Version classiqueVersion mobile

Les matériaux de construction en terre cuite dans les thermes de la Gaule Narbonnaise

 | 
Alain Bouet

1. Les tegulae mammatae

Texte intégral

  • 1 Adam 1989, 287-294. A mentionner également le colloque de Saint-Cloud qui a eu pour thème la brique (...)
  • 2 Fincker 1986.
  • 3 Le Ny 1988 ; Le Ny 1992.
  • 4 La même remarque peut être faite pour les plans des thermes (Bouet 1996, 1, 6).

1Les matériaux de terre cuite utilisés dans les thermes ont déjà fait l'objet d'une abondante bibliographie. Les ouvrages parus ces dernières années, qu'ils aient trait à l'étude spatiale des bains ou à leur fonctionnement, leur consacrent toujours quelques pages1. Il s'agit, la plupart du temps, de généralités reprises de synthèse en synthèse, s'appuyant toujours sur les mêmes exemples. De façon ponctuelle, certains travaux ont toutefois abordé les problèmes posés par tel ou tel matériau2. Des études sur les fours ont également pris en compte ces éléments3. Cependant, toutes ces recherches qui portent sur des aires géographiques importantes empêchent une étude fine de leur répartition, masquent ainsi les différences, les préférences, les techniques locales, et uniformisent leur emploi4. Si l'on perçoit quelques originalités régionales, on ne peut pas les circonscrire devant l'absence de documentation abondante sur une même région. Étudier une aire géographique restreinte permet de considérer l'ensemble de la documentation sans se contenter de celle publiée et donc en nombre limité. Si le point de départ de l'étude se trouve dans les thermes, nous étendrons également la recherche aux découvertes faites en dehors du contexte balnéaire afin de préciser les conclusions auxquelles nous parviendrons.

2Les matériaux de terre cuite sont abondants dans les édifices thermaux car ils ont plusieurs avantages : sous l'effet de la température ils acceptent une certaine dilatation et conservent également la chaleur. Pour ces raisons, ils sont présents dans les hypocaustes, les revêtements des parois (tegulae mammatae, tubuli, bobines) et les voûtes (briques claveaux). On les trouve également dans des endroits non chauffés, sous forme de briques décorées, briquettes de revêtement de sols ou bobines de voûte.

1.1. Présentation générale

  • 5 Traité d’architecture, 5.10.2 et 7.4.2.
  • 6 Histoire Naturelle, 35.159.
  • 7 On pourrait imaginer que les tegulae mammatae ne servent dans les bains qu'à la protection des paro (...)

3Les tegulae mammatae sont des briques carrées ou quadrangulaires, munies sur une de leurs grandes faces de plusieurs protubérances (mamelons) (fig. 1). Juxtaposées contre une paroi et maintenues par des clous de fer en T (fig. 2), elles forment une double paroi délimitant un espace libre, qui donne passage aux gaz chauds en provenance de l'hypocauste. Ce matériau est cité par plusieurs auteurs : Vitruve5 en préconise l'usage dans les pièces pour lutter contre l'humidité mais ne fait pas mention de son utilisation dans les salles chauffées des thermes. Pline l'Ancien6 en souligne la présence dans les bains, sans préciser qu'il s'agit des pièces chauffées7. C'est l'interprétation retenue par tous les auteurs ayant étudié ce texte.

Fig. 1 : Les différentes parties d’une tegula mammata (dessin A. Bouet).

Fig. 2 : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B : clous en T servant au maintien d'une double paroi (dessins A. Bouet).

1.2. Les tegulae mammatae en Gaule Narbonnaise et dans ses environs

4La Gaule Narbonnaise a livré plusieurs exemples de tegulae mammatae. Certaines découvertes ont été faites dans des thermes mais ce n'est pas toujours le cas. On en a retrouvé dans des contextes différents - isolément ou dans un habitat. On en distingue plusieurs types en fonction de la longueur des mamelons et de leur mode d'accrochage. Les protubérances présentent des aspects très divers, mais on peut les regrouper en deux catégories. Les premières sont façonnées de façon soignée. Leur hauteur, variable, est généralement supérieure à 3 cm. Les secondes sont aisément reconnaissables, car moins hautes que les précédentes et de modelé très grossier. Il s'agit simplement de morceaux informes d'argile appliqués sur la brique.

1.2. 1. Groupe 1 : les tegulae mammatae à longs mamelons

5La première catégorie regroupe les tegulae mammatae présentant des mamelons d'une longueur égale ou supérieure à 3 cm. Elles se différencient par leur type d'accrochage. Les trous de fixation sont placés, pour certaines dans le mamelon, pour d'autres dans la brique.

6Groupe 1A : Quelques tegulae mammatae présentent un système de fixation où l'ouverture destinée au passage du clou métallique est aménagée au centre de la protubérance. Les critères retenus concernent la forme du mamelon, sa dimension et sa hauteur ainsi que la taille du trou de fixation.

  • 8 Les datations précédées d'un astérisque concernent la datation du site dans son ensemble, celles ne (...)
  • 9 La mention entre parenthèses qui suit le nom du site concerne la nature de ce dernier, à savoir : t (...)

Note88
Note9
9

Fig. 3 : Les tegulae mammatae du Groupe 1A. a : Perpignan, Ruscino (dessin A. Bouet). b : Vaison-la-Romaine, Maison au Dauphin (dessin A. Bouet).

7A ces deux exemples sûrs, il faut, peut-être, en ajouter un troisième plus problématique :

  • 10 Goudineau 1979, 105.

8Les tegulae mammatae de Puissalicon et, probablement, de Ruscino sont fixées par un clou planté dans l'ouverture située dans le mamelon. Le système d'accrochage des exemples de Vaison-la-Romaine est plus complexe (Fig. 4) : “Contrairement au dispositif normal, ce clou ne s'enfonçait pas dans l'un des trous disposés dans les angles de la brique mais entre deux briques à leur jonction ; deux clous plus petits reliaient la tête du premier, percé de deux orifices, aux angles de deux briques voisines. Ce type de fixation, qui double les points d'attache, oblige donc à laisser entre deux tegulae un mince interstice qui devait être comblé à l'aide de mortier. ”10.

Fig. 4 : Vaison-la-Romaine, Maison au Dauphin : système d'accrochage des tegulae mammatae des thermes (Goudineau 1979, pl. 56).-

9Groupe 1B : Les tegulae mammatae de ce groupe se caractérisent par des mamelons ne présentant pas de trou de fixation. Celui-ci est placé directement dans la brique, à moins que le clou en T soit disposé entre les deux éléments.

  • 11 Vu la très grande ressemblance de cet élément avec ceux du site voisin de Saint-Vincent de Couladèr (...)

Note1111

  • 12 Voir note 11.
  • 13 D'autres tegulae à mamelles pyramidales tronquées sont signalées en 1878 à Saint-Michel-du-Touch : (...)

Note1212
Note13
13

10D'autres découvertes île matériaux de ce type ont été faites en Narhonnaise sur îles sites qui n'ont pas livré de thermes ou sur des ateliers de production.

  • 14 Seule la ressemblance de cet élément avec ceux des sites voisins fait penser au ive s. p.C.
  • 15 Voir note 11.

Note1414
Note15
15

  • 16 Voir note 11.

Note1616

Fig. 5 : Les tegulae mammatae du Groupe 1B eu Narbonnaise. a-b : Caumont-sur-Durance, Clos de Serre (dessins J. Mouraret). c-g : Cazères, Saint-Vincent de Couladère (dessins A. Bouet). h-j : Toulouse, Saint-Michel-du-Touch, Thermes du Sud (d'après Baccrabère 1988a, 103). k : Couladère. Les Tambourets (Manière 1971, 197). / : Sallèles d’Aude, Clots de Raynaud (d'après Laubenheimer 1990, 106).

  • 17 Nous excluons pour toutes les comparaisons les cléments seulement mentionnés qui ne peuvent pas êtr (...)

11A noter également que des tegulae mammatae ont été découvertes sur des sites proches de la Narbonnaise, qu'ils aient livré des thermes ou de simples fours17.

  • 18 Ces tegulae mammatae n'ont pas un seul mamelon, comme le prétend par M. Labrousse 1963, mais probab (...)
  • 19 Les mamelons sont soudés à la surface de la brique par une pastille d’argile de 9 à 9,5 cm.

Note1818
Note19
19

  • 20 Ces mamelons pourraient être classés dans le Groupe 2 mais d'après le schéma descriptif (fiable ?) (...)
  • 21 On ne possède que le négatif du mamelon sur la brique.

Note2020
Note21
21

  • 22 Labrousse 1970, 437.

12A cette série, il faut peut-être ajouter le site de Blazy à Cazes-Mondenard (Tarn-et-Garonne) où des tegulae mammatae de ce type ont été ramassées sans autre précision22.

1.2.2. Groupe 2 : les tegulae mammatae à mamelons courts

13La deuxième catégorie regroupe les tegulae mammatae à mamelons d'une longueur inférieure à 3 cm et surtout façonnés de façon grossière, constitués d'un petit morceau d'argile appliqué directement sur la brique. Plusieurs de ces découvertes ont été faites sur des sites comprenant des thermes privés ou publics, mais aucune ne peut être rattachée directement au fonctionnement des pièces chauffées. Nous avons retenu, comme critère, le nombre de mamelons par brique, leur diamètre et leur hauteur ainsi que les dimensions de la brique.

Fig. 6 : Les tegulae mammatae du Groupe 1B sur les sites hors de Narbonnaise. a : Cahors. Crédit Agricole I (d'après Pauc 1982, 111). b : Cahors, 74, Rite Anatole France (d'après Pauc 1982, 11 1). c : Cahors, Rue Hauteserre (d'après Pauc 1982, 111). d : Cahors, Hôpital (d'après Pauc 1982, 111). e : Cahors, Rue des Hortes (d'après Pauc 1982, 111). f : Cahors, Théâtre romain (d'après Pauc 1982, 113). g-h : Cahors, Arc de Diane (d'après Pauc 1982, 113). i : Flaugnac, La Molayrette Basse (d'après Pauc 1982, 113). j : Lavercandière, Frau (d'après Pauc 1982, 113). k : Lavercandière, Grand Frau (d'après Pauc 1982, 113). l-m : Montlauzun, Pendant de Mayjonelle (d'après Pauc 1982, 113). n : Montoulieu, Le Pelet (d'après Labrousse 1963. 224). o : Pouzac (dessin R. Vié). p : Puységur. Les Arribères (d'après Labrousse 1963, 224). q-r : Saint-Cyprien, Les Espeillans (d'après Pauc 1982, 113). s : Saint-DenisCatus, Les Sagnes (d'après Pauc 1982, 1 13). t : Saint-Martin-Laguépie, Sommant (d'après Blanc 1980, 9). u : Saint-Yzans du Médoc, Bois Carré (dessin A. Bouet).

  • 23 L’ensemble de la surface d'accrochage des tétons présente un peignage réalisé à l'aide de deux peig (...)
  • 24 Un fragment de brique présente la trace d'un arrachement d'un mamelon (fig. 7f). Ce dernier n'a pas (...)
  • 25 A côté de chaque mamelon a été percé un trou de fixation circulaire. L'ensemble de la surface d'acc (...)

Note2323
Note24
24
Note25
25

14D'autres briques de ce type ont été découvertes isolément ou sur des sites n'ayant aucun rapport avec des thermes.

Fig. 7 : Les tegulae mammatae du Groupe 2 sur les sites thermaux de Narbonnaise. a : Buoux, Les Crottes (dessin A. Bouet). b-d : Hyères-les-Palmiers, Olbia, Thermes du Nord (dessins J.-Chr. Treglia). e-f : Nissan-lez-Ensérune, Les Farguettes (dessins A. Bouet). g-i : La Roquebrussanne, Le Grand Loou I (dessins A. Bouet). j : Vaison-la-Romaine, Thermes du Nord (dessin A. Bouet).

  • 26 Estampille partiellement conservée de Clarianus (Verguet 1974). La production de briques de ce type (...)
  • 27 Ces tegulae mammatae ont été découvertes lors des travaux d'élargissement de la voie ferrée en 1932 (...)

Note2626
Note27
27

Fig. 9 : Vienne : plan des vestiges dégagés, à côté de la gare (Lancha 1981. pl. XXXII).

Fig. 8 : Les tegulae mammatae du Groupe 2 sur les sites de Narbonnaise. a : Vienne, Rue des Colonnes (d'après cliché R. Lauxerois). b-c : Saint-Jean-de-Garguier (dessins A. Bouet). d : Vaison-la-Romaine, Prés du Chemin de Bayes (dessin A. Bouet).

Fig. 10 : Saint-Romain-en-Gal : brique constituant les gainages des évacuations (dessin A. Bouet).

  • 28 Prisset et al. 1994, 21-22.
  • 29 En Bretagne antique (Brodribb 1979).
  • 30 Les briques utilisées dans les parois des thermes de Chassenon (Charente) présentent de tels tétons (...)

15A cette série, il faut peut-être ajouter les exemples plus problématiques de Saint-Romain-en-Gal (Rhône). Les gainages des évacuations se jetant dans les égouts du site sont composés de briques mesurant environ 33 x 45 cm pour une épaisseur moyenne de 6 cm28 (fig· 10) ; elles présentent un téton central de 2 cm. Il peut s'agir d'un lot de briques à mamelons détournées de leur usage premier ou de briques présentant un mamelon de préhension. La dernière solution serait de voir dans le mamelon un moyen de régulariser les joints de mortier entre deux assises. A noter que l'épaisseur de la brique et la position du téton ne permettent pas d'intégrer ces éléments dans les séries rencontrées en Narbonnaise bien qu'on en retrouve dans d'autres régions29. Ces exemples de Narbonnaise datent des années 40-50 p.C. Nous retenons plutôt la dernière hypothèse30.

1. 3. Quelques éléments de réflexion sur les tegulae mammatae de Gaule du Sud

16Le classement par groupes des tegulae mammatae et leur répartition géographique appellent plusieurs remarques. La carte générale montre que de telles briques ne se retrouvent pas dans toutes les régions de la Narbonnaise, puisque fréquentes dans la partie occidentale de la province et plus particulièrement dans la région de Toulouse, elles sont plus rares dans toute la zone orientale (Languedoc oriental compris) et quasiment inexistantes dans la partie septentrionale (fig. 11).

17La répartition par groupes est encore plus évocatrice. Les tegulae mammatae du Groupe 1A sont peu nombreuses et, de ce fait, on ne remarque pas de zone où elles ont été utilisées préférentiellement (fig. 12). Il faut noter qu'elles sont – pour celles bien datées-anciennes-antérieures au changement d'ère – et qu'il s'agit des premiers exemples connus dans la région. Hormis le trou de fixation aménagé dans le mamelon, les éléments de Vaison-la-Romaine se distinguent nettement de ceux de La Condoumine à Puissalicon ou de Ruscino à Perpignan.

  • 31 L'inventaire de cette région n'est pas exhaustif.

18Les briques du Groupe 1B sont très présentes dans la partie occidentale de la province et même plus au nord (fig. 13). Elles sont particulièrement représentées dans le Toulousain et le Quercy, avec des prolongements et une densification moindre dans les Pyrénées, peut-être le Bordelais31 à l'ouest et vers Narbonne à l'est. En revanche, les tegulae mammatae de ce groupe sont absentes de toute la partie orientale de la province, à l'exception du site du Clos de Serre à Caumont-sur-Durance. La fourchette chronologique d'utilisation de ce matériau est large puisque les premiers éléments remontent à la première moitié du ier s. p.C. (Sallèles-d'Aude. Saint-Jean-le-Vieux), couvrent le Haut-Empire (Las Peyrous à Blagnac, Thermes du Sud et du Centre à Toulouse) alors que les plus nombreux datent du ive s p.C. Les découvertes autour de Cahors sont plus difficiles à situer chronologiquement puisque seules celles des Thermes de l'Arc de Diane pourraient se placer dans la deuxième moitié du iie p.C. (ou avant). Il s'agirait donc d'une production datant du Haut-Empire.

Fig. 11 : Carte de répartition des tegulae mammatae en Gaule du Sud. 1. Belfort-de-Quercy 2. Blagnac 3. Bournazel 4. Buoux 5. Cahors 6. Castanet-Tolosan 7. Caumont-sur-Durance 8. Cazères 9. Cazes-Mondenard 10. Couladère 11. Cuq-Toulza 12. Flaugnac 13. Hyères-les-Palmiers. Olbia 14. La Roquebrussanne 15 Lavercandière 16. Le Boulvé 17. Marquetave 18. Martres-Tolosane 19. Montlauzun 20. Montmaurin 21. Montoulieu 22. Nissan-lez-Ensénine 23 Perpignan. Ruscino. 24. Pouzac 25. Puissalicon 26. Puységur 27. Saint-Romain-en-Gal 28. Sallèles d'Aude 29. Saint-Cernin 30. Saint-Cyprien 31 Saint- Denis-Catus 32. Saini-Jean-de-Garguier 33. Saint-Jean-le-Vieux 34. Saint-Martin-Laguépie 35. Saint-Paul-de-Loubressac 36. Saint-Yzans du Médot 37. Sainte-Foy-la-Grande 38. Toulouse 39. Vaison-la-Romaine 40. Varaire 41. Vienne.

Fig. 12 : Carte de répartition des tegulae mammatae du Groupe 1A en Gaule du Sud.

Fig. 13 : Carte de répartition des tegulae mammatae du Groupe 1B en Gaule du Sud. 1. Belfort-de-Quercy 2. Blagnac 3. Bournazel 4. Cahors 5. Castanet-Tolosan 6. Caumont-sur-Durance 7. Cazères 8. Cazes-Mondenard 9. Couladère 10. Cuq-Toulza 11. Flaugnac 12. Lavercandière 13. Le Boulvé 14. Marquefave 15. Martres-Tolosane 16. Montlauzun 17. Montmaurin 18. Montoulieu 19. Pouzac 20. Puységur 21. Sallèles d’Aude 22. Saint-Cernin 23. Saint-Cyprien 24. Saint-Denis-Catus 25. Saint-Jean-le-Vieux 26. Saint-Martin-Laguépie 27. Saint-Paul-de-Loubressac 28. Saint-Yzans du Médoc 29. Sainte-Foy-la-Grande 30. Toulouse 31. Varaire.

  • 32 La forme des mamelons du Clos de Serre se différencie nettement de celle des exemples précédents.

19Dans celle vaste région occidentale, deux sous-groupes se distinguent en fonction de la forme des mamelons32. Dans la région de Toulouse, ils ont. pour la plupart, une forme de pyramide tronquée ; très rares sont les formes coniques à sommet arrondi, présentes uniquement dans les Thermes du Sud de Saint-Michel-du-Touch à Toulouse. La première forme est courante durant une longue période, allant du ier s. p.C. au IVe s. où elle est surtout abondante. Dans la région de Cahors, on retrouve exclusivement des mamelons tronconiques ou coniques à sommet arrondi dont la production pourrait être du Haut-Empire.

20Les tegulae mammatae du Groupe 2 sont beaucoup moins fréquentes que celles du précédent (fig. 14). Elles se situent exclusivement dans la partie occidentale de la Narbonnaise, à l'exception de la villa des Farguettes à Nissan-lez-Ensérune.

Fig. 14 : Carte de répartition des tegulae mammatae du Groupe 2 en Gaule Narbonnaise.

  • 33 Adam 1989, 292.
  • 34 L'exemple de la domus de la Rue des Colonnes à Vienne est tout à fait révélateur car les briques so (...)

21Une grande distinction doit être faite entre les tegulae mammatae des Groupes I et 2. Les secondes, par la petite taille de leurs mamelles, n'ont pas pu servir au chauffage des parois. J.-P. Adam note que. dans un espace laissé totalement libre d'environ 5 cm, le tirage ne devait pas être excellent, “provoquant au contraire ce que l'on appelle en fumisterie “l'effet de lame”, c'est-à-dire la formation de turbulences freinant la montée de l'air chaud, provoquant même parfois son retour”33. Il est donc exclu que des briques à tétons ne dépassant jamais 3 cm aient servi au passage de l'air chaud ; celles-ci ne devaient avoir qu'une fonction d'isolation contre l'humidité34. Afin de faciliter le tirage, même dans le cas d'emploi de mamelles hautes de 5 cm, des cheminées ont été encastrées dans le mur situé en arrière des tegulae mammatae. En témoignent les cheminées retrouvées dans les thermes de Saint-Michel-du-Touch à Toulouse associées à des briques de ce type. D'autres exemples ont été découverts dans les Thermes du Nord-Est d'Epidaure qui confirment l'utilisation du système (fig. 15).

  • 35 Rien n'est moins sûr toutefois, car des tubuli ont été découverts également dans les thermes.
  • 36 Le Ny 1992. 1, 453.
  • 37 II serait intéressant de voir si de telles répartitions se retrouvent en Gaule septentrionale alors (...)

22Les tegulae mammatae ont des dimensions variables, mais toujours relativement importantes, ce qui leur permet de recouvrir aisément une paroi. En revanche, la faible largeur des éléments du Grand Loou I à La Roquebrussanne laisse penser qu'il s'agit de briques servant à l'isolation des voûtes, à l'instar de celles semblables de Pompéi. On note donc que l'emploi des tegulae mammatae pour le chauffage des murs a été rapidement abandonné dans les thermes en Narbonnaise, à l'exception du Toulousain et – peut-être – de la villa du Clos de Serre35, au profit d'autres techniques, tubuli et bobines. Un indice de datation du passage d'un mode de chauffage à l'autre pourrait être donné par l'atelier de Sallèles d'Aude où ces briques à tétons ne sont plus produites après 40 p.C. En revanche, la tradition de la tegula mammata a perduré dans le Toulousain et au nord de la province jusqu'au ive s. p.C. Il n'est d'ailleurs pas étonnant de voir, que sur les douze ateliers ayant fabriqué ces matériaux recensés par Fr. Le Ny36 dans les Gaules, les Germanies et les provinces alpines, cinq se trouvent autour de Cahors. Il faudrait ajouter celui de Sallèles d'Aude dans la région de Narbonne37. Les briques à petites mamelles, à fonction d'isolation, sont produites en Narbonnaise occidentale depuis la fin du ier s. a.C. et jusqu'à l'Antiquité tardive.

  • 38 Meffre 1992.
  • 39 Gateau 1992 ; Trément 1994.

23Une question reste en suspens cependant. Cette répartition géographique n'est-elle pas dû simplement à l'état des connaissances, les prospections et études ayant été plus abondantes dans la partie occidentale de la province que dans celle orientale ? La réponse est négative. En effet, les prospections systématiques effectuées ces dernières années, tant dans le Vaisonnais38 que dans les régions périphériques de l'étang de Berre39, confirment ces conclusions. A l'exception de la ville de Vaison, aucun site n'a livré une brique de ce type.

1. 4. Les tegulae mammatae de Gaule du Sud et du reste de l'Empire : quelques comparaisons

  • 40 Un exemple de tegulae mammatae qui semble isolé, les Thermes augustéens de Conimbriga (Portugal). L (...)

24A partir de l'étude faite sur la Gaule du Sud, il est possible de tenter des comparaisons avec plusieurs sites40 ou régions de l'Empire romain.

Fig. 15 : Épidaure, Thermes du Nord-Est : axonométrie d'une pièce chaude. A noter le positionnement des cheminées encastrées en arrière des tegulae mammatae (Ginouvès 1955, fig. 8).

25Le site le plus célèbre, et celui sur lequel la plupart des études des tegulae mammatae repose, est bien évidemment Pompéi. La ville a en effet livré plusieurs exemples de briques à mamelles que l'on peut classer selon les critères proposés pour la Gaule Narbonnaise.

  • 41 Thermes des Praedia de Julia Félix (II 4. 6), Thermes de Stabies (VII 1, 8), Thermes du Forum (VII (...)
  • 42 Péribole du Temple d'Apollon. Les parois d'une des pièces situées entre les deux péristyles de la M (...)

26Pour le Groupe 1, il n'est pas toujours facile de distinguer des subdivisions en fonction de l'emplacement du trou d'ancrage car. les murs étant parfois bien conservés, le mode d'accrochage ne peut pas être identifié. Les tegulae mammatae de ce groupe sont fréquentes dans les thermes41. Elles sont également présentes dans des endroits où elles ne servent pas au chauffage des parois, mais seulement à l'isolation42.

  • 43 Laconicum des thermes des Praedia de Julia Félix.
  • 44 La même technique est employée à Ostie (Lugli 1957, 549).

27Les tegulae mammatae du Groupe 1A ont une forme carrée et mesurent environ 53 cm de côté pour une épaisseur de 2 cm (fig. 16a). Les quatre tétons ont une hauteur d'environ 5 à 6cm et sont percés d'un trou circulaire. Celles du Groupe 1B ont des dimensions et des formes de tétons différentes (fig. 16b). Les briques de la première série, quadrangulaires, mesurent environ 21 cm sur 51,6 cm. Elles sont maintenues au mur à l'aide de clous passant par deux ouvertures disposées symétriquement. Les quatre mamelles, hautes de 3,5 cm, ont une forme trapézoïdale. Elles peuvent se retrouver avec les précédentes. Plus petites et s'adaptant mieux aux formes courbes, elles garnissent les voûtes courbes ou les parois de petites pièces43. On les trouve alors associées aux briques du Groupe 1A qui recouvrent les parois, celles du Groupe 1B tapissant les voûtes. L’inconvénient découlant de mamelles moins importantes est pallié par la mise en place en face à face de deux briques qui créent un conduit large de 7 cm44. On peut intégrer à ce groupe des briques présentant une autre forme de téton. Elles ne se rencontrent que dans les thermes des Praedia de Julia Félix (fig. 16c). Il s'agit d'éléments carrés d'environ 51 cm de côté, épais de 2,5 cm, présentant des mamelons coniques à sommet arrondi d'environ 8 à 9 cm de hauteur. Les tegulae mammatae du Groupe 1, les plus anciennes, datent du iie s. a.C. dans la Maison du Faune et du début du ier s a.C. dans les Thermes républicains et ceux du Forum. Elles semblent encore être en usage après le tremblement de terre de 62 p.C. mais elles sont alors largement concurrencées par les tubuli. Il semble que l'on soit en présence de la même évolution à Herculanum et à la Villa Jovis à Capri où les parois des thermes tibériens sont recouvertes de briques à tétons.

  • 45 Autres exemples italiques, les tegulae mammatae en remploi dans des tombes (T. 39. T. 45, T. 57) de (...)

28Nous n'avons trouvé qu'un seul exemple de briques entrant dans le Groupe 2, dans le laconicum de la Villa des Mystères (fig. 17). Elles mesurent environ 55 cm de côté, les mamelons ont une hauteur de 1 cm. Elles ont pour particularité, cas unique à notre connaissance, d'être légèrement courbes afin de s'adapter parfaitement aux parois de cette pièce de seulement 1,65 m de diamètre. Elles ne servent pas au chauffage des parois, mais seulement d'isolant, car la salle ne possède pas d'hypocauste45. L'aménagement remonte au iie s. p.C.

Fig. 16 : Pompéi : différents types de tegulae mammatae. a-b : Types courant dans plusieurs édifices de la ville (Adam 1989, 292). c : Type des thermes des Praedia de Julia Félix (dessin A. Bouet).

  • 46 Les tegulae mammatae du laconicum ne diffèrent pas des autres.
  • 47 Voir ci-dessous, le paragraphe sur les tubuli.
  • 48 Eschebach 1979, 12.
  • 49 Cette zone s'étend peut-être dans la région de Bordeaux car les tegulae mammatae de Saint-Yzans du (...)

29Il faut noter toutefois une évolution dans la taille des mamelons. En effet, les exemples du Groupe 1 oscillent entre 3,5 et 5 cm à l'exception de ceux du caldarium46 des thermes des Praedia de Julia Félix qui mesurent 8 à 9 cm. Or ces briques sont utilisées dans un contexte bien particulier, car on trouve également des tubuli (qui doivent servir de cheminées) de part et d'autre de la porte d'accès entre tepidarium et caldarium (fig. 19). Il s'agit de matériaux utilisés de façon complémentaire et on peut penser que les mamelles ont été allongées afin de faciliter le tirage et d'accroître le chauffage des parois probablement sous l'influence des tubuli qui procurent un “matelas thermique” plus important47. Cette transition peut être située chronologiquement, car les bains sont mis en place après le tremblement de terre de 62 p.C. Dans le caldarium de la section masculine des Thermes de Stables, restauré après 62 p.C., tubuli et tegulae mammatae sont également utilisés ensemble. Les mamelles, avec 4 cm de hauteur, ne diffèrent cependant pas de celles précédemment présentées48. Cela peut s'expliquer par le fait qu'il s'agit de matériaux simplement juxtaposés, les briques à tétons se retrouvant uniquement contre les parois latérales du solium, alors que des tubuli recouvrent les autres parois. On peut également appliquer cette hypothèse à la Gaule du Sud car les exemples du Quercy ont, de façon générale, des tétons plus importants que les toulousains49. Celte augmentation de leur volume est peut-être due. là aussi, à l'utilisation des bobines ou des tubuli.

Fig. 17 : Pompéi, Villa des Mystères : plan et coupe du laconicum. A noter la présence des tegulae mammatae courbes du Groupe 2 (Maiuri 1960, 31).

  • 50 Les thermes du Convento Vecchio sont construits à la lin du iie s. ou au début du iiie s. p.C.
  • 51 Maetzke 1961, 53-56.
  • 52 Villedieu 1986, 218 ; Maetzke 1966, 359.
  • 53 Pergola & Vismona 1985. 109-1 10.

30Autre région où les tegulae mammatae sont particulièrement fréquentes : la Sardaigne. On en retrouve en place tant dans l'ensemble des thermes à Nora, Porto Torres, Tharros50, Ussana51. qu’en remploi dans des tombes à Porto Torres52. Elles se caractérisent toutes par des mamelons percés servant de point d'ancrage. Les remplois sont datés de la fin du ive s. ou du ve s. p.C. Même présence et même forme de ce matériau en Corse pour le ve ou le vie s.53 (fig. 18c)·On note donc que ces régions se rapprochent assez du Toulousain par la datation de leurs éléments. Il faut cependant remarquer que les modes d'accrochage sont différents, les trous aménagés directement dans le mamelon étant plutôt une caractéristique ancienne dans le sud de la Gaule alors qu'il s'agit d'éléments tardifs en Sardaigne et en Corse.

Fig. 18 : Tegulae mammatae de quelques sites d'Occident : a : Urbino (Italie), T. 39 (d'après Mercando 1982, 365). b : Urbino (Italie), T. 57 (d'après Mercando 1982, 365). c : Castellu (Haute-Corse, France) (d'après Pergola & Vismona 1985. 110).

Fig. 19 : Pompéi, thermes des Praedia de Julia Félix : double paroi du caldarium constituée de tegulae mammatae et de tubuli (cliché A. Bouet).

  • 54 Brodribb 1987.
  • 55 L'auteur les classe dans un Type A.

31La Bretagne antique54 présente un cas de figure différent. Les tegulae mammatae y sont fréquentes puisque plus de cinquante sites en ont livré, en particulier dans le sud-est du pays. Elles ont un nombre de tétons et des positionnements divers : un mamelon en position centrale, un dans un angle, deux en diagonale, deux sur le même côté, trois en triangle, quatre dans les angles (fig. 20). Elles se caractérisent par des tétons courts, assimilables au Groupe 255. Seuls quatre exemples se rattachent au Groupe 1. Autre élément caractéristique, la grande épaisseur des briques. Les exemples inférieurs à 3 cm sont rarissimes, la moyenne étant plutôt autour de 5 cm, avec un maximum à 6,5 cm. L'auteur pense que les éléments du Groupe 2 servaient uniquement de point d'ancrage dans le mortier frais ou de repère pour la réalisation de joints réguliers ou encore, lors de la fabrication, d'espaceurs dans le four assurant une bonne cuisson. Aucune datation n'est fournie pour ces briques. On remarque que celles à téton unique sont très proches des exemplaires de Saint-Romain-en-Gal où elles ne sont pas non plus utilisées dans des doubles parois. Si en Narbonnaise elles sont exceptionnelles, il s'agit du lot commun en Bretagne. Les tegulae mammatae sont donc fréquentes dans la région, mais rarement utilisées pour le chauffage des parois, tout comme dans la partie orientale de la Narbonnaise.

Fig. 20 : Tegulae mammatae de Bretagne antique (d'après Brodribb 1987, 61).

32Au terme de ces quelques comparaisons, on se rend compte que chaque région, au-delà de l'existence des briques à mamelles, présente ses propres évolutions et caractéristiques. Face à ces différences régionales, le passage de Pline mentionnant la présence des tegulae mammatae dans les thermes apparaît sous un jour nouveau. A l'époque où l'auteur écrit, d'autres moyens de chauffage des parois sont connus (les tubuli). La documentation de Pline est-elle alors dépassée ? La réponse est peut-être négative ; en effet, les tegulae mammatae pourraient toujours être utilisées dans la région d'où sa documentation est tirée.

Notes

1 Adam 1989, 287-294. A mentionner également le colloque de Saint-Cloud qui a eu pour thème la brique (Boucheron, P., H. Broise et Y. Théhert éd., La brique antique et médiévale. Production et commercialisation d'un matériau. Actes du colloque international organisé par le Centre d'histoire urbaine de l'ENS de Fontenay/SaintCloud et l'École Française de Rome, Saint-Cloud 16-18 novembre 1995, Collection de l'EFR, à paraître).

2 Fincker 1986.

3 Le Ny 1988 ; Le Ny 1992.

4 La même remarque peut être faite pour les plans des thermes (Bouet 1996, 1, 6).

5 Traité d’architecture, 5.10.2 et 7.4.2.

6 Histoire Naturelle, 35.159.

7 On pourrait imaginer que les tegulae mammatae ne servent dans les bains qu'à la protection des parois contre l'humidité. Dans ce cas toutefois, on peut se demander pourquoi l'auteur précise qu'il s'agit de bains, à moins que cela ne soit lié à la présence d'une eau abondante.

8 Les datations précédées d'un astérisque concernent la datation du site dans son ensemble, celles ne présentant pas d'astérisque sont en rapport avec un état particulier du site.

9 La mention entre parenthèses qui suit le nom du site concerne la nature de ce dernier, à savoir : thermes = thermes publics ; domus = thermes de domus ; villa = thermes de villa, schola = thermes de schola ; atelier = atelier ayant produit le matériau étudié.

10 Goudineau 1979, 105.

11 Vu la très grande ressemblance de cet élément avec ceux du site voisin de Saint-Vincent de Couladère, une datation tardive est très probable.

12 Voir note 11.

13 D'autres tegulae à mamelles pyramidales tronquées sont signalées en 1878 à Saint-Michel-du-Touch : 6x6 cm à la base, 7 cm de haut (Baccrabère 1988 a, 118).

14 Seule la ressemblance de cet élément avec ceux des sites voisins fait penser au ive s. p.C.

15 Voir note 11.

16 Voir note 11.

17 Nous excluons pour toutes les comparaisons les cléments seulement mentionnés qui ne peuvent pas être caractérisés. Voir, par exemple, les index des volumes de la Carte Archéologique de la Gaule.

18 Ces tegulae mammatae n'ont pas un seul mamelon, comme le prétend par M. Labrousse 1963, mais probablement quatre (Pauc 1982, 112-113).

19 Les mamelons sont soudés à la surface de la brique par une pastille d’argile de 9 à 9,5 cm.

20 Ces mamelons pourraient être classés dans le Groupe 2 mais d'après le schéma descriptif (fiable ?) fourni par M. Labrousse (Labrousse 1963, 224), il semble que leur hauteur soit aussi importante que celle des exemples précédemment décrits.

21 On ne possède que le négatif du mamelon sur la brique.

22 Labrousse 1970, 437.

23 L’ensemble de la surface d'accrochage des tétons présente un peignage réalisé à l'aide de deux peignes à strier, l'un de huit dents, l’autre de neuf (sur ce type d'instrument, voir Le Ny 1992, I. 166), avant la mise en place des tétons.

24 Un fragment de brique présente la trace d'un arrachement d'un mamelon (fig. 7f). Ce dernier n'a pas été retrouvé.

25 A côté de chaque mamelon a été percé un trou de fixation circulaire. L'ensemble de la surface d'accrochage des tétons présente un peignage réalisé à l'aide d’un peigne à strier à onze dents.

26 Estampille partiellement conservée de Clarianus (Verguet 1974). La production de briques de ce type par Clarianus devait être réduite car nous n'en avons trouvé aucun autre exemple.

27 Ces tegulae mammatae ont été découvertes lors des travaux d'élargissement de la voie ferrée en 1932. Elles formaient une double paroi maintenue par des bobines dans une pièce mosaïquée. Les mamelles étaient disposées vers l'extérieur.

28 Prisset et al. 1994, 21-22.

29 En Bretagne antique (Brodribb 1979).

30 Les briques utilisées dans les parois des thermes de Chassenon (Charente) présentent de tels tétons. Renseignement D. Hourcade.

31 L'inventaire de cette région n'est pas exhaustif.

32 La forme des mamelons du Clos de Serre se différencie nettement de celle des exemples précédents.

33 Adam 1989, 292.

34 L'exemple de la domus de la Rue des Colonnes à Vienne est tout à fait révélateur car les briques sont en place. En disposant les rebords des tegulae contre la paroi, ce qui laisse un espace libre, on peut aussi s'assurer d'une protection contre l'humidité.

35 Rien n'est moins sûr toutefois, car des tubuli ont été découverts également dans les thermes.

36 Le Ny 1992. 1, 453.

37 II serait intéressant de voir si de telles répartitions se retrouvent en Gaule septentrionale alors que des tegulae mammatae sont mentionnées ponctuellement, par exemple dans les thermes PC 35 de Bibracte (Nièvre) (Goudineau & Peyre. 1993, 68), sur le site d'Epiais-Rhus, Val d'Oise (Hofmann 1975, 116-118). de la Pétonnière à Paulnay (Indre) (Coulon et al. 1985. 191-214), de Martinfort à Vigeville (Creuse) (Desbordes 1977, 439)

38 Meffre 1992.

39 Gateau 1992 ; Trément 1994.

40 Un exemple de tegulae mammatae qui semble isolé, les Thermes augustéens de Conimbriga (Portugal). Les mamelles sont en forme de pyramide tronquée (Alarcão & Étienne 1977, 45).

41 Thermes des Praedia de Julia Félix (II 4. 6), Thermes de Stabies (VII 1, 8), Thermes du Forum (VII 5), Thermes républicains (VIII 5, 36), Thermes suburbains. Maison du Cryptoportique (I 6. 2). du Ménandre (I 10, 4), de Trebius Valens (III 2, 1), del Torello (V 1,7), des Noces d'Argent (V 2, i), du Labyrinthe (VI 11. 10),du Faune (VI 12, 2), de M. Caesius Blandus (VII I, 40), du Marinaio (VII 15, 2), de Fabius Rufus (VII insula occidentalis 19), du Centenaire (IX 8, 3), Villa de Diomède.

42 Péribole du Temple d'Apollon. Les parois d'une des pièces situées entre les deux péristyles de la Maison du Faune sont parfois mentionnées pour avoir le même aménagement. Vérification faite sur le terrain, il ne s'agit pas de tegulae mammatae mais de tegulae aux rebords brisés. A Rome sur le Palatin, des tegulae mammatae ont la même fonction dans la Damas Flavia (Carettoni 1949, 57).

43 Laconicum des thermes des Praedia de Julia Félix.

44 La même technique est employée à Ostie (Lugli 1957, 549).

45 Autres exemples italiques, les tegulae mammatae en remploi dans des tombes (T. 39. T. 45, T. 57) de la nécropole d'Urbino datées du début du iie s. p.C. (T. 39), de la fin du IIe s. ou du iiie s. p.C. (T. 45). Du iie s. p.C. (?) (T. 57) (Mercando 1982, 365) (fig. 18a-b). Il est possible que les tegulae mammatae évoquées par Vitruve appartiennent à ce groupe, ce qui pourrait être une explication de leur seule mention en tant qu'isolation.

46 Les tegulae mammatae du laconicum ne diffèrent pas des autres.

47 Voir ci-dessous, le paragraphe sur les tubuli.

48 Eschebach 1979, 12.

49 Cette zone s'étend peut-être dans la région de Bordeaux car les tegulae mammatae de Saint-Yzans du Médoc (Gironde) ont des dimensions très voisines des précédentes.

50 Les thermes du Convento Vecchio sont construits à la lin du iie s. ou au début du iiie s. p.C.

51 Maetzke 1961, 53-56.

52 Villedieu 1986, 218 ; Maetzke 1966, 359.

53 Pergola & Vismona 1985. 109-1 10.

54 Brodribb 1987.

55 L'auteur les classe dans un Type A.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Les différentes parties d’une tegula mammata (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 2 : Gaujac, Saint-Vincent. Thermes B : clous en T servant au maintien d'une double paroi (dessins A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Note88Note99
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3 : Les tegulae mammatae du Groupe 1A. a : Perpignan, Ruscino (dessin A. Bouet). b : Vaison-la-Romaine, Maison au Dauphin (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4 : Vaison-la-Romaine, Maison au Dauphin : système d'accrochage des tegulae mammatae des thermes (Goudineau 1979, pl. 56).-
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Note1111
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Note1212Note1313
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Note1414Note1515
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Note1616
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5 : Les tegulae mammatae du Groupe 1B eu Narbonnaise. a-b : Caumont-sur-Durance, Clos de Serre (dessins J. Mouraret). c-g : Cazères, Saint-Vincent de Couladère (dessins A. Bouet). h-j : Toulouse, Saint-Michel-du-Touch, Thermes du Sud (d'après Baccrabère 1988a, 103). k : Couladère. Les Tambourets (Manière 1971, 197). / : Sallèles d’Aude, Clots de Raynaud (d'après Laubenheimer 1990, 106).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Note1818Note1919
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Note2020Note2121
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6 : Les tegulae mammatae du Groupe 1B sur les sites hors de Narbonnaise. a : Cahors. Crédit Agricole I (d'après Pauc 1982, 111). b : Cahors, 74, Rite Anatole France (d'après Pauc 1982, 11 1). c : Cahors, Rue Hauteserre (d'après Pauc 1982, 111). d : Cahors, Hôpital (d'après Pauc 1982, 111). e : Cahors, Rue des Hortes (d'après Pauc 1982, 111). f : Cahors, Théâtre romain (d'après Pauc 1982, 113). g-h : Cahors, Arc de Diane (d'après Pauc 1982, 113). i : Flaugnac, La Molayrette Basse (d'après Pauc 1982, 113). j : Lavercandière, Frau (d'après Pauc 1982, 113). k : Lavercandière, Grand Frau (d'après Pauc 1982, 113). l-m : Montlauzun, Pendant de Mayjonelle (d'après Pauc 1982, 113). n : Montoulieu, Le Pelet (d'après Labrousse 1963. 224). o : Pouzac (dessin R. Vié). p : Puységur. Les Arribères (d'après Labrousse 1963, 224). q-r : Saint-Cyprien, Les Espeillans (d'après Pauc 1982, 113). s : Saint-DenisCatus, Les Sagnes (d'après Pauc 1982, 1 13). t : Saint-Martin-Laguépie, Sommant (d'après Blanc 1980, 9). u : Saint-Yzans du Médoc, Bois Carré (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Note2323Note2424Note2525
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 7 : Les tegulae mammatae du Groupe 2 sur les sites thermaux de Narbonnaise. a : Buoux, Les Crottes (dessin A. Bouet). b-d : Hyères-les-Palmiers, Olbia, Thermes du Nord (dessins J.-Chr. Treglia). e-f : Nissan-lez-Ensérune, Les Farguettes (dessins A. Bouet). g-i : La Roquebrussanne, Le Grand Loou I (dessins A. Bouet). j : Vaison-la-Romaine, Thermes du Nord (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Note2626Note2727
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 9 : Vienne : plan des vestiges dégagés, à côté de la gare (Lancha 1981. pl. XXXII).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 8 : Les tegulae mammatae du Groupe 2 sur les sites de Narbonnaise. a : Vienne, Rue des Colonnes (d'après cliché R. Lauxerois). b-c : Saint-Jean-de-Garguier (dessins A. Bouet). d : Vaison-la-Romaine, Prés du Chemin de Bayes (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 10 : Saint-Romain-en-Gal : brique constituant les gainages des évacuations (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 11 : Carte de répartition des tegulae mammatae en Gaule du Sud. 1. Belfort-de-Quercy 2. Blagnac 3. Bournazel 4. Buoux 5. Cahors 6. Castanet-Tolosan 7. Caumont-sur-Durance 8. Cazères 9. Cazes-Mondenard 10. Couladère 11. Cuq-Toulza 12. Flaugnac 13. Hyères-les-Palmiers. Olbia 14. La Roquebrussanne 15 Lavercandière 16. Le Boulvé 17. Marquetave 18. Martres-Tolosane 19. Montlauzun 20. Montmaurin 21. Montoulieu 22. Nissan-lez-Ensénine 23 Perpignan. Ruscino. 24. Pouzac 25. Puissalicon 26. Puységur 27. Saint-Romain-en-Gal 28. Sallèles d'Aude 29. Saint-Cernin 30. Saint-Cyprien 31 Saint- Denis-Catus 32. Saini-Jean-de-Garguier 33. Saint-Jean-le-Vieux 34. Saint-Martin-Laguépie 35. Saint-Paul-de-Loubressac 36. Saint-Yzans du Médot 37. Sainte-Foy-la-Grande 38. Toulouse 39. Vaison-la-Romaine 40. Varaire 41. Vienne.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 12 : Carte de répartition des tegulae mammatae du Groupe 1A en Gaule du Sud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 13 : Carte de répartition des tegulae mammatae du Groupe 1B en Gaule du Sud. 1. Belfort-de-Quercy 2. Blagnac 3. Bournazel 4. Cahors 5. Castanet-Tolosan 6. Caumont-sur-Durance 7. Cazères 8. Cazes-Mondenard 9. Couladère 10. Cuq-Toulza 11. Flaugnac 12. Lavercandière 13. Le Boulvé 14. Marquefave 15. Martres-Tolosane 16. Montlauzun 17. Montmaurin 18. Montoulieu 19. Pouzac 20. Puységur 21. Sallèles d’Aude 22. Saint-Cernin 23. Saint-Cyprien 24. Saint-Denis-Catus 25. Saint-Jean-le-Vieux 26. Saint-Martin-Laguépie 27. Saint-Paul-de-Loubressac 28. Saint-Yzans du Médoc 29. Sainte-Foy-la-Grande 30. Toulouse 31. Varaire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 14 : Carte de répartition des tegulae mammatae du Groupe 2 en Gaule Narbonnaise.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 15 : Épidaure, Thermes du Nord-Est : axonométrie d'une pièce chaude. A noter le positionnement des cheminées encastrées en arrière des tegulae mammatae (Ginouvès 1955, fig. 8).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 16 : Pompéi : différents types de tegulae mammatae. a-b : Types courant dans plusieurs édifices de la ville (Adam 1989, 292). c : Type des thermes des Praedia de Julia Félix (dessin A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 17 : Pompéi, Villa des Mystères : plan et coupe du laconicum. A noter la présence des tegulae mammatae courbes du Groupe 2 (Maiuri 1960, 31).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 18 : Tegulae mammatae de quelques sites d'Occident : a : Urbino (Italie), T. 39 (d'après Mercando 1982, 365). b : Urbino (Italie), T. 57 (d'après Mercando 1982, 365). c : Castellu (Haute-Corse, France) (d'après Pergola & Vismona 1985. 110).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 19 : Pompéi, thermes des Praedia de Julia Félix : double paroi du caldarium constituée de tegulae mammatae et de tubuli (cliché A. Bouet).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 20 : Tegulae mammatae de Bretagne antique (d'après Brodribb 1987, 61).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/9579/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Ausonius Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search