’échelonnent de 0,7 à 1,5 cm avec une moyenne de 1,12 cm.
Datation : Milieu du ier s. p.C.

  • 78 Fouilles J. Charmasson.

12Les tubuli des Thermes B de Saint-Vincent à Gaujac (Gard) : Ils ont permis l'étude la plus complète que nous ayons pu mener en Narbonnaise. Nous avons pris en compte tous les tubuli ramassés lors du dégagement du monument78. Les conduits sont répartis en douze classes en fonction de leur type de peignage et de leur pâte.

13Type 1A : Pâte blanc-jaune à rosâtre contenant des fragments de dégraissant blanc et du quartz roulé. Double trace de peignage ondulé régulier dans le sens de la hauteur réalisé à l'aide d'un peigne à six dents large de 4,2 cm (fig. 25). Soixante-dix fragments ont été mesurés. Les épaisseurs varient de 1,2 à 2 cm avec une moyenne de 1,42 cm (fig. 27).

14Type 1B : Pâte très rouge avec inclusion de fragments de grès, de mica blanc et de grains de quartz roulés. Peignage strictement identique au Type 1 A (fig. 25). Vingt-deux fragments appartiennent à cette série. Les épaisseurs vont de 1,4 à 2,1 cm avec une moyenne de 1,62 cm (fig. 27).

15Type 2 : Pâte très rouge et compacte sans inclusion. Peignage rectiligne en croix et le long d’un des bords (fig. 25). Autre variante : peignage en diagonale et le long des deux bords. Peigne large de 4,5 cm à quatorze dents. Quatre fragments se rattachent à ce groupe, les épaisseurs sont de 1,3 à 1,4 cm. avec une moyenne de 1,32 cm (fig. 27).

16Type 3 : Pâte rose à marron en surface, noirâtre en profondeur. Présence de dégraissant blanc. Peignage ondulé de façon irrégulière réalisé avec un peigne large de 3,5 cm à treize dents (fig. 25). Vingt et un fragments s'y rattachent. Les épaisseurs varient de 1,2 à 1,7 cm pour une moyenne de 1,47 cm (fig. 27).

17Type 4: Pâte rouge foncé à noire avec inclusions blanchâtres. Double peignage ondulé de façon régulière. Peigne large d'environ 4 cm composé de deux larges dents encadrant une dizaine d'autres plus réduites (fig. 25). Sept fragments comptabilisés qui s'étalent de 1,3 à 1,8 cm pour une moyenne de 1,44 cm (fig. 27).

18Type 5 : Pâte très sableuse de couleur blanchâtre. Peignage lâche ondulé réalisé avec un peigne large de 6,4 cm à dix-neuf dents (fig. 25). Vingt-six fragments appartiennent à ce type. Les épaisseurs varient de 0,8 à 1,4 cm avec une moyenne de 1,15 cm (fig. 27).

19Type 6 : Pâte identique au Type 5. Double peignage lâche effectué à l'aide d'un peigne large de 4,6 cm à onze dents (fig. 25). Soixante-douze fragments composent cette série. Les épaisseurs vont de 0,7 à 1,3 cm avec une moyenne de 1,02 cm (fig. 28).

20Type 7 : Pâte rose à rouge sombre comprenant des inclusions de grains de quartz. Peignage ondulé réalisé à l'aide d'une spatule ( ?) large de 4 cm (fig. 26). Seize fragments ont été découverts dont les épaisseurs varient de 1.1 à 1,6 cm avec une moyenne de 1,24 cm (fig. 28).

21Type 8 : Pâte souvent noirâtre en surface et brune au cœur. Présence de fragments de grès et de mica blanc. Peignage lâche ondulé effectué à l'aide d'un peigne de huit dents large de 4 cm (fig. 26). Deux fragments épais de 1.2 cm forment la série (fig. 28).

22Type 9 : Pâte brunâtre plus foncée en surface qu'au cœur ; inclusions de fragments de grès. Présence de trois peignages ondulés très serrés réalisés à l'aide d'un peigne à trois dents large d'environ 2,6 cm (fig. 26). Six fragments se rattachent à ce groupe dont les épaisseurs varient de 1,4 à 1,6 cm pour une moyenne de 1,45 cm (fig. 28).

23Type 10 : Pâte blanche à rose avec inclusions de grès. Présence d'au moins un peignage ondulé réalisé à l'aide d'un peigne à huit dents large de 5,5 cm (lig. 26). Deux fragments seulement ont été mis au jour. Leur épaisseur est de 1,1 et 1,2 cm (fig. 28).

24Type 11 : Pâte rose à rouge sombre comprenant des inclusions de grains de quartz. Double peignage ondulé réalisé à l'aide d'un peigne large de 6,8 cm à seize dents (fig. 26). Dix fragments forment la série. Les épaisseurs s'échelonnent de 1,1 à 1,7 cm avec une moyenne de 1,32 cm (fig. 28).

25Type 12 : Nous avons rassemblé dans cette série les quelques fragments qui n'entraient pas dans les précédentes (fig. 26). Les couleurs de pâte et les peignages sont différents. L'épaisseur de ces six éléments varient de 1 à 1,3 cm et leur moyenne est de 1,13 cm (fig. 29).

26Datation : Les tubuli ont tous, à l'exception du Type 12, été retrouvés dans les couches de destruction du bâtiment. Ils sont donc à placer entre le milieu du ier s. p.C. et la première moitié du iiie s. On peut toutefois apporter quelques précisions concernant certains d'entre eux. En effet, à l'est des thermes et au sud de lu citerne, ont été mises au jour quelques couches comprenant des fragments de conduit. Ceux-ci ont été jetés là suite aux travaux effectués à l'état 2, de la fin du ier s. ou du début du iie s. Or ces couches ne contenaient que des fragments des Types, 5, 6 et 12. On peut donc penser que ces éléments remontent à la construction de l'édifice.

27Les tubuli des thermes de la Z.A.C. des Halles à Nîmes (Gard) : Nous avons mesuré cinquante-quatre fragments appartenant à plusieurs types de tubuli de l'unité stratigraphique 1429 correspondant à l'abandon de l'état 1 du monument. Les épaisseurs varient de 0,7 à 1,4 cm avec une moyenne de 1,07 cm (fig. 29).
Datation : Les éléments sont à situer entre 60-80 p.C. – date de mise en place du bâtiment – et 180 p.C.

28Les tubuli des thermes de l'Esplanade des Lices en Arles (Bouches-du-Rhône) : Les tubuli mesurés se trouvent dans l'aménagement de la piscina chauffée qui remonte à l'état 2. Quatorze mesures ont été réalisées. Les épaisseurs s'échelonnent de 1,3 à 1.7 cm. La moyenne est de 1,54 cm (fig. 29).
Datation : L'état 2 n'est pas daté. Le bâtiment étant mis en place à la fin du iie s. p.C. (état I) et abandonné à la fin du iiie s. p.C.. l'état 2 est à placer dans le iiie s. p.C.

29Les tubuli de Bouzigues à Saint-Laurent-de-Carnols (Gard) : Trois catégories ont été mises en évidence. La plus importante (Type I) regroupe trente-trois mesures qui vont de 1 à 1,5 cm, avec une moyenne de 1,27 cm (fig. 29). La seconde (Type 2) comprend sept mesures de 1,1 ou 1,2 cm et une moyenne de 1,12 cm (fig. 29). La dernière ne compte qu'un individu épais de 1,2 cm (fig. 29).
Datation : Entre l'époque flavienne et la fin du iie s.

Fig. 25 : Gaujac, Saint-Vincent : les peignages des tubuli (clichés A. Bouet).

Fig. 26 : Gaujac, Saint-Vincent : les peignages des tubuli (clichés A. Bouet).

Fig. 27 : Gaujac. Saint-Vincent : les épaisseurs des tubuli (A. Bouet).

Fig. 28 : Gaujac, Saint-Vincent : les épaisseurs des tubuli (A. Bouet).

Fig. 29 : Les épaisseurs des tubuli sur quelques sites de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

Fig. 30 : Les épaisseurs des tubuli sur quelques sites de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

  • 79 Les travaux de l'état 2 ont entraîné des modifications architecturales et la mise en place de nouve (...)

30Les tubuli des Petits Thermes du Nord-Est à Suint-Romain-en-Gal (Rhône) : Les éléments de plusieurs catégories que nous avons mesurés se trouvent dans le caldarium et dans les conduits servant à l'évacuation des gaz du laconicum. Ils ne peuvent qu'appartenir à l'état 2 du bâtiment79. Dix-sept mesures ont été effectuées. Elles s'échelonnent de 1,3 à 1,7 cm. La moyenne est de 1,57 cm (fig. 30).
Datation : Début du iiie s. p.C. Abandon de l'édifice, milieu du iiie s.

31Les tubuli des Prés-Bas à Loupian (Hérault) : De toute la documentation concernant les tubuli de cette villa, nous avons retenu trois ensembles se rapportant à deux périodes chronologiques.

  • 80 US 263, 265, 278, 303, 308.

32— Lot 1 : Cinq unités stratigraphiques80 ont livré trente fragments qui ne présentent pas la même pâte ni le même peignage. Les épaisseurs varient de 0,9 cm à 1,8 cm ; leur moyenne est de 1,28 cm (fig. 30).
Datation : Les couches sont datées des années 150-225 p.C.

33— Lot 2 (US 383) : Lot provenant d'une couche ayant livré six éléments complets. Les épaisseurs varient de 1,6 à 2 cm. La moyenne est de 1,78 cm (fig. 30).
Datation : La couche date des années 300-350 p.C.

34— Lot 3 (US 499) : Présence de cinq tubuli complets dont les épaisseurs s'échelonnent de 2 à 2,3 cm. La moyenne est de 2,04 cm (fig. 30).
Datation : La couche date des années 300-350 p.C.

35Les tubuli des Thermes de Constantin en Arles (Bouches-du-Rhône) : Les douze mesures ont été réalisées sur les tubuli encore en place dans l'angle sud-est et autour du solium oriental du caldarium. Elles s'échelonnent de 2 à 2,5 cm, avec une moyenne de 2,20 cm (fig. 30).
Datation : Le bâtiment est construit au début du ive s. p.C. et fréquenté encore au siècle suivant. S'agit-il des tubuli originels ou de ceux mis en place lors de travaux postérieurs ?

36Les tubuli de Saint-Pierre 1 à Eyguières (Bouches-du-Rhône) : Les tubuli des deux états du bâtiment ont pu être individualisés.

37Dix fragments appartiennent à l'état 1. Les épaisseurs varient de 1,1 à 1,5 cm. La moyenne est de 1,36 cm (fig. 3 1).
Datation : L'état 1 date de la fin du iiie s. p.C.

38Quarante-six fragments de l'état 2 ont pu être mesurés. Les épaisseurs s'échelonnent de 1,4 à 2.8 cm. La moyenne est de 2,09 cm (fig. 31).
Datation : Les thermes de l'état 2 datent de la fin du ive s. ou du début du siècle suivant.

  • 81 Ceci est confirmé par les tubuli découverts dans les thermes de la villa de Villeneuve à Gordes occ (...)

39Au terme de cet examen de cas différents, que peut-on déduire ? A noter, en premier lieu, que les parois des tubuli d'un même lot n’ont pas une épaisseur constante, les variations allant souvent du simple au double. Les tubuli. comme les bobines, étant des matériaux fonctionnels auxquels les potiers ne devaient pas accorder un soin particulier, il sera délicat d’étudier un seul conduit sorti de tout contexte. Ceci étant, la prise en compte d'un lot permet toutefois de déterminer des différences et une évolution. Il apparaît clairement que l'on assiste à un accroissement net de l'épaisseur de la paroi des tubuli entre le ier s. p.C. et le ve s. Les exemples du milieu du ier s. (voire de la première moitié) et de l'époque flavienne tournent autour de 1 à 1,2 cm. On pourrait assister à une augmentation progressive durant le iie s. Dans la première moitié du iiie s., on est plutôt autour de 1,4/1,5 cm, au début du ive s., de 1,7 à 2 cm, peut-être au-dessus encore au ve s.81 On est probablement en présence d'un abâtardissement de la technique, avec de moins en moins de soins apportés à la fabrication.

Fig. 31 : Les épaisseurs des tubuli sur le site de Saint-Pierre 1 à Eyguières (A. Bouet).

  • 82 La villa du Clos de Serre à Caumont-sur-Durance pose un certains nombre de problèmes. Les quelques (...)

40Ces constatations ne s'appliquent qu'à la région étudiée et il serait très hasardeux de les extrapoler à une zone plus vaste, voire à l’ensemble du monde romain82. Un rapide coup d'œil sur les tubuli des thermes des Praedia de Julia Félix à Pompéi (après 62 p.C.) montre qu'avec une épaisseur des parois de 0,9 cm, ils entrent tout à fait dans le schéma de la Narbonnaise ; en revanche, les conduits entassés en vue de leur utilisation dans les Thermes suburbains d'Herculanum (avant 79 p.C.), avec leur 1,5 cm, s'en éloignent.

41Les tubuli fournissent donc un critère supplémentaire pour la compréhension de l'évolution d'un édifice. Nous ne prendrons que quatre exemples.

  • 83 Pour l'évolution générale du bâtiment thermal, voir Bouet 1996, II, 376-379.
  • 84 Vingt fragments dans le caldarium contre trois dans la pièce intermédiaire.
  • 85 Sept fragments dans la pièce intermédiaire contre deux dans le caldarium.

42Le cas de La Clémensanne à Taradeau83 : Les tubuli, en nombre réduit, car situés uniquement dans les angles des pièces chauffées, appartiennent à deux groupes bien distincts, tant par leur pâte, leur peignage que leurs dimensions (fig. 32). Le premier, composé de vingt-trois fragments, présente des dimensions s'échelonnant de 0,8 à 1,1 cm avec une moyenne de 0.9 cm. Le second, fort de neuf fragments, a des dimensions variant de 1.3 à 2.1 cm, avec une moyenne de 1,58 cm. On note que les fragments du premier groupe se répartissent essentiellement dans le caldarium84. alors que ceux du deuxième se trouvent plus volontiers dans la pièce chauffée intermédiaire85. On peut alors se demander si les tubuli du premier groupe ne remontent pas à la construction de l'édifice à l'époque flavienne, alors que ceux du groupe 2 auraient été mis en place lors d'une des deux phases de transformation. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les fragments du groupe 2 sont dans la pièce intermédiaire qui a connu le plus de modifications (tepidarium aménagé en laconicum).

  • 86 Pour l'évolution générale du bâtiment thermal, voir Bouet 1996. II. 260-265.

43Le cas de La Brunette à Orange86 : Les tubuli que nous avons mesurés ont tous été retrouvés dans les couches d'effondrement des thermes de l'état 2 mis en place à la fin du iie s. ou au début du iiie s. Un édifice thermal existait dans l'état précédent du début du ier s. p.C., utilisé sans interruption jusqu'à l'état 2. Il perdure après des transformations à l'économie, perdant le chauffage de la pièce tiède, tandis que la salle du bain devient strictement rectangulaire. Le graphique des deux cent vingt-quatre mesures effectuées permet de distinguer clairement deux groupes (fig. 32) : l'un, composé de cent quatre-vingt-quatorze fragments, présente des épaisseurs variant de 1 à 1,4 cm et une moyenne de 1,22 cm, un second, de trente éléments s'échelonnant de 1,6 à 1,9 cm, avec une moyenne de 1.79 cm. On peut alors proposer comme hypothèse que les tubuli des thermes du premier état ont été réutilisés lors de la construction du deuxième ensemble thermal, avec adjonction seulement de quelques conduits manquants. Rien n'établit, bien sûr, que les tubuli du premier groupe datent de la construction de l'état 1, à savoir du début du ier s. p.C. Ils ont, plus probablement, été mis en place au cours d'une réparation de l'hypocauste effectuée durant les deux siècles d'utilisation, peut-être, au vu de l'épaisseur de la paroi, dans la deuxième moitié du ier s. p.C.

  • 87 Pour l'évolution générale du bâtiment thermal, voir Bouet 1996, II. 63-66.

44Le cas des thermes de Balaruc-les-Bains87 : Les thermes à vocation curative sont très mal connus. Ils sont fréquentés du début du ier s. p.C. (présence d'opus reticulatum) au iiie ou ive s. p.C. et ont subi plusieurs phases de remaniements. Trois types de tubuli ont pu être repérés (fig. 32). Le premier (six fragments) présente une pâte sableuse blanchâtre, identique au Type 5 de Gaujac. Les épaisseurs s'échelonnent de 0,9 à 1,1 cm. La moyenne est de 1 cm. Le deuxième (cinquante-cinq fragments), constitué d'une pâte rouge-marron sableuse, comprend un dégraissant grossier blanchâtre. Les épaisseurs varient de 1,1 à 1,8 cm. La moyenne est de 1,36 cm. Le troisième type (neuf fragments) est constitué d'une pâte sableuse de couleur rouge. Les épaisseurs varient de 1,4 à 1,8 cm ; la moyenne est de 1,55 cm. On peut proposer une évolution de l'édifice : les tubuli du type 1 remonteraient, si ce n'est a l'origine de la construction, du moins au ier s. p.C., puis aurait suivi une grande phase de remaniements au iie s. (type 2) et de transformations (mineures ?) au iiie s.

  • 88 Pour l'évolution générale du bâtiment thermal, voir Bouet 1996, II, 463-464.

45Le cas des thermes du Sablas à Ambrussum88 : Les quatre-vingts fragments de tubuli ont été retrouvés, pour la plupart, dans les couches d'abandon des thermes datées des années 240-250 p.C. Toutes catégories confondues, les mesures s'échelonnent de 0,8 à 1,8 cm (fig. 32). La moyenne est de 1,02 cm. On peut envisager une datation de l'édifice dans le ier s., peut-être à l'époque flavienne.

46Au terme de ces quelques constatations, les tubuli apparaissent désormais comme des éléments pouvant servir à la compréhension de l'évolution d'un ensemble thermal car ils permettent d'appréhender des travaux n'ayant pas concerné l'architecture de l'édifice, mais seulement son système de chauffage qui se détériore rapidement. Seuls les matériaux usés ou abîmés (les plus proches de la source de chaleur ?) étaient remplacés, les autres étant réutilisés dans de nouveaux aménagements. Ainsi, dans les Thermes B de Gaujac, on peut considérer que, lors de l'abandon de l'édifice, 31,5 % des tubuli (Types 5 el 6) remontaient à la construction de l’édifice, les autres ayant été mis en place lors de transformations à situer entre la fin du ier s. et la première moitié du iiie s. p.C. ; à Balaruc, les tubuli originels (Type 1) ne représentent que 8,57 %.

Fig. 32 : Les épaisseurs des tubuli sur quelques sites de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).

2. 3. 3. La répartition géographique en Narbonnaise

  • 89 Voir paragraphe 2. 3. 1.
  • 90 Il faut admettre que certains tubuli étaient spécialement fabriqués pour servir de cheminée.
  • 91 A l'est de la Narbonnaise, ce sont les tubuli qui semblent à nouveau employés, comme le montre leur (...)

47La cartographie des sites thermaux ayant livré des tubuli autorise certains commentaires (fig. 33). Les tubuli sont très fréquents dans le sud de la Gaule, surtout en Languedoc et, dans une moindre mesure, en Roussillon, dans la vallée du Rhône, le sud du Vivarais et, sur la rive gauche, en Provence au nord de la Durance. Autre zone extrêmement riche, le nord de la province, le Dauphiné et la Savoie. D’autres secteurs apparaissent beaucoup plus pauvres ; c’est le cas entre Alba-la-Romaine et Vienne. On ne peut pas en tirer de conclusion car il s'agit d'une région où les découvertes thermales sont rares et il n'est pas impossible que les zones nord et sud n’en forment en fait qu’une seule reliée par la vallée du Rhône. Deux autres secteurs sont beaucoup plus probants. Le premier est le Toulousain où aucun des édifices fouillés ne comporte de conduits de chaleur. Autre région, le Sud-Est : la Provence au sud de la Durance et des Alpilles, la Côte d'Azur et les Alpes n'ont livré qu'un nombre très limité de sites. Cette répartition peut encore être renforcée par l'étude de certains des vestiges. Dans la villa de La Clémensanne à Taradeau. le fouilleur note que les tubuli ont été retrouvés uniquement dans les angles des pièces, alors que de très nombreux fragments de bobines sont présents ailleurs. On peut donc penser que les tubuli étaient utilisés comme cheminées servant à l'évacuation des gaz chauds. Cela est confirmé par la taille des ouvertures latérales du conduit89 qui sont, de loin, les plus grandes relevées en Narbonnaise, celles-ci facilitant la communication entre la double paroi et la cheminée90. Sur le site voisin de la villa de Saint-Hermentaire à Draguignan, des tubuli ont été retrouvés en place dans les angles du laconicum. Il ne serait pas étonnant que l'on soit dans le même cas de figure qu'à La Clémensanne. Les doubles parois pouvaient alors être réalisées à l'aide de bobines. Elles ne sont certes pas mentionnées par le fouilleur, mais il faut noter que le dégagement est ancien (1869) ; on peut penser que les vestiges de bobines, plus ténus que ceux des tubuli, sont passés inaperçus. Deux autres sites, la villa du Grand Loou I à La Roquebrussanne et la domus de la Résidence pour Personnes Agées à Digne, ont livré des tubuli en petit nombre par rapport aux bobines. Il s'agit probablement, là aussi, du même type d'aménagement que celui de Taradeau. On se rend donc compte que, si l'on met de côté ces bâtiments, la région est encore plus vide. Nous manquons d'informations sur la quantité de tubuli existant dans les édifices de La Garde et de Martigues. Seul le bâtiment de Mandelieu. à l'extrémité orientale de la Narbonnaise, en a livré un grand nombre91.

  • 92 Site de Coste Grande à Grisolles (Tarn-et-Garonne) (Baccrabère 1983, 41).
  • 93 Mettre 1992, 175.

48La répartition des ateliers ne donne pas plus d'informations car ceux-ci sont en nombre extrêmement limité. Les prospections au sol semblent confirmer les découvertes laites en fouille. Ainsi, dans le Toulousain, G. Baccrabère n'a repéré qu'un site contenant de tels matériaux92. En revanche, J.-Cl. Meffre fait état de cinquante-trois sites dans le Vaisonnais ayant livré des tubuli93.

  • 94 Voir quelques exemples, paragraphe 10.

49Le lieu de provenance des tubuli est extrêmement difficile à cerner à partir de la pâte et des peignages, très nombreux. Leur identification serait aisée à partir des marques, mais ces matériaux n’en comportent que très rarement94.

Fig. 33 : Carte de répartition des tubuli en Gaule Narbonnaise. 1. Aigues-Vives 2. Aix-en-Diois 3. Aix-les-Bains 4. Alba-la-Romaine 5. Alleins 6. Annecy 7. Annecy-le-Vieux 8. Arbin 9. Arles 10. Balaruc-les-Bains 11. Bédoin 12. Béziers 13. Cannes 14. Caumont-sur-Durance 15. Chancy 16. Châteauneuf 17. Cognin 18. Digne-les-Bains 19. Draguignan 20. Eyguières 21. Faverges 22. Flassan 23. Fréterive 24. Frontignan 25. La Garde 26. Gaujac 27. Genève 28. Gigondas 29. Gilly 30. Guides 31. Les Granges-Gontardes 32. L'Isle d'Abeau 33. Lattes 34. Laudun 35. Lespignan 36. Loupian 37. Lunel-Viel 38. Mandelieu-La Napoule 39. Martigues 40. Les Martys 41. Menthon-Saint-Bernard 42. Narbonne 43. Nîmes 44. Orange 45. Les Pennes-Mirabeau 46. Peyriac-de-Mer 47. Poliénas 48. Puyloubier 49. Puissalicon 50. Rennes-les-Bains 51. La Roquebrussanne 52. Saint-Denis 53. Saint-Julien-de-Peyrolas 54. Saint-Laurent-de-Carnols 55. Saint-Martin d'Uriage 56. Saint-Rémy-de-Provence, Glanum 57. Saint-Romain de Jalionas 58. Saint-Romain-en-Gal 59. Saint-Sernin 60. Sallèles d'Aude 61.Sauvian 62. Sermérieu 63. Seyssel 64. Taradeau 65. Tavel 66. Vaison-la-Romaine 67. Vendres 68. Vienne 69. Villetelle, Ambrussum.

2. 3. 4. La date d'apparition

  • 95 Dcgbomont 1984, 140.
  • 96 Adam 1989, 293.
  • 97 Fédière & Rouquette 1989, 114. F. Yegül et I. Nielsen ne posent pas le problème en ces termes, cons (...)

50Etudions enfin la date d'apparition de ces matériaux de construction. Celle-ci varie selon les auteurs qui se sont intéressés à ces problèmes. Pour certains, les tubuli seraient apparus au ier s. p.C.95, pour d'autres, plus précisément dans la première moitié du ier s. p.C.96, pour les derniers enfin, dans la deuxième moitié du ier s. p.C. (pour la Narbonnaise)97.

  • 98 Lettres, 90.25.
  • 99 Digestes, 8.2.13.

51Les textes apportent d'importantes informations. Le passage célèbre de Sénèque98 les présentant comme une nouveauté, mais également celui beaucoup moins connu du juriste Proculus99, attestent l'existence des tubuli au milieu du ier s. p.C. Pompéi et Herculanum ont été des sites de référence pour tenter de mieux dater leur développement. En effet, trois monuments de Pompéi en ont livré. C'est le cas du caldarium de la section masculine des Thermes de Stabies. Suite aux travaux consécutifs au tremblement de terre de 62 p.C., la pièce présente un mélange de conduits et de tegulae mammatae. Même aménagement dans les thermes des Praedia de Julia Félix, édifiés après le tremblement de terre, où des tubuli ont été placés de part et d'autre de la porte de communication entre caldarium et tepidarium (fig. 19). Les Thermes du Centre, enfin, en cours de construction lors de l'éruption du Vésuve, ne présentaient que des tubuli, et plus aucune tegula mammata. A Herculanum, ce sont quatre pièces des Thermes suburbains, en travaux lors de l'éruption, qui ont des parois tubulées. Dans une salle de service, ont été mis au jour des conduits soigneusement entassés dans l'attente de leur emploi. On pourrait également citer le cas de la pièce chauffée avec natatio de la villa San Marco à Stabies qui présente également de tels matériaux. De ces quelques exemples, on peut tirer que les tubuli se répandaient en Campanie dans les constructions thermales au détriment des tegulae mammatae entre 62 et 79 p.C.

  • 100 Hors de Narbonnaise, l'exemple des Grands Thermes de Masada (Israël) pourrait être un jalon intéres (...)

52La documentation de la Narbonnaise est-elle susceptible d'apporter de nouveaux éléments pour la connaissance des débuts de la fabrication de ce matériau ? La réponse est affirmative ; l'apport de cette province est loin d'être négligeable. En effet, on constate que les tubuli sont présents en Narbonnaise dès l'époque augustéenne, sur le site du Fort Royal de l'Ile Sainte-Marguerite, et qu'au moins deux exemples – Thermes A d'Albigny-Condion à Seyssel et Thermes A de Saint-Vincent à Gaujac – sont à placer dans la première moitié du ier s. p.C. Il faut donc remonter sensiblement l'apparition de ces matériaux, au plus tard au début du ier s. p.C. et, plus probablement, à la fin du siècle précédent100. Ils sont ensuite, à partir du milieu du ier s. p.C., employés couramment dans les constructions thermales. Cette utilisation perdure durant la période d'édification des thermes puisque les derniers exemples datent à Narbonne (Clos de La Lombarde) de la deuxième moitié du ive s. p.C., à Eyguières (Saint-Pierre 1) de la fin du ive s. ou du début du ve s., à Loupian (Les Prés-Bas) des années 425-450.

  • 101 I. Nielsen (Nielsen 1990, I, 14-15) note que les fouilles menées à Rome près de l'Arc de Titus, com (...)

53Il faut donc noter que Pompéi et Herculanum – sites de référence par leur exceptionnel état de conservation – n'étaient pas à la pointe de l'innovation technique, car les tubuli y apparaissent plusieurs dizaines d'années après la Narbonnaise101. Le texte de Sénèque témoigne du même état de fait. La région dont l'auteur tire sa documentation était, elle aussi, dans la même situation que la Campanie (mais peut-être est-ce la Campanie ?).

Notes

56 Les thermes du Centre Hospitalier d'Évreux (Eure) ont livré des tubuli présentant un système original d'ancrage dans le parement. La face de chaque conduit appuyée contre le parement est perforée de deux trous par lesquels le mortier frais s’infiltre, solidarisant une fois sec la brique et le mur (Aupert et al. 1997, 64).

57 Lettres, 90.25.

58 Dans De la Providence (4.9). Sénèque mentionne l'existence de salles à manger chauffées par le sol et par les parois. S'il s'agit bien de tubuli. la première mention textuelle pourrait donc remonter au plus tard à 48 p.C., date de la fin de l'exil corse de l'auteur. Même problème chez Ausone (La Moselle, 5.339-340) au ive s. p.C. qui évoque le chauffage des parois. Il n’est pas possible de déduire l'existence de tubuli.

59 Digestes, 8.2.13.

60 Digestes, 43.21.3.6.

61 Présence de cinq tubuli estampillés Clariana.

62 Marque Clarianac. Présence de cinq autres estampilles Clariana.

63 Type 1A. Voir ci-dessous, la description.

64 Type 1B. Voir ci-dessous, la description.

65 Type 5. Voir ci-dessous, la description.

66 Type 6. Voir ci-dessous, la description.

67 Type 8. Voir ci-dessous, la description.

68 Quatre fragments sont estampillés C. Viri Clementis.

69 Des tubuli se trouvent dans des couches à partir des années 100-125 p.C.

70 Certains tubuli sont estampillés Clarianus. Ils doivent remonter au iie s. p.C.

71 Les tubuli ont été retrouvés uniquement dans les angles des pièces sur hypocauste.

72 Estampille Clarianus.

73 Hors de Narbonnaise, mentionnons le dépotoir de l'atelier des Poujols à Laissac (Aveyron) au nord duquel un fragment de tubulus a été mis au jour. Le dépotoir est daté de la deuxième moitié du Ier s. p.C. (Gruat et al. 1992, 104). L'atelier du Bas-Rouault à Tressé (Ille-et-Vilaine) a également produit des tubuli au iie ou iiie s. p.C. (Le Ny et al. 1993, 92).

74 Voir la description plus détaillée dans Le Ny 1992, 153-154.

75 Fr. Le Ny parle d'un retrait de 5 à 8 % (Le Ny 1992. II. 272-276). L. Goulpeau de 12 % (Goulpeau 1988, 107).

76 Sur les différentes façons de procéder, voir Morgan 1979.

77 Goulpeau 1988. 106.

78 Fouilles J. Charmasson.

79 Les travaux de l'état 2 ont entraîné des modifications architecturales et la mise en place de nouveaux enduits peints (Leblanc & Lebot-Helly 1997, 266-267).

80 US 263, 265, 278, 303, 308.

81 Ceci est confirmé par les tubuli découverts dans les thermes de la villa de Villeneuve à Gordes occupée entre le iiie et le ve s. p.C., dont les parois sont épaisses de 2 cm (note inédite).

82 La villa du Clos de Serre à Caumont-sur-Durance pose un certains nombre de problèmes. Les quelques tubuli rencontrés ont des parois variant de 0,6 à 1,6 cm. La villa est mal datée, probablement de l'Antiquité tardive (iiie s.-ive s. p.C.). S'agit-il d'une particularité du site ou du remploi massif de tubuli antérieurs ? Rappelons que le site se distingue également par la présence de tegulae mammatae du Groupe 1. En revanche, les quelques constatations que nous avons pu faire sur des villae d'Aquitaine montrent que les tubuli de l'Antiquité tardive sont, ici aussi, très épais.

83 Pour l'évolution générale du bâtiment thermal, voir Bouet 1996, II, 376-379.

84 Vingt fragments dans le caldarium contre trois dans la pièce intermédiaire.

85 Sept fragments dans la pièce intermédiaire contre deux dans le caldarium.

86 Pour l'évolution générale du bâtiment thermal, voir Bouet 1996. II. 260-265.

87 Pour l'évolution générale du bâtiment thermal, voir Bouet 1996, II. 63-66.

88 Pour l'évolution générale du bâtiment thermal, voir Bouet 1996, II, 463-464.

89 Voir paragraphe 2. 3. 1.

90 Il faut admettre que certains tubuli étaient spécialement fabriqués pour servir de cheminée.

91 A l'est de la Narbonnaise, ce sont les tubuli qui semblent à nouveau employés, comme le montre leur découverte dans les trois ensembles de Cimiez à Nice. Thermes du Nord : Hauteur : 38 cm. section : 15 x 12 cm ; Thermes de l'Est : Hauteur : 38 cm, section : 25 x 21 cm.

92 Site de Coste Grande à Grisolles (Tarn-et-Garonne) (Baccrabère 1983, 41).

93 Mettre 1992, 175.

94 Voir quelques exemples, paragraphe 10.

95 Dcgbomont 1984, 140.

96 Adam 1989, 293.

97 Fédière & Rouquette 1989, 114. F. Yegül et I. Nielsen ne posent pas le problème en ces termes, considérant plutôt l'apparition des parois chauffées au sens large. Pour le premier auteur, les tegulae mammatae sont un système utilisé en même temps ou plus tôt que les tubuli (Yegül 1992, 363), pour le second les parois chauffées apparaissent dans la deuxième moitié du ier s. a.C. (Nielsen 1990, 1. 14-15).

98 Lettres, 90.25.

99 Digestes, 8.2.13.

100 Hors de Narbonnaise, l'exemple des Grands Thermes de Masada (Israël) pourrait être un jalon intéressant comme l'a déjà noté I. Nielsen (Nielsen 1990, I, 14). Cependant nous serons plus prudent que l'auteur. En effet, les peintures du IIe Style datant le monument des années 30 a.C. (renseignement A. Barbet) se rapportent au frigidarium et à l'apodyterium. Or les tubuli sont présents dans le caldarium, dont les enduits, s'ils existent, ne sont pas publiés. Il n'est pas impossible que les conduits d'air chaud ne remontent pas à la construction, qu'ils aient été mis en place lors d'un remaniement, les thermes ayant été fréquentés bien après la prise du site par la garnison romaine.

101 I. Nielsen (Nielsen 1990, I, 14-15) note que les fouilles menées à Rome près de l'Arc de Titus, comme celles sous la Maison du Faune à Pompéi ont permis la découverte d'un système de chauffage des parois à l'aide de conduites circulaires datées du ier s. a.C.

Table des illustrations

Légende Fig. 21 : Les différentes parties d'un tubulus (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Note6161
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Note6262
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Note6363Note6464Note6565Note6666Note6767
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Note6868Note6969
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Note7070
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Note7171
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Note7272
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 22 : Les dimensions de quelques tubuli de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 23 : Les hauteurs de quelques tubuli de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 24 : Les épaisseurs des tubuli sur quelques sites de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 25 : Gaujac, Saint-Vincent : les peignages des tubuli (clichés A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 26 : Gaujac, Saint-Vincent : les peignages des tubuli (clichés A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 27 : Gaujac. Saint-Vincent : les épaisseurs des tubuli (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 28 : Gaujac, Saint-Vincent : les épaisseurs des tubuli (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 29 : Les épaisseurs des tubuli sur quelques sites de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 30 : Les épaisseurs des tubuli sur quelques sites de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 31 : Les épaisseurs des tubuli sur le site de Saint-Pierre 1 à Eyguières (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 32 : Les épaisseurs des tubuli sur quelques sites de Gaule Narbonnaise (A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 33 : Carte de répartition des tubuli en Gaule Narbonnaise. 1. Aigues-Vives 2. Aix-en-Diois 3. Aix-les-Bains 4. Alba-la-Romaine 5. Alleins 6. Annecy 7. Annecy-le-Vieux 8. Arbin 9. Arles 10. Balaruc-les-Bains 11. Bédoin 12. Béziers 13. Cannes 14. Caumont-sur-Durance 15. Chancy 16. Châteauneuf 17. Cognin 18. Digne-les-Bains 19. Draguignan 20. Eyguières 21. Faverges 22. Flassan 23. Fréterive 24. Frontignan 25. La Garde 26. Gaujac 27. Genève 28. Gigondas 29. Gilly 30. Guides 31. Les Granges-Gontardes 32. L'Isle d'Abeau 33. Lattes 34. Laudun 35. Lespignan 36. Loupian 37. Lunel-Viel 38. Mandelieu-La Napoule 39. Martigues 40. Les Martys 41. Menthon-Saint-Bernard 42. Narbonne 43. Nîmes 44. Orange 45. Les Pennes-Mirabeau 46. Peyriac-de-Mer 47. Poliénas 48. Puyloubier 49. Puissalicon 50. Rennes-les-Bains 51. La Roquebrussanne 52. Saint-Denis 53. Saint-Julien-de-Peyrolas 54. Saint-Laurent-de-Carnols 55. Saint-Martin d'Uriage 56. Saint-Rémy-de-Provence, Glanum 57. Saint-Romain de Jalionas 58. Saint-Romain-en-Gal 59. Saint-Sernin 60. Sallèles d'Aude 61.Sauvian 62. Sermérieu 63. Seyssel 64. Taradeau 65. Tavel 66. Vaison-la-Romaine 67. Vendres 68. Vienne 69. Villetelle, Ambrussum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9582/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search